Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Les dentifrices contenant des microbilles de plastique vont-ils être bientôt interdits ?

19
sept
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Hygiène, Santé, Sécurité des aliments.

??????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????« La maison mère des dentifrices Crest prévoit d’éliminer progressivement les microbilles de ses dentifrices », source Food Safety News du 19 septembre 2014.

La préoccupation d’une hygiéniste dentaire sur des petits points bleus qu’elle voyait toujours dans la bouche de personnes a conduit à une annonce de la société mère des dentifrices Crest qu’elle va commencer à éliminer progressivement l’ingrédient controversé au cours des six prochains mois.

Trish Walraven a dit qu’elle se demandait ce que pouvaient être ces petits points bleus qu’elle a trouvés le long de la gencive de certains patients. Ce sont des microbilles en plastique fabriquées à partir de polyéthylène ou polypropylène, les mêmes matériaux utilisés pour fabriquer les sacs poubelle.

« Je n’avais aucune idée de ce que c’était », a-t-elle dit. « Nous avons pensé que c’était un produit de nettoyage ou quelque chose que les gens mâchaient. »

Walraven pensait que le public devait savoir, et elle a blogué sur cette question au mois de mars dernier sur DentalBuzz.com. Elle a également encouragé les personnes à envisager d’arrêter d’utiliser un dentifrice contenant du polyéthylène car elle s’oppose à ce qu’il soit là qu’« à des fins décoratives seulement. »

« Cette situation est inacceptable non seulement pour moi, mais pour beaucoup, beaucoup d’hygiénistes à l’échelle nationale », écrit-elle. « Nous informons nos patients. Nous faisons des recherches séparément et comparons nos notes. Et jusqu’à ce que Procter & Gamble nous donne une meilleure raison pour expliquer pourquoi il met du plastique dans votre dentifrice, nous aimerions que vous preniez en considération l’arrêt de l’utilisation de ces produits. »

Procter & Gamble (P&G), la société mère de Crest, a déclaré que les microbilles sont approuvées par la FDA, qu’elles sont utilisées dans les produits exfoliants et pour ajouter de la couleur aux produits tels que les gommes à mâcher et les dentifrices.

Toutefois, la FDA a déclaré qu’elle n’a pas approuvé des microbilles pour des utilisations telles que le dentifrice, qu’elle qualifie de médicament en vente libre. Bien que de la matière plastique puisse être en contact avec les aliments, la FDA n’a pas établi qu’il est sécuritaire d’en consommer.

En outre, les microbilles du dentifrice ne sont pas considérées comme un « ingrédient actif », ce qui signifie que la FDA ne contrôle pas leur utilisation.

« Par définition, les additifs alimentaires sont pour leur utilisation attendue dans les aliments » a déclaré le porte-parole de la FDA Jeff Ventura. « Le dentifrice est réglementé comme un médicament et n’est pas considéré comme un aliment. »

Indépendamment de leur statut réglementaire, des dentistes disent qu’ils ne croient pas que des microbilles doivent se trouver dans la bouche de tout le monde.

« Elles vont piéger les bactéries dans les gencives qui vont conduire à une gingivite, et au fil du temps que l’infection va se déplacer de la gencive vers l’os qui maintient les dents et qui devient une maladie parodontale. La maladie parodontale est effrayante », a déclaré le Dr Justin Phillip, un dentiste de la région de Phoenix.

Les groupes environnementaux ont également exprimé des inquiétudes parce que les petites billes ne sont pas piégés dans les filtres de traitement de l’eau, vont dans les cours d’eau et finissent par se retrouver dans la chaîne alimentaire. Des chercheurs ont rapporté avoir trouvé des microbilles de 1 millimètre et moins dans les Grands Lacs.

P&G a entendu les récriminations des consommateurs et a récemment déclaré que les microbilles seraient retirées des produits Crest affectés dans les six mois et complètement en mars 2016. La compagnie basée à Cincinnati, dans l’Ohio a également déclaré que les dentifrices contenant des microbilles sont Crest ProHealth et 3D White.

Les produits Crest qui ne contiennent pas de microbilles sont Crest Whitening + Scope, Crest Baking Soda Peroxide, Crest Extra Whitening, Crest Cavity and and Crest Tartar +, a dit P&G.

Les autres entreprises et/ou produits utilisant des microbilles sont Unilever, Biotherm de L’Oréal et des marques de Body Shop et un produit de gommage du visage Neutrogena de chez Johnson & Johnson’s.

L’Etat de l’Illinois a déjà interdit les produits contenant des microbilles et le New Jersey, la Californie, l’Etat de New York et le Michigan pourraient être les prochains. En juin, un sénateur Frank Pallone a parrainé un projet de loi au Congrès pour mettre fin à la vente ou la distribution de produits de soins personnels contenant des microbilles au 1er  janvier 2018.

NB : En janvier 2013, était paru un article dans Le Figaro.fr, « Cosmétiques : les microbilles en plastique polluent l’océan ». L’article notait « L’entreprise Unilever vient d’annoncer qu’elle abandonne l’utilisation de microbilles de plastique dans certains de ses produits cosmétiques pour le corps: les gommages et les soins exfoliants. Une fois passée la surprise d’apprendre que du plastique entre dans la composition de savons, gels, crèmes, shampooings, déodorants, eye-liners et autres dentifrices, on peut simplement lire sur le communiqué de l’entreprise que cette décision vise à protéger les océans. »

Une simple recherche sur Internet montre que des dentifrices contenant des microbilles sont présents sur le marché  en France.

Recruter des bactéries pour qu’elles deviennent des partenaires en innovation technologique

18
sept
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Microbiologie, Santé.

BIND-Media-FCSEM-1a-350x350« Recruter des bactéries pour qu’elles deviennent des partenaires en innovation technologique », source wyss.harvard.edu.

Pour la plupart des personnes, les biofilms évoquent des images de pierres glissantes dans un cours d’eau et des égouts sales voir très sales. Bien qu’il existe de nombreux biofilms qui soient « mauvais », ils provoquent cette fichue plaque dentaire et une foule d’autres problèmes de santé plus graves. Une équipe du Wyss Institute for Biologically Inspired Engineering de l’université d’Harvard voit les biofilms comme une nouvelle plate-forme robuste pour concevoir des nanomatériaux qui pourrait nettoyer les rivières polluées, fabriquer des produits pharmaceutiques et de nouveaux textiles, et plus encore.

En bref, ils veulent donner aux biofilms un lifting, et pour cela, ils ont mis au point un nouveau système d’ingénierie des protéines appelé intitulé BIND pour le réaliser. Utilisez BIND, qui signifie Biofilm-Integrated Nanofiber Display, l’équipe a dit que les biofilms pourraient être les fonderies viavantes de demain pour la production à grande échelle de biomatériaux qui peuvent être programmés pour fournir des fonctions qui n’existaient pas avec des matériaux existants. Ils en ont rapporté la preuve de concept dans Nature Communications.

Les cas rapportés liés à Listeria ont plus que doublé à Hong Kong

18
sept
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Listeria, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

listeria26« Les cas rapportés liés à Listeria ont plus que doublé à Hong Kong », source Doug Powell du barfblog du 18 septembre 2014.

Le nombre annuel de rapport de maladie mortelle résultant de bactéries d’origine alimentaire a plus que doublé de 2011 à l’an dernier. En effet, les gens mangent plus d’aliments pré-conditionnés, ont dit les médecins du centre pour la sécurité des aliments mercredi.

Un total de 26 cas de listériose, une infection bactérienne grave qui a un taux de mortalité d’environ 20%, a été rapporté l’an dernier et en 2012 Au cours des trois années précédentes, le nombre annuel moyen de cas signalés était de 11.

La maladie est causée par Listeria monocytogenes, une bactérie qui propère sur  aliments préparés à l’avance (ou aliments prêts à être consommés –aa) qui sont réfrigérés pendant plus d’une semaine.

Seize cas ont déjà été signalés au cours des sept premiers mois de cette année. La maladie peut conduire à une fausse couche, une mortalité à la naissance, des infections du sang et du cerveau chez les personnes à haut risque comme les femmes enceintes, les nouveau-nés et les personnes âgées.

Certains des cas rapportés cette année ont entraîné des fausses couches, a indiqué le centre.

oo00oo

Toujours quelques difficultés à trouver une liaison Internet correcte, je remercie les lecteurs du blog de leur patience …

Une cour de justice de Moscou condamne un restaurant Burger King pour des infractions à la sécurité des aliments

18
sept
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

« Une cour de justice de Moscou condamne un restaurant Burger King pour des infractions à la sécurité des aliments », source Doug Powell du barfblog du 18 septembre 2014.

Chacun son tour, pourrait-on dire pour la restauration rapide en Russie …

193034122La cour d’arbitrage de Moscou, à l,a demande de l’agence de la santé publique de Russie, Rospotrebnadzor, a infligé une amende à Burger Rus LLC, opérateur et gestionnaire des restaurants Burger King en Russie, de 100.000 roubles (2 023 euros) pour le stockage d’objets non autorisés dans les réfrigérateurs à côté de denrées alimentaires, rapporte RIA Novosti selon une source de la cour.

La cour indique que le 11 juillet, lors d’une inspection d’un restaurant Burger King, l’agence de la santé a constaté des non-conformités à la réglementation technique de l’union douanière « sur la sécurité sanitaire de produits alimentaires. »

Une brosse d’une machine à milk-shake ainsi qu’une trancheuse utilisée pour couper les oignons et les tomates étaient stockées à côté des produits alimentaires. Les inspecteurs ont également « trouvé des mouches dans les zones de production et de stockage », selon l’enquête judiciaire.

Rospotrebnadzor affirme que les non-conformités représentent un danger pour la santé des clients.

La décision finale du tribunal est intervenue le 15 septembre, mais n’est pas encore entrée en vigueur. La décision peut faire l’objet d’un appel dans les 10 jours qui suivent.

Burger King, fondée aux Etats-Unis en 1954, est actuellement la deuxième plus grande chaîne d’hamburgers dans le monde. La marque est exploitée en franchise en Russie depuis 2010, lorsque le premier restaurant a ouvert à Moscou. Actuellement Burger King exploite environ 200 restaurants dans le pays.

Quoi de neuf dans votre intestin ? Certaines bactéries comme Campylobacter peuvent influencer la sensibilité aux infections

17
sept
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Curiosité, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Volaille.

campylobacter_jejuniDans un article récent il avait été évoqué que des bactéries résistantes aux antibiotiques peuvent être présentes chez des employés travaillant dans des élevages industriels de porcs.

Dans la continuité voici dans « Quoi de neuf dans votre intestin ? Certaines bactéries peuvent influencer la sensibilité aux infections », source ASM News.

La composition spécifique des espèces bactériennes de l’intestin d’une personne peut protéger contre Campylobacter ou augmenter la sensibilité à Campylobacter, la cause la plus fréquente d’inflammation intestinale d’origine bactérienne chez l’homme, selon une étude publiée cette semaine dans mBio®, le journal en ligne et en accès libre, de l’American Society for Microbiology. L’étude a également constaté que l’infection à Campylobacter peut produire des changements durables dans la composition de la flore intestinale.

« Il est connu depuis longtemps que le microbiote, ou les micro-organismes de l’intestin, peuvent protéger une personne de la colonisation par des organismes qui causent des maladies du tractus intestinal. Cependant, on sait très peu sur comment le microbiote de l’intestin humain influence la sensibilité de ces organismes, et de Campylobacter en particulier », a déclaré l’auteur principal de l’étude Hilpi Rautelin, professeure de bactériologie clinique à l’université d’Uppsala et à l’hôpital universitaire d’Uppsala en Suède. « Nous avons voulu voir si la composition du microbiote intestinal humain jouait un rôle dans la sensibilité d’une infection à Campylobacter. »

la-presence-des-bacteries-campylobacter-et-salmonella-a-ete-recherchee-sur-les-carcasses-de-poulets-dans-plus-de-561-abattoirs-europeens-courant-2008.-p.-le-douarinRautelin et ses collègues ont suivi 24 employés de trois abattoirs de volailles en Suède. En 2010, ils ont prélevé des échantillons de matières fécales des travailleurs une fois par mois de juin à septembre, au cours de la période de pointe d’été de la contamination positive des élevages de poulets par Campylobacter, et de nouveau durant le mois de février suivant. Les échantillons fécaux ont été cultivés pour la recherche de Campylobacter et analysés par séquençage pour toutes les bactéries. Bien que tous les participants aient été contrôlés négatifs pour Campylobacter au début de l’étude, sept participants ont eu une culture positive pour l’organisme au cours de l’étude. Seul un des participants Campylobacter positif a développé des symptômes de la maladie.

Ceux qui sont devenus Campylobacter positifs avaient une abondance significativement plus élevée de Bacteroides et Escherichia, organismes que ceux qui avaient une culture négative, ce qui suggère que ces espèces bactériennes jouent probablement un rôle important dans la résistance à la colonisation. Ce groupe a également eu une abondance significativement plus élevée de Phascolarctobacterium et Streptococcus, que ceux du groupe Campylobacter négatif, qui avait une surreprésentation des Clostridiales, des espèces  non classées Lachnospiraceae et Anaerovorax.

« Les proportions élevées d’espèces Bacteroides et Escherichia dans le microbiote intestinal peuvent prédisposer l’homme à une infection à Campylobacter », a déclaré Rautelin. « Il a été démontré que ces espèces particulières ont un rôle important dans la sensibilité de la flore intestinale aux pathogènes et à Campylobacter en particulier dans des études sur un modèle chez la souris. »

En suivant la composition du microbiote fécal des individus au fil du temps, les chercheurs ont observé que les individus Campylobacter négatif avaient de petites différences, mais ceux qui ont été testés positifs pour Campylobacter ont montré des changements significatifs dans l’échantillon fécal de février. Les chercheurs ne savent pas encore les implications de ces changements, a dit Rautelin.

La composition du microbiote seul ou associé avec le statut immunitaire d’un individu joue également un rôle important dans l’éradication de Campylobacter par l’intestin et cela reste à étudier, a-t-elle dit.

L’étude a été soutenue par le Swedish Research Council, le Swedish Research Council FORMAS et la Söderbergs Foundation. L’article peut être consulté en ligne à http://bit.ly/asmtip0914e.