Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Allergènes dans les aliments : Mise à jour de l’avis scientifique de l’EFSA

27
nov
Aucun commentaire
Classé dans Allergène, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

allergic-to-peanuts1Communiqué de l’EFSA du 26 novembre 2014, « Allergènes dans les aliments: mise à jour de l’avis scientifique »

Extraits.

L’EFSA a mis à jour son avis scientifique sur les allergènes alimentaires. L’avis scientifique de l’Autorité examine en détail tous les produits et substances allergéniques dont la présence dans les aliments doit être mentionnée sur l’étiquette, en vertu de la loi européenne. Ils comprennent les céréales contenant du gluten, le lait et les produits laitiers, les œufs, les noix, les arachides, le soja, le poisson, les crustacés, les mollusques, le céleri, le lupin, le sésame, la moutarde et les sulfites.
L’avis porte sur l’examen de toutes les données publiées sur la prévalence des allergies alimentaires en Europe. Pour chaque produit ou substance alimentaire figurant sur la liste des allergènes de l’UE, des informations sont fournies concernant:
  • la prévalence des allergies dans des populations non sélectionnées,
  • les protéines identifiées comme allergènes alimentaires,
  • les réactivités croisées,
  • les effets de la transformation des aliments sur l’allergénicité de l’aliment ou ingrédient,
  • les méthodes de détection des allergènes et des aliments allergéniques, y compris les méthodes de spectrométrie de masse et les méthodes ADN, ainsi que l’approche immunologique plus communément utilisée,
  • les doses observées pour déclencher des réactions indésirables chez les personnes sensibles.
AllergiesAlimentairesLe groupe scientifique de l’EFSA sur les produits diététiques, la nutrition et les allergies (groupe NDA) souligne que la prévalence des allergies alimentaires est difficile à établir en raison de la rareté des études disponibles pour certaines zones géographiques et des différentes méthodes utilisées pour recueillir des données sur la prévalence. Cependant, en utilisant les tests alimentaires de déclenchement comme critère diagnostique, la prévalence des allergies alimentaires à travers l’Europe a été estimée à environ 1%, tant chez les adultes que chez les enfants.
Environ 75% des réactions allergiques chez les enfants sont causées par les œufs, les arachides, le lait de vache, le poisson et les noix. Environ 50% des réactions allergiques chez les adultes sont provoquées par des fruits de la famille du latex et de la famille des Rosaceae (qui comprend les pommes, les poires, les cerises, les framboises, les fraises et les amandes), les légumes de la famille des Apiacées (qui comprend le céleri, les carottes et certaines herbes aromatiques) et diverses noix et arachides.

Lire la version intégrale de l’avis de l’EFSA : Scientific Opinion on the evaluation of allergenic foods and food ingredients for labelling purposes

La désinfection des surfaces en laboratoire de biologie

26
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Nettoyage-Désinfection, Normalisation, Réglementation, Santé.

ed6188L’INRS vient de publier un nouveau document utile (ED 6188 de novembre 2014), La désinfection des surfaces en laboratoire de biologie.

Des micro-organismes ou des échantillons contenant des micro-organismes sont manipulés dans les laboratoires de biologie et peuvent contaminer les surfaces (paillasses, équipements, sols…). Cette brochure présente tout d’abord les modes de colonisation des surfaces par les micro-organismes et les voies de contamination des opérateurs. Elle décrit ensuite les techniques et les produits utilisables pour nettoyer et désinfecter les surfaces, ainsi que les mesures de prévention des risques liés à ces pratiques : utilisation de détergents ou de désinfectants, traitement par application manuelle, désinfection des surfaces par voie aérienne (DSVA). Les principes de nettoyage et de désinfection doivent être connus et respectés afin d’effectuer ces opérations de façon efficace, en toute sécurité pour les personnes. En annexe figurent des indications sur la normalisation européenne des désinfectants de surface.

Commentaire : Ce document est une bonne mise au point. Néanmoins, faute de temps, je me bornerai à souligner que le volet consacré à l’efficacité et limite du nettoyage à la vapeur mériterait une réécriture.

Il faut en effet rappeler voir Quelques observations sur le nettoyage à la vapeur : La vapeur qui s’échappe d’un appareil est toujours plus chaude que la surface à désinfecter, donc elle se condense sur cette dernière. La température initiale du condensat est supérieure à 100°C (entre 120 et 150°C), puis elle baisse rapidement (quelques secondes) pour atteindre une température d’équilibre avec celle de la surface. D’ailleurs, il est possible de toucher sans danger une surface qui vient d’être traitée, et il n’y a pas à ma connaissance de mise en garde à ce sujet dans les notices techniques. L’efficacité sporicide, quand à elle, est quasi nulle ou nulle.

Une curiosité, le terme nettoyage (enlèvement des souillures ou des salissures) n’est pas défini dans le lexique alors qu’il est employé plus de 60 fois dans le texte …

Rappel de produits alimentaire : Mode d’emploi à l’attention de nos autorités !

26
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

recall-sign-150x99En matière de rappel d’aliments, les autorités sanitaires ont leur mot à dire car on ne peut guère compter sur la communication et l’information des distributeurs et/ou des entreprises alimentaires qui est encore bien trop timorée en la matière …

C’est pourquoi la communication doit passer obligatoirement et systématiquement en France par des communiqués diffusés sur les sites des autorités sanitaires, DGCCRF, ministère de l’agriculture, ministère de la santé, et non pas, par une affichette, que personne ne voit en magasin.

Voici un exemple issu chez nos amis belges d’un communiqué de rappel diffusé le 25 novembre 2014 sur le site de l’AFSCA de la part d’un industriel alimentaire, Biscuiterie Thijs NV, qui cite tous les distributeurs concernés, et ils sont très nombreux …

C’est d’autant plus utile que le site de l’entreprise alimentaire ne diffuse pas de communiqué … pas plus que les distributeurs qui sont ainsi mis devant le fait accompli ! Il s’agit donc en Belgique de « Rappel de gaufres. Problématique : Présence possible de solvants dans les gaufres. Suite à une contamination par exposition à des vapeurs de peintures, des concentrations élevées de « solvants » ont été constatées dans les produits suivants :

liste

Description du risque :
Le produit présente un goût et une odeur différents. Il existe un risque sanitaire possible sur le long terme. La société Biscuiterie Thijs a décidé, en accord avec l’AFSCA, de retirer de la vente et de rappeler auprès des consommateurs les produits listés ci-dessus.
Informations aux consommateurs :
Que faire avec les produits ?
Il vous est demandé de ne plus consommer les produits et de les ramener au magasin où vous serez remboursé.
Que se passe-t-il si vous avez déjà consommé le produit ?
Il n’existe par de danger direct pour la santé. De telles concentrations n’ont seulement un effet sur la santé qu’en cas de consommation répétée et prolongée.

Repas de Noël tragique pour une femme au Royaume-Uni

26
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Volaille.

« Un mari raconte l’horrible moment de la mort de sa femme après avoir mangé un dîner de Noël réchauffé à la chaîne de pubs au Royaume-Uni », source Doug Powell du barfblog du 26 novembre 2014. Bien entendu cela ne peut pas arriver en France, car chez nous, il y a l’opération fêtes de fin d’année

Un tribunal a entendu un mari raconter comment les yeux de sa femme mourante se sont fermés après avoir mangé un repas de Noël réchauffé dans l’une des plus grandes chaînes de pub du pays.

Della Gallagher, mère d’un enfant, est décédée et 32 autres convives sont tombés gravement malade après avoir mangé le repas de dinde au Railway Hotel, à Hornchurch dans l’Essex..

237E855900000578-0-image-55_1416934800709Cette femme de 46-ans est devenue malade le lendemain de Noël et son mari dévasté a dit à la cour comment sa femme a commencé à trembler avec ses yeux révulsés dans sa tête.

La Snaresbrook Crown Court a entendu qu’elle a été renvoyée à la maison par le Queen’s Hospital de Romford et qu’elle est décédée le 27 décembre 2012.

Les convives ont payé 39,95 livres sterling (50,05 euros) pour un repas qui avait été préparé la veille et qui été réchauffé sur une plaque chauffante avant d’être apporté à table.

Le procureur a dit la nourriture n’a pas dû être bien refroidie, elle a été d’abord cuite puis pas réchauffée correctement, créant ainsi un terreau idéal pour les bactéries mortelles comme Clostridium.

Après l’intoxication alimentaire, la propriétaire, Anne-Marie McSweeney, 40 ans et le chef Mehmet Kaya, 37 ans ont jeté tous les déchets alimentaires afin d’empêcher les inspecteurs de la santé de faire des prélèvements. Ils ont ainsi fabriqué de faux enregistrement de la cuisine. Les deux ont été reconnus coupables d’entrave à la justice pour falsification de documents liés à la sécurité des aliments.

La société qui gère le pub, basée à Fleet Street, Birmingham, a été reconnue coupable d’avoir mis sur le marché une dinde dangereuse. Un porte-parole de Mitchells & Butlers a déclaré : « Nous respectons la décision de la cour. Nous avons constaté qu’Anne-Marie McSweeney et Memhet Kaya ont été reconnus coupables d’entrave à la justice. Nous avons pris cette question très au sérieux, et nous avons coopéré pleinement avec l’autorité locale tout au long de leur enquête. La sécurité des aliments est notre priorité et nos employés sont tenus de respecter les procédures de synthèse strictes en tout temps.  Nos pensées sont avec la famille Gallagher pendant ces moments difficiles. »

NB : On appréciera à sa juste mesure la réponse de la société qui gère cette chaîne de pubs ! L’article très détaillé est édifiant sur la chaîne des circonstances qui ont conduit au décès de cette femme … A lire.

Un accord pour régler une poursuite judiciaire après un rappel de viande bovine canadienne contaminée par E. coli

26
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Un recours collectif ou une action collective ou une action de groupe est arrivé en France et voici un exemple venu du Canada …

« Un accord pour régler une poursuite judiciaire après un rappel de viande bovine canadienne contaminée par E. coli », source Doug Powell du barfblog du 26 novembre 2014.

XL.foods_-300x168Des avocats ont négocié un accord pour régler un recours collectif déposé à la suite d’une éclosion à E. coli et au plus grand rappel de viande de l’histoire canadienne. L’action en justice est dirigée contre XL Foods Inc., qui exploitait une usine de conditionnement de viande dans le sud de l’Alberta lors du rappel de viande de bœuf contaminée en 2012.

Rick Mallett, un avocat d’Edmonton qui était derrière le recours collectif, a déclaré que le règlement est destiné à rembourser les consommateurs pour les produits qui ont été rappelés. Il a déclaré que le règlement proposé d’un million de dollars (802 716 euros), ainsi que d’autres coûts, va aller devant un juge pour approbation en début d’année prochaine.

« Les parties ont conclu un règlement sur le remboursement de la viande bovine qui est soumis à l’approbation de la cour », a dit Mallett mardi lors d’une audience à la cour de Queen’s BenchCela s’applique à quiconque a acheté de la viande de bœuf rappelée – XL beef – et qui l’a jetée et qui n’a pas obtenu de remboursement. »

XL Foods a rappelé plus de 1800 tonnes de viande de bœuf au Canada et aux États-Unis.

Dans un communiqué, la société a nié toute responsabilité et les allégations contenues dans ce recours collectif. L’usine de Brooks a été vendue à JBS Canada l’an dernier.

C’est parti pour durer …