Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Sécurité des aliments : qui est champion du monde ?

20
mai
Aucun commentaire
Classé dans Audit, Curiosité, HACCP, Hygiène, Listeria, Réglementation, Sécurité des aliments.

Le site des Aliments Maple Leaf au Canada vient de s’enrichir de nouveaux « Engagements de Maple Leaf en matière de salubrité alimentaire ». Cette entreprise, si vous lisez ce blog ou si vous vous intéressez à Listeria, ne vous est pas totalement inconnue ; voir notamment Listeria monocytogenes et les équipements, 1/3 et Internet et les entreprises alimentaires, 1.la_verite_si_je_mens-006a3

Doug Powell du barfblog, qui est assez facétieux, s’est permis un jeu de mot dans son dernier article à propos des engagements de Maple Leaf. Le titre de son article « Maple Leaf makes lemon-scented food safety pledge », ce qui signifie à peu de choses près « Maple Leaf fait un engagement en matière de sécurité des aliments parfumé au citron ». En effet le terme pledge qui signifie engagement est aussi une marque de produits nettoyants qui « aident à faire ressortir et à préserver la beauté naturelle du bois à chaque époussetage. » Ce qui fait dire que les engagements de Maple Leaf sont sans doute de la poudre aux yeux, mais c’est à vous de voir …

Chez nous, on aurait eu le choix à propos de cet engagement entre l’expression, «lave plus blanc que blanc» ou bien «la vérité si je mens !».

Que dit cet engament « Notre objectif est d’offrir aux consommateurs et aux consommatrices des aliments salubres et délicieux fabriqués dans un environnement sûr. Aucune entreprise alimentaire ne peut promettre de ne jamais avoir de problème de salubrité des aliments. Voici ce que nous pouvons promettre… »

On peut rencontrer des problèmes certes mais pas des problèmes comme ceux qu’a connu cette entreprises avec un lourd bilan de 23 décès en 2008, fort heureusement cela n’arrive que très rarement !

« Nous nous engageons à ce que Maple Leaf devienne un chef de file mondial en matière de salubrité des aliments. Notre directeur en chef, Salubrité alimentaire dirigera la mise en œuvre de pratiques exemplaires dans les domaines de la désinfection, de l’analyse, des technologies, des formulations de produits et de la fabrication. Il a l’autorité d’arrêter la production à n’importe quelle usine qui, à son avis, pourrait présenter un risque du point de vue de la salubrité des aliments.

Nous nous engageons à implanter une vigoureuse culture de salubrité alimentaire au sein d’équipes à haut rendement grâce à des programmes de formation permanente, à l’éducation et à la communication des résultats de nos efforts. »

L’entreprise se veut « un chef de file mondial en matière de salubrité des aliments », pourquoi pas ? mais n’est-ce pas un peu trop humble ? Quant aux pratiques exemplaires, va-t-on communiquer auprès des consommateurs les résultats des analyses de recherche de Listeria ? Chiche !

La disponibilité publique des résultats des tests de sécurité des aliments renforce les efforts visant à convaincre un public sceptique qu’un produit est sans danger microbiologique. Bien entendu, les tests ont des limites, tout comme les inspections dans des restaurants, sans oublier les audits par tierce partie, mais le véritable objectif devrait être de déterminer la meilleure façon de rendre ces informations disponibles plutôt que de dire aux consommateurs, soyez rassurés, nous faisons le maximum !

Cela me rappelle ce qui s’est dit récemment, Le fondateur et président de BPI, Eldon Roth, a annoncé à la Conférence annuelle de la National Meat Association’s que sa société publiera sur son site 100 pour cent de ses résultats sur E. coli O157:H7 et Salmonella. « Nous allons être de 100 pour cent transparent », a déclaré Roth à Meatingplace lors d’un entretien à la suite de cette annonce. Voir Montrez ses analyses pour prouver que ses produits sont sûrs. Une voie à suivre par Maple Leaf …

Autre engagement de Maple Leaf « Nous nous engageons à nous conformer aux plus hautes normes de détection et d’analyse pour identifier tout risque potentiel. Toute analyse soulevant des inquiétudes en matière de salubrité des aliments entraînera une mise en quarantaine immédiate. Aucun produit ne quittera l’usine jusqu’à ce que notre entreprise et les autorités réglementaires gouvernementales aient la certitude que l’aliment est salubre. »

Rien de bien nouveau …

« Nous nous engageons à établir des normes élevées et à nous y conformer ainsi qu’à mesurer notre rendement par rapport aux normes de la Global Food Safety Initiative, au moyen de vérifications indépendantes, lesquelles nous permettront de nous améliorer continuellement. »

Plutôt que de compter sur un auditeur qui se promène dans l’usine, pourquoi ne pas être en mesure de prouver comment cette entreprise fait de la sécurité des aliments. Peut-être que Maple Leaf va, à l’instar de Cargill, installer ses propres caméras vidéo afin de disposer des données pour étayer ses engagements en matière de sécurité des aliments. Voir Les nouveaux auditeurs par tierce partie sont arrivés : les caméras de vidéo surveillance.

La fin des engagements est sans doute la cerise sur le gâteau et est pour moi sans commentaires, « Nous nous engageons à partager nos connaissances avec l’industrie, le gouvernement et les consommateurs, pour qu’il y ait de part et d’autre une acquisition de connaissances, dans le but d’atteindre de meilleures normes de salubrité des aliments à chaque étape de leur préparation. »

Rien de moi que cela, l’entreprise devient le phare de la sécurité des aliments. Heureusement on n’est pas obligé de croire aux contes de fées.

Articles similaires

Laisser un commentaire


sept − = 2