Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Allergène'

Aucune catégorie

Les analyses des aliments sont utiles, mais pas elles ne sont pas infaillibles

1
juil
Aucun commentaire
Classé dans Allergène, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Rappel, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

indian_spices« Les analyses des aliments sont utiles, mais pas elles ne sont pas infaillibles », source article de Richard Lawley du 1er juillet 2015 paru sur son blog Food Safety Watch.

De plus en plus d’analyses sont effectuées sur les produits alimentaires chaque année dans le monde entier. Malgré l’avènement du HACCP, et le quasi-abandon des analyses de contrôle qualité comme un moyen d’assurer la qualité et la sécurité des aliments, l’allongement de la chaîne alimentaire et les préoccupations des consommateurs au sujet de la sécurité sanitaire ont entraîné une augmentation constante du volume des analyses effectuées. Mais les résultats produits par cette activité sont seulement aussi bons que les méthodes utilisées pour les obtenir. Un fait mis en évidence cette semaine par une annonce de la Food Standards Agency (FSA) du Royaume-Uni.

Plus tôt cette année, la FSA a demandé la Bart Ingredients Company de rappeler un lot de cumin moulu, dans lequel des analyses de routine sur les allergènes avaient détecté la présence d’amande non déclaré sur l’étiquetage. La protéine d’amande est un allergène alimentaire reconnu et elle représente un risque pour la santé des personnes sensibles aux amandes. Elle est parmi les 14 allergènes qui doivent être légalement déclarés sur l’étiquetage des aliments. Mais la société a contesté les conclusions et elle a produit ses propres résultats d’analyse qui contredisaient les analyses initiales, de sorte que des analyses ont été commandées à un laboratoire tierce partie.

Ces analyses ont confirmé que la protéine d’amande n’était pas présente. Ce qui était présent était une épice appelée mahaleb, dérivé d’une plante liée à l’amande et qui aurait été manipulé dans la chaîne d’approvisionnement du cumin. Le mahaleb n’est pas un allergène reconnu, donc il n’y avait plus aucune raison pour rappeler le produit. La FSA n’a pas eu d’autre choix que d’annoncer que le rappel avait été annulé. Cette reculade plutôt embarrassante semble être le résultat d’une méthodologie d’analyse insuffisante plutôt que d’une erreur. La méthode de détection des protéines selon la méthode ELISA utilisée pour analyser les protéines d’amande ne peut apparemment pas faire la différence entre l’amande et le mahaleb qui sont très similaires. La recherche pour valider une méthode plus discriminante est maintenant en cours.

Cette histoire a des implications plus larges pour l’industrie alimentaire. Le rappel initial était l’un des nombreux rappels lancés sur les deux côtés de l’Atlantique où des allergènes non déclarés ont été détectés dans les épices. D’autres rappels au Royaume-Uni ont impliqué la présence d’amande dans du paprika, tandis qu’en Amérique du Nord la protéine d’arachide a été détecté dans du cumin moulu, conduisant à des rappels croissant d’aliments utilisant le cumin comme ingrédient. À l’époque, les rappels ont donné lieu à des spéculations sur la falsification potentiel des produits alimentaires de grande valeur avec des substituts moins chers, la fraude alimentaire en d’autres termes. Mais maintenant, il faut se demander à quelle a été la fiabilité des résultats des analyses. Les rappels et les allégations de falsification minent la confiance des consommateurs et peuvent complètement ruiner les entreprises. Donc, elles doivent être fondées sur des preuves précises et fiables. Malheureusement, aucune méthode d’analyse existante n’est fiable à 100%, il suffit de le demander à la FSA, et les résultats peuvent induire en erreur comme cela a été ici le cas. Mais il existe d’autres sources d’information utiles. Le renseignement des personnes sur le terrain aux différents points de la chaîne alimentaire est une de ces sources. Bien que souvent sous-évalué, les observations des personnes ayant connaissance locale réelle peuvent donner un avertissement précoce des problèmes et aider à informer les laboratoires d’analyse. Toute entreprise alimentaire avec un accès à un réseau de ce type peut être beaucoup plus confiant car la fourniture d’ingrédients ne contiendra aucune mauvaise surprise.

NB : En France, plusieurs produits ont été ainsi rappelé récemment pour cause de présence de l’allergène amande

Un rappel de cumin pour cause de présence d’allergène annulé en raison de résultats faux positifs !

30
juin
Aucun commentaire
Classé dans Allergène, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Rappel, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

imgresDans un article de Cesare Varallo paru le 28 avril 2015 sur son blog Food Law Latest, il était question de « La prochaine fraude alimentaire ? Pire que le « Horsegate » ?

Il était question d’épices pouvant être contaminées par des allergènes, d’où cette question, s’agit-il de faux positifs ?

Comme nous allons le voir dans l’exemple ci-après le rappel et le faux positif a été attribué à un ingrédient le «mahaleb », extrait d’une variété de cerisier.

Est-ce que tous les produits rappelés en France et ailleurs en Europe ont-ils été victimes de cette erreur de laboratoire ? Voir aussi A propos de la présence d’allergènes dans les épices dans l’UE. Nous le verrons bien dans les prochains jours …

Le rappel de Bart Ground Cumin annulé, source Food Standards Agency du 30 juin 2015.

La Food Standards Agency a annulé le rappel d’un lot de cumin moulu par la Bart Ingredients Company. Le produit affecté avait été contrôlé positif pour la présence de protéines d’amande.

Des tests supplémentaires par le Laboratory of the Government Chemist (LGC) a montré qu’une épice appelée mahaleb était présente mais pas la protéine d’amande. Le mahaleb et l’amande sont de la même famille d’arbres et d’arbustes ‘Prunus’. Cependant, le mahaleb n’est pas l’un des 14 allergènes identifiés dans la législation sur les allergènes alimentaires. Il n’y a aucune preuve que la contamination ait été le résultat d’une activité frauduleuse.

Le niveau de protéines d’amande détecté avait été considéré comme un risque pour les personnes souffrant d’une allergie à l’amande. La compagnie a ensuite produit des résultats de tests à partir d’échantillons de la même matière qui contredisait le résultat positif.

Les allergènes présents dans des épices : Rappels en série en France et en Belgique

9
juin
Aucun commentaire
Classé dans Allergène, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Rappel, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

Il en avait déjà été question dans A propos de la présence d’allergènes dans les épices dans l’UE la semaine dernière, mais cela continue … sans qu’il y ait une fin !

indian_spicesAinsi, sur le site d’Intermarché, la société Antartic 2 annonce procéder au retrait et au rappel consommateurs des produits suivants :

  • CIGALOU – Mélange paprika doux pot verre 45 g
  • CIGALOU – Mélange paprika doux 500 g

Ainsi que :

  • CIGALOU – Mélange Chili mexicain sachet 20 g
  • CIGALOU – Mélange couscous sachet 20 g
  • CIGALOU – Mélange pour paella sachet 30 g

L’AFSCA de Belgique rapporte également cette information en ces termes : Communiqué de ANTARTIC 2 :

  • Produit : mélanges d’épices.
  • Problématique : Présence d’amande non mentionnée sur l’étiquette.

Ce qui est le plus étonnant est ce qui suit, comme quoi, on nous prend vraiment pour des ballots …

« Dans le cadre de son autocontrôle, la présence d’amande a été décelée dans les mélanges d’épices suivants sans qu’elle ne soit mentionnée sur l’étiquette. »

Compte tenu de la stabilité des épices, cet autocontrôle n’aurait-il pas pu ou dû être fait avant de mettre le produit sur le marché ? Que d’argent dépensé pour rien !

A propos de la présence d’allergènes dans les épices dans l’UE

3
juin
Aucun commentaire
Classé dans Allergène, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Rappel, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

La cultissime émission de la RTS en Suisse romande, On en parle, traite en ce 3 juin 2015 de la présence de « Traces d’arachides dans du paprika et du cumin en poudre ». Emission à écouter ou à télécharger.

Après la découverte de traces d’arachides et d’amandes dans du paprika et du cumin en poudre dans l’Union européenne, « On en parle » et le magazine « Bon à Savoir » ont fait analyser les épices disponibles en Suisse. Résultat : 4 produits sur 18 contenaient des traces d’arachides non déclarées sur l’étiquette. Voir le tableau des essais.

Epices_a_colombo_1Alors que le chef de clinique en allergologie desHôpitaux Universitaires de Genève (HUG), David Spoerl, rappelle le fort potentiel allergène de l’arachide, les faibles quantités mesurées inquiètent pourtant peu les fabricants et les autorités sanitaires.

Le magazine Bon à savoir indique dans son numéro de juin 2015, Tout comme ses voisins européens, la Suisse est touchée par plusieurs cas de contamination d’épices par des allergènes non déclarés. Effectivement la France a été touchée avec plusieurs rappels, mais il y a eu un silence radio de nos autorités sanitaires …

Confronté à nos résultats, l’Office fédéral de la sécurité alimentaire (OSAV) ne s’alarme pas, car la norme légale suisse est largement respectée: les allergènes ne doivent être déclarés que lorsque leur teneur atteint 1000 mg/kg du produit concerné. Avec des quantités comprises entre 2,6 et 4,7 mg/kg, nos quatre échantillons fautifs sont donc bien en deçà. Mais peuvent-ils tout de même poser problème à une personne fortement allergique? Oui, répond sans aucune ambiguïté David Spoerl, chef de clinique à l’Unité d’allergologie des HUG : « Ces résultats sont inquiétants, d’autant plus qu’il s’agit d’arachide, l’allergène par excellence. Des doses infimes suffisent. Parfois, il n’est même pas nécessaire d’en ingérer: un baiser sur les lèvres de quelqu’un qui en a consommé peut suffire à provoquer une réaction anaphylactique chez les personnes les plus sensibles. Celle-ci peut ensuite affecter des organes vitaux, dans le pire des cas.»

Peut-être que là aussi l’Anses va peut-être nous éclairer …

Mise à jour du 4 juin 2015. Comme de bien entendu, la série de rappel se poursuit comme le montre ce communiqué du 3 juin 2015 paru le site de la société AUCHANLa société EPICEA procède aujourd’hui au retrait de la vente et au rappel de différentes épices et produits contenant du piment suite à la mise en évidence de la présence de l’allergène amande. Il s’agit des produits portant les caractéristiques suivantes :
Nature du produit : Mélange d’épices
– Mélange oriental
– Mélange spaghetti
– Piment fort moulu
– Mélange cajun
– Mélange poulet
– Mélange kefta
– Paprika moulu
– Piment doux moulu
– Mélange paella
– Mélange couscous
– Mélange tex-mex
– Mélange tajine
– Mélange tandoori
– Mélange épices mexicaines
Marque : Les Continents des Saveurs
Conditionnement : pot ou sachet
L’ensemble des lots concernés est retiré de la commercialisation.
Certains de ces produits ont cependant été commercialisés avant la mesure de retrait/rappel. Il est donc recommandé aux personnes allergiques aux amandes qui détiendraient des produits appartenant à la liste ci-dessus de ne pas les consommer et de les détruire, ou de les ramener à l’accueil du magasin.
L’ingestion d’amandes par un consommateur sensible peut entrainer des réactions allergiques graves.

Allergènes et restauration, c’est simple puisque c’est indiqué dans le menu

2
juin
2 commentaires
Classé dans Allergène, Curiosité, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

J’avais parlé du sujet dans « Une information orale des consommateurs sur la présence d’allergènes selon les métiers et les industries de l’hôtellerie ? ».

Selon une ministre, voici ce qu’il en est de l’application du nouveau décret :

  • Pour les denrées non préemballées (servies par les cantines, restaurants, traiteurs rayons à la coupe des hypermarchés et supermarchés…), l’indication de la présence d’allergènes se fait obligatoirement par écrit, sans que le consommateur n’ait à en faire la demande. L’Etat français a choisi de laisser le libre choix aux opérateurs d’utiliser le système qui leur convient le mieux et leur permet, de la façon la plus simple, de remplir cette obligation.
  • Pour les produits en vue d’une consommation immédiate, l’information doit être signalée à proximité immédiate de l’aliment (ex : vitrines des traiteurs, boucheries…), de façon à ce que le consommateur n’ait aucun doute sur le produit concerné.
  • Pour la consommation au sein d’un établissement de restauration ou cantine, les professionnels devront tenir à jour un document écrit sur la présence d’allergènes dans les plats proposés. Ce document devra être facilement accessible pour le consommateur à sa demande, le choix de présentation étant laissé à l’appréciation des professionnels. 

De passage en Italie en ce moment, voici ci-dessous ce que j’ai vu sur la carte d’un restaurant italien à Lecce dans les Pouilles. Je précise également que dans la plupart des restaurants fréquentés, la mention ‘surgelé’ accompagne quand c’est le cas le produit concerné …

menu_allergènes