Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Campylobacter'

Pas de catégorie

Quand Campylobacter fait la Une des médias au Royaume-Uni

3
déc
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Volaille.

campylobacter« Campylobacter fait la Une des médias au Royaume-Uni », source article de Richard Lawley paru sur son blog Food Safety Watch le 2 décembre 2014.

Campylobacter est la principale cause de maladies d’origine alimentaire du Royaume-Uni depuis près de dix ans. Pourtant, jusqu’à tout récemment, relativement peu de personnes n’avaient pas entendu parler de Campylobacter. Cela va donc changer rapidement, car les médias grand public commencent à focaliser beaucoup plus d’attention sur ce pathogène plutôt inhabituel. La dernière série des Unes des médias a fait suite à la publication la semaine dernière par la Food Standards Agency’s (FSA) des résultats d’une enquête sur Campylobacter dans les poulets entiers vendus en distribution. Le chiffre global était un taux de contamination de 70%, mais peut-être plus important est que les nouvelles ont rapporté que 18% des poulets retrouvés positifs avaient des taux de Campylobacter supérieurs à 1000 ufc/g. Cela doit être très décevant pour la FSA, car elle avait pour objectif de réduire le nombre de carcasses de poulets fortement contaminées de 10% d’ici à 2015. Il est difficile de voir comment cela peut être réalisé sur la base des derniers résultats. L’autre aspect des résultats qui a fait les manchettes était le « naming and shaming » (‘nommer et dénoncer’) les distributeurs, avec les taux de contamination pour chacun des grands distributeurs listés dans un tableau. Pour ce que ça vaut, Asda a été le pire avec 78%, tandis que Tesco était au top avec 64%, mais le point important est qu’aucun d’entre eux n’a atteint les objectifs ciblés de réduction de Campylobacter en fin de la production.

Ce que cela nous dit, c’est que très peu choses ont changé depuis ces dix dernières années. Les enquêtes successives sur Campylobacter sur les poulets vendus en distribution ont montré des taux compris entre 50% et 90% de contamination – voire même 100% dans certains cas – et une enquête de la FSA en 2007-2008 avait montré une prévalence globale de 65% au Royaume-Uni, en fait un peu mieux que les résultats actuels. Ceci en dépit des efforts considérables consacrés à réduire l’infection dans les élevages de poulets grâce à une meilleure biosécurité et en réduisant le transfert de contamination pendant la transformation en améliorant l’hygiène et de la conception des équipements. Il est clair que cela n’a pas été suffisant, bien que le nombre de carcasses fortement contaminées semble être de l’ordre de 25% à 18% depuis 2010. Néanmoins, la manipulation et la consommation de poulets réfrigérés crus restent le principal facteur de risque d’infection à Campylobacter chez l’homme.

La lumière crue des projecteurs des médias ne peut pas être bien accueillie par les transformateurs de volaille ou les supermarchés, mais cela va sûrement accélérer le progrès vers de meilleures mesures de maîtrise de Campylobacter. Plusieurs nouvelles technologies de décontamination sont déjà au stade d’essai et elles pourraient contribuer à la réduction des taux de contamination en cas de succès. D’autre part, nous avons vécu avec ce problème, depuis longtemps, et il est important de maintenir un sens de la mesure et éviter des actions irréfléchies qui pourrait causer de nouveaux problèmes. Les solutions doivent être mesurées, basées sur la science et efficaces, mais elles doivent également être mises en œuvre rapidement. Si la prochaine enquête ne montre aucune amélioration, les excuses seront bien inutiles sur le terrain. Une mauvaise presse pourrait être bien le coup de semonce nécessaire pour s’assurer que des excuses ne sont pas nécessaires.

Vous pouvez en savoir plus sur Campylobacter dans le document de Food Safety Watch.

Campylobacter et le Royaume-Uni

2
déc
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Microbiologie, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, Volaille.

Un nouveau site www.campylobacter.org.uk vient de voir le jour. Il est annoncé que ce site contient des informations sur l’état des lieux de Campylobacter au Royaume-Uni, ainsi que les détails de la recherche scientifique effectuée par le Groupe de travail mixte pour réduire le taux de Campylobacter

 campylobacter_site

On y trouvera, entre autres éléments, la réponse du British Retail Consortium (BRC) aux résultats publiés par la Food Standards Agency (FSA), qui au départ n’était pas favorable à ce type d’enquête de la FSA, mais qui depuis a évolué ! Voir ce lien.

Les chiffres publiés en 2014 sont un rappel important que nous n’avons pas encore trouvé un moyen de prévenir la présence de Campylobacter dans le poulet cru et les supermarchés travaillent encore durement afin de trouver des solutions pour aider les consommateurs telles qu’un conditionnement étanche pour tous les poulets crus et les poulets qui viennent d’être rôtis, c’est notre top priorité pour la sécurité des aliments. (…)

« Nous sommes déterminés à poursuivre la recherche d’une solution concernant Campylobacter et nous appuyons le travail de la FSA pour fournir des conseils éclairés aux consommateurs pour une cuisson appropriée et une hygiène de la cuisine. »

Il y a eu une préoccupation selon laquelle la mise en œuvre d’une solution pour prévenir Campylobacter signifierait une augmentation du prix du poulet mais nous croyons que toute augmentation devrait être petite et nos distributeurs pour être compétitifs dans un marché concurrentiel travailleront avec leurs fournisseurs pour faire tout ce qu’ils peuvent pour éviter que la note ne soit pas payée par les consommateurs ».

Edifiant, ce que rapporte BRC …  et cela souligne les limites déjà énoncées de la certification des usines par tous ces référentiels, mais le plus important, ce sont les informations contenues dans ce site …

NB : La photo illustre la page d’accueil.

Crise, scandale, appel au boycott au Royaume-Uni après la publication des résultats de la FSA sur la présence de Campylobacter dans la viande poulet

28
nov
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Volaille.

which_UKJe vous en avais déjà parlé dans La Food Standards Agency diffuse les résultats sur la présence de Campylobacter dans les poulets en publiant les résultats des contrôles chez les distributeurs. Impensable chez nous ?

Selon ATS/AGIR, « 70% de la viande de poulet vendue dans les supermarchés britanniques sont contaminés par la bactérie Campylobacter. Cette bactérie peut s’avérer mortelle dans certains cas, a révélé aujourd’hui l’Agence britannique de sécurité alimentaire (FSA). La FSA publiait aussi ce jeudi, pour la première fois, des chiffres par groupe de distribution, révélant que chez Asda par exemple 78% de la viande de poulet testée présentaient cette bactérie, suivi de Cooperative (73%), Morrisons, Sainsbury’s et Waitrose (tous trois 69%), Marks&Spencer (67%) et Tesco (64%). Les chiffres concernant les chaînes de discount alimentaires Aldi et Lidl n’étaient en revanche pas disponibles. « Ces résultats montrent que l’industrie alimentaire, en particulier les distributeurs, doivent agir davantage » contre le Campylobacter, a déclaré le directeur du FSA, Steve Wearne, cité dans l’étude. Environ 280’000 Britanniques sont affectés tous les ans par la bactérie qui provoque des infections intestinales en général bénignes mais qui peuvent être fatales chez les très jeunes enfants, les personnes âgées et les individus immunodéprimés. »

238CAE1600000578-2851740-image-14_1417094864738

L’Association de consommateurs britannique indique que « Supermarket bosses should hang their heads in shame’ » (les dirigeant des supermarchés devraient se couvrir la tête de honte), voir photo de droite.

En photos, ci-dessous, deux titres du Guardian, 1 et 2, qui illustrent bien que la viande de poulet est plus que montrée du doigt …

guardian1guardian2

La Food Standards Agency diffuse les résultats sur la présence de Campylobacter dans les poulets en publiant les résultats des contrôles chez les distributeurs. Impensable chez nous ?

27
nov
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Volaille.

Le Daily Mail du 26 septembre 2014 rapporte que « l’ancien responsable de la Food Standards Agency qui a obtenu un emploi chez Tesco afin de faire pression contre le « naming and shaming » (dénoncer et montrer du doigt) les supermarchés vendant des « poulets contaminés » par Campylobacter. » Pourtant la nomination de Smith lui interdisait de faire du lobbying sur le ministre pendant deux ans. Mais Smith aurait rencontré le ministère pour les avertir que publier les chiffres créerait une crise alimentaire.

Pendant ce temps, la Food Standards Agency (FSA) publie le 27 novembre 2014 l’« Enquête sur les taux de Campylobacter dans les poulets vendus en distribution ».

La FSA a publié danles résultats cumulés des deux premiers trimestres de son enquête sur un an sur la présence de Campylobacter dans les poulets.

campy_freeS’attaquer à Campylobacter est la priorité numéro un en matière de sécurité des alimentaire pour la FSA et elle est à la tête d’une campagne pour rassembler l’ensemble de la chaîne alimentaire pour s’attaquer à ce problème. Les résultats individuels par distributeur important ont été publiés. Les résultats à ce jour montrent :

  • 18% des poulets ont été contrôlés positifs pour Campylobacter sont au-dessus des taux les plus élevés de contamination (au-dessus de 103 unités formant colonies par gramme (> 1000 ufc/g). Ces unités indiquent le taux de contamination de chaque échantillon.
  • 70% des poulets ont été contrôlés positifs pour la présence de Campylobacter.
  • 6% des emballages ont été contrôlés positifs pour la présence de Campylobacter avec un seul prélèvement ayant le taux le plus élevé de contamination (> 1000 ufc/g).

Au total, 1995 échantillons de poulets entiers réfrigérés ont été analysés, l’emballage a aussi été analysé pour la plupart des échantillons. Les données montrent des variations entre les distributeurs, mais aucun n’a atteint la cible en fin de transformation dans la réduction de Campylobacter (voir dans le communiqué, le tableau proposé par la FSA concernant ASDA, Tesco, M&S, The Co-operative, Morrison’s, Sainsbury’s et Waitrose ainqi que de petits distributeurs).

Les chiffres globaux montrent une augmentation la contamination du premier trimestre au deuxième trimestre. Cela est probablement dû aux échantillons du deuxième trimestre prélevés pendant les mois d’été car une augmentation de Campylobacter est souvent constatée en raison du temps chaud.

Cette enquête sur 12 mois, allant de février 2014 to février 2015 va analyser 4 000 échantillons de poulets entiers achetés au Royaume-Uni chez des distributeurs et des magasins plus petits, indépendants et des bouchers.

Campylobacter est détruit par une cuisson à cœur ; toutefois, il est la forme la plus commune d’intoxication alimentaire au Royaume-Uni, affectant estimée à 280 000 personnes par an. La volaille est la source de la plupart de ces cas.

Steve Wearne, Directeur de la réglementation à la FSA, a déclaré : « Ces résultats montrent que l’industrie alimentaire, en particulier les distributeurs, doivent faire davantage pour réduire la quantité de Campylobacter présente sur les poulets. Bien que nous ne sommes qu’à mi-chemin de l’enquête, 18% des poulets analysés avaient Campylobacter à plus de 1000 ufc/g, le taux le plus élevé de contamination, et plus de 70% des poulets avaient sur eux des Campylobacter. Cela montre qu’il y a un long chemin à parcourir avant que les consommateurs ne soient protégés contre ce microbe. »

« Si le poulet est bien cuit et les lignes directrices de préparation sont correctement suivies, le risque pour le public est extrêmement faible. »

« Il y a des signes que des distributeurs commencent à prendre leurs responsabilités. Lorsque plus est fait, nous verrons que les améliorations durables aideront à prévenir nombre de leurs clients de tomber malade ».

Il y a eu certains développements récents dans les efforts de l’industrie et des distributeurs pour lutter contre Campylobacter. Cela comprend :

  • Marks & Spencer et son fournisseur, 2 Sisters Food Group, ont récemment mis au point un plan en cinq points sur un programme intégré d’interventions tout au long de la chaîne alimentaire afin de réduire les taux de Campylobacter.
  • Asda et son fournisseur, Faccenda, se sont engagés dans une nouvelle technologie innovante avec de la vapeur (SonoSteam) qui a montré des résultats prometteurs et qui est désormais installée à l’usine Faccenda dans des essais sur ligne à grande échelle.
  • Moy Park, à propos de la biosécurité à la ferme, a trouvé des moyens rentables de dépasser les standards de Red Tractor.
  • Un certain nombre de distributeurs ont mis en place ‘le poulet dans un sachet d‘emballage’ afin d’aider à limiter le transfert de contamination en minimisant la manipulation du poulet cru à la maison.

Il est probable que les récentes interventions pour réduire les taux de Campylobacter ne seront pas reflétées à ce stade dans les résultats de l’enquête. Les résultats de l’échantillonnage en cours permettront à la FSA et à l’industrie alimentaire de voir quel impact ils avaient.

Food Safety Roundup ou Liste bibliographique en sécurité des aliments, 21

25
nov
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Listeria, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Virus.

Message de CIDRAP, Center for Infectious Disease Research & Policy de l’Université du Minnesota, du 25 novembre 2014, relatif aux nouveaux documents ci-dessous sur les maladies infectieuses d’origine alimentaire qui ont été ajoutés au site depuis les dernières semaines.

Foodborne Disease

Campylobacter

Listeria

Norovirus