Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Campylobacter'

Pas de catégorie

Que faire avec le poulet dans la cuisine ? Un manque d’hygiène en cuisine peut vous rendre malade !

17
oct
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Lavage des mains, Nettoyage-Désinfection, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Volaille.

campy_freeAprès la campagne tonique de la Food Standards Agency sur Campylobacter le poulet, reprise par l’EFSA, « Lancement de la campagne anti-Campylobacter au Royaume-Uni », voici que c’est au tour du BfR d’Allemagne de proposer le 10 octobre 2014 un document (26/2014) : « Que faire avec le poulet dans la cuisine ? Un manque d’hygiène en cuisine peut vous rendre malade ».

Un film du BfR propose des recommandations aux consommateurs sur l’hygiène en cuisine.

Un manque d’hygiène lors de la manipulation des aliments est une cause importante d’éclosions de maladies infectieuses d’origine alimentaire. Pour cette raison, l’Institut fédéral pour l’évaluation des risques (BfR) a publié sur internet un film de deux minutes sur le sujet suivant,  « Que faire avec le poulet dans la cuisine ? Les données sur les cas de maladies montrent que nous devons fournir plus d’informations, même aux jeunes personnes sur la façon de manipuler correctement les aliments », a déclaré le président du BfR, le Professeur Andreas Hensel. « Afin d’atteindre ce groupe cible, le BfR a fait un clip vidéo sur le thème important de la contamination croisée, c’est-à-dire le transfert de germes d’aliments, généralement des aliments crus, vers des aliments prêts à être consommés. »

NB : Le film très humoristique est sans paroles, qu’on se dise ! A quand une campagne de l’Anses ?

Nouvelle-Zélande : Enlever la contamination fécale réduit-elle le taux de Campylobacter ?

10
oct
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Microbiologie, Nettoyage-Désinfection, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Volaille.

2011-April-230-e1314634823506-1-300x200« Enlever la contamination fécale réduit-elle le taux de  Campylobacter ? » Source Doug Powell du barfblog du 10 octobre 2014.

Le changement ayant pour but de nettoyer la contamination fécale des caisses sales de transport des poulets a épargné aux Néo-Zélandais des centaines de cas à Campylobacter, disent les autorités.

Une nouvelle étude présentait à une conférence sur la santé a révélé que problème en Nouvelle-Zélande concernant le microbe douloureux et embarrassant entraînant la gastro est désormais du passé grâce aux évolutions de l’industrie.

À son apogée, Campylobacter était épidémique dans le pays et sa présence était la plus élevée du monde occidental, ce qui coûtait 60 millions de dollars par an, principalement en salaires perdus de personnes forcées de prendre des jours de congé pour soigner des maux de ventre et arrêter la propagation contagieuse.

Les volailles infectées étaient l’une des principales sources du problème.

Gail Duncan du ministère des industries primaires a dit devant le NZ Population Health Congress à Auckland que de simples changements à la réglementation sur la transformation de la volaille ont conduit à une chute radicale de 58% des infections.

Un changement clé était de commencer par laver les caisses utilisées pour le transport des poulets vers des usines de transformation, la création d’un environnement plus propre et l’arrêt de la contamination croisée qui alimente l’épidémie.

Food Safety Roundup ou Liste bibliographique en sécurité des aliments, 20

7
oct
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Listeria, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Union Européenne, Virus.

Message de CIDRAP, Center for Infectious Disease Research & Policy de l’Université du Minnesota, du 7 octobre 2014, relatif aux nouveaux documents ci-dessous sur les maladies infectieuses d’origine alimentaire qui ont été ajoutés au site depuis les dernières semaines.

Hepatitis A outbreak in Italy, 2013, voir Euro Surveill

Tracing of food items in connection to the multinational hepatitis A virus outbreak in Europe, voir EFSA J

Outbreak of hepatitis A in the USA associated with frozen pomegranate arils imported from Turkey, voir Lancet Infect Dis

Pregnancy-related listeriosis in France, 1984 to 2011, with a focus on 606 cases from 1999 to 2011, voir Euro Surveill

The global burden of listeriosis, voir Lancet Infect Dis

A food-borne outbreak of gastroenteritis caused by norovirus GII in a university located in Xiamen City, China, voir Int J Infect Dis

Novel norovirus recombinants detected in South Africa, voir Virol J

Norovirus vaccine against experimental human GII.4 virus illness, voir J Infect Dis

Impact of genotype-specific herd immunity on the circulatory dynamism of norovirus, voir J Infect Dis

Relative cost-effectiveness of a norovirus vaccine in the deployed military setting compared to a vaccine against Campylobacter sp., ETEC, and Shigella sp., voir Vaccine

Large outbreak of Salmonella Thompson related to smoked salmon in the Netherlands, August to December 2012, voir Euro Surveill

Rapport sommaire 2013 de FoodNet Canada

23
sept
2 commentaires
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Listeria, Microbiologie, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

canada-flag5-406Le Rapport sommaire 2013 de FoodNet Canada est très instructif sur la présence de pathogènes dans les aliments et l’environnement. Cela entre dans le cadre du programme de surveillance nationale intégrée des agents pathogènes entériques du Canada.

Sommaire

FoodNet Canada assure le suivi chez les Canadiens des maladies intestinales, communément appelées « intoxications alimentaires », et retrouve leurs sources, comme les aliments, l’eau et les animaux. Ces données sont analysées pour aider à déterminer quelles sources causent le plus grand nombre de maladies chez les Canadiens, et nous aident à faire le suivi des maladies ainsi que de leurs causes, au fil du temps.

Au cours de l’année de surveillance 2013, FoodNet Canada a été actif dans deux régions : la région de Waterloo et la région sanitaire de de Fraser située dans les basses-terres continentales de la Colombie-Britannique. Dans chaque emplacement, ou « site sentinelle », la surveillance accrue des maladies humaines est effectuée parallèlement à la surveillance active de bactéries, de virus et de parasites particuliers, ainsi que des sources possibles auxquelles les personnes infectées ont pu être exposées.

Ce rapport a pour objet de présenter les résultats préliminaires de surveillance recueillis auprès des deux sites sentinelles en 2013. Ce rapport sera suivi d’un rapport annuel exhaustif qui comprendra des analyses plus détaillées des tendances temporelles et des données sur le sous-typage, lesquelles permettront d’obtenir une vue d’ensemble des maladies entériques, de l’exposition à l’affection.

Après huit années de collecte de données à deux sites sentinelles différents, FoodNet Canada continue de fournir des renseignements importants sur les maladies entériques au Canada. Cette information est essentielle à l’élaboration de politiques rigoureuses en matière de salubrité de l’eau et des aliments au Canada.

En général, les taux d’incidence des maladies entériques à déclaration obligatoire ont diminué au cours des sept dernières années. En 2013, Campylobacter et Salmonella demeurent les causes les plus fréquentes de maladies entériques chez l’humain aux sites sentinelles, partout au Canada. L’information acquise dans le cadre de la surveillance de l’exposition par FoodNet Canada (vente au détail, fermes et eau) donne un aperçu des sources et des voies d’exposition potentielles pour ces deux agents pathogènes.

Campylobacter, Salmonella et Listeria monocytogenes continuent d’être couramment observées dans les poitrines de poulet sans peau vendues au détail dans les deux sites sentinelles, de même que dans les produits de poulet transformés tels que le poulet haché et les croquettes de poulet congelées. Listeria monocytogenes est également systématiquement retrouvée dans le bœuf haché, bien que dans des proportions plus faibles dans les produits de poulet vendus au détail.

Fait intéressant, tous les parasites et les virus ayant fait l’objet de tests ont été détectés dans des légumes-feuilles vendus au détail dans les deux sites sentinelles. Cette information est partagée avec les partenaires en salubrité des aliments de l’industrie, avec Santé Canada ainsi qu’avec l’Agence canadienne d’inspection des aliments, dans le cadre d’un effort continu visant à orienter les politiques en matière de salubrité des aliments. Comme ces agents pathogènes étaient détectés par des approches moléculaires, leur capacité à causer une infection est inconnue. Des recherches plus poussées dans ce domaine seraient utiles pour estimer les risques chez les humains.

Au niveau de la ferme, Campylobacter demeure l’agent pathogène le plus fréquemment détecté dans le fumier des bovins et semble également courant chez les dindes. Chez les poulets à griller, Salmonella est l’entéropathogène le plus souvent détecté.

CampylobacterSalmonella et E. coli producteur de vérotoxine (ECPV) continuent à être présents dans l’eau de surface non traitée dans les zones rurales et urbaines, dans les plages d’eau douce, dans les petits et grands tronçons de Grand River, et dans les canaux et les fossés d’irrigation des deux bassins versants du site de la Colombie-Britannique.

L’exposition aux produits de viande vendus au détail demeure une source potentielle d’infection par des maladies entériques chez l’humain. Toutefois, les autres sources d’exposition, telles les fermes et l’eau, sont également possibles. La surveillance continue des maladies humaines et des expositions potentielles est importante pour assurer la santé et la sécurité continues des Canadiens.

Le rapport complet est ici.

La campylobactériose en France vue par l’Anses

22
sept
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Viande, Volaille.

campylobacter_jejuniL’Anses nous propose une mise à jour le 27 août 2014 sur la « Campylobactériose ». Voici quelques extraits :

Les deux bactéries Campylobacter jejuni et C. coli sont à l’origine de la très grande majorité des cas de campylobactérioses humaines. Cette maladie se transmet de l’animal à l’Homme (zoonose) le plus souvent par voie alimentaire (principalement volailles, mais aussi bovins, porcins ou eau contaminés), mais également par contact avec des individus, des animaux ou encore des carcasses infectés. Cette pathologie se caractérise par une entérite aiguë causée par une infection intestinale, dont la guérison est spontanée en quelques jours (dans 4 cas sur 5). Présentation de la maladie et recommandations pour maîtriser la contamination. (…)

La voie principale de transmission de Campylobacter à l’Homme est alimentaire, via des produits contaminés, y compris les eaux de boisson dont le traitement est défaillant. La transmission directe, par un autre individu, un animal (notamment de compagnie) infecté ou une carcasse contaminée, se produirait plus fréquemment pour certaines populations exposées (éleveurs, vétérinaires, ouvriers d’abattoir, égoutiers, etc.). (…)

Situation de l’infection et aliments fréquemment contaminés

Depuis le début des années 2000, le décompte annuel (incidence) des cas de campylobactérioses humaines est régulièrement supérieur à 40 cas recensés pour 100 000 habitants (majoritairement en été) dans l’Union européenne. En France, le Centre national de référence (CNR) fait état de 6,2 cas recensés pour 100 000 habitants en 2009, du fait d’une importante sous déclaration médicale.
La plupart des cas décrits sont isolés les uns des autres (sporadiques).
Les toxi-infections alimentaires collectives (TIAC) liées à Campylobacter sont souvent corrélées à la consommation d’eau, de lait cru ou de viandes de volailles contaminés.
Les transferts de contamination par la planche à découper ou les couteaux qui ont servi à la manipulation de volailles crues, la consommation de viandes insuffisamment cuites (volailles, bovines, porcines), apparaissent comme les principaux facteurs de risques.
Du fait, à la fois, de l’existence de réservoirs animaux et des possibilités nombreuses de transferts de contamination, beaucoup de catégories d’aliments (y compris l’eau) peuvent être contaminées, même si les viandes et produits carnés sont à considérer en premier.

campylobacterLes moyens de maîtrise de la contamination

D’une manière générale, la congélation arrête la croissance de ces bactéries et détruit vraisemblablement une faible partie de la population bactérienne, surtout en milieu liquide. En revanche, ces bactéries survivent bien aux températures de réfrigération (0 à 10 °C).
Les bactéries sont également très sensibles à la chaleur : on peut considérer que des traitements thermiques supérieurs à 65 °C permettent leur destruction quel que soit le support (liquide ou solide).
Notons, enfin, que ces bactéries ne présentent pas de caractères particuliers de résistance au sel ou aux acides.
Les risques de campylobactériose peuvent être largement limités par l’adoption de bonnes pratiques d’hygiène à la maison. Il est ainsi essentiel de :
  • se laver les mains après la manipulation de viandes crues.
  • utiliser une planche à découper (bois ou plastique) pour les viandes et poissons crus, et une autre pour les autres aliments.
  • nettoyer rigoureusement la planche, le plat et les ustensiles ayant servi à l’assaisonnement et à la préparation de la viande crue avant réutilisation.
  • s’assurer d’une cuisson suffisante (> 65°C à cœur) des viandes de volailles et de boucherie, notamment la cuisson au barbecue : la jointure cuisse/haut de cuisse du poulet ne doit pas être rosée ou présenter de traces de sang.
  • manipuler ces viandes dans de bonnes conditions d’hygiène lors de la préparation et de la consommation de ce type de denrées.
  • ne pas consommer de viande de volaille crue (de type « carpaccio »).