Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Contamination'

Pas de catégorie

Listeria monocytogenes dans les produits alimentaires aquatiques

2
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Listeria, Machines, Microbiologie, Nettoyage-Désinfection, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

Les produits aquatiques sont des produits alimentaires issus de la pêche et de l’aquaculture. Avec la demande croissante de produits alimentaires avec des conservateurs allégés et/ou prêts à être consommés, la prévalence du pathogène d’origine alimentaire Listeria monocytogenes a augmenté, ce qui est un problème de santé publique. Une étude publiée dans Comprehensive Reviews in Food Science and Food Safety* examine l’incidence, l’importance épidémiologique et les voies de contamination par L. monocytogenes dans divers écosystèmes aquatiques, produits de la mer et environnements de transformation. En outre, l’étude résume des données obtenues depuis les années 1990.

secListeria monocytogenes pénètre principalement la chaîne de production alimentaire par la contamination croisée (ou le transfert de contamination) dans les usines de production, ce qui fait que ce pathogène représente une menace majeure pour l’industrie des produits de la mer. Ce pathogène contamine généralement des produits alimentaires à des taux faibles ou modérés, mais les taux impliqués dans les cas de listériose sont nettement plus élevés. La majorité des isolats des produits aquatiques appartenant au sérotype 1/2a et des éclosions ont été liées à des souches hautement similaires, voire à des souches impossibles à distinguer. Plusieurs usines de transformation de produits de la mer sont colonisées par une flore spécifiques « maison » contenant des sous-types d’ADN de L. monocytogenes. Dans de tels cas, les populations de L. monocytogenes peuvent persister et/ou multiplier malgré les obstacles inhérents à leur croissance dans les opérations de conservation et de fabrication des aliments.

Afin de réduire et de prévenir la contamination dans l’environnement de transformation et les produits, les auteurs mettent en évidence la nécessité de détecter les principales sources de contamination et de comprendre les mécanismes qui sous-tendent la persistance des différentes souches de L. monocytogenes dans l’environnement. Les principales zones où Listeria spp. a été détecté ou bien la zone où la contamination la plus importante par Listeria a été observée dans l’environnement de transformation et qui a pu être identifiée. En particulier, les siphons de sol et la zone de pelage difficiles à nettoyer, ainsi que le matériel d’injection de saumure et de tranchage qui sont des réservoirs fréquents de la colonisation par des souches de L. monocytogenes persistantes dans les usines de transformation de poisson ; cependant, d’autres recherches sont nécessaires pour confirmer l’origine de la contamination.

Les auteurs concluent que le nettoyage et la désinfection de l’usine de production devrait réduire la prévalence de L. monocytogenes, et il est urgent de concevoir des stratégies de désinfection qui ciblent précisément les souches persistantes, par exemple, en utilisant des désinfectants à base de composants actifs plus appropriés contre les biofilms.

*L’article est disponible intégralement et gratuitement.

NB : On lira aussi « Quelques pistes pour se débarrasser des bactéries persistantes dans les entreprises alimentaires », 1 et 2.

Les plantes préconditionnent des microbes bénéfiques dans leurs graines

1
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Santé, Sécurité des aliments.

140929180055-largeLes plantes préconditionnent des microbes bénéfiques dans leurs graines, source Sciencedaily.com.

Les plantes ont une relation symbiotique avec certaines bactéries. Ces bactéries « commensales » aident les plantes à extraire des éléments nutritifs et à se défendre contre les envahisseurs, une étape importante dans la prévention des pathogènes de la contamination des fruits et des légumes. Désormais, des scientifiques ont découvert que les plantes peuvent conditionner leurs bactéries commensales à l’intérieur des graines, assurant ainsi que les plantes germées sont colonisées depuis le début. Les chercheurs, de l’université de Notre Dame, ont présenté leurs conclusions lors de la 5ème ASM Conference on Beneficial Microbes.

Les bactéries peuvent avoir la capacité de réduire l’impact du diazépam sur les milieux aquatiques du Royaume-Uni

1
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Microbiologie, Santé.

small_0926423« Les bactéries peuvent avoir la capacité de réduire l’impact du diazépam sur les milieux aquatiques du Royaume-Uni », source Plymouth.ac.uk.

La photodégradation naturelle du diazépam (valium) et des médicaments similaires, suivie par la dégradation bactérienne, peut réduire leur impact potentiellement nocif sur l’environnement des eaux douces du Royaume-Uni, selon une équipe de chercheurs.

Le diazépam, utilisé pour traiter l’anxiété et d’autres conditions similaires, a été détecté dans les rivières à travers le Royaume-Uni et en Europe, après avoir été libéré des stations de traitement des eaux usées. Aux niveaux enregistrés, il a un potentiel de produire des effets dangereux dans les eaux de surface, y compris la modification du comportement des bancs de poissons et leur capacité à sentir le danger des prédateurs.

Maintenant, des experts du Biogeochemistry Research Centrede l’université de Plymouth et de l’Institute of Integrative Biology de l’Université de Liverpool, avec un financement du Natural Environment Research Council, ont identifié une voie de décomposition bactérienne. Ils disent que cela pourrait réduire les concentrations de diazépam et de produits chimiques semblables qui atteignent les rivières, puis s’écoulent dans les océans du monde.

Des super bactéries se développent dans l’espace … et nous sommes parmi ceux qui les élevons

1
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments.

140917151715-salmonella-vaccines-in-space-horizontal-gallery« Des super bactéries se développent dans l’espace … et nous sommes parmi ceux qui les élevons », source cnn.com.

Les missions spatiales habitées apportent avec eux une pléthore de défis pour maintenir les astronautes vivants et en bonne santé, en particulier lors des missions spatiales de longue durée. Les astronautes ont besoin de respirer, manger, boire, excréter leurs aliments et boire, et être exempt d’infections afin de rester en assez bonne santé pour faire leur travail. La clé du bien-être d’un astronaute a été trouvé, de façon quelque peu contradictoire, un groupe de petits organismes, les bactéries.

Vous pourriez penser l’espace comme un environnement exempt de germes, mais les microbes  peuvent être transportés dans l’espace à l’intérieur de la flore intestinale de l’homme ainsi que dans les aliments et de l’eau et, une fois là-haut, ils peuvent être expulsés par l’homme dans leur respiration.

B : Selon la NASA, le système immunitaire s’affaiblit pendant un vol spatial, ce qui rend l’impact d’une infection plus grand.

De plus, le niveau de radiation plus élevé et les conditions de microgravité en apesanteur de l’espace modifient les bactéries à mesure qu’elles poussent. Des travaux récents à la NASA par Cheryl Nickerson et son équipe de l’université d’Etat d’Arizona ont découvert que certaines bactéries deviennent plus virulentes dans l’espace, ce qui signifie qu’elles sont plus à même de nous infecter.

Ne pas hésitez à lire la suite de l’article ici.

NB : On pourra  aussi lire cet article en français de janvier 2014, L’ISS, un laboratoire avec des retombées bénéfiques pour la Terre.

Rappel du produit PASTAÄLGAR FULLKORN / PASTAÄLGAR chez IKEA Pâtes Alimentaires pour cause de présence de soja non mentionné sur l‘étiquetage

1
oct
Aucun commentaire
Classé dans Allergène, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Communiqué d’Ikea du 1er octobre 2014. Irappel_patesKEA souhaite attirer l’attention des clients sur le fait que PASTAÄLGAR FULLKORN (pâtes complètes en forme d’élan) et PASTAÄLGAR (pâtes en forme d’élan) vendues à l’Épicerie suédoise peuvent contenir du soja, information qui ne figure pas sur les produits. Nous rappelons ces articles par mesure de précaution, quels que soient les tampons dateurs.

Le soja étant un allergène, certaines personnes qui ne le supportent pas peuvent développer une réaction allergique suite à la consommation du produit.

Le produit ne présente aucun risque pour les personnes qui ne sont pas allergiques ou sensibles au soja.

Les clients allergiques au soja ou qui se sentent concernés par cet avertissement sont invités à rapporter PASTAÄLGAR FULLKORN (pâtes complètes en forme d’élan) et PASTAÄLGAR (pâtes en forme d’élan) au magasin IKEA le plus proche, afin de se faire rembourser intégralement de leur achat.

Nous vous prions de nous excuser pour les désagréments occasionnés.

NB : Le rappel concerne aussi semble-t-il la Belgique et le Luxembourg.