Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Contamination croisée'

Pas de catégorie

Retrait de camembert de Normandie pour cause de présence de Escherichia coli O26:H11

25
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Lait, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

imgresOn ne sait pourquoi, mais on prend l’information comme elle vient, enfin, le ministère de l’agriculture rapporte le 24 octobre 2014 le rappel d’un produit alimentaire (ouf !), mais en page 3 :

Retrait de camembert de Normandie AOP de la fromagerie du Domaine de Saint Loup
La Fromagerie du Domaine de Saint Loup procède au retrait de la vente du produit suivant :
Nom : Camembert de Normandie AOP
Marque commerciale : Petite Normande Verte, Graindorge et Saveurs U (rayon coupe)
Type de conditionnement : Boite
N° de lot : 050914DS2
DLC/DLUO : du 09/11/2014 et 13/11/2014
Numéro d’identification vétérinaire : FR 14.608.001 CE
Période de commercialisation : à partir du 6 octobre 2014
En effet, un contrôle a mis en évidence, dans ces produits, la présence de Escherichia coli O26:H11.
Les magasins concernés par la distribution du lot contaminé ont procédé à son retrait et informé les consommateurs grâce à des affichettes mises sur les lieux de vente concernés. Certains de ces produits ont cependant été commercialisés avant la mesure de retrait.
Il est donc demandé aux personnes qui détiendraient ces produits de ne pas les consommer et de les rapporter au point de vente où ils ont été achetés.
Les Escherichia coli O26:H11 peuvent entraîner dans la semaine qui suit la consommation, des gastro-entérites éventuellement hémorragiques, accompagnées ou non de fièvre, et pouvant être suivies de complications rénales sévères, chez les jeunes enfants.
Les personnes qui auraient consommé les produits mentionnés ci-dessus et qui présenteraient ce type de symptômes sont invitées à consulter sans délai leur médecin traitant en lui signalant cette consommation et la nature du germe contaminant.
La Fromagerie du Domaine de Saint Loup se tient à la disposition des consommateurs pour répondre à leurs questions au numéro de téléphone suivant : 02.31.48.20.38 « ouvert de 9h à 18h ».

NB : Même le ministère de la santé signale ce rappel de fromages après trois mois de disette … tout est donc possible, sauf que les ARS sont aux abonnés absents, comme d’hab ! Et dire que Système U ose dire  » le commerce qui profite à tous  » !

Pour suivre les rappels précédents relatifs à Escherichia coli O26:H11 sur le blog, voir ici.

Une bactérie intestinale qui attaque les pathogènes de la dengue et du paludisme et leurs moustiques vecteurs

25
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Santé, Virus.

« Une bactérie intestinale qui attaque les pathogènes de la dengue et du paludisme et leurs moustiques vecteurs », source Science Daily.

Tout comme celui de l’homme, l’intestin des insectes est plein de microbes, et le microbiote peut influencer la capacité de l’insecte à transmettre des maladies. Une nouvelle étude indique qu’une bactérie isolée de l’intestin du moustique Aedes peut réduire l’infection des moustiques par le parasite du paludisme et le virus de la dengue. La bactérie peut également inhiber directement ces pathogènes dans un essai en tube, et elle raccourcit la durée de vie des moustiques qui transmettent ces deux maladies.

141023142208-large

Rappel de salades composées en France pour cause de présence de Listeria monocytogenes près de 8 jours après la notification d’alerte au RASFF par la France. Cherchez l’erreur !

24
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Listeria, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

2193_1_MJe signalais le 17 octobre 2014 dans un article, Rappel des lots de salades préparées pour cause de présence de Listeria monocytogenes en Belgique et au Luxembourg. Qu’en est-il en France ?

Eh bien, nous avons la réponse mais le … 24 octobre 2014 !

Le site Rappels Produits rapporte le rappel de produits DESSAINT, Salades composées le 24octobre 2014.

Modèle : Salade Fraîcheur Poulet Crudités Sauce Caesar 250 g et Salade Fraîcheur Thon Crudités Sauce Cocktail 250 g
*Salade Fraîcheur Poulet Crudités: 3 505 700 001 151 ; DLC: du 12 au 27/10/2014 inclus
*Salade Fraîcheur Thon Crudités: 3 505 700 001 601 ; DLC: du 12 au 27/10/2014 inclus
Motif du rappel : Mise en évidence de Listeria monocytogenes
Modalités du rappel : Détruire son produit OU Se le faire rembourser
Contact consommateur : Le fabricant : 0 800 20 40 02

Des rappels en Belgique et au Luxembourg font suite à une alerte notifiée par la France au RASFF le 16 octobre 2014, référence 2014.1416, pour la présence de Listeria monocytogenes (> 1500 ; < 240 ; < 40 ; < 10 ufc/g) dans des ‘salades réfrigérées’ de France ; Distribution France, Belgique, Luxembourg.

Que de temps perdu entre la notification d’alerte au RASFF et le rappel en France, près 8 jours !

Et toujours pas de nouvelles de nos autorités ou des distributeurs en France …

Ronde des rappels 2014 : semaine 43

24
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Listeria, Rappel, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

RASFF-LogoCommencées avec « La ronde des rappels : semaine 49 » de 2009, les notifications des rappels cités ne prétendent pas à l’exhaustivité dans la mesure il n’est pas possible d’avoir accès à toutes les sources permettant d’identifier le rappel d’un produit. Les pays frontaliers de la France constituent une aide précieuse. Les informations recueillies sont issues du portail RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed ou Réseau d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux).

  • Référence RASFF 2014.1437, chlorpyriphos (8,6 mg/kg) et d’hexaconazole (0,60 mg/kg), substance non autorisée, dans du coriandre (Eryngium foetidum) mexicain du Cambodge ; alerte notifiée par la Belgique. Distribution Belgique, France.
  • Référence RASFF 2014.1435, Salmonella enteritidis dans des cuisses de poulets surgelées de Pologne ; alerte notifiée par la France. Pas de distribution dans le pays qui a fait la notification.
  • Référence RASFF 2014.1434, risque de contamination d’haricots rouges par du phosphure d’aluminium ; alerte notifiée le 22 octobre par la Grande-Bretagne. Distribution Autriche, Belgique, Chypre, Finlande, France, Allemagne, Ghana, Irlande, Italie, Malte, Pays-Bas, Nigéria, Norvège, Pologne, Portugal, Sierra Léone, Espagne, Suède, Suisse, Trinité et Tobago, Royaume-Uni, Etats-Unis. Le communiqué de rappel diffusé par la FSA du Royaume-Uni date du 16 octobre 2014. Le communiqué de la FSAI d’Irlande est du 22 octobre 2014.
  • Référence RASFF 2014.1432, aflatoxines (B1 = 7.5 µg/kg) dans des figues sèches de Turquie via la France ; alerte notifiée par la Slovénie. Pas de distribution dans le pays à l’origine de la notification.
  • Référence RASFF 2014.1431, taux élevé de cuivre (3960 mg/kg) dans des prémix pour poulets de Belgique et de France ; notification par la Belgique. Distribution Belgique, Cameroun.
  • Référence RASFF 2014.1422, Salmonella spp. dans des salades au concombre de France ; alerte notifiée par la France. Distribution France, Belgique.

Tableau ci-dessous (à la date du 24 octobre 2014) de la liste des pathogènes identifiés dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux pour la semaine 42 de 2014 par les Etats membres.

sem43_path

Saga du BPA : Les désinfectants pour les mains et les frites ne vont pas bien du tout avec les tickets de caisse contenant du BPA, selon une étude

24
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

shutterstock_159873431-e1413995497930-680x391« Les désinfectants pour les mains et les frites ne vont pas bien du tout avec les tickets de caisse contenant du BPA, selon une étude. » Source Food Safety News du 24 octobre 2014.

Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’université du Missouri à Columbia révèle que les personnes qui ont utilisé des désinfectants pour les mains, manipulé des tickets de caisses enregistreuses et consommé des frites ont été rapidement exposés à des niveaux élevés de bisphénol A (BPA).

Le BPA, couramment utilisé pour le papier des tickets de caisse est un perturbateur endocrinien qui a été liée à une longue liste de problèmes de santé, y compris les divers cancers, et a été interdit au Canada et dans l’Union européenne pour son utilisation dans les biberons.

La Food and Drug Administration (FDA) des Etats-Unis a mis en garde contre les risques d’exposition au BPA que cela pose pour les fœtus, les nourrissons et les jeunes enfants, et a exigé que le produit chimique soit éliminé dans les biberons et les gobelets (même s’ils peuvent encore être utilisés dans d’autres produits qui sont en contact avec des aliments).

articlePublié mercredi, l’étude de l’université du Missouri est la première à suggérer que toucher des tickets de caisse contenant du BPA après l’utilisation d’un désinfectant pour les mains et puis consommer des aliments gras tels que des frites peut effectivement donner lieu à des taux plus élevés de la substance chimique absorbée par le corps. Des recherches antérieures sur le BPA ont regardé l’exposition directe via les aliments et après passage dans le système intestinal.

« Les produits chimiques utilisés pour fabriquer des désinfectants pour les mains, savons, lotions et un crème solaire dégradent la capacité de la peau à agir comme une barrière et ainsi agissent comme activateurs de pénétration de la peau », a déclaré Frederick vom Saal, professeur de sciences biologiques à l’université du Missouri.

L’étude a mesuré la quantité de substance chimique qui a été absorbée par des personnes qui ne touchaient pas de ticket de caisse contenant du BPA pendant environ deux secondes. Après exposition à travers la peau et la bouche (par l’intermédiaire d’aliments gras), le produit chimique a été retrouvé dans le sang et l’urine dans les 90 minutes, ont indiqué les chercheurs.

Certains groupes industriels ont critiqué les études récentes rapportant les risques sanitaires liés à l’exposition au BPA. Par exemple, l’American Chemistry Council (ACC) a contesté une étude publiée le 25 février 2014, dans le Journal de l’American Medical Association intitulé « Manipulation des ticket de caisse thermiques comme source d’exposition au bisphénol A. » (Handling of Thermal Receipts as a Source of Exposure to Bisphenol A).

La critique de l’ACC a porté sur le fait que l’étude était trop limitée et a noté que les taux de BPA qu’ils ont trouvé étaient « bien en dessous de la dose tolérable sûre établis par les organismes de réglementation gouvernementaux à travers le monde. »