Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Contamination croisée'

Pas de catégorie

Convoyeur, conception hygiénique, contamination par Listeria et éclosion

17
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Machines, Microbiologie, Nettoyage-Désinfection, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

J’avais écrit en septembre 2010 un article intitulé, Les convoyeurs, des équipements à risque ?

Les choses semblent évoluer mais tellement lentement sur la conception hygiénique et la nettoyabilté des bandes transporteuses ou tapis de convoyage, encore appelés convoyeurs.

Un sous-groupe EHEDG (European Hygienic Engineering & Design Group) s’est constitué le 11 janvier 2011 sur les convoyeurs ou bandes transporteuses et il est annoncé pour mi-2015 la parution d’un document n°43 intitulé, Hygienic Design of Belt Conveyors for the Food Industry. A suivre donc …

Toujours est-il que dans l’article qui va suivre, le tapis de convoyage a encore une part de responsabilité dans une contamination par Listeria monocytogenes de produits prêts à être consommés qui ont entrainé une éclosion de listériose en Suisse avec 32 cas.

convoyage_sans_finRésumé.

Du 26 octobre 2013 au 23 avril 2014, 32 cas de listériose infectés par une souche de Listeria monocytogenes sérotype 4b, de type 4 et appartenant à un seul pulsotype distinct par PFGE ont été enregistrés chez des patients de plusieurs cantons de Suisse. L. monocytogenes a été détecté dans des prélèvements de sang (75%), liquide céphalo-rachidien (16%), ascite (6%) et liquide articulaire (3%). À la fin de mars 2014, une entreprise de production alimentaire a signalé une contamination par L. monocytogenes de salades prêtes à être consommées aux autorités après la détection du pathogène par un contrôle qualité interne de routine. Les prélèvements de produits et de l’environnement lors de l’investigation ultérieure ont donné des isolats correspondants à la souche épidémique, confirmant ainsi que les salades prêtes à être consommées de cette société étaient la source la plus probable de l’éclosion. La cause de la contamination du produit était liée à un problème de conception hygiénique d’un tapis spécifique de convoyage transportant le produit. Des entretiens complémentaires avec les patients ont aussi identifié des salades vertes prêtes à être consommées achetées chez un distributeur comme source probable de l’éclosion.

Faits saillants.

  • Des 32 cas de souche de listériose, une souche avec un pulsotype distinct par PFGE a été isolée.
  • Une souche de L. monocytogenes sérotype 4b, ST4, a été responsable de l’éclosion.
  • Les prélèvements de produits et de l’environnement ont donné des isolats correspondant à la souche épidémique.
  • Un problème conception hygiénique d’un tapis de convoyage transportant le produit a été la cause.

Référence. Roger Stephan, Denise Althaus, Sabine Kiefer, Angelika Lehner, Christoph Hatz, Claudia Schmutz, Marianne Jost, Nadine Gerber, Andreas Baumgartner, Herbert Hächler, Mirjam Mäusezahl-Feuz. Foodborne transmission of Listeria monocytogenes via ready-to-eat salad: A nationwide outbreak in Switzerland, 2013-2014. Food Control Volume 57, November 2015, Pages 14-17.

Etats-Unis : Après des rappels de glaces contaminées par Listeria, une entreprise licencie 1450 personnes et en met plus de 1400 au chômage technique

16
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Listeria, Machines, Rappel, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

blue.bell_.creameriesDans l’article « La communication de crise est nécessaire mais est-elle suffisante ? », j’indiquais la parution du message écrit (et en vidéo) du PDG de Blue Bell du 20 avril 2015, un fabricant de crèmes glacées rappelées pour cause de présence de Listeria.

Depuis on a appris que la FDA avait publié le 14 mai 2015 des résultats d’inspection sur les sites entreprises de Blue Bell Creameries, voir Transparence des résultats des inspections aux Etats-Unis et … en France.

Mais voici qu’on apprend que Blue Bell licencie 1450 employés et met plus de 1400 au chômage technique, source Doug Powell du barfblog. Lire le communiqué de Blue Bell Creamery du 15 mai 2015 intitulé, An Agonizing Decision ou Une décision déchirante.

La saga Blue Bell Creameries avec Listeria retrouvé dans des glaces semble être en train de dégrader de jour en jour, avec l’annonce par la société du licenciement de centaines de salariés et une réduction des heures à la suite de son rappel volontaire le mois dernier de la totalité de ses crèmes glacées.

Presque 4 personnes sur 10 parmi les 3900 salariés de Blue Bell vont perdre leur emploi. Ce sont 750 employés à temps plein et 700 travailleurs à temps partiel. 1400 autres employés seront au chômage technique.

Dix cas de maladies dans quatre États, dont trois décès dans le Kansas, sont désormais liés à la crème glacée.

Souvent un problème de sécurité des aliments se traduit par un problème de sécurité du personnel … Dans ce contexte on lira avec intérêt l’article de Bill Marler, Bad Listeria Management Causes 2850 Blue Bell Employees Out of Work ou Un mauvais management de Listeria entraîne 2850 employés Blue Bell sans travail.

Tatouage, hygiène et produits interdits

15
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Hygiène, Règlementation, Santé, Sécurité.

Plus de la moitié des encres de tatouage utilisées sont problématiques, selon un communiqué du 26 mars 2015 de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) de Suisse.

Tatouage2_212x118_02L’Association des chimistes cantonaux de Suisse (ACCS) a fait analyser plus de deux cents encres de tatouage et de maquillage permanent disponibles sur le marché suisse. Les contrôles se sont soldés par un fort taux de contestations, qui s’est élevé à 56 %. Du point de vue de la protection de la santé, il est inacceptable que des produits interdits soient utilisés aussi souvent. La première mesure mise en place, en collaboration avec l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) et la Direction générale des douanes, est de renforcer les contrôles à la frontière. Se faire tatouer peut présenter des risques. L’OSAV recommande aux personnes intéressées de bien se renseigner avant de franchir le pas.

Lire la suite ici.

En France selon Le Particulier.fr du 29 juillet 2014, 80 % des professionnels du tatouage ont reçu un avertissement. Une enquête de la répression des Fraudes conclut à la prudence en matière de tatouage. Encres non conformes et règles d’hygiène non respectées foisonnent encore dans ce secteur.

Ronde des rappels, semaine 20 de 2015

15
mai
2 commentaires
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Non classé, Rappel, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne, Virus.

RASFF-LogoCommencées avec la « Ronde des rappels : semaine 49 » de 2009, les notifications des produits cités ne prétendent pas à l’exhaustivité dans la mesure il n’est pas possible d’avoir accès à toutes les sources permettant d’identifier le retrait/rappel d’un produit. Les informations recueillies ci-après concernent les denrées alimentaires ou les aliments pour animaux de France ou distribués en France. Elles sont issues du portail RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed ou Réseau d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux). Pour des raisons inconnues, la plupart des informations diffusées ne sont pas relayées par les autorités françaises auprès des consommateurs …

Information collectée pour la semaine 20 de 2015 à la date du 16 mai 2015.

 ooOOoo

Quelques informations complémentaires sur les rappels :

  • 16 notifications d’alerte sont rapportées par le RASFF pour des fromages de France contenant des pathogènes (Listeria monocytogenes 7, Salmonella 4, STEC 4 et entérotoxines de Staphylococcus aureus 1) sur les 33 notifications d’alertes pour des produits d’origine France depuis le début de l’année 2015.
  • Auchan publie sur son rappel qualité le rappel le 11 mai 2015 de « Tartine craquante farines de sarrasin et de riz – Gerblé sans Gluten » de la société Nutrition et Santé.
  • Le site Rappel Produits signale le 16 mai 2015 le rappel du produit Francine farine de sarrasin de chez Euromill Nord pour cause de taux d’ochratoxine A supérieur à la normale.
  • Communiqué du 13 mai 2015 du Centre for Food Safety (CFS) de Hong Kong concernant le rappel cinq fromages au lait cru de France pour cause de contamination par Salmonella : Le Petit Fiancé des Pyrénées, La Tomme de Cchèvre Cabrioulet, La Tomme de chèvre Espelette, Le Cabri Ariègeois, Le Carre Ariègeois. Origine France. Date de fabrication entre le 10 mars et le 6 avril 2015.
  • Communiqué du 15 mai 2015 du Centre for Food Safety (CFS) de Hong Kong concernant le rappel d’un lot de fromages au lait cru Saint-Nectaire fermier pour cause de présence de Listeria monocytogenes.

Données préliminaires 2014 des pathogènes d’origine alimentaire aux Etats-Unis, selon le CDC

15
mai
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Règlementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, Shigella, TIAC, Viande, Volaille.

Après le « Fardeau économique aux Etats-Unis des principales maladies infectieuses d’origine alimentaire », voici maintenant que selon le CDC, il y aurait des réductions des STEC et de Salmonella d’origine alimentaire, mais pas tellement des autres pathogènes en 2014 aux Etats-Unis, source Doug Powell du barfblog.

C’est devenu un rite annuel, le Centers for Disease Control des Etats-Unis rapporte des progrès sur quelques microbes et aucun progrès sur les autres dans la chaîne alimentaire, dit Doug Powell.

Mais ces données sont importantes pour cibler les efforts de la réglementation et apporter des améliorations.

cdc.surveillance.2014-300x218En 2014, les taux d’infection d’une forme grave de E. coli et de l’un des sérotypes les plus courants de Salmonella ont diminué par comparaison à la période de référence 2006-2008. Pendant ce temps, d’autres serotypes moins courants de Salmonella ont augmenté. Campylobacter et Vibrio ont encore augmenté en 2014, continuant la hausse observée au cours des dernières années. Le rapport publié aujourd’hui résume le taux d’infection pour 100 000 habitant et suit les tendances des maladies pour les maladies d’origine alimentaire clés.

Les infections à E. coli producteurs de shigatoxines O157, qui peuvent parfois conduire à une insuffisance rénale, ont diminué de 32% par rapport à 2006-2008 et de 19% en comparaison avec les trois années les plus récentes. Ces infections sont souvent liées à la consommation de bœuf haché insuffisamment cuit et de légumes à feuilles crus. Salmonella Typhimurium, qui est lié à la volaille, au bœuf et à d’autres aliments, a été de 27% inférieur à ce qu’il était en 2006-2008, poursuivant une tendance à la baisse amorcée au milieu des années 1980. Deux autres types moins courants de Salmonella, Javiana et Infantis, ont plus que doublé pour des raisons qui ne sont pas éclaircies. Salmonella Javiana s’est concentré dans le Sud-Est des États-Unis, mais s’est propagé dans le Sud-Est et vers d’autres régions du pays. Toutefois, lorsque tous les sérotypes de Salmonella sont combinés, il n’y avait pas de changement en 2014.

Campylobacter a augmenté à 13% et Vibrio a augmenté à 52% par rapport à la période 2006-2008. Yersinia a diminué suffisamment pour atteindre l’objectif de Healthy People 2020.

cdc.surv_.14-300x222Les données sont tirées de FoodNet, le système de surveillance active du CDC qui suit neuf pathogènes communs d’origine alimentaire dans 10 États et surveille l’évolution des maladies d’origine alimentaire dans environ 15% de la population américaine. Le rapport publié aujourd’hui compare la fréquence de 2014 des infections avec la fréquence pendant la période de référence 2006-2008 et des trois années les plus récentes. Globalement en 2014, FoodNet a identifié un peu plus de 19 000 cas d’infections, environ 4 400 hospitalisations et 71 décès à partir des neuf germes d’origine alimentaire qu’il surveille. Salmonella et Campylobacter ont été de loin les plus courants, représentant environ 14 000 des 19 000 infections rapportées.

« Nous sommes prudemment optimistes sur le fait que des changements dans les pratiques de sécurité des aliments ont un impact dans la diminution de E. coli et nous savons que sans tout le travail de la sécurité des aliments pour combattre Salmonella, plus de personnes seraient tomber malades à cause de Salmonella par rapport à que nous le voyons maintenant », a déclaré Robert Tauxe, directeur adjoint de la division des maladies hydriques et d’origine alimentaire environnementales au CDC. « L’utilisation croissante du séquençage du génome entier pour suivre les cas de maladie d’origine alimentaire aidera aussi. Cependant, il reste encore beaucoup à faire pour protéger les personnes contre ces maladies. »

La récente baisse de l’incidence des E. coli producteurs de shigatoxines (STEC) O157 se poursuit depuis plusieurs années en raison d’une surveillance croissante des produits de bœuf. Depuis 1994, le Food Safety and Inspection Service (FSIS) du ministère américain de l’agriculture (USDA) a pris les STEC O157:H7 très au sérieux et a procédé un certain nombre de changements dans sa surveillance réglementaire de l’industrie du boeuf pour protéger la santé publique. « Nous sommes encouragés par la réduction des maladies à STEC O157:H7, qui reflète notre approche fondée sur la science dans l’inspection de la viande bovine, et nous sommes impatients de voir d’autres réductions des infections à Salmonella et à Campylobacter avec nos règles améliorées pour les volailles qui vont entrer en vigueur plus tard cette année », a déclaré Al Almanza, sous-secrétaire pour la sécurité des aliments à l’USDA. « Les données de FoodNet nous permettent d’être stratégique dans le développement de notre politiques de la sécurité des aliments, et nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour continuer à réduire les cas de maladies d’origine alimentaire liés à tous les produits de viande et de volaille. »

En vertu des dispositions de la Loi sur la modernisation de la sécurité alimentaire de la FDA, la FDA des États-Unis prévoit de publier les principaux nouveaux règlements en 2015. Les règlements vont s’assurer de la sécurité sanitaire des produits, la mise en œuvre de contrôles préventifs sur les aliments transformés et l’amélioration de la sécurité des aliments importés.

« La prévention des maladies est l’objectif fondamental de nos nouveaux règlements en vertu de la Loi sur la modernisation de la sécurité alimentaire de la FDA », a déclaré Michael Taylor, commissaire pour les aliments et la médecine vétérinaire à la FDA. « Nous avons travaillé avec un large éventail de parties prenantes afin de concevoir des règlements qui seront en vigueur pour la sécurité des aliments et pratiques pour de nombreux éléments différents de notre système alimentaire. Une fois que les règlements seront pleinement mis en œuvre, FoodNet nous aidera à évaluer leur impact. »

Le rapport de FoodNet comprend les résultats des analyses de diagnostic sans culture (une nouvelle méthode pour diagnostiquer les maladies intestinales, sans avoir besoin de cultiver des bactéries) effectués dans les nombreux laboratoires des hôpitaux des sites FoodNet. En 2014, les résultats de plus de 1 500 de ces analyses ont été rapportés. Plus des deux-tiers des essais ont concerné Campylobacter. D’autres essais ont été effectués pour les STEC, Salmonella, Shigella et Vibrio. Certains des tests avaient un résultat positif. Cependant, les infections ne sont pas confirmées par la culture et donc les experts du CDC ne les ont pas inclus dans les résultats globaux de FoodNet pour 2014.

NB : Les illustrations présentent les principaux résultats du rapport FoodNet pour 2014 et valent mieux qu’un long discours. En cliquant sur les images, vous pourrez les agrandir.