Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Curiosité'

Aucune catégorie

Données 2014 sur les foyers de cas de maladies d’origine alimentaire au Danemark

27
août
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Listeria, Microbiologie, Règlementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Viande, Volaille.

danemark_zoonoses_2014« Le Danemark voit une diminution des foyers de cas de maladies d’origine alimentaire », source Food Safety Magazine du 26 août 2015. C’est plutôt curieux comme titre, jugez plutôt …

En 2014, le Danemark a connu une diminution de éclosions d’origine alimentaire rapportées, selon des nouvelles données publiées par le National Food Institute, de la Technical University of Denmark, de la Danish Veterinary and Food Administration et du Statens Serum Institute.

Au total, en 2014, il y a eu 60 foyers de cas de maladies d’origine alimentaire officiellement enregistrées au Danemark. Elles étaient de 74 en 2013.

  • Campylobacter
    • 3 782 cas humains en 2014, le taux est resté environ le même qu’en 2012 et 2013.
    • Responsable du plus grand nombre de cas de maladies bactériennes d’origine alimentaire au Danemark.
  • Salmonella
    • En 2014, le nombre de cas humains était sensiblement le même qu’en 2012 et 2013.
    • De 2013 à 2014, le nombre de cas à Salmonella Enteritidis a chuté de 22,5%.
    • Des cas à Salmonella Typhimurium humain ont augmenté de 26,7% en 2014, principalement en raison d’une éclosion nationale liée à de la viande de bœuf et de la viande de porc.
    • Pour les victimes qui avaient connu des histoires de voyage, près de la moitié d’entre eux ont été retrouvés infectés à l’étranger, principalement en Thaïlande, Turquie et Espagne.
  • Listeria monocytogenes
    • Il y a eu une augmentation de 84% en 2014 en raison d’une éclosion liée à de la charcuterie danoise à base de porc.
  • Les VTEC ont augmenté de 33,3%.
  • Yersinia enterocolitica a augmenté de 25,2%.
  • L’augmentation des cas est également due à un accès à de meilleures méthodes de diagnostic et à une prise de conscience accrue.

Si l’information est un élément essentiel pour établir la confiance des consommateurs, comment être informé sur les rappels d’aliments en France ?

27
août
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Rappel, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

De nombreuse personnes m’interrogent sur comment être informé sur les rappels d’aliments en France ? Existe-t-il des sites officiels et/ou des sites privés ?

Pour répondre à ces questions, un petit préambule, si vous le voulez bien sous forme de gags …

Lu le 25 août 2015 sur le site Internet des services vétérinaires information, une interview du directeur général de l’alimentation, « L’information du citoyen est un élément essentiel pour établir la confiance ».

recalltag_406x250Ah bon ! Donc les sites officiels de rappels devraient nous informer ? Eh bien non, comme nous allons le voir plus loin …

Autre gag ou plutôt un bug, lorsque que l’on cherche à savoir « Comment fonctionne le système d’alerte sanitaire en France ? » sur le site du ministère de l’agriculture, on tombe depuis plusieurs jours sur une page qui dite « page momentanément indisponible ». C’est très pratique …

Le 24 août, j’ai un point des sites traitant de rappels d’aliments et voici ce que cela donne :

Comme chacun peut en juger c’est un résultat consternant pour les sites officiels. Mais alors que dire du ministère de la santé pratiquement absent sur la sécurité sanitaire des aliments ?

Autres sites très utiles :

Quand on songe que le gouvernement souhaite mettre fin au journal 60 millions de consommateurs et à l’INC, on comprend mieux … Et, si je vous disais qu’avec tous ces sites réunis, les rappels de produits alimentaires ne font pas 100% !

Pour savoir, souvent à l’avance, ce qui se passe en France au niveau rappel de produits, j’invite les lecteurs de ce blog à aller aussi sur les sites francophones des pays voisins. Ainsi, il faut aller sur le site de l’AFSCA sur les rappels de produits alimentaires, le site des autorités du Luxembourg et le site de l’OSAV (Office fédéral de la sécurité alimentaires et des affaires vétérinaires) pour la Suisse.

Enfin, le site du RASFF de l’Union Européenne est un précieux outil d’information brute.

Grand jeu : Combien de denrées alimentaires seront-elles détruites à la braderie de Lille des 5 & 6 septembre 2015 ?

27
août
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments.

index-braderie-de-lille-2015-660x330La braderie de Lille des 5 et 6 septembre me donne l’occasion d’écrire un article sur les conditions sanitaires de certains stands de restauration.

Ainsi, j’avais écris, « Braderie de Lille 2014 : Près de 1,7 tonnes de denrées détruites ! » et en 2013, « Les trophées de la braderie de Lille : Près de 2 tonnes de denrées détruites avant et pendant la braderie ».

Cette année selon zoom sur Lille (source services vétérinaires informations)quelques conseils sont fournis pour les bradeux dans « une charte de l’éco-bradeux ». Je ne vois pas ce l’hygiène et la sécurité des aliments aient avoir avec l’écologie, mais passons …

Pour éviter tous incidents : les services de la consommation, de la répression des fraudes et de l’hygiène et la Direction des Services Vétérinaires procéderont à de nombreux contrôlent pouvant aller jusqu’à la destruction du stock. (températures et dates de fraicheurs à respectées : filet américain = maxi 2°C, sandwich = maxi 3°C, viandes et hachés = maxi 2°C, plats chauds = mini 63°C) 

A bon entendeur salut ! Je pense que mettre ces règles simples d’hygiène au milieu d’un fatras de conseils divers est la meilleure qu’elles ne soient pas suivies …

Reste à savoir cette année combien y aura-t-il de denrées détruites ? Ce n’est hélas pas le grand jeu de l’été mais vous avez vos chances ! J’ai aussi comme l’impression que cette destruction de denrées chaque année ressemble à s’y méprendre à du gaspillage alimentaire …

Boire ou ne pas boire du lait cru ? Aucune preuve scientifique fiable des bénéfices pour la santé du lait cru, selon une étude 

27
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Lait, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

« Aucune preuve scientifique fiable des bénéfices pour la santé du lait cru, selon une étude », source Food Safety News du 27 août 2015.

XLargeThumb.00017285-201507000-00000.CVLe lait cru peut avoir un effet placebo, si vous payez pour lui, 15 dollars le gallon (3,8 litres), mais toutes les autres allégations de santé sont un pur mythe. C’est au moins l’une des conclusions que l’on pourrait avoir à la lecture de l’édition de juillet/août de Nutrition Today, qui comprend une étude revue par un comité de lecture des bénéfices de santé, le cas échéant, du lait cru.

John A. Lucey, professeur en sciences des aliments professeur à l’université de Wisconsin-Madison, a regardé le débat public sur les avantages possibles pour la santé de boire du lait cru.

Il a examiné plus de 50 articles scientifiques et des sites Internet de groupes prônant la consommation de lait cru avant d’en venir à la conclusion qu’il n’y a aucune preuve suggérant que le lait cru apporte des bénéfices de santé ou nutritionnels, y compris de l’élimination de l’intolérance au lactose à une meilleure digestion.

Lucey, qui est également directeur du centre pour la recherche laitière du Wisconsin, appelle les bénéfices pour la santé liés à la consommation de lait cru « des mythes sans fondement ».

« Un certain nombre d’allégations différentes ont été faites sur les bénéfices possibles pour la santé qui pourraient hypothétiquement être tirés de la consommation de lait cru », écrit Lacey dans l’article « Raw Milk Consumption:Risks and Benefits », publié en accès libre dans Nutrition Today. « Des commentaires récents scientifiques de divers groupes internationaux ont conclu qu’il n’y avait pas de preuves scientifiques fiables pour soutenir ces bénéfices pour la santé. »

raw-milk-sign-featured-thumb-250x206-556Lacey signale également que, « lors de la pasteurisation, il n’y a pas de changement significatif dans la qualité du lait pour la nutrition ». Il écrit aussi que la pasteurisation ne se traduit pas par des différences dans les protéines ou la qualité minérale du lait et que les pertes de vitamines sont « très mineures ».

Le lait cru, selon le rapport, est une source fréquente d’éclosions de maladies d’origine alimentaire.

« Les statistiques aux États-Unis pour les éclosions de maladies humaines associées aux produits laitiers au cours de la période 1993-2006 ont été examinées », écrit Lacey. « Il y avait 121 foyers de cas liés à des produits laitiers où le statut de pasteurisation était connu ; parmi ceux-ci, 73 (60%) ont impliqué des produits laitiers crus et ont donné lieu à 1 571 cas rapportés, 202 hospitalisations et deux décès. Un total de 55 (75%) des foyers de cas ont eu lieu dans 21 États des Etats-Unis qui permettent la vente de lait cru. »

« Les États qui restreignent la vente de lait cru avait moins d’éclosion et de cas de maladies », poursuit-il. « Dans un rapport actualisé couvrant une période de six ans de 2007-2012, le nombre moyen d’éclosions associées à du lait cru (ou non pasteurisé) était 4 fois plus élevé au cours de cette période de 6 ans (moyenne 13,5 foyers/an) que pendant celle rapportée dans la revue précédente sur les éclosions allant de 1993-2006. »

Un signe possible de la popularité croissante du lait cru est l’augmentation des éclosions, même dans les pays où il est interdit de vendre du lait cru, comme le Wisconsin, qui a vu six foyers avec 261 cas de maladies et 27 cas d’hospitalisation au cours de la dernière période.

La pasteurisation du lait comme mesure de sécurité sanitaire publique a commencé à Chicago en 1924, mais elle a été résisté pendant les huit années suivantes. Pendant ce temps, le public est venu à accepter le « lait purifié » (lait pasteurisé) qui était plus sûr que le « lait pur » ou lait cru, alors que la tuberculose a été maîtrisée.

Éclosion de cyclosporose aux États-Unis, désormais près de 500 cas dans 30 États

27
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Rappel, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

« Éclosion de cyclosporose aux États-Unis, désormais près de 500 cas dans 30 États », source CIDRAP News du 26 août 2015.

L’épisode précédent de cette éclosion sur le blog se trouve ici.

De 18 août au 21 août, 19 cas supplémentaires d’infection à Cyclospora cayetanensis ont eu lieu et un État, la Caroline du Nord, a eu son premier cas dans l’éclosion en cours, ce qui porte le nombre de cas à 495 cas dans 30 États, selon une mise à jour du 25 août par le Centers for Disease Control and Prevention (CDC).

cilantroL’hospitalisation a été nécessaire dans 21 cas ; il n’y a eu aucun décès associé. Dans la majorité des cas-patients (293 [59%]), l’apparition de la maladie a eu lieu le 1er mai ou depuis le 1er mai et ils n’ont eu aucune histoire de voyage à l’international.

Des cas groupés ont été identifiés dans le Wisconsin, le Texas et la Géorgie avec des investigations toujours en cours dans ces deux derniers États. Des cas groupés dans le Wisconsin et le Texas ont été préalablement liés à la consommation de coriandre comme un véhicule possible, mais les résultats ne sont pas concluants.

Un 25 août, la Food and Drug Administration (FDA) a dit les investigations de traçabilité ont montré un lien entre des restaurants où de la coriandre de l’État mexicain de Puebla a été servie et dans les cas-patients des cas groupés. L’avis de la FDA discute le fait que des foyers américains à Cyclospora au cours des étés de 2012 à 2014 ont également été liés avec de la coriandre de Puebla, bien que l’association n’a pas été confirmée.

Le 27 juillet, la FDA en œuvre « un cadre de soutien aux contrôles à l’importation pour bloquer sans examen physique les livraisons de coriandre fraîche de l’État de Puebla au 1er avril 2015 jusqu’au 31 août 2015, ainsi que cette période de temps au cours des années à venir », selon l’avis de l’agence.

Les États impliqués dans cette éclosion sont : Arkansas (3 cas), Californie (2), Connecticut (3), Floride (10), Géorgie (23), Illinois (8), Iowa (1), Kansas (2), Maryland (1), Massachusetts (10), Michigan (2), Missouri (1), Montana (3), Nebraska (1), New Jersey (6), Nouveau Mexique (2), New York (sans la ville de New York) (9), la ville de New York (21), Caroline du Nord (1), Texas (168), Utah (1), Virginia (3), Washington (2) et Wisconsin (10).

NB : Les végétaux si bons pour la santé sont aussi dans le collimateur de la sécurité des aliments. Jugez plutôt :

Aux Etats-Unis, selon la FDA, des haricots verts surgelés bio de chez General Mills ont été rappelés pour cause de présence de … Listeria monocytogenes.

Sans rapport avec ce qui se passe aux États-Unis, les autorités du Luxembourg ont annoncé le 25 août 2015, le « Rappel coriandre frais pour teneur très élevée en Bacillus cereus ».

Suite à un contrôle de routine, le service de la Sécurité alimentaire a constaté une contamination au Bacillus cereus dans les racines de coriandre vendus chez Asia Market. Comme tous les articles concernés sont vendus, les consommateurs en possession du produit en question sont priés de le ramener au point de vente.