Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Curiosité'

Pas de catégorie

Marks & Spencer annonce les détails de son plan d’action afin de réduire le taux de Campylobacter dans les poulets

22
nov
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Volaille.

« Marks & Spencer annonce les détails de son plan d’action en cinq points pour relever le challenge de l’industrie tout entière afin de réduire le taux de Campylobacter dans les poulets ». Source EPR Retail News du 21 novembre 2015.

Si vous souhaitez acheter un poulet chez Marks et Spencer, vous ne pourrez bientôt n’avoir que des poulets à rôtir dans un sac de cuisson. Le distributeur a dit qu’il prenait ces mesures pour protéger les consommateurs de Campylobacter, responsable d’intoxications alimentaires. D’autres distributeurs sont susceptibles de suivre M&S dans le mouvement, qui a le soutien de la Food Standards Agency. Marketing ou action sur le long terme à vous de voir …

1416527405111_Image_galleryImage_Pictured_The_Marks_and_SpUn plan d’action en cinq points est à l’œuvre dans la chaîne d’approvisionnement de M&S. Le plan de M&S mis en place depuis septembre voit déjà un changement d’étape dans les résultats.

Marks & Spencer (M&S) a annoncé les détails de son plan d’action en cinq points pour relever le défi de l’industrie tout entière dans la réduction des taux de Campylobacter dans les poulets entiers.

Les mesures, qui ont été mises en place pour la majorité des poulets vendus chez M&S depuis fin septembre, comprennent un étiquetage frontal plus clair et un double ensachage du poulet entier de façon à ce qu’il puisse être placé directement dans le four et sans la nécessité de le déballer et de le manipuler. L’action est également en cours dans les élevages M&S avec des primes versées aux éleveurs qui ont des élevages sans Campylobacter et une nouvelle technologie innovante de sécurité en place sur les lignes de production.

Steve Rowe, directeur général de l’alimentation chez Marks & Spencer, a déclaré : « Nous prenons la sécurité sanitaire très au sérieux et nous avons mis en place des mesures novatrices qui garantissent les plus hauts standards et les rendent faciles pour nos clients. Le plan fonctionne et nous sommes déterminés à jouer un rôle de premier plan dans les efforts visant à réduire les taux de Campylobacter dans l’industrie de la volaille. »

Steve Wearne, directeur de la règlementation à la Food Standards Agency, a déclaré : « Je suis très heureux de voir cette initiative impressionnante de M&S et de 2 Sisters. Campylobacter est un problème grave et il n’y a pas de solution unique au problème. Je crois que le meilleur moyen de faire baisser les taux de Campylobacter est d’adopter ce genre de l’approche intégrée tout au long de la chaîne alimentaire par M&S et 2 Sisters. J’ai hâte de voir l’impact de ces interventions dans les résultats futurs de notre enquête en cours sur les taux de Campylobacter dans les poulets vendu en distribution. »

Ranjit Singh, directeur général de 2 Sisters Food Group (le plus grand fournisseur de poulets de M&S), a déclaré : « Nous sommes ravis de montrer la voie en partenariat avec Marks & Spencer sur la réduction de Campylobacter. »

Le plan d’action M&S en cinq points sera déployé dans le reste de la chaîne d’approvisionnement de M&S d’ici à la fin de l’année.

NB : L’image représente le nouvel emballage des poulets M&S.

Retour sur le classement de 17 pays en matière de sécurité des aliments

22
nov
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Curiosité, E. coli, Environnement, Listeria, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments.

« Un organisme canadien classe 17 pays sur leur performance en sécurité des aliments », selon CIDRAP News.

Le Canada et l’Irlande ont reçu les notes les plus élevées lors de l’évaluation de 10mesures de performance en sécurité des aliments, selon un rapport du Conference Board of Canada’s Centre for Food. Voir à ce sujet Sécurité des aliments : Le Canada, premier au classement mondial, la France 3e !

??????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????En collaboration avec le Food Institute de l’université de Guelph, le Conference Board a classé 17 pays sur la base de l’évaluation des risques en matière de sécurité des aliments, la gestion des risques et la communication à propos des risques. Tous les pays sont membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), et l’évaluation des mesures de progrès en matière de sécurité alimentaire de chaque pays depuis 2010.

D’autres pays ont rejoint le Canada et l’Irlande dans le peloton de tête des performances dont la France, le Royaume-Uni, la Norvège et les Etats-Unis, indique le rapport.

L’Autriche, le Canada, la France, l’Irlande, le Japon, le Royaume-Uni, et les Etats-Unis ont tous montré une amélioration significative dans le signalement de l’incidence de Campylobacter, Salmonella, Yersinia, Escherichia coli et Listeria. La Suède, la Norvège, l’Allemagne sont au dernier rang dans ce domaine, suggérant une baisse dans le signalement des pathogènes dans les 5 dernières années, selon le rapport.

Le rapport a également examiné la confiance du public dans la capacité d’un pays à prévenir et à répondre aux questions de sécurité des aliments et sur les allergènes. Le Canada et l’Irlande ont enregistré une augmentation de la confiance du public, tandis que l’évaluation a révélé que la confiance du public a diminué en Australie, en France, en Italie et aux États-Unis.

Les évaluateurs ont utilisé des éléments communs des systèmes de sécurité des aliments dans l’ensemble de ces 17 pays pour procéder à leur évaluation, tout en notant la nécessité « de trouver un consensus sur des mesures solides communes de la performance en matière de sécurité des aliments, pour en tirer des paramètres de cette étude, parmi d’autres. »

Voir aussi l’article de Food Safety News, Canada, Ireland Top Food Safety World Ranking.

Commentaires : Ce qu’il y a d’intéressant, c’est la difficulté, pour ne pas dire l’impossibilité, constatée en France d’avoir des informations publiques en matière de sécurité des aliments, mais cela a dû échappé à nos amis Canadiens …

Ronde des rappels 2014 : semaine 47

22
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

RASFF-LogoCommencées avec « La ronde des rappels : semaine 49 » de 2009, les notifications des produits cités ne prétendent pas à l’exhaustivité dans la mesure il n’est pas possible d’avoir accès à toutes les sources permettant d’identifier le retrait/rappel d’un produit. Les informations recueillies ci-après concernent les denrées alimentaires ou les aliments pour animaux de France ou distribués en France. Elle sont issues du portail RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed ou Réseau d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux). Pour des raisons inconnues, la plupart des informations diffusées ne sont pas relayées par les autorités françaises auprès des consommateurs …

  • Référence RASFF 2014.1577, colorant Soudan 4 (6400 µg/kg) non autorisé dans de l’huile de palme de Gambie ; alerte notifiée par les Pays-Bas. Distribution Autriche, Belgique, France, Allemagne, Grèce, Hongrie, Irlande, Pays-Bas, Espagne, Suède, Suisse.
  • Référence RASFF 2014.1572, contaminant chimique, tétrachloroéthène (sum : 31<–>117 µg/l) et trichloroéthane dans des bouteilles d’eau d’Irlande ; alerte notifiée le 19 novembre 2014 par l’Irlande car qu’il y a eu un communiqué de rappel en Irlande le 11 novembre 2014 sur le site de la FSAI. Distribution Irlande, France. Pas de communiqué ou de distribution en France ?
  • Référence RASFF 2014.1564, histamine (226 mg/kg) dans des longes réfrigérées de thons d’Espagne ; notification par la France. Produit pas encore mis sur le marché.
  • Référence RASFF 2014.1555, Salmonella spp. (présence dans 25g) dans des aliments pour poissons de l’Ile Maurice ; notification par la France. Distribution restreinte au pays qui a fait la notification. Date du prélèvement le 5 novembre, date de la notification le 17 novembre : délai trop long !
  • Référence RASFF 2014.1553, histamine (> 200 mg/kg) dans de l’albacore d’Indonésie ; notification par la France. Distribution restreinte au pays qui a fait la notification.

Tableau ci-dessous (à la date du 21 novembre 2014) de la liste des pathogènes identifiés dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux pour la semaine 47 de 2014 par les Etats membres, d’après le RASFF. Très grosse semaine …

sem47_path1

sem47_path2

L’UE veut-elle aider les ex-salariés des abattoirs Gad, victimes de la mondialisation ou les cabinets de consultants ?

21
nov
2 commentaires
Classé dans Curiosité, Environnement, Réglementation, Union Européenne, Viande.

euractivSelon EurActivL’UE veut aider les ex-salariés des abattoirs Gad, victimes de la mondialisation.

ExtraitsLe Parlement européen a adopté une aide d’un million d’euros destinée aux ex-salariés des abattoirs bretons. La crise de la filière porcine ainsi qu’un usage abusif des travailleurs détachés dans le secteur sont jugés responsables des difficultés de l’entreprise.   

Les ex-salariés des abattoirs Gad, victimes de la mauvaise santé de la filière porcine en France, devraient recevoir prochainement une aide conséquente de la part du Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM). Il s’agit de 918 000 euros par le FEM …

Suite à une demande de la France, la Commission européenne avait proposé en octobre une enveloppe d’un million d’euros destinée à financer la « fourniture de conseil et d’orientation » aux  760 travailleurs licenciés par les abattoirs Bretons GAD.

La proposition de la Commission européenne a reçu l’aval de la commission des budgets du Parlement européen le 20 novembre, et doit encore être approuvée en plénière la semaine prochaine avant d’être définitivement adoptée, le 25 novembre.

pig_farm_smaller« La filière porcine française, notamment bretonne, a été frappée de plein fouet par la crise économique, laquelle a entraîné une augmentation du prix des aliments pour animaux et une diminution de la demande » a détaillé l’ancien Commissaire européen à l’emploi, aux affaires sociales et à l’inclusion, László Andor.

Selon la France, la crise financière et économique mondiale a entraîné une diminution de la consommation annuelle de porc et de produits à base de porc, tombée de 43 kg par habitant en 2007 à 39 kg en 2013.

Au-delà de cette crise structurelle, la filière porcine doit également faire face depuis janvier 2014 à un embargo sur les produits porcins décrété par Moscou après une épidémie de peste porcine africaine dans l’est de l’UE. Cette mesure concerne environ 10 % de la production porcine française qui se voit contrainte de trouver de nouveaux débouchés.

Commentaires : Je trouve cela très bien pour les ex-salariés des abattoirs Gad. Cela étant qui est responsable des travailleurs détachés si ce n’est la Commission européenne ? Par ailleurs, et malheureusement, contrairement à ce que vous pourriez penser, cette aide ne va pas aller aux ex-salariés des abattoirs Gad, mais va servir à payer l’équipe de consultants pour conseiller les travailleurs licenciés !

Les souches de E. coli entérotoxinogéniques sont étroitement liées

21
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

« Les souches de E. coli entérotoxinogéniques sont étroitement liées », source ASM News.

Les souches de Escherichia coli entérotoxigénique (ETEC) qui infectent les adultes et les enfants en Asie, en Afrique et aux Amériques, ont notamment des toxines et des facteurs de virulence semblables, selon une étude publiée dans le Journal of Bacteriology. Cela augure bien pour le développement d’un vaccin, explique l’auteur correspondant Åsa Sjöling, du Karolinska Institutet, Stockholm, Suède. Les ETEC infectent 400 millions de personnes par an, soit 5,3% de la population mondiale, et tuant 400 000 personnes.

enterotoxigenicDans l’étude, Sjöling et al. ont cherché à déterminer si la toxine thermolabile (TL) est devenue plus toxique au cours du temps, et si la bactérie a évolué pour sécréter plus de cette toxine. La TL provoque la « diarrhée du voyageur » qui afflige si souvent les Américains à l’étranger, et qui empoisonne les résidents de nombreux pays à faible et moyen revenu. Mais ils ont constaté que sur une période de 30 ans à partir de laquelle ils avaient des isolats, les deux types de toxines les plus puissantes, les TL1 et TL2, avaient peu changé, mais s’étaient propagées dans le monde.

« Lorsque de nouvelles souches ETEC acquièrent soit la TL1 ou la TL2 ils semblent y avoir plus de chance de persister et de se propager », dit Sjöling. Les facteurs de colonisation, les composés que la bactérie utilise pour adhérer à la paroi intestinale sont, également restés conservés au fil du temps, et les facteurs de colonisation les plus communs identifiés à l’échelle mondiale ont été souvent associés aux TL1 et TL2.

Les résultats de la recherche d’une collaboration entre l’université de Göteborg (où Sjöling a fait cette recherche), qui possède la plus grande collection au monde de souches ETEC, et des experts du séquençage du Sanger Institute, Cambridge, au Royaume-Uni. « Nous avons vite vu que les souches avec des variants des toxines similaires et un profil de facteurs de colonisation restent souvent étroitement liées, malgré le fait d’avoir été isolées sur des continents différents, avec un temps espacé entre ces isolements allant jusqu’à 30 ans », dit Sjöling.

Le document est publié en même temps dans Nature Genetics par un grand nombre des mêmes auteurs. Dans ce document, les investigateurs ont développé des données de séquence du génome entier de 362 souches ETEC de plus de 30 ans, dans 20 pays. « Cette recherche renforce notre conviction qu’il est possible de cibler un large éventail de groupes ETEC avec un vaccin », dit Gordon Dougan du Sanger Institute, co-auteur de deux documents.

« Nous croyons que le vaccin mis au point à l’université de Göteborg sera protecteur et utile à l’échelle mondiale car ce vaccin est basé sur des types de toxines et des facteurs de colonisation que nous avons retrouvé pour être les plus présents dans le monde entier », explique Sjöling.

Alors qu’on croyait que les ETEC variaient considérablement d’un endroit à l’autre, les investigateurs de Nature Genetics ont suivi la plupart des 21 lignées à une bactérie individuelle qui a acquis l’information génétique nécessaire pour infecter l’homme, entre 51 et 174 ans auparavant, puis se propager. Cela suggère, à son tour, que la bactérie est stable, et qu’il est improbable que le vaccin devienne résistant, et qu’il sera efficace dans le monde entier chez les enfants et les adultes, dit Sjöling.

NB : Photo issue de ce site.