Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'E. coli'

Pas de catégorie

Une crèche britannique fermée après une éclosion à E. coli O55

27
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Nettoyage-Désinfection, Santé, Sécurité des aliments.

« Une crèche britannique fermée après une éclosion à E. coli O55 », source Ben Chapman du barfblog du 26 novembre 2014.

La BBC rapporte que le Blandford Children’s Centre Nursery dans le Dorset (Royaume-Uni) a été fermé car les responsables de la santé enquêtent sur des cas groupés de maladies rares à E. coli.

500065432206023-1Vanessa Glenn, responsable de la politique familiale au Dorset County Council, qui gère la crèche sur Black Lane, a dit qu’un enfant a été diagnostiqué avec une infection à E. coli à la mi-octobre.

Elle a dit que la crèche a été fermée pendant trois jours tandis que des travaux de nettoyage en profondeur étaient entrepris.

Un autre enfant de la crèche a été infecté lundi et elle est actuellement fermée en attendant les résultats des analyses de sang du personnel et des prélèvement de selles des enfants, a-t-elle ajouté.

Elle a dit qu’il y avait eu un autre cas à E. coli impliquant un enfant de Blandford qui fréquentait le Shaftesbury Children’s Centre, et qu’il ne faisait pas partie des cas groupés.

Madame Glenn a déclaré : « Bien qu’il n’y ait aucune indication d’un lien direct entre la crèche et les cas récents, nous travaillons en étroite collaboration avec Public Health England et les autorité locales de santé environnementale pour contribuer à résoudre le problème. »

Elle a ajouté parents avaient été ‘pleinement informés’ de la fermeture de la crèche.

« Comme certains cas sont survenus chez des personnes associées à la crèche pour enfants, des lettres ont été envoyées aux parents dont les enfants fréquentent la crèche et le personnel, les informant sur E. coli O55 et l’enquête en cours », a déclaré le PHE.

Un accord pour régler une poursuite judiciaire après un rappel de viande bovine canadienne contaminée par E. coli

26
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Un recours collectif ou une action collective ou une action de groupe est arrivé en France et voici un exemple venu du Canada …

« Un accord pour régler une poursuite judiciaire après un rappel de viande bovine canadienne contaminée par E. coli », source Doug Powell du barfblog du 26 novembre 2014.

XL.foods_-300x168Des avocats ont négocié un accord pour régler un recours collectif déposé à la suite d’une éclosion à E. coli et au plus grand rappel de viande de l’histoire canadienne. L’action en justice est dirigée contre XL Foods Inc., qui exploitait une usine de conditionnement de viande dans le sud de l’Alberta lors du rappel de viande de bœuf contaminée en 2012.

Rick Mallett, un avocat d’Edmonton qui était derrière le recours collectif, a déclaré que le règlement est destiné à rembourser les consommateurs pour les produits qui ont été rappelés. Il a déclaré que le règlement proposé d’un million de dollars (802 716 euros), ainsi que d’autres coûts, va aller devant un juge pour approbation en début d’année prochaine.

« Les parties ont conclu un règlement sur le remboursement de la viande bovine qui est soumis à l’approbation de la cour », a dit Mallett mardi lors d’une audience à la cour de Queen’s BenchCela s’applique à quiconque a acheté de la viande de bœuf rappelée – XL beef – et qui l’a jetée et qui n’a pas obtenu de remboursement. »

XL Foods a rappelé plus de 1800 tonnes de viande de bœuf au Canada et aux États-Unis.

Dans un communiqué, la société a nié toute responsabilité et les allégations contenues dans ce recours collectif. L’usine de Brooks a été vendue à JBS Canada l’an dernier.

C’est parti pour durer …

Des bactéries modifiées font mûrir des fruits en présence d’éthylène

25
nov
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, E. coli, Environnement, Microbiologie.

1416932919785Des chercheurs ont programmé E. coli pour produire de l’éthylène, un gaz couramment utilisé par l’industrie alimentaire pour mûrir des produits, source C&EN.

Les rangées de tomates rouges rubis à l’épicerie locale ne viennent pas du verger dans un tel état. Les producteurs d’aliments ramassent les fruits non mûrs et plus tard, il les mettent en contact avec de l’éthylène, un gaz que des végétaux produisent naturellement pour déclencher la maturation. L’éthylène utilisé par les producteurs alimentaires provient de la fissuration de combustibles fossiles. Comme alternative verte, Cristina Del Bianco de l’université de Trente en Italie et son équipe conçu un Escherichia coli modifié pour produire de l’éthylène pour accélérer la maturation des fruits (ACS Synthetic Biology 2014).

Pour programmer E. coli pour fabriquer du gaz, les scientifiques se sont tournés vers un autre micro-organisme, Pseudomonas syringae. Ce pathogène des plantes a une enzyme qui convertit le 2-oxoglutarate, un métabolite intermédiaire du cycle de l’acide citrique, en l’éthylène en une seule étape. Les chercheurs ont inséré le gène chez E. coli de façon à ce qu’ils puissent en fabriquer en présence d’arabinose. Quand ils ont ajouté de l’arabinose aux cultures liquides de bactéries, les taux d’éthylène dans les flacons ont atteint 100 ppm.

Ensuite, les chercheurs ont cultivé la bactérie dans des flacons connectés à des bocaux remplis de tomates cerises vertes, des kiwis, ou des pommes. Après huit jours, les fruits reliés à aux flacons qui avaient reçu une dose d’arabinose étaient significativement plus mûres que celles reliées à des cultures bactériennes qui n’aient pas le sucre. Les tomates étaient plus rouges, les kiwis plus doux et les pommes avaient moins d’amidon, une signe de maturation.

Pour rendre la production d’éthylène plus facile pour des applications commerciales, l’équipe a remodifié les bactéries et exprimé le gène éthylène lorsqu’il est exposé à la lumière bleue. Les chercheurs ont détecté 92 ppm d’éthylène dans une culture de bactéries cultivées à la lumière bleue, alors qu’une absence d’éthylène a été détectée chez des bactéries cultivées dans le noir.

Légende de la photo. Des tomates cerises dans des jarres reliées à des cultures de Escherichia coli modifiés. Les fruits de droite (Eth 2) sont reliés aux cultures produisant de l’éthylène permettant aux tomates de mûrir. Les tomates de gauche (Ctrl 2.1) sont reliées à des cultures bactériennes qui ne produisent de gaz et les fruits restent verts. Crédit : Laboratoire de Cristina Del Bianco.

Les graines germées crues en question aux Etats-Unis mais pas que …

23
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Listeria, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

No3strikes-300x264

« One, Two Three Sprouts You’re Out* » ou Une, deux, trois éclosions aux graines germées Vous êtes Out, par Bill Marler dans Food Safety News du 22 novembre 2014.

Trois éclosions liées à des graines germées (Sproutbreak – Sproutpocalypse – Sproutageddon – Sproutataclysm – Sproutastrophe*) causées par Salmonella, E. coli et Listeria depuis août 2014 ? Une a été mortelle et les autres ont envoyé des dizaines de personnes à l’hôpital.

En date du 21 novembre 2014, le CDC a signalé un total de 63 personnes infectées par Salmonella Enteritidis dans 10 Etats : Connecticut, Maine, Massachusetts, Montana, New Hampshire, New York, Ohio, Pennsylvanie, Rhode Island et Vermont. Une personne malade du Montana s’est rendue dans l’Est des États-Unis pendant la période où l’exposition s’est probablement produite. Vingt-six pour cent des personnes malades ont été hospitalisées. Aucun décès n’a été signalé.

Les efforts de collaboration dans l’investigation de l’État, des autorités locales et fédérales de santé publique et réglementaires indiquent que les germes de soja produits par Wonton Foods, Inc. sont la source probable de cette éclosion.

Au 13 novembre 2014, les séquences du génome entier des souches de Listeria isolées de graines germées de haricots mungo produits par Wholesome Soy Products, Inc. et des isolats environnementaux prélevés à l’usine de production ont été retrouvés à être fortement liés à des séquences des souches de Listeria isolées de cinq personnes qui sont devenues malades de juin à août 2014. Ces cinq malades ont été signalés dans deux Etats : l’Illinois (4) et le Michigan (1). Tous les malades ont été hospitalisés. Deux décès ont été signalés.

Le 28 août 2014, Wholesome Soy Products, Inc. a effectué un rappel volontaire de graines germées de haricots mungo en raison de la contamination possible par Listeria monocytogenes après que la FDA ait isolé le pathogène à partir de prélèvements, suite d’une mission de routine.

À compter du 1er août 2014, un total de 19 personnes infectées par la souche épidémique de Escherichia coli producteurs de shigatoxines O121 (STEC O121) ont été signalées dans six États. Le nombre de personnes malades identifiées dans chaque État est le suivant : Californie (1), Idaho (3), Michigan (1), Montana (2), Utah (1), et Washington (11). 44% des malades ont été hospitalisés. Aucun malade n’a développé de syndrome hémolytique et urémique (SHU) et aucun décès n’a été signalé.

Les investigations épidémiologiques et de traçabilité menées par les autorités locales, de l’Etat et les agents fédéraux ont indiqué que des graines germées crues de trèfle contaminées produites par Evergreen Fresh Sprouts, LLC de l’Idaho était la source probable de cette éclosion.

Le barfblog a documenté au moins 55 éclosions liées aux graines germées qui sont survenues dans le monde entier affectant un total de 15 233 personnes depuis 1988. On dirait que ce tableau a besoin d’une mise à jour.

Dès septembre 1998, la FDA a émis une recommandation contre les graines germées :

Les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées ne devraient pas manger de graines germées d’alfalfa jusqu’à ce que les producteurs trouvent un moyen de réduire le risque d’une bactérie potentiellement mortelle qui infecte certaines graines germées, a dit la Food and Drug Administration cette semaine. La FDA, qui enquête sur les pratiques de l’industrie des graines germées, a dit que les enfants, les personnes âgées et les personnes dont le système immunitaire est affaibli devraient éviter de consommer des graines germées.

Voici la recommandation du CDC :

Les graines germées ne sont pas saines pour tout le monde

Les enfants, les personnes âgées et les personnes dont le système immunitaire ne fonctionne pas bien ne doivent pas manger des graines germées crues, parce que les traitements actuels des graines ou graines germées ne permettent pas de se débarrasser de toutes les bactéries présentes.

Les personnes qui sont à risque élevé de complications de maladies d’origine alimentaire devraient probablement ne pas manger des graines germées crues, selon un article paru dans le numéro actuel de Emerging Infectious Diseases, la revue du CDC, qui suit les nouvelles et réémergentes maladies infectieuses dans le monde.

Bien que les graines germées soient souvent considérées comme un « aliment santé », les conditions chaudes et humides nécessaires pour la culture des germes issus des graines sont également idéales pour les bactéries pour se développer. Salmonella, E. coli et d’autres bactéries peuvent croître à des concentrations élevées sans affecter l’aspect des graines germées.

Les chercheurs ont traité à la fois des graines ou des graines germées par la chaleur ou en les lavant dans des solutions de chlore, d’alcool et d’autres produits chimiques. Certains de ces désinfectants réduisent les taux des bactéries, mais un danger potentiel subsiste, en particulier pour les personnes dont le système immunitaire est affaibli. Les températures élevées qui détruiraient les bactéries sur les graines les empêcheraient également de germer. Jusqu’à ce qu’un moyen efficace soit trouvé pour prévenir la maladie liée aux graines germées, elles doivent être consommés avec prudence, voire pas du tout.

Donc, plutôt que de continuer à compter les éclosions, quelle est la solution au problème de des graines germées crues ?

© Food Safety News

* Bill Marler utilise ici une expression qui peut signifier qu’au baseball, « Quand un lanceur enregistre trois prises contre un frappeur pendant sa présence au bâton, le lanceur est crédité d’un retrait sur des prises, et le frappeur est retiré » ou out. Mais cela peut aussi vouloir dire que selon la loi des trois coups (Three strikes law), « une disposition législative en vigueur aux États-Unis permettant ou contraignant les juges de prononcer des peines de prison perpétuelle à l’encontre d’un prévenu condamné pour la troisième fois pour un délit et/ou un crime. » A vous de voir …

** Bill Marler utilise ici, pour donner plus de poids, la contraction des mots ‘sprout’ (graines germées ou germes) et ‘outbreak’, qui se traduit ici par éclosion, d’où sproutbreak, et ainsi de suite.

Retour sur le classement de 17 pays en matière de sécurité des aliments

22
nov
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Curiosité, E. coli, Environnement, Listeria, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments.

« Un organisme canadien classe 17 pays sur leur performance en sécurité des aliments », selon CIDRAP News.

Le Canada et l’Irlande ont reçu les notes les plus élevées lors de l’évaluation de 10mesures de performance en sécurité des aliments, selon un rapport du Conference Board of Canada’s Centre for Food. Voir à ce sujet Sécurité des aliments : Le Canada, premier au classement mondial, la France 3e !

??????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????En collaboration avec le Food Institute de l’université de Guelph, le Conference Board a classé 17 pays sur la base de l’évaluation des risques en matière de sécurité des aliments, la gestion des risques et la communication à propos des risques. Tous les pays sont membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), et l’évaluation des mesures de progrès en matière de sécurité alimentaire de chaque pays depuis 2010.

D’autres pays ont rejoint le Canada et l’Irlande dans le peloton de tête des performances dont la France, le Royaume-Uni, la Norvège et les Etats-Unis, indique le rapport.

L’Autriche, le Canada, la France, l’Irlande, le Japon, le Royaume-Uni, et les Etats-Unis ont tous montré une amélioration significative dans le signalement de l’incidence de Campylobacter, Salmonella, Yersinia, Escherichia coli et Listeria. La Suède, la Norvège, l’Allemagne sont au dernier rang dans ce domaine, suggérant une baisse dans le signalement des pathogènes dans les 5 dernières années, selon le rapport.

Le rapport a également examiné la confiance du public dans la capacité d’un pays à prévenir et à répondre aux questions de sécurité des aliments et sur les allergènes. Le Canada et l’Irlande ont enregistré une augmentation de la confiance du public, tandis que l’évaluation a révélé que la confiance du public a diminué en Australie, en France, en Italie et aux États-Unis.

Les évaluateurs ont utilisé des éléments communs des systèmes de sécurité des aliments dans l’ensemble de ces 17 pays pour procéder à leur évaluation, tout en notant la nécessité « de trouver un consensus sur des mesures solides communes de la performance en matière de sécurité des aliments, pour en tirer des paramètres de cette étude, parmi d’autres. »

Voir aussi l’article de Food Safety News, Canada, Ireland Top Food Safety World Ranking.

Commentaires : Ce qu’il y a d’intéressant, c’est la difficulté, pour ne pas dire l’impossibilité, constatée en France d’avoir des informations publiques en matière de sécurité des aliments, mais cela a dû échappé à nos amis Canadiens …