Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'E. coli'

Pas de catégorie

Évaluation quantitative des risques du syndrome hémolytique et urémique lié aux souches de Escherichia coli producteurs de shigatoxines O157:H7 et non O157:H7 dans du fromage à pâte molle au lait cru

26
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Lait, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

ecoli-bacteriaRésumé.

Les souches de  Escherichia coli producteurs de shigatoxines (STEC) peuvent provoquer des infections humaines allant de la simple diarrhée au syndrome hémolytique et urémique (SHU). Les cinq principaux sérotypes pathogènes de STEC (ou MPS-STEC pour main pathogenic serotypes-STEC) identifiés à ce jour en Europe sont O157:H7, O26:H11, O103:H2, O111:H8, et O145:H28. Parce que les souches de STEC peuvent survivre ou se développer pendant la fabrication du fromage, en particulier dans les fromages à pâte molle, un modèle stochastique d’évaluation quantitative du risque microbien a été développé pour évaluer le risque de SHU associé aux cinq MPS-STEC dans des fromages à pâte molle au lait cru. Un scénario de référence représente un scénario de base du cas le pire, où aucune intervention n’a été considérée tout au long du continuum de la ferme à la table. Le niveau de risque évalué dans ce scénario de référence est le niveau basé sur les risques. L’impact de sept scénarios avant collecte (vaccins, probiotiques, tri du lait) sur le niveau du risque a été exprimée en termes de réduction du risque. L’impact de l’intervention avant collecte varie de 76% à 98% dans la réduction du risque avec des valeurs les plus élevées prédites des scénarios combinant une diminution du nombre de vaches excrétant des STEC et la concentration en STEC dans les fèces. L’impact des interventions post-collecte sur le niveau basé sur les risques a également été testé en appliquant cinq critères microbiologiques (CM) à la fin de la maturation. Les cinq CMs diffèrent en termes de taille de l’échantillon, du nombre d’échantillons qui peuvent donner une valeur supérieure à la limite microbiologique et des méthodes d’analyse. La réduction du risque prédit varie de 25% à 96% en appliquant des CMs sans intervention préalable et de 1% à 96% avec la combinaison des interventions avant et après collecte.

Frédérique Perrin, Fanny Tenenhaus-Aziza, Valérie Michel, Stéphane Miszczycha, Nadège Bel, and Moez Sanaa. Quantitative Risk Assessment of Haemolytic and Uremic Syndrome Linked to O157:H7 and Non-O157:H7 Shiga-Toxin Producing Escherichia coliStrains in Raw Milk Soft Cheeses. Risk Analysis. 25.aug.14.

On pourra aussi lire sur ce blog, De la détection de STEC potentiellement pathogènes (O26:H11, O103:H2, O111:H8, O145:H28 et O157:H7) dans des fromages au lait cru.

Cas groupés d’infections à E. coli entérohémorragique O111 dans une crèche du Morbihan, novembre 2012-janvier 2013

21
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

L’InVS publie le 21 août 2014 une étude sur les « Cas groupés d’infections à E. coli entérohémorragique O111 dans une crèche du Morbihan, novembre 2012-janvier 2013 ».

Ecoliarrows_320x175Résumé.

Trois cas de syndrome hémolytique et urémique (SHU) survenus en 15 jours dans une crèche étaient notifiés à l’Institut de veille sanitaire (InVS) le 5 novembre 2012 suggérant des cas groupés d’infection à E. coli entérohémorragique (EHEC).

Une enquête exploratoire, une enquête de cohorte rétrospective auprès de 89/94 enfants (95 %) et de 28/36 (78 %) personnels et une surveillance prospective ont été réalisées pour rechercher une exposition commune et déterminer l’ampleur de l’épidémie. Un dépistage dans l’entourage familial des cas confirmés et parmi les enfants et personnels a été réalisé. Les EHEC ont été recherchés par PCR (Polymerase Chain Reaction) dans les selles, les échantillons positifs étaient mis en culture pour caractérisation des souches.

Un cas confirmé était un enfant ou personnel de la crèche ayant présenté, entre le 10 octobre 2012 et le 17 janvier 2013, des signes de gastro-entérite et/ou un SHU avec isolement de EHEC O111 ; un cas probable avait présenté des selles sanglantes et/ou un SHU et une PCR positive ; un cas possible avait présenté une diarrhée avec au moins 3 selles liquides en 24 heures et consulté un médecin.

Dix-huit cas (6 confirmés, 1 probable et 11 possibles) ont été recensés parmi les enfants. La courbe épidémique évoquait une transmission interhumaine. Le taux d’attaque était de 20,2 %, 6,7 % en considérant uniquement les cas confirmés. La fréquentation du groupe A était associée significativement avec la maladie (RR=3,1 IC95 % [1,3-7,1]). Parmi les contacts familiaux des cas confirmés, 17 % (3/18) étaient porteurs asymptomatiques. Le dépistage a identifié 4 % (3/80) d’enfants porteurs asymptomatiques.

Devant les questions soulevées par la gestion, le Haut conseil de la santé publique (HCSP) a mis en place en juillet 2013 un groupe d’experts pour élaborer des recommandations et éviter la survenue de cas secondaires de EHEC dans des collectivités.

Il est annoncé dans les conclusions, « Suite à cet épisode, l’InVS a adressé à la DGS le 19 février 2013 une note signalant la nécessité d’une conduite à tenir pour prévenir la transmission secondaire d’infections à EHEC dans l’entourage d’un cas. La DGS a ensuite saisi le HCSP qui a mis en place en juillet 2013 un groupe d’experts pour émettre des recommandations sur ce sujet. Une réponse à la saisine de la DGS est attendue courant de l’année 2014. »

Source Tillaut H, King L. Cas groupés d’infections à E. coli entérohémorragique O111 dans une crèche du Morbihan. Novembre 2012-janvier 2013. Saint-Maurice : Institut de veille sanitaire ; 2014. 20 p.

Commentaires : Le contenu est intéressant et les manquements d’hygiène relevés sont importants ! On nous dit qu’« une réponse à la saisine de la DGS est attendue courant de l’année 2014 », mais c’est précisément quand ?

Rappel en Allemagne de crottins de Chavignol pour cause de présence de E. coli

21
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

CrottinLe 11 juillet, le ministère de l’agriculture publiait sur son site un « Rappel des lots de fromages de la Laiterie H.TRIBALLAT ».

La Laiterie H.TRIBALLAT informe les consommateurs qu’une analyse établit la présence d’Escherichia coli dans un lot de fromages de Chavignol. Par mesure de précaution, il est procédé au rappel des lots de fromages indiqués ci-dessous … Suivaient les numéros de lot et des mesures de protection des consommateurs.

Le 15 août 2014, les autorités fédérales allemandes publiaient un communiqué concernant le rappel de crottin Chavignol au lait cru pour cause de présence de E. coli.

Cela concerne les lots « 180-10, et par mesure de précaution les lots 176-04, 176-06, 176-12 et 182-03. »

Je ne sais pas ce qui se passe dans la communication entre deux Etats membres de l’UE, mais le moins que l’on puisse dire, et contrairement à ce qui est souvent rapporté par la Commission européenne, elle se passe mal, voire très mal ou encore pas du tout …

Ronde des rappels 2014 : semaine 33

18
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

Commencées avec « La ronde des rappels : semaine 49 » de 2009, les notifications des rappels cités ne prétendent pas à l’exhaustivité dans la mesure il n’est pas possible d’avoir accès à toutes les sources permettant d’identifier le rappel d’un produit. Les pays frontaliers de la France constituent une aide précieuse. Les informations recueillies sont issues du portail RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed ou Réseau d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux).

  • Référence RASFF 2014.1145, Escherichia coli producteurs de shigatoxines (O26:H11 stx+, eae+) dans des fromages au lait cru de chèvre de France ; alerte notifiée par la France. Distribution Belgique, France, Allemagne, Suisse.
  • Référence RASFF 2014.1141, Salmonella spp. dans du chorizo d’Espagne ; alerte notifiée par la France. Distribution France et Luxembourg. Date du prélèvement, 4 août 2014 et date du résultat, 14 août 2014. Retard inacceptable pour une analyse qui prend deux jours …
  • Référence RASFF 2014.1130, Escherichia coli producteurs de shigatoxines (stx1) dans du roquefort fait à partir de lait cru de brebis de France ; alerte notifiée par l’Allemagne. Pas de distribution dans le pays qui a fait la notification, mais diffusion d’un communiqué de rappel.

Pas de tableau cette semaine des pathogènes identifiés dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux pour la semaine 33 de 2014 par les Etats membres. Retour à la normale, dès qu’une connexion fiable sera disponible.

Ronde des rappels 2014 : semaine 32

9
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

Commencées avec « La ronde des rappels : semaine 49 » de 2009, les notifications des rappels cités ne prétendent pas à l’exhaustivité dans la mesure il n’est pas possible d’avoir accès à toutes les sources permettant d’identifier le rappel d’un produit. Les pays frontaliers de la France constituent une aide précieuse. Les informations recueillies sont issues du portail RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed ou Réseau d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux).

  • Référence RASFF 2014.1118, résidus au-dessus de la LMR pour l’oxytétracycline (1450 ; 968 mg/kg) dans de la viande congelée de bœuf de Pologne ; alerte notifiée par la Pologne. Distribution Croatie, France, Grèce, Hongrie, Lituanie, Malte, Pologne, Roumanie, Slovénie, Suède, Royaume-Uni, République de Macédoine.
  • Référence RASFF 2014.1114, Escherichia coli producteurs de shigatoxines (O26:H11 eae+ stx+) dans du fromage de chèvre fait avec du lait cru de France ; alerte notifiée par la France. Distribution France et Belgique. A noter date du prélèvement le 6 août et date du résultat, le 8 août. Comme quoi quand on veut, on peut faire court !
  • Référence RASFF 2014.1106, imazalil (6,3 mg/kg) dans des citrons d’Argentine ; notification par la France. Distribution restreinte au pays qui a notifié.
  • Référence RASFF 2014.1101, dioxines (1,3 ng/kg) dans des acides gras hydrogénés d’huile de palme d’Espagne ; alerte notifiée par la France. Pas de distribution au pays qui a lait la notification.
  • Référence RASFF 2014.1097, aflatoxines (B1 = 261; Totales = 282 µg/kg) dans des pistaches crues d’Iran, via l’Allemagne ; alerte notifiée par l’Italie. Distribution Autriche, France, Hong Kong, Italie, Suisse.
  • Référence RASFF 2014.1092, dioxines (1,166 pg WHO TEQ/g) dans de l’huile de palme déshydrogénée d’Espagne ; alerte notifiée par la France. Pas de distribution dans le pays qui a notifié. A noter, date de prélèvement était le 3 juin et le résultat le 4 août …

Pas de tableau cette semaine des pathogènes identifiés dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux pour la semaine 32 de 2014 par les Etats membres. Retour à la normale, dès qu’une connexion fiable sera disponible.