Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Environnement'

Pas de catégorie

Les piscines vont-elles avoir comme les restaurants des notes en matière de sécurité sanitaire ? Toronto le pense

20
avr
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

« Les piscines vont-elles avoir comme les restaurants des notes en matière de sécurité sanitaire ? Toronto le pense. » Source Doug Powell du barfblog du 20 avril 2014.

Bien entendu, cet article ne s’adresse pas à la France où les scores ou notes des restaurants en matière d’hygiène n’existent pas (encore ?). Quant aux piscines, si l’on prend le cas de Paris ou de l’Ile de France, il y a en a toujours un certain nombre de fermées pour causes diverses, mais le plus souvent pour des raisons sanitaires, voir Piscines et condition sanitaires. A signaler, par ailleurs, qu’il n’y a pas eu, à ma connaissance, de rapport 2012 du contrôle sanitaire des eaux de loisirs à Paris, mais bon, revenons à Toronto …

caddyshack.pool_.poop-1-300x198Les exploitants des piscines, spas, bains à remous et autres pataugeoires de Toronto pourraient bientôt être tenus de publier les avis des inspections sur site afin que le public sache si des non-conformités de santé et de sécurité sanitaire ont eu lieu.

En 2011, le Star révélait que les exploitants de piscine se sont exposés à de multiples infractions pour plusieurs aspects, eau sale et équipements défectueux ou équipements de sécurité manquants, mais ces résultats d'inspection n’ont pas été révélés au public.(comme en France –aa).

Ces nouvelles qui ont fait que des nageurs, des utilisateurs de spas et des étudiants ont été mis dans des situations de risque de maladies et de blessures a incité le conseiller John Filion, président du conseil de santé de Toronto, de demander un affichage bien en vue de ces éléments afin  de savoir si les installations répondent aux normes de la ville.

Le 28 avril, le conseil examinera une nouvelle proposition du médecin-hygiéniste de la santé afin de déterminer si la ville doit élaborer un projet de règlement pour convaincre les exploitants de piscines, spas publics (bains à remous) et pataugeoires à afficher une information ou un document montrant les résultats de l'inspection. Le médecin doit présenter un rapport à l'avocat de la ville sur le contenu du projet de règlement.

Si le conseil vote ce texte, la proposition sera prise en compte par le conseil municipal le 6 mai. Le conseil prendra la décision finale. Le règlement proposé s'appliquerait à plus de 1 600 installations.

Rappel européen pour un gadget en contact avec des aliments

20
avr
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

-Life-Art-20pcs-lot-plastic-packing-plastic-font-b-DIY-b-font-font-b-drinkingLe RASFF rapporte une alerte notifiée par l'Allemagne, référence 2014.0527, concerant la présence de di-2-propylheptylphtalate (DPHP) (31 g/100g) dans des pailles en forme de lunettes de Chine ; alerte notifiée par l’Allemagne. Distribution possible en France, Belgique, Autriche, république Tchèque, Danemark, Estonie, Iles Féroé, Finlande, Allemagne, Hongrie, Irlande, Italie, Lituanie, Luxembourg, Pays-Bas, Norvège, Pologne, Portugal, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Espagne, Suède, Suisse, Royaume-Uni. 

Le produit en question est une paille en forme de lunettes ou des lunettes paille, à vous de voir … principalement utilisé par des enfants.

Pour information, selon cette fiche technique, le DPHP est « employé comme plastifiant primaire dans les revêtements de toitures en raison de son excellente résistance aux intempéries. Il est également employé dans l’automobile ainsi que dans la fabrication de câbles. »

A ce jour, seule l'Irlande, à ma connaissance, a publié un communiqué de rappel le 17 avril 2014 : n° de lot 16462 ; article n° 93/2017 ; code-barres : 4029811191796. « Le lot incriminé est rappelé de la vente en Irlande et ailleurs. L’avis doit être affiché pour les clients dans les magasins de vente au détail où ce lot a été vendu. »

Je ne doute pas un instant que d'autres communiqués suivront …

L’AFBV dénonce les multiples contradictions de la nouvelle loi interdisant les mais « OGM »

16
avr
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Non classé, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

ogm-maisL’AFBV dénonce, dans un communiqué du 15 avril 2014, les multiples contradictions de la nouvelle loi interdisant les mais « OGM » ?

L’Association Française des Biotechnologies Végétales (AFBV) dénonce la nouvelle loi interdisant la culture des maïs génétiquement modifiés (GM) sur notre territoire qui est en contradiction avec les analyses scientifiques, le droit communautaire, les impératifs d’une agriculture plus écologique et les intérêts des consommateurs.

Cette loi n’est, en effet, pas justifiée sur le plan scientifique : elle ne repose sur aucune justification scientifique nouvelle comme l’a démontré l’analyse de plusieurs scientifiques.

Cette loi n’est pas non plus légitime sur le plan juridique : elle est contraire au droit européen.

Cette loi va aussi à l’encontre de la nécessité de développer une agriculture plus respectueuse de l’environnement 

Cette loi va à l’encontre des intérêts des consommateurs 

Cette loi va donc complètement à l’encontre des objectifs de la Loi d’avenir sur l’agriculture qui met l’agro-écologie au cœur de la démarche des agriculteurs.

Alors que le Premier Ministre s’est prononcé à plusieurs reprises en faveur du développement de la recherche sur les biotechnologies végétales et « contre les fatwas anti-OGM », cette nouvelle loi d’interdiction des maïs GM doit-elle être considérée comme une première concession du nouveau Gouvernement au Parti des Verts ?

Selon le site de l’Assemblée Nationale, « Mardi 15 avril dans la soirée, l'Assemblée a adopté la proposition de loi de Bruno Le Roux relative à l'interdiction de la mise en culture du maïs génétiquement modifié. » Voir le dossier de cette loi relative à l'interdiction de la mise en culture du maïs génétiquement modifié MON810. A vous de voir si cette loi est-elle oui ou non une « fatwa » ? (pensez à rayer la mention inutile).

Prédire la présence de Escherichia coli producteurs de vérotoxines dans les viandes fermentées

16
avr
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Viande.

e coli-thumb-200x153-943Voici un résumé d’un article digne d’intérêt sélectionné à partir dans le numéro de mai de la revue Applied and Environmental Microbiology par les éditeurs de la revue : « Prédire la présence de Escherichia coli producteurs de vérotoxines dans les viandes fermentées ».

Les Escherichia coli producteurs de vérotoxines (VTEC) sont des bactéries pathogènes d'origine alimentaire causant des maladies graves chez l'homme, comprenant le syndrome hémolytique et urémique, qui a un taux de mortalité élevé et qui entraîne des complications à vie. Plusieurs foyers de VTEC d’origine alimentaire ont été causés par la consommation de viandes fermentées. Quinto et ses collègues ont développé un modèle mathématique afin de quantifier l'impact sur la survie des VTEC deq conditions de fabrication et de stockage, ainsi que des modifications ou des événements imprévus, au cours de la production de viandes fermentées. Les prédictions ont été validées dans des viandes fermentées contaminées par des VTEC fabriqués dans une usine pilote. Le modèle est mis en œuvre dans un outil informatique, E. coli SafeFerment (ECSF), disponible gratuitement sur http://www.ifr.ac.uk/safety/EcoliSafeFerment.

Les emplois de demain sont dans la bioéconomie. Merci qui ? Merci les microbes !

16
avr
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Microbiologie.

Eh oui, le gouvernement, comme nous ne savons que trop, souhaite créer des emplois, mais il n’avait pas pensé à la microbiologie, mais heureusement que le blog est là, plus précisément heureusement que les microbes sont là, car demain sera le temps de la bioéconomie …

En effet, des emplois sont à créer dans la bioéconomie et on aura besoin de microbiologistes, qu’on se le dise !

« Des emploi créés grâce aux microbes : Comment les microbiologistes peut aider à bâtir une bioéconomie ? ». Source American Academy of Microbiology.

aam1

Les microbes peuvent être très efficaces, polyvalents, ce sont des outils sophistiqués de fabrication (de plus, ils ne font pas grève ! –aa), et ils ont le potentiel de former la base d'un secteur économique dynamique. Afin de profiter pleinement de l’occasion qu’une industrie basée sur les microbes peut offrir, les éducateurs doivent repenser la façon dont les futurs microbiologistes sont formés, selon un rapport de l’American Academy of Microbiology. Le rapport, « Microbe-Powered Jobs: How Microbiologists Can Help Build the Bioeconomy » (Des emplois créés grâce aux microbes : Comment microbiologistes peut aider à bâtir une bioéconomie ?), a été basé sur un colloque organisé par l'American Academy of Microbiology en février 2013 à Dallas, Texas.

Voir l’infographie où l’on peut voir comment les microbes peuvent aider à la création d’emplois.

Résumé.

« La microbiologie industrielle connaît une Renaissance. Les micro-organismes fabriquent des produits allant de l'industrie pharmaceutique strictement réglementée à la production à grande échelle de produits chimiques de base et des biocarburants. L'éducation et la formation de la prochaine génération d'employés de ces industries en expansion rapide est essentielle à leur survie », explique Joy Doran-Peterson de l'université de Géorgie, qui a présidé le comité de pilotage du rapport.

aam2

Pendant des milliers d'années, l’home a exploité la puissance de microbes pour fabriquer des produits tels que le pain, le fromage, la bière et le vin. Au début du 20e siècle, les scientifiques ont découvert comment utiliser des moisissures pour produire des antibiotiques. C’est seulement au cours des dernières décennies, avec l'avènement des technologies basées sur l'ADN, que notre compréhension de la grande diversité des capacités microbiennes a explosé.

« S'il y a un produit chimique que vous voulez décomposer, il y a probablement un microbe qui peut le faire. S’il s’agit d’un composé que vous souhaitez synthétiser, un microbe peut probablement vous aider », dit le rapport. Le rapport fournit une litanie d'exemples de produits biologiques potentiels, y compris la bioénergie, les biocarburants, les produits chimiques industriels respectueux de l'environnement et les bioenzymes (la production de combustibles a déjà atteint un marché de près de 4 milliards de dollars).

Pour profiter pleinement du potentiel des offres de la bioéconomie, les universités doivent repenser et adopter une approche plus large de l'enseignement de la microbiologie au niveau du baccalauréat. Selon le rapport, la croissance future d'un secteur de l'industrie basée sur les microbes dépend de deux éléments essentiels : l'expansion de la compréhension fondamentale de la microbiologie et de la traduction de cette compréhension en produits viables.

L'éducation actuelle à la microbiologie forme principalement des scientifiques avec un œil vers la recherche universitaire, ce qui est nécessaire pour poursuivre l'expansion des connaissances. La plupart des étudiants qui choisissent la microbiologie, cependant, ont un œil  sur une carrière médicale, car beaucoup de programmes de premier cycle en microbiologie se concentrent sur les aspects biomédicaux de la microbiologie, selon le rapport.

« On peut imaginer qu’à la place de la situation actuelle où la pré-médecine est pratiquement le seul programme de premier cycle avec une composante de microbiologie, il pourrait y avoir une série de grandes écoles avec de la microbiologie dans leurs matières », dit le rapport.

L'un des aspects spécifiques, dont le rapport fait état, pourrait être la piste de la microbiologie industrielle, en ciblant vers la traduction en produits viables. Non seulement cela permettrait de mettre l'accent sur la microbiologie, mais cela devrait également comprendre des compétences quantitatives importantes pour le succès de l'industrie. Ce type de programme pourrait également être mis à la disposition des étudiants en ingénierie sous la forme de bioingénierie.

aam3

En plus des programmes d'études traditionnels, le rapport recommande également d'autres formats qui sont utilisés pour enseigner des compétences spécialisées ou offrir une introduction intensive à de nouveaux champs d'étude.

Le rapport est basé sur les délibérations des experts qui ont été réunis par l'American Academy of Microbiology pour discuter des contributions potentielles d'une industrie propulsée par les microbes et les éléments humains nécessaires à ce secteur émergent pour prospérer. Le contenu reflète les discussions du colloque et n’est pas destiné à refléter les positions officielles de l’American Academy of Microbiology ou l'American Society for Microbiology.