Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Environnement'

Pas de catégorie

Salmonella : 24 000 poules abattues dans les Deux-Sèvres

21
sept
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, Volaille.

Selon La Nouvelle République.fr du 21 septembre 2014, Chaque mois, un contrôle sanitaire est effectué dans les élevages comme celui de Patrick Gloriau à Thénezay. D’habitude, c’est une mesure de routine. Sauf que, le 11 septembre dernier était un jour de catastrophe. Un arrêté préfectoral a signifié à l’éleveur multiplicateur de poules reproductrices qu’une contamination par une salmonelle avait été détectée. Des traces de cette bactérie ont été décelées par les services de la DDCSPP (Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations).

Des poules pondeuses dans son jardin, c'est tendance.Les 24.000 poules qu’abritaient les vastes bâtiments d’élevage ont été envoyées à l’abattoir. Pourtant, aucune trace de contamination n’a été décelée dans ces volailles qui ne sont, paradoxalement, pas impropres à la consommation. Pour Patrick Gloriau, il ne fait aucun doute que la salmonelle détectée est issue d’une contamination de type « environnementale ». « Il n’y a pas de preuve mais ce qui est sûr, estime-t-il, c’est que le risque zéro n’existe pas ». L’enquête en cours s’efforcera de déterminer l’origine de cette contamination, peut-être liée à des déjections de rats.

En attendant, « trois salariés sont au chômage technique, explique l’éleveur, et ce sera pour nous environ 6 mois de perte d’exploitation, entre les deux mois nécessaires pour désinfecter et remettre en fonctionnement puis réintroduire 8.000 poules dans chacun des trois bâtiments ».

Samedi matin, Patrick Gloriau s’affairait déjà au jet haute pression. « Ensuite, ce sont des entreprises spécialisées qu’il faut faire intervenir. 

NB : Je doute que le jet à haute pression soit un ‘bon ‘remède contre Salmonella. Par ailleurs, la contamination de l’environnement par Salmonella est une lapalissade, car ne l’oublions pas, Summer time is Salmonella time, mais aussi Après la pluie, vient Salmonella.

« Il suffit de le faire cuire » est important, une version tragique italienne

21
sept
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Réglementation, Sécurité des aliments, Viande.

schema_contamination_E-coli« Il suffit de le faire cuire » est important, une version  tragique italienne, source Doug Powell du barfblog du 19 septembre 2014.

Après qu’un enfant de 18 mois est décédé d’un syndrome hémolytique et urémique (SHU) en Italie, suite à une intoxication alimentaire, un médecin italien a critiqué les habitudes alimentaires de sa famille.

« Vous ne comprenez pas », a  écrit la famille en réponse au médecin, comme si une telle constatation pouvait avoir une pertinence dans la recherche des responsabilité par ceux qui, par profession et par vocation, devraient donner les soins nécessaires au petit David. Évidemment, le Dr Colasanto n’est pas bien clair sur ce que sont les fonctions institutionnelles.

Cette responsabilité sera examinée et vérifiée par les procureurs de Bari qui ont reçu une plainte des parents et ont déjà entendu quatre personnes comme suspects, dont deux médecins de l’hôpital de Jean XXIII de Bari, où le bébé est décédé, un médecin et une infirmière de l’hôpital de Murgia’

Cultiver les non cultivables : des bactéries TM7 issues de la cavité buccale candidates à la  division

20
sept
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Microbiologie, Santé.

MicrobiomeDes bactéries TM7 candidats à la division ont été retrouvées dans des environnements multiples, dont la plupart des zones du corps humain. Jusqu’à présent, cependant, l’identification des bactéries TM7 avait été réalisée seulement par des méthodes moléculaires. Soro et al. décrivent la culture d’un isolat de TM7 de la plaque dentaire qui est conforme aux séquences d’ARNr 16S des TM7 et la morphologie (filaments > 200 μm). L’isolât forme des biofilms et semble modifier la morphologie (de bâtonnets courts à de longs filaments) selon le microbe oral partenaire avec qui il se développe parallèlement. Cet isolat permettra une analyse génétique et biochimique plus complète de la bactérie TM7 insaisissable et de sa pathogenèse.

Valeria Soro, Lindsay C. Dutton, Susan V. Sprague, Angela H. Nobbs, Anthony J. Ireland, Jonathan R. Sandy, Mark A. Jepson, Massimo Micaroni, Peter R. Splatt, David Dymock and Howard F. Jenkinson. Axenic Culture of a Candidate Division TM7 Bacterium from the Human Oral Cavity and Biofilm Interactions with Other Oral Bacteria. Appl. Environ. Microbiol. October 2014 vol. 80 no. 20 6480-6489.

NB : On trouvera des éléments de compréhension dans ce document de Monsieur Sansonetti, La dysbiose, nouvelle entité en médecine. ?

Le risque de contamination par Campylobacter de viande de poulet peut dépendre de la souche en cause

20
sept
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments, Volaille.

campylobacter_jejuniComprendre comment différentes souches de Campylobacter jejuni colonisent les volailles est important pour développer des stratégies afin de réduire ou éliminer le portage de C. jejuni. Chaloner et al. ont démontré que deux souches de C. jejuni ont des écologies d’infection très différentes au sein des poulets de chair. C. jejuni 13126 a été retrouvé le long du tractus gastro-intestinal, tandis que C. jejuni M1 a été largement circonscrit au caecum et au côlon. En outre, C. jejuni 13126 était aussi plus invasif et capable de se propager vers le foie du poulet. Cela a des conséquences sur la maîtrise pour l’industrie de la volaille et les auteurs suggèrent que le risque de contamination des tissus comestibles peut dépendre de la souche en cause.

Référence. Gemma Chaloner, Paul Wigley, Suzanne Humphrey, Kirsty Kemmett, Lizeth Lacharme-Lora, Tom Humphrey and Nicola Williams. Dynamics of Dual Infection with Campylobacter jejuni Strains in Chickens Reveals Distinct Strain-to-Strain Variation in Infection Ecology. Appl. Environ. Microbiol. October 2014 vol. 80 no. 20 6366-6372.

Une étude met en évidence la germination des spores de Clostridium botulinum

19
sept
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments.

botspores« Une étude met en évidence la germination des spores de Clostridium botulinum », source Food Safety Watch du 19 septembre 2014.

Une étude récemment publiée par des scientifiques de l’Institute of Food Research (IFR) du Royaume-Uni a identifié une partie du mécanisme par lequel les endospores résistantes au pathogène alimentaire dangereux Clostridium botulinum (la cause du botulisme) sont capables de germer.

Il est connu que la germination des spores est déclenchée lorsque certaines petites molécules (germinants) sont reconnues par des récepteurs spécifiques de la germination situés dans la membrane interne de la spore. Les chercheurs de l’IFR ont pu identifier deux récepteurs de germination actifs dans les spores de Clostridium botulinum, qui répondent aux acides aminés germinants et agissent en synergie, mais sont incapables de fonctionner seul. D’autres récepteurs de germination forment un complexe, qui semble jouer un rôle dans le contrôle de la vitesse de germination.

Les auteurs de l’étude disent que la compréhension du mécanisme de germination des spores de Clostridium botulinum est essentielle si de nouvelles mesures de maîtrise doivent être mises au point pour prévenir la germination et la production conséquente de toxines par des cellules végétatives dans les aliments. Ils suggèrent qu’il pourrait être possible d’empêcher complètement la germination des spores, ou de forcer toutes les spores à germer en une seule fois de sorte que les cellules végétatives moins résistantes pourraient être facilement inactivées.

L’étude est publiée en intégralité dans la revue en accès libre PLoS Pathogens.