Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Environnement'

Pas de catégorie

Campylobacter et les poulets au Royaume-Uni, situation inchangée selon la FSA

29
mai
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Union Européenne, Volaille.

campylobacter_jejuniLa FSA vient de publier le 28 mai 2015 la série finale des résultats de son enquête sur une année de présence de Campylobacter dans des poulets réfrigérés. Campylobacter est un micro-organisme alimentaire principalement retrouvé dans les volailles crues et c’est la principale cause d’intoxication alimentaire au Royaume-Uni.

Les résultats cumulatifs des échantillons prélevés entre février 2014 et février 2015 [mais aussi mars 2015] ont été publiés comme statistiques officielles, comprenant les résultats présentés par les principaux distributeurs. Le rapport peut étre retrouvé ici.

campy_freeLes résultats pour une année pleine sont :

  • 19% des poulets ont été testés positifs pour Campylobacter avec le plus haut taux de contamination*.
  • 73% des poulets ont été testés positifs pour la présence de Campylobacter.
  • 0,1% (cinq échantillons) des emballages analysés ont été testés positifs pour le plus haut taux de contamination.
  • 7% des emballages ont été testés positifs pour la présence de Campylobacter.

*Plus de 1000 unités formant des colonies par gramme (> 1000 ufc/g). Ces unités indiquent le niveau de contamination de chaque échantillon.

Plus de 4 000 échantillons de poulets entiers réfrigérés et d’emballage ont été testés. Les poulets ont été achetés auprès de grands magasins de distribution au Royaume-Uni et chez des petits magasins indépendants et des bouchers. Les données montrent des variations entre les distributeurs, mais aucun n’a atteint l’objectif de réduction de Campylobacter (selon un tableau proposé). Une analyse complète des résultats de l’enquête, comprenant la publication des données brutes et les résultats d’une année pleine pour les petits supermarchés et magasins, est entreprise par la FSA et sera publié au plus tard au cours de l’été.

La FSA a accueilli favorablement la publication d’études de cas par Marks & Spencer, Morrisons, Co-op et Waitrose montrant les résultats de leurs plans de réduction de Campylobacter récemment mis en place. Les données montrent une diminution significative de l’incidence de Campylobacter dans les poulets entiers crus. Les analyses ont été effectuées sur des échantillons plus récents que ceux prélevés lors de l’enquête de la FSA, afin de démontrer l’effet de certaines récentes interventions.

NB : A quand une étude similaire en France ?

Food Safety Roundup ou Liste bibliographique en sécurité des aliments, 22

28
mai
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Listeria, Microbiologie, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

Message de CIDRAP, Center for Infectious Disease Research & Policy de l’Université du Minnesota, du 28 mai 2015, relatif aux nouveaux documents ci-dessous sur les maladies infectieuses d’origine alimentaire qui ont été ajoutés au site depuis les dernières semaines.

Foodborne Disease

  • Preliminary incidence and trends of infection with pathogens transmitted commonly through food, voir MMWR
  • Bacterial enteric infections detected by culture-independent diagnostic tests – FoodNet, United States, 2012-2014, voir MMWR
  • Correlations between climatic conditions and foodborne disease, voir Food Res Int

E. coli

  • Gut colonization of healthy children and their mothers with pathogenic ciprofloxacin-resistant Escherichia coli, voir J Infect Dis

Campylobacter

  • Campylobacteriosis outbreak associated with consuming undercooked chicken liver pate – Ohio and Oregon, December 2013-January 2014, voir MMWR
  • Fecal shedding of thermophilic Campylobacter in a dairy herd producing raw milk for direct human consumption, voir J Food Prot

Listeria

  • Cheese-related listeriosis outbreak, Portugal, March 2009 to February 2012, voir Eurosurveillance
  • Analysis of older adults’ domestic kitchen storage practices in the United Kingdom, voir J Food Protect

Norovirus

  • Genome of emerging norovirus GII.17, United States, 2014, voir Emerg Infect Dis
  • Norovirus outbreak associated with a natural lake used for recreation – Oregon, 2014, voir MMWR
  • Detection and quantification of airborne norovirus during outbreaks in healthcare facilities, voir Clin Infect Dis
  • Gastroenteritis outbreaks caused by norovirus GII.17, Guangdong Province, China, 2014-2015, voir Emerg Infect Dis
  • Norovirus genotype profiles associated with foodborne transmission, 1999-2012, voir Emerg Infect Dis
  • Innate susceptibility to norovirus infections influenced by FUT2 genotype in a United States pediatric population, voir Clin Infect Dis
  • Consumer education needed on norovirus prevention and control, voir J Food Prot

Salmonella

  • Tracing origins of the Salmonella Bareilly strain causing a foodborne outbreak in the United States, voir J Infect Dis
  • Multinational outbreak of Salmonella Enteritidis infection during an international youth ice hockey competition in Riga, Latvia, preliminary report, March and April 2015, voir Eurosurveillance
  • A multi-country Salmonella Enteritidis phage type 14b outbreak associated with eggs from a German producer, voir Eurosurveillance
  • Multistate outbreak of human Salmonella infections linked to live poultry from a mail-order hatchery in Ohio – February-October 2014, voir MMWR

A propos des microplastiques dans les aliments

27
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

microplastics« Des microplastiques dans les aliments », source avis du BfR n°013/2015 du 30 avril 2015.

Le terme microplastique est utilisé pour des petites particules de plastique d’origines, de tailles et de composition chimique différentes. Les dimensions exactes des microplastiques n’ont pas été uniformément définies dans la littérature, elles vont la plupart du temps de 0,001 mm à moins de 5 mm. On distingue deux types de microplastiques, les microplastiques primaires et secondaires. Les microplastiques primaires sont spécifiques des produits industriels présents sous forme de granulés à base de plastique. Les microplastiques secondaires se produisent lors du processus de vieillissement chimique et physique et de dégradation de produits tels que les sacs en plastique et les bouteilles en plastique. Comme on peut le constater aujourd’hui, les microplastiques secondaires sont la principale source d’entrée dans l’environnement. Actuellement, l’Institut fédéral pour l’évaluation des risques (BfR) ne possède pas de données fiables sur la composition chimique, la taille des particules ou la concentration de particules microplastiques dans les aliments. En raison d’un manque de données fiables, une évaluation des risques pour la santé de la consommation d’aliments contaminés par des microplastiques n’est pas actuellement possible. Le BfR a demandé à l’EFSA un avis scientifique sur l’occurrence des particules de microplastique et de nanoplastique dans les aliments, et en particulier dans les produits de la mer. La version complète de cet avis BfR est disponible en allemand ici.

Des révélations bien instructives sur des œufs allemands contaminés par Salmonella et laissés sur le marché. Si le consommateur est malgré tout malade, c’est qu’il ne s’est pas lavé les mains !

25
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Lavage des mains, Règlementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Union Européenne, Volaille.

Malgré la visite de la ferme infectée dans un certain nombre d’occasions, trouver Salmonella et voir une quantité inhabituelle de poulets morts, les autorités sanitaires bavaroises n’ont pris aucune mesure, et cela a conduit à répandre des cas de maladie et plusieurs décès en l’Europe l’été dernier, a rapporté Spoutnik.

Une épidémie à Salmonella qui a conduit des centaines de personnes à être malades en l’Europe l’été dernier, et plusieurs décès, est remontée jusqu’à des œufs contaminés d’une ferme en Bavière, ont révélé des médias allemands.

La ferme est la propriété de la société Bayern Ei, l’un des plus gros producteurs d’œufs d’Allemagne qui exploite quatre usines de poulets, et où les poules pondent environ un million d’œufs par jour.

Salmonella-and-raw-eggsA la ferme en question, dans le sud de la Basse-Bavière, où des centaines de poulets ont été retrouvés morts chaque jour, le chef d’entreprise a dit aux salariés que le taux élevé de mortalité des poulets était dû à la chaleur.

Selon l’enquête menée par les journalistes allemands du Süddeutsche Zeitung et du Bayerischen Rundfunk, les autorités bavaroises de la santé et de la sécurité des aliments étaient au courant de la présence de Salmonella à la ferme, ayant trouvé des preuves de l’infection dans deux enquêtes distinctes.

Cependant, les autorités ont fermé les yeux et n’ont pris aucune mesure pour mettre les produits hors du marché, car « le client responsable » est conscient que « des coquilles d’œufs ne sont pas stériles », et il doit se laver les mains après avoir manipulé un œuf. Source Doug Powell du barfblog du 25 mai 2015.

Rappel en Irlande et en Allemagne de curcuma pour cause de Salmonella

24
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Microbiologie, Rappel, Règlementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

tumeric.ireland.salm_-300x200La Food Safety authority of Ireland (FSAI) a publié un communiqué de rappel le 23 mai 2015 de curcuma pour cause de présence de Salmonella.

Monolith Mitte Gmbh (Allemagne) rappelle un certain nombre de lots de curcuma moulu en sachets de 50g, en raison de la présence de Salmonella infantis. Les lots concernés sont impropres à la consommation. Ce produit a été distribué dans un certain nombre d’entreprises du secteur alimentaire d’Europe orientale en Irlande. Des avis sur les points de vente doivent être affichés où les lots concernés ont été vendus.

Les lots avec des dates de péremption sont : 31/12/2016 ; 28/02/2017 et 31/03/2017.

A noter également un avis de rappel en Allemagne le 22 mai de ce produit comportant les mêmes numéros de lots par les autorités fédérales.

Sans doute en raison du week-end, il n’y a pas, à ma connaissance, à la date du 24 mai d’alerte notifiée au RASFF …

Déjà en mars 2015, une alerte notifiée au RASFF (référence 2015.0332) par les Pays-Bas concernait du curcuma du Pérou pour cause de Salmonella spp.

A suivre …

Mise à jour du 26 mai 2015. L’alerte au RASFF a été notifiée par l’Allemagne sous la référence 2015.0637.