Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Films vidéo'

Pas de catégorie

Des questions sur la sécurité sanitaire de la viande et de la volaille dans des chaînes de restauration rapide en Chine

21
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Films vidéo, HACCP, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Viande, Volaille.

Le site de French China.org du 21 juillet 2014 rapporte qu’à « Shanghai, les opérations d’un fournisseur de viande pour McDonald et KFC suspendues pour des raisons de sécurité ».

L’agence des produits alimentaires et pharmaceutiques de Shanghai a suspendu les opérations d’une entreprise soupçonnée d’avoir fourni de la viande périmée à des restaurants McDonald et KFC.

langueL’agence a ordonné dimanche à ce que l’ensemble des produits à base de viande fournis par la Shanghai Husi Food Co., Ltd soient retirés de la circulation pour des raisons de sécurité.

Selon des médias locaux, l’entreprise aurait retraité des produits à base de viande ayant dépassé leur date de péremption avant de les vendre à des chaînes transnationales de fast-food comme McDonald, KFC ou Pizza Hut.

Les journalistes qui ont réussi à s’introduire dans les locaux de Husi déclarent avoir vu des preuves montrant clairement que du bœuf et du poulet périmés étaient reconditionnés après avoir été transformés afin de repousser d’un an leur date de péremption.

Les enquêteurs envoyés par l’agence des produits alimentaires et pharmaceutiques sont arrivés vers 19h30 devant les locaux de l’entreprise, dans un bourg industriel de l’arrondissement de Jiading, mais ont été bloqués à l’entrée par les gardes de sécurité.

Les deux parties se sont querellées pendant plus d’une heure, jusqu’à ce que les enquêteurs appellent la police.

La Shanghai Husi Food Co., Ltd, membre d’OSI Group (Etats-Unis), est une entreprise à capitaux exclusivement étrangers possédant un capital social de 50,47 millions de yuans.

Dans un « engagement à la clientèle » affiché dans son usine de Shanghai, Husi assure employer un système d’« analyse des dangers et points critiques pour leur maîtrise » (HACCP, hazard analysis and critical control points), une approche préventive systématique concernant la sécurité des aliments, et déclare procéder à des tests de routine sur des échantillons portant sur la présence de micro-organismes.

Yang Liqun, directeur général des processus de traitement à OSI China, a déclaré que la compagnie possédait un système rigoureux de contrôle de la qualité et coopérerait avec les enquêteurs.

NB : Plus d’informations ainsi qu’une vidéo sur le lien du South China Morning Post du 21 juillet 2014.

L’opération interministérielle vacances 2014 et le ministre

17
juil
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Films vidéo, Réglementation.

Rien de tel qu’un ministre sur terrain pour comprendre à quoi sert une telle opération … « Cap sur Palavas pour l’opération Vacances 2014 » avec Media du Sud.fr du 11 juillet 2014.

Une vidéo peut être vue sur le lien précité ou ci-dessous avec un ton différent de ce que l’on entend sur les médias habituellement.

On découvre que selon le ministre cette opération des agents des pouvoirs publics (DGCCRF) est une « aide aux professionnels pour qu’ils respectent la législation et finalement que les consommateurs soient contents, c’est un travail pédagogique … ».

Royaume-uni : Ne pas laver un poulet cru pour éviter Campylobacter via les transferts de contamination !

16
juin
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Films vidéo, Hygiène, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Volaille.

« Il n’est plus question de thermomètre et d’une cuisson très chaude ! La FSA du Royaume-Uni dit qu’il faut arrêter le lavage d’un poulet et de se contaminer ». Source Doug Powell du barfblog du 16 juin 2014.

La Food Standards Agency du Royaume-Uni a lancé un appel pour que les consommateurs cessent de laver un poulet cru afin de réduire le risque de contracter Campylobacter, une forme potentiellement dangereuse d’intoxication alimentaire.FSA_campylobacter

L’appel intervient alors que de nouveaux chiffres montrent que 44% des consommateurs lavent toujours leur poulet avant cuisson, une pratique qui peut propager Campylobacter sur les mains, les surfaces de travail, les vêtements et les ustensiles de cuisine avec la projection de gouttelettes d’eau.

Campylobacter est la forme la plus fréquente d’intoxication alimentaire au Royaume-Uni, qui touche environ 280 000 personnes par an. Environ quatre cas sur cinq proviennent de volaille contaminée.

Dans le cadre de l’appel, qui vient avec le début de la Semaine de la sécurité des aliments (Food Safety Week) de cette année, la FSA a écrit aux producteurs alimentaires qui font les programmes sur les aliments pour la télévision leur demandant de veiller à ce que les consommateurs ne soient pas représentés en train de laver leur poulet cru. La lettre a été co-signée par tous les grands distributeurs alimentaires.

La directrice générale de la FSA, Catherine Brown, a déclaré : « Bien que les consommateurs aient tendance à suivre les pratiques recommandées lors de la manipulation de la volaille, comme se laver les mains après avoir touché du poulet cru et faire en sorte qu’il soit bien cuit, notre recherche a montré que le lavage du poulet cru est également une pratique courante. C’est pourquoi nous appelons les consommateurs à cesser de laver leur poulet cru et aussi les sensibiliser aux risques de contracter Campylobacter en raison du transfert de contamination. »

Les raisons les plus citées par les consommateurs ont été que le lavage poulet permettait  l’enlèvement de souillures (36%), de se débarrasser des germes (36%) et c’était ce qu’ils avaient toujours fait (33%).

Ann Edwards, 67 ans, dans le Hertfordshire a contracté Campylobacter en 1997 et elle en subit encore les conséquences aujourd’hui. Elle a dit : « Après avoir contracté une intoxication à Campylobacter, j’ai été malade pendant une semaine avant d’être admis à l’hôpital avec un problème à la vessie. Je ne pouvais pas manger et j’étais tellement déshydratée que j’ai perdu près de deux kg. Peu de temps après, j’ai développé un syndrome de Guillain-Barré qui m’a laissé paralysé de la poitrine vers la taille. J’ai été hospitalisée pendant sept semaines et même maintenant, 17 ans plus tard, je ne peux pas bouger mes orteils et je compte sur une canne pour marcher. Physiquement, ça a été la pire chose qui me soit jamais arrivée. J’invite toute personne qui s’occupe du poulet à la maison de faire attention et de suivre les conseils donnés par la Food Standards Agency.

Pour plus d’informations sur la campagne sur Campylobacter par la FSA, et les conseils sur la meilleure façon de manipuler le poulet, food.gov.uk/poulet. Pour plus d’informations sur la stratégie de la FSA pour s’attaquer à Campylobacter, voir food.gov.uk/actnow.

Une vidéo peut être vue ici ou en cliquant sur l’image ci-dessous.

NB : La campagne est repris dans un communiqué de l’EFSA, « Lancement de la campagne anti-Campylobacter au Royaume-Uni. »

Etats-Unis : Les camions restaurant obtiennent de meilleurs scores en hygiène des aliments que les restaurants, selon une étude.

13
juin
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Films vidéo, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

vending-sanitation_coverEtats-Unis : Les camions restaurants obtiennent de meilleurs scores en hygiène des aliments que les restaurants, selon une étude.

Les vendeurs ambulants d’aliments comme les camions restaurant (food-truck ou camion alimentaire) et les chariots snack dans sept villes américaines ont en moyenne moins de non conformités à l’hygiène des aliments que les restaurants durant plusieurs années passées, selon une étude publiée par l’Institute for Justice.

Dans son rapport « Street eats, safe eats » les chercheurs de l’institut ont analysé plus de 260 000 rapports d’inspection d’agences gouvernementales impliquant des camions restaurant et des chariots snack et des restaurants à Boston, Las Vegas, Los Angeles, Louisville, Miami, Seattle et Washington, D.C.

L’institut a demandé des données remontant à 2008 ou bien la première année où des données ont inclu des vendeurs ambulants. Les données ont été recueillies sur une partie ou la totalité de l’année 2012 ou pour Boston et Louisville, jusqu’à juillet 2013.

Les chercheurs ont constaté que, dans chaque ville, les vendeurs ambulants ont fait aussi bien ou mieux que les restaurants et dans six villes, ils ont eu en moyenne 1 à 4 violations contre 4 à 8 pour les restaurants. Seattle avait en moyenne près de 14 infractions par unité mobile par rapport à près de 17 pour chaque restaurant, parce que la ville « alourdit » chaque violation plus que ne le font les autres villes, dit le rapport.

La différence était statistiquement significative dans toutes les villes, sauf Seattle.

Le rapport conclut : « Les résultats suggèrent que l’idée que les aliments vendus dans les rues soient dangereux est un mythe. Ils suggèrent également que la recette pour avoir un food-truck propre est simple, l’inspection. »

Une vidéo sur le rapport peut être vue ici. Le rapport est accessible en cliquant sur l’image.

L’éternuement et la toux représentent vraiment quelque chose d’important

30
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Films vidéo, Hygiène, Santé.

ea74e3819db4605dd4afb6f83c660e66Nous savons tous que les éternuements et la toux transmettent des infections, mais peu de recherches avaient été faites pour modéliser la façon dont cela se passe. Pour combler ce manque de connaissances, Lydia Bourouiba et John Bush du Applied Mathematics Lab du MIT ont utilisé des caméras à haute vitesse et la mécanique des fluides pour révéler pourquoi nous avons largement sous-estimé le rôle des nuages de gaz dans ces expirations violentes.

Une vidéo explique tout cela en détails. Source Nothing to Sneeze AtScience Friday.