Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Hygiène'

Pas de catégorie

Chine : Une explosion d’une fosse septique fait 15 blessés

24
nov
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Santé.

image107652804Selon l’ONU le19 novembre 2014 était la « Journée mondiale des toilettes ».

« Avec pour slogan « Nous ne pouvons attendre », cette Journée est l’occasion d’appeler à l’action et de souligner l’urgence de mettre fin à la défécation en plein air, notamment pour les femmes et les filles qui sont particulièrement vulnérables. »

Apparemment ce slogan a été curieusement entendu en chaine où « Une explosion d’une fosse septique fait 15 blessés », source Xinhua du 23 novembre 2014. On peut aussi appeler cela une fosse d’aisance ou une fosse d’excréments …

Une fosse remplie d’excréments a explosé dans une ville chinoise du centre, blessant 15 résidents et en soufflant un bâtiment samedi, a indiqué la police.

La police de la ville de Zhangjiajie dans la province du Hunan croyait que c’était un accident, quand un homme dénommé Ding brûlait des déchets en dehors de sa maison abandonnée et à proximité de la fosse vers environ 17 heures.

La police a déclaré que l’incendie a enflammé les émanations de méthane de la fosse et a causé l’explosion.

L’explosion s’est produite au niveau de la communauté de Dayongqiao dans le district de Yongding. Un immeuble résidentiel s’est effondré et quatre autres ont été endommagés. Les blessés ont été hospitalisés. Les résidents locaux ont été relogés.

NB : La photo a été obtenue sur ce site. Une vidéo est aussi proposée sur YouTube en langue chinoise.

Hygiène des aliments et restauration commerciale : à propos des infractions correctives

24
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Nettoyage-Désinfection, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

« Le nettoyage et la désinfection en question ; il en est ainsi des infractions correctives », source Ben Chapman du barfblog du 23 novembre, 2014.

Dans les restaurants, je souhaite manger certains attributs classiques : des aliments savoureux, une valeur décente et une bonne culture de la sécurité des aliments. La culture de la sécurité des aliments n’est pas d’avoir un programme de formation, il s’agit de l’identification des dangers, la compréhension sur la façon de les gérer et lorsque des lacunes sont signalées, réagir en traitant les problèmes.

JS51071999J’évite les endroits qui ont du mal à répondre à ce que demandent les services réglementaires locaux de santé publique. Tout le monde peut avoir une mauvaise journée, mais avoir deux ou trois inspections consécutives et ne pas corriger les problèmes est une tendance qui en dit plus sur ce que vaut un opérateur alimentaire. Selon GetHampshire.com, Woodys Take Out (entreprise de restauration rapide au Royaume-Uni -aa) a reçu un avertissement formel par les services réglementaires locaux car il n’avait pas écouté les avertissements précédents des inspecteurs au sujet de problèmes de sécurité des aliments.

Les infractions, notées lors des visites des 23 octobre et le 3 novembre, comprennent notamment un manque de nettoyage et de désinfection des locaux et des équipements tels que les planches à découper, les poignées et les robinets.

Il a été trouvé aussi que les manipulateurs d’aliments n’avaient pas été convenablement formés aux procédures d’hygiène des aliments et qu’ils ont fait preuve d’une mauvaise compréhension de ce qu’est un nettoyage efficace.

Il y avait aussi une défaillance à mettre en œuvre un système de management exigé de la sécurité des aliments.

Le directeur de la société, qui a des succursales à Farnborough, Aldershot, Blackwater et Yiewsley, a accepté les avertissements en admettant les faits pour le compte de sa société.

Dans le cadre de cette action, le takeaway a volontairement été fermé pendant un jour pour assurer que les locaux soient mis en conformité aux règles minimales exigées par la loi.

Un bon nettoyage-désinfection nécessite d’avoir les bons équipements, un personnel qui sait comment le faire et un système organisationnel de valeurs qui assure que cela se fait correctement. Des ustensiles et des planches à découper sales dans la zone de préparation peuvent conduire à des risques de transfert de contamination.

Savez-vous quels sont les microbes présents dans la dernière toilette publique que vous avez utilisé ?

24
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Nettoyage-Désinfection, Santé, Virus.

Tout ou presque ce que vous avez toujours voulu savoir sur les communautés microbiennes présentes dans les toilettes, sans jamais oser le demander !

Eh oui, le marketing de la propreté peut nous proposer des produits surpuissants qui éliminent 99,9% des bactéries, qui « nettoient et désinfectent parfaitement vos surfaces, et les laissent propres et brillantes comme au premier jour » (belle formule !), mais selon des scientifiques, même le nettoyage de toilettes quotidiennement n’a pas beaucoup d’influence sur la composition de la communauté de microbes qui y vit. » Source npr.

Le but de l’étude, publiée dans le numéro de décembre de la revue de l’ASM, Applied and Environmental Microbiology, était de mieux comprendre comment les communautés de bactéries et de virus peuvent se déplacer dans ces lieux très publics pendant deux mois.

Pour ce faire, les chercheurs ont sélectionné quatre toilettes à la San Diego State University.

nprbathroom_wide-b891ec9cceb999888de29d0b110dfe57e6180369-s900-c85Ils ont étudié deux toilettes femmes et deux toilettes hommes (une toilette avec un trafic élevé et une toilette avec un faible trafic pour chaque sexe). Les toilettes ont été très soigneusement nettoyées au début de l’étude avec une solution d’eau de Javel, qui a tué les communautés microbiennes existantes.

Puis, au cours des heures, des jours, des semaines et des mois d’une utilisation humaine, les chercheurs ont écouvillonnés périodiquement les distributeurs de savon, les sols et les sièges des toilettes dans les quatre toilettes afin de recueillir des prélèvements de microbes. Parce que certains micro-organismes microscopiques ne se cultivent pas dans des boîtes de Petri (en particulier ceux qui sont présents dans l’intestin humain), les chercheurs ont utilisé la méthode du séquençage génétique pour obtenir une identification plus complète.

Dans l’heure qui a suivi la stérilisation, les toilettes ont été complètement colonisées par des microbes. Les bactéries fécales étaient dominantes, y compris sur les sièges des toilettes et les distributeurs de savon, environ 45% des bactéries avaient une origine fécale.

En tout, les scientifiques ont trouvé des traces génétiques de plus de 77 000 types distincts de bactéries et de virus. (Certaines de ces espèces étaient susceptibles d’être mortes ou dormantes, ajoutent les scientifiques ; les tests génétiques les détectent toutes, quel que soit leur statut.)

Les profils de recroissance et de succession, car certaines espèces, déclinaient, et d’autres les ont remplacées, étaient étonnamment semblables d’une toilette à l’autre ; en seulement cinq heures, la composition de la population dans chaque toilette s’est stabilisée.

Lorsque l’équipe a essayé de cultiver les microbes de surfaces différentes dans chaque pièce, ils ont trouvé un ensemble de bactéries vivantes avec une abondance écrasante : Staphylococcus.

« Ce sont de vrais survivants », a dit Jack Gilbert, écologiste microbien au Argonne National Laboratory, et co-auteur de la nouvelle étude. Même après que quelques toilettes aient été fermées, ces communautés de microbes générées par l’homme ont continué à prospérer.

Dans le résumé, les auteurs indiquent que « Des gènes de virulence associés au SARM ont été retrouvés sur les sols, mais n’étaient pas présents dans le pangénome des Staphylococcus. L’abondance des virus, principalement des entérophages, des virus du papillome humain et des virus de l’herpes humain, était significativement corrélée avec une abondance de bactéries, et ont montré un ratio faible inattendu des virus aux bactéries dans les prélèvements de surface, ce qui suggère que les hôtes bactériens sont pour la plupart en sommeil sur les surfaces des environnements de ces lieux. »

Référence.  Sean M. Gibbons, Tara Schwartz, Jennifer Fouquier, Michelle Mitchell, Naseer Sangwan, Jack A. Gilbert, and Scott T. Kelley. Ecological succession and viability of human-associated microbiota on restroom surfaces. Applied and Environmental Microbiology Published ahead of print 14 November 2014, doi: 10.1128/AEM.03117-14.

NB : Cela étant dit, continuez à nettoyer très régulièrement vos toilettes …

Les graines germées crues en question aux Etats-Unis mais pas que …

23
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Listeria, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

No3strikes-300x264

« One, Two Three Sprouts You’re Out* » ou Une, deux, trois éclosions aux graines germées Vous êtes Out, par Bill Marler dans Food Safety News du 22 novembre 2014.

Trois éclosions liées à des graines germées (Sproutbreak – Sproutpocalypse – Sproutageddon – Sproutataclysm – Sproutastrophe*) causées par Salmonella, E. coli et Listeria depuis août 2014 ? Une a été mortelle et les autres ont envoyé des dizaines de personnes à l’hôpital.

En date du 21 novembre 2014, le CDC a signalé un total de 63 personnes infectées par Salmonella Enteritidis dans 10 Etats : Connecticut, Maine, Massachusetts, Montana, New Hampshire, New York, Ohio, Pennsylvanie, Rhode Island et Vermont. Une personne malade du Montana s’est rendue dans l’Est des États-Unis pendant la période où l’exposition s’est probablement produite. Vingt-six pour cent des personnes malades ont été hospitalisées. Aucun décès n’a été signalé.

Les efforts de collaboration dans l’investigation de l’État, des autorités locales et fédérales de santé publique et réglementaires indiquent que les germes de soja produits par Wonton Foods, Inc. sont la source probable de cette éclosion.

Au 13 novembre 2014, les séquences du génome entier des souches de Listeria isolées de graines germées de haricots mungo produits par Wholesome Soy Products, Inc. et des isolats environnementaux prélevés à l’usine de production ont été retrouvés à être fortement liés à des séquences des souches de Listeria isolées de cinq personnes qui sont devenues malades de juin à août 2014. Ces cinq malades ont été signalés dans deux Etats : l’Illinois (4) et le Michigan (1). Tous les malades ont été hospitalisés. Deux décès ont été signalés.

Le 28 août 2014, Wholesome Soy Products, Inc. a effectué un rappel volontaire de graines germées de haricots mungo en raison de la contamination possible par Listeria monocytogenes après que la FDA ait isolé le pathogène à partir de prélèvements, suite d’une mission de routine.

À compter du 1er août 2014, un total de 19 personnes infectées par la souche épidémique de Escherichia coli producteurs de shigatoxines O121 (STEC O121) ont été signalées dans six États. Le nombre de personnes malades identifiées dans chaque État est le suivant : Californie (1), Idaho (3), Michigan (1), Montana (2), Utah (1), et Washington (11). 44% des malades ont été hospitalisés. Aucun malade n’a développé de syndrome hémolytique et urémique (SHU) et aucun décès n’a été signalé.

Les investigations épidémiologiques et de traçabilité menées par les autorités locales, de l’Etat et les agents fédéraux ont indiqué que des graines germées crues de trèfle contaminées produites par Evergreen Fresh Sprouts, LLC de l’Idaho était la source probable de cette éclosion.

Le barfblog a documenté au moins 55 éclosions liées aux graines germées qui sont survenues dans le monde entier affectant un total de 15 233 personnes depuis 1988. On dirait que ce tableau a besoin d’une mise à jour.

Dès septembre 1998, la FDA a émis une recommandation contre les graines germées :

Les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées ne devraient pas manger de graines germées d’alfalfa jusqu’à ce que les producteurs trouvent un moyen de réduire le risque d’une bactérie potentiellement mortelle qui infecte certaines graines germées, a dit la Food and Drug Administration cette semaine. La FDA, qui enquête sur les pratiques de l’industrie des graines germées, a dit que les enfants, les personnes âgées et les personnes dont le système immunitaire est affaibli devraient éviter de consommer des graines germées.

Voici la recommandation du CDC :

Les graines germées ne sont pas saines pour tout le monde

Les enfants, les personnes âgées et les personnes dont le système immunitaire ne fonctionne pas bien ne doivent pas manger des graines germées crues, parce que les traitements actuels des graines ou graines germées ne permettent pas de se débarrasser de toutes les bactéries présentes.

Les personnes qui sont à risque élevé de complications de maladies d’origine alimentaire devraient probablement ne pas manger des graines germées crues, selon un article paru dans le numéro actuel de Emerging Infectious Diseases, la revue du CDC, qui suit les nouvelles et réémergentes maladies infectieuses dans le monde.

Bien que les graines germées soient souvent considérées comme un « aliment santé », les conditions chaudes et humides nécessaires pour la culture des germes issus des graines sont également idéales pour les bactéries pour se développer. Salmonella, E. coli et d’autres bactéries peuvent croître à des concentrations élevées sans affecter l’aspect des graines germées.

Les chercheurs ont traité à la fois des graines ou des graines germées par la chaleur ou en les lavant dans des solutions de chlore, d’alcool et d’autres produits chimiques. Certains de ces désinfectants réduisent les taux des bactéries, mais un danger potentiel subsiste, en particulier pour les personnes dont le système immunitaire est affaibli. Les températures élevées qui détruiraient les bactéries sur les graines les empêcheraient également de germer. Jusqu’à ce qu’un moyen efficace soit trouvé pour prévenir la maladie liée aux graines germées, elles doivent être consommés avec prudence, voire pas du tout.

Donc, plutôt que de continuer à compter les éclosions, quelle est la solution au problème de des graines germées crues ?

© Food Safety News

* Bill Marler utilise ici une expression qui peut signifier qu’au baseball, « Quand un lanceur enregistre trois prises contre un frappeur pendant sa présence au bâton, le lanceur est crédité d’un retrait sur des prises, et le frappeur est retiré » ou out. Mais cela peut aussi vouloir dire que selon la loi des trois coups (Three strikes law), « une disposition législative en vigueur aux États-Unis permettant ou contraignant les juges de prononcer des peines de prison perpétuelle à l’encontre d’un prévenu condamné pour la troisième fois pour un délit et/ou un crime. » A vous de voir …

** Bill Marler utilise ici, pour donner plus de poids, la contraction des mots ‘sprout’ (graines germées ou germes) et ‘outbreak’, qui se traduit ici par éclosion, d’où sproutbreak, et ainsi de suite.

Marks & Spencer annonce les détails de son plan d’action afin de réduire le taux de Campylobacter dans les poulets

22
nov
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Volaille.

« Marks & Spencer annonce les détails de son plan d’action en cinq points pour relever le challenge de l’industrie tout entière afin de réduire le taux de Campylobacter dans les poulets ». Source EPR Retail News du 21 novembre 2015.

Si vous souhaitez acheter un poulet chez Marks et Spencer, vous ne pourrez bientôt n’avoir que des poulets à rôtir dans un sac de cuisson. Le distributeur a dit qu’il prenait ces mesures pour protéger les consommateurs de Campylobacter, responsable d’intoxications alimentaires. D’autres distributeurs sont susceptibles de suivre M&S dans le mouvement, qui a le soutien de la Food Standards Agency. Marketing ou action sur le long terme à vous de voir …

1416527405111_Image_galleryImage_Pictured_The_Marks_and_SpUn plan d’action en cinq points est à l’œuvre dans la chaîne d’approvisionnement de M&S. Le plan de M&S mis en place depuis septembre voit déjà un changement d’étape dans les résultats.

Marks & Spencer (M&S) a annoncé les détails de son plan d’action en cinq points pour relever le défi de l’industrie tout entière dans la réduction des taux de Campylobacter dans les poulets entiers.

Les mesures, qui ont été mises en place pour la majorité des poulets vendus chez M&S depuis fin septembre, comprennent un étiquetage frontal plus clair et un double ensachage du poulet entier de façon à ce qu’il puisse être placé directement dans le four et sans la nécessité de le déballer et de le manipuler. L’action est également en cours dans les élevages M&S avec des primes versées aux éleveurs qui ont des élevages sans Campylobacter et une nouvelle technologie innovante de sécurité en place sur les lignes de production.

Steve Rowe, directeur général de l’alimentation chez Marks & Spencer, a déclaré : « Nous prenons la sécurité sanitaire très au sérieux et nous avons mis en place des mesures novatrices qui garantissent les plus hauts standards et les rendent faciles pour nos clients. Le plan fonctionne et nous sommes déterminés à jouer un rôle de premier plan dans les efforts visant à réduire les taux de Campylobacter dans l’industrie de la volaille. »

Steve Wearne, directeur de la règlementation à la Food Standards Agency, a déclaré : « Je suis très heureux de voir cette initiative impressionnante de M&S et de 2 Sisters. Campylobacter est un problème grave et il n’y a pas de solution unique au problème. Je crois que le meilleur moyen de faire baisser les taux de Campylobacter est d’adopter ce genre de l’approche intégrée tout au long de la chaîne alimentaire par M&S et 2 Sisters. J’ai hâte de voir l’impact de ces interventions dans les résultats futurs de notre enquête en cours sur les taux de Campylobacter dans les poulets vendu en distribution. »

Ranjit Singh, directeur général de 2 Sisters Food Group (le plus grand fournisseur de poulets de M&S), a déclaré : « Nous sommes ravis de montrer la voie en partenariat avec Marks & Spencer sur la réduction de Campylobacter. »

Le plan d’action M&S en cinq points sera déployé dans le reste de la chaîne d’approvisionnement de M&S d’ici à la fin de l’année.

NB : L’image représente le nouvel emballage des poulets M&S.