Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Lait'

Aucune catégorie

Rappel de fromages de chèvre au lait cru pour cause de présence de E. coli O157:H7

25
déc
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Lait, Microbiologie, Non classé, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Meilleurs Vœux et Très Bonne Année 2016

Selon le journal La Montagne du 23 décembre 2015,

2672_1_MUn autocontrôle a mis en évidence la présence de Escherichia coli O157:H7 dans du fromage de chèvre au lait cru de la marque « Le bon biquet » commercialisé dans le Puy-de-Dôme, l’Allier et la Haute-Garonne.

Les Escherichia coli O157:H7 peuvent entraîner, dans la semaine qui suit la consommation de produits contaminés, des diarrhées parfois sanglantes, des douleurs abdominales et des vomissements, accompagnés ou non de fièvre.
Caractéristiques du produit

  • Nature du produit : Fromage de chèvre au lait cru
  • Marque et dénomination de vente : LE BON BIQUET
  • Présentation : crottins, bûches, bûchettes, pyramides, gaperons, faisselles
  • Lot : 48-2 ou 482
  • DLUO : 20/12/2015 vendus en vrac
  • Marque sanitaire : FR 63 100 002 CE
  • Nom de la société : GAEC LANNAREIX
  • Période et lieux de commercialisation : du 01/12/2015 jusqu’au 17/12/2015 dans les départements du Puy-de-Dôme, de l’Allier et de la Haute-Garonne

NB : Je pense que nous n’aurons de nouvelles sur le site des rappels du ministère de l’agriculture, pourquoi ?

Mise à jour du 28 décembre 2015. On notera le rappel de fromages de chèvre Sevre & Belle Le Chevrot Au Lait Cru, selon un communiqué du 24 décembre 205 de la Food Standards Agency du Royaume-Uni.

Les jeux liés à la communication des risques en sécurité des aliments ont-ils une utilité ?

30
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Lait, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

Faits saillants.

  • Des étudiants ont indiqué que le jeu vidéo est comme l’outil le plus approprié pour communiquer sur les risques alimentaires.
  • Le jeu « Un mystérieux empoisonnement » a été construit sur les indications des étudiants.
  • Le jeu sérieux a modifié la perception des joueurs de l’exposition au risque alimentaire.
  • Des associations cognitives au risque alimentaire ont changé après la prestation des joueurs.
  • La connaissance des joueurs sur le lait et le lait cru a augmenté après l’exposition à l’outil.

SophiaLoren-249x300Résumé.

Sensibiliser les consommateurs aux questions de sécurité sanitaire des aliments est l’un des principaux objectifs des organisations de la santé publique en Italie. De nouveaux outils dynamiques et interactifs, basés sur des applications Internet, jouent déjà un rôle de premier plan dans les campagnes de promotion de la santé destinés aux adolescents. Parmi les outils basés sur Internet spécialement conçus pour les jeunes, des jeux vidéo éducatifs se sont révélés particulièrement efficaces pour promouvoir l’apprentissage et la diffusion de l’information, car ils suscitent l’intérêt et la curiosité des adolescents. Quand un certain nombre de cas de syndrome hémolytique et urémique (SHU) ont été rapportés en 2010, en particulier chez les enfants, le ministère italien de la santé a souligné la nécessité de mettre en œuvre des initiatives de communication visant à sensibiliser les consommateurs sur les risques potentiels associés à la consommation de lait cru à domicile. L’étude pilote décrite dans l’article est un exemple pertinent de projets éducatifs mis en œuvre en Italie, dans le but de transmettre des connaissances sur les risques alimentaires pour les jeunes consommateurs (16-18 ans). Pour fournir des informations correctes sur les pratiques sécuritaires de manipulation du lait et réduire les problèmes de santé, y compris les plus graves, le jeu vidéo « Un mystérieux empoisonnement » a été développé. Cet outil a été administré en ligne pour 359 élèves des écoles secondaires du deuxième cycle de quatre provinces différentes en Italie. Le jeu vidéo a couvre toutes les étapes de la chaîne du lait, de l’étable à la table, et a permis aux joueurs de repérer les moments cruciaux où le lait peut être contaminé et découvrir les pratiques de manipulation sécuritaires du lait. En remplissant une série de tâches, les étudiants ont aidé un détective à découvrir la cause d’une éclosion d’intoxication alimentaire. Ce jeu vidéo a été l’occasion pour les étudiants de tester leurs connaissances du produit et de recevoir des informations plus détaillées et précises. Les données recueillies par le biais de deux questionnaires structurés qui ont été administrés avant et après l’utilisation contrôlée du jeu vidéo ont montré que ce jeu sérieux était capable de changer la perception des acteurs lors d’une exposition au risque et leurs associations cognitives, en particulier en augmentant leur niveau de connaissances sur les risques associés à la consommation de lait cru.

Référence. S. Crovato, A. Pinto P. Giardullo, G. Mascarello, F. Neresini, L. Ravarotto. Food safety and young consumers: Testing a serious game as a risk communication tool. Food Control Volume 62, April 2016, Pages 134-141.

NB : La photo est une idée de Doug Powell du barfblog.

Lait de consommation, selon la DGCCRF : 9% des échantillons « non-conformes » et « non satisfaisants »

25
nov
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Lait, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

taylor_swift_got_milk_adLes enquêteurs la DGCCRF ont prélevé 151 échantillons qui ont fait l’objet d’analyses sur leurs teneurs en matière grasse, protéines [1] et l’absence d’addition d’eau (présence suspectée par la mesure du point de congélation).

Notons que contrairement à la dernière enquête, le nombre d’entreprise n’est pas mentionné cette fois-ci.

Le taux global d’échantillons « non-conformes » et « non satisfaisants » s’est élevé à 9 % (8,3 % pour l’année précédente)

Ce taux global d’anomalie s’explique en partie par des déficits en matière grasse (deux non conformités) qui ont donné lieu à deux procès-verbaux.

Certains laits présentaient des taux de vitamines inférieurs ou supérieurs à la valeur annoncée tandis que d’autres affichaient des allégations incorrectes (Ces allégations ne sont pas prévues par le règlement n° 432/2012 de la Commission du 16 mai 2012] concernant les vitamines D et B12.

Des valeurs anormalement élevées du point de congélation ont été relevées : six laits ont été considérés « non conformes » ou « non satisfaisants » et 14 laits « à surveiller ». L’un de ces laits a fait l’objet d’une procédure contentieuse.

Le dosage de la teneur en calcium déclarée et la recherche de peroxydes n’ont pas révélé d’anomalies.

Lors de la dernière enquête, il y avait eu 15 entreprises contrôlées et 132 échantillons prélevés : 11 avertissements et 1 procès-verbal. Cette année, 151 échantillons prélevés : 3 procès-verbaux …

Audit des contrôles officiels liés à la production et au stockage du lait et des produits laitiers en Italie par l’OAV

18
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Lait, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

imgres

Toutes mes pensées vont aux victimes de Paris et à leurs proches

L’audit a eu lieu en Italie du 9 au 20 mars 2015 afin d’évaluer les contrôles officiels liés à la production et au stockage du lait et des produits laitiers, et l’action de suivi prise par les autorités compétentes en réponse aux recommandations dignes d’intérêt formulées dans les précédents rapports d’audit. Trois régions (Abruzzes, Pouilles et Piémont) ont été visitées. Le rapport est ici.

raw-milk-lait-cruLes contrôles officiels effectués fréquemment selon des plans de contrôle, sont basés sur le risque et bien documentés. Cependant, les rapports sur les établissements contiennent très peu d’informations et beaucoup de déficiences d’intérêt sont négligées. En outre, il y a très peu de suivi efficace. La communication au sein des unités des autorités compétentes locales reste faible. Dans les huit établissements visités, parmi les déficiences retrouvées par l’équipe d’audit de l’Office alimentaire et vétérinaire, seules quelques unes ont été identifiées et documentées par l’autorité compétente.

Des audits (article 4.6 du règlement (CE) n°882/2004) ont été effectués par des niveaux central et régional.

Les rapports de ces audits comportent des constatations sur les non-conformités et les problèmes systémiques. Parmi les sept établissements visités (centre de collecte de lait non inclus) dans les trois régions (six provinces) du point de vue de la structure, la maintenance, l’équipement, la propreté et l’hygiène des opérations – quatre étaient satisfaisants (avec différents niveaux de remarques et des déficiences) et trois étaient non satisfaisants. Il n’y avait pas de risque immédiat pour la santé publique. De graves lacunes dans les contrôles officiels ont été observées dans les exploitations laitières visitées. (…)

Les opérateurs du secteur alimentaire font des prélèvements, mais ils ne sont pas toujours analysés et la performance du laboratoire n’est pas toujours fiable. Les autorités compétentes ne sont pas toujours informées des résultats de non-conformités et il n’y a aucun système en place pour assurer la notification. (L’autorité compétente ne prend pas des mesures lorsqu’il en est informé).

Il n’y a pas de système national de surveillance officielle des autocontrôles faits par les opérateurs du secteur alimentaire liés aux paramètres du lait cru.

Les résidus : Il y avait des procédures en place pour les contrôles des inhibiteurs dans tous les établissements visités. Cependant, des kits hors d’usage étaient en usage dans trois établissements. L’obligation de tenir des registres du traitement avec des médicaments vétérinaires sur les exploitations de production de lait n’est pas appliquée.

Un certain nombre de recommandations ont été formulées à l’autorité compétente en vue de combler les déficiences identifiées au cours de cet audit. Au moins cinq de ces recommandations ou des recommandations très similaires ont déjà été faites dans les rapports d’audit DG (SANCO) de 2010 n°8502, de 2012 n°6333 et de 2013 n°6875, mais elles n’ont pas été correctement traitées ou mises en œuvre.

Spécial investigation : La BBC soulève des questions quant à la sécurité sanitaire du lait maternel vendu sur Internet

13
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Hygiène, Lait, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

« La BBC soulève des questions quant à la sécurité sanitaire du lait maternel vendu sur Internet », source Food Safety News du13 octobre 2015.

La sécurité sanitaire du lait maternel acheté en ligne au Royaume-Uni à partir de sites Internet tels que « Only The Breast » a été remise en question par l’émission d’investigation Inside Out de la BBC. « Only the Breast » est un système de petites annonces sur Internet qui relie des personnes achetant et vendant du lait maternel.

onlythebreast_406x250La BBC a rapporté lundi que du lait maternel vendu en ligne par des mères britanniques contient potentiellement des pathogènes. Cette conclusion a été faite après que l’émission ait envoyé un journaliste prétendant être le père d’un bébé âgé de six mois et souhaitant acheter du lait auprès d’une douzaine de mères au Royaume-Uni

La BBC a alors fait analyseré le lait par un laboratoire indépendant, trouvant que quatre des 12 échantillons étaient positifs pour E. coli, deux étaient contaminés par un champignon, Candida, et un contenait Pseudomonas aeruginosa, une bactérie mise en cause en 2012 pour la mort de quatre bébés dans les unités néonatales à Belfast.

La Food Standards Agency du Royaume-Uni a noté que les ventes en ligne de lait maternel ne sont pas illégales, l’agence a cependant avisé les consommateurs de ne pas utiliser de lait maternel acheté sur Internet. L’agence a ajouté que les entreprises comme « Only the Breast » ne peuvent pas prouver que le lait vendu est recueilli et manipulé en utilisant des pratiques sanitaires afin de conserver le produit afin qu’il ne contienne pas de virus et de bactéries dangereuses.

La FSA peut prendre des mesures contre toute entreprise qui a été trouvée vendre des produits qui sont dangereux pour la santé publique.

« Bien que les règlements sur l’hygiène alimentaire ne peuvent pas interdire la vente ou la fourniture de lait maternel, le revendeur ou les sites de fourniture ou de vente de lait maternel devront s’assurer qu’il soit sûr pour la consommation », a indiqué l’agence en réponse à l’émission de la BBC.

Les bébés allaités ont moins d’infections et sont moins souvent hospitalisés, selon des chercheurs qui ont constaté que pendant l’allaitement, les anticorps et d’autres facteurs de lutte contre des germes passent de la mère à son bébé et renforcent le système immunitaire. Cela, à son tour, contribue à réduire les chances qu’un bébé ait de nombreuses infections, parmi lesquelles la méningite, la pneumonie, la diarrhée et les infections respiratoires et de l’oreille.

Cela a créé de la demande pour les ventes de lait maternel en ligne, ce lait qui peut coûter un peu plus de 3 dollars les 30 millilitres.

La Dr Sarah Steele de la Queen Mary University of London a déclaré à la BBC que les parents ont certainement entendu le message que le lait maternel est le meilleur, ce qui les a conduit vers Internet. Mais elle a dit que cela est à l’origine d’un « vrai problème pour la santé du nourrisson », ajoutant : « Nous ne voulons pas voir une situation où un bébé meurt à cause de cela. »

Steele a noté que le lait maternel vendu en ligne n’est pas pasteurisé et il est susceptible d’héberger des bactéries dangereuses. Environ 93% du lait maternel acheté en ligne a été retrouvé contenir des taux détectables de bactéries en raison de la façon dont il est transporté ou entreposé. Elle dit que les parents ne connaissent pas le vendeur et ne savent pas comment le lait maternel a été manipulé ou s’il a été « édulcoré » avec de l’eau, formulé avec du lait ou du lait de soja.

NB : Un article sur ce blog du 22 octobre 2013, Achat de lait maternel sur Internet : attention danger ! pointait déjà du doigt ce problème  …