Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Lavage des mains'

Pas de catégorie

Le Royaume-Uni et Campylobacter : une nouvelle campagne d’information et de communication est lancée

19
mai
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Lavage des mains, Nettoyage-Désinfection, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Volaille.

« Environ un tiers des personnes sont à risque d’une intoxication alimentaire due à Campylobacter cours de leur vie », source FSA du 18 mai 2015.

Campylobacter est le plus souvent retrouvé sur des volailles crues et c’est la principale cause d’intoxication alimentaire au Royaume-Uni. La FSA a publié les chiffres pour marquer le début de la semaine de la sécurité des aliments 2015 et le lancement du « Chiken Challenge », son appel à l’ensemble de la chaîne alimentaire, de l’industrie aux consommateurs, afin de faire leur part pour réduire de moitié le nombre de cas d’intoxication alimentaire à Campylobacter d’ici la fin de 2015.

chicken-challenge-fPlus d’un quart d’un million de personnes au Royaume-Uni – environ 280 000 par an – tombent malade actuellement en raison d’une intoxication alimentaire à Campylobacter. Selon le mode de vie et le régime alimentaire de la population, la FSA estime que Campylobacter va affecter jusqu’à un tiers des personnes au cours de leur vie. La recherche a montré que la réduction du nombre de volailles les plus fortement contaminés permettrait de réduire le risque de santé publique d’environ 50%, de sauver des milliers de personnes par an pour ne pas en proie à une forme douloureuse d’intoxication alimentaire qui, dans certains cas, peut entraîner une paralysie .

Le ‘Chicken Challenge’ de la semaine de la sécurité des aliments est de demander aux personnes qui consomment du poulet de promettre de prendre des mesures suivantes afin de se protéger eux-mêmes et leurs familles :

  • stocker le poulet cru séparément des autres aliments, couvert et réfrigéré sur l’étagère inférieure du réfrigérateur.
  • ne pas laver le poulet cru car cela éclabousse les germes.
  • laver tout ce qui a touché le poulet cru avec de l’eau chaude et du savon, y compris les mains et les ustensiles.
  • Vérifiez que le poulet soit bien cuit jusqu’à ce qu’il soit cuit à cœur, l’absence de viande rose et du jus clair.

NB : Il semble que la FSA dans ses bons conseils ait oublié le thermomètre …

A quand une campagne similaire en France où les cas d’infections à Campylobacter ne sont rares …

Syndrome du nez qui s’allonge : Lors du lavage des mains, de l’eau chaude nécessaire pour inactiver les virus

7
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Hygiène, Lavage des mains, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, Virus.

« Syndrome du nez qui s’allonge : Lors du lavage des mains, de l’eau chaude nécessaire pour inactiver les virus », source Ben Chapman du barfblog.

Une température spécifique de l’eau n’est pas nécessaire pour se laver les mains – c’est une question de confort. Je tiens à me laver les mains avec une eau tiède. On me dit que des personnes à Dubaï font comme ça aussi. Certaines personnes préfèrent l’eau chaude.

Screen-Shot-2014-02-16-at-2.19.42-PM-222x300-222x300Selon WTSP, dans les cuisines d’un restaurant, un consultant en sécurité des aliments de Tampa dit que se laver les mains avec de l’eau chaude est nécessaire pour tuer des pathogènes.

Eh bien non !

« Comme personne du public vous n’avez pas l’occasion d’aller derrière un comptoir », a déclaré l’ancien inspecteur de la santé Louayy Bayyat. « Nous espérons qu’il y a quelqu’un qui inspecte pour nous. »

Bayyat pris sa retraite de l’Etat en tant que superviseur du district, et il dirige aujourd’hui sa propre firme conseils en sécurité des aliments des restaurants. Il nous a récemment montré comment se passe vraiment une inspection d’un restaurant de sushis dans la Bay Area.

Notre premier arrêt était le lavabo pour le lavage des mains du personnel, quand Bayyat a d’abord commencé l’inspection par se laver les mains.

C’était le lavabo pour le lavage des mains du personnel où nous avons découvert notre premier problème.

« Nous n’utilisons pas d’eau chaude », a déclaré le propriétaire en montrant un lavabo à côté du bar à sushis.

Bayyat a informé le propriétaire que de l’eau chaude était nécessaire et était importante pour tuer les virus sur les mains des employés.

De l’eau chaude (au moins 37°C) est requise par le Food Code (de la FDA –aa), de préférence, mais il serait assez inconfortable de se laver les mains dans une eau assez chaude pour tuer les bactéries et inactiver les virus. Je viens de tester ma limite de confort dans mon évier de la cuisine, et 49°C est une température trop chaude pour moi.

Barry Michaels a publié un excellent article il y a plus de 10 ans, qui montre que la température de l’eau n’est pas un facteur clé dans l’enlèvement des pathogènes.

NB : La photo illustre Ben Chapman en compagnie de qui vous savez …

Les barbes plus sales que les toilettes ?

6
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Lavage des mains, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments.

pinocchioSelon KOAT TV, l’une des sources scientifiques les plus vénérables, un microbiologiste, John Golobic de Quest Diagnostics est préoccupé par le fait que des barbes de la région d’Albuquerque soient pleines de bactéries fécales. Lesquelles, il ne le dit pas. On a entendu dire ‘entériques’ dans la vidéo sur le site. « Je suis d’habitude pas surpris et là, j’ai été surpris par ce que j’ai trouvé », a dit Golobic.

Plusieurs barbes qui ont été analysées contenaient un grand nombre de bactéries normales, mais certaines étaient comparables à celles retrouvées dans les toilettes.

« Ce sont les types de choses que vous retrouvez dans (les matières fécales) », a dit Golobic, en se référant à des analyses.

Même si certaines de ces bactéries ne conduiront pas à une maladie, a dit Golobic, c’est un peu inquiétant.

« Il y aurait un taux de malpropreté qui serait quelque peu inquiétant », a dit Golobic.

Golobic recommande un lavage approfondi de la barbe et de se laver souvent les mains.

zz-top-300x214« Essayez (aussi) d’avoir vos mains loin de votre visage, autant que possible », a-t-il dit.

Si la ville avait trouvé des prélèvements similaires dans le système d’eau, a dit Golobic, il aurait besoin d’être arrêté pour désinfection (car c’est un indicateur de la propreté de l’eau, pas de la barbe -Ben).

Reste à savoir quoi faire avec cette information sans grand intérêt. Cela étant, aucune donnée ne permet d’interdire les porteurs de barbe dans la manutention des aliments. Source Ben Chapman du barfblog.

Ce microbiologiste est sans doute victime du nez qui s’allonge … voir photo de droite !

La FDA est à la recherche plus de données sur la sécurité sanitaire des produits de lavage et de désinfection des mains

4
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Hygiène, Lavage des mains, Microbiologie, Non classé, Santé, Sécurité des aliments.

La FDA est à la recherche de plus de données sur la sécurité sanitaire des produits de lavage et de désinfection des mains, source ABC News d’après l’Asociated Press.

Pour combattre les infections, le personnel hospitalier utilise un désinfectant pour les mains cent fois ou plus par jour. Désormais, le gouvernement veut étudier davantage si cela est sécuritaire et la façon dont cela combat effectivement la propagation de germes.

germ-handLa Food and Drug Administration demande aux fabricants de lui soumettre des données supplémentaires sur les produits médicaux de lavage et de désinfection des mains, dont les effets à long terme sur la santé, en raison de leur utilisation quotidienne sur la peau.

En vertu d’un texte publié le 30 avril 2014, les entreprises devront soumettre de nouvelles études portant sur les principaux problèmes de sécurité, dont des effets hormonaux possibles et des contributions vis-à-vis des bactéries résistantes aux antibiotiques. Les produits qui n’auront montré leur sécurité et leur efficacité d’ici à 2018 devraient être reformulés ou retirés du marché.

Selon une estimation de la FDA, cela pourrait coûter aux entreprises de santé entre 64 et 90 millions de dollars afin de réaliser les études demandées et se conformer aux nouvelles exigences.

Pour l’instant, la FDA a souligné que le personnel de santé devrait continuer à utiliser pour le lavage des mains, les désinfectants et les brossages chirurgicaux, qui sont les outils standard de prévention des infections liées aux soins.

« Nous ne demandons pas pour aucun de ces produits de quitter le marché, nous ne faisons que demander des données supplémentaires », a dit dans une interview à l’Associated Press, Theresa Michele, directrice de la Division of Nonprescription Drug Products du Center for Drug Evaluation and Research de la FDA. « Et nous ne disons pas aux gens d’arrêter d’utiliser ces produits. »

Traduction du texte par mes soins. -aa

NB : Sur ce sujet, on lira ces articles, Lobbying des savons antibactériens contre un projet de règlement de ces produits par la FDA et La FDA veut savoir si les savons antimicrobiens sont efficaces : L’industrie lui répond !

 Nul doute que cela aura des retombées dans les pays européens dont la France …

Au Canada, pays de la sécurité des aliments, des inspections vont être vérifiées …

4
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Lavage des mains, Règlementation, Sécurité des aliments, TIAC, Viande.

La ministre de la Santé, Rona Ambrose, va envoyer une équipe spéciale pour vérifier le travail de près des 40 inspecteurs de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) dans une usine de transformation de la viande en Alberta. Source Doug Powell du barfblog.

Rappelons qu’au Canada les inspecteurs de l’ACIA dépendent du ministère de la santé. -aa

« Je vais les envoyer pour s’assurer que tout va bien », a déclaré Ambrose lors d’une session de questions jeudi, après qu’une députée Laurin Liu ait dit que les Canadiens sont à risque en raison de l’insuffisance des analyses de recherche de E. coli.

XL.foods_-300x168CTV News a rapporté en premier mercredi des documents du gouvernement (au nom de la loi sur l’accès à l’information qui n’existe pas en France. –aa) qui montrent que de la viande contaminée par E. coli à partir de l’usine de Brooks en Alberta a été détectée par les inspecteurs des aliments aux États-Unis en 2014.

Cela s’est produit deux ans après le gouvernement ait fermé l’usine – anciennement exploité par XL Foods – et après qu’au moins 18 personnes ont été rendues malades par de la viande contenant les bactéries.

Les documents ont également noté des problèmes d’hygiène, dont des employés se tenant de « 80 cm à 1 m du sang et de l’eau contaminée », un manque d’eau courante dans les lavabos et les toilettes bouchées par de la matière fécale.

JBS Foods, une entreprise basée au Brésil, qui possède désormais l’usine, a déclaré que les problèmes indiqués dans les inspections ont été résolus.

Ambrose avait déclaré qu’un rapport 2014 du Conference Board of Canada a classé le système d’inspection des aliments du Canada au premier rang des 17 pays industrialisés, ce qui est la preuve que l’ACIA « fait un excellent travail. »

Pour voir le classement de la France, on lira Sécurité des aliments : la palme de l’opacité. Cela étant en France, le 7 avril 2015 pour l’Anses, « Dans le domaine de la sécurité sanitaire des aliments, la France fait souvent figure de pionnière en Europe et dans le monde. » On attend que l’Anses en apporte les preuves …

NB : Traduction du texte par mes soins. -aa

Mise à jour du 5 mai 2015. On lira la déclaration de l’ACIA en « Réponse aux préoccupations relatives aux activités d’inspection chez JBS Canada. » Parallèlement, on apprend que l’ACIA révise sa réglementation sur E. coliPolitique de lutte contre la contamination des produits de boeuf cru par E. coli O157:H7/NM.