Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Listeria'

Pas de catégorie

Quelques rappels de produits alimentaires, ici et là …

24
avr
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Hygiène, Listeria, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

1. «  Par mesure de précaution, Auchan procède au rappel du produit suivant suite à la détection de mycotoxines (DON) :

gallettes_auchanNature du produit : AUCHAN BIO Galettes de maïs 120G
Marque : AUCHAN BIO
DLUO correspondante : 27/01/2015
EAN : 3596710323210
Le produit est retiré de la commercialisation.
Certains des produits portant cette DLC ont cependant été commercialisés avant la mesure de retrait.
Il est donc demandé aux personnes qui détiendraient des produits correspondant à la DLUO décrite ci-dessus de ne pas les consommer et de les ramener au point de vente où nous procèderons au remboursement. »

Signalons que DON, diminutif du déoxynivalénol, est une mycotoxine qui contamine la plupart des cultures de céréales dans toutes les régions du monde. Auchan communique mais pas encore nos autorités …

2. La DGCCRF rapporte un avis de rappel du 24 avril 2014 de « bocaux d’asperges vertes de marque St Eloi»

aspergesvetres_st_eloi190x256Nom du produit : Asperges vertes
Marque : St Eloi / Intermarché (ITM Alimentaire International)
Désignation ou modèle :
Marquage sur le couvercle : M2LA34815
Conditionnement : en bocal de 370 ml
DLUO : 04/12/2015
EAN 13 : 3 250 390 664 796
Anomalie : Présence possible de bris de verre
Mesures prises par le professionnel : retrait et rappel par l’apposition d’affichettes en magasins.

NB : Cette marque aurait-elle des problèmes avec des corps étrangers de type verre ? Pour mémoire, on notera,

3. Enfin, une curiosité qui nous vient de Belgique, un communiqué du 24 avril 2014 de la Ferme Grodent (source AFSCA) qui rappelle du « Beurre de Ferme » issu de l’agriculture biologique en raison de la présence de Listeria monocytogenes. Je pense que ce beurre a été fabriqué avec du lait cru.

Sur la présence de Listeria monocytogenes sur différents aliments prêts à être consommés en l’état, on lira Quantitative Assessment of Relative Risk to Public Health from Foodborne Listeria monocytogenes Among Selected Categories of Ready-to-Eat Foods.

Ronde des rappels 2014 : semaine 16

19
avr
2 commentaires
Classé dans Contamination, Curiosité, Hygiène, Listeria, Rappel, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

Commencées avec « La ronde des rappels : semaine 49 » de 2009, les notifications des rappels cités ne prétendent pas à l’exhaustivité dans la mesure il n’est pas possible d’avoir accès à toutes les sources permettant d’identifier le rappel d’un produit. Les pays frontaliers de la France constituent une aide précieuse. Les informations recueillies sont issues du portail RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed ou Réseau d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux).

  • Référence RASFF 2014.0529, méthomyl (0,31; 0,52 mg/kg) dans du raisin de table du Pérou via les Pays-Bas ; alerte notifiée par la Belgique. Distribution France et Belgique.
  • Référence RASFF 2014.0527, di-2-propylheptylphtalate (DPHP) (31 g/100g) dans des pailles en forme de lunettes de Chine ; alerte notifiée par l’Allemagne. Distribution France, Belgique, Autriche, république Tchèque, Danemark, Estonie, Iles Féroé, Finlande, Allemagne, Hongrie, Irlande, Italie, Lituanie, Luxembourg, Pays-Bas, Norvège, Pologne, Portugal, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Espagne, Suède, Suisse, Royaume-Uni. Pour l'instant, seul l'Irlande a fait part du rappel dans un communiqué…, c'est peu !
  • Référence RASFF 2014.0525, fénitrothion (0,14 mg/kg) dans des oranges d’Egypte ; alerte notifiée par les Pays-Bas. Distribution Autriche, France, Pays-Bas.
  • Référence RASFF 2014.0520, morceaux de verre dans du poivre dans des moulins à poivre en verre d’Allemagne ; alerte notifiée par l’Allemagne. Distribution Autriche, France et Allemagne. Voir ce lien.
  • Référence RASFF 2014.0516, moules non purifiées de la zone B de France ; alerte notifiée par la France. Distribution Italie, Monaco, Suisse.
  • Référence RASFF 2014.0510, Listeria monocytogenes (< 1000 ufc/g) dans du saumon fumé de France ; alerte notifiée par la France. Distribution Belgique et France. Voir ce lien.
  • Référence RASFF 2014.0509, Listeria monocytogenes (< 100 ufc/g) dans du fromage de France ; alerte notifiée par la France. Distribution France, Allemagne, Suisse. 

Sur le tableau ci-dessous, liste des pathogènes identifiés dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux durant la semaine 16 de 2014 par les Etats membres. 

sem16_path

Les données sur les cas d’infections d’origine alimentaire aux Etats-Unis sont assez déprimantes

18
avr
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Curiosité, E. coli, Hygiène, Listeria, Microbiologie, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Union Européenne.

« Hausse de Campylobacter et Vibrio, stabilité pour E. coli, Listeria, Salmonella, Shigella, Cryptoporidium, Cyclospora et Yersinia. » Source Bill Marler dans Food Poison Journal du 17 avril 2014.

Screen-Shot-2014-04-17-at-9.00.26-PM-640x476

MMWR a rapporté les données 2013 de FoodNet (du CDC) et c'était un peu déprimant, selon Bill Marler.

FoodNet a conduit une surveillance active de la population pour les infections confirmées en laboratoire causées par Campylobacter, Cryptosporidium, Cyclospora, Listeria, Salmonella, Escherichia coli (STEC) producteurs de shigatoxines O157 et non O157, Shigella, Vibrio et Yersinia dans 10 sites couvrant environ 15% de la population américaine. Pour plus d'informations sur ces microbes, voir www.foodborneillness.com.

En 2013, FoodNet a identifié 19 056 cas d'infection, 4 200 hospitalisations et 80 décès. Le nombre et l'incidence par 100 000 habitants étaient Salmonella (7 277 [15,19 ]), Campylobacter (6 621 [13,82]), Shigella (2 309 [4,82] ), Cryptosporidium (1 186 [2,48]) , STEC non O157 (561 [1,17] ), STEC O157 (552 [1,15] ), Vibrio (242 [0,51]), Yersinia (171 [0,36] ), Listeria (123 [0,26] ) et Cyclospora (14 [0,03]). L’incidence était la plus élevée chez les personnes âgées de ≥ 65 ans pour Cyclospora, Listeria et Vibrio et chez les enfants de < 5 ans pour tous les autres pathogènes.

Par rapport à 2010-2012, l'incidence 2013 était significativement plus faible pour Salmonella (baisse de 9%, IC = 3%-15%), plus élevée pour Vibrio (augmentation de 32%, IC = 8%-61%) et pas beaucoup de changement pour les autres pathogènes. Par rapport à 2006-2008, l'incidence 2013 a été significativement plus élevée pour Campylobacter et Vibrio. L'incidence globale des infections par six agents pathogènes clés d'origine alimentaire n'était pas significativement différente en 2013 par rapport à 2010-2012 ou 2006-2008.

L'incidence des infections à Salmonella confirmés en laboratoire a été plus faible en 2013 que de 2010 à 2012, tandis que l'incidence des infections à Vibrio a augmenté. Aucun changement n'a été observé pour les infections à Campylobacter, Listeria, STEC O157 ou Yersinia.

Commentaires. Si l’on osait une comparaison avec la France, sachant que les systèmes de santé et de recueil de données ne sont pas les mêmes entre les eux pays, et que bien évidemment, une comparaison des cas d’infections par des pathogènes d’origine alimentaire entre la France et les Etats-Unis n’est pas raison, du fait des limites de ce genre d'exercice, cela donnerait ceci, selon The European Union Summary Report on Trends and Sources of Zoonoses, Zoonotic Agents and Food-borne Outbreaks in 2012, EFSA :

  • Augmentation des cas d’infections à Salmonella : 8 705 cas en 2012 (8 685 cas en 2011), soit 13,3 cas pour 100 000 habitants
  • Augmentation des cas d’infections à Campylobacter : 5 079 cas en 2012 (5 538 cas en 2011), soit 38,89 cas pour 100 000 habitants. A noter que le taux de déclaration de 2012 a été calculé sur une couverture d'environ 20%.
  • Augmentation des cas d’infections à Listeria : 348 cas en 2012 (282 cas en 2011), soit 0,53 cas pour 100 000 habitants
  • Stabilité des cas infections à E. coli (STEC ou VTEC) : 208 cas (221 cas en 2011), soit 0,32 cas pour 100 000 habitants

Listeria monocytogenes utilise l’efferocytose pour favoriser sa propagation de cellule en cellule

16
avr
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Listeria, Santé.

listeriaRésumé.

L’efferocytose*, processus par lequel des cellules mourantes ou mortes sont éliminées par phagocytose, a un rôle important dans le développement, l'homéostasie tissulaire et l'immunité innée. L’efferocytose est conditionnée en partie par des récepteurs qui se lient à la phosphatidylsérine (PS) exofaciale (c'est-à-dire située à l’extérieur de la cellule -aa) sur des cellules ou des débris cellulaires après la perte de l'asymétrie de la membrane  plasmatique. Ici, nous montrons qu’un pathogène bactérien, Listeria monocytogenes, peut exploiter l’efferocytose pour favoriser sa propagation de cellule en cellule au cours de l'infection. Ces bactéries peuvent échapper au phagosome dans les cellules hôtes à l'aide de la listériolysine O (LLO), toxine formant des pores, et deux enzymes les phospholipases C. L'expression de la protéine de surface cellulaire ActA permet à L. monocytogenes d'activer des facteurs de régulation de l'actine de l'hôte et soumet la motilité dépendant de l'actine dans le cytosol, pour aboutir finalement à la formation de protusions riches en actine à la surface de la cellule. Ici, nous montrons que la formation de protrusions contenant la bactérie est associée à une lésion de la membrane plasmique en raison de l'activité de formation de pores par la LLO. La LLO favorise également la libération de protrusions contenant des bactéries de la cellule hôte, générant des vésicules dérivées de la membrane avec la PS exofaciale. Le récepteur TIM-4 qui se lie à la PS (codé par le gène Timd4) contribue à l'efficacité de la propagation de cellule en cellule de L. monocytogenes dans les macrophages in vitro et la croissance de ces bactéries est diminuée chez les souris Timd4−/−. Ainsi, L. monocytogenes favorise sa diffusion dans un hôte en exploitant l’efferocytose. Nos résultats indiquent que la thérapeutique ciblée sur la PS peut être utile dans la lutte contre les infections par Listeria monocytogenes et d'autres bactéries qui utilisent des stratégies similaires de propagation de cellule à cellule au cours de l'infection.

Mark A. Czuczman, Ramzi Fattouh, Jorik M. van Rijn, Veronica Canadien, Suzanne Osborne, Aleixo M. Muise, Vijay K. Kuchroo, Darren E. Higgins, John H. Brumell. Listeria monocytogenes exploits efferocytosis to promote cell-to-cell spread. Nature (2014) 13 April 2014.

*La phagocytose des cellules apoptotiques appelée efferocytose est un mécanisme complexe participant à l'homéostasie des êtres pluricellulaires. Son dysfonctionnement est associé à des maladies inflammatoires aiguës et chroniques ainsi qu'autoimmunes.

Tiens, on décide rendre public un rappel de saumon ! Pourquoi n’est–ce pas le cas pour tous les produits contaminés par des pathogènes ?

16
avr
4 commentaires
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Hygiène, Listeria, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

saumon_fumeLa France avait notifié au réseau d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux ou RASFF une alerte concernant la présence de Listeria monocytogenes (< 1000 ufc/g) dans du saumon fumé de France, référence 2014.0510, avec une distribution en France et en Belgique.

Et donc pour ce produit, on (le ministère de l’agriculture) se fend d’un communiqué de rappel du 16 avril 201 mais diffusé le 17 avril 2014. Le détail des lots est dans le communiqué précité.

La société KING SEA FOOD rappelle plusieurs lots de saumon fumé, suite à la mise en évidence de Listeria monocytogenes.
Les produits concernés sont les suivants :
Tranches de saumon fumé (origine Atlantique ou Norvège) ou pavé de saumon mi-fumé (origine Atlantique)
Marques : BONNETERRE, FJORD KING, LOSTE, NATURE OCEANE ou SAFA.
Numéro de lot : 1513, 1523, 1593
Date limite de consommation : variable selon les produits, allant jusqu’au 30/04/14 (détail dans le document joint)
Marque sanitaire : FR 94 022 002 CE
Certains emballages ne mentionnent que la date limite de consommation et pas le numéro de lot.
Ces produits ont été commercialisés entre le 19 mars et le 14 avril dans toute la France, notamment dans des magasins de détail spécialisés dans les produits bio.
L’ensemble des produits concernés ont été retirés de la commercialisation le 14 avril.
Certains de ces produits ont cependant été commercialisés avant la mesure du retrait.
Des affichettes ont été mises en place dans les différents points de vente concernés pour informer les consommateurs. Il est demandé aux personnes qui détiendraient des produits appartenant aux lots décrits ci-dessus, de ne pas les consommer et de les détruire, ou de se les faire rembourser.

Que constate-t-on ?

Le prélèvement a été réalisé le 7 avril 2014 et la notification de l’alerte au RASFF a été faite le 15 avril 2014. Normalement, la réponse aurait due être obtenue 72 heures … après le prélèvement !

« Certains emballages ne mentionnent que la date limite de consommation et pas le numéro de lot. » Très étonnant, mais que compte faire le ministère de l’agiculture ?

« Des affichettes ont été mises en place dans les différents points de vente concernés », mais le ministère de l’agriculture sait-il que ces affichettes sont difficiles à identifier dans les magasins concernés voire impossible à trouver ?

Les magasins de distribution bio ou non ne sont pas connus et à l'heure actuelle, aucun à ma connaissance n'a publié de communiqué de rappel.

Par ailleurs, depuis le début de l’année, il y a plusieurs produits rappelés en France pour cause de présence de Listeria monocytogenes, des sprats, des harengs doux, des tommes au marc, du Morbier au lait cru, des fromages de brebis, du Munster géromé AOP et du Maroilles. Le ministère de l’agriculture n’a communiqué que sur trois rappels …

Pour aller au-delà du cas de Listeria monocytogenes, on pourra lire aussi De la relation entre les notifications au RASFF et les rappels en France au premier trimestre 2014.