Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Machines'

Pas de catégorie

Etats-Unis : Un juge refuse de prendre en considération une société d’audit tierce partie dans l’affaire des melons cantaloups contaminés par Listeria

1
nov
Aucun commentaire
Classé dans Audit, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Listeria, Machines, Microbiologie, Nettoyage-Désinfection, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

« Un juge refuse de prendre en considération PrimusLabs dans l’affaire des melons cantaloups contaminés par Listeria » source Doug Powell du barfblog du 1er novembre 2014. PrimusLabs est cette société d’audit qui n’avait trouvé rien à redire chez Jensen Farms, voir Etats-Unis : Des audits tierce partie favorables dans des exploitation agricole liées plus tard à des foyers de cas d’infections d’origine alimentaire, Listeria, les melons cantaloups, la responsabilité des audits tierce partie et la justice aux Etats-Unis et Le rôle de l’audit tierce partie en sécurité des aliments mis en cause par la FDA dans une contamination par Listeria dans le Colorado.

cantaloupe_salmonella(28)The Packer rapporte qu’un juge du Colorado a refusé au moins 24 plaintes déposées contre PrimusLabs par des victimes et leurs familles liées aux foyers de cas d’infection à Listeria en 2011, impliquant des melons cantaloups de chez Jensen Farms.

Le juge a également refusé de prendre en considération les demandes croisées déposées contre PrimusLabs par le distributeur Frontera Produce Ltd. et Dillon, l’une des filiales de Kroger Co.

Le juge Charles Pratt a indiqué le 28 octobre qu’il fallait aller de l’avant. Les cas font partie des 66 cas de victimes en instance dans les tribunaux à travers plus d’une douzaine d’Etats des Etats-Unis

Au moins 147 personnes sont tombées malades et au moins 33 décès à cause des infections à Listeria après avoir consommé du melon cantaloup de chez Jensen, selon le Centers for Disease Control and Prevention. Le CDC estime qu’au moins 10 autres personnes, qui avaient les souches épidémiques de Listeria, avaient consommé du melon cantaloup de chez Jensen, mais les responsables de la santé n’ont pas confirmé le lien lors du dépôt des certificats de décès.

Le juge Pratt se range du côté des plaignants, en disant que PrimusLabs « savait ou aurait raisonnablement dû savoir que jusqu’à ce qu’il ait terminé l’audit, les melons cantaloups n’auraient pas dû être vendus au public. »

L’avocat en sécurité des aliments de Seattle, Bill Marler, qui représente directement 46 des plaignants, victimes directement et indirectement, a refusé de commenter le refus du juge Pratt de prendre en considération les affaires contre PrimusLabs.

Dans son ordonnance rejetant la requête concernant PrimusLabs de prendre en considération les cas de victimes et les demandes croisées déposées par Frontera et Dillon, le juge Pratt a dit qu’il est lié par la loi pour permettre aux affaires de progresser.

Voici ce que nous pensons des audits, indique Doug Powell en citant un article qu’il est utile de lire : D.A. Powell, S. Erdozain, C. Dodd, R. Costa, K. Morley, B.J. Chapman. Audits and inspections are never enough: A critique to enhance food safety. Food Control 30 aug. 2012.

France : Rappel en retard de 7 jours de desserts bi-parfum chocolat et bi-parfum caramel pour cause de présence de peroxyde d’hydrogène !

24
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Hygiène, Machines, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

dessert_bi_parfum_chocolat_et_bi_parfum_caramel_150g_omira_milch_chez_auchan_detailAuchan informe le 23 octobre 2014 que « La société OMIRA BodenseeMilch GmbH procède aujourd’hui au retrait de la vente des produits DESSERT CHOCO VANILLE 150G EAN : 4062800003342, DESSERT CARAMEL CREME 150G EAN : 4062800003335, DESSERT CHOCO VANILLE 150G EAN : 4062800003342, DESSERT CARAMEL CREME 150G EAN : 4062800003335. »

La société OMIRA BodenseeMilch GmbH procède aujourd’hui au retrait de la vente des références « Dessert bi-parfum chocolat » et « Dessert bi-parfum caramel » suite au risque de présence de peroxyde d’hydrogène.
Il s’agit des lots portant les caractéristiques suivantes :
*Dénomination de vente : Dessert bi-parfum chocolat 150g :
Identification du lot : 9120200601 / Date limite de consommation : 24.10.2014
Identification du lot : 9121000601 / Date limite de consommation : 01.11.2014
Gencod : 4062800003342
ET
*Dénomination de vente : Dessert bi-parfum caramel 150g
Identification du lot : 9120900401 / Date limite de consommation : 01.11.2014
Identification du lot : 9120100201 / Date limite de consommation : 24.10.2014
Gencod : 4062800003335
L’ensemble des lots est retiré de la commercialisation.
Certains de ces produits ont cependant été commercialisés avant la mesure de retrait.
Il est donc recommandé aux personnes qui détiendraient des produits appartenant aux lots décrits ci-dessus de ne pas les consommer et de les détruire, ou de se les faire rembourser.
Le peroxyde d’hydrogène est utilisé pour la stérilisation des emballages des aliments dans l’industrie agroalimentaire. Une défaillance technique sur l’une des machines de production a causé de manière intermittente l’utilisation d’une dose accrue de peroxyde d’hydrogène chimique pour la désinfection des emballages. Ce produit chimique irrite les membranes des muqueuses et peut causer des nausées.

Commentaires : Encore une fois, on se fout du monde ! Les autorités allemandes avaient annoncé le rappel du produit via Netto Allemagne le … 17 octobre 2014, soit 7 jours avant !

Si on n’était pas informé de ce qui se passe en Allemagne, il y avait également une alerte notifiée au RASFF par l’Allemagne (référence 2014.1420) le 17 octobre 2014 concernant la présence de peroxyde d’hydrogène (25 mg/litre) dans des desserts chocolat et vanille ! Une distribution a été faite en France … mais il faut attendre 7 jours pour réaliser un rappel …

Listeria monocytogenes dans les produits alimentaires aquatiques

2
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Listeria, Machines, Microbiologie, Nettoyage-Désinfection, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

Les produits aquatiques sont des produits alimentaires issus de la pêche et de l’aquaculture. Avec la demande croissante de produits alimentaires avec des conservateurs allégés et/ou prêts à être consommés, la prévalence du pathogène d’origine alimentaire Listeria monocytogenes a augmenté, ce qui est un problème de santé publique. Une étude publiée dans Comprehensive Reviews in Food Science and Food Safety* examine l’incidence, l’importance épidémiologique et les voies de contamination par L. monocytogenes dans divers écosystèmes aquatiques, produits de la mer et environnements de transformation. En outre, l’étude résume des données obtenues depuis les années 1990.

secListeria monocytogenes pénètre principalement la chaîne de production alimentaire par la contamination croisée (ou le transfert de contamination) dans les usines de production, ce qui fait que ce pathogène représente une menace majeure pour l’industrie des produits de la mer. Ce pathogène contamine généralement des produits alimentaires à des taux faibles ou modérés, mais les taux impliqués dans les cas de listériose sont nettement plus élevés. La majorité des isolats des produits aquatiques appartenant au sérotype 1/2a et des éclosions ont été liées à des souches hautement similaires, voire à des souches impossibles à distinguer. Plusieurs usines de transformation de produits de la mer sont colonisées par une flore spécifiques « maison » contenant des sous-types d’ADN de L. monocytogenes. Dans de tels cas, les populations de L. monocytogenes peuvent persister et/ou multiplier malgré les obstacles inhérents à leur croissance dans les opérations de conservation et de fabrication des aliments.

Afin de réduire et de prévenir la contamination dans l’environnement de transformation et les produits, les auteurs mettent en évidence la nécessité de détecter les principales sources de contamination et de comprendre les mécanismes qui sous-tendent la persistance des différentes souches de L. monocytogenes dans l’environnement. Les principales zones où Listeria spp. a été détecté ou bien la zone où la contamination la plus importante par Listeria a été observée dans l’environnement de transformation et qui a pu être identifiée. En particulier, les siphons de sol et la zone de pelage difficiles à nettoyer, ainsi que le matériel d’injection de saumure et de tranchage qui sont des réservoirs fréquents de la colonisation par des souches de L. monocytogenes persistantes dans les usines de transformation de poisson ; cependant, d’autres recherches sont nécessaires pour confirmer l’origine de la contamination.

Les auteurs concluent que le nettoyage et la désinfection de l’usine de production devrait réduire la prévalence de L. monocytogenes, et il est urgent de concevoir des stratégies de désinfection qui ciblent précisément les souches persistantes, par exemple, en utilisant des désinfectants à base de composants actifs plus appropriés contre les biofilms.

*L’article est disponible intégralement et gratuitement.

NB : On lira aussi « Quelques pistes pour se débarrasser des bactéries persistantes dans les entreprises alimentaires », 1 et 2.

4 décès, 1000 personnes malades par Salmonella aux Pays-Bas il y a 2 ans. Le transformateur de poissons n’est toujours pas encore en conformité

1
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Machines, Nettoyage-Désinfection, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

Screen-Shot-2012-10-13-at-8.47.19-AM1« 4 décès, 1000 personnes malades par Salmonella aux Pays-Bas il y a 2 ans. Le transformateur de poissons n’est toujours pas encore en conformité ». Source Doug Powell du barfblog du 30 septembre 2014.

Une entreprise de transformation de poissons qui a été au centre d’une éclosion de salmonellose, il y a deux ans, n’est pas encore en conformité, a dit la ministre de la santé, Edith Schippers, au parlement.

Foppen basé à Harderwijk a été au centre d’un scandale mondial de contamination du saumon en 2012, dans laquelle quatre personnes sont décédées et 1000 personnes sont tombées malades.

Les derniers bilans de l’usine de transformation ont donné lieu à des amendes pour la présence d’une substance « mold-like » (moisissures) sur des bandes transporteuses et de la condensation dans le système de conditionnement des crevettes, a dit l’agence de nouvelles ANP.

Le mois dernier, un diffuseur local Omroep Gelderland  a rapporté que tout n’était pas encore conforme dans la société, ce qui a conduit les députés à poser des questions au ministre de la santé.

« Je considère qu’il est inquiétant de constater que malgré l’éclosion de salmonellose en 2012, les contrôles de 2013 et d e2014 montrent que Foppen n’est pas encore à la hauteur », a déclaré Schippers dans sa réponse (texte en Néerlandais).

NB : Il avait été question en son temps de ce sujet sur le blog avec les articles suivants : Salmonella et saumon fumé aux Pays-Bas et … aux Etats-Unis et Salmonella Thompson et saumon fumé des Pays-Bas : le bilan s’alourdit.

ooOOoo

Statistiques de ce blog selon Médiamétrie-eStat,

  • septembre 2014, 30695 pages vues, 18703 visites et 15875 visiteurs

Danemark : 13 décès et Listeria retrouvé dans un autre site

21
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Listeria, Machines, Microbiologie, Nettoyage-Désinfection, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

listeria« Danemark : 13 décès et Listeria retrouvé dans un autre site », source Doug Powell du barfblog du 20 août 2014.

Un autre producteur de sandwichs de viande a été touché par l’éclosion de listériose qui a désormais fait 13 morts au Danemark. L’autorité de la sécurité des aliments, Fødevarestyrelsen, a ordonné à l’usine Delika près Hammel de fermer ses portes pour 24 heures. Il s’avère que la viande des sandwichs ‘rullepølse’ contaminés provient d’un équipement de découpe et d’autres équipements qui ont été en contact, et qu’elle est originaire de chez Jørn A Rullepølser à Hedehusene, près de Copenhague, et que les équipements doivent être nettoyés de façon intensive.

« Delika Hammel veut protéger ses clients et éliminer tout risque possible », a indiqué la compagnie dans un communiqué.

Une large gamme de produits Delika ont été retirés des rayons des magasins la semaine dernière. Les viandes ont été découpées sur des machines qui ont été en contact avec des produits infectés de chez Jørn A Rullepølser, et les autorités craignaient qu’un transfert de contamination se soit produit. 

Mise à jour au 22 août 2014. Listeria au Danemark : le bilan s’élève à 28 cas, dont 13 mortels selon Xinhua.