Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Microbiologie'

Pas de catégorie

Allemagne : Rappel de Morbier au lait cru pour cause de présence de E. coli O26:H11

31
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Lait, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

En octobre 2013, il y avait eu un rappel de Morbier pour cause de présence de Salmonella.

En février 2014, rappel de Morbier au lait cru pour cause de présence de Listeria monocytogenes, « Morbier au Lait Cru Auchan Terroir 250g », selon un communiqué.

704158+704298+morbier+la+traditionLe 25 août 2014, les autorités allemandes signalent le rappel de Morbier.

Fabricant, Mont de Joux et Distributeur, Fromi.
Cause du rappel : Contamination par des bactéries indésirables (E. coli O26:H11, stx+)
DLUO (date de durabilité minimale ou date limite d’utilisation) : HD 31.08. – 14/08/2014
Le Numéro de lot / lot identification : 77 / Fr 25.041.001 CE
Informations Complémentaires: Communication de la société française « MONT DE JOUX » rappelle La société française « MONT DE JOUX » rappelle le produit suivant :
Nom: Morbier entier ou demi
Marque : TRADITION
Conditionnement : morbier entier ou demi morbier  
N ° de lot. : 77
MHD: 06/09/2014, 09/07/2014, 09.09.2014, 11.09.2014, 14.09.2014
Marque d’identification: FR 25 041 001 CE

Commentaires : E. coli O26:H11 semble être responsable depuis un à deux mois de trois à quatre rappels de plusieurs types de fromages que ce soit au lait cru de chèvre ou au lait cru de vache …

C’est l’histoire d’un consommateur tentant de comprendre comment fonctionnent les rappels d’aliments en France

30
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Listeria, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

communication1Le 26 août 2014, j’apprends par le distributeur Auchan la diffusion de deux communiqués (1 et 2.) de rappels de salades à base pâtes pour cause de présence de Listeria monocytogenes.

Le 26 août 2014, les autorités de sécurité des aliments de Luxembourg mettent en ligne un communiqué de la société Snacking Services signalant la « mise en évidence la présence de Listeria monocytogenes dans des lots de salades à base de pâtes. »

Le 27 et le 28 août 2014, pas d’autres informations …

Le 29 août 2014 est publié une notification d’alerte au RASFF, Référence 2014.1211, concernant la présence de Listeria monocytogenes (1500 ufc/g) dans des salades à base de pâtes de France ; alerte notifiée par la France. Distribution France, Belgique et Luxembourg.

A noter que le ou les prélèvements de ces produits ont été réalisés le 7 août 2014 et la date de notification au RASFF est le 29 août 2014. Ce délai est tout simplement inacceptable !

Le 30 août 2014, l’AFSCA de Belgique publie sur son site un communiqué de rappel de Dessaint des lots de salades à base de pâtes. Problématique, présence de Listeria monocytogenes.

Le 30 août, une alerte enlèvement est déclenchée par le blog pour savoir où sont nos autorités et que faire en cas d’absence d’information et de communication de leur part, dont certaines nous disent, « La transparence, c’est la confiance ». Je ne crois plus à ce discours !

L’éclosion à Cyclospora au Texas est terminée. De la coriandre mexicaine a été soupçonnée

30
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

« L’éclosion à Cyclospora au Texas terminée. De la coriandre mexicaine a été soupçonnée », source CIDRAP News du 29 août 2014.

Du coriandre cultivé dans la zone de Puebla, Mexique, est soupçonné d’être la cause d’au moins certains des cas dans un foyer de cas d’infections à Cyclospora pendant l’été au Texas, qui semble maintenant terminée, selon des responsables de l’Etat et des autorités fédérales.

Au moins 18 autres Etats sont eu des cas de cyclosporose, mais rien n’indique que l’un de leurs cas soit lié à la coriandre du Mexique, a dit dans une mise à jour hier les Centers for Disease Control and Prevention (CDC).

cilantroTexas, 126 cas

Le Texas Department of State Health Services (DSHS) a déclaré hier que l’éclosion dans l’Etat semble terminer, 126 personnes sont tombées malades après le 1er mai et n’avait aucun antécédent de voyage international dans les deux semaines avant le début de l’éclosion. L’Etat du Texas a eu un total de 166 cas à Cyclospora cette année.

« Le nombre de nouveaux cas de maladies rapporté est revenu à des niveaux habituels, et l’enquête a lié les cas groupés dans quatre restaurants à de la coriandre importée de Puebla Mexique », selon le DSHS dans un communiqué de presse.

Le DSHS et les services locaux de santé ont investigué les cas groupés dans quatre restaurants dans le nord du Texas qui comprenaient un total de 21 personnes qui ont été malades, a indiqué l’agence. Tous les 21 ont déclaré avoir mangé un aliment au restaurant contenant de la coriandre dans les deux semaines précédant la maladie.

Une enquête préliminaire de traçabilité par la Food and Drug Administration américaine (FDA) et le DSHS a identifié Puebla, Mexique, en tant que source de la coriandre qui a été servie dans les quatre restaurants, selon la FDA.

Pas de coriandre contaminée par Cyclospora n’a été retrouvée, mais il y a suffisamment de preuves pour établir un lien épidémiologique étroit entre les maladies et la coriandre, a dit le DSHS. Il a noté que l’État de Puebla a également identifié de la coriandre fraîche comme étant la source d’une éclosion d’infections à Cyclospora en 2013.

En 2014, aux États-Unis, un total de 304 cas

Sur le plan national, les CDC ont déclaré hier que 304 cas de cyclosporose ont été signalés cette année au 26 août. Sur ces cas, 207 patients provenaient de 19 États et n’avaient pas d’antécédents de voyage international dans la quinzaine de jours avant qu’ils soient tombés malades. Le Texas représentait 133 cas (64%) des 207 cas, a indiqué les CDC.

Parmi les 183 personnes avec des informations disponibles, 7 (4%) ont déclaré avoir été hospitalisé, mais personne n’est décédé, a dit le CDC. La plupart des patients (85%) sont tombés malades en juin ou juillet.

Il y a deux semaines, le CDC avait décompté un total de 283 cas de cyclosporose, soit 21 cas de moins que dans la mise à jour d’hier. À ce stade, l’agence n’a pas indiqué su la plupart des patients avait récemment voyagé à l’étranger.

Notant les conclusions du Texas sur la coriandre, la CDC a dit : « À ce jour, il n’existe aucune preuve indiquant que des maladies en dehors du Texas soient liées à de la coriandre de Puebla, au Mexique. »

Plan d’échantillonnage accru par la FDA

Hier, la FDA a annoncé qu’elle allait augmenter la surveillance par échantillonnage de la coriandre importée de Puebla et a travaillé avec les autorités mexicaines afin de déterminer s’il y a une exploitation agricole commune ou une zone de culture là-bas qui aurait pu fournir la coriandre fraîche liée à l’éclosion.

Comme c’est le cas cette année, le Texas a été l’Etat le plus touché par l’éclosion multi-Etats de l’été dernier à Cyclospora, qui a impliqué au moins 631 personnes dans 25 Etats et New York. Les éclosions passées à Cyclospora d’origine alimentaire ont été liées à de nombreux types de fruits et légumes frais importés, dont des framboises, du basilic, des pois mange-tout et du mesclun.

Une certaine conception de la brosse à dents électrique permet d’être plus à même de se débarrasser des microbes, selon une étude

30
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Hygiène, Microbiologie, Santé.

« Des chercheurs de l’UT Health ont trouvé jusqu’à 3000 fois plus de croissance bactérienne sur des brosses à dents à tête de brossage creuse », source UT Health du 28 août 2014.

Le débat ne porte pas sur brossage électrique versus brossage manuel, mais à l’intérieur du brossage électrique selon la conception de la tête de brossage de la brosse à dents.

140828115226-largeDes brosses à dentss électriques à tête solide retiennent moins de bactéries par rapport aux brosses à dents à tête de brossage creuse, selon une étude récente publiée dans le numéro d’août du Journal of Dental Hygiene.

Des brosses à dents électriques à tête solide (solid-head) retiennent moins de bactéries par rapport aux brosses à dents à tête de brossage creuse, selon des chercheurs de l’université du Texas Health Science Center à la Houston (UTHealth) School of Dentistry.

Les résultats de l’étude sont publiés dans le numéro d’août du Journal of Dental Hygiene. L’auteure principale et professeure à l’école de médecine dentaire de l’UTHealth, Donna Warren Morris, note que les dénombrements microbiens étaient plus faibles dans le groupe avec des brosses à dents à tête solide que dans les deux groupes de brosse à dents à tête de brossage creuse dans 9 comparaisons sur 10.

« Les brosses à dents peuvent transmettre des micro-organismes qui causent des maladies et des infections. Une conception à tête solide permet moins de croissance bactérienne et des poils doivent être doux et en nylon », a déclaré Morris. « Il est également important de désinfecter et de laisser sec votre brosse à dents entre deux utilisations. Certaines brosses à dents électriques comprennent désormais un système ultraviolet ou vous pouvez tremper la tête dans un bain de bouche pendant 20 minutes. »

L’étude a été menée sur une période de trois semaines où les participants se sont brossés deux fois par jour sur trois brosses à dents électriques choisis au hasard. Les participants ont utilisé un dentifrice non antimicrobien (ça existe ? -aa) et ont continué leur usage des soins dentaires tout au long de l’étude, mais se sont abstenus d’utiliser d’autres produits dentaires comme un rince-bouche.

« L’emballage de la plupart des brosses à dents électriques fera pas de distinction entre une conception de tête de brossage creuse et une tête solide », a déclaré Morris. « La meilleure façon de déterminer une conception à tête pleine est de voir la connexion au corps de la brosse à dents électrique. Naturellement, il y aura un peu d’espace pour relier les deux parties, mais une partie importante sera solide, à la hauteur des poils ou de la tête de la brosse. »

Au cours de l’étude, les têtes de brosse ont été exposées à cinq catégories de micro-organismes oraux : des micro-organismes anaérobies et facultatifs, des levures et des moisissures, des streptocoques oraux et des entérocoques oraux anaérobies, Porphyromonas gingivalis et Fusobacterium spp.

L’article indique également qu’il n’y a aucune étude présente ou publié qui a démontré que la croissance bactérienne sur les brosses à dents peut conduire à des effets systématiques sur la santé, mais comme Morris l’a dit, plusieurs micro-organismes ont été associés à des maladies systémiques.

« Nous savons et il y a des études qui ont relié Fusobacterium au cancer colorectal. Certaines de ces autres bactéries ont été liées à des maladies cardiovasculaires », a dit Morris. « Il existe une association forte avec les gingivites et les maladies cardiovasculaires. Des chercheurs ont été capables de mettre en culture les mêmes bactéries dans le cœur qui provoque des gingivites. »

Les microbes, notre habitat et nous !

30
août
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie.

« La maison est le lieu où sont les microbes : le projet du microbiome du foyer domestique annonce des résultats de l’étude sur les microbes de foyers domestiques. » Argonne National Laboratory du 28 août 2014.

La maison d’une personne est son château et il est peuplé de ses propres sujets : des millions et des millions de bactéries.

MicrobesBannerUne étude publiée dans Science fournit une analyse détaillée des microbes qui vivent dans des maisons et des appartements. L’étude a été menée par des chercheurs de l’Argonne National Laboratory du département américain de l’énergie et de l’université de Chicago.

Les résultats mettent en lumière l’interaction complexe entre l’homme et les microbes qui vivent sur et autour de nous. Des raisons font penser que ces communautés microscopiques, grouillantes jouent un rôle dans la santé humaine, le traitement de maladies et leur transmission.

« Nous savons, par exemple, que certaines bactéries peuvent permettre à des souris à prendre du poids, et que d’autres peuvent influencer le développement du cerveau chez les jeunes souris », a déclaré Jack Gilbert microbiologiste chez Argonne, qui a dirigé l’étude. « Nous voulons savoir d’où viennent ces bactéries, et comme les gens passent de plus en plus de temps à l’intérieur, nous avons voulu cartographier les microbes qui vivent dans nos maisons et la probabilité qu’ils s’établissent sur nous. »

« Il est essentiel pour nous de comprendre notre santé au 21e siècle », a-t-il dit.

Le Home Microbiome Project a suivi sept familles, qui comprenaient dix-huit personnes, trois chiens et un chat, au cours de six semaines. Les participants à l’étude ont écouvillonné leurs mains, leurs pieds et leur nez tous les jours afin de recueillir un prélèvement des populations microbiennes vivant dans et sur eux. Ils ont également prélevé des surfaces dans la maison, les poignées de porte, les interrupteurs, les sols et les plans de travail.

Ensuite, les prélèvements arrivaient à Argonne, où des chercheurs ont réalisé une analyse ADN pour caractériser les différentes espèces de microbes dans chaque prélèvement.

« Nous voulions savoir combien de personnes ont affectées les communautés microbiennes sur les surfaces d’une maison et sur chacune par rapport aux autres », a déclaré Gilbert.

Ils ont constaté que les personnes ont affecté sensiblement les communautés microbiennes dans une maison, lorsque trois membres de la famille se sont déplacés, il a fallu moins d’une jour, en termes microbien, pour que la nouvelle maison ressemble à l’ancienne.

Un contact physique régulier entre les individus a aussi induit une différence dans une maison où deux des trois occupants étaient en relation l’une avec l’autre, le couple a ainsi partagé beaucoup plus de microbes. Les couples mariés et leurs jeunes enfants ont aussi partagé la plupart de leur communauté microbienne.

Dans un ménage, les mains sont les plus susceptibles d’avoir des microbes similaires, tandis que le nez a montré une variation plus liée à la personne.

La présence d’animaux a ainsi changé la constitution, a dit Gilbert, ils ont trouvé plus de bactéries du sol et d’altération dans les maisons avec des chiens ou des chats vivants en intérieur-extérieur.