Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Microbiologie'

Pas de catégorie

Le risque de contamination par Campylobacter de viande de poulet peut dépendre de la souche en cause

20
sept
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments, Volaille.

campylobacter_jejuniComprendre comment différentes souches de Campylobacter jejuni colonisent les volailles est important pour développer des stratégies afin de réduire ou éliminer le portage de C. jejuni. Chaloner et al. ont démontré que deux souches de C. jejuni ont des écologies d’infection très différentes au sein des poulets de chair. C. jejuni 13126 a été retrouvé le long du tractus gastro-intestinal, tandis que C. jejuni M1 a été largement circonscrit au caecum et au côlon. En outre, C. jejuni 13126 était aussi plus invasif et capable de se propager vers le foie du poulet. Cela a des conséquences sur la maîtrise pour l’industrie de la volaille et les auteurs suggèrent que le risque de contamination des tissus comestibles peut dépendre de la souche en cause.

Référence. Gemma Chaloner, Paul Wigley, Suzanne Humphrey, Kirsty Kemmett, Lizeth Lacharme-Lora, Tom Humphrey and Nicola Williams. Dynamics of Dual Infection with Campylobacter jejuni Strains in Chickens Reveals Distinct Strain-to-Strain Variation in Infection Ecology. Appl. Environ. Microbiol. October 2014 vol. 80 no. 20 6366-6372.

Une étude met en évidence la germination des spores de Clostridium botulinum

19
sept
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments.

botspores« Une étude met en évidence la germination des spores de Clostridium botulinum », source Food Safety Watch du 19 septembre 2014.

Une étude récemment publiée par des scientifiques de l’Institute of Food Research (IFR) du Royaume-Uni a identifié une partie du mécanisme par lequel les endospores résistantes au pathogène alimentaire dangereux Clostridium botulinum (la cause du botulisme) sont capables de germer.

Il est connu que la germination des spores est déclenchée lorsque certaines petites molécules (germinants) sont reconnues par des récepteurs spécifiques de la germination situés dans la membrane interne de la spore. Les chercheurs de l’IFR ont pu identifier deux récepteurs de germination actifs dans les spores de Clostridium botulinum, qui répondent aux acides aminés germinants et agissent en synergie, mais sont incapables de fonctionner seul. D’autres récepteurs de germination forment un complexe, qui semble jouer un rôle dans le contrôle de la vitesse de germination.

Les auteurs de l’étude disent que la compréhension du mécanisme de germination des spores de Clostridium botulinum est essentielle si de nouvelles mesures de maîtrise doivent être mises au point pour prévenir la germination et la production conséquente de toxines par des cellules végétatives dans les aliments. Ils suggèrent qu’il pourrait être possible d’empêcher complètement la germination des spores, ou de forcer toutes les spores à germer en une seule fois de sorte que les cellules végétatives moins résistantes pourraient être facilement inactivées.

L’étude est publiée en intégralité dans la revue en accès libre PLoS Pathogens.

Dernières minutes du procès des trois co-accusés de la Peanut Corporation of America et le verdict du jury fédéral les a reconnus coupables !

19
sept
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Microbiologie, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

peanut-232x300Deux articles pour ce qui est, me semble-t-il, la fin provisoire du procès retentissant dans l’affaire de la Peanut Corporation of America (PCA) et trois co-accusés.

1. « Le jury dans l’affaire PCA continue ses délibérations aujourd’hui », il s’agit d’un article de Dan Flynn du 19 septembre 2014 dans Food Safety News.

Le jury d’Albany en Géorgie a terminé sa première journée complète de délibérations jeudi sans parvenir à un verdict dans le procès des trois anciens cadres dirigeants de la Peanut Corporation of America (PCA) qui font face à un total de 111 chefs d’inculpation fédéraux.

Le jury va retourner aujourd’hui pour poursuivre son travail afin de décider si l’ancien propriétaire de la PCA, Stewart Parnell, son frère, courtier en arachide, Michael et Mary Wilkerson, ancienne responsable qualité de la PCA dans son usine qui est désormais fermée à Blakely en Géorgie, se sont rendus coupables ou non des accusations liées à une éclosion à Salmonella qui a commencé il y a près de six ans.

À 13h44, vendredi dernier, le jury s’est chois un président. Après avoir terminé cette mission, les membres du jury ont été informés qu’ils auraient à suspendre les délibérations du 15 à 17 septembre en raison d’un conflit sur le calendrier entre la cour et le procureur, alors qu’ils auraient pu travailler ce week-end, ils ont choisi de faire une pause de cinq jours.

Ils sont ensuite retournés jeudi, pour délibérer pendant toute la journée, et sont rentrés chez eux sans parvenir à un verdict. Les jurés seront de retour ce matin, en travaillant à partir d’un document de verdict de 71 pages.

Les plaidoiries de la défense sont intervenues vendredi dernier avec l’avocat de Stewart Parnell, Thomas J. Bondurant Jr., pendant une heure, et l’avocat de Michael Parnell, Ed Tolley, et l’avocat de Wilkerson, Thomas Ledford, chaque prise e parole a pris environ une demi-heure.

La veille, Alan Dasher, assistant du procureur pour le district de la Géorgie, est intervenu de 11h à 16h, avec des moments de pause, pour les plaidoiries du gouvernement.

En plus de la forme de verdict, le jury travaille avec les pièces conviction et une copie réduite de l’acte d’accusation contre le trio.

Les avocats ont été appelés en cour jeudi à 9 heures, mais plus tard, ils ont été autorisés à retourner dans leurs chambres d’hôtel après avoir laisser leurs numéros de portables lorsque le jury aura délibéré.

?????????????????????????????????????????????????????????????Dernière minute. Sous le titre évocateur « Jury Verdicts: Guilty, Guilty, and Guilty in PCA Criminal », lors du procès des trois co-accusés de la Peanut Corporation of America, un jury fédéral les a reconnu coupables.

2. Un jury pesant les accusations criminelles jeudi contre le propriétaire de l’usine d’arachide de Géorgie critiqué pour une éclosion à l’échelle nationale de salmonellose il y a cinq ans va décider de son cas sans entendre un fait, neuf personnes sont décédées après avoir consommé du beurre d’arachide contaminé de la société.

L’ancien propriétaire de la Peanut Corporation of America, Stewart Parnell, et les deux co-accusés sont en procès depuis le 1er août et le jury a commencé ses délibérations vendredi dernier. Parnell et son frère, courtier en aliments, Michael Parnell, sont accusés d’avoir délibérément expédié du beurre d’arachide contaminé à des clients et d’avoir truqué des analyses de laboratoire destinés à rechercher la présence de Salmonella.

Le procureur Patrick Hearn, dans sa plaidoirie vendredi, a dit que Parnell et ses co-accusés ont été assez gourmands « pour avoir oublier la prudence en matière de sécurité des aliments au vent ». Mais il s’arrêta de décrire toutes les conséquences de l’éclosion.

« Ils ont donné des salmonelles aux consommateurs qui les ont mangé », a déclaré Hearn. « Cela doit plus jamais se reproduire. »

Pourquoi ne pas parler au jury des décès ?  Les frères Parnell ne sont pas accusés d’avoir tué ou rendu malade personne.

Au lieu de cela, le procureur a décidé qu’il pouvait constituer un dossier solide en les accusant de fraude vis-à-vis de leurs clients, des fabricants de produits alimentaires, dont Kellogg, de leur avoir vendu des produits contaminés, a déclaré le procureur Michael Moore du district de Géorgie.

« Nous voulions nous assurer que nous avions rendu le jury attentif à la conduite qui a conduit à la maladie de ces personnes, mais il faut laisser le cas des victimes en dehors de cette affaire » avec le témoignage sur les décès individuels, a dit Moore. Source Doug Powell du barfblog.

Recruter des bactéries pour qu’elles deviennent des partenaires en innovation technologique

18
sept
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Microbiologie, Santé.

BIND-Media-FCSEM-1a-350x350« Recruter des bactéries pour qu’elles deviennent des partenaires en innovation technologique », source wyss.harvard.edu.

Pour la plupart des personnes, les biofilms évoquent des images de pierres glissantes dans un cours d’eau et des égouts sales voir très sales. Bien qu’il existe de nombreux biofilms qui soient « mauvais », ils provoquent cette fichue plaque dentaire et une foule d’autres problèmes de santé plus graves. Une équipe du Wyss Institute for Biologically Inspired Engineering de l’université d’Harvard voit les biofilms comme une nouvelle plate-forme robuste pour concevoir des nanomatériaux qui pourrait nettoyer les rivières polluées, fabriquer des produits pharmaceutiques et de nouveaux textiles, et plus encore.

En bref, ils veulent donner aux biofilms un lifting, et pour cela, ils ont mis au point un nouveau système d’ingénierie des protéines appelé intitulé BIND pour le réaliser. Utilisez BIND, qui signifie Biofilm-Integrated Nanofiber Display, l’équipe a dit que les biofilms pourraient être les fonderies viavantes de demain pour la production à grande échelle de biomatériaux qui peuvent être programmés pour fournir des fonctions qui n’existaient pas avec des matériaux existants. Ils en ont rapporté la preuve de concept dans Nature Communications.

Quoi de neuf dans votre intestin ? Certaines bactéries comme Campylobacter peuvent influencer la sensibilité aux infections

17
sept
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Curiosité, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Volaille.

campylobacter_jejuniDans un article récent il avait été évoqué que des bactéries résistantes aux antibiotiques peuvent être présentes chez des employés travaillant dans des élevages industriels de porcs.

Dans la continuité voici dans « Quoi de neuf dans votre intestin ? Certaines bactéries peuvent influencer la sensibilité aux infections », source ASM News.

La composition spécifique des espèces bactériennes de l’intestin d’une personne peut protéger contre Campylobacter ou augmenter la sensibilité à Campylobacter, la cause la plus fréquente d’inflammation intestinale d’origine bactérienne chez l’homme, selon une étude publiée cette semaine dans mBio®, le journal en ligne et en accès libre, de l’American Society for Microbiology. L’étude a également constaté que l’infection à Campylobacter peut produire des changements durables dans la composition de la flore intestinale.

« Il est connu depuis longtemps que le microbiote, ou les micro-organismes de l’intestin, peuvent protéger une personne de la colonisation par des organismes qui causent des maladies du tractus intestinal. Cependant, on sait très peu sur comment le microbiote de l’intestin humain influence la sensibilité de ces organismes, et de Campylobacter en particulier », a déclaré l’auteur principal de l’étude Hilpi Rautelin, professeure de bactériologie clinique à l’université d’Uppsala et à l’hôpital universitaire d’Uppsala en Suède. « Nous avons voulu voir si la composition du microbiote intestinal humain jouait un rôle dans la sensibilité d’une infection à Campylobacter. »

la-presence-des-bacteries-campylobacter-et-salmonella-a-ete-recherchee-sur-les-carcasses-de-poulets-dans-plus-de-561-abattoirs-europeens-courant-2008.-p.-le-douarinRautelin et ses collègues ont suivi 24 employés de trois abattoirs de volailles en Suède. En 2010, ils ont prélevé des échantillons de matières fécales des travailleurs une fois par mois de juin à septembre, au cours de la période de pointe d’été de la contamination positive des élevages de poulets par Campylobacter, et de nouveau durant le mois de février suivant. Les échantillons fécaux ont été cultivés pour la recherche de Campylobacter et analysés par séquençage pour toutes les bactéries. Bien que tous les participants aient été contrôlés négatifs pour Campylobacter au début de l’étude, sept participants ont eu une culture positive pour l’organisme au cours de l’étude. Seul un des participants Campylobacter positif a développé des symptômes de la maladie.

Ceux qui sont devenus Campylobacter positifs avaient une abondance significativement plus élevée de Bacteroides et Escherichia, organismes que ceux qui avaient une culture négative, ce qui suggère que ces espèces bactériennes jouent probablement un rôle important dans la résistance à la colonisation. Ce groupe a également eu une abondance significativement plus élevée de Phascolarctobacterium et Streptococcus, que ceux du groupe Campylobacter négatif, qui avait une surreprésentation des Clostridiales, des espèces  non classées Lachnospiraceae et Anaerovorax.

« Les proportions élevées d’espèces Bacteroides et Escherichia dans le microbiote intestinal peuvent prédisposer l’homme à une infection à Campylobacter », a déclaré Rautelin. « Il a été démontré que ces espèces particulières ont un rôle important dans la sensibilité de la flore intestinale aux pathogènes et à Campylobacter en particulier dans des études sur un modèle chez la souris. »

En suivant la composition du microbiote fécal des individus au fil du temps, les chercheurs ont observé que les individus Campylobacter négatif avaient de petites différences, mais ceux qui ont été testés positifs pour Campylobacter ont montré des changements significatifs dans l’échantillon fécal de février. Les chercheurs ne savent pas encore les implications de ces changements, a dit Rautelin.

La composition du microbiote seul ou associé avec le statut immunitaire d’un individu joue également un rôle important dans l’éradication de Campylobacter par l’intestin et cela reste à étudier, a-t-elle dit.

L’étude a été soutenue par le Swedish Research Council, le Swedish Research Council FORMAS et la Söderbergs Foundation. L’article peut être consulté en ligne à http://bit.ly/asmtip0914e.