Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Microbiologie'

Pas de catégorie

Une étude récente de la formation de biofilm chez les archées a révélé une forme fascinante de la motilité sociale

22
oct
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Microbiologie.

« Une étude récente de la formation de biofilm chez les archées (ou Archaea) a révélé une forme fascinante de la motilité sociale ». Source Biomedcentral.com.

Une étude de la formation de biofilm dans le modèle d’archées halophiles, Haloferax volcanii, a conduit à l’observation d’un exemple fascinant de la motilité sociale coordonnée (et de la différenciation cellulaire et du transfert de gènes). Haloferax volcanii a été isolé à partir de sédiments de la mer Morte en 1975, mais a été récemment retrouvé capable d’un comportement collectif d’essaimage comme dans un milieu liquide. Cette activité macroscopiquement visible, au cours de laquelle des filaments cellulaires en réseau se forment en continu à un rythme rapide, a été découvert en utilisant la photographie accélérée ou time-lapse après rupture des biofilms établis. Comme les structures cellulaires étendues et rétractées, la formation de rides ou de vagues a également été observée, une réminiscence de l’activité observée auparavant uniquement sur des essaims bactériens tels que ceux de Myxococcus xanthus. Chez M. xanthus, l’ondulation a été associée à une alimentation collective, décrite comme un style de prédation en « meute de loups ». Le rôle fonctionnel ou écologique de la motilité sociale chez H. volcanii n’est pas encore clair. Jetez un œil aux vidéos complémentaires en fin d’article et demandez-vous pourquoi ces milliers de cellules peuvent coordonner leurs actions dans une manière si remarquable !

NB : L’article est disponible gratuitement et en intégralité.

Les antibiotiques peuvent aider à la propagation de Salmonella chez des animaux infectés, selon des scientifiques

22
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

Salmonella-bacteria« Les antibiotiques peuvent aider à la propagation de Salmonella chez des animaux infectés, selon des scientifiques. » Source med.stanford.edu.

Certaines personnes infectées par des pathogènes propagent leurs germes à d’autres tout en restant eux-mêmes sans symptômes. Désormais, des chercheurs de l’école de médecine de l’université Stanford croient qu’ils peuvent savoir pourquoi.

Lorsque des scientifiques ont donné des antibiotiques par voie orale à des souris infectées par Salmonella typhimurium, une bactérie qui cause une intoxication alimentaire, une petite minorité, appelée « super-propagateurs » qui ont excrété un grand nombre de salmonelles dans leurs excréments pendant des semaines, sont restées saines ; elles n’ont pas été affectées par la maladie ou par l’antibiotique. Les autres souris sont devenues plus malades au lieu de s’améliorer et, curieusement, elles ont commencé l’excrétion comme des super-propagateurs. Les résultats mettent en évidence une raison de la capacité des super-propagateurs à rester asymptomatique. Cela pose aussi des questions inquiétantes sur l’utilisation très répandue de doses sous-thérapeutiques d’antibiotiques dans les élevages.

L’étude a été publiée dans les Proceedings of the National Academy of Sciences.

Il est suggéré qu’une minorité d’hôtes infectés pourrait être responsable de la majorité des cas de transmission des pathogènes. Étonnamment peu de choses sont connues sur ce qui distingue les hôtes super-propagateurs du reste de la population infectée. En utilisant un modèle d’infection à Salmonella chez la souris, nous montrons que les taux de Salmonella sont équivalents parmi les hôtes super-propagateurs après un traitement antibiotique et les hôtes non super-propagateurs ; cependant, les hôtes super-propagateurs sont les seuls capables de tolérer un traitement antibiotique, contrairement aux hôtes non super-propagateurs. Nous constatons que les super-propagateurs ont une réponse hyper-inflammatoire à un traitement antibiotique, ce qui entraîne une augmentation des cellules myéloïdes inflammatoires qui contribue à la morbidité observée. Les super-propagateurs ne présentent ni une fréquence accrue de cellules myéloïdes inflammatoires, ni une morbidité après un traitement antibiotique. Nos données décrivent les mécanismes de tolérance propres à aux hôtes super-propagateurs qui permettent la transmission soutenue des pathogènes.

Smita Gopinath, Joshua S. Lichtman, Donna M. Bouley, Joshua E. Elias, and Denise M. Monack. Role of disease-associated tolerance in infectious superspreaders. PNAS 2014 ; published ahead of print October 20, 2014, doi:10.1073/pnas.1409968111.

Un article de l’AFP traite aussi du sujet, « Les antibiotiques doperaient la propagation de la salmonelle chez certains animaux (étude) ».

Halloween et les microbes

21
oct
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Microbiologie.

Streptococcus agalactiae (streptocoque du groupe B) étalé sur des boîtes d’un milieu chromogène de type Granada. Habituellement ce milieu est utilisé pour sélectionner les streptocoques du groupe B chez les femmes enceintes. Les streptocoques vont croître sous forme de colonies oranges brillantes tandis que toute autre croissance sera incolore. Parfait pour s’amuser un peu lors de la fête d’Halloween … Source Microbe World de l’ASM.

halloween

Arcobacter butzleri présent dans du fromage de brebis ricotta au stade de la distribution et sources de contamination dans une laiterie industrielle

20
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments.

Résumé.

Cette étude visait à évaluer la contamination par Arcobacter sp. de ricotta, un fromage industriel de brebis acheté au détail et établir si l’environnement d’une laiterie peut représenter une source de contamination. Un total de 32 fromages de brebis ricotta (1,5 kg/ emballage) conditionnés sous atmosphère modifiée a été acheté en distribution, et 30 prélèvements ont été recueillis lors de deux séries de prélèvements réalisés dans la fromagerie à partir de surfaces en contact et de surfaces non en contact avec les aliments. Sept des 32 prélèvements (21,9%) de fromage ricotta recueillis au stade de la distribution ont été testés positifs pour Arcobacter butzleri après examen en culture ; tous les prélèvements positifs ont été recueillis au cours de la même série de prélèvements et appartenaient au même lot. Dix prélèvements de surface (33,3%) recueillis dans la laiterie étaient positifs pour A. butzleri. L’analyse typologique a révélé 32 profils par électrophorèse en champ pulsé (PFGE). Le même profil électrophorétique a été isolé à partir de plus d’un prélèvement de fromage ricotta, indiquant une source commune de contamination, tandis que d’autres profils électrophorétiques ont pu être isolés dans des prélèvements individuels, indiquant différentes sources de contamination. Les résultats des prélèvements de l’environnement ont montré que A. butzleri peut être souvent isolé dans l’usine de transformation de produits laitiers investiguée et peut survivre dans le temps, tel que cela a été confirmé par l’isolement du même profil électrophorétique dans différents prélèvements de surface dans l’usine laitière. La contamination du sol peut représenter une source de diffusion de A. butzleri dans différentes zones de la laiterie, comme l’a démontré l’isolement du même profil électrophorétique dans différentes zones de production. L’isolement du même profil électrophorétique à partir de prélèvements de surface dans la laiterie et à partir de fromage ricotta acheté au stade de la distribution a montré que les surfaces de l’usine peuvent représenter une source de contamination par A. butzleri après transformation dans les fromages produits dans les laiteries industrielles.

Christian Scarano, Federica Giacometti, Gerardo Manfreda, Alex Lucchi, Emanuela Pes, Carlo Spanu, Enrico Pietro Luigi De Santis and Andrea Serraino. Arcobacter butzleri in Sheep Ricotta Cheese at Retail and Related Sources of Contamination in an Industrial Dairy Plant. Appl. Environ. Microbiol. November 2014 vol. 80 no. 22 7036-7041.

NB : Une fiche technique sur Arcobacter butzleri est disponible ici. Une thèse en 2007 a été réalisée par Khalil Abdelbaqi, « Le genre Arcobacter : étude taxonomique, diagnostique et pathogénique ».

Des bactériophages exploitent les flagelles de Campylobacter pour la reconnaissance de l’hôte et l’infection

20
oct
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Curiosité, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments.

campylobacter_jejuniLes éditeurs de la revue Applied and Environmental Microbiology signalent ce mois-ci cet article, « Des bactériophages exploitent les flagelles de Campylobacter pour la reconnaissance de l’hôte et l’infection ».

La motilité de Campylobacter jejuni et ses flagelles sont impliqués dans dex nombreux processus biologiques, comprenant la colonisation des poulets et la maladie chez l’homme. Baldvinsson et al. (p. 7096-7106) ont désormais démontré que les flagelles rotatifs sont également nécessaires au bactériophage F341 pour adsorber et infecter C. jejuni. Il a été montré que l’extrémité fibreuse des queues de ces phages flagellotropiques se lient directement aux flagelles de C. jejuni. Les données présentées indiquent que le phage F341 se déplace le long du filament en utilisant le mouvement flagellaire, permettant au phage d’atteindre la base de la bactérie pour l’injection de son génome.