Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Microbiologie'

Pas de catégorie

La puissance de Listeria révélée

19
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Listeria, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

listeriaUne équipe de recherche à l’université du Wyoming a découvert pourquoi l’eau de Javel et d’autres désinfectants sont souvent inefficaces contre Listeria monocytogenes, dans le cas où les bactéries forment un biofilm.

Listeria est une bactérie responsable d’intoxication alimentaire et qui a été aussi responsable de la mort en 2008 de 22 Canadiens qui ont consommé des viandes transformées provenant d’une usine Maple Leaf Foods Inc. à Toronto, Canada.

Cette bactérie a également été responsable d’un certain nombre d’autres foyers de cas d’intoxication alimentaire dans le monde, dont des produits laitiers contaminés.

Mark Gomelsky, professeur au département de biologie moléculaire de l’université du Wyoming, et d’autres chercheurs ont découvert et caractérisé des substances, des exopolysaccharides (EPS), que Listeria sécrète à sa surface cellulaire dans certaines conditions.

Ce revêtement empêche les désinfectants de tuer les bactéries.

Gomelsky est le rédacteur principal d’un article, « Cyclic di-GMP-Dependent Signaling Pathways in the Pathogenic Firmicute Listeria monocytogenes », qui a été publié intégralement et gratuitement dans PLoS Pathogens.

« Vous pouvez facilement tuer des cellules de Listeria avec un désinfectant comme l’eau de Javel, mais vous ne pouvez pas tuer facilement les cellules en groupe », dit Volkan Koseoglu, un étudiant en doctorat.

L’équipe espère que leur découverte conduira éventuellement à améliorer la sécurité des aliments.

NB : Article écrit d’après Agri 007.

Ronde des rappels 2014 : semaine 33

18
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

Commencées avec « La ronde des rappels : semaine 49 » de 2009, les notifications des rappels cités ne prétendent pas à l’exhaustivité dans la mesure il n’est pas possible d’avoir accès à toutes les sources permettant d’identifier le rappel d’un produit. Les pays frontaliers de la France constituent une aide précieuse. Les informations recueillies sont issues du portail RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed ou Réseau d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux).

  • Référence RASFF 2014.1145, Escherichia coli producteurs de shigatoxines (O26:H11 stx+, eae+) dans des fromages au lait cru de chèvre de France ; alerte notifiée par la France. Distribution Belgique, France, Allemagne, Suisse.
  • Référence RASFF 2014.1141, Salmonella spp. dans du chorizo d’Espagne ; alerte notifiée par la France. Distribution France et Luxembourg. Date du prélèvement, 4 août 2014 et date du résultat, 14 août 2014. Retard inacceptable pour une analyse qui prend deux jours …
  • Référence RASFF 2014.1130, Escherichia coli producteurs de shigatoxines (stx1) dans du roquefort fait à partir de lait cru de brebis de France ; alerte notifiée par l’Allemagne. Pas de distribution dans le pays qui a fait la notification, mais diffusion d’un communiqué de rappel.

Pas de tableau cette semaine des pathogènes identifiés dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux pour la semaine 32 de 2014 par les Etats membres. Retour à la normale, dès qu’une connexion fiable sera disponible.

Vacances, qualité des eaux de baignade et microbiologie

18
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Réglementation, Santé, Union Européenne.

La côte basque est agréable pour y passer des vacances et c’est mon cas actuellement. De nouveaux panonceaux ont vu le jour sur l’allée bordant les plages de Saint-Jean de Luz, signe qu’un nouveau président de l’Agglomération Sud Pays Basque a été élu, et qu’il entend communiquer sur le sujet. Bel effort de transparence à signaler …

On nous explique « Ici, l’Océan se porte bien. Classées depuis 4 ans « Bonnes » ou Excellentes, nos eaux de baignade nous encouragent à poursuivre notre engagement pour protéger notre environnement dans le respect de la dernière directive européenne « baignade.

Cela étant sur une autre face du panonceau, il est noté que pour l’ARS (agence régionale de santé), les eaux de baignade de cette plage sont de ‘bonne qualité’, « selon un classement établi à partir des résultats bactériologiques réglementaires effectués par l’ARS sur les saisons 2010, 2011, 2012 et 2013 pour cette plage selon la Directive 2006/7/CE»

phot_aa1Bonne qualité, mais pas excellente … et pourtant selon le panonceau, l’agglomération nous dit qu’elle investit « depuis 2006 l’équivalent de 26 000 euros par jour pour la rénovation des systèmes d’assainissement et en sur surveillant la qualité de l’au 7 jours sur 7. »

Depuis le 13 mai 2014, l’eau a été le plus souvent de qualité bonne mais deux fois, les 21 et 23 juillet, elle a été  de qualité moyenne, selon le ministère de la santé, qualité eaux de baignade.

C’est considérable, mais quoi faire d’autre face à « une zone sensible aux risques de pollution ponctuelle » ?

L’effort de transparence va jusqu’à lister les différents épisodes de pollution uniquement microbiologique de mi-juin à mi-septembre, soit 11 épisodes représentant avec une fermeture pour un total de 12,5 jours. Voir photo de droite pour les détails.

L’Agglomération nous dit qu’il n’y a eu « aucune de fermeture administrative au cours de ces quatre dernières années », je lui en donne bien volontiers acte, mais l’Agglomération dit qu’elle procède à des fermetures préventives comme cela a été le cas en 2013, alors …

Cet effort de transparence est certes nécessaire mais peu de gens semblaient au courant de cette initiative, c’est bien dommage …

Il est possible de connaître la qualité des eaux de baignade en allant sur ce lien.

Il y a des Bacillus sur Mars (boissons chocolatées)

15
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

5060122030793_1-300x300La Food Standards Agency a été informé par Mars Chocolate Drinksdu rappel de certains de ses boissons lactées. Cela est entrepris en raison d’un taux élevé d’un type de bactérie appelée Bacillus, qui peut causer une intoxication alimentaire. Cela signifie que les produits sont à risque pour la santé des consommateurs.

Les bouteilles de ‘sports-cap’ et de boissons lactées 750ml ‘fridge pack’ avec une  ‘date de péremption’ entre ou comprenant le 19 décembre 2014 et le 11 avril 2015 sont rappelées. Les noms des produits rappelés sont énumérés ci-dessous.

Bouteilles Sports-cap
Mars Milk (350ml, 376 ml)
Starburst Strawberry Drink (350 ml)
Bounty Drink (350ml)
Snickers Shake (350ml, 376 ml)
Skittles Wildberry (376 ml)
Galaxy Smooth Milk (350ml, 376 ml)
Milky Way Milk (350 ml)
Mars Caramel Milk (350ml)
Skittles Fruits (350, 376ml)
Bouteilles 750ml ‘fridge pack’
Mars Milk (750 ml)
Galaxy Smooth Milk (750ml)
Skittles Fruits (750 ml)

Les personnes qui ont acheté un de ces produits ne doivent pas les boire. Ils doivent communiquer avec le service consommateurs de chez Mars.

NB : J’ai emprunté le titre de cet article à Doug Powell du barfblog, « There’s Bacillus on Mars (Chocolate Drinks) ». S’agit-il de Bacillus cereus, nous le saurons sans doute un jour …

Transmission de norovirus entre des mains, des gants, des ustensiles et des aliments réfrigérés lors d’une manipulation simulée des aliments

15
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Lavage des mains, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Virus.

norovirus_406Résumé.

Les norovirus humains (HuNoVs), une des principales causes de gastro-entérites d’origine alimentaire dans le monde entier, sont facilement transférés via des aliments prêts à être consommés, souvent préparés par des manipulateurs d’aliments infectés. Dans cette étude, la transmission de HuNoV et de norovirus murins (MuNoV) de mains contaminées par des virus vers des gants en latex pendant le port de gants, ainsi que des surfaces contaminées de par des virus vers des surfaces de donneurs après une préparation simulée de sandwiches au concombre, a été inspecté. Le transfert de virus a été étudié par écouvillonnage avec des écouvillons en polyester, suivi par une extraction des acides nucléiques des écouvillons par un kit commercial et une méthode par RT-PCR quantitative. Pendant le port de gants, le transfert de MuNoV séchés sur la main a été observé 10 fois sur 12. Les HuNoV, séchés sur des gants en latex, ont été diffusés vers une paire de gants propres 10 fois sur 12, alors que les HuNoV non séchés ont été diffusés 11 fois sur 12. Dans la simulation de la préparation d’un sandwich, les deux virus ont été transférés de façon répétée vers la première surface réceptrice (main gauche, concombre, et couteau) au cours de la préparation. Les deux virus, MuNoV et HuNoV, ont été transférés plus efficacement à partir de gants en latex vers le concombre (1,2% ± 0,6% et 1,5% ± 1,9%) que l’inverse (0,7% ± 0,5% et 0,5% ± 0,4%). Nous avons estimé que le transfert d’au moins un HuNoV infectieux de mains contaminées vers le sandwich préparé était susceptible de se produire si les mains du manipulateur d’aliments contenait 3 log10 ou plus de HuNoVs avant le port de gants. Les gants contaminés par des virus ont transféré HuNoV vers des portions d’aliments plus efficacement qu’un seul concombre contaminé durant la manipulation. Nos résultats indiquent que les composants alimentaires exempts de virus et une bonne hygiène des mains sont nécessaires pour éviter la contamination par HuNoV des aliments prêts à être consommés.

M. Rönnqvist, E. Aho, A. Mikkelä, J. Ranta, P. Tuominen, M. Rättö, and L. Maunula. Norovirus Transmission between Hands, Gloves, Utensils, and Fresh Produce during Simulated Food Handling Appl. Environ. Microbiol. September 2014 80:5403-5410.