Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Nettoyage-Désinfection'

Pas de catégorie

Une curiosité aux Etats-Unis : des fruits frais rappelés en raison d’une contamination par Listeria

21
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Listeria, Machines, Nettoyage-Désinfection, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

« Curiosité : des fruits frais rappelés en raison d’une contamination par Listeria », source Food safety News du 20 juillet 2014.

Une entreprise de  Californie a émis un rappel volontaire à l’échelle nationale de plusieurs variétés conventionnelles et bio de fruits à noyau conditionnées entre le 1er et le 12 juin en raison de la contamination potentielle par Listeria monocytogenes. Aucun cas de maladie n’a été signalé.

?????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????Wawona Packing Co. de Cutler en Californie a publié un rappel volontaire samedi de variétés conventionnelles et bio de pêches et des nectarines jaunes, de pêches et nectarines blanches, de prunes noires et de pluots (hybride prune/abricot).

Les produits rappelés ont été expédiés directement aux distributeurs et aux grossistes qui revendent les produits et ont été expédiés dans des sachets et des boîtes.

Les produits rappelés peuvent être identifiés sur une liste et des photos. Toute personne qui a les produits rappelés en sa possession ne doit pas les consommer et doit les jeter.

Wawona Packing a déjà informé ses clients et a demandé qu’ils enlèvent les produits rappelés du marché. L’entreprise procède volontairement au rappel de ces produits en contact avec la Food and Drug Administration.

Le rappel a été initié sur la base d’analyses internes de l’entreprise. La compagnie a déclaré qu’elle a fermé la ligne de conditionnement impliquée, rénové l’équipement, désinfecté l’installation et entrepris de nouvelles analyses et les nouveaux résultats des analyses quotidiennes se sont révélés négatifs.

Après que le rappel de Wawona ait été publié, Wegmans, une chaîne de supermarchés basée à New York avec des magasins à New York, Pennsylvanie, Maryland, New Jersey et Virginie, a annoncé dimanche qu’il rappelait plusieurs desserts aux fruits vendus à partir du 1er au 20 juin parce qu’ils pouvaient contenir des pêches, des nectarines et des prunes fraîches fournies par la société de conditionnement de fruits de Californie.

Ces desserts comprennent divers gâteaux, tartes, tartelettes et autres pâtisseries et sont étiquetés avec une étiquette imprimée qui permettra d’identifier le produit et le code barres. Une liste complète des produits rappelés est disponible ici.

Les clients qui ont acheté les produits rappelés chez Wegmans entre le 1er juin et le 20 juillet devraient jeter le produit à la maison et aller au centre de services afin d’identifier le produit pour un remboursement complet.

Commentaires : Je crois que c’est une première car je ne pense pas que ces produits frais aient subi un traitement contrairement aux melons cantaloups, à suivre …

Risques associés aux préparations bactériennes et enzymatiques pour le dégraissage et le nettoyage

11
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Hygiène, Nettoyage-Désinfection, Santé, Sécurité.

Risques associés aux préparations bactériennes et enzymatiques pour le dégraissage et le nettoyage. Bégin, Denis; Gérin, Michel; Lavoie, Jacques. Études et recherches / Rapport R-829, Montréal, IRSST, 2014, 103 pages. Projet : La substitution des solvants par les préparations bactériennes et enzymatiques pour le nettoyage et le dégraissage. La publication est téléchargeable en intégralité ici.

instant laundryRésumé.

En remplacement des dégraissants et nettoyants traditionnels, qu’ils soient à base de solvants ou de tensioactifs, on retrouve actuellement sur le marché des préparations à base de bactéries et d’enzymes pour le nettoyage de surfaces en milieux industriel et institutionnel. Des préparations enzymatiques sont également utilisées en milieu de soins pour le nettoyage d’instruments chirurgicaux et diagnostiques. Mises à part les fiches de données de sécurité et les fiches techniques fournies par les fabricants, les hygiénistes et les médecins du travail et de l’environnement, ainsi que les autres spécialistes du domaine de la santé et de la sécurité du travail ne possèdent que des données fragmentaires sur la composition de ces préparations. De plus, ces préparations sont souvent publicisées comme des produits idéaux, verts et atoxiques. La présente monographie vise à présenter de façon synthétique et critique les connaissances sur les aspects de la santé, de la sécurité, de l’environnement et techniques de ces produits biotechnologiques, de manière à guider les intervenants qui sont appelés à les évaluer, à les recommander ou à les utiliser. La méthode retenue consiste principalement en une revue de la littérature scientifique et technique. Cette recherche repose aussi sur la consultation d’intervenants représentant divers secteurs d’activité et sur l’observation de quelques milieux dans lesquels les travailleurs sont exposés à ce genre de préparations.

Les biofontaines utilisent des préparations aqueuses formulées avec des bactéries de risque infectieux faible ou nul (dites de groupe 1). Elles remplacent de plus en plus souvent les fontaines traditionnelles à base de solvants, particulièrement dans le domaine de l’entretien mécanique. L’élimination des solvants y est avantageuse d’un point de vue sécuritaire et sanitaire. À l’exception d’un cas de sensibilisation respiratoire rapporté dans la littérature, aucun effet sur la santé n’a été démontré à la suite de leur utilisation. Par ailleurs, la protection de l’environnement y est renforcée puisque les bactéries transforment en grande partie les salissures organiques (huiles, graisses) en eau et en dioxyde de carbone. Cependant, certaines études montrent la présence, dans des biofontaines en cours d’utilisation, de bactéries présentant un risque infectieux modéré pour les individus (dites de groupe 2). Il est recommandé aux utilisateurs de se protéger la peau (gants, vêtements à manches longues) et les yeux (lunettes de sécurité) ainsi que de se conformer à diverses mesures d’hygiène individuelle. La génération d’aérosols est possible lorsqu’il y a utilisation de soufflettes pour le séchage des pièces nettoyées. En l’absence de données sur ce type d’exposition par inhalation, il est recommandé de rincer les pièces à l’eau avant ce séchage ou sinon de porter un appareil de protection respiratoire (APR) à pièce faciale filtrante (masque jetable) N-95. Ce travail a également permis de documenter l’utilisation de préparations bactériennes appliquées par pulvérisation. Dans ce type de situation, le port d’un APR à pièce faciale filtrante (masque jetable) N-95 serait recommandé, en l’absence de données métrologiques.

Les détergents à base d’enzymes sont largement utilisés dans les milieux de soins pour le nettoyage des instruments chirurgicaux et diagnostiques. La littérature rapporte quelques cas de sensibilisation respiratoire de travailleurs manipulant de tels nettoyants à base de subtilisine, l’enzyme la mieux documentée dans ce contexte et la seule faisant l’objet d’une valeur limite d’exposition au Québec. Il n’y a encore que très peu de données sur les niveaux d’exposition à la subtilisine ni aux autres enzymes dans ces milieux, bien que la présence d’aérosols soit possible, notamment lors de l’utilisation de soufflettes pour le séchage des instruments. En attendant que les niveaux soient mieux documentés, si l’on soupçonne la présence d’aérosols et que l’on ne dispose pas de hotte de laboratoire, notamment lors du lavage manuel des instruments, il semble approprié de recommander le port d’un APR à pièce faciale filtrante (masque jetable) et non d’un simple masque chirurgical. Par ailleurs, pour la protection contre de possibles éclaboussures, l’APR devrait résister aux projections liquides. Le port de gants, blouse à manches longues, protection oculaire, bonnet et couvre-chaussures est aussi recommandé.

Ce travail a permis en outre de documenter certaines autres utilisations de préparations bactériennes ou enzymatiques, particulièrement pour l’entretien ménager institutionnel et dans l’industrie alimentaire. On note une documentation très insuffisante sur la composition de ce type de produits, leurs utilisations, les expositions professionnelles et leurs effets potentiels sur la santé.

En ce qui concerne plus spécifiquement les nettoyants bactériens, il faut noter la possibilité qu’ils soient certifiés sur une base volontaire avec une étiquette écologique selon la norme ÉcoLogo DCC-110, qui assure que certains critères liés à la protection de l’environnement sont respectés, qu’ils ne contiennent pas de microorganismes pathogènes et qu’ils sont techniquement performants. Dans un contexte où l’encadrement réglementaire de l’utilisation de microorganismes en milieu de travail est insuffisant, l’application de cette norme doit être encouragée.

En conclusion, les nettoyants et dégraissants bactériens et enzymatiques occupent une place de plus en plus importante sur le marché. Bien que dans l’ensemble peu d’effets sur la santé en milieu de travail aient été documentés à la suite de leur utilisation, les risques existent et divers moyens de protection individuelle sont recommandés, selon les circonstances. Des études métrologiques devraient être entreprises pour documenter la nature et les niveaux d’exposition aux bactéries et enzymes dans les circonstances les plus susceptibles de générer des aérosols. Vu la nature exploratoire des données de terrain dans cette recherche, il serait important également qu’une cartographie soit établie sur l’utilisation de ces produits dans les milieux de travail québécois.

En matière de rappels de produits, nous sommes entrés dans la quatrième dimension !

2
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Nettoyage-Désinfection, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité.

Un lecteur du blog me disait récemment à propos du rappel de reblochons, j’essayais d’expliquer l’inexplicable. En tentant de comprendre le traitement des alertes, on entre dans « La quatrième dimension » !

Eh bien, il ne croyait pas si bien dire, car effectivement, nous voilà entrés dans la quatrième dimension avec ce dernier communiqué de rappel du 2 juillet 2014 la DGCCRF.

kit_nettoyage_cl680Rien que de très anodin au demeurant …

Avis de rappel d’un kit de nettoyage pour écran et clavier d’ordinateur de la marque 3M
Nom du produit : Kit de nettoyage pour écran et clavier d’ordinateur
Marque : 3 M
Désignation ou modèle :
Screen and Keyboard Cleaner CL680.
Anomalie : Eventuelle contamination bactérienne découverte à la suite de tests sur des échantillons de produit
Mesures prises par le professionnel : Retrait volontaire du produit du marché
Campagne de rappel auprès des consommateurs en vue d’un retour du kit complet (le flacon, la brosse et les peaux de chamois) auprès de 3M pour obtenir le remboursement

Un petit rappel des faits va vous instruire, et comme souvent en pareil cas, un petit retour en arrière est nécessaire …

Tout a commencé le 18 juin 2014 avec un communiqué d’un site officiel suisse sur une « Campagne volontaire de rappel du kit de nettoyage pour écran et clavier d’ordinateur 3M™ Screen and Keyboard Cleaner CL680 ».

Le 23 juin 2014 dans un article du 23 juin 2014, Un rappel dans un pays peut-il en cacher un dans un autre pays ?, je relatais ce communiqué suisse, mais je faisais aussi état de distributeurs sur Internet qui curieusement mettaient en avant pour ce produit, les mentions, Article indisponible », « Actuellement indisponible », « Rupture de stock », « En cours de réapprovisionnement ».

Dernier point, mais oh combien important, comparez les communiqués de 3M France et de 3M Suisse et vous comprendrez. C’est étonnant la différence de traitement de l’information pour le consommateur !

Par exemple, le consommateur français ne saura pas :

Aucun incident, ni aucune réclamation en matière de santé n’ont été signalés à 3M et le risque potentiel pour les personnes en bonne santé est considéré comme étant très faible. Il existe cependant des populations sensibles, telles que les personnes dont le système immunitaire est fragilisé, ou atteintes de troubles pulmonaires structurels. La bactérie découverte, la Burkholderia cepacia, est largement répandue ; on la rencontre couramment dans les environnements tels que les sols, les légumes et les racines de différentes plantes, et certaines surfaces. »

Je crois donc, par cet exemple, confirmer que nos autorités, en matière de rappels de produits, sont définitivement entrées dans la quatrième dimension, CQFD, et que 3M qui nous prend pour des billes ! Surtout ne cherchez pas à comprendre car c’est le propre de la quatrième dimension …

Joints d’étanchéité dans les équipements alimentaires

23
juin
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Hygiène, Nettoyage-Désinfection, Santé, Sécurité des aliments.

o-ringLa revue New Food 3/2014 publie un article sur « EHEDG : Joints d’étanchéité dans les équipements alimentaires ». Extraits.

Cet article vise à donner un aperçu sur les besoins particuliers sur la conception hygiénique des joints d’équipements alimentaires et également les principes pour des solutions actuelles des joints statiques et dynamiques. La prochaine nouvelle ligne directrice de l’EHEDG traitera du sujet des joints et va offrir une grande aide au concepteur et à l’utilisateur qui veut sélectionner une bonne solution d’étanchéité hygiénique.

Comment fonctionne un joint ?

Si vous excluez le sujet de la fuite dynamique ou de la perméation gazeuse à travers les matériaux d’étanchéité, la réponse est simple. Un joint d’étanchéité fonctionne – autrement dit, il scelle – lorsque la pression de contact entre le joint et les surfaces en contact des pièces reliées est plus élevée que la pression du système. Un fabricant de joint prendra ce simple fait en considération en concevant une intervention adéquate entre le joint et la gorge d’installation recommandée. La gorge est définie par la forme ainsi que par les dimensions et les tolérances admissibles. La figure ci-contre illustre le principe de base quand un joint d’étanchéité est installé par compression et les forces de compression du matériau d’étanchéité créent une force normale sur la surface de contact de la garniture d’étanchéité. Toute la pression du système ajoutée augmente la force de contact, parce que les matériaux en caoutchouc agissent comme des fluides à haute viscosité.

Légende de l’image. Principe d’un joint torique appelé aussi O-ring.

NB : L’article ainsi que la revue New food peuvent être obtenus gratuitement en s’enregistrant sur ce lien.

FAQ sur les avantages et les risques des désinfectants utilisés à la maison, selon le BfR

14
juin
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Nettoyage-Désinfection, Santé, Sécurité des aliments.

imagesFAQ sur les avantages et les risques des désinfectants utilisés à la maison. FAQ du BfR de 22 mai 2014.

Pour les ménages, les agents de nettoyage et es détergents pour la lessive disponibles peuvent contenir des ingrédients actifs, des biocides. Les produits sont souvent annoncés pour leurs propriétés antibactériennes, par exemple ils allèguent qu’ils éliminent les micro-organismes dangereux.

L’utilisation de ces désinfectants n’est pas toujours bénéfique pour la santé ou ils n’ont pas démontrés qu’ils sont sans risque. Les risques pour la santé posés par ces produits doivent être pris en compte. En outre, le risque d’apparition de résistance des micro- aux substances actives des biocides fait actuellement l’objet de débats.

L’avis du l’Institut fédéral pour l’évaluation des risques (BfR) est que les désinfectants doivent être utilisés uniquement à la maison dans des cas exceptionnels justifiés. Pour se protéger contre l’infection, il suffit en règle générale à observer les règles d’hygiène de base à la maison et à utiliser des produits de nettoyage et les détergents pour la lessive sans ingrédients actifs biocides. Des exceptions justifiées sont médicalement indiquées dans des situations où les désinfectants sont utilisés en fonction de conseils donnés par les professionnels médicaux.

Questions

  • Que sont les produits antimicrobiens ?
  • Que sont les désinfectants ?
  • Comment fonctionnent les désinfectants ?
  • Les désinfectants sont-ils nécessaires pour prévenir des maladies infectieuses ?
  • Existe-t-il des cas où il est logique d’utiliser des désinfectants ?
  • Quels sont les risques de santé qui peuvent survenir par l’utilisation de désinfectants à la maison ?
  • Les désinfectants contribuent-ils à au développement de la résistance chez les pathogènes ?
  • Les désinfectants doivent-ils être approuvés avant de pouvoir être légalement vendus ?
  • Quelles sont les recommandations que le BfR propose sur l’utilisation des désinfectants à la maison ?

NB : Traduction par mes soins.