Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Nettoyage-Désinfection'

Pas de catégorie

D’après une étude sur la glucoprotamine, des virus séchés sur des surfaces ne sont pas très sensibles à ce désinfectant

31
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Nettoyage-Désinfection, Santé, Virus.

5102b420403e0.preview-620Résumé.

Toucher des objets et des surfaces contaminés est une méthode bien connue de transmission des virus. Une fois fixés sur les mains, les virus peuvent facilement s’adsorber et initier une infection. Ainsi, la désinfection des surfaces fréquemment touchées est d’une importance majeure pour empêcher la propagation des virus. Ici, nous avons étudié l’activité antivirale d’un désinfectant contenant de la glucoprotamine contre le virus de la grippe A et un modèle viral, le virus de la vaccine (VACV ou vaccin contre la variole) séchés sur des surfaces inertes. L’efficacité de surface du désinfectant sur des coupons en acier inoxydable, chlorure de polyvinyle et en verre a été étudiée dans un essai quantitatif de porte germes. Les virus séchés sont exposés à 0,25%, 0,5%, 1% de désinfectant pendant 5, 15 et 30 minutes sans agitation, et l’infectiosité résiduelle a été déterminée par titrage. Bien que glucoprotamine ait été très active contre les deux virus en suspension, une activité antivirale limitée contre les virus séchés aux surfaces a été détectée. Même après 30 min d’exposition à 1% de désinfectant, le VACV n’était pas complètement inactivé. En outre, l’inactivation du virus de la grippe A a été fortement influencée par la composition de la surface pendant des traitements de 5 et 15 minutes, avec 0,25% et 0,5% de désinfectant. Les résultats présentés dans cette étude soulignent la pertinence des tests pratiques pour évaluer l’activité antivirale des désinfectants de surface. L’activité virucide élevée en solution n’est pas nécessairement représentative de l’activité antivirale élevée contre les virus séchés sur des surfaces. En outre, nous tenons à souligner que la simple exposition des surfaces aux désinfectants pourrait ne pas être suffisante pour l’inactivation des virus et une action mécanique doit être appliquée pour permettre aux virus attachés d’être en contact avec des composés virucides.

Benjamin Zeitler and Ingrid Rapp. Surface-Dried Viruses Can Resist Glucoprotamin-Based Disinfection. Appl. Environ. Microbiol. December 2014 vol. 80 no. 23 7169-7175.

NB : Peut-être qu’il faudra revoir la liste positive des désinfectants de juin 2009 de la société française d’hygiène hospitalière.

Un nouveau système de désinfection mis au point par l’armée américaine pour lutter contre le virus d’Ebola

30
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Nettoyage-Désinfection, Santé, Sécurité des aliments, Virus.

twitterheaderL’Institute of Food Technologists (IFT) rapporte qu’un de ses membres invente un système de désinfection pour lutter contre le virus Ebola.

Des chercheurs de l’US Army Natick Soldier Research, Development and Engineering Center ont inventé un système de désinfection de la prochaine génération qui tue le virus Ebola sur des surfaces. Les scientifiques ont développé et breveté un nouveau système chimique, qui est utilisé pour stériliser le matériel médical et les items électroniques utilisés dans le traitement des patients sur la ligne de front de la guerre contre le virus Ebola en Afrique de l’Ouest. L’invention de Natick est une méthode portable, sans alimentation » afin de produire du dioxyde de chlore, connu sous le nom de ClO2, un gaz, l’un des meilleurs biocides disponibles pour la lutte contre les contaminants, qui vont des microbes bénins et aux pathogènes alimentaires à la catégorie A des agents du bioterrorisme.

Christopher Doona, l’inventeur principal de cette méthode portable sur le terrain pour générer du ClO2, est chimiste au Natick, avec une grande expérience dans le ClO2. Doona a dit qu’une particularité importante du ClO2 est sa polyvalence comme un désinfectant approprié utilisé dans toute l’industrie, allant des textiles, la médecine, le traitement des eaux usées et la santé publique, la sécurité des aliments, l’hygiène personnelle et domestique. Le ClO2 peut être activé en petites ou grandes quantités et à différents niveaux assez puissants pour stériliser des instruments médicaux à des niveaux assez doux pour l’utiliser dans la pâte dentifrice afin de combattre les microbes dans la bouche.

Cette technologie aurait pu finir comme beaucoup de technologies militaires dans un produit pour un combattant. Cependant, l’armée a breveté et transféré la technologie à ClorDiSys Solutions, afin qu’il puisse être commercialisé et largement disponible. Un transfert de technologie comme celui-ci, à partir d’un laboratoire du gouvernement vers une entreprise privée, est surveillé par le Congrès qui veille à ce que les technologies utiles ne se contentent pas de dormir sur une étagère, mais trouvent leur application dans l’industrie américaine.

Faut-il nettoyer du sol au plafond ?

26
oct
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Nettoyage-Désinfection.

ajax-tornade-blancheIl y avait une publicité dans les années 1960, « AJAX liquide ammoniaqué nettoie tout à fond du sol au plafond ». Il faut croire que certains veulent remettre au goût du jour ce slogan, sait-on jamais ?

J’ai donc souri en lisant dans la revue Travail et sécurité (n°754 octobre 2014), le mensuel de la prévention des risques professionnels, un article intitulé, « PROPRETÉ. Un coup de balai du sol au plafond »

Pour prévenir les risques d’apparition de troubles-musculosquelettiques (TMS) et réduire la pénibilité du travail de ses salariés, Pithiviers Nettoyage a mené une réflexion portant sur l’achat de matériel, l’organisation du travail, et les formations.

Je ne doute pas un seul instant que le contenu de l’article relatant la démarche soit un modèle de prévention des TMS et de la réduction de la pénibilité pour les salariés, mais précisément pour faire en sorte que cela marche, encore faut-il ne pas donner « Un coup de balai du sol au plafond », mais plutôt, « Un coup de balai du plafond au sol ». Attention aux titres qui tuent …

Heureusement, l’honneur est sauf, car dans la rubrique « Plus de liens » figure un article de l’INRS fort à propos, « Secteur de la propreté. Faire le ménage dans les pratiques ».

Finalement, les idées des années 1960, on y revient, mais pas pour les mêmes raisons …

Que faire avec le poulet dans la cuisine ? Un manque d’hygiène en cuisine peut vous rendre malade !

17
oct
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Lavage des mains, Nettoyage-Désinfection, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Volaille.

campy_freeAprès la campagne tonique de la Food Standards Agency sur Campylobacter le poulet, reprise par l’EFSA, « Lancement de la campagne anti-Campylobacter au Royaume-Uni », voici que c’est au tour du BfR d’Allemagne de proposer le 10 octobre 2014 un document (26/2014) : « Que faire avec le poulet dans la cuisine ? Un manque d’hygiène en cuisine peut vous rendre malade ».

Un film du BfR propose des recommandations aux consommateurs sur l’hygiène en cuisine.

Un manque d’hygiène lors de la manipulation des aliments est une cause importante d’éclosions de maladies infectieuses d’origine alimentaire. Pour cette raison, l’Institut fédéral pour l’évaluation des risques (BfR) a publié sur internet un film de deux minutes sur le sujet suivant,  « Que faire avec le poulet dans la cuisine ? Les données sur les cas de maladies montrent que nous devons fournir plus d’informations, même aux jeunes personnes sur la façon de manipuler correctement les aliments », a déclaré le président du BfR, le Professeur Andreas Hensel. « Afin d’atteindre ce groupe cible, le BfR a fait un clip vidéo sur le thème important de la contamination croisée, c’est-à-dire le transfert de germes d’aliments, généralement des aliments crus, vers des aliments prêts à être consommés. »

NB : Le film très humoristique est sans paroles, qu’on se dise ! A quand une campagne de l’Anses ?

Réduction du risque d’infection à Salmonella de chiffons de nettoyage de cuisine par l’hypochlorite de sodium

15
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Nettoyage-Désinfection, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments.

torchon_cuisineRésumé.

L’objectif de cette étude était d’évaluer la réduction du risque d’infection due à l’exposition à Salmonella sp. liée aux chiffons de nettoyage de cuisine par l’utilisation d’un nettoyant à base d’eau de Javel (hypochlorite de sodium) en utilisant un modèle d’exposition dynamique à temps continu. La seule voie d’exposition considérée a été la contamination de la main pendant l’utilisation du chiffon. La présence et le nombre de Salmonella ont été étudiés dans 60 foyers domestiques sur une période de 6 semaines au cours de laquelle la moitié des foyers ont désinfecté le chiffon de nettoyage de cuisine avec un nettoyant-désinfectant contenant de l’hypochlorite de sodium. Cette étude a démontré qu’il existe un risque important d’infection à Salmonella à partir des chiffons de nettoyage de cuisine dans les maisons mexicaines et que ce risque peut être réduit de près de 100 fois par trempage des chiffons de nettoyage dans un produit à base d’eau de Javel. Le risque d’infection et de maladie pourraient probablement être encore réduits par l’élaboration d’une procédure plus efficace pour réduire Salmonella dans les chiffons de nettoyage traités deux fois par jour avec un désinfectant comme l’hypochlorite de sodium (soit un temps de trempage plus long) ou en utilisant une plus grande concentration de désinfectant.

Importance et impact de l’étude.

L’hygiène est une stratégie clé pour réduire le risque potentiel de micro-organismes pathogènes dans les foyers domestiques. Il y a un manque de compréhension des risques pour la santé humaine associés à l’utilisation de chiffons de nettoyage de cuisine contaminés. L’étude a utilisé une évaluation quantitative du risque microbien pour estimer le risque associé à l’utilisation de chiffons de nettoyage de cuisine en utilisant des produits désinfectants. Les résultats ont montré que l’utilisation de protocoles peut réduire le risque d’infections à Salmonella dans les cuisines des foyers domestiques.

Chaidez, C., Soto-Beltran, M., Gerba, C.P. and Tamimi, A.H. (2014), Reduction of risk of Salmonella infection from kitchen cleaning clothes by use of sodium hypochlorite disinfectant cleaner. Letters in Applied Microbiology, 59: 487–492. doi: 10.1111/lam.12321