Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Nettoyage-Désinfection'

Aucune catégorie

Transparence des inspections à New York avec en guest star, Justin Timberlake

11
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Nettoyage-Désinfection, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments.

justin.timberlake-300x169

Ce n’est pas que pipole, mais ça y ressemble, jugez plutôt …

Le restaurant de New York de Justin Timberlake a été accusé de non-conformités liées au nettoyage-désinfection au cours d’une récente inspection sanitaire, comprenant aussi une citation pour la présence de souris. Source Doug Powell du barfblog.

Des agents du département de la santé et de l’hygiène mentale de la ville de New York sont venus au restaurant de Timberlake, le Southern Hospitality, pour une inspection de routine le 14 juillet, et selon les dossiers du département, l’établissement a eu quatre non-conformités.

Dans les documents obtenus par GossipCop.com, deux de ces violations étaient critiques, la première étant des « preuves de la présence de souris ou des souris vivantes présentes dans la zone alimentaire et/ou non-alimentaire », ajoutant que le lieu a « des conditions propices pour attirer les nuisibles dans les locaux et/ou permettant aux nuisibles d’exister. » L’autre citation suggère qu’une zone de la cuisine qui vient en contact avec les aliments « n’a été pas correctement lavée, rincée et désinfectée après chaque utilisation, et après toute activité, lorsque la contamination a pu se produire. » La note finale pour le Southern Hospitality est toujours en suspens, (c’est-à-dire « grade pending* » -aa), mais le restaurant reste ouvert.

* « Grade pending » signifie qu‘après deux inspections où un restaurant a reçu la note B ou C, il peut opter pour mettre une affichette d’information sur sa porte ou sa vitrine ‘grade pending’ dans l’attente de son audition devant un tribunal administratif au département de la santé.

NB : En cliquant sur ce lien, vous pouvez, en mettant le nom du restaurant, avoir accès aux résultats des différentes inspections de ce restaurant.

On appuie sur le distributeur de savon, et oh surprise, ce sont des cafards qui en sortent !

5
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Lavage des mains, Nettoyage-Désinfection, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments.

Sunshine Coast est une destination de vacances s’il en est, mais voici ce qui se passe dans un restaurant de cet endroit en Australie !

« Des cafards à la place de savon dans le distributeurs d’un restaurant australien condamné dans un haut lieu touristique », source Doug Powell du barfblog du 5 août 2015.

Un établissement de la Sunshine Coast, qui sert des produits de la mer, des grillades, des salades et des plats asiatiques, a été cité comme l’un des pires cas de mauvaise hygiène des aliments.

9-2903973-scn050815dirty11_t460Le propriétaire du Centrepoint Buffet, Jin Xi Jerry Li a reçu une amende de 17 000 dollars (11 500 euros) par Caloundra Magistrates Court hier après avoir plaidé coupable des neuf chefs d’accusation pour des pratiques non hygiéniques et des locaux sales.

Le tribunal a vu la cuisine bien connue grouillant de cafards qui avaient accès aux aliments. L’agencement et le matériel comme les fours ont été souillés par des résidus de nourriture et de déchets, tandis que les sols, les murs et le plafond étaient recouverts d’une saleté « significative ».

Le distributeur de savon, qui est une obligation légale pour une utilisation par le personnel de la cuisine, n’avait pas de savon.

« Mais quand vous appuyez sur le bouton poussoir, des cafards sortaient du distributeur de savon », a dit l’avocat de la ville, Michael Heiner.

L’avocat de la défense, Matthew Tutt, a déclaré que son client n’avait jamais été poursuivi pendant ses 28 ans en restauration.

Des preuves photographiques proposées par le Sunshine Coast Council montrent des plans de travail sales, des matériels crasseux et des insectes.

Sur Tripadvisor, avec 20 avis ‘horrible’ sur 34, on peut lire l’avis de cet internaute qui indique entre autres choses, « Cet endroit doit être fermé ». Comme quoi …

Ce n’est pas l’opération interministérielle vacances, mais ça marche quand même, quant à la transparence, on y voit plus clair …

Efficacité de l’eau de rinçage lors du nettoyage en place de tuyauteries en acier inoxydable

17
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Nettoyage-Désinfection, Santé, Sécurité des aliments.

imgresRésumé.

La 1ère étape de tout nettoyage en place ou NEP (en anglais, Cleaning-In-Place Clean ou CIP) est l’opération de prélavage à l’eau. Le but de cette étape est d’enlever la majeure partie des aliments restant dans les lignes d’équipements de transformation après la fin de la période de production. On sait que l’étape de prélavage peut être un processus utilisant beaucoup d’eau. L’objectif de cette investigation était de mesurer l’influence des paramètres du NEP (caractéristiques du flux, température de l’eau et temps de contact) sur l’efficacité du pré-rinçage à l’eau pour enlever les dépôts de lait des surfaces des tuyaux en acier inoxydable et de comparer l’efficacité du rinçage avec de l’eau de rinçage propre et déjà utilisée. Un NEP pilote a été utilisé pour rincer des sections de 3 diamètres de tuyaux différents en acier inoxydable 304. La vitesse de l’eau de rinçage a varié de 0,72 à 2,26 m/s. Les températures de l’eau de rinçage étaient de 22°C, 45°C et 67°C. Les temps de contact entre l’eau de rinçage et les dépôts ont été de 20 et de 60 secondes. L’efficacité du rinçage a été exprimée comme le ratio de la quantité de résidus de protéines enlevée à la surface du tuyau pendant le rinçage par rapport à la quantité du dépôt initial de protéines. L’efficacité du rinçage a varié de 73,1% à 94,9% pour la gamme de paramètres utilisés pendant le NEP. Une vitesses élevée de l’eau de rinçage fourni un niveau supérieur de l’efficacité du rinçage. L’augmentation de la température de l’eau de rinçage de 23°C à 45°C a amélioré significativement (P <0,05) l’efficacité de rinçage. Cet impact n’a pas été significatif quand la température de l’eau a été augmentée de 45°C à 67°C et avec des vitesses plus élevées de l’eau de rinçage. De même, un temps de contact plus long entraîne moins d’amélioration de l’efficacité à des températures et des vitesses plus élevées par rapport à des températures et des vitesses plus faibles. Il n’y avait pas de différences significatives dans l’efficacité du rinçage lorsque l’on compare le rinçage avec une eau propre (eau du robinet) et une eau réutilisée dans la gamme des vitesses évaluées.

Application pratique. Les étapes de rinçage sont des éléments importants dans l’opération de NEP et ont un impact direct sur les quantités d’eau et d’énergie utilisées pour le traitement de toute l’opération. L’efficacité de l’eau de rinçage peut être améliorée de manière significative par la sélection de combinaisons appropriées de paramètres de fonctionnement. Par exemple, des vitesses plus élevées de l’eau de rinçage (2,26 m/s) fournissent des améliorations significatives sur l’efficacité du rinçage rapport à la pratique commerciale actuelle (1,52 m/s). La sélection minutieuse de la température de l’eau de rinçage et la vitesse peuvent entraîner des réductions globales de l’eau et de l’énergie utilisées pour les opérations de nettoyage. La réutilisation de l’eau pour une 2ème ou 3ème passe offre des possibilités pour la réduction des besoins en eau supplémentaires sans incidence sur l’efficacité.

Référence. Mengyuan Fan, David M. Phinney andDennis R. Heldman. Effectiveness of Rinse Water during In-Place Cleaning of Stainless Steel Pipe Lines. Journal of Food Science Volume 80, Issue 7, pages E1490–E1497, July 2015.

Il était une fois la désinfection des microbes de l’eau par une amibe biocide …

30
juin
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Microbiologie, Nettoyage-Désinfection, Santé.

amlogoUne Internaute lectrice du blog m’a fait passer un article paru le 30 juin dans Ouest-France sur « Désinfecter l’eau à coup de… microbes ».

L’entreprise lyonnaise Amoéba a trouvé un nouveau moyen plus efficace, plus écologique et plus économique de traiter les eaux. À la place de produits chimiques comme le chlore, elle préconise d’utiliser une amibe, un prédateur naturel des bactéries présentes dans l’eau. Amoéba fait son entrée en Bourse cette semaine et commercialisera son innovation début 2016.

Sur le site Internet de cette société on lit :

Le seul biocide de rupture : biologique, efficace contre les microbes, mais non toxique sur les autres organismes et l’environnement

Amoéba fourni à l’industrie la technologie la plus puissante et la plus révolutionnaire pour éliminer les microorganismes. Nous avons une licence mondiale pour l’unique biocide démontré efficace contre les microbes, tout en n’étant pas toxique pour d’autres organismes et pour l’environnement (démonstration faite par les études officielles). Notre biocide biologique est basé sur un prédateur naturel des organismes pathogènes contenus dans l’eau douce : l’amibe Willaertia magna C2c maky .

Notre biocide biologique, BIOMEBA, se place comme une innovation de rupture. Ses performances dans la prévention du développement de la légionnelle dépassent celles de tous les traitements chimiques existants. Notre produit a subi un processus de validation approfondi, incluant des tests en laboratoire conformes aux directives sur le biofilm du CDC (Center Disease Control ou Centre pour le Contrôle et la prévention des maladies), et des tests sur le terrain, dans des conditions réalistes. De plus, pendant deux ans, il a été testé sur des sites industriels, en collaboration avec les institutions réglementaires françaises, des entreprises de traitement des eaux et des utilisateurs finaux.

Le biocide biologique innovant breveté d’Amoéba est hautement efficace contre les bactéries planctoniques et sessiles, comme Legionella, Pseudomonas, ListeriaAeromonas hydrophilaKlebsiella pneumoniaeE. coliStaphylococcus aureus, etc.

NB : Pour une utilisation dans les tours aéro-réfrigérantes, pourquoi pas. Le beau et séduisant discours mériterait d’être accompagné de quelques article scientifiques dans des revues à comité de lecture notamment en ce qui concerne le processus de validation dit approfondi …

Nouvelles stratégies avancées pour combattre les biofilms

5
juin
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Nettoyage-Désinfection, Santé, Sécurité des aliments.

biofilmRésumé.

Les biofilms sont des agrégats microbiens inclus dans une matrice qui adhèrent à une surface biologique ou non biologique. La formation du biofilm est un problème important en médecine, dans l’industrie alimentaire et marine et peut conduire à des problèmes économiques et sanitaires considérables. Les communautés microbiennes complexes des biofilms sont très résistantes aux antibiotiques et aux désinfectants et confèrent alors une survie persistante qui est un défi à surmonter. Il y a plusieurs approches classiques de lutte contre les biofilms, enlèvement physique et/ou mécanique, enlèvement par des produits chimiques et l’utilisation d’antimicrobiens et de désinfectants pour tuer les organismes au sein du biofilm. Cependant, les biofilms sont très résistants à ces approches, par opposition aux cellules planctoniques. Ainsi, de nouvelles approches autres que les méthodes conventionnelles sont nécessaires. Dans cette revue, nous discutons des nouvelles stratégies anti-biofilm qui sont supérieures aux méthodes classiques en termes de lutte contre le problème des biofilms pour l’amélioration des soins en santé, l’amélioration de la sécurité des aliments et des procédés industriels.

Référence. M. Sadekuzzaman, S. Yang, M.F.R. Mizan, S.D. Ha. Current and Recent Advanced Strategies for Combating Biofilms. Comprehensive Reviews in Food Science and Food Safety Volume 14, Issue 4, pages 491–509, July 2015. Ce lien donne accès à ‘article en intégralité mais pour combien de temps ?

NB : La photo proposée issue de l’article illustre une représentation hypothétique du modèle de développement d’un biofilm.