Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Non classé'

Pas de catégorie

L’AFBV dénonce les multiples contradictions de la nouvelle loi interdisant les mais « OGM »

16
avr
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Non classé, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

ogm-maisL’AFBV dénonce, dans un communiqué du 15 avril 2014, les multiples contradictions de la nouvelle loi interdisant les mais « OGM » ?

L’Association Française des Biotechnologies Végétales (AFBV) dénonce la nouvelle loi interdisant la culture des maïs génétiquement modifiés (GM) sur notre territoire qui est en contradiction avec les analyses scientifiques, le droit communautaire, les impératifs d’une agriculture plus écologique et les intérêts des consommateurs.

Cette loi n’est, en effet, pas justifiée sur le plan scientifique : elle ne repose sur aucune justification scientifique nouvelle comme l’a démontré l’analyse de plusieurs scientifiques.

Cette loi n’est pas non plus légitime sur le plan juridique : elle est contraire au droit européen.

Cette loi va aussi à l’encontre de la nécessité de développer une agriculture plus respectueuse de l’environnement 

Cette loi va à l’encontre des intérêts des consommateurs 

Cette loi va donc complètement à l’encontre des objectifs de la Loi d’avenir sur l’agriculture qui met l’agro-écologie au cœur de la démarche des agriculteurs.

Alors que le Premier Ministre s’est prononcé à plusieurs reprises en faveur du développement de la recherche sur les biotechnologies végétales et « contre les fatwas anti-OGM », cette nouvelle loi d’interdiction des maïs GM doit-elle être considérée comme une première concession du nouveau Gouvernement au Parti des Verts ?

Selon le site de l’Assemblée Nationale, « Mardi 15 avril dans la soirée, l'Assemblée a adopté la proposition de loi de Bruno Le Roux relative à l'interdiction de la mise en culture du maïs génétiquement modifié. » Voir le dossier de cette loi relative à l'interdiction de la mise en culture du maïs génétiquement modifié MON810. A vous de voir si cette loi est-elle oui ou non une « fatwa » ? (pensez à rayer la mention inutile).

Irlande et la sécurité des aliments : C’est évitable, mais il y a encore des fermetures d’établissements alimentaires

4
avr
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Hygiène, Non classé, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Comme je l’indiquais le 18 mars 2014, l’Irlande est, semble-t-il, repartie en 2014 sur les mêmes bases qu’en 2013 au niveau de la fermeture d’entreprises alimentaires en raison de problèmes d’hygiène et de sécurité des aliments, voir Augmentation de 12,5% des plaintes liées aux aliments en Irlande, La sécurité des aliments en Irlande va mal : 30% d’augmentation de mesures prises à l’encontre d’entreprises et L’Irlande est-il le pays de la sécurité des aliments ?

fsai-logoCe rituel s’accompagne en mars de 8 huit fermetures d’établissements alimentaires contre 14 en février

Qu’a dit le directeur général de la Food Safety Authority of Ireland, en commentant ces mauvais résultats, un peu comme chez nous le ‘ministre du travail’ à propos du chômage,

« Le professeur Alan Reilly, a déclaré qu'il n'y a absolument aucune excuse pour les entreprises alimentaires de mettre la santé des consommateurs en danger par des pratiques négligentes. Il a dit : « Alors que la plupart des entreprises du secteur alimentaire respectent les règles élevées et sont conformes à la législation de la sécurité des aliments, nous continuons à rencontrer des cas où la santé des consommateurs est compromise par un défaut de se conformer aux exigences de sécurité et d'hygiène des aliments. Ces infractions sont évitables. »

« Nous exhortons les entreprises alimentaires de s'assurer qu'elles disposent d'un système de management de la sécurité des aliments en place et qu'il est consulté de façon  régulière et à jour, et le cas échéant, de s'assurer que des non-conformités et les violations à la législation sur la sécurité des alimentaire ne produisent pas. »

NB : Cela étant, en France, on n'a pas de données précises ou pas de données à jour sur les fermetures …

Exploiter les bactériophages pour la santé humaine

27
mar
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Non classé, Santé, Sécurité des aliments.

13443945543_9c980c3e04_mExploiter les bactériophages pour la santé humaine, par AJ Cann, MicrobiologyBytes.

Chaque fois que j'écris sur la thérapie avec des phages – qui consiste à utiliser des bactériophages pour traiter des infections – les lecteurs sont très enthousiastes sur l'injection de phages chez des patients comme un remède miracle. Regardons cela et ce qui n'a pas fonctionné pendant les 100 dernières années n'est pas susceptible soudainement de commencer à fonctionner maintenant. Ce bref examen mérite d'être lu, car il faut une approche beaucoup plus réfléchie et plus globale de l'idée d’une thérapie par des phages que la simple idée selon laquelle « les phages sont un étonnant remède ».

Exploiting gut bacteriophages for human health. Trends Microbiol. 20 Mar 2014 pii: S0966-842X (14)00045-6.
L'intestin humain contient environ 1015 bactériophages (le ‘phageome’), probablement la plus forte concentration d'entités biologiques sur la terre. La mise en valeur et l'exploitation de ces ‘agents potentiels du changement’ est une perspective attrayante. Pendant de nombreuses années, les phages ont été utilisés pour traiter des infections bactériennes chez l’homme et, plus récemment, ils ont été approuvés pour réduire les pathogènes dans la chaîne alimentaire. Les phages ont également été étudiés comme vecteurs de médicaments ou de vaccins pour aider à traiter et à prévenir des maladies comme le cancer et les maladies neurodégénératives chroniques. Les phageomes individuels varient selon l'âge et la santé, offrant ainsi un biomarqueur utile de la santé humaine ainsi que suggérant des interventions potentielles ciblées sur le microbiote intestinal.

La FDA va exiger des chaînes de supermarchés d’afficher les avis de rappel des produits alimentaires dans des endroits bien en vue, mais pourquoi n’est-ce pas le cas en France ?

27
mar
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Non classé, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

La Food & Drug Administration est à la recherche d'information afin de l’aider à exiger des chaînes de supermarchés d'afficher les avis de rappel des produits alimentaires dans des endroits bien en vue. Source The Producer News.

La FDA a publié le 25 mars 2014 des questions aux parties prenantes et aux consommateurs, car elle a écrit une règle concernant une exigence peu connue de la Loi sur la modernisation de la sécurité alimentaire ou Food Safety Modernization Act (FSMA).

RFRLa FDA peut exiger d'une partie responsable de soumettre des informations « favorables aux consommateur » sur un aliment qui est rappelé dans le cadre du Registre des aliments à signaler (Reportable Food Registry). À son tour, la FDA doit créer une page de ces rappels et de l’afficher sur son site Internet pour sensibiliser les consommateurs qu'un produit alimentaire ou un aliment qui, s'il est consommé, pourrait causer des blessures graves ou la mort.

Les supermarchés ayant 15 ou plus emplacements physiques qui ont vendu des aliments rappelés doivent afficher la page de la FDA dans les 24 heures dans un endroit bien en vue et pendant 14 jours. Alors que les fruits et légumes frais, les compléments alimentaires et les préparations pour nourrissons sont exemptés de l'obligation.

La FDA demande également un commentaire si l'agence doit informer les consommateurs avec ses communiqués sur Internet alors qu'ils ne comprennent pas tous les aliments.

« Il peut y avoir des impacts potentiels sur la santé publique si des notifications aux consommateurs pour des aliments ne comprennent pas les informations sur les compléments alimentaires, les préparations pour nourrissons et les fruits et légumes qui sont des matières premières agricoles, en particulier si le public croit que ces notifications de consommation sont destinés à englober tous les produits alimentaires réglementés par la FDA », a indiqué l'agence dans son projet de règle.

Le Food Marketing Institute, qui représente les supermarchés, a dit qu'il préfère la souplesse dans l'application de cette exigence du FSMA sur l’information des rappels et que la FDA devrait prendre en compte les différentes méthodes de notifications afin de ne pas limiter l'innovation.

Pas de gants, pas d’amour, un spécial Californie, partie 2

24
mar
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Hygiène, Lavage des mains, Non classé, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Pas de gants, pas d'amour (No Glove, no love) : une édition spéciale de la Californie, partie 2. Source Ben Chapman du barfblog du 24 mars 2014Cet article fait suite à « Pas de gants, pas d'amour : la nouvelle règle sur le port des gants se met en place en Californie ».

D’après Fenit Nirappil de l’Associated Press, il y a une polarisation sur la règle « pas de mains nues au contact des aliments » en Californie et l’article signale que, si McDonalds et d'autres chaînes de restaurants ont choisi d’adopter cette règle, d'autres expriment leur opposition. Les arguments sont bien établis des deux côtés de la règle dite du port de gants avec des thèmes habituels tournant autour des problèmes d'application, de réduction de la qualité de la production alimentaire ; ami du blog, Don Schaffner souligne leur mauvaise utilisation.

549810Manger nécessite beaucoup de confiance. Que les aliments soient transformés par une société étrangère, qu’il aient été cultivés par une ferme locale ou fait dans un café de quartier, je fais confiance à quelqu'un pour prendre de bonnes décisions en matière de sécurité des aliments. Bien que le programme de sécurité des aliments d'une entreprise pourrait être mis en place par un chef cuisinier ou un microbiologiste, les gens opérationnels sont les vrais décideurs, qu'ils choisissent d’aller travailler tout en étant malade ou de suivre un comportement adapté sur le lavage des mains.

La règle « pas de contact avec des mains nues » peut modifier la production alimentaire, mais si elle est utilisée de façon sûre, un ustensile, une barrière de papier et des gants deviennent un obstacle supplémentaire entre des mains et des aliments sales. La loi n'est pas une garantie de la sécurité des aliments, la responsabilité de la sécurité des aliments incombe à l'industrie.

Nirappil cite un restaurateur de Sacramento, Randall Selland, qui dit que la loi est une atteinte inutile aux établissements réputés, « Si des gens tombent malades dans mon restaurant, ils vont arrêter de venir. Vous devez faire confiance aux restaurants. »

Je ne suis pas fan de la confiance aveugle. Je veux acheter des aliments, et les consommer dans des lieux qui ont un système préventif de sécurité des aliments fondés sur les risques basé sur le comportement. Je ne veux pas d’aliments de quelque lieu que ce soit qui repose sur le constat, je ne suis pas mis en cause dans des maladies, c'est un moyen de vérification que le système fonctionne.

Selon Nirappil, Ravin Patel, directeur général d’Ella, a dit qu'il n'avait pas remarqué une grande différence dans les procédures en cuisine après avoir quitté New York en 2009 pour la Californie qui a interdit le contact à mains nues depuis 1992. Mais cela ne signifie pas que le personnel de cuisine dans les restaurants de New-York ont toujours des gants. « Cela devient tout simplement une pratique courante de ne pas toucher les aliments », a dit Patel, ajoutant que les restaurateurs de New-York ont trouvé des moyens de contourner l'exigence. « Quand l'inspecteur de la santé vient, vous tapez dans la boite de gants. »

De même, de nombreux barmen de New York travaillent encore à mains nues, mettant votre rondelle de citron dans votre gin tonic, mais en ayant une paire de pinces à portée de main en cas de visites d’inspecteurs, a dit Aaron Smith, directeur général de la Guilde des barmans américains. Smith est également le directeur d’un bar sur 15 Romolo à San Francisco. Il a dit que les employés respectueux de la loi n’ont pas un travail facile concernant certaines étapes de la mixologie (art des coktails), comme le mélange de menthe et d’herbes pour des boissons chères de son bar. « Ils essaient d'obtenir un cocktail expressif avec une saveur et odeur particulière, et vous mélangez cela avec l'odeur du latex poudré en utilisant des gants, a déclaré Smith.

Même des gants peuvent propager de la contamination s’ils ne sont pas changés régulièrement, a déclaré Don Schaffner, un scientifique alimentaire à la Rutgers University.

« Le tableau d'ensemble est de savoir si les entreprises savent quels sont les facteurs de risque et la façon de les maîtriser », a déclaré Ben Chapman, professeur adjoint à l'Université d'Etat de Caroline du Nord, qui a étudié l’hygiène en restauration. « Avoir une politique ne signifie pas qu'elle fonctionne réellement … Prouvez à un client que votre personnel se lave les mains régulièrement et de la bonne façon. »