Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Salmonella'

Pas de catégorie

La consommation de chocolat cru est-elle un problème de sécurité des aliments ?

17
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, HACCP, Hygiène, Microbiologie, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments.

Feves-de-cacaoConfectionarynews.com du 16 juillet 2014 se posait la question suivante : L’augmentation de la consommation de chocolat cru est-elle un problème de sécurité des aliments ?

La tendance à la hausse pour la consommation de chocolat cru peut présenter un danger pour la santé des consommateurs si des mesures adéquates pour éliminer Salmonella ne sont pas prises, selon l’US National Confectioners Association (NCA).

Dans un livre blanc de 2011, Raw Chocolate: Risks and Recommendations, la NCA indiquait :

Les fèves de cacao sont une denrée alimentaire crue qui peut potentiellement contaminée par Salmonella en raison des conditions dans lesquelles les fèves sont récoltées et séchées. Une étape de destruction validée est nécessaire pour traiter les fèves de cacao afin d’éliminer le danger potentiel de sécurité des aliments lié à la présence de Salmonella. La NCA est inquiète du fait que des produits de chocolat finis vendus comme crus peuvent présenter un danger pour la santé des consommateurs, si une étape validée n’est pas réalisée pour détruire Salmonella.

Bien qu’il n’y ait pas de définition légale ou de norme industrielle pour le « cru », les fabricants de chocolat cru rapportent souvent que leurs produits ne sont pas exposés à une température qui ne dépasse pas 42°C. En raison des restrictions de chaleur, ces produits de chocolat contiennent généralement des édulcorants autres que le sucre raffiné, comme le sirop d’agave.

Comme on pourra le voir sur ce blog, un article de 2014 propose « Chocolat: ça vous dit un plan cru ? »

« A la différence du chocolat traditionnel, le chocolat cru, parce que non chauffé, conserve les substances actives de la fève de cacao. « Si antioxydants, vitamines et minéraux sont ainsi préservés, le chocolat non torréfié a des saveurs plus brutes, un goût plus proche des végétaux », explique Laurence Alemanno, agrégée de Sciences Naturelles dont la première vie en tant que chercheuse (au CIRAD notamment) est intimement liée au cacaoyer. »

C’est sans commentaires …

Rappel de persil plat et de duo persil et ciboulette pour cause de présence de salmonelles

13
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments.

Un communiqué de Florette non daté rapporte que « Florette du a décidé de procéder par mesure de précaution à un rappel de sachets de persil plat et duo persil-ciboulette suite à la détection par un contrôle interne de présence de salmonelle. » Ce rappel concerne les produits comportant les informations suivantes :

Persil platDésignation produit : Persil plat

Grammage : Sachet 11 g
Marque : Florette
EMB 06064A
Date Limite de Consommation : 17 juillet 2014
Numéro de lot : 11854HHMM
Date Limite de Consommation: 19 juillet 2014
Numéro de lot : 11864HHMM
Date Limite de Consommation: 20 juillet 2014
Numéro de lot : 11884HHMM
Date Limite de Consommation: 21 juillet 2014 et 22 juillet 2014
Numéro de lot : 11884HHMM ; 11894HHMM
Duo Persil et cibouletteDésignation produit : Duo Persil et ciboulette
Grammage : Sachet 11 g
Marque : Florette
EMB 06064A
Date Limite de Consommation: 17 juillet 2014
Numéro de lot : 11844HHMM
Date Limite de Consommation: 19 juillet 2014
Numéro de lot : 11864HHMM
Date Limite de Consommation: 20 juillet 2014
Numéro de lot : 11884HHMM
Date Limite de Consommation: 21 juillet 2014
Numéro de lot : 11894HHMM

Les toxi-infections alimentaires causées par les salmonelles se traduisent par des troubles gastro-intestinaux accompagnés ou non de fièvre dans les quarante huit heures qui suivent la consommation des produits contaminés.

Florette demande aux personnes détenant encore un ou plusieurs de ces sachets appartenant aux lots décrits de ne pas les consommer et bien vouloir les rapporter au magasin où ils ont été achetés.
Si les produits ont été consommés, les utilisateurs sont invités à consulter un médecin par précaution, même en l’absence de symptômes, notamment pour les personnes fragiles ou les enfants.
En cas de question ou de doute et pour obtenir un remboursement, les consommateurs concernés sont invités à contacter le service consommateurs de Florette au 0 800 945 232.

Selon RTL.fr du 13 juillet 2014, « L’ensemble des produits non vendus a été retiré de la commercialisation, en accord avec la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). »

« Les premières investigations menées n’ont pas permis, à ce stade, d’expliquer cette contamination mais Florette poursuit en ce moment même son enquête interne », souligne la société.
La salmonelle, une bactérie responsable de nombreuses intoxications alimentaires, se transmet principalement à travers les aliments crus ou trop peu cuits. »

Commentaires. On notera la présence du communiqué de rappel sur le site de l’industriel. Pas encore de nouvelles sur le site des rappels produits de la DGCCRF, mais cela ne saurait tarder …

Mise à jour du 15 juillet. Parution d’un communiqué de rappel sur le site de la DGCCRF

Un article paru Nice Matin du 17 juillet informe sur l’origine du persil et le nom du conditionneur …

Ronde des rappels 2014 : semaine 28

12
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Listeria, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

Commencées avec « La ronde des rappels : semaine 49 » de 2009, les notifications des rappels cités ne prétendent pas à l’exhaustivité dans la mesure il n’est pas possible d’avoir accès à toutes les sources permettant d’identifier le rappel d’un produit. Les pays frontaliers de la France constituent une aide précieuse. Les informations recueillies sont issues du portail RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed ou Réseau d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux).

  • Référence RASFF 2014.0932, sibutramine et sildénafil, substances non autorisées, dans des compléments alimentaires des Pays-Bas; alerte notifiée par la France. Pas de distribution en france.
  • Référence RASFF 2014.0943, Listeria monocytogenes (< 10 ufc/g) dans du saumon fumé à froid de Pologne ; alerte notifiée par la France. Pas distribution en France.
  • Référence RASFF 2014.0938, intoxication alimentaire suspectée (Salmonella enteritidis) causée par des œufs d’Allemagne ; notification par la France. Distribution en France mais le produit n’est sans doute plus sur le marché.

Le tableau ci-dessous (à la date du 12 juillet 2014) de la liste des pathogènes identifiés dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux pour la semaine 28 de 2014 par les Etats membres.

sem28_path

Rappel de saucisse sèche et de saucisson sec pour cause de la présence de salmonelles

10
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Rappel, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, Viande.

Un communiqué du 10 juillet publié sur le site du ministère de l’agriculture rapporte que La « Maison Clavel » procède au retrait de la vente de saucisse sèche et saucisson sec.

dsc-8517-saucisse-seche-pur-porcLa « Maison Clavel » procède au retrait de la vente de saucisse sèche et saucisson sec suite à la mise en évidence de la présence de salmonelles.
Il s’agit des produits portant les caractéristiques suivantes :
  • Nature du produit : Saucisse sèche et Saucisson sec
  • Marque : Maison Clavel et Terre de lozère
  • Agrément : FR 48 034 002 CE
  • DLUO (Date limite d’utilisation optimale) au 08/08/2014 et 15/08/2014
  • Code fabrication (ou numéro de lot) : 10/06/2014 et 17/06/2014
  • L’ensemble des lots est retiré de la commercialisation.
Certains de ces produits ont cependant été commercialisés exclusivement dans le département de la Lozère avant la mesure de retrait. Des affichettes sont apposées dans les lieux de vente concernés afin d’informer les consommateurs.
image-de-saucisson-pur-porcIl est donc recommandé aux personnes qui détiendraient des produits appartenant aux lots décrits ci-dessus de ne pas les consommer et de les détruire, ou de se les faire rembourser en les ramenant chez le fournisseur.

Pour l’instant, aucun communiqué de la part des distributeurs …, ce qui explique sans doute la publication du communiqué sur le site du ministère de l’agriculture, rubrique, Actu alertes.

Etats-Unis : Rappel de poulets de chez Foster Farms, pourquoi maintenant ?, un point de vue

9
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Volaille.

« Rappel de poulets de chez Foster Farms, pourquoi maintenant ?, un point de vue ». Il s’agit d’un article de Richard Lawley paru le 8 juillet, sur son blog Food Safety Watch.

Il me semble avoir déjà écrit sur l’éclosion à Salmonella Heidelberg associée aux poulets crus de chez Foster Farms, il y a un an ou plus. C’est probablement parce que cela fait longtemps que cette affaire est sur le devant de l’actualité, avec au 2 juillet 2014, 621 personnes malades. L’origine probable de l’éclosion  a été identifiée il y a un an, mais malgré une large publicité sur la propagation et les avertissements du Food Safety and Inspection Service (FSIS) de l’USDA, Foster Farms a décidé de ne pas publier de rappel volontaire et a continué à produire et à commercialiser des produits crus de poulet comme d’habitude. Mais, il y a eu un changement d’avis, et le 3 juillet la société a publié un rappel d’une quantité indéterminée (plus de 435,6 tonnes) de poulets crus réfrigérés et congelés en raison de la contamination possible par « une souche particulière » de Salmonella Heidelberg.

Foster-Farms-Chicken-BreastQu’est-ce qui a changé ? Au début, il semble que Foster Farms n’était pas convaincu de publier un avis de rappel parce que la preuve liant leurs produits à l’éclosion était circonstancielle plutôt que directe. Toute décision de rappel est soumise à la discrétion de l’entreprise et, sans preuve évidente que l’entreprise soit coupable, Foster Farms n’a pas agi, comme elle en avait le droit de le faire. Mais maintenant, les circonstances ont changé. Le FSIS a identifié l’une des souches épidémiques de S. Heidelberg dans un emballage intact de poulet portant la marque Foster Farms collecté dans la maison d’une personne infectée par la même souche en Californie. C’est donc une preuve tangible que vous n’obtenez pas toujours quand il s’agit de mettre le doigt sur la source d’une éclosion. Cela n’a laissé pas d’autre choix à l’entreprise que de rappeler les poulets de la même date de production que le prélèvement contaminé.

Foster Farms a eu une publicité négative l’an dernier, qui a du avoir un impact sur ses ventes, et qui a été largement critiqué pour ne pas avoir rappelé ses produits plus tôt. Il me semble que les dommages liés à la réputation de l’entreprise auraient pu être facilement minimisés, et peut-être même évités, par une approche différente. En acceptant une part de responsabilité plus tôt et ne pas attendre la preuve absolue, Foster Farms aurait certes pris un coup sur le court terme, mais aurait récupéré assez rapidement. L’ironie est que l’entreprise semble avoir pris des mesures pour réduire le taux de contamination de ses usines de Californie et elle a ainsi annoncé qu’elle a développé des moyens pour faire chuter l’incidence de Salmonella dans les produits de son usine de Washington à 2%. Cela brosse un tableau très favorable d’une entreprise à la pointe de l’amélioration de la sécurité des aliments plutôt qu’une entreprise pas disposée à accepter sa part de responsabilité.

Avec le bénéfice du doute, cette affaire pourrait être considérée comme une erreur de jugement en termes de communication, pas aidée par l’annonce d’un rappel juste avant un jour férié (4 juillet 214 aux Etats-Unis –aa), mais il y a un message plus large pour toutes les entreprises alimentaires. C’est rarement une bonne idée que de continuer à penser « business as usual », si la sécurité sanitaire d’un produit est en question, même si ce n’est que par voie de conséquence. Répondre ouvertement et démontrer une volonté de faire ce qui est nécessaire pour mettre les choses en ordre est beaucoup plus susceptible de porter ses fruits sur le long terme.

ooOOoo

Aux lecteurs de ce blog. Un incident technique a touché le blog hébergé par la revue PROCESS dimanche après-midi jusqu’à lundi fin de matinée. Une nouvelle attaque des serveurs chez l’hébergeur du blog a eu lieu ce mardi et tout est rentré dans l’ordre dans l’après-midi. Toutes mes excuses pour cette panne autant inopinée qu’inexpliquée.