Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Salmonella'

Aucune catégorie

De la fourche à la fourchette, un exemple de contamination par Salmonella en Allemagne qui a touché 267 personnes en 2013

4
avr
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Viande.

Résumé.

146-original_defaultUne des plus grandes et des plus longues éclosions à Salmonella en Allemagne au cours de ces 10 dernières années a eu lieu dans le centre de l’Allemagne en 2013. Pour identifier le véhicule de l’infection, nous avons analysé les données de surveillance, mené une étude cas-témoins et de traçabilité des aliments. Nous avons identifié 267 cas d’infection par Salmonella Infantis avec l’apparition de symptômes entre le 16 avril et le 26 octobre 2013 dans quatre lands fédéraux voisins. Les résultats de notre étude indiquent que les cas étaient plus susceptibles d’avoir consommé du porc haché cru provenant de boucheries locales [odds ratio (OR) 2,5, intervalle de confiance à 95% (IC) 1,1-5,8] et ont pris un médicament réduisant ou neutralisant l’acidité gastrique (OR 3,8, IC 95% 1,3-13) que des témoins. L’éclosion a été tracée jusqu’à des produits contaminés de porc crus retrouvés dans différentes boucheries et fournis par un abattoir, les porcs à une ferme et un producteur d’aliments pour animaux. La caractérisation des isolats d’origine humaine, environnementale, alimentaire, animale et provenant d’aliments pour animaux par lysotypie et électrophorèse en champ pulsé a confirmé la chaîne d’infection. Des règles d’hygiène insuffisantes dans l’abattoir étaient la cause la plus probable de la transmission qui a eu lieu. Nous recommandons que les personnes qui prennent des suppresseurs d’acidité gastrique devraient éviter de consommer des produits à base de porc cru. Améliorer et conserver des règles d’hygiène adéquates et des contrôles du processus lors de l’abattage sont importants afin de prévenir des éclosions futures.

Référence. S. Schroeder, M. Harries, R. Prager, A. Höfig, B. Ahrens, L. Hoffmann, W. Rabsch, E. Mertens and D. Rimek. A prolonged outbreak of Salmonella Infantis associated with pork products in central Germany, April–October 2013. Epidemiology and Infection / Volume 144 / Issue 07 / May 2016, pp 1429-1439.

Ronde des rappels, semaine 13 de 2016

1
avr
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Listeria, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

RASFF-LogoCommencées avec la « Ronde des rappels : semaine 49 » de 2009, les notifications des produits cités ne prétendent pas à l’exhaustivité dans la mesure il n’est pas possible d’avoir accès à toutes les sources permettant d’identifier le retrait/rappel d’un produit. Les informations recueillies ci-après concernent les denrées alimentaires ou les aliments pour animaux de France ou distribués en France. Elles sont issues du portail RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed ou Réseau d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux). Pour des raisons inconnues, la plupart des informations diffusées ne sont pas relayées par les autorités françaises auprès des consommateurs …

  • Référence RASFF 2016.0385, Listeria monocytogenes (18000 ufc/g) des fromages à pâte molle bio d’Allemagne. Alerte notifiée par l’Allemagne. Distribution Autriche, Belgique, Danemark, France, Allemagne, Luxembourg, Pays-Bas. Rappel en Allemagne le 29 mars 2016.
  • Référence RASFF 2016.0384, Salmonella enteritidis (présence dans 25g) dans de la poudre de lait entier d’Espagne via la France. Alerte notifiée par les Pays-Bas. Information sur la distribution pas encore disponible.
  • Référence RASFF 2016.0383, infestation parasitaire par Anisakis dans des filets de bar de France. Notification de suivi par la France. Distribution France, Belgique, Pays-Bas.
  • Référence RASFF 2016.0379, Listeria monocytogenes (<10 ufc/g) dans des filets de harengs salés à l’ail réfrigérés de Pologne. Alerte notifiée par la France. Pas de distribution dans le pays à l’origine de la notification.
  • Référence RASFF 2016.0378, production de biscuits, snacks and articles de confiserie impropres à la consommation du Royaume-Uni. Alerte notifiée par le Royaume-Uni. Distribution France, Irlande, Chine. Rappels en Irlande et au Royaume-Uni.

Food Safety Roundup ou Liste bibliographique en sécurité des aliments, 27

31
mar
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

Message de CIDRAP, Center for Infectious Disease Research & Policy de l’Université du Minnesota, du 30 mars 2016, relatif aux nouveaux documents ci-dessous sur les maladies infectieuses d’origine alimentaire qui ont été ajoutés au site depuis les dernières semaines.

Foodborne Disease

E. coli

Campylobacter

Listeria

Norovirus

Salmonella

Danemark : Le plus petit nombre de cas de salmonellose en 30 ans, mais Campylobacter reste élevé

24
mar
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Volaille.

« Danemark : Le plus petit nombre de cas de salmonellose en 30 ans, mais Campylobacter reste élevé », source Statens Serum Institut.

Campy_diarrheeUn total de 925 patients ont été rapportés être contaminés par Salmonella en 2015. Pour la première fois en 30 ans, ce nombre est inférieur à celui de 1000. La tendance positive observée ces dernières années, avec une baisse du nombre de personnes touchées continue donc. Plus de la moitié des patients ont été infectés à l’étranger.

Salmonella Enteritidis, qui était auparavant le type de salmonellose le plus fréquent, est désormais rare au Danemark. Auparavant, ce type a été retrouvé dans des œufs et des poulets danois, mais il a été presque éradiqué de la production alimentaire danoise. Néanmoins, l’autre type de Salmonella commune, Salmonella Typhimurium et son variant monophasique sont encore fréquemment vus dans les produits alimentaires danois. Exceptionnellement, nous avons seulement enregistré quelques foyers de salmonellose en 2014 et presque aucun en 2015.

Contrairement à ce qui a précédé, de nombreux Danois sont encore victimes d’infections à Campylobacter. L’an dernier, plus de 4300 cas ont été enregistrés, ce qui constitue une augmentation par rapport aux années précédentes. L’augmentation devrait, cependant, être vu sur la base du fait que de nouvelles méthodes de détection de Campylobacter ont été introduites et que l’information peut maintenant être obtenue automatiquement des laboratoires, ce qui a contribué à l’enregistrement de plus de patients. Mais la pression réelle de l’infection est probablement en grande partie inchangée.

Depuis un certain nombre d’années, Campylobacter a provoqué des infections intestinales plus que toutes les autres bactéries – une situation que l’on voit aussi dans les autres pays européens. Au Danemark, on estime qu’on a environ 4 fois plus de chances de tomber malade à cause de Campylobacter que de Salmonella. Environ un tiers de ces patients sont infectés à l’étranger. Il est pas encore pleinement établi combien de sources d’infection il y a, ou comment pouvons nous mettre un terme aux infections à Campylobacter. Plusieurs projets de recherche visant à améliorer notre compréhension de cette question sont actuellement en cours au Danemark. Cependant, il existe un consensus selon lequel la principale source d’infection est la viande de poulet, et observer des précautions classiques d’hygiène en cuisine a un effet considérable dans les cuisines individuelles. En particulier, la prudence est justifiée lors de la manipulation de la viande crue de poulet, quelques gouttes de jus de viande crue qui  tombent accidentellement dans une salade verte, par exemple, peuvent être suffisantes pour provoquer une infection à Campylobacter.

Un précédent article de 2014 paru le blog disait déjà la même chose …

Evaluation quantitative des risques microbiologiques liés à Salmonella chez le porc dans l’Union européenne

24
mar
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

pig_kissParution d’un numéro spécial de Risk Analysis (March 2016, Volume 36, Issue 3, Pages 431-638) sur « Quantitative Microbiological Risk Assessment and Source Attribution for Salmonella: Taking It Further » ou Evaluation quantitative des risques microbiologiques et origine de Salmonella : Pour aller plus loin.

Parmi les articles publiés, voici celui sur « Une évaluation quantitative des risques microbiologiques liés à Salmonella chez le porc dans l’Union européenne ».

Résumé.

Une évaluation (ou appréciation) quantitative des risques microbiologiques (EQRM) de l’élevage à la consommation pour Salmonella chez le porc dans l’Union européenne a été développée pour l’EFSA. L’objectif principal de l’EQRM était d’évaluer l’impact des réductions hypothétiques de la prévalence lors de l’abattage de porcs et l’impact des mesures de maîtrise sur le risque d’infection par Salmonella chez l’homme. Une considération clé lors du développement de l’EQRM était la caractérisation de la variabilité entre les États membres de l’UE, et donc un modèle générique des Etats membre a été développé qui tient compte des différences dans la production porcine, les pratiques d’abattage, et les habitudes de consommation. Pour démontrer la paramétrisation du modèle, quatre études de cas chez les Etats membre ont été sélectionnées qui illustrent la variabilité de la production de viande de porc et des produits à travers les États membre. Pour l’étude de cas des Etats membre, la probabilité moyenne de la maladie a été estimée entre 1 sur 100 000 et 1 sur 10 millions de portions données pour la consommation de l’un des trois types de produits considérés (découpes de porc, viande hachée et charcuterie de porc prête à être consommée). D’autres analyses de l’EQRM de l’élevage à la consommation suggèrent que la grande majorité des risques humains provient de porcs infectés avec une forte concentration de Salmonella dans leurs fèces (≥ 104 UFC/g). Par conséquent, il est conclu que les interventions devraient être axées soit sur la diminution du taux de Salmonella dans les fèces des porcs infectés, l’introduction d’une étape de maîtrise à l’abattoir afin de réduire le transfert de matières fécales vers l’extérieur du porc, ou une étape de maîtrise afin de réduire le taux de Salmonella lors la période post-éviscération de la carcasse.

Référence. Snary, E. L., Swart, A. N., Simons, R. R. L., Domingues, A. R. C., Vigre, H., Evers, E. G., Hald, T. and Hill, A. A. A quantitative microbiological risk assessment for Salmonella in pigs for the European Union. Risk Analysis, 36: 437-449.