Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Santé'

Pas de catégorie

L’EFSA actualise les conseils concernant les préparations pour nourrissons et les préparations de suite

28
juil
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Lait, Nutrition, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

150_infantL’article, Avis de l’EFSA sur les laits de croissance : ça décoiffe ! avait pour objectif de présenter l’avis de l’EFSA du 25 octobre 2013, « Le lait « de croissance »: l’EFSA déclare qu’il n’apporte pas de valeur supplémentaire à une alimentation équilibrée ».

Voici maintenant que l’EFSA présente le 24 juillet 2014 un communiqué, « L’EFSA actualise les conseils concernant les préparations pour nourrissons et les préparations de suite ».

L’EFSA a émis des recommandations sur les niveaux d’apport énergétiques, de macronutriments et de micronutriments dans les préparations pour nourrissons et les préparations de suite. Les recommandations sont incluses dans un avis scientifique ayant trait à la composition essentielle des préparations pour nourrissons et des préparations de suite, qui examine les conseils donnés par le Comité scientifique de l’alimentation humaine en 2003 et tient compte des éléments de preuve plus récents. Il découle d’un avis de l’EFSA qui a été publié en 2013 au sujet des besoins nutritionnels et les apports alimentaires des nourrissons et des enfants en bas âge dans l’Union européenne.

L’avis intégral de l’avis de l’EFSA est ici.

Royaume-Uni : Une pluie d’audits de sécurité des aliments s’abattent sur des sites de volailles

28
juil
Aucun commentaire
Classé dans Audit, Campylobacter, Contamination, Curiosité, Hygiène, Nettoyage-Désinfection, Santé, Sécurité des aliments, Volaille.

« Des usines de poulet inspectées par la FSA alors que Tesco révèle un contrôle surprise sur site ». Source The Guardian du 25 juillet 2014.

Des sources révèlent les mesures prises pour nettoyer et désinfecter la production, mais la société refuse les allégations de manquements en matière de sécurité des aliments. Des auditeurs de chez Tesco sont arrivés à l’improviste à l’aube sur le site de Llangefni au Pays de Galles (site de 2 Sisters -aa). Des sources ont indiqué que les auditeurs de chez Tesco avaient trouvé des défaillances lors d’une inspection surprise de l’abattoir au milieu de la nuit. (…)

unannounced-auditsDes auditeurs de Tesco soient arrivés à l’improviste à 4h30 du matin vendredi dernier sur le site de transformation de poulets de Llangefni au Pays de Galles appartenant au groupe 2 Sisters, après que le Guardian ait demandé une réaction du distributeur après une série d’allégations sur des défauts d’hygiène dans deux usines dont celle du Pays de Galles. Le site de Llangefni fournit plusieurs supermarchés et des grandes chaînes de restauration rapide. (…)

Sainsbury’s et Marks and Spencer ont confirmé qu’ils étaient des clients de l’usine galloise et qu’ils avaient effectué des inspections, avec des auditeurs de M&S qui sont arrivés à l’improviste mercredi dernier. L’usine de Scunthorpe a également été auditée par les distributeurs et les inspecteurs du gouvernement sont arrivés vendredi.

Rien que de très classique comme mesures envisagées « lors de réunions de crise jeudi à l’usine galloise, selon des sources qui les ont rapportées au Guardian. La direction a décrit une liste des mesures à prendre pour nettoyer l’usine et changer la façon dont elle fonctionnait. » Cela comprend : « des nettoyages supplémentaires, le ralentissement des lignes de production, s’assurer que des arrêts de production aient lieu plus souvent la nuit, car il n’y a pas suffisamment de temps pour le nettoyage et arrêter l’abattage lorsque des pannes se produisent. »

Un porte-parole de 2 Sisters a dit, « Tous nos clients effectuent des visites régulières annoncées et non annoncées dans le cadre d’opérations d’affaires normales. Aucun risque pour la sécurité des aliments n’a été soulevé à aucun moment.

Tesco a déclaré qu’il enquêtait toujours. « Nous prenons toutes les allégations de cette nature au sérieux et nous menons des visites supplémentaires cheznos fournisseurs de volaille. Si des problèmes sont identifiés qui vont contre nos normes strictes, nous travaillons avec nos fournisseurs pour les résoudre. » M&S et Sainsbury’s ont confirmé qu’ils avaient audité l’usine galloise et qu’ils n’avaient trouvé aucune infraction touchant la sécurité des aliments. M&S a dit qu’il auditerait bientôt de nouveau, et Sainsbury a dit qu’il avait soulevé un certain nombre de points à améliorer.

Un porte-parole du gouvernement a déclaré : « Nous n’acceptons pas que la répartition actuelle des responsabilités entre le Defra (ministre de l’agriculture britannique -aa), le ministère de la santé et la FSA nuise à notre capacité à protéger le public, il est normal que les ministres fixent les règles et c’est aux autres de la faire respecter, et dans ce cas, c’est la FSA. »

Tableau de chasse de l’opération alimentation vacances en Charente Maritime

28
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Hygiène, Nettoyage-Désinfection, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Vacances d'eteSelon un communiqué de la préfecture de la Charente Maritime du 25 juillet 2014, « Le 21 juillet puis le 24 juillet, deux restaurants touristiques ont ainsi fermé leurs portes à la clientèle.

Le premier a volontairement arrêté son activité dès l’inspection, en raison de la gravité des constats faits en présence du restaurateur : de la viande de veau corrompue, de couleur verte, de l’eau de cuisson de pâtes non renouvelée entre deux cuissons. Tous ces produits ont été détruits.

Le second s’est vu remettre hier un arrêté préfectoral de fermeture en procédure d’urgence. La réouverture est conditionnée à : un nettoyage complet, le rétablissement de la chaîne du froid, la mise en place de la traçabilité pour tous les produits, une formation sur site pour tout le personnel de cuisine.

Ces fermetures restent, fort heureusement, exceptionnelles. Mais elles marquent clairement la volonté des pouvoirs publics de faire respecter les règles sanitaires de protection des consommateurs.

Depuis le 1er juin, 167 établissements de restauration et de remise directe (métiers de bouche) ont été contrôlés. 19 mises en demeure ont été faites ainsi que 31 procès verbaux, 3 fermetures et plus de 400 kg de produits alimentaires ont été détruits (chiffres mis à jour du vendredi 18 juillet).

Selon Sud-Ouest, le bilan 2013 dans la Charente Maritime était au même niveau qu’en 2012, sera-t-il bonifié en 2014 ?

Saga horsegate : résultats encourageants de la deuxième série de tests effectués à l’échelle de l’UE

28
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne, Viande.

La Commission publie (24 juillet 2014) les résultats encourageants de la deuxième série de tests effectués à l’échelle de l’UE et destinés à détecter la présence d’ADN de viande de cheval dans des produits à base de viande bovine: les mesures prises pour lutter contre la fraude alimentaire sont efficaces. (…)

horse-meat-09-3Une deuxième série de tests coordonnés au niveau européen visant à détecter la présence d’ADN de viande de cheval dans des produits à base de viande bovine a été lancée en avril de cette année. Il s’agissait d’un suivi de l’exercice effectué en 2013 au moment de la crise de la viande de cheval, lorsque 4,6 % des produits analysés avaient donné des résultats positifs. Cette deuxième série de tests a été demandée et cofinancée par la Commission. Les résultats sont encourageants dans la mesure où ils montrent que la situation s’est améliorée de manière significative, avec seulement 0,61% d’échantillons positifs. (…)

L’objectif du plan de surveillance coordonné était de contrôler les denrées alimentaires commercialisées comme contenant du bœuf en vue de détecter la présence de viande de cheval non étiquetée. Le programme de tests a été cofinancé à 50 % par la Commission européenne.

Dans chaque pays de l’UE, le nombre de contrôles recommandé, effectué sur des échantillons pour prendre la mesure de cet étiquetage erroné a varié entre 10 et 150 en fonction de la taille du pays. Certains pays de l’UE ont effectué davantage de contrôles que le nombre recommandé par la Commission.

Au total, 2 622 contrôles ont été effectués par les autorités compétentes dans les 28 pays de l’UE, en Norvège, en Islande et en Suisse. Parmi ces contrôles, seuls 16 ont révélé des traces d’ADN de viande de cheval, soit 0,61 % des échantillons. Il s’agit d’une amélioration notable par rapport aux résultats obtenus lors de la première série de contrôles coordonnés effectués en 2013, lorsque 4,6 % des échantillons analysés indiquaient des traces de viande de cheval non déclarée.

Les 16 cas ont fait l’objet d’un suivi de la part des autorités compétentes dans les États membres concernés qui ont adopté des mesures d’exécution appropriées (retrait du marché, traçabilité, réétiquetage, contrôles supplémentaires auprès de l’entreprise du secteur alimentaire) et sanctions.

Commentaires : Malheureusement, la Commission n’a pas jugé utile de publier un rapport détaillé sur cette deuxième série de tests. Après la publication des résultats au Royaume-Uni et en Irlande, j’aurais bien aimé que la France en fasse de même, car elle a été le pays le plus concerné par la fraude …

Selon Food Quality News, « La viande de cheval, 7 pays ont encore des analyses positives pour l’ADN de Cheval : Allemagne, Espagne, Bulgarie, Lettonie, Hongrie, Portugal et Slovénie. Ces sept pays ont tous été testés positifs pour de la viande de cheval étiqueté comme étant du bœuf dans la dernière série de tests d’ADN menées par la Commission européenne. »

Alimentation animale et contamination croisée par des antibiotiques en France

28
juil
1 commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Certains diront que c’est une goutte d’eau dans l’océan de l’alimentation animale mais les petits ruisseaux ne font-ils pas les grandes rivières, jugez plutôt …

 L’Anses annonce le 20 juin 2014 « son évaluation des risques d’émergence d’antibiorésistances liés aux modes d’utilisation des antibiotiques en santé animale ». L’avis et le rapport d’expertise publiés ce jour apportent des recommandations pour chaque filière ou espèce animale, complémentaires des actions actuellement prévues dans le projet de Loi d’Avenir pour l’agriculture et dans le plan Ecoantibio 2017. Il s’agit notamment d’abandonner l’usage des antibiotiques en prévention, de réserver l’usage d’antibiotiques de dernière génération à des situations à bien identifier et à strictement encadrer, et de privilégier l’usage d’antibiotiques à spectre étroit.

Bon, tout cela me paraît bien, en théorie, car sur le terrain, ce n’est pas pareil …

imagesAinsi la DGCCRF nous informe au sujet des « contrôles de la DGCCRF dans l’alimentation animale » mise à jour au 21 juillet 2014 ». Les contrôles réalisés ces dernières années montrent une absence d’utilisation frauduleuse des antibiotiques ou de coccidiostatiques mais une persistance des contaminations croisées.

Je n’utilise pas d’antibiotique de façon frauduleuse, c’est normal, mais si vous ne voulez pas d’antibiotiques, vous en aurez tout de même un peu petit peu, …

On nous dit que « Les prélèvements sont effectués, à plus de 70 %, auprès de fabricants d’aliments pour animaux et d’établissements de négoce et de stockage. Sur les 242 prélèvements effectués, 51 se révèlent non conformes, soit 21,1 % du total. La moitié de ces non-conformités est due à une pollution probable (« contamination croisée ») des aliments par des substances médicamenteuses. Ces données sont stables depuis 2010.

Ce dernier point est difficile à vérifier car je n’ai pas retrouvé de données précédentes. Les seuls éléments disponibles, à ma connaissance, sont un « Bilan 2004 des contrôles effectués en alimentation animale publié en janvier 2009 » et le problème était déjà bien présent : « Les recherches d’additifs ont portées essentiellement sur les vitamines, oligo-éléments, coccidiostatiques et antibiotiques. Elles ont mis en évidence des non conformités pour 46 % des analyses. Ce taux est en forte augmentation (18% en 2003). En ce qui concerne les coccidiostatiques et les additifs antibiotiques, deux types de non conformité sont observés : un déficit en additif par rapport à la valeur annoncée d’une part et la présence de l’additif dans des aliments dans lequel il n’est pas étiqueté d’autre part (contamination croisée). »

Revenons à l’étude de juillet 2014, car l’on connaît les causes de la contamination croisée ou du transfert de contamination sur le terrain, ainsi :

Les cas de non-conformités relatives à la présence importante de molécules antibiotiques ou coccidiostatiques dans des produits ne devant pas en contenir sont dus à des erreurs humaines rapidement rectifiées, et non à une utilisation frauduleuse.
Les cas d’échantillons présentant une concentration plus faible en molécules antibiotiques ou coccidiostatiques sont plus nombreux, et sont probablement dus à une contamination croisée des aliments fabriqués soit après des aliments médicamenteux soit après des aliments contenant des coccidiostatiques. Les opérateurs sont conscients de ce problème, ce qui les conduit à généraliser les tests dans les usines employant des antibiotiques et des coccidiostatiques, et à mettre en place des systèmes de gestion des incompatibilités dans la succession des fabrications.
Des faiblesses dans les dispositifs appliqués pour éviter la contamination sont soulignées par les enquêteurs. Il s’agit notamment de l’ordonnancement des formules fabriquées à tous les stades de la chaîne de fabrication (mélangeuse, stockage, presse…), du stockage et de la traçabilité des lots de matières premières servant au rinçage entre la fabrication de deux formules, ou encore de la méthodologie utilisée pour les tests de contamination croisée.

S’il y avait autant de contamination croisée ou de transfert de contamination dans l’alimentation humaine, cela se saurait, mais ici, l’amélioration à entreprendre nécessite le respect de bonnes pratiques de fabrication à savoir du management, de l’organisation et de la formation, bref rien que du très classique. Quant aux erreurs humaines, pléonasme (?) …