Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Sécurité des aliments'

Pas de catégorie

Isolats humains de Listeria monocytogenes en Suède pendant un demi-siècle (1958-2010)

30
sept
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Listeria, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

listeria1Résumé.

Des isolats de Listeria monocytogenes (n = 932) isolés en Suède de 1958 à 2010 à partir de patients humains atteints de listériose invasive ont été caractérisés par sérotypage et électrophorèse en champ pulsé (PFGE) (AscI). Parmi les 932 isolats, 183 types différents de PFGE ont été identifiés, dont 83 étaient représentés chacun par un seul isolat. En tout, 483 isolats du sérotype 1/2a ont été répartis sur 114 types de PFGE, 90 isolats de sérotypes 1/2b ont donné 32 types de PFGE, 21 isolats de sérotypes 1/2c ont donné neuf types de PFGE, trois isolats de sérotypes 3b ont donné un type de PFGE, et, 335 isolats de sérotype 4b ont donné 31 types de PFGE. Au cours des années 1980 en Suède, plusieurs cas avec le sérotype 4b ont été associés à la consommation de fromage européen au lait cru à pâte molle. Cependant, comme l’hygiène en production fromagère s’est améliorée, le nombre de cas avec le sérotype 4b a diminué. Depuis 1996, le sérotype 1/2a a été le sérotype dominant de L. monocytogenes dans la listériose humaine en Suède. Par conséquent, selon les sérotypes actuels et les types de PFGE, une association entre les cas de listériose humaine et la consommation de saumon gravlax conditionné sous vide et de saumon fumé à froid est suggérée.

G. Lopez-Valladares, W. Tham, V. Singh Parihar, S. Helmersson, B. Andersson, S. Ivarsson, C. Johansson, H. Ringberg, I. Tjernberg, B. Henriques-Normark and M.-L. Danielsson-Tham. Human isolates of Listeria monocytogenes in Sweden during half a century (1958–2010). Epidemiology and Infection / Volume 142 / Issue 11 / November 2014, pp 2251-2260.

A propos des foyers de cas d’infections à STEC non-O157 aux États-Unis

30
sept
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

escherichia-coli-fig5Résumé.

Des infections à Escherichia coli (STEC) producteurs de shigatoxines non-O157 sont de plus en plus détectés (aux Etats-Unis –aa), mais les origines ne sont pas bien établies. Nous avons résumé les éclosions jusqu’en 2010 aux Etats-Unis. Des éclosions avec une étiologie unique ont été définies comme ayant ≥ 2 infections à STEC non-O157 avec une culture confirmée comme étant épidémiologiquement liée ; les éclosions à étiologies multiples avaient également des preuves de laboratoire de ≥ 2 infections causées par un autre pathogène entérique. Vingt-six États ont signalé 46 éclosions avec 1727 cas de maladies et 144 personnes hospitalisées. Sur les 38 éclosions avec une étiologie unique, 66% ont été causées par STEC O111 (n = 14) ou O26 (n = 11), et 84% ont été transmises par des aliments (n = 17) ou une propagation de personne à personne (n = 15) ; les véhicules alimentaires comprenaient des produits laitiers, des produits et de la viande ; des centres de garde d’enfants ont été le théâtre le plus commun de la propagation de personne à personne. Parmi les éclosions avec une étiologie unique, un pourcentage plus élevé de personnes infectées par des souches positives pour stx2 avait un syndrome hémolytique et urémique par rapport aux personnes infectées par des souches positives pour stx1 (7% versus 0,8%). Par rapport aux éclosions avec une étiologie unique, les éclosions à étiologies multiples ont été plus fréquemment transmises par l’eau ou le contact avec un animal.

R. E. Luna-gierke, P. M. Griffin, L. H. Gould, K. Herman, C. A. Bopp, N. Strockbine and R. K. Mody. Outbreaks of non-O157 Shiga toxin-producing Escherichia coli infection: USA. Epidemiology and Infection / Volume 142 / Issue 11 / November 2014, pp 2270-2280

Une investigation sur l’augmentation de la listériose a révélé que deux usines de transformation de poissons avaient une contamination persistante de Listeria en Finlande en 2010

30
sept
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Listeria, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

listeriaRésumé.

En 2010, une augmentation marquée de l’incidence de la listériose a été observée en Finlande. Le profil PFGE 96 de Listeria monocytogenes a été responsable d’un cinquième des cas signalés et des cas groupés par le profil PFGE 62 ont également été détectés. Les enquêtes ont révélé que deux usines de transformation de poissons avaient une contamination persistante de Listeria. Il semble probable que les usines étaient au moins en partie responsable de l’augmentation de la listériose. L’enquête épidémiologique a révélé que 57% (31/54) des cas, qui avaient un état immunosuppresseur sous-jacent ou prenaient un médicament immunosuppresseur, ont rapporté avoir consommé du poisson gravlax ou du poisson fumé à froid. Deux avis publics ont été publié par THL et Evira informant quels groupes étaient les plus à risque contre les effets de la listériose et qu’ils doivent donc faire preuve de prudence dans la consommation de certains produits. Des prélèvements systématiques d’aliments et des méthodes d’investigation épidémiologiques adéquates sont exigés afin d’identifier les sources d’infections par Listeria. Des mesures de maîtrise en continu dans les usines de transformation de poissons produisant des produits à risque sont essentielles.

U.-M. Nakari, L. Rantala, A. Pihlajasaari, S. Toikkanen, T. Johansson, C. Hellsten, S. M. Raulo, M. Kuusi, A. Siitonen and R. Rimhanen-Finne. Investigation of increased listeriosis revealed two fishery production plants with persistent Listeria contamination in Finland in 2010. Epidemiology and Infection / Volume 142 / Issue 11 / November 2014, pp 2261-2269.

Danemark, des officiels ont gardé secret un autre scandale de sécurité des aliments

30
sept
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Rappel, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Viande.

« Danemark, des officiels ont gardé secret un autre scandale de sécurité des aliments », source The Local du 29 septembre 2014.

130 personnes environ, dont un garçon de trois ans, ont sans doute été malades à cause de Salmonella présent dans de la viande hachée dans une éclosion qui a été cachée du public jusqu’à présent.

Metroxpress a eu accès à des documents qui révèlent que de la viande bovine hachée infectée par des salmonelles multi-résistantes a été vendue par Skare, une entreprise alimentaire basée à Vejen en juin.

 a7b90e69719420190d6048269bc8bd667249db5fe2ac33c7551b72af10c5749fSkare a livré de la viande dans des magasins le 13 juin, mais n’a pas procédé à un rappel comme cela est requis par la loi, alors qu’une analyse a retrouvé le lendemain la présence de Salmonella.

Selon le Danish State Serum Institute (SSI), 19 personnes, dont un enfant de trois ans, ont déclaré avoir été malades quelques jours plus tard. Au-delà des 19 cas enregistrés, le SSI estime que j130 personnes environ pourraient avoir été rendues malades par de la viande contaminée.

« Six des 19 personnes étaient tellement malades qu’elles ont été hospitalisées », a déclaré Kåre Molbak de SSI à Metroxpress.

L’Administration vétérinaire et alimentaire du Danemark (Fødevarestrylsen) a d’abord retracé l’infection de Skare, 40 jours après que la viande ait été adressée aux magasins, mais les autorités de la sécurité des aliments n’ont pas exigé de rappel.

Ni Skare ou ni Fødevarestrylsen ne diront aux consommateurs où la viande a été vendue.

« Ce sont des informations confidentielles, dont la publication causerait un préjudice économique considérable pour la société », a écrit Fødevarestrylsen, selon Metroxpress.

Orla Zinck, experte en sécurité des aliments, a qualifié la décision des autorités de « scandale aux proportions inimaginables ».

« Les actes de Fødevarestrylsen sont un danger pour la santé des consommateurs car, en dehors des considérations pour les revenus de Skare, elle ne parvient pas à rappeler la viande dangereuse et cerise sur le gâteau, on cache où elle a été vendue », a dit Zinck à Metroxpress.

Fødevarestrylsen avait également été critiqué pour la lenteur de sa réaction lors d’une éclosion de listériose qui a causé 16 décès.

Réservoirs d’espèces de Listeria dans trois écosystèmes environnementaux  

30
sept
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Listeria, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

« Autriche, une enquête sur l’habitat « underground » de Listeria », source université de médecine vétérinaire de Vienne.

La littérature décrit Listeria comme une bactérie ubiquitaire avec une présence très répandue. Pourtant, ces bactéries ne deviennent un problème pour l’homme et l’animal que quand elles contaminent les installations de transformation des aliments, se multiplient, et entrent dans la chaîne alimentaire à des concentrations élevées. Une infection par Listeria monocytogenes peut même être mortelle pour l’homme ou l’animal dont le système immunitaire est affaibli.

listeria-bacteria-photoListeria dans le sol ou l’eau n’est pas dangereux

« Listeria dans le sol ou l’eau représente un risque relativement faible pour l’homme », explique la directrice de l’étude Beatrix Stessl. « Les concentrations sont trop faibles. L’objectif de notre étude était de déterminer où Listeria se trouve et quelles espèces et génotypes sont prévalents. » Martin Wagner, directeur de l’Institut de l’hygiène du lait, ajoute : « Cette information peut nous aider à mieux comprendre les mécanismes par lesquels ces bactéries se propagent. »

Les inondations favorisent la contamination par Listeria

Au cours d’une période allant de 2007 à 2009, la première auteure, Kristina Linke et ses collègues ont recueilli près de 500 prélèvements de sol et 70 prélèvements d’eau provenant de trois régions d’Autriche : les Alpes orientales, le parc national de Donauauen à côté du Danube et le lac de Neusiedl. Les régions de l’étude comprennent des espaces naturels non-agricoles. Parmi tous les prélèvements, 30 pour cent ont été détectés positifs pour Listeria. Parmi ceux-ci, 6 pour cent étaient contaminés par Listeria monocytogenes, la seule espèce qui est potentiellement dangereuse pour l’homme et l’animal. L. monocytogenes a été détecté en particulier près de la rivière Schwarza et du Danube. Des taux particulièrement élevés de bactéries dans les prélèvements de sol et d’eau ont été enregistrés en septembre 2007 lors d’importantes inondations dans la région.

Dans la plupart des régions, les chercheurs ont seulement découvert des espèces de Listeria qui ne sont pas pathogènes pour l’homme.

L’espèce Listeria ivanovii, qui est potentiellement dangereuse pour les animaux, a été retrouvée principalement dans les régions montagneuses où les bactéries ont probablement été excrétées par des espèces sauvages. Listeria seeligeri, non pathogène, a été le plus souvent isolé dans la région autour du lac de Neusiedl, ce qui s’explique probablement par une population de gibier d’eau dans cette zone.

Aucune Listeria n’a été isolé dans des régions de haute montagne. Les chercheurs expliquent la plus grande contamination à des altitudes inférieures à la proximité d’élevages, des terres agricoles et de l’environnement urbain.

Listeria résistant aux antibiotiques dans le sol

Bien que Listeria, qui contamine les aliments, ne soit généralement pas considéré comme résistant aux antibiotiques, Stessl et son équipe ont découvert plusieurs souches de Listeria dans des prélèvements de sol qui ont résisté au traitement par des antibiotiques. Les bactéries ont développé une résistance. Stessl voit les causes possibles suivantes : « Un certain nombre de micro-organismes du sol, tels que les moisissures, produisent naturellement des antibiotiques. Listeria qui est constamment exposé à ces substances dans le sol va probablement développer une résistance. Nous croyons, cependant, que le développement de souches de Listeria particulièrement très résistantes peut s’expliquer par la proximité de terres agricoles et d’un environnement urbain ».

« Reservoirs of Listeria species in three environmental ecosystems”, by Kristina Linke, Irene Rückerl, Katharina Brugger, Renata Karpiskova, Julia Walland, Sonja Muri-Klinger, Alexander Tichy, Martin Wagner und Beatrix Stessl » a été publié dans la revue Applied and Environmental Microbiology.