Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Sécurité des aliments'

Pas de catégorie

France : A propos de la contamination des denrées alimentaires par les métaux lourds et l’arsenic

20
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

sb10064750i-001La DGCCRF communique le 20 octobre 2014 sur « La contamination des denrées alimentaires par les métaux lourds et l’arsenic ».

Chaque année, la DGCCRF met en œuvre un plan de surveillance de la contamination des denrées alimentaires d’origine végétale par les métaux lourds et l’arsenic dont l’accumulation dans l’organisme peut avoir des conséquences néfastes pour la santé. A l’exception des compléments alimentaires à base d’argile et des semoules et farines de manioc qui doivent faire l’objet d’une attention particulière, l’enquête relève un faible taux de non-conformités.

Les métaux lourds recherchés sont le plomb, le cadmium, le mercure et l’arsenic. Cela étant, de plan de surveillance de la contamination ne concerne en fait qu’une partie des denrées alimentaires.

Ainsi si vos produits sont les suivants, fruits, légumes, graines oléagineuses, céréales et leurs dérivés, compléments alimentaires, jus de fruits, nectars et boissons aux jus de fruits, aliments pour nourrissons et enfants en bas âge, cacaos, les produits de cacao et les chocolats, vous êtes concerné dans ce que rapporte très succinctement la DGCCRF.

Pour les autres aliments, il faut aller dans un autre rapport, le bilan 2013 des Plans de surveillance – Plans de contrôle, publié par le ministère de l’agriculture.

Ainsi il a été recherché des métaux lourds, arsenic, cadmium, plomb dans les produits suivants : maïs et dérivés, fourrages, farine et huile de poisson, aliments composés pour ruminants, porcs, volailles et poissons.

La recherche de mercure a été faite dans les produits suivants : farine et huile de poisson, aliments composés pour ruminants, porcs, volailles et poissons, petfood.

Je ne sais si un jour ces deux administrations accorderont leurs violons pour nous présenter réellement l’état en France de la contamination des denrées alimentaires par les métaux lourds et l’arsenic … On peut toujours rêver !

Arcobacter butzleri présent dans du fromage de brebis ricotta au stade de la distribution et sources de contamination dans une laiterie industrielle

20
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments.

Résumé.

Cette étude visait à évaluer la contamination par Arcobacter sp. de ricotta, un fromage industriel de brebis acheté au détail et établir si l’environnement d’une laiterie peut représenter une source de contamination. Un total de 32 fromages de brebis ricotta (1,5 kg/ emballage) conditionnés sous atmosphère modifiée a été acheté en distribution, et 30 prélèvements ont été recueillis lors de deux séries de prélèvements réalisés dans la fromagerie à partir de surfaces en contact et de surfaces non en contact avec les aliments. Sept des 32 prélèvements (21,9%) de fromage ricotta recueillis au stade de la distribution ont été testés positifs pour Arcobacter butzleri après examen en culture ; tous les prélèvements positifs ont été recueillis au cours de la même série de prélèvements et appartenaient au même lot. Dix prélèvements de surface (33,3%) recueillis dans la laiterie étaient positifs pour A. butzleri. L’analyse typologique a révélé 32 profils par électrophorèse en champ pulsé (PFGE). Le même profil électrophorétique a été isolé à partir de plus d’un prélèvement de fromage ricotta, indiquant une source commune de contamination, tandis que d’autres profils électrophorétiques ont pu être isolés dans des prélèvements individuels, indiquant différentes sources de contamination. Les résultats des prélèvements de l’environnement ont montré que A. butzleri peut être souvent isolé dans l’usine de transformation de produits laitiers investiguée et peut survivre dans le temps, tel que cela a été confirmé par l’isolement du même profil électrophorétique dans différents prélèvements de surface dans l’usine laitière. La contamination du sol peut représenter une source de diffusion de A. butzleri dans différentes zones de la laiterie, comme l’a démontré l’isolement du même profil électrophorétique dans différentes zones de production. L’isolement du même profil électrophorétique à partir de prélèvements de surface dans la laiterie et à partir de fromage ricotta acheté au stade de la distribution a montré que les surfaces de l’usine peuvent représenter une source de contamination par A. butzleri après transformation dans les fromages produits dans les laiteries industrielles.

Christian Scarano, Federica Giacometti, Gerardo Manfreda, Alex Lucchi, Emanuela Pes, Carlo Spanu, Enrico Pietro Luigi De Santis and Andrea Serraino. Arcobacter butzleri in Sheep Ricotta Cheese at Retail and Related Sources of Contamination in an Industrial Dairy Plant. Appl. Environ. Microbiol. November 2014 vol. 80 no. 22 7036-7041.

NB : Une fiche technique sur Arcobacter butzleri est disponible ici. Une thèse en 2007 a été réalisée par Khalil Abdelbaqi, « Le genre Arcobacter : étude taxonomique, diagnostique et pathogénique ».

A propos de la baisse du nombre d’inspections sanitaires en France, 2012 versus 2013

20
oct
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

En parcourant le Panorama des industries agroalimentaires 2014 du ministère de l’agriculture, je suis arrivé aux enjeux et en particulier au volet consacré à la sécurité sanitaire des aliments.

Il est dit notamment, « Dans le domaine de la sécurité sanitaire des aliments, 82 729 inspections d’établissements ont été réalisées en 2013 par les agents du MAAF. Ces inspections ont généré 13 585 suites dont 945 procès-verbaux, 3 933 mises en demeure et 607 fermetures partielles ou totales. » Ces chiffres proviennent de la DGAL, Rapport d’activité. Faits marquants de 2013.

Mais qu’en est-il de 2012 ?

Il a suffi d’aller sur le rapport d’activité de 2012 de la DGAL afin de pouvoir comparer les résultats des inspections d’une année sur l’autre …

La comparaison n’est pas aisée, car en 2012, les suites données à une inspection sont notées en pourcentage. Sur la figure ci-dessous, j’ai fait les calculs que pour les fermetures partielle ou totale de 2012.

Que constate-t-on ?

  • Plus le nombre d’inspection est élevé, plus il y a de fermetures partielle ou totales d’établissements. Logique ?
  • La baisse totale du nombre d’inspection entre 2012 et 2013 est au total de 3 510 inspections. Cette baisse est encore plus importante si l’on prend en compte que les secteurs de la restauration commerciale et de la restauration collective avec 4 144 inspections en moins sur l’année 2013 par rapport à 2012 !
  • Etc.

Pour 2015, il a été annoncé la création de 60 emplois destinés à renforcer les contrôles sanitaires notamment déployés dans les abattoirs de volailles, à suivre …

Inspection_2012_2013

Des bactériophages exploitent les flagelles de Campylobacter pour la reconnaissance de l’hôte et l’infection

20
oct
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Curiosité, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments.

campylobacter_jejuniLes éditeurs de la revue Applied and Environmental Microbiology signalent ce mois-ci cet article, « Des bactériophages exploitent les flagelles de Campylobacter pour la reconnaissance de l’hôte et l’infection ».

La motilité de Campylobacter jejuni et ses flagelles sont impliqués dans dex nombreux processus biologiques, comprenant la colonisation des poulets et la maladie chez l’homme. Baldvinsson et al. (p. 7096-7106) ont désormais démontré que les flagelles rotatifs sont également nécessaires au bactériophage F341 pour adsorber et infecter C. jejuni. Il a été montré que l’extrémité fibreuse des queues de ces phages flagellotropiques se lient directement aux flagelles de C. jejuni. Les données présentées indiquent que le phage F341 se déplace le long du filament en utilisant le mouvement flagellaire, permettant au phage d’atteindre la base de la bactérie pour l’injection de son génome.

Structures et activités microbiennes stratifiées dans les biofilms anaérobies des égouts

20
oct
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments.

Sewer Pipes April08_10_croppedLes éditeurs de la revue Applied and Environmental Microbiology signalent ce mois-ci cet article, « Structures et activités microbiennes stratifiées dans les biofilms anaérobies des égouts ».

Les bactéries sulfato-réductrices du (BSR) et les archées méthanogènes (AM), connus pour être en compétition pour des substrats, peuvent coexister dans des biofilms anaérobies dans les égouts. En utilisant des mesures par microélectrodes, des techniques moléculaires, et la modélisation mathématique, Sun et al. (p. 7042–7052) ont démontré que les BSR et les AM, et leurs activités respectives, suivent une distribution stratifiée dans le biofilm, avec les BSR majoritairement situées dans la couche externe tandis que les AM habitent la couche interne. Les transformations métaboliques de divers micro-organismes et leurs interactions avec les substrats jouent un rôle important dans la coexistence et la stratification. Cette stratification doit être considérée lors de l’utilisation de stratégies telles que le dosage chimique pour maîtriser les problèmes environnementaux liés aux égouts, dont les odeurs, la corrosion et les émissions de gaz à effet de serre.