Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Sécurité des aliments'

Aucune catégorie

Ronde des rappels, semaine 18 de 2016

6
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Hygiène, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

RASFF-LogoCommencées avec la « Ronde des rappels : semaine 49 » de 2009, les notifications des produits cités ne prétendent pas à l’exhaustivité dans la mesure il n’est pas possible d’avoir accès à toutes les sources permettant d’identifier le retrait/rappel d’un produit. Les informations recueillies ci-après concernent les denrées alimentaires ou les aliments pour animaux de France ou distribués en France. Elles sont issues du portail RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed ou Réseau d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux). Pour des raisons inconnues, la plupart des informations diffusées ne sont pas relayées par les autorités françaises auprès des consommateurs …

  • Référence RASFF 2016.0556, Salmonella (présence dans 25g) de mini saucissons secs de France. Alerte notifiée par la France. Distribution Belgique et France. Un communiqué de rappel a été diffusé sur le site de l’AFSCA le 2 mai 2016. Pas encore de communiqué de rappel en France …
  • Référence RASFF 2016.0553, taux trop élevé de Escherichia coli (4700 UFC/100g) des moules (Mytilus galloprovincialis) de corde d’Italie. Alerte notifiée par la France. Pas de distribution dans le pays à l’origine de la notification. Voir ce rappel en France malgré le fait que le texte de la notification dise qu’il y a pas eu de distribution en France …
  • Référence RASFF 2016.0551, mercure (1,49 mg/kg) dans des filets d’espadon réfrigérés de France, avec des matières premières d’Italie. Information pour attention de la part de la France. Produit présumé ne plus être sur le marché.

NB : La liste des notifications au RASFF  de la semaine 18 ne sera complète que lundi prochain.

Rappel de moules de corde sélection Italie par Intermarché pour cause d’un taux trop élevé de E. coli

5
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

Intermarché informe du rappel de Moules de corde sélection Italie (communiqué non daté).

La société Codimer procède au rappel consommateurs des produits ci-dessous :

Dénomination : Moules de Corde Sélection Italie,

achetées au rayon traditionnel entre le 28 avril et le 29 avril 2016

moule_corde_italie

NB : Cela fait suite à une notification d’alerte de la France au RASFF (référence 2016.0553) en raison d’un taux trop élevé de Escherichia coli (4700 UFC/100g) des moules de corde d’Italie. L’information indique aussi qu’il n’y a pas de de distribution en France. Cette annonce par Intermarché indique que la distribution a bien eu lieu en France.

Etats-Unis : Rappel massif de fruits et de légumes surgelés, Listeria inside !

5
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Listeria, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

« Listeria lié à des légumes surgelés rend malade 8 personnes dans 3 États des Etats-Unis », source Lisa Schnirring, CIDRAP News du 4 mai 2016.

Une éclosion dans trois États liée à des légumes surgelés d’une entreprise de Washington a rendu malade huit personnes, avec deux décès rapportés, et a conduit à un rappel de tous les légumes et les fruits transformés par l’entreprise, selon le Centers for Disease Control and Prevention (CDC).

imagesDeux des cas à Listeria monocytogenes ont été détectés cette année, le plus récent le 28 mars. Utilisant PulseNet, réseau national de typage des pathogènes d’origine alimentaire, les enquêteurs ont identifié six autres cas de maladie correspondant à la souche épidémique de septembre 2013, selon le CDC. Les six patients sont de Californie, tandis que le Maryland et l’État de Washington ont chacun un cas.

Tous les patients ont été hospitalisés, et ceux du Maryland et de Washington sont décédés, bien que la listériose n’a pas été considérée comme la cause du décès pour les deux personnes, selon le CDC. Tous étaient adultes âgés de 56-86 ans.

Les données épidémiologiques et de laboratoire suggèrent que la source probable de l’éclosion est des légumes surgelés produits par CRF Frozen Foods, basée à Pasco, Washington, et vendus sous différentes marques, selon le CDC.

Deux patients ont déclaré avoir acheté et consommé la même marque Organic Nature de légumes surgelés le mois précédent leur maladie, et les prélèvements de routine du produit par l’Ohio Department of Agriculture ont retrouvé Listeria dans du maïs doux et des petits pois surgelés bio de la marque True Goodness de la chaîne de magasins Meijer, également produits par CRF Frozen Foods.

Le séquençage du génome entier a montré que la souche de Listeria dans le maïs surgelé est étroitement liée aux sept isolats de Listeria des patients malades, et Listeria dans les petits pois surgelés est étroitement lié à un isolat de l’une des personnes.

Le rappel comprend 358 produits et 42 marques

CRF a rappelé 11 de ses produits surgelés de légumes, le 23 avril, puis l’a élargi le 2 mai pour y inclure tous ses fruits et légumes surgelés bio et conventionnels transformés dans son installation de Pasco depuis le 1er mai 2014. Les produits rappelés, conditionnés dans des sacs en plastique, sont distribués à l’échelle nationale et dans quatre provinces canadiennes : Colombie-Britannique, Alberta, Manitoba et Saskatchewan.

Dans son avis de rappel élargi, CRF Frozen Foods a déclaré que le rappel concerne 358 produits de consommation vendus sous 42 marques distinctes. Il a dit qu’après le rappel initial du 25 avril, il a suspendu les opérations de l’installation de Pasco pour permettre un examen approfondi.

Le CDC a déclaré que l’investigation en cours est complexe et que des efforts sont en cours pour déterminer si des aliments contaminés pourraient expliquer certaines des infections.

NB : Image contractuelle.

Saga du BPA : L’institut danois (DTU) en remet une couche !

4
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Santé, Sécurité des aliments.

« Le bisphenol A à faibles doses peut affecter le système reproducteur et le comportement », source DTU du 19 avril 2016.

Si des rats sont exposés au bisphénol A à faibles doses au début du développement, il peut entraîner une diminution du nombre de spermatozoïdes, l’obésité et des changements dans développement des seins et du comportement. Ce sont quelques-unes des conclusions d’une nouvelle étude de l’Institut national de l’alimentation, Technical University of Denmark. Les résultats confirment des études animales antérieures qui ont montré que de faibles doses de bisphénol A peuvent affecter le développement du métabolisme, ainsi que les systèmes reproducteur et nerveux.

L’étude du National Food Institute est décrite dans deux articles scientifiques. Andrology : Low-dose effect of developmental bisphenol A exposure on sperm count and behaviour in rats et Low-dose effects of bisphenol A on mammary gland development in rats.

NB : Ce n’est pas première fois que l’institut danois met en cause l’avis de l’EFSA sur le BPA, voir cet article paru sur le site contact alimentaire.com du LNE, ici.

Des contaminants liés au procédé de transformation sont présents dans les huiles végétales et les denrées alimentaires, selon l’EFSA

4
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

« Des contaminants issus du procédé de transformation sont présents dans les huiles végétales et les denrées alimentaires », source communiqué de l’EFSA du 3 mai 2016.

Extraits.

imgresDes contaminants à base de glycérol des procédés de transformation retrouvés dans l’huile de palme, mais aussi dans d’autres huiles végétales, margarines et certains denrées alimentaires transformées, soulèvent des problèmes potentiels de santé pour le consommateur de ces aliments pour tous les groupes d’âge jeune et pour les grands consommateurs dans tous les groupes d’âge.

L’EFSA a évalué les risques pour la santé publique des substances : les esters d’acides gras de glycidol (GE), le 3-monochloro-propane-1,2-diol (3-MCPD) et le 2-monochloro-propane-1,2-diol (2-MCPD) et leurs esters d’acides gras. Les substances se forment lors de la transformation des denrées alimentaires, en particulier lors du raffinage des huiles végétales à des températures élevées (environ 200°C).

Les plus hauts niveaux de GE, ainsi que 3-MCPD et 2-MCPD (comprenant les esters) ont été retrouvés dans l’huile et la graisse de palme, suivie par d’autres huiles et graisses. Pour les consommateurs âgés de trois ans et et plus, les margarines et les ‘pâtisseries et les gâteaux’ étaient les principales sources d’exposition à toutes les substances.

Les esters d’acides gras de glycidol – génotoxiques et cancérogènes

Le groupe d’experts de l’EFSA sur les contaminants de la chaîne alimentaire (CONTAM) a étudié les informations sur la toxicité du glycidol (un composé parent des GE) pour l’évaluation des risques des GE, en supposant une conversion complète des esters de glycidol après ingestion.

La Dr Helle Knutsen, présidente du groupe CONTAM, a déclaré : « Il existe des preuves suffisantes que le glycidol est génotoxique et cancérogène, donc le groupe CONTAM n’a pas défini de niveau de sécurité pour les GE. »

Lors de l’évaluation des substances génotoxiques et cancérogènes qui sont involontairement présentes dans la chaîne alimentaire, l’EFSA calcule une ‘marge d’exposition’ pour les consommateurs. En général, plus la marge d’exposition est élevé, plus le niveau de préoccupation est faible pour le consommateur.

Le comité a conclu que les GE sont un problème potentiel de santé pour tous les groupes d’âge les plus jeunes avec une exposition moyenne, et pour les consommateurs avec une forte exposition dans tous les groupes d’âge.

« L’exposition aux GE des bébés consommant uniquement les préparations pour nourrissons est une préoccupation particulière car cela augmente jusqu’à dix fois ce qui serait considéré comme peu préoccupant pour la santé publique », a déclaré le Dr Knutsen.

NB : Dans ce contexte, on lira la recommandation de la Commission du 10 septembre 2014 relative à la surveillance de la présence de 2- et 3-monochloro-propane-1,2-diol (2- et 3-MCPD), d’esters d’acides gras de 2- et 3-MCPD et d’esters d’acides gras de glycidol dans les denrées alimentaires.

Traduction par mes soins. -aa. La version en français du communiqué de l’EFSA est ici.