Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Sécurité'

Pas de catégorie

Des restrictions en vue pour le triclosan dans l’UE

11
avr
Aucun commentaire
Classé dans Lavage des mains, Réglementation, Sécurité, Sécurité des aliments, Union Européenne.

150px-triclosansvgQuestion écrite E-003144/13 de Claudiu Ciprian Tănăsescu (S&D) du 20 mars 2013 pour une réponse écrite de la Commission. Source Journal officiel de l'Union européenne C 11 E / 391 du 15 janvier 2014. (traduction par mes soins -aa)

Sujet : Le triclosan, un perturbateur endocrinien utilisé dans les dentifrices.

La récente résolution adoptée par le Parlement européen le 14 mars 2013 sur la protection de la santé publique vis-à-vis des perturbateurs endocriniens (2012/2066 (INI)) explique les risques posés par les polluants chimiques au système endocrinien/hormonal de l'homme et pourquoi il est urgent que la Commission puisse présenter une stratégie ambitieuse et adéquate de l’UE sur les perturbateurs endocriniens. Il a été clairement souligné par les députés, ainsi que dans le récent rapport de l'OMS, que les enfants et les femmes enceintes, personnes vulnérables dans la population, doivent avoir plus d'attention et plus protection concernant les polluants chimiques.
D'autre part, les récents débats au Danemark concernant l'antibactérien chimique triclosan mettent en évidence le risque de l’utilisation de dentifrices les plus courants dans le monde. Le ministre danois de l'environnement a l'intention d'interdire ces pâtes de dentifrice sur la base d’études indiquant que l'utilisation de cette substance spécifique peut provoquer une résistance aux antibiotiques.
  • Quelle est la position de la Commission concernant la présence de triclosan dans la composition des dentifrices ?
  • Est-il dans l'intention de la Commission de prendre des mesures à l'égard de ce problème ?

Réponse donnée par M. Borg au nom de la Commission, le 13 mai 2013.

Conformément à la législation cosmétique européenne, le triclosan est autorisé comme conservateur dans tous les produits cosmétiques à une concentration maximale de 0,3%. Le Comité scientifique pour la sécurité des consommateurs (CSSC) a adopté deux avis concernant la sécurité sanitaire du triclosan dans lesquels il a conclu que son utilisation continue comme conservateur à la concentration actuelle dans tous les produits cosmétiques n'est pas sans danger pour le consommateur du fait de l’amplitude de l'exposition globale. Cependant, les utilisations de triclosan à une concentration maximale de 0,3% dans les pâtes dentifrices, les savons pour les mains, les savons pour le corps/les gels de douche et les sticks déodorants sont considérées comme sûres. Les utilisations complémentaires du triclosan dans les poudres de maquillage pour le visage ou les fonds de teint à cette concentration sont également considérées comme sûres. Enfin, l'utilisation du triclosan dans des bains de bouche à une concentration limite de 0,15 ou 0,2% est considérée comme sans danger pour le consommateur d'un point de vue toxicologique alors que des concentrations plus élevées ne le sont pas.
Le CSSC a également adopté un autre avis, dans lequel il a conclu que, sur la base des informations scientifiques disponibles, il n'était pas possible de quantifier le risque associé au triclosan (y compris son utilisation dans les produits cosmétiques) en termes de développement de la résistance aux antimicrobiens. En raison du nombre limité d’études in situ de résistance induites par le triclosan, le CSSC pourrait recommander une l'utilisation prudente du triclosan, par exemple dans des applications où un avantage pour la santé peut être démontrée.
La Commission prépare des mesures pour mettre en œuvre, dans un premier temps, les restrictions proposées par le CSSC.
Un nouveau mandat pour le CSSC sera examiné une fois que les résultats des travaux en cours par l'ECHA et des autorités compétentes dans le cadre du Biocides Review Programme seront disponibles.

NB : Pour retrouver les avis du CSSC, il faut taper ‘triclosan’ dans le moteur de recherche.

Selon ce site, cette limite pourra être réduite à 0,2% dans la prochaine directive sur les cosmétiques. Cependant, les taux de triclosan dans les produits cosmétiques (dentifrices, savon pour les mains, etc.) ont déjà donné lieu à des préoccupations significatives, et des aspects comme l’état actuel de plus de 450 plans d'eau au Royaume-Uni pourraient être en violation avec la directive cadre sur l'eau, normes de qualité environnementale dans le domaine de l'eau pour le triclosan, et ces taux doivent être réduits. Ce fut l'objet d'une présentation de Richard Hawkins de l'agence de l'environnement du Royaume-Uni lors d'une réunion récente du UK Chemicals Stakeholders Forum (UKCSF). Le triclosan est considéré comme un perturbateur endocrinien, et donc cette affaire peut continuer pendant encore un certain temps.

Ce qui apparait curieux est la difficulté à se procurer ce genre de documents, que veut-on cacher ?

Endotoxines en milieu de travail

10
fév
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité, Sécurité des aliments.

ed4412Cette fiche de l’INRS a pour objectif d'aider à évaluer le risques d'apparition de maladies respiratoires dues à la présence d'endotoxines en quantité trop importante sur les lieux de travail. Elle présente :

  • l'origine des endotoxines,
  • les différentes pathologies respiratoires dues à une exposition professionnelle aux endotoxines (syndrome toxique des poussières organiques, syndrome asthmatiforme, manifestations bronchiques aiguës réversibles, brochopneumopathie chronique obstructive),
  • les principales activités professionnelles concernées (traitement des eaux usées, climatisation et humidification de l'air, compostage et traitement des déchets, industrie du coton et autres fibres végétales, travail en secteur agricole ou en secteur agroalimentaire),
  • les grandes lignes de prévention en milieu de travail : lutter contre la prolifération des bactéries, lutter contre l'exposition aux poussières ou aérosols contaminés, protection individuelle, prévention médicale, information et formation.

Le texte intégral de cette fiche est accessible ici.

La restauration collective, des contraintes sanitaires au plaisir de la table

4
fév
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité, Sécurité des aliments.

ed6075L’OST (observatoire social territoriale) vient de publier sa dixième étude intitulée« La restauration collective, des contraintes sanitaires au plaisir de la table ».

Réalisée par le cabinet Axe Image, cette étude identifie les risques et pathologies liés aux métiers de la restauration collective territoriale. Afin de les diminuer, elle propose plusieurs pistes :

- Renforcer la culture de la sécurité et de la prévention
- Mieux lutter contre les précarités et accompagner les agents
- Valoriser le collectif de travail et les réponses managériales.

Cette étude souligne également le rôle social de ce secteur et l’évolution de ces métiers, majoritairement féminins.

?NB : En cliquant sur l'image, vous avez accès au dossier de l'INRS sur La restauration collective. Aide au repérage des risques professionnels.

Les progrès de la microbiologie alimentaire sur plus de 75 ans vus par l’IFT

30
jan
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Hygiène, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité, TIAC.

courstiachelppasteur1L’Institute of Food Technologists (IFT) a été créé en 1939 et va fêter en 2014 son 75e anniversaire. Dans le cadre de la préparation de l’Annual Meeting and Food Expo en juin 2014, les éditeurs de tous les journaux scientifiques de l’IFT ont jeté un regard sur le passé et le futur pour partager leurs réflexions sur comment la science avait progressé et où elle allait. Dans le numéro de décembre 2013 du Journal of Food Science (JFS), Catherine Donnelly, l‘éditrice scientifique de Food Microbiology and Safety, a passé en revue les sujets d’intérêt des microbiologistes alimentaires au cours de ces 70 années passées.

Le tout premier numéro de JFS, publié en 1936, a exploré les pistes sur l’examen microbiologique des aliments séchés, et les différents types de micro-organismes dans les végétaux et les fruits. Beaucoup de ces sujets étaient le résultat de pratiques en production, lors de manipulation et liées à la mondialisation. « Si nous sommes parfois préoccupés de problèmes souvent bénins ou occasionnellement de maladies parfois sévères, nous associons maintenant malheureusement de nombreux pathogènes à des taux de mortalité parfois élevés », a écrit Donnelly.

En outre, un document publié cette même année a exploré les utilisations thérapeutiques de l'ail avec l'objectif du traitement de la tuberculose. Comme Donnelly le souligne, les propriétés antimicrobiennes des composés phytochimiques et les huiles essentielles sont toujours d'un grand intérêt aujourd'hui. En 1964, JFS était devenu suffisamment complet pour justifier d’avoir des sections thématiques et une section de microbiologie est apparue pour la première fois dans le numéro de septembre/octobre de cette année. Dans les années 70, les zones d'exploration de recherche ont impliqué les voies d'infection comme des bactéries dans des œufs de poule. En 2012, ce même sujet est réapparu et des chercheurs ont montré que E. coli O157:H7 facilite la pénétration de Staphylococcus aureus dans les œufs de table.

Il y a certainement des sujets qui continuent de justifier la poursuite de la recherche, les progrès de la technologie vont en s'améliorant. Comme Donnelly le déclare : « Les outils que nous utilisons pour produire des résultats scientifiques ont beaucoup changé et les outils de la biologie moléculaire sont déjà en train de transformer la façon dont nous comprenons la science de la microbiologie des aliments. » C'est pourquoi les revues scientifiques sont essentielles pour maintenir un niveau élevé de la recherche la plus récente tout en favorisant de nouvelles découvertes.

Avis de rappels de produits et la nécessaire adaptation de la DGCCRF à son domaine d’intervention

18
déc
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Rappel, Réglementation, Sécurité.

large__3118809241D’après le site internet de la DGCCRF, on apprend, il faut prendre sans doute cela avec beaucoup d’humour, que « la DGCCRF privilégie la concertation, le dialogue et l'ouverture pour adapter son action à l'évolution permanente de son domaine d'intervention. »

« Adapter son action à l’évolution permanente de son domaine d’intervention », c’est trop beau pour vrai !

Barbeuc2On avait déjà vu dans la rubrique des rappels des produits alimentaires que la rapidité n’était pas son point fort, mais il faut aussi le constater aussi avec des produits non alimentaires, où naïvement, je pensais que la DGCCRF était plus au mieux de sa forme …

En fait, il n’en est rien, si l’on en croit le dernier communiqué du 18 décembre 2013 proposé sur le site de la DGCCRF concernant le « rappel deux barbecues électriques de marque Carrefour HOME ».

Barbeuc1Pour ceux qui croient au Père Noël, un affichage est même prévu en magasin jusqu’au 4 mars 2014 ! Le hic de ce rappel est qu’il date du 6 décembre 2013, tel que l’annonce le distributeur Carrefour et le site Rappel Produits.

Bon, l’adaptation, vous en jugerez, n’est encore très rapide, et elle se fait même cahin caha … 12 jours, mais c'est toujours ça !