Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Sécurité'

Aucune catégorie

Il était une fois la triste histoire d’un rappel en retard en France avec un distributeur qui ne fait pas de veille réglementaire

14
déc
Aucun commentaire
Classé dans Allergène, Contamination, Curiosité, Hygiène, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité, Union Européenne.

Les rappels en France vus par nos autorités, le blog le rappelle assez souvent, c’est quelque chose qui possède sa part de mystère, tant on se demande comment nos autorités s’organise-t-elle pour nous nous informer ou ne pas nous informer …

Bien entendu le domaine du blog concerne les produits alimentaires et la sécurité des aliments, mais parfois je vais aussi vers le domaine de la sécurité.

gants_motoculture300x226Ainsi en est-il de ce rappel par Carrefour de gants de motoculture dont on nous dit que « Le port de ces gants peut provoquer une réaction cutanée pour l’utilisateur. »

Le site rappel produits nous renseigne sur la date du communiqué de rappel qui est le 2 décembre 2015. En effet, le distributeur Carrefour ne date pas ses communiqués de rappel, ce qui en dit long sur sa façon de s’organiser et aussi de nous informer …

Nos autorités ont du avoir connaissance de ce communiqué puisque la DGCCRF ne le publie sur son site Internet que … le 14 décembre 2015 : avis de rappel de gants de motoculture CARREFOUR.

On apprend ainsi 12 jours après que le motif du rappel est lié à un risque chimique (chrome VI).

Mais quand sera-t-on informé complètement du premier coup ?

Revenons au chrome VI, dont un article du CNRS nous dit que « Parmi les allergènes du ciment – chrome, cobalt, nickel – le chrome hexavalent (ou chrome VI) a une action prédominante, et souvent définitive dès lors que la sensibilisation est déclarée. Comment se prémunir de cette allergie ? »

L’article nous indique que le port de protections est nécessaire, mais dans notre cas, encore faut-il que la protection, en l’occurrence les gants, ne diffuse pas de chrome VI ?

Bien entendu, Carrefour, qui ne peut pas être partout, ne semble pas au courant du Règlement (UE) n°301/2014 de la Commission du 25 mars 2014 modifiant l’annexe XVII du règlement (CE) n°1907/2006 du Parlement européen et du Conseil concernant l’enregistrement, l’évaluation et l’autorisation des substances chimiques, ainsi que les restrictions applicables à ces substances (REACH), en ce qui concerne les composés du chrome (VI).

Et donc, ce distributeur aurait pu ou dû savoir :

Ainsi, à compter du 1er mai 2015, les articles en cuir ou les articles ayant des parties en cuir qui entrent en contact avec la peau ne peuvent pas être mis sur le marché s’ils contiennent du chrome (VI) dans des concentrations égales ou supérieures à 3 mg/kg (0,0003 % en poids) de poids sec total du cuir ou de la partie en cuir.

C’est ballot !

Des sources de renseignement avertissent que l’Etat islamique développe des armes chimique

21
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Santé, Sécurité.

12278662_10204874377115594_8153706049636381635_nC’est pas réjouissant mais cela fait partie de l’actualité de la sécurité des personnes, « Des sources de renseignement avertissent que l’Etat islamique développe des armes chimiques »,  source CIDRAP News.

Le groupe terroriste Etat islamique (EI) poursuit de façon agressivele développement d’armes chimiques, mais jusqu’à présent, il ne semble pas avoir la capacité de développer un outil sophistiqué tels que des gaz neurotoxiques, a rapporté le 19 novembre 2015 l’Associated Press (AP), citant des sources de renseignement irakiennes et américaines anonymes.

Jusqu’à présent, le seul indice que le groupe ait utilisé des armes chimiques est la preuve initiale de traces de gaz moutarde sur des mortiers de l’EI qui ont frappé des cibles kurdes en Irak plus tôt cette année. Mais des responsables du renseignement disent que le groupe a mis en place une branche afin de poursuivre la fabrication d’armes chimiques et a recruté des scientifiques étrangers et régionaux pour l’aider avec ses efforts, selon un article de l’AP.

Des responsables irakiens craignent que le groupe puisse disposer d’un lieu pour tester et développer des armes dans certaines parties de l’Irak et de la Syrie, qu’il a envahi, et en réponse il ont équipé certaines troupes irakiennes avec des masques à gaz et des combinaisons de protection acquis auprès de la Russie.

Richard Zahner, un ancien responsable du renseignement militaire américain, a dit à l’AP qu’Al-Qaïda a tenté sans succès de développer de telles armes depuis deux décennies, mais il a averti que l’EI semble être plus innovant et a plus de ressources que leurs prédécesseurs. « Même avec peu de scientifiques et d’ingénieurs compétents, mais compte tenu de la bonne motivation et des ressources matérielles, ils peuvent produire des produits chimiques industriels et des armes spécifiques dangereuses en quantités limitées » a-t-il dit.

Restauration commerciale : La sécurité des salariés au menu !

11
nov
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Réglementation, Sécurité.

imagesLe blog parle plus souvent de problèmes de sécurité des aliments dans la restauration commerciale que de problèmes de sécurité, et pourtant, c’est pas mal du tout dans ce secteur, jugez plutôt …

L’INRS rapporte au menu de la restauration traditionnelle, ce qu’il en est de la sécurité :

Les chutes, coupures, douleurs dans les membres supérieurs et maux de dos, le stress du « coup de feu » ne sont pas des fatalités pour les salariés de la restauration. Dans ce métier qui connait des difficultés de recrutement, notamment auprès des jeunes, l’amélioration des conditions de travail et la prévention des accidents et des maladies professionnelles sont des enjeux majeurs.

En 2013 dans la restauration traditionnelle, plus de 1 680 000 journées de travail perdues en raison d’accidents du travail, d’accidents sur le trajet domicile-travail ou de maladies professionnelles, ont été indemnisées. Cela représente l’équivalent de 4 600 emplois à temps plein sur l’année !

  • 2/3 des accidents du travail ont lieu le midi.
  • 2/3 des victimes d’accidents du travail ont moins d’un an d’ancienneté dans le poste de travail.

restauration_inrsLes principaux risques

  • Les accidents les plus fréquents sont liés à :
  • Des chutes dans les escaliers,
  • Des chutes en cuisine ou en salle,
  • Des coupures avec des couteaux lors des phases de préparation,
  • Des coupures avec du verre cassé, notamment lors de l’essuyage manuel des verres.

Il faut ajouter à cela :

  • les manutentions manuelles et les postures contraignantes qui provoquent des troubles musculo-squelettiques (douleurs aux poignets, coudes, épaules) et des maux de dos,
  • le stress du « coup de feu »,
  • les tensions dues aux relations avec certains clients (violence verbale, agression…)
  • les accidents sur le trajet entre le travail et le domicile

L’INRS fournit des fiches pratiques et un outil spécifique interactif d’évaluation des risques.

Enfin l’INRS rappelle « Pour passer dès maintenant à l’action, voici 8 solutions concrètes à mettre en œuvre. Elles permettent de combattre rapidement et efficacement les principales causes d’accidents et de maladies qui touchent la profession. »

  1. Fournir des chaussures antidérapantes (type SRC) au personnel de cuisine
  2. Sécuriser les escaliers en salle
  3. Sécuriser les escaliers d’accès aux réserves
  4. Supprimer l’essuyage manuel des verres en traitant l’eau ou en utilisant un lave-verres adapté
  5. Maintenir les couteaux aiguisés et en bon état
  6. Fournir et faire porter des gants anti coupures (gants en fibres) pour la découpe et l’épluchage des légumes
  7. Mettre à disposition des plongeurs des rehausses permettant d’adapter la profondeur des bacs
  8. Organiser le rangement des produits et matériels pour limiter les contraintes et efforts

Rappel de gel arnica en unidoses BIOLANE distribué par Intermarché pour cause de non-conformité microbiologique

12
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Hygiène, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité.

Intermarché informe d’un communiqué non daté de BIOLANE :

Gel arnica en unidoses BIOLANE, boite de deux blisters

Par mesure de précaution et fidèle à notre exigence de qualité pour nos produits, les laboratoires BIOPHA procède au rappel de :

  • Gel arnica en unidoses de marque BIOLANE
  • Lot n°88RAA, date de péremption : 07/2017
  • Etui de 2 blisters, 12 alvéoles de 1 ml
  • Code EAN : 3386011027428

Ce rappel fait suite à la mise en évidence d’une non-conformité organoleptique (présence de tâches marron) et microbiologique pour ce lot lors d’un contrôle interne au sein de notre laboratoire.

Les produits doivent être retournés à l’accueil de votre magasin. Les laboratoires BIOPHA se tiennent à la disposition des consommateurs pour répondre à leurs questions au 02 51 09 08 51.

NB : Cela ne devrait pas être le seul distributeur à rappeler, mais pour les autres, c’est quand ? Notons aussi que ni BIOLANE, ni les laboratoires BIOPHA informe les consommateurs sur leur site internet respectif à la date du 12 octobre 2015.

Eh bien, ça n’a pas trainé, quelques instants après avoir mis en ligne l’article ci-dessus, Auchan et Carrefour publient leur communiqué de rappel identique à celui d’Intermarché.

arnica_biolane

Des robots diffusant de la lumière UV diminuent de 25 % la transmission de C. difficile dans les chambres de patients atteints de cancer

11
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Nettoyage-Désinfection, Santé, Sécurité.

« Des robots diffusant de la lumière UV diminuent de 25 pour cent la transmission de C. difficile dans les chambres de patients atteints de cancer, selon une étude de l’University of Pennsylvania School of Medicine », communiqué du 9 octobre 2015.

pegues_largeLes robots sont capables de toutes sortes de tâches pour aider à mieux traiter le cancer. (…) Une nouvelle étude de spécialistes de la lutte contre l’infection de Penn Medicine a constaté que les ultraviolets (UV) diffusés par des robots ont contribué à réduire le taux de transmission de 25 pour cent d’une infection commune bactérienne à Clostridium difficile chez des patients hospitalisés atteints de cancer, la plupart des patients atteints de cancer du sang, un groupe plus vulnérable aux infections nosocomiales. Les interventions ont aussi économisé environ 150 000 dollars en coûts médicaux directs annuels.

Plusieurs nouvelles techniques de nettoyage – au-sommet desquelles il y a le nettoyage à fond, le lavage, la pulvérisation et l’essuyage, effectuées par des professionnels de l’Environmental Services (EVS) – ont été mises en œuvre dans les hôpitaux aux États-Unis pour aider à réduire la transmission de ces infections, mais quelles nouvelles méthodes sont les plus efficaces et les plus pratiques, cela resté incertain.

Les robots diffusant des UV à travers la pièce vont bloquer sur l’ADN des organismes et les tuer. (…)

« Il n’y avait pas beaucoup d’études montrant l’efficacité des lampes UV pour nettoyer les chambres d’hôpital », a dit Pegues, qui est le co-auteur d’une étude récente qui a révélé un manque de preuves pour les meilleures méthodes de nettoyage des chambres d’hôpital. « Ces résultats aident à combler cette lacune. Ceci est une mesure de réduction des coûts qui a montré une réduction importante des infections chez un groupe de patients à haut risque et prépare le terrain afin de poursuivre l’application de la technologie dans nos hôpitaux. »

L’équipe a constaté que l’utilisation d’un robot diffusant des ultraviolets germicides après un nettoyage de la chambre par l’EVS a non seulement réduit le nombre d’infections chez les patients cancéreux par rapport à l’exercice précédent, sans robot, mais l’a fait sans impact sur l’état de la chambre. L’équipe signale également que les infections ont augmenté de 16 pour cent dans les unités sans robot pendant la période d’étude.

Pour l’étude, les chercheurs ont comparé le taux de C. difficile cette année au taux de 2014 (quand le robot a été déployé). (…) Au cours de 2014, les chercheurs ont utilisé le robot diffusant des ultraviolets chez 21,1 pour cent de tous les patients sortants (542 sur 2569 au total des patients sortants) dans trois unités d’étude (environ 10 déploiements pendant une semaine). Après le nettoyage de la chambre par l’EVS, le robot a été déployé en deux cycles de huit minutes de chaque côté du lit du patient avec la porte des toilettes laissée ouverte.

Les chercheurs ont comparé les taux de C. difficile et ont constaté une réduction de 25 pour cent des cas au cours de la période d’intervention de 52 semaines par rapport à la période de référence de 2013. Il y avait 87 cas de C. difficile dans les unités de l’étude en 2013, et 66 cas en 2014.

Certaines modalités, telles que le système de vapeur de peroxyde d’hydrogène, peuvent prendre jusqu’à deux heures. Étonnamment, cette intervention n’a pas eu d’incidence sur la mis en état de la chambre. La durée moyenne de nettoyage était à peu près la même, environ 36 minutes. Bien qu’aucun personnel EVS supplémentaire n’ait été utilisé lors de l’évaluation, l’amélioration et la diffusion de l’utilisation de la lumière UV pour la désinfection nécessite l’embauche supplémentaire d’une personnel EVS.