Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'TIAC'

Pas de catégorie

Angleterre : Norovirus va être cartographié pour la première fois dans des établissements de restauration

23
avr
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Virus.

norovirus« Norovirus va être cartographié pour la première fois dans des établissements de restauration. » Source Communiqué de l’université de Liverpool du 23 avril 2014.

Il n'est pas clairement établi dans quelle proportion parmi les infections à norovirus, celles qui proviennent des aliments eux-mêmes ou des personnes et les conditions nécessaires pour l’amener jusqu’à l’assiette.

L'Université de Liverpool est à la tête d'un projet la Food Standards Agency (FSA) de 2 millions de livres sterling (2,4 millions d’euros) pour cartographier la présence de norovirus dans les établissements alimentaires et chez des salariés de l’industrie alimentaire.

Des éclosions à norovirus peuvent rapidement toucher un grand nombre de personnes. En 2012, un lot de fraises surgelées a infecté 11 000 personnes en Allemagne, mais il y a des lacunes importantes dans la compréhension par les autorités pour savoir quelles souches causent l’infection et quels aliments sont les plus susceptibles d'abriter le virus.

Les chercheurs produiront des données qui aideront la FSA pour élaborer des plans visant à réduire l'infection par la collecte de prélèvements provenant des surfaces de travail dans plus de 200 pubs, restaurants et hôtels du Nord-Ouest et du Sud-Est de l'Angleterre.

L'équipe étudiera également l’occurrence du virus dans les magasins dans trois des denrées alimentaires les plus à risque : les huîtres, la salade et les baies.

Ils vont combiner l'information avec les données des autres volets de recherche pour générer une évaluation de l'impact réel du virus vers l'infection au Royaume-Uni.

La professeure Sarah O'Brien, experte en épidémiologie et santé de la population, a dit : « La FSA a été entravée par le passé par un manque de données sur les origines des foyers d’infection, mais cette recherche doit donner suffisamment d'informations pour élaborer des stratégies de prévention et la perspicacité qui permet de concentrer ses ressources le plus efficacement possible. »

Adopter la technologie pour une meilleure traçabilité

22
avr
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Virus.

« Adopter la technologie pour une meilleure traçabilité », source article de Richard Lawley paru sur son blog Food Safety Watch du 22 avril 2014.

Infection d'origine alimentaire, l’hépatite A n'est pas rare en Europe, mais elle est le plus souvent associée à des voyages dans certaines parties du monde où la maladie est endémique et les normes d'hygiène un peu plus laxiste que ce qui est souhaitable. Mais récemment, il y a eu un certain nombre de foyers de cas d’infection qui sont inhabituels en ce qu'ils impliquent des personnes qui semblent avoir été infectées sans quitter leur pays. L'un de ces foyers de cas d’infection est en cours depuis le début de l'année dernière et a rendu malades jusqu'ici au moins 1315 personnes dans onze pays. Ces chiffres ne sont probablement que la pointe émergée de l'iceberg, car le virus de l'hépatite A ne provoque souvent que des symptômes très légers qui ne nécessitent pas une visite chez un médecin. Ce foyer particulier de cas d’infection est sans doute lié à des petits fruits surgelés importés, mais en dépit des enquêtes approfondies toutes les tentatives pour localiser la source ont jusqu'ici échoué et de nouveaux cas continuent d'être signalés.

???????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????Maintenant, l'information en provenance de Norvège pourrait fournir de nouvelles pistes pour aider à identifier l'origine du foyer de cas d’infection. Un certain nombre d'infections dues au virus de l'hépatite A par la même souche du virus responsable de la plus grande éclosion ont été liées pour la première fois à un produit alimentaire spécifique. Le coupable semble être un cake aux baies surgelé importé d'Allemagne. Armés de cette information, une enquête internationale est en cours pour suivre la traçabilité des baies utilisées dans le cake et savoir où elles ont été produites. Si cela peut être fait, il pourrait enfin être possible de mettre un terme à une épidémie plus large.

On pourrait se demander pourquoi les enquêteurs n'ont pas été en mesure de découvrir la source de l'épidémie après plus d'un an. Une partie du problème est que les infections comme l'hépatite A ont une longue période d'incubation, jusqu'à six semaines, avant que les symptômes ne se développent. C'est pourquoi il est si difficile pour les épidémiologistes d'établir un lien avec un aliment spécifique. Pouvez-vous me dire exactement ce que vous avez mangé il y a six semaines ? Mais la difficulté est aggravée par la complexité de la chaîne d'approvisionnement pour certains produits alimentaires. Alors que les baies surgelées semblent être le principal suspect dans ce foyers de cas d’infection, les suivre jusqu'à leur source s'est avéré être un défi majeur. Il s'agit d'un problème récurrent. Je me souviens avoir montré un schéma de la chaîne de distribution de laitues impliquées dans un foyer d’intoxication à Salmonella, il y a quelques années. Cela ressemblait au schéma d’un circuit particulièrement complexe d’un équipement électronique. Pas étonnant qu'il ait fallu des mois à la démêler.

Je soupçonne que les baies contaminées finiront par se révéler avoir suivi le même chemin tortueux, soulignant la nécessité croissante d'une meilleure traçabilité dans la chaîne alimentaire. Le minimum légal de la traçabilité sur papier, « un pas en avant, un pas en arrière », n'est plus adapté. Identifier la source d'épidémies, en particulier à travers des frontières internationales, repose sur la capacité à tracer des produits alimentaires jusqu’à leur lieu d'origine. Il est temps d'adopter une approche plus high-tech de la traçabilité. Des développements comme des puces RFID utilisant des marqueurs appelés des radio-étiquettes aideraient à garder la trace de cas individuels d'aliments en distribution beaucoup plus efficacement que des étiquettes en papier et un nouveau logiciel de traçabilité basé sur un cloud permet aux fournisseurs et aux clients de partager plus facilement des informations sur des livraisons. La traçabilité des aliments jusqu’à leur origine ne devrait pas avoir besoin des talents d’un détective comme Sherlock Holmes pour la réaliser.

Cas d’hépatite A en Norvège : un cake contenant un mélange de baies surgelées suspecté

22
avr
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Hygiène, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Union Européenne, Virus.

« Cas d'hépatite A en Norvège : un cake contenant un mélange de baies surgelées suspecté », source Food Safety Watch.

Les autorités de santé et de sécurité des aliments publiques norvégiennes ont rapporté qu'au moins 19 cas nationaux d'hépatite A identifiés le mois dernier dans le pays peuvent être liés à la consommation cake avec un mélange de baies surgelées importé d'Allemagne.

PHIL_2739_lores-300x230La souche épidémique du virus est signalée être la même que celle impliqué dans une épidémie en cours beaucoup plus importante qui a touché jusqu'à présent plus de 1300 personnes dans onze pays européens depuis janvier 2013. On soupçonne que cette épidémie de grande ampleur est associée à l’importation de petits fruits surgelés, mais aucune une source spécifique n'a été identifiée. Toutefois, les données épidémiologiques recueillies par les enquêteurs en Norvège ont établi un lien avec un type particulier de cake avec un mélange de baies surgelées qui a été consommé par au moins 11 des personnes touchées. Des échantillons de produits sont actuellement testés afin de rechercher une contamination par le virus de l'hépatite A.

Le cake surgelé en cause a été importé d'Allemagne et a été distribué à plusieurs lieux de restauration à travers le pays. L'importateur a retiré le produit du marché et a notifié le problème à ses clients. Des enquêtes internationales sont actuellement en cours pour déterminer l’origine des baies utilisées dans le cake suspect.

Le rapport norvégien intégral se trouve ici.

NB : On trouvera ici le communiqué de rappel du 17 avril 2014 des autorités allemandes concernant des cakes surgelés vendus uniquement en restauration.

Etats-Unis : Pourquoi des clients font-ils la queue pour se faire vacciner ?

22
avr
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Hygiène, Lavage des mains, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Virus.

Pourquoi sur la photo tous ces gens font-ils la queue, y-a-t-il une promotion ou bien s’agit-il de l’ouverture d’un énième fast-food ?

hep_photo

Selon Doug Powell du barfblog, « Les propriétaires d'entreprises alimentaires devraient s'inquiéter de l'hépatite A. Des personnes peuvent excréter le virus sans présenter de symptômes et même un excellent lavage des mains se traduira par des files d'attente à l'extérieur de l'entreprise ou au ministère de la santé pour que les clients reçoivent leur dose de vaccin post-exposition. Même avec les coûts associés au turn over, je ferais probablement vacciner mes salariés. »

C’est exactement ce qui est arrivé !

Selon Bill Marler, « Cette image vaut plus de 2000 vaccins contre hépatite A mais grâce à l'aimable autorisation de Papa John’s »

Cette image dit tout.

Le 21 avril était le dernier jour pour que des personnes soient vaccinés contre le virus de l’hépatite A, s’ils pensaient avoir été exposés après avoir consommé une pizza chez Papa John’s au nord-est de Charlotte.

Les responsables de la santé du comté ont déclaré un manager de Papa John’s sur Cambridge Commons Drive avait contracté le virus à l'étranger. Voir aussi WBTV.

Ah, les vacances à Cuba, que du malheur, surtout quand Salmonella est là !

20
avr
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Hygiène, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

hotel-playa-pesquero-1-300x199Et voici qu’un nouveau joli tour opérateur comme Thomas Cook continue de jouer insensiblement avec ses clients quand ils confirment 29 cas de « maladie bénigne » rapportés par des clients séjournant à l'Hôtel Playa Pesquero à Cuba durant les deux premières semaines d'avril.

« Cela représente seulement 1,5% de la population globale de  l’hôtel comprenant 1800 personnes, a déclaré l'opérateur.

L'opérateur a contesté les allégations faites par les spécialistes de la compensation en cas de maladie pendant des vacances, Your Holiday Claims*, selon lesquelles 80% des vacanciers étaient tombés malade en raison d'une éclosion à Salmonella dans l'hôtel.

Your Holiday Claims a allégué que de nombreux vacanciers britanniques avaient été emmenés à l'hôpital au cours de leur séjour. On a dit qu’ils ont eu du sérum physiologique en raison d’une déshydratation sévère après avoir été gravement malade, a dit le cabinet d'avocats.

Cook a répondu en disant : « Nous sommes conscients qu'un communiqué a été récemment publié par un avocat no-win, no-fee (pas de succès, pas d’honoraires).

« Nous répétons que ces allégations sont non fondées et nous les considérons comme profondément irresponsables. » Source Doug Powell du barfblog.

*Your Holiday Claims est, selon son site, l'un des leaders au Royaume-Uni sur la question des maladies et d’accidents pendant vos vacances et des avocats vous représentent sur la base, pas de succès, pas d’honoraires.