Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'TIAC'

Aucune catégorie

Des cas groupés à Salmonella dans l’Etat de Washington déclenchent une alerte sanitaire liée à du cochon grillé

4
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Règlementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Viande.

« Des cas groupés à Salmonella dans l’Etat de Washington déclenchent une alerte sanitaire liée à du cochon grillé », source CIDRAP News du 3 août 2015.

En raison de cas groupés de cas de maladie dans l’État de Washington, les responsables fédéraux de la santé émis le 31 juillet une alerte sanitaire sur le risque de maladies liées à Salmonella dans des porcs entiers utilisés pour être grillés.

pigroast

Matthew Almon Ross/ Flickr cc

Dans un communiqué, le Food Safety and Inspection Service (FSIS) de l’US Department of Agriculture (USDA) a dit qu’il a été informé de cas groupés à Salmonella I 4,[5],12:i- le 15 juillet, et, sur la base des informations du Washington State Department of Health (WSDH) et du Centers for Disease Control and Prevention (CDC), il suspecte un lien entre le rôtissage de porcs entiers grillés et huit cas groupés de maladie.

Le WSDH a déclaré que le nombre de personnes malades qui peuvent être liées à l’éclosion est passé à 90 et il a demandé au CDC d’envoyer une équipe spéciale pour l’aider à enquêter, selon un communiqué le 31 juillet. Le total est en hausse de 56 cas dans les huit comtés qui en ont rapportés le 23 juillet.

La consommation de porc ou la contamination de viande de porc crue est la plus forte piste jusqu’ici, mais aucune source spécifique n’a été identifiée. Pour certaines des personnes malades, la source probable semble avoir été des porcs entiers rôtis, cuits et servis lors d’événements privés.

Rôtir un cochon est un processus complexe et on a faire face à un certain nombre de problèmes de manipulation des aliments, a dit le FSIS. Il a conseillé aux consommateurs d’avoir à l’esprit les quatre étapes de la sécurité des aliments lors de la préparation des porcs rôtis : propreté, séparer, cuire et réfrigérer.

Mesures de sécurité sanitaire

Après avoir obtenu un cochon chez un revendeur réputé, l’animal doit être enveloppé dans un plastique et conservé au froid jusqu’à ce que la cuisson commence. Tout ce qui entre en contact avec l’ensemble de porc doit être après lavé avec de l’eau chaude savonneuse, y compris les mains et les ustensiles.

Les produits de porc doivent être cuits à une température interne minimale de 63°C avec une période de repos de 3 minutes. Ceux qui rôtissent un porc devraient fréquemment surveiller la température dans plusieurs endroits avec un thermomètre pour aliments et remettre du bois ou du charbon pour vous assurer que le feu reste chaud.

Lorsque vous servez de la viande de porc rôti, le FSIS recommande d’enlever assez de viande de la carcasse qui pourra être servie dans les 1 à 2 heures. Une fois que la viande est cuite, elle devrait être transférée dans des assiettes propres, et les restes sont conditionnés dans des contenants peu profonds et réfrigérés dans les 1 à 2 heures.

Des éclosions de maladies d’origine alimentaire ont été liées à du porc rôti par le passé. En 1987, le Journal of Food Protection a rapporté une éclosion dans le Colorado qui a rendu malade 20 personnes parmi les 57 invités qui ont participé à un rôtissage de porc. Bien que les échantillons de selles n’aient pas été analysés dans des conditions anaérobies, le profil de la maladie a suggéré fortement Clostridium perfringens.

NB : On peut aussi suivre les recommandations de l’Anses pour la cuisson au barbecue, mais il n’y a pas de mention de température ou de thermomètre.

Retour sur des melons cantaloups contaminés par Listeria monocytogenes aux Etats-Unis après l’éclosion de 2011

2
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

cantaloupe_salmonella(11)« Lettre de l’éditeur : Ils n’y pensent pas », source article de Dan Flynn du 2 août 2015 paru dans Food Safety News.

De retour de Portland, Oregon, où la réunion annuelle de l’International Association for Food Protection (IAFP) a eu lieu cette année, il est normal de penser à de grandes choses. Cette période de l’année, celle qui me vient à l’esprit est la sécurité sanitaire des fruits frais que nous ramassons.

Ainsi « cultivés en altitude » les melons cantaloups Rocky Ford, les pêches Palisade et toutes sortes de pastèques, d’abricots, de cerises et plus encore vont être vendus au marché du Centennial State, mais, à mon sens, la plupart des habitants du Colorado ne penseront pas trop à la « sécurité sanitaire des fruits. »

C’était pourtant il y a seulement quatre ans que des melons cantaloups du Colorado ont été contaminés par Listeria, provoquant l’une des plus meurtrières éclosions de maladies d’origine alimentaire de l’histoire des Etats-Unis.

IL y a environ trois ans, le Microbiological Data Program (MDP) de l’USDA, vieux de 11 ans, qui faisait environ 80% des analyses fédérales pour les pathogènes d’origine alimentaire sur les fruits et les légumes frais, s’est arrêté parce que l’industrie voulait le tuer.

C’est vrai. La réponse de notre gouvernement fédéral à la plus meurtrière éclosion du siècle a été d’arrêter un petit programme annuel de 5 millions de dollars qui avaient des laboratoires d’Etats de recherche des pathogènes qui pouvaient vous tuer.

Cependant, personne ou presque personne, ici dans le Colorado ou ailleurs ne peut se souvenir de tout cela. Dans un monde où tout va trop vite, trois à quatre ans en arrière est de l’histoire ancienne. Seuls les survivants se souviennent de l’éclosion causée par les melons cantaloups en 2011, et seuls les lobbyistes de l’industrie se souviennent que c’était drôle d’avoir fait arrêté le MDP.

Il y a un peu de réconfort, cependant, avec un nouveau rapport de la Food and Drug Administration (FDA) depuis l’éclosion mortelle de 2011 causée par Listeria monocytogenes dans des unités de conditionnement de melons cantaloups.

La FDA finalement ciblé 17 établissements, avec un accent sur ceux qui emballent les melons cantaloups frais dans une unité de conditionnement, pas des unités de transformation. Les 17 unités de conditionnement ont été prévenues 24 heures à l’avance de l’inspection par la FDA, qui est également venue après une campagne de sensibilisation par des associations professionnelles de l’industrie.

« Dans chaque entreprise, la FDA a prélevé des échantillons de l’environnement et des melons cantaloups avant et après emballage et a utilisé un questionnaire standardisé sur mesure pour les usines de conditionnement de melons cantaloups pour recueillir des informations et des observations sur chaque entreprise », dit le rapport de la FDA, qui comprenait la participation du gouvernement des États.

Fait intéressant, l’agence a dit qu’elle « ne dispose pas d’un inventaire complet des usines de conditionnement de melons cantaloups ; la plupart des unités de conditionnement qui sont présentes dans des exploitations agricoles ne doivent pas se faire enregistrer auprès de la FDA. »

Le projet initialement a identifié plus de 50 unités de conditionnement dans 18 Etats et indique qu’il a que « potentiellement atteint l’objectif de cette mission. » Mais il a constaté que certaines unités ne sont plus dans le business du melon cantaloup et d’autres sont liées à des unités de conditionnement liées à l’exploitation agricole.

Alors, ils se sont retrouvés avec 17 unités de conditionnement de melons cantaloups.

Cantalope_300(3)(1)« Certaines questions spécifiques observées par la FDA comprenaient : plusieurs entreprises avaient des surfaces en contact avec les aliments qui n’étaient pas nettoyables, souvent en raison de la construction avec des matériaux endommagés, corrodés ou poreux, l’accumulation de débris (saleté et matériel endommagé) sur les équipements, les installations de lavage des mains dans des endroits inappropriés et des vannes de vidange laissées ouvertes pendant les heures de travail permettant à l’eau d’un réservoir d’aller vers une autre unité adjacente de conditionnement partiellement close. Dans les cas où il y eu des observations, toutes les entreprises ont soumis des plans d’actions correctives », indique le rapport.

« Concernant nos prélèvements chez 8 des 17 entreprises inspectées, des échantillons de produits et de l’environnement ont été retrouvés négatifs pour Listeria. Chez 8 autres entreprises inspectées, des prélèvements l’environnement et des produits ont été recueillis et ont donné la présence d’espèces non pathogènes de Listeria. La présence occasionnelle d’espèces de Listeria n’est pas rare, même dans les environnements de transformation des aliments bien maîtrisés. »

« Ces résultats suggèrent cependant le potentiel pour L. monocytogenes d’être présent, et de plus, cela démontre l’efficacité des bonnes pratiques agricoles en évitant l’établissement de populations de L. monocytogenes et la nécessité de maintenir la vigilance en adhérant aux bonnes pratiques agricoles afin d’éviter un tel établissement à l’avenir. Dans une entreprise, nous avons détecté L. monocytogenes dans deux prélèvements, recueillis à la surface d’un convoyeur de melons cantaloups au même endroit », note le rapport.

Bien que des prélèvements et des analyses de fruits frais et de produits limités par la FDA ont survécu aux long knives de l’industrie, la quantité était si petite qu’il est très peu probable que des fruits frais et des produits que vous consommez soient près d’être analysés. L’enquête sur les unités d’emballage par la FDA est un signe positif pour ceux qui se demandent comment l’agence va vraiment aller à l’avenir vers la sécurité des produits.

NB : On pourra retrouver tous les articles sur ce sujet sur le blog ici.

Investigations de foyers de cas de cyclosporose aux États-Unis en 2015 probablement causés par de la coriandre

1
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

« Investigations de foyers de cas de cyclosporose aux États-Unis en 2015 », source communiqué du Centers for Disease Control and Prevention (CDC) du 31 juillet 2015.

salsa_with_cilantroFaits saillants.

  • Lire le communiqué de la FDA.
  • Lire les recommandations aux consommateurs
  • Cyclospora cayetanensis est un parasite unicellulaire qui provoque une infection intestinale appelée cyclosporose.
  • A la date du 30 juillet 2015, le CDC avait notifié de 358 personnes malades atteintes d’une infection à Cyclospora confirmée dans 26 Etats en 2015.
    • La plupart (199, 56%) des personnes malades ont eu l’apparition de la maladie, au 1er mai 2015 ou après et elles ne signalent de voyage à l’étranger avant l’apparition des symptômes. Les cas groupés de maladie liés aux restaurants ou à des événements ont été identifiés dans le Texas, le Wisconsin et la Géorgie.
    • Les investigations des cas groupés sont en cours dans le Texas et la Géorgie.
    • Les investigations des cas groupés dans le Wisconsin et le Texas ont préalablement identifié la coriandre comme un véhicule suspect.
    • Des investigations sont en cours pour identifier des aliments spécifiques liés aux cas qui ne font pas partie des groupes identifiés.
  • Des précédents foyers de cas américains de cyclosporose ont été liés à des produits frais importés, dont de la coriandre de la région de Puebla au Mexique. Voir sur le blog, 1 et 2.
  • Lire FDA Import Alert publiée le 27 juillet 2015.
  • Les consommateurs devraient continuer à profiter des bénéfices pour la santé de consommer des fruits et légumes frais dans le cadre d’un régime alimentaire bien équilibré.
  • Les consommateurs et les distributeurs devraient toujours suivre les recommandations de manipulation sûres des produits.
  • Plus d’informations sur Cyclospora peut être trouvé sur les pages du CDC.

15 personnes malades au Royaume-Uni à cause d’une éclosion à E. coli O157

30
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

butchers1.jpg-pwrt3-300x2251« 15 personnes malades au Royaume-Uni à cause d’une éclosion à E. coli O157 », source Doug Powell du barfblog.

La Public Health of England a confirmé aujourd’hui (29 juillet 2015 -aa) que les propriétaires de la boucherie Robinsons sur Neasham Avenue ont accepté une fermeture volontaire.

Cela intervient, au milieu d’autres rapports, d’un nouveau cas d’infection à E. coli O157 chez une personne qui a pu avoir mangé des produits prêts à être consommés de la boutique et cela fait l’objet d’une investigation.

Le dernier cas porte le nombre total de personnes atteintes par l’éclosion à 15.

Un cas précédent rapporté à Public Health of England a depuis contrôlé négatif.

Parmi ces cas, deux enfants et deux adultes restent à l’hôpital. Deux autres enfants hospitalisés sont sortis et sont en convalescence à la maison.

Les enfants sont âgés entre huit et 14 ans et deux d’entre eux sont connus pour être des élèves à l’école Northfield et au Sports College.

Personne de la boucherie Robinsons n’était disponible pour commenter ces informations.PHE_butcher

IAFP 2015 : Des nouvelles de la recherche sur les STEC aux Etats-Unis

30
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Non classé, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Viande.

« IAFP 2015: Une attention sur les programmes de recherche sur les STEC dans l’industrie du bœuf », source article de Dan Flynn du 30 juillet 2015 paru dans Food Safety News.

L’une des raisons pour laquelle des experts en sécurité des aliments fréquentent la réunion annuelle de l’International Association for Food Protection (IAFP) est de se rémémorer les très grandes choses qui s’y passent.

Un de celles-là est certainement le Coordinated Agricultural Project sur les E. coli producteurs de shigatoxines ou STEC CAP pour faire court. C’est, un projet multidisciplinaire sur plusieurs années de 25 millions de dollars avec des chercheurs de nombreuses universités financé par l’USDA Agriculture and Food Initiative.

beefcattle-usda406x250Les objectifs de la recherche avec les fonds du STEC CAP sont les huit sérotypes de E. coli – les sept déjà déclarés comme des contaminants dans le bœuf américain et le ‘tueur’ européen connu comme étant E. coli O104:H4. Le programme de recherche sur cinq ans conduit par l’université du Nebraska-Lincoln implique 48 scientifiques de 11 universités et d’ailleurs.

Les « STEC 8 » ciblés sont responsables de 265 000 cas de maladies aux États-Unis chaque année causées par la consommation d’aliments contaminés ou parce que des personnes ont été en contact direct avec des matières fécales de bovins et d’autres ruminants infectés.

Le STEC CAP a divisé son programme en un certain nombre de catégories, dont la détection, la biologie, les interventions, l’analyse des risques et la sensibilisation, a dit le Dr Randall Phebus de la Kansas State University à l’auditoire de l’IAFP à Portland, Oregon, plus tôt cette semaine.

Dans sa quatrième année, le STEC CAP veut tourner à plein régime, comprenant dans son programme de sensibilisation 68 stagiaires et 70 professeurs de lycée dans le projet.

Intitulée, « The Worlds of Shiga Toxin-producing E. coli and Beef Continue to Collide: So What’s Happening Lately? » (« Les mondes de E. coli producteurs de shigatoxines et du bœuf continuent à être en conflit : Alors, que s’est-il passé dernièrement ? »), la présentation a tenu ses promesses en montrant les résultats cumulés à ce jour des analyses de l’USDA pour E. coli. Sur 17 000 échantillons à ce jour, seuls 0,25% étaient positifs pour E. coli O157:H7, les E. coli producteurs de shigatoxines dangereuses les plus connus. Récemment nommés comme contaminants, 6 STEC – O26, O45, O103, O111, O121 et O145 – ont été retrouvés dans 2,4% des prélèvements par le Food Safety and Inspection Service de l’USDA.

Une autre partie importante de la présentation du STEC CAP était un compte-rendu d’un travail en cours sur les « interventions » afin de diminuer les risques d’avoir des E. coli producteurs de shigatoxines dans le bœuf. Le Dr Gary Acuff de la Texas A & M University a présenté ses résultats avec beaucoup de prudence. Il a dit que l’idée que les résultats des interventions obtenus par les chercheurs universitaires peuvent être transférés dans l’usine de transformation est « un rêve ».

Les interventions sont utilisées par l’industrie du bœuf à réduire l’incidence de E. coli sur les peaux et les carcasses, le tout dans un effort d’exclure les pathogènes hors de la viande bovine fraîche. Dans le STEC CAP, les chercheurs de la Texas A & M University, dirigés par Acuff, étudient une série de nouvelles méthodes allant des techniques d’eau chaude aux pulvérisations d’acide lactique.

Les chercheurs de la Texas A & M University mesurent leur progrès sur la base d’une « réductions en log », obtenant parfois une réduction de 6 log. Mais Acuff a mis en garde contre l’idée que les résultats de laboratoire peuvent automatiquement être obtenus dans une usine de viande de bœuf.