Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'TIAC'

Pas de catégorie

Les STEC non O157 et la cannelle

17
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

« Prévenir naturellement des maladies d’origine alimentaire avec la cannelle », source communiqué de la Washington State University du 16 juillet 2014.

En cherchant des moyens de prévenir certaines des maladies d’origine alimentaire les plus graves causées par des bactéries pathogènes, deux scientifiques de l’université d’État de Washington ont trouvé quelque chose de prometteur dans une épice commune en cuisine, la cannelle.

Les résultats récents ont été publiés dans la revue Food Control suggèrent que l’huile de Cinnamomum cassia peut agir efficacement en tant qu’antibactérien naturel dans l’industrie alimentaire. Les résultats de l’étude s’ajoutent à un ensemble de connaissances qui aideront à améliorer la sécurité des aliments et à réduire ou d’éliminer les cas d’intoxication alimentaire et des décès connexes.

imgresDans l’étude, l’huile essentielle a détruit plusieurs souches de Escherichia coli (E. coli) producteurs de shigatoxines connus par le Centers for Disease Control and Prevention étant des STEC non O157. L’étude portait sur six souches principales de STEC non O157, a déclaré la co-auteure, Lina Sheng, étudiante en troisième cycle à l’école en science des aliments.

L’huile de Cinnamomum cassia est efficace à faibles concentrations, dit-elle, environ 10 gouttes diluées dans un litre d’eau ont détruit les bactéries en 24 heures.

La hausse des préoccupations des additifs chimiques sur la santé a renforcé la demande pour les additifs alimentaires naturels, a déclaré la co-auteure Meijun Zhu, professeure à l’École en science des aliments.

« Notre objectif est d’explorer les composés bioactifs naturels dérivés des plantes comme antimicrobien pour maîtriser les pathogènes d’origine alimentaire, afin d’assurer la sécurité des produits réfrigérés », a-t-elle dit.

« L’huile peut être incorporée dans des films et des revêtements pour emballage de la viande et des produits réfrigérés », a dit Sheng. « Elle peut également être ajoutée lors de l’étape de lavage de la viande, des fruits ou des légumes pour éliminer les micro-organismes. »

Cinnamon cassia est produite principalement en Indonésie et a une odeur plus forte que l’autre variété de cannelle commune de Ceylan.

En plus de l’huile de Cinnamomum cassia, Sheng prévoit d’étudier une autre source naturelle pour détruire les bactéries. Elle et ses collègues étudieront le potentiel du pissenlit pour inhiber les bactéries liées à la mammite bovine, une infection des glandes mammaires des vaches laitières.

La culture de la sécurité des aliments est-elle un long fleuve tranquille chez Walmart ?

16
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Shigella, TIAC.

Screen-Shot-2014-06-26-at-5.13.27-PM-300x175Le restaurant Salsarita dans le Walmart Home Office Cafe rouvrira mercredi suite à d’une éclosion à Shigella qui a rendu malade plus d’une centaine de personnes.

Walmart a envoyé un courriel aux employés la semaine dernière les alertant que plusieurs changements seront apportés en cuisine.

Le courriel mentionnait qu’Eurest, la société tierce partie en charge de la gestion de la cuisine, va embaucher un manager en assurance de qualité et va recycler le personnel au sujet des protocoles de sécurité sanitaire de l’entreprise.

40/29 News a appris que le courriel a été envoyé le même jour qu’une inspection de suivi sanitaire qui a été réalisée par le service de santé du comté de Benton (Arkansas). Source Doug Powell du barfblog.

29 enfants victimes d’une intoxication alimentaire

16
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

barf_toiletSuite de l’article, A propos d’intoxications alimentaires récentes en France, selon le Courrier de l’Ouest du 15 juillet 2014, « 29 enfants victimes d’une intoxication alimentaire ».

« 29 enfants et 5 animatrices ou directrices des centres de loisirs d’Angrie et Challain-la-Potherie ont été victimes en fin de semaine dernière d’une intoxication alimentaire, et plus précisément d’une « suspicion de toxi-infection alimentaire collective (TIAC) », indique l’Agence régionale de santé.

Les symptômes (vomissements et maux de tête) de cette TIAC sont apparus le jeudi 10 et surtout le  vendredi 11 juillet. Ce jour-là, sur les 28 enfants d’Angrie qui sont allés faire une excursion à Pornic, 21 ont été malades, tout comme 8 enfants du centre de Challain-la-Potherie, et 5 animatrices ou directrices de ces deux centres de la fédération Familles rurales.

Pas d’information disponible sur le site de l’ARS Pays de la Loire à ma connaissance …

Va pour « la suspicion de toxi-infection alimentaire collective », mais comme d’hab, on va nous dire après coup que ce n’était pas une TIAC mais une gastro …

Mise à jour du 19 juillet 2014. D’après cette information de ce jour, le restaurateur hors de cause.

Mariage et intoxication alimentaire, norovirus inside ?

14
juil
1 commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

norovirusL’Union.fr du 14 juillet 2014 rapporte que « Vingt-six victimes d’intoxication alimentaire après un mariage »

Un des mariages célébrés ce week-end à Sedan ne s’est pas bien terminé pour vingt-six des invités. Réunis dimanche dans une salle louée du château fort, plusieurs ont commencé à développer les symptômes d’une intoxication alimentaire en fin d’après-midi.

Les pompiers et un médecin sont arrivés sur place. Dix-neuf personnes ont été transportées entre les hôpitaux de Sedan et de Charleville-Mézières.

Sept autres invités, déjà en route vers leur domicile, se sont sentis mal dans leur voiture. Les pompiers les ont récupérés au niveau de l’échangeur de Woinic pour les rediriger vers le CHU de Rethel.

Il apparaît que « les faits ont eu lieu dans la salle annexe louée par les mariés qui ont eux même amené leur nourriture. »

« L’État va effectuer des prélèvements dès demain (aujourd’hui) pour déterminer ce qui a causé cette intoxication », renseignait dimanche le sous-préfet.

Norovirus inside ?

Sur des sujets proches, on pourra lire N’allez pas à un repas de mariage s’il y a des fleurs et de la mayonnaise au menu ! et Après un enterrement, attention au choix du traiteur et à norovirus !

Prévalence de norovirus dans l’environnement de services de soins et d’entreprises de restauration aux Pays-Bas

14
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

Résumé.

Norovirus est certainement la cause la plus fréquente de gastro-entérite virale à travers le monde et peut être transmis de personne à personne, par des aliments ou des surfaces contaminées. La présente étude visait à examiner la prévalence de l’ARN de norovirus sur des surfaces de préparation des aliments et les zones sanitaires dans différents établissements santé et de comparer les résultats avec la prévalence dans des entreprises de restauration situées à proximité, principalement des restaurants, pour le grand public, comme sentinelle.

A cet effet, 1087 prélèvements environnementaux ont été réalisés pour la recherche de norovirus sur des surfaces dans 241 services de santé et 123 entreprises de restauration aux Pays-Bas qui n’avaient pas eu d’éclosion récemment déclarée de gastro-entérite à norovirus pendant la haute saison. L’ARN de norovirus a été détecté dans 15,1% des 73 des services de santé non hospitaliers, 11,1% des 54 des cuisines centrales des hôpitaux, 14,9% des 114 cuisines décentralisées des hôpitaux et 4,1% chez 123  entreprises de restauration situées à proximité. Vingt-cinq des 49 prélèvements positifs pour l’environnement ont été génotypés par analyse des séquences. Dans 7% des hôpitaux investigués (4/58), norovirus a été détecté dans deux ou plusieurs services. La prévalence de norovirus était significativement plus faible dans les zones de préparation des aliments que dans les installations sanitaires (p < 0,05), mais seulement dans les cuisines centrales des hôpitaux et les centres de santé non hospitaliers, mais pas dans les cuisines décentralisées des unités de soins ou dans les entreprises de restauration pour le grand public. Ces données suggèrent qu’il existe un besoin d’éducation sur les risques de transmission de norovirus lors de la manipulation des aliments par les employés de la santé utilisant des installations de cuisine.

Fais saillants.

  • La prévalence de norovirus dans 241 établissements de santé a été établie par des prélèvements environnementaux.
  • 123 restaurants voisins ont été utilisés comme sentinelles pour la recherche de norovirus parmi la population.
  • La prévalence était plus élevée dans les hôpitaux que dans les restaurants voisins.
  • Moins de norovirus sur les surfaces en contact avec les aliments dans les cuisines centrales par rapport à celles des unités de soins des patients.
  • Ils s‘agit de résultats évocateurs de différences dans les pratiques d’hygiène des mains entre différents types d’établissements.

Ingeborg L.A. Boxmana, Linda Verhoefb, Geke Hägelea, Kyara Klundera, Nathalie A.J.M. te Loekea, Harry Vennemab, Claudia C.C. Jansena, Marion Koopmans. Environmental testing for norovirus in various institutional settings using catering companies as sentinels for norovirus prevalence among the general population. Food Control, Volume 47, January 2015, Pages 98–102, DOI: 10.1016/j.foodcont.2014.06.026.

Commentaires. En France, une gastro-entérite aigue n’est pas souvent considérée comme une intoxication alimentaire, comme en témoigne cette information du journal Ouest-France du 11 juillet, « Il s’agit d’un syndrome aigu de gastro-entérite », a indiqué sur place le directeur de cabinet de la préfecture du Finistère. « Selon les conclusions concordantes de la direction départementale de la protection des populations (DDPP) et de la direction de la cohésion sociale, ni la gestion de la colonie, ni le camping ne sont en cause », a-t-il ajouté.

Ces derniers jours, plusieurs adultes avaient développé des gastro-entérites virales présentant les mêmes symptômes. « Il s’agit probablement d’un virus qui se propage par simple contact, notamment dans les sanitaires. Ce virus ne présente aucun danger pour des personnes en bonne santé », a-t-il souligné. »

Et quid du lavage des mains ?