Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'TIAC'

Aucune catégorie

Questions sur l’hygiène des aliments vues par la Commission européenne et les Etats membres de l’UE

29
juin
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, HACCP, Hygiène, Règlementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Union Européenne, Viande, Virus, Volaille.

Résumé du meeting du groupe de travail du conseil consultatif de la chaîne alimentaire, de la santé animale et de la santé des végétaux sur les questions d’hygiène des aliments du 28 mai 2015.

NB : Traduction et mise en page de ce document par mes soins. Chaque thème est accompagné d’un document plus ou moins dense que je vous invite à consulter, veille scientifique oblige …

1. Initiatives de l’UE pour faciliter la mise en œuvre du système HACCP dans le secteur des denrées alimentaires et des aliments pour animaux

Le résultat du projet de l’Office Alimentaire et Vétérinaire sur la mise en œuvre du système HACCP dans le secteur des denrées alimentaires et des aliments pour animaux a été présenté ainsi qu’une feuille de route pour des initiatives futures. Tout en soulignant l’importance de faciliter la mise en œuvre par les opérateurs alimentaires, au niveau des fédérations et au niveau national, l’accent a été mis sur des initiatives au niveau européen, dont une éventuelle révision du document existant d’orientation de l’UE sur la mise en œuvre de HACCP. Les intervenants représentant les petites et moyenne entreprises ont souligné la nécessité de conserver et de favoriser des dispositions de flexibilité.

Voir le document ici. Il est évoqué notamment une plate-forme HACCP avec un site Internet.

2. Document d’orientation de l’UE sur les bonnes pratiques d’hygiène pour les fruits et légumes

Les intervenants ont été informés des travaux en cours menées par la Commission comme le suivi des cinq avis de l’EFSA émis en 2014 liés aux risques posés par les pathogènes dans les aliments d’origine non animale (1, 2, 3, 4 et 5). Le projet du document d’orientation sur les bonnes pratiques d’hygiène qui a été préparé et a été discuté une première fois dans un groupe de travail restreint en avril 2015. Il couvrira la production agricole de denrées alimentaires d’origine non animale au stade de la production primaire, ciblant les pathogènes évalués par l’EFSA et étendu aux principaux pathogènes.

Il abordera des conseils d’hygiène pour les opérateurs alimentaires. Le débat en cours se poursuivra afin de parvenir à un échange général et une validation par tous les États membres et avec les parties prenantes. Enfin, une fois validé, il sera publié sur le site Internet de la DG SANTE.

Voir le document ici. Un guide serait en préparation.

3. État des lieux et questionnaire sur les conditions de température au cours du transport et du stockage de la viande

Un état des lieux a été fourni à l’EFSA ainsi que d’autres nouvelles preuves scientifiques. Un nouvel avis de l’EFSA devrait être publié d’ici la fin d’octobre 2015. Dans l’intervalle, la Commission consultera les États membres ultérieurement et les parties prenantes sur la mise en pratique et la maîtrise d’éventuelles nouvelles dispositions.

Voir le document ici. Un amendement serait en préparation au Point 3 du Chapitre VII de la section I de l’Annexe III du Règlement (CE) n°853/2004.

4.  Liste des pays tiers et des certificats d’importation pour la gélatine, le collagène, les matières premières (traitées) et certains produits hautement raffinés

Voir le document ici.

5. Résultat du questionnaire sur le marquage multiple de l’identification

Voir le document ici.

6. État d’avancement sur les questions des mollusques bivalves vivants

Voir le document ici.

7. Projet du document d’orientation sur l’application de l’article 14 du règlement (CE) n°178/2002 concernant les aliments contaminés par des STEC

Le résultat du questionnaire aux États membres et le projet actuel de document d’orientation (révision 4) ont été présentés. Les intervenants ont été invités à fournir des commentaires par écrit. Des arbres de décision sont proposés.

Voir le document ici. Des lignes directrices au niveau de la distribution seraient en préparation.

8. (BEUC) : État d’avancement sur Campylobacter et l’inspection de la viande de volailles

La Commission a indiqué que la maîtrise de Campylobacter est une haute priorité pour le Cabinet. Le mois prochain, les États membres et les parties prenantes seront consultés sur une approche intégrée sur la maîtrise de Campylobacter dans l’optique de la révision de l’inspection des viandes de volaille ainsi qu’une possible autorisation de décontamination.

Voir le document ici. Plusieurs États membres ont semble-t-il mis en place une maîtrise de Campylobacter. Lesquels, on ne le saura pas.

9. (Eurogroup for Animals) : Implicatio des vétérinaires officiels et du personnel de l’abattoir dans inspection à l’abattoir dans la révision du règlement relatif aux contrôles officiels

La Commission a déclaré que le rôle des vétérinaires officiels n’a pas changé et que le vétérinaire officie restera responsable de l’inspection ante et post mortem. Dans le même temps, la participation du personnel de l’abattoir est déjà prévu par le règlement (CE) n°854/2004.

Voir le document ici qui comprend la liste des fédérations et associations professionnelles et de consommateurs.

Les bains de boue au cours du Mud Day de Levens n’ont pas que des bienfaits, plus de 1000 personnes se sont signalés avec des troubles digestifs

26
juin
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

L’ARS PACA communique le 23 juin 2015 sur des « Cas groupés de troubles digestifs chez des participants au Mud Day à Levens (Alpes-Maritimes) ».

Sur la même page, se trouve un communiqué du 23 juin 2015, à télécharger, relatant cet incident mais avec seulement « 580 personnes, parmi les 8400 participants, se sont signalées à l’ARS Paca avec des symptômes de gastro-entérites, principalement des diarrhées, des vomissements, des douleurs abdominales et pour certains de la fièvre. »

TMSplashLe blog a décidé de retenir le premier communiqué de l’ARS PACA.

L’Agence régionale de santé Paca confirme la présence de cas groupés de personnes présentant des troubles digestifs (diarrhée, vomissements) associés à de la fièvre parmi les participants au Mud Day organisé à Levens dans le département des Alpes-Maritimes, le samedi 20 juin 2015.

A ce jour, plus de 1000 personnes, parmi les 8400 participants, se sont signalées à l’ARS Paca avec des symptômes de gastro-entérites, principalement des diarrhées, des vomissements, des douleurs abdominales et pour certains de la fièvre. Ces symptômes n’ont persisté que quelques heures et ont été suivis d’une fatigue intense.

Un seul patient a été hospitalisé, son état de santé présente aucune inquiétude.

Les patients qui se sont présentés à un service d’urgence ont, pour la plupart, bénéficié d’une analyse des selles afin de rechercher le germe en cause.

Actuellement, une enquête épidémiologique et environnementale est en cours.

Des mesures d’hygiène pour limiter la transmission

L’ARS Paca préconise des mesures d’hygiène visant à limiter la transmission potentielle des germes à l’entourage, notamment en demandant aux malades :

  • un lavage systématique des mains à l’eau et au savon ;
  • un séchage avec serviette papier jetable et éventuellement une friction des mains avec une solution hydro-alcoolique ;
  • éviter les contacts rapprochés avec l’entourage notamment les enfants et les personnes fragiles jusqu’à la fin des symptômes.

Enfin, il est recommandé de réaliser un nettoyage immédiat en cas de vomissements avec les produits de nettoyage habituel, puis de se laver les mains soigneusement.

Quel est le germe en cause ?

A l’heure actuelle, il est inconnu. Les analyses sont en cours. il s’agit probablement d’un virus ou d’une bactérie.

Le blog penche plus pour une bactérie compte des épisodes antérieurs rapportés dans la littérature généralement nord-américaine, et parmi les possibles candidats, E. coli et Campylobacter.

A suivre …

Mise à jour du 27 juin 2015. Un communiqué du 26 juin de l’ARS PACA « informe que les troubles digestifs survenus chez des participants au Mud Day de Levens le 20 juin 2015, sont liés à une infection à « Norovirus ». Ce virus, détecté dans les prélèvements effectués sur les personnes malades, est connu pour être la principale cause de gastro-entérite aigüe chez l’adulte.

Du fait de la grande résistance de ce virus dans l’environnement et de sa forte contagiosité, il est également connu pour provoquer des épidémies de grandes ampleurs. L’agence régionale de santé Paca précise que des analyses environnementales sont en cours. »

Bon, cela semble raté pour les pronostics …

Mise à jour du 28 juin 2015. A noter que le site internet du Mud Day diffuse toujours le 238 juin 2015 le communiqué de l’ARS PACA du 23 juin faisant état de 580 personnes touchées, étonnant, non ?

Surveillance des événements liés aux maladies d’origine alimentaire et hydrique en Europe de 2008 à 2013

25
juin
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Union Européenne.

Résumé.

Au cours des années 2008-2013, 215 alertes d’éclosions, également connues comme « demandes urgentes » (DU), pour des maladies d’origine alimentaire et hydrique ont été lancées en Europe, la majorité d’entre elles (135 ; 63%) étant liées à la salmonellose. Pour 110 (51%) DU, le véhicule potentiel de l’infection de l’aliment a été identifié, des légumes étant la catégorie la plus signalée (34 ; 31%). Un total de 28% (n = 60) des foyers déclarés avait une dimension internationale, impliquant au moins deux pays (moyenne : 4 ; écart type : 2 ; extrêmes : 2-14). Les pays participants ont affiché 2 343 messages (messages et les réponses initiales, à l’exception des mises à jour), avec une moyenne de 11 messages d’enquête urgente (extrêmes : 1-28). Parmi les 60 DU dans plusieurs pays, 50 ont mis en cause entre deux et quatre pays. Les DU ont permis la détection précoce d’éclosions multinationales, ont facilité l’identification des véhicules et, par conséquent, ont contribué à la mise en œuvre rapide de mesures de maîtrise. L’introduction d’une plate-forme de système d’information épidémique du renseignement en 2010 a renforcé le rôle du réseau Food- and Waterborne Diseases (FWD) and Zoonoses pour faciliter l’échange rapide d’informations entre les autorités de santé publique des pays participants.

Conclusion.

Les DU se sont avérées réussir à faciliter la détection de foyers de cas d’infections dans plusieurs pays liés aux aliments et à l’eau et sont devenues un élément clé de la surveillance des évènements liés aux éclosions dans l’UE/EEE.

L’introduction de la plate-forme EPIS-FWD (Epidemic Intelligence Information System for FWD ou EPIS-FWD) en 2010 a renforcé le rôle du réseau FWD afin de faciliter l’échange rapide d’informations entre les pays. Combinée avec les données recueillies par l’EFSA sur les éclosions, l’interface utilisateur donne un bon aperçu des caractéristiques des foyers de cas d’infections multinationales liés aux aliments et à l’eau signalés au niveau l’UE/EEE.

Notre analyse montre la nécessité de renforcer la coordination entre les évaluateurs des risques et les gestionnaires du risque au niveau l’UE/EEE, en particulier lorsque la déclaration des événements à EPIS-FWD, au Early Warning and Response System (EWRS) et au RASFF. Cela pourrait être soutenue par le développement de lignes directrices intersectorielles pour la déclaration d’éclosions.

Comme il n’a pas été possible de définir des critères qui identifient les événements signalés comme DU et qui deviendraient des éclosions multinationales, des lignes directrices pour les messages d’une DU devrait pas être restrictive et les pays participants devraient être encouragés à poster une DU dès qu’ils détectent tout événement inhabituel lié aux aliments et à l’eau.

Des études complémentaires doivent être menées afin d’évaluer la capacité d’une DU afin de détecter des éclosions dans plusieurs états et d’évaluer l’impact de la DU sur la répartition géographique des éclosions et la résolution des sources des éclosions.

RéférenceGossner CM, de Jong B, Hoebe CJ, Coulombier D, European Food and Waterborne Diseases Study Group. Event-based surveillance of food- and waterborne diseases in Europe: ‘urgent inquiries’ (outbreak alerts) during 2008 to 2013. Euro Surveill. 2015;20(25):pii=21166.

NB : L’amélioration sensible de la communication des pays de l’UE au sujet des alertes notifiées au RASFF serait un plus. Il serait bien aussi d’informer les consommateurs, un peu de transparence n’a jamais de mal !

Les bienfaits des bains de boue au cours du Mud Day de Levens

23
juin
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

muday_levens_arspaca_alerte_sanitaire_actuLa pélothérapie, c’est-à-dire les bienfaits supposés des bains de boue est connue depuis l’antiquité …

Si l’on recherche le terme « mud » (boue) dans le barfblog de Doug Powell, on va y retrouver plus d’une dizaine d’articles depuis cinq ans traitant de cas d’intoxications et autres maux d’estomac après une course à pied ou à vélo liée à l’ingestion plus ou moins involontaire de boue. On lira sur le blog cet article de mai 2012, Maladies gastro-intestinales, boue et VTT.

En France on découvre ce concept et l’ARS PACA dans un communiqué du 22 juin 2015 indique « Participants au Mud Day : ce message vous concerne. »

Depuis quelques heures, une trentaine de patients sur 8 000 participants au Mud Day qui s’est déroulé ce samedi 20 juin à Levens, se sont présentés dans des services d’urgence avec des symptômes tels que frissons, vomissements, diarrhées.

mountain_bike_mudL’Agence régionale de santé Paca, en coordination avec la cellule interrégionale d’épidémiologie et les établissements hospitaliers, travaille actuellement sur un recensement des cas et des causes associés à ces symptômes.

L’ARS propose aussi des Questions-réponses pour les usagers.

On peut lire de façon assez cocasse et à l’ouest ce communiqué du 22 juin 2015 des organisateurs de The Mud Day,

Devant les messages qu’ils reçoivent depuis le début de l’après-midi via les réseaux sociaux, et des quelques appels téléphoniques qu’ils ont eus, les organisateurs de The Mud Day qui s’est déroulé samedi dernier, ont immédiatement décidé de mettre tout en œuvre afin de déterminer quelle pourrait être l’origine des maux d’estomac dont certains concurrents se plaignent.

Ah bon !

Le blog signale que si vous n’avez été encore malade au cours de ce Mud Day de Levens, il y a d’autres dates en France en 2015, Amnéville, 4 & 5 juillet, Lyon, 5 & 6 septembre, Cabourg, 19 septembre, Cap Découverte, 17 octobre, etc.

Selon La Libre.be, « On peut même parler d’épidémie selon la préfecture des Alpes-Maritimes qui prend le sujet très au sérieux. Le « plan blanc » réservé aux « situations de crises exceptionnelles » a même été déclenché à la clinique Saint-Jean située à Cagnes-sur-Mer. »

Epidémie de gastros voir plus si affinité et mais aussi épidémie de messages sur les réseaux dits sociaux …

Mise à jour au 25 juin 2015. Selon un communiqué de l’ARS PACA du 23 juin 2015, Un dispositif de veille et de sécurité sanitaire a été immédiatement mis en œuvre. Les personnes présentant les symptômes décrits ont été invitées à se signaler auprès de l’équipe de médecins de l’ARS Paca en adressant un courriel sur la plateforme de veille et d’alerte sanitaire : ars-paca-vss-enq@ars.sante.fr.

A ce jour, plus de 1000 personnes, parmi les 8400 participants, se sont signalées à l’ARS Paca avec des symptômes de gastro-entérites, principalement des diarrhées, des vomissements, des douleurs abdominales et pour certains de la fièvre. Ces symptômes n’ont persisté que quelques heures et ont été suivis d’une fatigue intense.

Un seul patient a été hospitalisé, son état de santé ne présente aucune inquiétude. Les patients qui se sont présentés à un service d’urgence ont, pour la plupart, bénéficié d’une analyse des selles afin de rechercher le germe en cause.

Actuellement, une enquête épidémiologique et environnementale est en cours.

Les organisateurs de ce Mud Day sont toujours en retard d’un train car leur dernier communiqué du 23 juin 2015 indiquait, A ce jour, 580 personnes, parmi les 8400 participants, se sont signalées à l’ARS Paca avec des symptômes de gastro-entérites, principalement des diarrhées, des vomissements, des douleurs abdominales et pour certains de la fièvre. Ces symptômes n’ont persisté que quelques heures et ont été suivis d’une fatigue intense.

Une infographie sur la sécurité sanitaire des aliments qui ne tient pas compte de la baisse des effectifs dédiés aux contrôles

16
juin
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

Le ministère de l’agriculture propose une infographie, voir-ci-dessous, «  la sécurité sanitaire des aliments », source Services Vétérinaires.info.

On ne peut que souscrire à ce travail de synthèse, mais cette infographie masquent certaines réalités actuelles, comme le rapporte l’InVS.

Selon les données de l’InVS sur les toxi-infections alimentaires collectives en France en 2013, « le nombre de foyers de TIAC survenus en restauration commerciale et collective a augmenté de 8 et 25 %, respectivement ».

Mais une information donnera, qui sait, du baume au cœur aux services de contrôle, l’InVS note dans ce document :

« Le nombre et la part des TIAC déclarées en restauration commerciale continue à augmenter depuis 2002. Cette augmentation est observée dans un contexte de diminution de contrôle des établissements en raison des baisses d’effectifs dédiés aux contrôles. Bien que les causes ne soient pas totalement déterminées, l’augmentation du nombre de TIAC liées à la restauration commerciale constitue un signal qui mérite attention. »

Signal que l’infographie ne mentionne pas …

Mais peut-être que prochainement, on aura même droit à un communiqué du ministère de l’agriculture sur le sujet, qui sait ?

Autre aspect, on apprend que le coût total de l’inspection sanitaire est de 350 millions d’euros par an, que je considère comme pas très élevé, mais quel est le coût des maladies infectieuses d’origine alimentaire par an ? Encore un secret défense !

fd32fde8-2c4a-43db-bc47-b6f6e0fbcaa1