Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Union Européenne'

Aucune catégorie

Si l’information est un élément essentiel pour établir la confiance des consommateurs, comment être informé sur les rappels d’aliments en France ?

27
août
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Rappel, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

De nombreuse personnes m’interrogent sur comment être informé sur les rappels d’aliments en France ? Existe-t-il des sites officiels et/ou des sites privés ?

Pour répondre à ces questions, un petit préambule, si vous le voulez bien sous forme de gags …

Lu le 25 août 2015 sur le site Internet des services vétérinaires information, une interview du directeur général de l’alimentation, « L’information du citoyen est un élément essentiel pour établir la confiance ».

recalltag_406x250Ah bon ! Donc les sites officiels de rappels devraient nous informer ? Eh bien non, comme nous allons le voir plus loin …

Autre gag ou plutôt un bug, lorsque que l’on cherche à savoir « Comment fonctionne le système d’alerte sanitaire en France ? » sur le site du ministère de l’agriculture, on tombe depuis plusieurs jours sur une page qui dite « page momentanément indisponible ». C’est très pratique …

Le 24 août, j’ai un point des sites traitant de rappels d’aliments et voici ce que cela donne :

Comme chacun peut en juger c’est un résultat consternant pour les sites officiels. Mais alors que dire du ministère de la santé pratiquement absent sur la sécurité sanitaire des aliments ?

Autres sites très utiles :

Quand on songe que le gouvernement souhaite mettre fin au journal 60 millions de consommateurs et à l’INC, on comprend mieux … Et, si je vous disais qu’avec tous ces sites réunis, les rappels de produits alimentaires ne font pas 100% !

Pour savoir, souvent à l’avance, ce qui se passe en France au niveau rappel de produits, j’invite les lecteurs de ce blog à aller aussi sur les sites francophones des pays voisins. Ainsi, il faut aller sur le site de l’AFSCA sur les rappels de produits alimentaires, le site des autorités du Luxembourg et le site de l’OSAV (Office fédéral de la sécurité alimentaires et des affaires vétérinaires) pour la Suisse.

Enfin, le site du RASFF de l’Union Européenne est un précieux outil d’information brute.

Des entreprises alimentaires font de la publicité presque exclusivement sur des aliments malsains, selon Foodwatch

26
août
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Nutrition, Santé, Union Européenne.

euractiv« Foodwatch : Des entreprises alimentaires font de la publicité presque exclusivement sur des aliments malsains », source EurActiv.

Extraits.

Les médecins et les organisations de consommateurs réclament une interdiction de la publicité sur la junk food (malbouffe) aux enfants, selon une étude récente qui indique que l’autoréglementation de l’industrie est un échec.

En 2007, les plus grandes entreprises alimentaires européennes se sont engagées à un « EU Pledge » ou « Engagement pris par l’UE », dans lequel ils avaient promis de « changer la façon dont ils font la publicité aux enfants ». Ils se sont également engagés à faire de la publicité pour des denrées alimentaires pour enfants de moins de 12 ans si les produits répondaient à des critères nutritionnels spécifiques. Cependant, à ce jour, les fabricants commercialisent presque exclusivement des aliments malsains, comme cela a été documenté à Berlin par l’étude réalisée par l’ONG Foodwatch.

Foodwatch a examiné 281 produits fabriqués par les producteurs allemands qui ont signé l’engagement pris par l’UE, dont Kellogg’s, Ferrero, Danone, Nestlé et Coca-Cola. L’étude indique que seulement 29 de ces produits devaient être commercialisés aux enfants selon les critères de l’OMS pour un régime alimentaire équilibré.

« Avec ses engagements à consonance douce, l’industrie alimentaire s’est elle-même placée sur la ligne de front de la lutte contre l’obésité et la malnutrition – alors que simultanément elle commercialise des tonnes de bonbons et de la malbouffe, particulièrement destinés aux enfants Une manœuvre triste de relations publiques », a déclaré Oliver Huizinga, analyste chez Foodwatch.

Parmi les entreprises analysées, McDonald’s et Nestlé ont eu des notes marqué relativement bonnes. Près d’un tiers des produits que les chaînes de fast-food commercialisent vers les enfants répondent à des critères nutritionnels de l’OMS. Dans le cas de Nestlé, 11 des 42 produits qui ont été testés répondaient à ces critères. Coca-Cola et PepsiCo ont eu une moins bon résultats. Pas un produit commercialisé qui peut être classé comme sain, selon la classification de l’OMS.

Néonicotinoïdes: la pulvérisation foliaire présente un risque pour les abeilles

26
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

Selon un communiqué de l’EFSA du 26 août 2015, « Néonicotinoïdes: la pulvérisation foliaire présente un risque pour les abeilles ».

slides_nicotinoidsL’EFSA confirme que l’application de pesticides néonicotinoïdes sous forme de pulvérisation foliaire constitue un risque pour les abeilles. L’Autorité publie ce jour son évaluation des risques pour les abeilles associés à la clothianidine, l’imidaclopride et le thiaméthoxame, pour tous les usages autres que le traitement des semences et les granules. Dans les cas où l’évaluation a pu être finalisée, des risques élevés ont été identifiés ou n’ont pas pu être exclus. Dans les autres cas, l’évaluation des risques n’a pas pu être portée à terme en raison de lacunes dans les données.

Les conclusions sont conformes à celles atteintes par l’EFSA il y a deux ans, lorsqu’elle avait évalué les risques encourus par les abeilles suite à l’utilisation de ces trois substances en tant que traitement de semences ou sous forme de granules.

Après avoir renforcé les restrictions concernant l’utilisation des néonicotinoïdes en 2013, la Commission européenne avait demandé que toutes les autres utilisations de ces produits fassent l’objet d’une évaluation.

L’utilisation de ces trois substances en tant que traitement de semences ou de sol est actuellement interdite sur les cultures qui attirent les abeilles et sur les céréales autres que les céréales d’hiver, excepté dans les serres. Leur utilisation dans des traitements foliaires est interdite sur les cultures qui attirent les abeilles et les céréales, sauf dans les serres ou après la floraison.

Une association de consommateurs danois retrouvé des allergènes et des ‘perturbateurs endocriniens suspects’ dans des savons

25
août
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Lavage des mains, Règlementation, Santé, Union Européenne.

Selon Chemical Watch, « Le Conseil danois des consommateurs a retrouvé des allergènes et des ‘perturbateurs endocriniens suspects’ dans les savons ».

Le Conseil danois des consommateurs dit qu’un tiers des savons pour les mains et un quart des lotions pour le corps, qu’il a récemment analysé, contenaient soit des conservateurs allergéniques ou des substances soupçonnées d’être des perturbateurs endocriniens (PE).

haandsaeberwebBeaucoup de parfums ont également été retrouvés causer des allergies.

Pensez Chimie ou Tænk Kemi en danois une publication indépendante du Conseil danois des consommateurs, a étudié 76 savons et 54 lotions pour le corps.

Quatre des savons testés se sont révélés contenir les perturbateurs endocriniens suspectés : deux contenait du triclosan, un contenait du méthoxycinnamate d’éthylhexyle et un autre contenait un antioxydant de l’hydroxytoluène butylé (BHT).

Les autres substances présentes comprenaient : du formaldéhyde et des conservateurs, le méthylchloroisothiazolinone et le méthylisothiazolinone (MCI et MI).

Onze des lotions pour le corps analysées contenaient des perturbateurs endocriniens suspectés. Ceux-ci comprenaient des parabènes, du BHT et du cyclopentasiloxane.

Le Conseil note que ceux-ci ne sont pas interdits, mais recommande de les éviter.

Les autres substances présentes comprenaient :

des conservateurs comme le formaldéhyde, le 2-bromo-2-nitropropane-1,3-diol, le DMDM hydantoin, l’hydroxyméthylglycinate de sodium et le diazolidinylurée.

Il n’a pas été retrouvé de carcinogènes suspectés dans aucune des lotions.

Retard à l’information pour un rappel d’aliment en France par l’exemple

24
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Rappel, Règlementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

Dans l’article du 21 août 2015, Ronde des rappels, semaine 34 de 2015, je signalais cette alerte au RASFF notifiée par les Pays-Bas le 18 août 2015.

Il s’agissait de la référence 2015.1075, Salmonella (présence dans 25g) dans un agent de moulage de barres ou gaufrettes chocolatées des Pays-Bas. Distribution Australie, Autriche, Belgique, France, Allemagne, Irlande, Italie, Luxembourg, Malte, Suède, Suisse, Pays-Bas, Pologne, Royaume-Uni.

recallIl y a eu plusieurs communiqués de rappel publiés en Belgique (21 août), Suisse (21 août), Royaume-Uni (21 août), Allemagne (19 août), Pays-Bas (20 août), Suède (18 août), Irlande (20 août) et Luxembourg (25 août) mais toujours pas de la part de nos autorités en France (?)

Et voilà qu’on apprend par Auchan qui propose sur son site Rappel Qualité, une information consommateur le 24 août 2015 concernant le rappel de produits :

Nom de la société : Nutrition & SantéRoute de Castelnaudary, 31250 Revel. Téléphone : 0800 20 20 53

Par principe de précaution, la société Nutrition & Santé procède au rappel de :

Barre Chocolait, code EAN 3 175 681 121 324, correspondant aux lots 5138, 5190 et 5191, en raison d’une possible contamination par Salmonelle.

Les produits concernés sont ceux portant les dates de durabilité minimales suivantes:

  • 31/05/2016
  • 31/07/2016
  • 31/07/2016

Ces lots ont été retirés de la consommation. Malgré tout, certains produits ont pu être commercialisés avant la mesure de retrait. Il est demandé aux personnes qui détiendraient des produits appartenant à ces lots de ne pas les consommer et de les rapporter au magasin, où ils leur seront remboursés.

NB : Cela devient une habitude, en France, on est informé, mais souvent en retard. Par ailleurs, malgré les engagements de l’entreprise, S’engager donne du sens, je ne trouve pas trace de rappel du produit sur le site Internet de l’entreprise. Enfin, je ne vois pas ce que vient faire ici le principe de précaution …

Mise à jour du 25 août 2015. On lira ou écoutera le directeur général de l’alimentation rapporter sans rire que L’information du citoyen est un élément essentiel pour établir la confiance. On ne doit pas avoir la même exigence en matière d’information …

Autre mise à jour, la publication par Carrefour, mieux vaut tard que jamais, du rappel de Barre chocolait Gerblé sans gluten, pour cause de possible contamination par Salmonella.