Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Virus'

Pas de catégorie

Maîtrise des épidémies de gastro-entérite chez les personnes âgées dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes en France, on doit pouvoir mieux faire !

25
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Virus.

ehpadRésumé.

Cet article décrit les épidémies de cas de gastro-entérite chez des personnes âgées dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) en France de novembre 2010 à mai 2012 rapporté par le système de surveillance des cas de gastro-entérite en EHPAD. Un total de 1072 foyers ont été signalés, causant 26 551 épisodes de maladie et 60 décès. Le taux d’attaque médian chez les résidents était de 32%. Norovirus et la transmission de personne à personne étaient l’étiologie et le mode de transmission le plus fréquemment rapporté. Des mesures de maîtrise ont été mises en œuvre dans 1054 (98%) foyers et pour 928 foyers, un calendrier de telles mesures pourrait être établi. Parmi ceux-ci, 799 (86%) avait pris des mesures de maîtrise en vigueur dans les trois jours de l’apparition du premier cas. Les épidémies de gastro-entérite dans les EHPAD entraînent une morbidité et une mortalité substantielle chez les personnes âgées en France. Les EHPAD sont encouragés à élaborer des plans de prévention et de maîtrise des infections et à notifier toute épidémie de gastro-entérite aux autorités de santé pour assurer un contrôle rapide.

Dans la discussion, les auteurs notent :

Il convient de noter, dans notre étude, que certaines mesures de maîtrise ont été moins fréquemment mises en œuvre que d’autres (par exemple, l’exclusion de membres du personnel symptomatique, la limitation des activités de groupe), car ils peuvent contribuer à prévenir la transmission dans les foyers avec une transmission de personne à personne. Étant donné la forte proportion de foyers avec au moins un membre du personnel malade (88%) et leur rôle éventuel dans la transmission de l’infection aux résidents, exiger que, les membres du personnel s’arrêtent temporairement de travailler lorsqu’ils sont symptomatiques est une mesure pertinente dans la gestion des épidémies. L’observation selon laquelle cette mesure a été mise en œuvre dans seulement 64% des foyers avec au moins un membre du personnel malade soulève des inquiétudes. Cela peut être dû à des difficultés rencontrées du fait de la désorganisation résultant du personnel et du service. Cela montre la nécessité de plans d’urgence portant sur ces problèmes et identifiant des solutions de remplacement du personnel.

Barret AS, Jourdan-da Silva N, Ambert-Balay K, Delmas G, Bone A, Thiolet JM, Vaillant V. Surveillance for outbreaks of gastroenteritis in elderly long-term care facilities in France, November 2010 to May 2012 . Euro Surveill. 2014;19(29):pii=20859.

Les virus tout au long de la vie et du temps

24
juil
Aucun commentaire
Classé dans Environnement, Microbiologie, Non classé, Santé, Virus.

VirusesThroughoutLifeL’Américan Academy of Microbiology publie « Les virus tout au long de la vie & du temps : amis, ennemis, agents du changement (Viruses Throughout Life & Time: Friends, Foes, Change Agents) ».

Résumé.

Contrairement à leur réputation négative comme agents causal de maladies, certains virus peuvent exercer des fonctions biologiques et évolutives essentielles qui aident à façonner le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui, selon un nouveau rapport de l’American Academy of Microbiology.

« Les virus participent aux processus essentiels de la Terre et influencent toutes les formes de vie sur la planète, de la contribution aux cycles biogéochimiques, façonnant la composition atmosphérique, et conduisant aux grands événements de la spéciation », déclare Marilyn Roossinck de l’université d’État de Pennsylvanie, une membre du comité de pilotage qui a contribué à l’organisation du colloque.

Le rapport, Viruses Throughout Life & Time: Friends, Foes, Change Agents, est basé sur la délibération d’un groupe d’experts scientifiques qui se sont réunis pendant deux jours à San Francisco, Californie en juillet 2013 pour répondre à une série de questions concernant la diversité des rôles que les virus jouent dans le monde naturel.

« L’inspiration de la tenue du colloque était que les études de métagénomique récentes sur les virus ont indiqué que nous savons très peu de choses sur le monde réel des virus. La quasi-totalité de la recherche publiée porte sur les virus qui causent des maladies chez l’homme et les plantes et les animaux domestiques. Cela ne représente certainement qu’une très petite fraction des virus qui existent vraiment », dit Roossinck. « Il est très important de comprendre le monde réel des virus, car cela peut éclairer notre compréhension de base de la vie et de ses origines, ainsi que les grands phénomènes de la terre comme le cycle du carbone. »

Au-delà de leur impact pathogène, le rapport examine en profondeur la taille de la virosphère, l’origine des virus, le rôle biologique et écologique des virus, et comment ces formes vivantes ont contribué à l’évolution. D’autres faits saillants du rapport expliquent comment certains virus sont des organismes commensaux ou symbiotes, leur fonctionnement dans les communautés microbiennes et leur rôle dans le maintien de la biosphère. L’éventail des responsabilités assumées par les virus est dû à leur diversité de séquence et leur plasticité génomique incroyables, dénommée « matière noire virale ».

Le rapport conclut en stimulant les lecteurs à réfléchir sur ces questions clés : « Que se passerait-t-il si les virus n’avaient jamais existé sur Terre ? La vie aurait-elle évolué très différemment ? »

La recherche continue sur les virus aidera à répondre à ces questions passionnantes.

Foyer de cas à norovirus lors de la préparation des Jeux du Commonwealth lié à des toilettes qui « n’étaient pas comme elles auraient dû être »

20
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Lavage des mains, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Virus.

Foyer de cas à norovirus lors de la préparation des Jeux du Commonwealth lié à des toilettes qui « n’étaient pas comme elles auraient dû être », article publié le 20 juillet 2014 par Ben Chapman du barfblog.

Des toilettes du personnel aux Jeux du Commonwealth 2014 de Glasgow ont eu un problème de norovirus. Selon The Scotsman.com, près de 50 membres (53 au 19 juillet, selon le NHS -aa) du personnel des Jeux ont eu une maladie gastro-intestinale et une toilette mobile est montrée du doigt comme étant à l’origine du problème.

job_site_restrooms-300x216Le Premier ministre d’Ecosse, Alex Salmond, a dit que les responsables étaient « confiants » car ils avaient identifié la cause probable du foyer, qui a déclenché une alerte de santé quelques jours avant que les Jeux  2014 de Glasgow ne commencent.

Aucun athlète ou officiel d’une équipe ont été touchés par ce foyer suspect de cas à norovirus et le NHS Greater Glasgow and Clydea dit le bloc sanitaire a été fermé pour prévenir l’infection par ce microbe – qui conduit à la maladie et à de la diarrhée – de se propager davantage.

Dr Gillian Penrice, médecin en santé publique pour le NHS Greater Glasgow and Clyde, a déclaré : « Comme nous nous attendions, le nombre de nouveaux cas continue de diminuer.

S’exprimant à l’issue de la dernière réunion du groupe stratégique des Jeux 2014 de Glasgow samedi, M. Salmond a déclaré : « Nous sommes convaincus que nous avons identifié la cause du foyer, une installation temporaire qui « n’était pas comme elle aurait dû être »,

« Aurait dû être » signifie avoir du savon, de l’eau courante, des essuie-mains en papier et un programme de nettoyage et de désinfection, dit Ben Chapman.

Ronde des rappels 2014 : semaine 29

19
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne, Virus.

Commencées avec « La ronde des rappels : semaine 49 » de 2009, les notifications des rappels cités ne prétendent pas à l’exhaustivité dans la mesure il n’est pas possible d’avoir accès à toutes les sources permettant d’identifier le rappel d’un produit. Les pays frontaliers de la France constituent une aide précieuse. Les informations recueillies sont issues du portail RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed ou Réseau d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux).

  • Référence RASFF 2014.0993, risque de blessures dû à des bouteilles en surpression avec un risque de rupture du bouchon de fermeture de bouteilles de sambal oelek des Pays-Bas ; notification par les Pays-Bas. Distribution Autriche, Belgique, Bosnie-Herzégovine, République Tchèque, France, Allemagne, Pays-Bas, Pologne, Slovaquie, Suède, Suisse, Royaume-Uni.
  • Référence RASFF 2014.0988, Salmonella Brandenburg (présence dans 25g) dans de la poudre de fromages des Pays-Bas ; alerte notifiée par les Pays-Bas. Distribution France, Hongrie, Pays-Bas.
  • Référence RASFF 2014.0986, Bacillus cereus (22000 UFC/g) dans de la ricotta réfrigérée d’Italie ; Notification par l’Italie. Distribution France, Italie, Singapour.
  • Référence RASFF 2014.0984, Listeria monocytogenes (> 10 CFU/g) dans du gorgonzola d’Italie ; alerte notifiée par la France. Retrait du marché.
  • Référence RASFF 2014.0974, mercure (0,57 mg/kg) dans de la rascasse réfrigérée (Scorpaena scrofa) de Tunisie ; notification par la France. Distribution restreinte en France.
  • Référence RASFF 2014.0973, Listeria monocytogenes (1500 ufc/g) dans du boudin blanc de France ; notification par la France. Le produit est présumé n’être plus sur le marché. Distribution France, Royaume-Uni. Date du prélèvement le 27 juin, date de la notification le 16 juillet 2014. Voir à ce sujet cet article utile sur le blog.
  • Référence RASFF 2014.0972, norovirus (présence dans 25g) de framboises congelées de Serbie, via la Belgique et via la France ; alerte notifiée par la Suède. Pas de distribution en Suède.

Tableau ci-dessous (à la date du 19 juillet 2014) de la liste des pathogènes identifiés dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux pour la semaine 29 de 2014 par les Etats membres.

sem29_path

Une ‘sandwich artist’ explique que sa manager de Subway l’a faite travailler alors qu’elle était malade

17
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Santé, Sécurité des aliments, Virus.

« Une sandwich artist explique que sa manager de Subway l’a faite travailler alors qu’elle était malade », source Ben Chapman du barfblog du 17 juillet 2014.

Je vous vois venir, vous ne savez pas ce qu’est un ou une sandwich artist ? Eh bien, moi non plus, je ne savais pas ! Il ‘agit d’un(e) employé(e) de la chaîne de fast food, Subway, il fallait y penser, et le marketing l’a fait !

Norovirus est le parfait pathogène humain. Avec sa dose infectieuse moyenne faible et sa stabilité, norovirus est construit pour être transféré. Au-delà de sa durée de vie, des milliards de particules peut être présentes dans chaque gramme de matières fécales et de vomissements d’une personne infectée et elles peuvent ainsi être transférées via des vecteurs passifs, l’aliment et de l’eau.

imagesUne sorte de cauchemar pour un restaurant si un de leur membre du personnel de cuisine travaille tout en étant malade.

Et une situation pire est quand une manager dit à une manipulatrice d’aliments malade qu’elle ne peut pas rentrer à la maison avant que le rush de midi ne soit terminé. C’est apparemment ce qui s’est passé chez Suway à Freeport dans le Texas. Selon Emily Thomas du Huffington Post, l’ancienne sandwich artist, Elizabeth Taff, a finalement été congédiée pour vouloir rentrer à la maison parce qu’elle avait vomi.

Une employée de Subway à Freeport, Texas, affirme qu’elle a été contrainte de continuer à travailler pendant son quart tout en souffrant d’un microbe à l’estomac (ou une gastro –aa), puis a été licenciée le même jour.

Elizabeth Taff, 24 ans, dit qu’elle était si malade qu’elle pouvait à peine se tenir debout et a vomi plusieurs fois au cours de son quart, le 11 juillet, mais sa manager a refusé de la laisser partir à moins qu’elle ne trouve quelqu’un pour la remplacer.

« Environ 40 minutes après le début de mon quart, je me suis senti nauséeuse. Ma bouche avait un reflux et je savais que j’étais sur le point de vomir. J’ai couru aux toilettes et j’ai vomi à plusieurs reprises », a déclaré Taff au Huffington Post. « Je suis allé voir ma manager, [mais] elle m’a dit de trouver mon propre remplaçant pour le rush du déjeuner. »

Taff dit qu’elle l’a alors fait appeler assez vivement pour être passée au travers de l’heure de pointe, dans l’espoir de trouver un autre employé pour assurer son quart. Mais personne d’autre n’était disponible, dit-elle.

Elle a remarqué du vomi sur mes vêtements de travail et, plutôt que de retenir une nouvelle chemise de travail sur mon salaire, elle a téléphoné à quelqu’un pour qu’on lui apporte une tenue propre, a-t-elle dit. Elle soutient également qu’elle n’a pas laissé son travail de peur de se faire virer et de perdre son salaire.

S’adressant à un nouveau média local, KPRC, Taff a exprimé sa préoccupation au sujet de l’impact que sa maladie aurait pu avoir sur les clients.

« Je touchais les sandwichs de tout le monde », dit-elle. « Je suis comme ça, ‘Ce n’est pas juste’. « J’avais des gants, mais ça ne fait rien. »

En fin de compte, elle a été licenciée ce jour-là. Subway affirme que la décision était due à sa « mauvaise performance et son insubordination », rapporte KPRC.

« J’étais sur mes genoux [sur l'herbe à l'extérieur du restaurant], tandis que [la manager] m’a réprimandé avec des remarques telles que « vous êtes si stupide, si vous ne pouvez pas travailler tout en vous sentant malade, vous n’avez pas besoin de travailler ici, tout ce que vous aviez à faire c’était de changer de chemise et de terminer votre quart », a dit Taff au HuffPost. « Elle m’a dit que j’étais licencié car j’étais incapable de parler, en raison des vomissements un peu partout. »