Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Virus'

Pas de catégorie

Comment des bactéries de l’intestin nous aident à combattre les virus ?

17
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Santé, Virus.

Comment des bactéries de l’intestin nous aident à combattre les virus ?, source NPR.

Si c’était un serpent, il nous aurait mordu.

Le secret de l’arrêt d’un virus stomacal mortel peut être là dans notre intestin, ont rapporté des scientifiques dans la revue Science. Plus précisément, le traitement est dans notre microbiome – les milliers de milliards de bactéries qui sont présentes discrètement dans le tractus gastro-intestinal.

Des immunologistes de la Georgia State University ont découvert qu’un petit composant des bactéries de l’intestin peut prévenir et guérir une infection à rotavirus chez la souris.

Voir aussi le communiqué de Georgia State University, « Researchers Prevent, Cure Rotavirus Infection Using Novel Method ».

npr_bacteria_gut_wide-bf19edfd3592bfd17a24f9f24322a89663dead5f-s900-c85

NB : Dessin de Michael DeForge pour NPR.

Un cas de grippe aviaire H5N8 aux Pays-Bas, l’AFSCA de Belgique enfin informée !

17
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne, Virus, Volaille.

On savait déjà que la coopération sanitaire entre les Etats-membres avait du plomb dans l’aile, l’exemple des notifications des alertes au RASFF sont nombreux, mais là il s’agit de la santé animale, et il se dit que l’AFSCA de Belgique n’a pas été officiellement informée du cas de grippe aviaire H5N8 au Pays-Bas.

Le spectre de la grippe aviaire refait surface aux Pays-Bas, l’Afsca enfin informée, selon DH.be.

aviaireL’Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire (Afsca) a été officiellement informée par les autorités néerlandaises quant à un cas de grippe aviaire H5N8 dans une exploitation de volailles à Hekendorp, dans la province d’Utrecht, a-t-elle indiqué dimanche après-midi. L’agence belge suit la situation et a à son tour transmis l’information au secteur.

Le virus de la grippe aviaire, hautement contagieux et qui a atteint une exploitation de volailles à Hekendorp, dans la province d’Utrecht, aux Pays-Bas, est de type H5N8, soit le même type de virus que celui décelé début novembre en Allemagne, a indiqué dimanche le secrétaire d’État néerlandais aux Affaires économiques, Sharon Dijksma.

L’autorité néerlandaise a informé la Commission européenne, qui a ensuite prévenu l’Afsca. L’Afsca souligne que la zone concernée aux Pays-Bas n’a pas une forte densité d’exploitations de volailles et qu’elle est ne se trouve pas à proximité de la frontière.

La contaminée a été décelée lors d’un contrôle de routine. Les Pays-Bas ont décidé dimanche une interdiction de transport de volaille, d’œufs, de déjections et de litière souillée pour une durée maximale de 72 heures. L’interdiction de transport de volaille sera maintenue durant 30 jours dans un rayon de 10 km autour de l’élevage affecté. Les 150.000 volailles élevées dans la ferme affectée seront toutes euthanasiées.

Je n’ai rien lu sur le site de l’organisation mondiale de la santé animale ou OIE … mais cela devrait venir (?).

Partir au Sahara pour vivre une expérience unique, pourquoi pas ? Mais c’est sans oublier norovirus inside une tempête de sable !

16
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Santé, Sécurité des aliments, Virus.

Oublier les croisières et le risque de contracter une gastro d’origine virale, le plus souvent à norovirus, bref être seul au monde pour ne plus être victime de cette gastro-entérite aiguë (GEA) plus ou moins hivernale, dont l’Institut de Veille Sanitaire« en population générale a estimé dans une étude réalisée de mai 2009 à avril 2010 en France métropolitaine, que plus de 21 millions d’épisodes de GEA survenaient chaque année en France (Van Cauteren D et al. 2012). »

Partir au Sahara, donc rien de tel pour oublier cette maudite gastro ?

Mauvaise pioche !

sevenoaks.noro_.sandstorm-300x201« Tout ce que vous pouviez entendre, c’était des gens qui vomissaient et la nuit au Sahara, le bruit s’entend loin, pour un « trekker » frappé par norovirus lors d’une tempête de sable ». Source Doug Powell du barfblog du 15 novembre 2014.

Un collecteur de fonds de Sevenoaks (Angleterre) a dû être secouru au Sahara après que son groupe et lui ont été frappés par norovirus lors d’une tempête de sable.

Mike Purtill, d’Amherst Place à Riverhead, était depuis cinq jours et 50 km dans un trek de l’Alzheimer’s Society quand le désastre l’a atteint.

« On nous a dit de dormir que dormir à l’extérieur était une véritable expérience », a déclaré Monsieur Purtill qui était l’un des 30 à être terrassé. « Mais c’était plus comme dans une scène d’un film d’horreur. Tout ce que vous pouviez entendre c’était des gens qui vomissaient et, bien d’autres choses. La nuit dans le Sahara, le bruit s’entend très loin. »

Avec la situation qui se dégradait, des véhicules 4×4 ont été envoyés pour ramasser le groupe débraillé.

Avec tous leurs symptômes aigus et la violente tempête de sable, le groupe a voyagé à travers le désert accidenté afin de recevoir des soins médicaux.

Royaume-Uni : Virus de l’hépatite E et les saucisses de porc

12
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Viande, Virus.

Angleterre et Pays de Galles : « Une saucisse sur 10 possède un risque du virus de l’hépatite E », source BBC News du 11 novembre 2014.

Nous verrons que ce chiffre est un peu voire très élevé pour être honnête et que cela se situe plus près de 1% …

Une saucisse et un produit de viande de porc transformée sur 10 en Angleterre et au Pays de Galles pourrait causer une infection au virus de l’hépatite E (VHE) si ces produits ne sont pas assez cuits, avertissent des experts.

_78911926_c0072139-meat_production_plant-splIl y a eu une « hausse brutale » du nombre de cas en Angleterre et au Pays de Galles car les personnes ne réalisent pas le risque, selon des scientifiques.

Les saucisses doivent être cuites pendant 20 minutes à 70°C pour tuer le virus.

Bien que les cas graves soient rares, le VHE peut causer des dommages au foie ou être fatal.

Les chiffres officiels du gouvernement montrent qu’il y avait 124 cas confirmés de VHE en 2003, qui ont atteint 691 cas en 2013. Il y avait 461 cas au cours des six premiers mois de l’année 2014, selon le tableau montrant le nombre de cas d’hépatite E en Angleterre et au Pays de Galles depuis 2003.

Les symptômes comprennent la jaunisse et parfois de la fatigue, de la fièvre, des nausées, des vomissements et des douleurs abdominales.

Cela étant, le professeur Tedder University College London (UCL) a dit le chiffre de 1 saucisse sur 10 présentant un risque potentiel d’hépatite E, si elle est mal cuite, doit être interprétée avec prudence.

« Ce chiffre a été pris à partir d’une petite enquête (sur 63 saucisses), et il est peu probable que cela soit représentatif du Royaume-Uni dans son ensemble. »

« Compte tenu de ce qui est connu sur la prévalence de la virémie élevée au moment de l’abattage au Royaume-Uni, un chiffre plus représentatif serait d’environ 1% de saucisses, et tout risque d’infection peut être atténué en s’assurant que les saucisses soient bien cuites. »

Notre vin aurait une dette envers d’anciens virus

11
nov
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Santé, Virus.

imagesUne équipe de scientifiques de l’University of Queensland (UQ) a découvert que le cépage pinot noir doit une grande partie de son patrimoine génétique à des anciens virus de plantes.

virus-grape-iStock_000007161441La prochaine fois que vous vous servirez un verre de vin, portez un toast aux virus vieux de 30 millions d’années qui ont contribué à la constitution génétique du raisin moderne.

Dans une étude publiée dans Nature Communications, le Dr Andrew Geering et ses collègues ont cartographié la présence de virus de 30 millions d’années dans l’ADN du pinot noir ADN.

Les virus sont généralement une malédiction pour les agriculteurs en raison des dommages qu’ils causent aux cultures, mais cette étude suggère également qu’ils jouent un rôle évolutif vital.

La suite ici.