Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Volaille'

Pas de catégorie

Le jus de poulet améliore l’attachement aux surfaces et la formation de biofilm de Campylobacter jejuni

19
oct
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments, Volaille.

campylobacter_jejuniRésumé.

La pathogène bactérien Campylobacter jejuni est transmis principalement par la consommation de denrées alimentaires contaminées, en particulier de la viande de volaille. Dans les environnements de transformation des aliments, C. jejuni doit survivre à une multitude de stress et il a besoin de recourir à des mécanismes de survie spécifiques, tels que le biofilm. Une première étape dans la formation du biofilm est la fixation des bactéries à une surface. Ici, nous avons étudié les effets d’un exsudat de la viande de poulet (jus de poulet) sur l’attachement de C. jejuni aux surfaces et la formation du biofilm. La supplémentation du bouillon Brucella avec ≥ 5% de jus de poulet a entraîné une augmentation de la formation de biofilm sur des surfaces  en verre, polystyrène et en acier inoxydable avec quatre isolats de C. jejuni et un isolat de C. coli dans des conditions de microaérobie et aérobies. Quand on l’incube avec du jus de poulet, C. jejuni est à la fois capable de se développer et de former des biofilms en culture statique dans des conditions aérobies. La microscopie électronique a montré que les cellules de C. jejuni ont été associées à des particules de jus de poulet fixées à la surface abiotique, plutôt que sur  la surface elle-même. Ceci suggère que le jus de poulet contribue à la formation de biofilms par C. jejuni en couvrant et conditionnant la surface abiotique et qu’il est une source de substances nutritives. Le jus de poulet a été en mesure de permettre la réduction de la formation de biofilms d’un mutant sans flagelle de C. jejuni, indiquant que le jus de poulet peut favoriser la transmission dans la chaîne alimentaire d’isolats à motilité réduite. Nous fournissons ici un modèle utile pour étudier l’interaction des biofilms de C. jejuni dans des conditions significatives de la chaîne alimentaire et nous montrons également un mécanisme possible pour l’attachement des cellules de C. jejuni et l’initiation du biofilm sur des surfaces abiotiques au sein de la chaîne alimentaire.

Helen L. Brown, Mark Reuter, Louise J. Salt, Kathryn L. Cross, Roy P. Betts and Arnoud H. M. van Vliet. Chicken Juice Enhances Surface Attachment and Biofilm Formation of Campylobacter jejuni. Appl. Environ. Microbiol. November 2014 vol. 80 no. 22 7053-7060.

Que faire avec le poulet dans la cuisine ? Un manque d’hygiène en cuisine peut vous rendre malade !

17
oct
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Lavage des mains, Nettoyage-Désinfection, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Volaille.

campy_freeAprès la campagne tonique de la Food Standards Agency sur Campylobacter le poulet, reprise par l’EFSA, « Lancement de la campagne anti-Campylobacter au Royaume-Uni », voici que c’est au tour du BfR d’Allemagne de proposer le 10 octobre 2014 un document (26/2014) : « Que faire avec le poulet dans la cuisine ? Un manque d’hygiène en cuisine peut vous rendre malade ».

Un film du BfR propose des recommandations aux consommateurs sur l’hygiène en cuisine.

Un manque d’hygiène lors de la manipulation des aliments est une cause importante d’éclosions de maladies infectieuses d’origine alimentaire. Pour cette raison, l’Institut fédéral pour l’évaluation des risques (BfR) a publié sur internet un film de deux minutes sur le sujet suivant,  « Que faire avec le poulet dans la cuisine ? Les données sur les cas de maladies montrent que nous devons fournir plus d’informations, même aux jeunes personnes sur la façon de manipuler correctement les aliments », a déclaré le président du BfR, le Professeur Andreas Hensel. « Afin d’atteindre ce groupe cible, le BfR a fait un clip vidéo sur le thème important de la contamination croisée, c’est-à-dire le transfert de germes d’aliments, généralement des aliments crus, vers des aliments prêts à être consommés. »

NB : Le film très humoristique est sans paroles, qu’on se dise ! A quand une campagne de l’Anses ?

Rappel d’aliments et information des consommateurs : Quand nos autorités ne font pas le job !

11
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, Volaille.

Je me félicitais il y a quelques jours de l’information rapide par la DGCCRF à propos du rappel d’un produit « marque repère » de chez Leclerc. Il s’agissait de conserves d’épinards en branches de marque Notre Jardin pour cause de présence de morceaux de plastique dur.

Cela étant dans l’univers impitoyable des rappels, je suis passé à côté d’un autre rappel d’un produit « marque repère » de chez Leclerc. Il s’agissait d’un rappel du 26 septembre 2014 concernant un « Plateau Mix Volaille X16 960G – 6 Merguez de volaille 300g et 6 saucisses de volaille 300g VOLANDRY ».

En raison d’un risque de présence de SALMONELLE dans les produits portant les références suivantes (et uniquement ces références) :

rappel_volaille

Un contrôle microbiologique a mis en évidence dans les produits cités ci-dessus la présence de Salmonelle.
Ces produits ont été commercialisés dans le rayon Libre Service à partir du 18/09/2014. Par précaution il est demandé aux personnes qui en auraient acheté, et qui en détiendraient encore, de ne pas les consommer et de les rapporter au magasin. 

Avec rappel, on peut se demander pourquoi le ministère de l’agriculture ne fait pas le job en informant systématiquement les consommateur, manque de crédit ? D »autres raisons ?

Ronde des rappels 2014 : semaine 41

10
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Listeria, Rappel, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne, Volaille.

RASFF-LogoCommencées avec « La ronde des rappels : semaine 49 » de 2009, les notifications des rappels cités ne prétendent pas à l’exhaustivité dans la mesure il n’est pas possible d’avoir accès à toutes les sources permettant d’identifier le rappel d’un produit. Les pays frontaliers de la France constituent une aide précieuse. Les informations recueillies sont issues du portail RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed ou Réseau d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux).

  • Référence RASFF 2014.1388, présence possible de Bacillus anthracis dans de la viande bovine de Pologne, avec des matières premières de Slovaquie ; alerte notifiée par les Pays-Bas. Distribution Belgique, Danemark, France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Portugal, Suède.
  • Référence RASFF 2014.1386, Listeria monocytogenes (< 10 ufc/g) dans du pâté au riesling de France ; alerte notifiée par la France. Distribution France, Allemagne, Luxembourg.
  • Référence RASFF 2014.1383, histamine (entre 90 and 200 mg/kg) du surimi (Engraulis ringens) surgelé du Pérou ; notification par la France. Distribution en France.
  • Référence RASFF 2014.1381, taux trop élevé de sélénium (0,92 mg/kg) dans des aliments pour poissons de France ; notification par l’Allemagne. Distribution en Allemagne.
  • Référence RASFF 2014.1378, taux trop élevé de sélénium (0,93 mg/kg) dans des aliments pour poissons de France ; notification par l’Allemagne. Distribution en Allemagne.
  • Référence RASFF 2014.1376, Salmonella enteritidis (présence dans 25g) dans des poulets jaunes réfrigérés de France ; alerte notifiée par la France. Distribution Belgique, France, Allemagne, Pays-Bas, Royaume-Uni.
  • Référence RASFF 2014.1374, Listeria monocytogenes (110 cfu/g) dans du jambon cuit (bio –aa) et de la mortadelle (bio –aa) d’Italie ; alerte notifiée par la France. Distribution en France. Voir les articles 1 et 2 sur ce rappel.
  • Référence RASFF 2014.1373, Salmonella spp. (présence dans 25g) dans du fromage au lait cru de France ; alerte notifiée par le Danemark. Distribution Danemark. Voir un article sur ce rappel.
  • Référence RASFF 2014.1368, cadmium (2,22 mg/kg) dans des murex pourpres (Murex brandaris) et des murex tuberculés (Murex trunculus) réfrigérées d’Italie ; notification par l’Italie. Distribution France, Italie.

Pour l’instant aucun rappel n’a fait l’objet d’une information par nos autorités. Pas de tableau ci-dessous (à la date du 10 octobre 2014) de la liste des pathogènes identifiés dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux pour la semaine 41 de 2014 par les Etats membres, pour des raisons techniques.

Pour information, il y a eu 19 notifications pour la présence de pathogènes dont deux rejets aux frontières. Bonne semaine pour les pathogènes, notamment pour Salmonella et Listeria pour 16 notifications sur 19 !

Nouvelle-Zélande : Enlever la contamination fécale réduit-elle le taux de Campylobacter ?

10
oct
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Microbiologie, Nettoyage-Désinfection, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Volaille.

2011-April-230-e1314634823506-1-300x200« Enlever la contamination fécale réduit-elle le taux de  Campylobacter ? » Source Doug Powell du barfblog du 10 octobre 2014.

Le changement ayant pour but de nettoyer la contamination fécale des caisses sales de transport des poulets a épargné aux Néo-Zélandais des centaines de cas à Campylobacter, disent les autorités.

Une nouvelle étude présentait à une conférence sur la santé a révélé que problème en Nouvelle-Zélande concernant le microbe douloureux et embarrassant entraînant la gastro est désormais du passé grâce aux évolutions de l’industrie.

À son apogée, Campylobacter était épidémique dans le pays et sa présence était la plus élevée du monde occidental, ce qui coûtait 60 millions de dollars par an, principalement en salaires perdus de personnes forcées de prendre des jours de congé pour soigner des maux de ventre et arrêter la propagation contagieuse.

Les volailles infectées étaient l’une des principales sources du problème.

Gail Duncan du ministère des industries primaires a dit devant le NZ Population Health Congress à Auckland que de simples changements à la réglementation sur la transformation de la volaille ont conduit à une chute radicale de 58% des infections.

Un changement clé était de commencer par laver les caisses utilisées pour le transport des poulets vers des usines de transformation, la création d’un environnement plus propre et l’arrêt de la contamination croisée qui alimente l’épidémie.