Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Volaille'

Pas de catégorie

Etats-Unis : Des médecins se disent préoccupés par l’utilisation des antibiotiques comme promotteur de croissance dans l’élevage des animaux

24
oct
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Santé, Sécurité des aliments, Viande, Volaille.

beefcattle-usda406x250« Un sondage de Consumer Reports révèle que les médecins sont préoccupés par l’utilisation des antibiotiques dans l’élevage des animaux  », source Food Safety News du 24 octobre 2014.

Les médecins sont préoccupés par la pratique en élevage de donner des antibiotiques à des animaux sains pour la promotion de la croissance et la prévention des maladies, selon un sondage réalisé par un sondage national de Consumer Reports.

Le sondage national, effectué le mois dernier, a interrogé 500 médecins de famille et de médecine interne et a constaté que 93% ont dit qu’ils sont préoccupés par l’utilisation des antibiotiques chez l’animal.

Quatre-vingt-cinq pour cent des médecins ont dit qu’ils avaient traité un patient avec un cas suspect ou confirmé d’une infection résistante aux antibiotiques dans l’année écoulée.

« Ce sondage souligne combien il est important de préserver l’efficacité des antibiotiques », a déclaré Jean Halloran, directeur de la réglementation alimentaire à Consumers Union, le bras réglementaire et juridique de Consumer Reports. « Nous faisons appel aux chaînes de supermarchés, qui ont un effet de levier énorme sur les producteurs de viande, pour mettre fin à la sur-utilisation des antibiotiques dans l’élevage. »

Jeudi, Consumers Union a également remis une lettre signée par 2 000 professionnels de la santé au siège de Trader Joe en Californie demandant à la chaîne de magasins de vendre seulement de la viande d’animaux élevés sans antibiotiques à doses sub-thérapeutiques.

© Food Safety News

Commentaires : Il fallait y penser, dans tout l’arsenal développé pour limiter l’usage des antibiotiques dans l’élevage des animaux, on avait oublié le rôle de lobbying pouvant être exercé par les médecins, c’est désormais chose faite ! A suivre …

Etats-Unis : Il est demandé au ministère de l’agriculture de « Get the Shit out of our Poultry »

21
oct
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Non classé, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Volaille.

gao-300x300Le GAO* à l’USDA, « Get the Shit out of our Poultry ». Source article de Bill Marler du 20 octobre 2014 paru dans le Marlerblog.

Le Government Accountability Office (GAO) des Etats-Unis a publié un rapport de 67 pages rendu public intitulé, « USDA Needs to Strengthen Its Approach to Protecting Human Health from Pathogens in Poultry Products » (L’USDA doit renforcer son approche de protection de la santé humaine contre les pathogènes dans les produits de volaille). Le GAO suggère que l’USDA prenne quatre actions spécifiques :

  • Pour faire en sorte que les efforts du Food Safety and Inspection Service (FSIS) protègent la santé humaine en réduisant la contamination par Salmonella et Campylobacter dans les produits de volaille réglementés par le FSIS, le ministre de l’agriculture devrait ordonner à l’administrateur du FSIS de développer rapidement des mesures de la performance vis-à-vis de Salmonella avec des objectifs associés aux carcasses de jeunes dindes afin de surveiller si cela permet aux usines d’être en conformité avec les standards qui répondent aux objectifs de l’agence.
  • Pour faire en sorte que les efforts du FSIS protègent la santé humaine en réduisant la contamination par Salmonella et de Campylobacter dans les produits de volaille réglementés par le FSIS, une fois que le FSIS aura révisé ses standards vis-à-vis de Salmonella sur le poulet haché et la dinde hachée, le ministre de l’agriculture devrait ordonner à l’administrateur du FSIS d’élaborer rapidement des mesures de la performance vis-à-vis de Salmonella avec des objectifs associés à ces produits afin de surveiller si cela permet aux usines d’être en conformité avec les standards qui répondent aux objectifs de l’agence.
  • Pour faire en sorte que les efforts du FSIS protègent la santé humaine en réduisant la contamination par Salmonella et de Campylobacter dans les produits de volaille réglementés par le FSIS, une fois que FSIS aura établi des catégories de conformité des sites pour Campylobacter chez les carcasses des jeunes poulets et des jeunes dindes, le ministre de l’agriculture devrait ordonner à l’administrateur du FSIS d’élaborer rapidement des mesures de la performance vis-à-vis de Campylobacter avec des objectifs associés à ces produits afin de surveiller si cela permet aux usines d’être en conformité avec les standards qui répondent aux objectifs de l’agence.
  • Pour faire en sorte que les efforts du FSIS protègent la santé humaine en réduisant la contamination par Salmonella et de Campylobacter dans les produits de volaille réglementés par le FSIS, dans la future révision des lignes directrices de conformité à la maîtrise de Salmonella et de Campylobacter, le ministre de l’agriculture devrait ordonner à l’administrateur du FSIS de s’assurer de l’inclusion d’informations sur l’efficacité de chaque pratique recommandée au niveau de l’élevage afin de réduire ces pathogènes dans les volailles vivantes.

« Get the Shit out of our Poultry » ou Mettre la merde hors de nos volailles …

*Le Government Accountability Office (GAO) est l’organisme d’audit, d’évaluation et d’investigation du Congrès des États-Unis chargé du contrôle des comptes publics du budget fédéral des États-Unis. Le GAO est aussi appelé l’agence du Congrès des Etats-Unis.

Le jus de poulet améliore l’attachement aux surfaces et la formation de biofilm de Campylobacter jejuni

19
oct
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments, Volaille.

campylobacter_jejuniRésumé.

La pathogène bactérien Campylobacter jejuni est transmis principalement par la consommation de denrées alimentaires contaminées, en particulier de la viande de volaille. Dans les environnements de transformation des aliments, C. jejuni doit survivre à une multitude de stress et il a besoin de recourir à des mécanismes de survie spécifiques, tels que le biofilm. Une première étape dans la formation du biofilm est la fixation des bactéries à une surface. Ici, nous avons étudié les effets d’un exsudat de la viande de poulet (jus de poulet) sur l’attachement de C. jejuni aux surfaces et la formation du biofilm. La supplémentation du bouillon Brucella avec ≥ 5% de jus de poulet a entraîné une augmentation de la formation de biofilm sur des surfaces  en verre, polystyrène et en acier inoxydable avec quatre isolats de C. jejuni et un isolat de C. coli dans des conditions de microaérobie et aérobies. Quand on l’incube avec du jus de poulet, C. jejuni est à la fois capable de se développer et de former des biofilms en culture statique dans des conditions aérobies. La microscopie électronique a montré que les cellules de C. jejuni ont été associées à des particules de jus de poulet fixées à la surface abiotique, plutôt que sur  la surface elle-même. Ceci suggère que le jus de poulet contribue à la formation de biofilms par C. jejuni en couvrant et conditionnant la surface abiotique et qu’il est une source de substances nutritives. Le jus de poulet a été en mesure de permettre la réduction de la formation de biofilms d’un mutant sans flagelle de C. jejuni, indiquant que le jus de poulet peut favoriser la transmission dans la chaîne alimentaire d’isolats à motilité réduite. Nous fournissons ici un modèle utile pour étudier l’interaction des biofilms de C. jejuni dans des conditions significatives de la chaîne alimentaire et nous montrons également un mécanisme possible pour l’attachement des cellules de C. jejuni et l’initiation du biofilm sur des surfaces abiotiques au sein de la chaîne alimentaire.

Helen L. Brown, Mark Reuter, Louise J. Salt, Kathryn L. Cross, Roy P. Betts and Arnoud H. M. van Vliet. Chicken Juice Enhances Surface Attachment and Biofilm Formation of Campylobacter jejuni. Appl. Environ. Microbiol. November 2014 vol. 80 no. 22 7053-7060.

Que faire avec le poulet dans la cuisine ? Un manque d’hygiène en cuisine peut vous rendre malade !

17
oct
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Lavage des mains, Nettoyage-Désinfection, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Volaille.

campy_freeAprès la campagne tonique de la Food Standards Agency sur Campylobacter le poulet, reprise par l’EFSA, « Lancement de la campagne anti-Campylobacter au Royaume-Uni », voici que c’est au tour du BfR d’Allemagne de proposer le 10 octobre 2014 un document (26/2014) : « Que faire avec le poulet dans la cuisine ? Un manque d’hygiène en cuisine peut vous rendre malade ».

Un film du BfR propose des recommandations aux consommateurs sur l’hygiène en cuisine.

Un manque d’hygiène lors de la manipulation des aliments est une cause importante d’éclosions de maladies infectieuses d’origine alimentaire. Pour cette raison, l’Institut fédéral pour l’évaluation des risques (BfR) a publié sur internet un film de deux minutes sur le sujet suivant,  « Que faire avec le poulet dans la cuisine ? Les données sur les cas de maladies montrent que nous devons fournir plus d’informations, même aux jeunes personnes sur la façon de manipuler correctement les aliments », a déclaré le président du BfR, le Professeur Andreas Hensel. « Afin d’atteindre ce groupe cible, le BfR a fait un clip vidéo sur le thème important de la contamination croisée, c’est-à-dire le transfert de germes d’aliments, généralement des aliments crus, vers des aliments prêts à être consommés. »

NB : Le film très humoristique est sans paroles, qu’on se dise ! A quand une campagne de l’Anses ?

Rappel d’aliments et information des consommateurs : Quand nos autorités ne font pas le job !

11
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, Volaille.

Je me félicitais il y a quelques jours de l’information rapide par la DGCCRF à propos du rappel d’un produit « marque repère » de chez Leclerc. Il s’agissait de conserves d’épinards en branches de marque Notre Jardin pour cause de présence de morceaux de plastique dur.

Cela étant dans l’univers impitoyable des rappels, je suis passé à côté d’un autre rappel d’un produit « marque repère » de chez Leclerc. Il s’agissait d’un rappel du 26 septembre 2014 concernant un « Plateau Mix Volaille X16 960G – 6 Merguez de volaille 300g et 6 saucisses de volaille 300g VOLANDRY ».

En raison d’un risque de présence de SALMONELLE dans les produits portant les références suivantes (et uniquement ces références) :

rappel_volaille

Un contrôle microbiologique a mis en évidence dans les produits cités ci-dessus la présence de Salmonelle.
Ces produits ont été commercialisés dans le rayon Libre Service à partir du 18/09/2014. Par précaution il est demandé aux personnes qui en auraient acheté, et qui en détiendraient encore, de ne pas les consommer et de les rapporter au magasin. 

Avec rappel, on peut se demander pourquoi le ministère de l’agriculture ne fait pas le job en informant systématiquement les consommateur, manque de crédit ? D »autres raisons ?