Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Articles de la catégorie 'Volaille'

Pas de catégorie

Un tribunal américain dit que la FDA n’a pas à interdire les antibiotiques dans l’alimentation animale

31
juil
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Viande, Volaille.

Antibiotic-pill-300x200Selon Associated Press, une cour d’appel fédérale des États-Unis a statué que la Food and Drug Administration (FDA) n’a pas à envisager d’interdire la pratique des antibiotiques dans l’alimentation animale pour la santé des animaux producteurs de denrées alimentaires. La décision intervient dans un contexte de préoccupations de longue date au sujet de personnes de plus en plus résistantes aux antibiotiques qui sont largement utilisés chez les animaux producteurs de denrées alimentaires, un problème noté par le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) dans un rapport de l’an dernier qui a recommandé de minimiser l’utilisation inappropriée.

Cherchant à mettre fin à ces pratiques, quatre groupes de défense des consommateurs en 2011 ont déposé une action en justice pour forcer la FDA à interdire l’utilisation systématique des antibiotiques chez les animaux sains, à moins que les fabricants d’antibiotiques ne puissent prouver que leurs médicaments ne sont pas nuisibles à l’homme. Pendant ce temps, les responsables de la FDA ont développé un règlement qui a appelé les fabricants d’antibiotiques à se conformer volontairement aux directives pour réduire l’utilisation de leurs antibiotiques chez les animaux sains. Mais l’effort a été accueilli par des réactions mitigées, car il n’y avait pas d’exigences strictes pour l’industrie pharmaceutique de coopérer.

Dans sa décision à l’unanimité, la cour d’appel a écrit que le Congrès « n’a pas demandé à la FDA de tenir des audiences chaque fois que les responsables de la FDA ont des préoccupations scientifiques sur la sécurité relative à l’usage de médicaments chez l’animal [et] que la FDA a le pouvoir discrétionnaire d’engager ou de mettre fin à la procédure pour retirer l’approbation de médicaments chez les animaux … »

La décision inquiète les groupes de défense, parce qu’ils croient que les lignes directrices volontaires, qui ont été émises en décembre 2013, ne seront pas en mesure d’accomplir les mêmes objectifs que l’interdiction. « Cette décision permet de continuer des pratiques dangereuses qui menacent la santé humaine », a déclaré Avinash Kar, avocat du programme de santé du National Resources Defense Council. « L’ajout d’antibiotiques dans l’alimentation des animaux d’élevage, jour après jour, n’est pas ce que le médecin a ordonné et cela ne devrait pas être permis. »

Avis de l’EFSA sur le maintien de la chaîne du froid pendant le stockage et le transport de viande : Le cas du hachage des viandes

30
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, E. coli, Listeria, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne, Viande, Volaille.

Un communiqué de l’EFSA du 30 juillet traite du « Maintien de la chaîne du froid pendant le stockage et le transport de viande ».

Le temps écoulé entre l’abattage et le hachage de la viande peut être prolongé sans causer de croissance additionnelle de bactéries pathogènes pourvu que les températures de stockage permises soient diminuées.
C’est la principale conclusion d’un avis scientifique de l’EFSA dans lequel ont été évaluées des combinaisons de durées de stockage et de températures de stockage pour différents types de viandes et dans lequel la croissance bactérienne observée dans ces scénarios est comparée par rapport aux normes actuelles.
Le maintien de la chaîne du froid est l’un des principes et des exigences de base de la législation de l’UE en matière d’hygiène alimentaire.

chainecompressmallL’avis intégral, Scientific Opinion on the public health risks related to the maintenance of the cold chain during storage and transport of meat. Part 2 (minced meat from all species).

Un précédent avis de l’EFSA du 27 mars 2014 avait été publié, Scientific Opinion on the public health risks related to the maintenance of the cold chain during storage and transport of meat. Part 1 (meat of domestic ungulates)

Résumé.

La viande fraîche destinée à la production de viande hachée peut être contaminée par une série de pathogènes, notamment Salmonella spp. et Escherichia coli vérocytotoxigénique (VTEC). Ceux-ci peuvent se développer si les températures ne sont pas maintenues en dessous de 5°C tout au long de la chaîne du refroidissement des carcasses au hachage. En outre Listeria monocytogenes et Yersinia enterocolitica va croître aux températures de refroidissement, même si cela se fait lentement, mais une croissance importante peut se produire lors d’un stockage prolongé. La législation actuelle (règlement (CE) 853/2004) exige que les carcasses de viande rouge soient immédiatement refroidies après l’inspection post-mortem à une température interne ne dépassant pas 7°C et que cette température soit maintenue jusqu’à ce que le hachage ait lieu pas plus de 6 ou 15 jours (viande conditionnée sous vide) après abattage. Les chiffres correspondants pour les volailles sont de 4°C et 3 jours. Il a été étudié l’impact du temps de stockage entre l’abattage et le hachage sur la croissance de pathogènes bactériens en utilisant une modélisation prédictive. Les combinaisons temps-température de stockage qui permettent la croissance de Salmonella, VTEC, L. monocytogenes et Yersinia enterocolitica équivalentes à celles obtenues dans les conditions définies par le règlement (CE) 853/2004 ont été identifiées. Comme la modélisation suppose un pH et une aw favorables pour la croissance bactérienne, une absence de compétition microbienne et pas phase de latence, les temps équivalents présentés sont basés sur le pire des scénarios. Cette analyse suggère, par exemple, que la viande rouge, la viande bovine et la viande de volaille conditionnées sous vide peuvent être conservées à 2°C respectivement, pendant 14, 39 et 5 jours, sans plus de croissance des pathogènes que ce qui serait obtenu en vertu des conditions législatives actuelles. Il a donc été conclu que d’autres combinaisons temps-température pour le stockage de la viande fraîche entre l’abattage et le hachage sont possible sans augmenter la croissance des pathogènes, et les durées maximales du stockage de la viande fraîche destinée à la préparation de viandes hachées sont prévues pour des températures de stockage différentes. L’impact de l’altération sur les durées de stockage maximales n’a pas été pris en considération.

NB : Traduction du résumé par mes soins.

La cuisson des viandes et l’usage d’un thermomètre par les consommateurs

30
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Hygiène, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Viande, Volaille.

barfblog.Stick-It-In-300x278« Utilisez un thermomètre numérique pour la cuisson des viandes », source Doug Powell du barfblog.

Doug Powell dit, « Consumer Reports a seulement en partie raison quand il dit, « pour de parfaits rôtis, utilisez un thermomètre numérique pour la cuisson de la viande. » et d’ajouter, « Au lieu de perpétuer le conte de fées selon lequel les thermomètres ne sont à utiliser que pour les rôtis, les autoproclamés évêques des discours aux consommateurs devraient prêcher l’utilisation du thermomètre pour toutes sortes d’aliments. »

Aux Etats-Unis, Consumer Reports a testé 46 thermomètres pour la cuisson des viandes et 10 ont été trouvés assez impressionnants pour faire partie de la liste, mais ne le répétez pas, ils sont tous numériques.

La plupart des thermomètres pour la cuisson des viandes que nous avons testés étaient précis de 0,1 à 0,2°C par rapport au thermomètre de référence et aucun n’avait dépassé plus de 0,3°C. Les modèles numériques sont généralement meilleurs et plus précis, plus  cohérents et plus faciles à utiliser que les modèles analogiques. Les thermomètres analogiques sont souvent plus difficiles à lire, avec un temps de réponse plus long et ils ont peu ou pas de fonctionnalités. Donc passez au numérique.

Dans la fiche de description de danger biologique transmissible par les aliments : « Hygiène domestique » de juin 2013, les scientifiques de l’Anses limitent l’utilisation du thermomètre à la cuisson d’un steak haché. « La cuisson « saignant » d’un steak  haché n’est pas suffisante pour assurer une protection en cas de contamination par un pathogène. Il est fortement conseillé aux enfants de moins de cinq ans et aux personnes immunodéprimées de consommer le steak haché bien cuit à cœur. Mais, il est précisé que « L’atteinte d’une température de +70°C à cœur, mesurée à l’aide d’un thermomètre, est usuellement recommandée aux professionnels de la restauration collective. Un savoir-faire est nécessaire pour réaliser correctement une telle prise de température. »

Bon, il y a aussi les professionnels de la restauration commerciale et … aussi les consommateurs français qui ne sont plus manchots que d’autres …

Les audits conduits par la FSA n’ont rien trouvé dans deux abattoirs de volailles contrairement aux allégations du journal The Guardian

29
juil
Aucun commentaire
Classé dans Audit, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Volaille.

fsalogoLa Food Standards Agency (FSA) publie un sobre communiqué le 29 juillet 2014 au sujet des « Audits de deux usines de 2 Sisters »

La FSA a mené un audit détaillé dans les deux usines du 2 Sisters Food Group, à Scunthorpe et à Llangefni, le vendredi 25 Juillet. Les premiers résultats de ces deux audits détaillés et rigoureux ont montré que l’usine à Scunthorpe comme « Bien » et l’usine de Llangefni comme « Globalement satisfaisant ».
La FSA publie en temps opportun les résultats complets des audits.

The Guardian, le journal qui avait lancé la polémique sur l’hygiène défectueuse dans des abattoirs de volailles, rapporte dans son édition du 28 juillet 2014 que «  La FSA publiera les audits complets en temps opportun. »

La FSA a inspecté les abattoirs de poulets à la demande du secrétaire à la santé. Les usines de Scunthorpe et Llangefni étaient au cœur de l’investigation du Guardian sur le taux de contamination des poulets britanniques.

Un communiqué de 2 Sisters Food Group du 28 juillet indique que « le groupe est satisfait des résultats de l’inspection par la FSA. » Extraits

L’audit indique qu’il y a eu des allégations non fondées dans les médias nationaux sur les prétendus problèmes d’hygiène sur les deux sites. 2 Sisters a toujours nié ces allégations fausses, trompeuses et inexactes.
La FSA a récemment introduit un nouveau processus d’audit plus approfondi, avec quatre niveaux de notation, Bien ; Généralement satisfaisant ; Amélioration nécessaire et Amélioration urgente nécessaire.
Le Royaume-Uni a l’un des systèmes de sécurité des aliments le plus stricte au monde. 2 Sisters, comme tous les transformateurs de produits alimentaires, est régulièrement audité par la FSA, le Defra et le British Retail Consortium. Cela vient en plus des audits inopinés réguliers de clients et d’audits internes.

Le prochain round sera à suivre …

Scandale de la viande périmée en Chine : Cela durait depuis un certain temps …

29
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Viande, Volaille.

« La vente de viande périmée en Chine peut avoir commencé il y a un an », source Food Safety News 29 juillet 2014. De la viande périmée a probablement été vendue dans les restaurants McDonald’s et KFC en Chine depuis au moins un an, avant que la pratique n’ai fait l’objet d’un reportage diffusé par Dragon TV.

Un ancien responsable du contrôle qualité de chez Shanghai Husi Food Co. Ltd, une filiale du groupe OSI basé à Aurora dans l’Illinois, a poursuivi la compagnie l’an dernier car elle lui aurait demandé de falsifier les dates de production sur les emballages de viande. Wang Donglai, qui a travaillé chez Shanghai Husi de 2007 à 2013, a voulu la résiliation de son contrat parce qu’il a dit qu’il fallait se livrer à des pratiques « contraires à l’éthique » et qu’il risquait sa santé en raison de l’exposition au chlore utilisé pour laver la viande. Une demande de  6 100 dollars faisait partie de ses revendications.

McDonaldsChina_406x250Cette « dénonciation » est non seulement restée lettre morte par Shanghai Husi, mais le tribunal de district a rejeté toutes ses allégations après que la société ait présenté des dossiers montrant que la santé de Donglai était OK.

Ce n’est que lorsque Dragon TV a rapporté que Shanghai Husi vendait de la viande de poulet et de bœuf périmée que le gouvernement a fait arrêter les opérations de l’entreprise.

Comme dans d’autres scandales de sécurité des aliments impliquant des fournisseurs locaux à des sociétés occidentales, les consommateurs chinois ont réagi en accusant McDonald’s et KFC, une marque de Yum!, de ne pas porter assez d’attention là où ils achetaient les produits. Beaucoup soupçonnent également que la viande périmée ait été délibérément vendue aux restaurants.

Les autorités chinoises de sécurité sanitaire des aliments ont cependant réagi en arrêtant cinq employés de chez Shanghai Husi, dont le responsable qualité.

L’OSI Group Inc., dont le chiffre d‘affaires est de  6 milliards de dollars a annoncé ce week-end passé que tous les produits fabriqués par Shanghai Husi ont été rappelés. Bien qu’aucun cas de maladie n’a encore été attribué à la consommation de la viande périmée, OSI a pris des mesures pour éviter de voir son business dans la restauration rapide fondre complètement en Chine, Hong Kong et au Japon.

« Pour aider à reconstruire la confiance des clients et des consommateurs, ainsi que coopérer avec le processus d’enquête officielle, nous sommes contraints de retirer tous les produits fabriqués par Shanghai Husi du marché », a déclaré OSI dans un communiqué publié samedi sur le site Internet de la société en Chine. OSI a également promis de procéder à une « enquête interne approfondie ».

Yum!, propriétaire des restaurants KFC et Pizza Hut, a déclaré qu’il n’achèterait plus de viande chez OSI en Chine, en Australie ou Etats-Unis. McDonald’s, qui a une relation avec OSI remontant au fondateur de Ray Kroc, a déclaré qu’il allait réduire ses commandes en provenance de Chine pour le Japon.