Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


De la réduction de l’encrassement des surfaces : le cas d’un échangeur de chaleur à plaques

18
jan
4 commentaires
Classé dans Contamination, Curiosité, Hygiène, Lait, Nettoyage-Désinfection, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Food Production Daily du 18 janvier 2013 rapporte que « la nanotechnologie permet d’éviter l’encrassement des surfaces dans les entreprises alimentaires ».

« Des scientifiques américains ont avec succès utilisé de la nanotechnologie pour créer une surface en acier inoxydable résistante aux contaminants dont ils disent qu’elle peut augmenter l’efficacité de la production et la productivité et protéger la sécurité  des aliments. »

Tout un programme mais jugez plutôt avec ce résumé, mais vous pouvez tout aussi bien acquérir cet article …

Résumé.

L'encrassement des surfaces en contact avec les aliments (par exemple, des échangeurs de chaleur, des tables de travail, des convoyeurs) au cours de la transformation des aliments a un impact significatif sur l'efficacité opérationnelle et peut favoriser le développement de biofilms. Le traitement du lait cru sur des échangeurs de chaleur à plaques entraîne un encrassement important par des protéines ainsi que des minéraux, et il est exacerbé par l'effet de chauffage mural. La surface en acier inoxydable 316L d’un échangeur de chaleur à plaques a été modifiée pour résister à l'encrassement au cours de la transformation des aliments. Le nickelage électrolytique a été utilisé pour codéposer des nanoparticules fluorées sur de l'acier inoxydable 316L. La capacité de résister à un encrassement a été démontrée sur un échangeur de chaleur à plaques pilote. Les nanoparticules fluorées ont modifié l’acier et ont réduit l’énergie de surface de 41,4 à 24,7 mN/m, et l'accumulation de souillures de 97%. Le revêtement anti-encrassement a démontré une amélioration de l'efficacité du transfert de chaleur. Une étude de répétabilité a été effectuée et il a été confirmé que le revêtement de surface en PTFE a conservé ses propriétés anti-encrassement au cours de 10 cycles indépendants de traitement. Le codépôt de particules fluorées pendant le nickelage électrolytique représente une méthode efficace et commercialement adaptable pour préparer un revêtement anti-encrassement sur de l'acier inoxydable.

Source Jeffrey A. Barish, Julie M. Goddard. Anti-fouling Surface Modified Stainless Steel for Food Processing. Food and Bioproducts Processing. Available online 16 January 2013.

NB : Image de l'encrassement du lait sur une plaque d’échangeur de chaleur en acier inoxydable 316L (non modifiée) après 8 heures de pasteurisation du lait. L’acier non encrassé (parties gauche et en haut de l'image) ont été recouverts par un joint au cours du traitement. Cette image est issue de l’article publié dans Food and Bioproducts Processing.

Articles similaires

4 commentaires à “De la réduction de l’encrassement des surfaces : le cas d’un échangeur de chaleur à plaques”

  1. leftas a dit :

    salut,j'ai un projet de fin d'etude conssacré a l'etude de l'encrassement des echangeurs de chaleur à plaque avec simulation de se probleme,si vous en avez un peut de documentation la dessus en voyez la moi sur mon email,merci

  2. a.amgar a dit :

    Dites-moi ce que vous avez déjà et nous verrons ensuite. -aa

  3. serge a dit :

    bonjour,

    étant sur un projet d'encrassement dans une IAA, je suis interessé par nickelage electrolytique

    -.Pourriez vous m'en dire un peu plus?

    -qu'elle resistance dans le temps?

    -cout du traitement………

  4. a.amgar a dit :

    Je n’ai pas d’élément à vous fournir, si vous avancez dans votre recherche, je pourrais peut-être vous aider. -aa

Laisser un commentaire


9 − deux =