Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Où il est de nouveau question de la résistance des biofilms aux désinfectants

16
jan
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Nettoyage-Désinfection, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Viande.

cbe-biofilm-pd« Entreprises alimentaires, attention, les biofilms de Salmonella sont incroyablement résistants aux désinfectants puissants ». Source ASM News.

Ce n’est franchement pas un scoop … mais lisons ce qu’il en est.

Une fois que Salmonella est présent dans une unité de transformation alimentaire et que la possibilité de former un biofilm sur les surfaces se présente, cela va être probablement extrêmement difficile, voire impossible, de le détruire, selon une étude publiée avant impression dans la revue Applied and Environmental Microbiology.

Des chercheurs de la National University of Ireland à Galway ont mené une étude dans laquelle ils ont tenté de détruire des biofilms de Salmonella sur une variété de surfaces dures, en utilisant trois types de désinfectant.

« Nous avons constaté que cela n'était pas possible de détruire les cellules de Salmonella en utilisant chacun de ces trois désinfectants, si le biofilm s'est développé pendant sept jours avant que le désinfectant ne soit appliqué », a dit Mary Corcoran, une chercheuse de l'étude. Même trempant le biofilm dans le désinfectant pendant une heure et demi n'a pas permis de le détruire.

L'impulsion de cette étude a été un foyer infectieux européen dans lequel 160 personnes dans 10 pays sont tombés malades de gastro-entérites (vomissements et diarrhées) à cause de Salmonella Agona, dit Corcoran. Cette éclosion a été attribuée à de la viande d'une grande installation de transformation des aliments.

« Il semble que Salmonella Agona soit entré dans l'environnement d’une zone de l’entreprise où la viande qui a été déjà cuite a été manipulée, et la bactérie avait survécu et contaminé la viande cuite », dit Corcoran. « Nous étions intéressés à déterminer si ce type de Salmonella particulier, qui a causé l'éclosion, pourrait avoir quelque chose de spécial qui lui permette de mieux survivre dans l'environnement d'une usine de transformation alimentaire. Cette bactérie est-elle propice à la formation d'un biofilm dense ou est-elle plus résistante aux désinfectants que les autres Salmonella ? »

La recherche n’a révélé rien de spécial à propos de cette souche spécifique.

« Nous avons constaté que tous les types de Salmonella que nous avons examinés étaient en mesure d'adopter le mode de vie dans un biofilm spécialisé sur toutes les surfaces que nous avons examinés, y compris le verre, l'acier inoxydable, le carrelage vernis et le plastique, et que le biofilm de Salmonella devient plus dense au fil du temps, et devient plus fermement attaché à la surface », a-t-elle dit.

Corcoran a averti que les installations de transformation des aliments doivent faire attention à ce que Salmonella ne soit pas présente dans les zones propres où les aliments cuits reçoivent un traitement ultérieur et sont conditionnés.

« Les gens se demandent si les désinfectants qui sont conçus pour tuer différents types de bactéries sont vraiment aussi efficaces dans les situations de la vie réelle où les biofilms peuvent se former car ils sont étudiés dans des essais qui n'utilisent pas de biofilms. Une grande partie du temps, le désinfectant ajoute très peu, sinon rien, à bon nettoyage et aux pratiques appropriées de manipulation des aliments », a dit Corcoran. « Il y a besoin de plus de recherche pour définir de meilleures méthodes pour détruire les biofilms de Salmonella. »

Une copie du manuscrit peut être consultée en ligne sur http://bit.ly/asmtip0114e. La version finale de l'article est prévue pour le numéro de février 2014 de la revue Applied and Environmental Microbiology.

NB : Deux remarques :
i) Salmonella ne résiste pas à la cuisson mais peut dans certaines conditions de mauvaises pratiques d’hygiène recontaminer le produit.
ii) la résistance aux désinfectants est une caractéristique des biofilms et cela est connu depuis très longtemps. Cela étant, le nettoyage est donc la réponse à la destruction des biofilms et l’on peut aussi se poser légitimement la question, quid des désinfectants dans les entreprises alimentaires ?

Articles similaires

Laisser un commentaire


− six = 0