Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Un présumé coupable dans l’affaire de l’ADN de cheval retrouvé dans des hamburgers de viande bovine

27
jan
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Nettoyage-Désinfection, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne, Viande.

Après avoir mis l’Espagne (ça devient une habitude) et les Pays-Bas sur le banc des présumés coupables, voici que l’Irish Examiner du 26 janvier 2013 rapporte que « la traçabilité du burger contaminé est remonté jusqu’à un ingrédient polonais.

Le ministre de l'agriculture d’Irlande, Simon Coveney, a dit que son ministère a fait une percée majeure en retraçant l’origine de la viande de cheval dans des burgers de viande bovine irlandaise. Simon Coveney a dit lors d’une conférence de presse qu'un ingrédient provenant de Pologne, et utilisé à l’usine Silvercrest de Monaghan pour l'année écoulée, est très susceptible d'avoir été la cause de la contamination. Il a dit que les résultats positifs de trois hamburgers fabriqués à l'usine depuis janvier contenaient un ingrédient commun provenant de Pologne.

« Les résultats reçus pendant la nuit étaient positifs pour l'ADN équin dans de la viande importée d'un autre Etat-Membre (de l'UE) comme matière première pour la production de burgers chez Silvercrest », a déclaré le ministre Coveney.

« Bien que les résultats antérieurs aient montré des traces d'ADN équin dans des matières premières importées, les derniers résultats ont montré des taux significatifs d'ADN équin, (4,1%) dans la matière première qui a été utilisée dans la fabrication des burgers. L'enquête a donc établi une corrélation directe entre les burgers dans lequel un haut niveau de l'ADN équin a été détecté et cette matière première. »

Le produit est un agent de remplissage composé de coupes et de garnitures de graisse qui avaient été fournies à Silvercrest pour l'année écoulée. Le ministre a déclaré que la direction de l'usine à Monaghan doit être changée, toute la viande produite là sera enlevée et le futur produit ne pourra provenir que d'Irlande et du Royaume-Uni. L’usine va également subir un nettoyage en profondeur et se soumettre pendant une période de six mois un examen par les inspecteurs du ministère, après quoi le cas sera examiné. Le ministre Coveney a déclaré que l’enquête poussée sur l'incident de contamination des burgers tire à sa fin.

Et pour l'ADN de porc qu'en est-il ?

ABP Food Group, propriétaire de l'usine de Silvercrest, a salué la déclaration du ministre Coveney en disant qu'il a confirmé l'avis initial de l'entreprise que cette contamination provenait d’un fournisseur continentale tierce partie. La compagnie a répété qu'elle n'avait jamais sciemment acheté ou transformée de la viande de cheval et tous ses achats sont faits dans des sites approuvés et autorisés de l'UE. « Cela a été une expérience très difficile pour toutes les parties concernées et cela a conduit à une interruption importante des affaires pour Silvercrest et ses clients », a déclaré le directeur général d’ABP, Paul Finnerty. ABP a dit qu'il mettrait en œuvre un certain nombre de mesures dans la foulée du scandale, dont la nomination d'une nouvelle équipe dirigeante sur le site de Silvercrest, un audit tierce partie de tous les fournisseurs et la mise en œuvre de tests ADN.

Est-ce réellement à la mesure des problèmes rencontrés ?

La société a déclaré l’origine de la viande contaminée de la Pologne n'est pas liée à l'usine ABP de Poznan. « Comme pour tous les autres sites de ABP Food Group, ce site ne transforme pas de viande de cheval », selon un communiqué. « Nous sommes soulagés que l’origine du problème ait été identifié. » « Bien que la société n'ait jamais sciemment acheté ou échangé de produit équin, je voudrais saisir cette occasion pour m'excuser de l'impact de ce problème a causé. »

Dans un communiqué séparé, Tesco a dit qu'il a également salué la clarification du ministre. « Les résultats annoncés par le ministre sont en corrélation avec les résultats de nos propres investigations sur l'usine », a déclaré un porte-parole de Tesco. « Nous allons examiner de manière approfondie tous les résultats au cours de la semaine prochaine. »

Reste une inconnue, les consommateurs sauront-ils touts les tenants et aboutissants de cette affaire ?

Articles similaires

Laisser un commentaire


6 − six =