Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


De la lutte contre l’obésité infantile aux Etats-Unis

12
fév
Aucun commentaire
Classé dans Nutrition, Santé.

La campagne que Madame Obama ne fait pas : le marketing des aliments pour les enfants ou « What Mrs. Obama’s campaign does not do: food marketing to kids » selon le blog de Marion Nestle, Food Politics.

On ne peut qu’applaudir l’action de Madame Obama pour lutter contre l’obésité infantile aux Etats-Unis. La First Lady, Michelle Obama, a lancé ce 9 février sa campagne contre l’obésité infantile, « Let’s Move! » ou Bougeons! Afin de réduire la surcharge pondérale et l’obésité chez les adultes et les enfants (voir The Surgeon General’s Vision for a Healthy and Fit Nation, fichier pdf). Au même moment, le Président signait un document instituant une task force sur l’obésité infantile.

Les principaux élément de ce plan sont dans le communiqué de presse, HHS Secretary and Surgeon General Join First Lady to Announce Plans to Combat Overweight and Obesity and Support Healthy Choices.

Pour avoir une idée de ce que représente ce fléau de l’obsité, lire cet article du Figaro.fr du 30 juillet 2009.

A propos du marketing des aliments pour les enfants, Marion Nestlé suggère de voir les derniers travaux de recherche en ce sens.

Des chercheurs de l’UCLA ont regardé attentivement la corrélation entre voir des publicités à la télé et l’obésité infantile (l’article est publié dans American Journal of Public Health, février 2010,). « Les enfants qui regardent les publicités à la télé sont plus susceptibles d’être obèses que les enfants qui ne les regardent pas ».

Les auteurs concluent : « tenir les enfants éloignés de la télé commerciale peut avoir un effet sur la réduction de l’obésité infantile … Il existe de nombreux programmes de haute qualité, agréables et éducatifs disponibles sur DVD pour tous les âges. Cela devrait être relativement facile pour les éducateurs et les puéricultrices de donner coup de pouce aux enfants pour qu’ils regardent moins de contenu télévisuel obésogène ». Relativement facile ? dit Marion Nestlé. C’est assez drôle. Les publicités sur les aliments sont omniprésentes dans la vie des enfants.

Par exemple, Lisa Sutherland et ses collègues à Dartmouth ont regardé la prévalence des marques d’aliments (surtout les junk foods ou aliments vides) dans les films de 1996 à 2005, (Pediatrics, février 2010). Il y a beaucoup d’aliments mis en jeu et les films destinés aux plus jeunes ont tendance à avoir le plus.

Quant à l’autorégulation de l’industrie, Kelly Brownell et ses collègues de Yale ont beaucoup à dire sur la façon dont ça ne fonctionne pas et ce qui serait nécessaire pour que cela fonctionne (autre article paru dans American Journal of Public Health, février 2010).

Et Marion Nestle de conclure : « Michelle Obama ne peut pas toucher à cela, mais le Congrès le peut. Et il devrait le faire ».

Articles similaires

Laisser un commentaire


8 − = deux