Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


L’étiquetage par des feux tricolores, ça marche !

28
jan
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Nutrition, Réglementation, Santé, Union Européenne.

Devinez quoi : l’étiquetage par des feux tricolores, ça marche (Guess what: Traffic light labels work) est un article de Marion Nestle paru le 27 janvier sur son blog Food Politics.

Une étude publiée en ligne dans l'American Journal of Public Health a joué avec l’étiquetage d’aliments dans une cafétéria d’un hôpital : la couleur rouge (aliment à éviter) et la couleur verte (aliment à consommer).

Les chercheurs ont mesuré les ventes avant le début de l'intervention. Environ un quart des articles vendus étaient dans la catégorie rouge et 42% étaient dans la catégorie verte – les employés de l’hôpital avaient donc fait des choix sains.

L'intervention s'est déroulée en deux phases de trois mois. La première phase a mis en œuvre l’étiquetage par feux tricolores. Dans la deuxième phase, les enquêteurs déplacé les articles avec la couleur verte de façon à les rendre plus visibles et accessibles.

Les résultats : seuls les articles avec un étiquetage de couleur rouge ont vu leur vente décroître et il y a eu une augmentation des ventes des articles avec un étiquetage de couleur verte.

Par exemple, les ventes de boissons comportant l’étiquetage de couleur rouge ont diminué de 16,5%. Lorsque les boissons ont été moins accessibles, les ventes ont diminué de 11,4% supplémentaires (la vente d'eau en bouteille a augmenté).

Pas étonnant que l'industrie alimentaire en Grande-Bretagne ait beaucoup lutté contre les feux tricolores comme étiquetage à mettre à l’avant des emballages alimentaires. Pas étonnant que la Grocery Manufacturers Association et le Food Marketing Institute préfèrent de beaucoup leur propre système qui n’est pas une garantie.

Et des données comme celles-ci expliquent sûrement pourquoi la FDA prend tellement de temps à faire n'importe quoi avec l'étiquetage proposé par l'Institut de Médecine, pas exactement des feux tricolores, mais c’est assez proche.

Cette étude fournit une preuve supplémentaire de la valeur de ce système pour aider les consommateurs à faire des choix plus sains.

Rappelons qu’en Europe, il n’y a pas d’obligation de mettre en œuvre l’étiquetage par des feux tricolores, sauf en Grande-Bretagne. L’étiquetage par des feux tricolores a même été rejeté par les députés européens et pour ce qui est de l’étiquetage, il est sensé devenir plus clair … cela dépend pour qui ?

Articles similaires

Laisser un commentaire


sept + = 16