Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Rappel européen pour un gadget en contact avec des aliments

20
avr
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

-Life-Art-20pcs-lot-plastic-packing-plastic-font-b-DIY-b-font-font-b-drinkingLe RASFF rapporte une alerte notifiée par l'Allemagne, référence 2014.0527, concerant la présence de di-2-propylheptylphtalate (DPHP) (31 g/100g) dans des pailles en forme de lunettes de Chine ; alerte notifiée par l’Allemagne. Distribution possible en France, Belgique, Autriche, république Tchèque, Danemark, Estonie, Iles Féroé, Finlande, Allemagne, Hongrie, Irlande, Italie, Lituanie, Luxembourg, Pays-Bas, Norvège, Pologne, Portugal, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Espagne, Suède, Suisse, Royaume-Uni. 

Le produit en question est une paille en forme de lunettes ou des lunettes paille, à vous de voir … principalement utilisé par des enfants.

Pour information, selon cette fiche technique, le DPHP est « employé comme plastifiant primaire dans les revêtements de toitures en raison de son excellente résistance aux intempéries. Il est également employé dans l’automobile ainsi que dans la fabrication de câbles. »

A ce jour, seule l'Irlande, à ma connaissance, a publié un communiqué de rappel le 17 avril 2014 : n° de lot 16462 ; article n° 93/2017 ; code-barres : 4029811191796. « Le lot incriminé est rappelé de la vente en Irlande et ailleurs. L’avis doit être affiché pour les clients dans les magasins de vente au détail où ce lot a été vendu. »

Je ne doute pas un instant que d'autres communiqués suivront …

Les données sur les cas d’infections d’origine alimentaire aux Etats-Unis sont assez déprimantes

18
avr
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Curiosité, E. coli, Hygiène, Listeria, Microbiologie, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Union Européenne.

« Hausse de Campylobacter et Vibrio, stabilité pour E. coli, Listeria, Salmonella, Shigella, Cryptoporidium, Cyclospora et Yersinia. » Source Bill Marler dans Food Poison Journal du 17 avril 2014.

Screen-Shot-2014-04-17-at-9.00.26-PM-640x476

MMWR a rapporté les données 2013 de FoodNet (du CDC) et c'était un peu déprimant, selon Bill Marler.

FoodNet a conduit une surveillance active de la population pour les infections confirmées en laboratoire causées par Campylobacter, Cryptosporidium, Cyclospora, Listeria, Salmonella, Escherichia coli (STEC) producteurs de shigatoxines O157 et non O157, Shigella, Vibrio et Yersinia dans 10 sites couvrant environ 15% de la population américaine. Pour plus d'informations sur ces microbes, voir www.foodborneillness.com.

En 2013, FoodNet a identifié 19 056 cas d'infection, 4 200 hospitalisations et 80 décès. Le nombre et l'incidence par 100 000 habitants étaient Salmonella (7 277 [15,19 ]), Campylobacter (6 621 [13,82]), Shigella (2 309 [4,82] ), Cryptosporidium (1 186 [2,48]) , STEC non O157 (561 [1,17] ), STEC O157 (552 [1,15] ), Vibrio (242 [0,51]), Yersinia (171 [0,36] ), Listeria (123 [0,26] ) et Cyclospora (14 [0,03]). L’incidence était la plus élevée chez les personnes âgées de ≥ 65 ans pour Cyclospora, Listeria et Vibrio et chez les enfants de < 5 ans pour tous les autres pathogènes.

Par rapport à 2010-2012, l'incidence 2013 était significativement plus faible pour Salmonella (baisse de 9%, IC = 3%-15%), plus élevée pour Vibrio (augmentation de 32%, IC = 8%-61%) et pas beaucoup de changement pour les autres pathogènes. Par rapport à 2006-2008, l'incidence 2013 a été significativement plus élevée pour Campylobacter et Vibrio. L'incidence globale des infections par six agents pathogènes clés d'origine alimentaire n'était pas significativement différente en 2013 par rapport à 2010-2012 ou 2006-2008.

L'incidence des infections à Salmonella confirmés en laboratoire a été plus faible en 2013 que de 2010 à 2012, tandis que l'incidence des infections à Vibrio a augmenté. Aucun changement n'a été observé pour les infections à Campylobacter, Listeria, STEC O157 ou Yersinia.

Commentaires. Si l’on osait une comparaison avec la France, sachant que les systèmes de santé et de recueil de données ne sont pas les mêmes entre les eux pays, et que bien évidemment, une comparaison des cas d’infections par des pathogènes d’origine alimentaire entre la France et les Etats-Unis n’est pas raison, du fait des limites de ce genre d'exercice, cela donnerait ceci, selon The European Union Summary Report on Trends and Sources of Zoonoses, Zoonotic Agents and Food-borne Outbreaks in 2012, EFSA :

  • Augmentation des cas d’infections à Salmonella : 8 705 cas en 2012 (8 685 cas en 2011), soit 13,3 cas pour 100 000 habitants
  • Augmentation des cas d’infections à Campylobacter : 5 079 cas en 2012 (5 538 cas en 2011), soit 38,89 cas pour 100 000 habitants. A noter que le taux de déclaration de 2012 a été calculé sur une couverture d'environ 20%.
  • Augmentation des cas d’infections à Listeria : 348 cas en 2012 (282 cas en 2011), soit 0,53 cas pour 100 000 habitants
  • Stabilité des cas infections à E. coli (STEC ou VTEC) : 208 cas (221 cas en 2011), soit 0,32 cas pour 100 000 habitants

Evaluation de différents documents de formation dont une bande dessinée pour les manipulateurs de denrées alimentaires dans les restaurants

11
avr
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

Résumé.

Des foyers de maladies d'origine alimentaire sont souvent attribués à des restaurants aux États-Unis. Un manque de connaissances sur la sécurité des aliments peut conduire à des comportements non sûrs de manipulation des aliments qui mettent les clients en situation de risque d'intoxication alimentaire. Nous avons comparé une brochure simple et une bande dessinée afin de déterminer si l'un de ces moyens éducatifs était supérieur à l'autre dans l'amélioration des connaissances pertinentes des manipulateurs d'aliments de restaurants vis-à-vis de la prévention de foyers d'intoxication alimentaire. Une étude transversale a été menée afin de déterminer les connaissances de base et identifier les questions de connaissances auxquelles les manipulateurs avaient le plus souvent mal répondu. Une brochure éducative et une bande dessinée ont ensuite été créées en anglais et en espagnol, en ciblant les lacunes des connaissances identifiées à partir de l'étude des connaissances de base. Quatre-vingt-huit restaurants (220 manipulateurs d'aliments) ont participé à l'enquête sur le suivi des connaissances et ont été randomisés selon différents groupes,  bande dessinée, brochure ou témoins. La note globale des connaissances a considérablement augmenté de 10 points de pourcentage (de 73% à 83%) pour le groupe bande dessinée et de 6 points de pourcentage (de 75% à 81%) pour le groupe brochure, alors qu'aucune augmentation significative ne s'est produite dans le groupe témoin. Les manipulateurs d'aliments anglophones dans les groupes bande dessinée et brochure et les manipulateurs d'aliments hispanophones dans le groupe bande dessinée ont montré une amélioration significative. Près de 100% des participants dans les groupes d'intervention ont déclaré que le restaurant devrait fournir du matériel pédagogique pour le personnel. Ces données démontrent que d'une brochure éducative et une bande dessinée peuvent améliorer les connaissances en matière de sécurité des aliments. Cependant, cela n’est pas aussi efficace chez tous les manipulateurs d'aliments des restaurants.

Mindi R. Manes, Li Liu, Anne Burke and Mark S. Dworkin. Food for Thought: Effective Evidence-based Brochure and Comic Book Interventions Designed for Restaurant Food Handlers. Food Protection Trends March/April 2014.

bd

Etats-unis : Les 8 aliments crus qui présentent le plus de risques

5
avr
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Lait, Listeria, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

webst11167Après Le top 8 des lieux de notre vie quotidienne les plus exposés aux microbes ! aux Etats-Unis, voici un top 8 des aliments crus qui présentent le plus de risques et qui peuvent vous rendre malades, selon cet article du Washington Post du 4 avril 2014, à vous de voir …

Le « mouvement n faveur des ealiments crus » est une préoccupation majeure en matière de sécurité des aliments pour le Centers for Disease Control et plusieurs scientifiques de premier plan en santé publique. Cette tendance populaire entraîne que les consommateurs boudent les aliments qui ont été traditionnellement transformés par la chaleur ou cuits pour détruire les pathogènes. Voici huit aliments dont les experts disent qu’ils présentent quelques-uns des plus grands risques lorsqu'ils sont consommés crus ou insuffisamment cuits.

Source Foodborne Outbreak Online Database utilisant des données de 1998 à 2011.

  • Lait : E. coli O157:H7, Campylobacter, Salmonella et Listeria, 102 foyers d’intoxications alimentaires (1606 personnes malades, 92 hospitalisations).
  • Fromage blanc au lait cru (queso blanco ou queso fresco) : Listeria, 15 foyers d’intoxications alimentaires (191 personnes malades, 48 hospitalisations, 2 décès).
  • Œufs : Salmonella, 110 foyers d’intoxications alimentaires (4246 personnes malades, 190 hospitalisations, 1 décès).
  • Viande hachée : E. coli O157:H7 et Salmonella, 320 foyers d’intoxications alimentaires (au moins 3585 personnes malades, 457 hospitalisations et 8 décès)
  • Huîtres : Vibrio vulnificus et Vibrio parahamolyticus, 124 foyers d’intoxications alimentaires (1401 personnes malades, 40 hospitalisations).
  • Fruits à coques : Salmonella, E. coli O157:H7, 14 foyers d’intoxications alimentaires (1700 personnes malades, 314 hospitalisations, 10 décès).
  • Épinards : E. coli O157:H7 5 (302 personnes malades, 113 hospitalisations, 6 décès).
  • Graines germées : E. coli O157:H7, 43 foyers d’intoxications alimentaires (1384 personnes malades, 135 hospitalisations, 1 décès).

La FDA va exiger des chaînes de supermarchés d’afficher les avis de rappel des produits alimentaires dans des endroits bien en vue, mais pourquoi n’est-ce pas le cas en France ?

27
mar
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Non classé, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

La Food & Drug Administration est à la recherche d'information afin de l’aider à exiger des chaînes de supermarchés d'afficher les avis de rappel des produits alimentaires dans des endroits bien en vue. Source The Producer News.

La FDA a publié le 25 mars 2014 des questions aux parties prenantes et aux consommateurs, car elle a écrit une règle concernant une exigence peu connue de la Loi sur la modernisation de la sécurité alimentaire ou Food Safety Modernization Act (FSMA).

RFRLa FDA peut exiger d'une partie responsable de soumettre des informations « favorables aux consommateur » sur un aliment qui est rappelé dans le cadre du Registre des aliments à signaler (Reportable Food Registry). À son tour, la FDA doit créer une page de ces rappels et de l’afficher sur son site Internet pour sensibiliser les consommateurs qu'un produit alimentaire ou un aliment qui, s'il est consommé, pourrait causer des blessures graves ou la mort.

Les supermarchés ayant 15 ou plus emplacements physiques qui ont vendu des aliments rappelés doivent afficher la page de la FDA dans les 24 heures dans un endroit bien en vue et pendant 14 jours. Alors que les fruits et légumes frais, les compléments alimentaires et les préparations pour nourrissons sont exemptés de l'obligation.

La FDA demande également un commentaire si l'agence doit informer les consommateurs avec ses communiqués sur Internet alors qu'ils ne comprennent pas tous les aliments.

« Il peut y avoir des impacts potentiels sur la santé publique si des notifications aux consommateurs pour des aliments ne comprennent pas les informations sur les compléments alimentaires, les préparations pour nourrissons et les fruits et légumes qui sont des matières premières agricoles, en particulier si le public croit que ces notifications de consommation sont destinés à englober tous les produits alimentaires réglementés par la FDA », a indiqué l'agence dans son projet de règle.

Le Food Marketing Institute, qui représente les supermarchés, a dit qu'il préfère la souplesse dans l'application de cette exigence du FSMA sur l’information des rappels et que la FDA devrait prendre en compte les différentes méthodes de notifications afin de ne pas limiter l'innovation.