Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Heinz touché par des craintes de contamination au plomb en Chine

19
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Chinese customers select food on a shelf where Heinz products are displayed in a market in ShanghaiSelon Reuters du 19 août 2014, « Heinz touché par des craintes de contamination au plomb en Chine ».

Le groupe alimentaire américain H.J. Heinz a retiré du marché chinois certains aliments pour nourrissons à la suite du rapport d’un régulateur local faisant état d’une teneur excessive en plomb, ce qui pourrait porter atteinte à la réputation de la société dans un pays ultra-sensible à la sécurité alimentaire.

Heinz a déclaré mardi avoir retiré quatre lots de produits à base de céréales pour nourrissons après que des autorités de régulation dans une province de Chine orientale ont annoncé avoir détecté une teneur en plomb supérieure aux niveaux autorisés dans son aliment appelé AD Calcium Hi-Protein Cereal.

La question de la sécurité alimentaire est un sujet très épineux depuis le scandale de la mélanine dans le lait en poudre qui a provoqué la mort d’au moins six nourrissons en 2008.

« Je dirais que Heinz est en grande difficulté actuellement parce que les parents sont impitoyables sur tous les problèmes de contrôle de la qualité dans les produits alimentaires pour bébés et pour nourrissons », estime Shaun Rein, directeur du China Market Research Group basé à Shanghai.

Un responsable de l’autorité de régulation médicale et alimentaire de la province de Zhejiang a refusé de donner des détails concernant la teneur en plomb dans le produit Heinz, tout en ajoutant qu’il fournirait de nouveaux éléments concernant cette affaire dans les prochains jours.

La quantité de plomb contenue dans les aliments pour nourrissons doit être inférieure à 0,2 milligramme par kilo, selon un rapport gouvernemental publié en 2010.

Chine : Les sociétés de fast-food doivent indiquer leurs fournisseurs

14
août
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

0060-0806-2416-1119_boy_making_burgers_at_a_fast_food_restaurant_clipart_image« Les fast food doivent présenter leurs fournisseurs » (Source: le Quotidien du Peuple en ligne )

L’Administration des aliments et drogues de la municipalité de Shanghai exige de cinq chaînes de restauration rapide de divulguer des renseignements sur leurs fournisseurs sur leurs sites Web, selon une circulaire du gouvernement publié samedi.

Les cinq entreprises, Yum!, McDonald’s, Dicos, Burger King et Carl Jr., ont toutes été impliquées dans le scandale alimentaire qui a frappé la Shanghai Husi Food pour usage de viande périmée. La circulaire ne mentionnant pas expressément que cette mesure soit liée à cette affaire.

Les cinq entreprises ont depuis suspendu toutes leurs activités avec la société de Shanghai.

Ce nouveau règlement viserait à renforcer les contrôles sur les fournisseurs de produits alimentaires basés sur les lois chinoises concernant la sécurité alimentaire. Les cinq entreprises de fast food ayant commencé dimanche à publier des informations sur les fournisseurs sur leurs sites Internet.

« La sécurité alimentaire doit être une priorité lors du choix d’un fournisseur », a indiqué la circulaire. Exigeant également des compagnies de détruire les aliments périmés et dangereux.

Pour les experts, ces exigences pourraient aider à mettre en place un système pour retracer les sources des matières premières alimentaires et renforcer la surveillance des entreprises agroalimentaires.

Une session de l’Assemblée populaire municipale de Shanghai a précisé qu’une audience permettant de définir une disposition sur les informations de suivi de la sécurité alimentaire se tiendra le mardi 12 août. Traitant notamment de l’information sur les céréales, la viande, les volaille, les légumes, les produits laitiers, l’huile de cuisine, les fruits de mer, les vins et spiritueux , ainsi que d’autres catégories d’aliments ayant été approuvés pour la vente dans la ville.

Gu Zhenhua, expert en sécurité alimentaire et vice-président de la Shanghai Food and Drug Administration, a indiqué que les chaînes de restauration rapide étaient tenues de divulguer des informations sur leurs fournisseurs, parce que les consommateurs ont le droit de savoir d’où vient leur nourriture.

« Les acheteurs paient en fonction de leur crédit dans les marques, et ces dernières doivent assurer une traçabilité de leurs aliments», a-t-il expliqué.

Les consommateurs s’attendent à ce que cette mesure soit étendue à tous les services de restauration de la ville.

« Le scandale de Husi a sérieusement entaché la confiance envers certaines chaînes alimentaires, et le fait de devoir notifier des renseignements sur les fournisseurs peut aider à restaurer un climat de confiance », a confié Bai Lingyun, un natif de Shanghai âgé de 34 ans.

Sans surprise, la Chine et l’Inde en tête du tableau des contrevenants en matière de sécurité des aliments. La France est dans le top 10 !

6
août
1 commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

infographie_food_sentryIl y a des classements dont on se passerait bien …

Food Production Daily rapporte dans un article de Jenni Spinner du 5 août 2014 qu’au « Tableau des mauvais élèves : l’Inde et la Chine sont les pires contrevenants en matière de sécurité des aliments du monde ».

Un aperçu du nombre de contrevenants en matière de sécurité alimentaire dans le monde entier montre que l’Inde et la Chine sont les pays avec le plus grand nombre d’infractions.

Selon les données de Food Sentry, les pays qui ont été les dix principales sources de produits non conformes en 2013 étaient (par ordre de fréquence) : Inde, Chine, Mexique, France, Etats-Unis, Vietnam, Brésil, République dominicaine, Turquie et Espagne.

Indépendamment de cette étude, le bilan 2013 du RASFF avait noté parmi le top 10 des pays ayant pour origine une notification au RASFF, très loin devant la Chine, l’Inde, et la Turquie suivis du Brésil, Espagne, Pologne, France, Italie, Pays-Bas, Etats-Unis.

Visiblement dans chaque étude, on retrouve globalement les mêmes pays dans le top 10 …

NB : Infographie de Food Sentry. La source originale de l’information de l’article de Jenni Spinner peut être retrouvée ici.

Shocking : Il semble impossible de trouver des hamburgers et des nuggets de chez McDonald’s en Chine !

5
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Hygiène, Santé, Sécurité des aliments, Viande, Volaille.

« McDonald’s espère voir de nouveau revenir des hamburgers en Chine », source The Wall Street Journal du 4 août 2014. Peut-on vraiment plaindre cette entreprise ?

La chaîne de restauration rapide doit faire face à une pénurie de viande de bœuf et de poulet en raison d’un changement de fournisseurs.

McDonald’s Corp. espère dans une semaine mettre de nouveau des hamburgers et des nuggets sur ses menus dans un grand nombre de ses magasins en Chine, deux semaines après avoir coupé les liens avec un fournisseur de Shanghai qui aurait vendu à la chaîne de restauration rapide de la viande périmée.

0023ae989656153c68b347La société qui a son siège social à Oak Brook, Illinois, a travaillé avec les fournisseurs existants pour augmenter sa capacité, a déclaré une porte-parole de McDonald’s basée en Chine lundi. McDonald’s a dû effectuer une dilligence raisonnable avec des nouveaux fournisseurs potentiels afin qu’ils s’adaptent au « processus de la ferme à la fourchette » de l’entreprise, a-t-elle dit. « Cela prend plus de temps pour de bonnes raisons. »

Les restaurants McDonald’s dans le nord et le centre de la Chine ont fait face à une pénurie de hamburgers et de produits de poulet la semaine passée après avoir coupé ses liens avec Shanghai Husi Food Co., qui est détenue par la société américaine OSI Group Inc. Cela entraîne pour les clients des options limités comme des sandwichs au poisson, des frites, des tartes et des crèmes glacées, bien que l’approvisionnement en poisson commence à manquer dans de nombreux magasins.

Les autorités chinoises ont accusé Shanghai Husi de vente intentionnelle de viande au-delà de sa durée de vie à des entreprises de restauration rapide. Cinq employés de l’unité de Shanghai ont été arrêtés par les autorités. Shanghai Husi a présenté ses excuses et a dit qu’il coopère avec les autorités et a promis des changements dans ses opérations en Chine.

Par ailleurs selon 7sur7.be, « La chaîne de restauration rapide américaine McDonald’s a averti lundi que ses résultats à court terme allaient être affectés par le scandale de la viande avariée touchant ses restaurants en Chine et au Japon notamment. »

« Mi-juillet des problèmes liés à la qualité et à la sécurité ont été découverts chez un fournisseur de groupes alimentaires en Chine, dont McDonald’s », écrit l’entreprise dans un document boursier consulté par l’AFP. « Les activités de McDonald’s en Chine, au Japon et dans certains marchés sont (ainsi) impactés négativement et de façon importante », ajoute le fabricant du « Big Mac ». 

OSI Chine, une leçon de relations publiques

4
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Viande, Volaille.

« OSI Chine, une leçon de relations publiques ». Il s’agit d’un article de James Marsden paru sur son blog Safety Zone le 4 août 2014.

contributor_11Il y a deux semaines, les services réglementaires en Chine ont fait fermer Shanghai Husi Food Co. Ltd, un site appartenant à OSI basé à Aurora dans l’Illinois, après il a été signalé que l’entreprise a mélangé de la viande avariée avec des produits frais et re-étiqueter des marchandises périmées. Les produits de viande de la société ont été vendus chez McDonald’s, Pizza Hut, une marque de Yum, la chaîne de cafés Starbucks, Burger King, 7-Eleven et Papa John’s Pizza. (KFC en faisait aussi partie –aa)

C721N0025H_2014資料照片_N71_copy1Il est difficile d’imaginer un plus grand désastre en termes de relations publiques. En réponse à ces allégations, la quasi-totalité des clients de l’unité de Shanghai ont annoncé qu’ils n’accepteraient plus leurs produits. L’usine a été fermée et je suppose que le Shanghai Husi cessera d’exister si la Chine ouvre une enquête criminelle sur cette affaire.

Mais que dire de la société mère OSI ? La relation entre OSI et McDonald’s remonte à 1955, lorsque Ray Kroc a lié un partenariat avec Otto & Sons (OSI), une entreprise familiale basée à Chicago. Depuis ce temps, OSI a développé une réputation en tant que fournisseur de qualité en bœuf et poulet aux plus grandes chaînes de restauration rapide du monde. La société s’est engagée dans la sécurité des aliments et a un bilan remarquable avec des produits sûrs et de qualité. OSI Group Inc. a des ventes annuelles dépassant les 6 milliards de dollars.

En réponse à la crise, l’actuel propriétaire et dirigeant d’OSI, âgé de 82 ans, Sheldon Lavin, a présenté ses excuses pour les actions « inacceptables » à l’usine OSI de Shanghai et a promis de les corriger. Dans une déclaration sur le site Internet de l’entreprise, il a dit : « Je ne vais pas essayer de défendre ou d’expliquer cela. C’était terriblement mauvais, et je suis consterné de voir que cela est arrivé dans l’entreprise que je possède. »

Il a également annoncé que la société allait investir 10 millions de yuans sur trois ans en Chine dans une campagne de sensibilisation à la sécurité des aliments et mettre en place un Asian Quality Control Center afin de regagner la confiance du marché.

David McDonald, directeur des opérations du Groupe OSI, a annoncé une enquête interne et a expliqué que la société avait déjà identifié les aspects qui étaient « absolument incompatibles avec les exigences et les politiques internes du produit. »

L’essentiel est que le leadership chez OSI s’est emparé du problème et s’est engagé à corriger tout ce qui s’est brisé.

Ce n’est pas le premier problème de sécurité des aliments qui a fait surface en Chine au cours des dernières années. En fait, il est le dernier d’une série de crises qui ont secoué la confiance des consommateurs en Chine et dans toute l’Asie. OSI aurait facilement pu critiquer les dangers de faire des affaires en Chine, où la sécurité des aliments est difficile à maîtriser dans un environnement ayant une surveillance et une application réglementaire minimale. L’énormité du marché asiatique et les différences en matière de sécurité des aliments et l’infrastructure réglementaire posent des défis à chaque entreprise alimentaire américaine opérant dans la région.

OSI ne critique pas le problème des difficultés d’exploitation en Chine ; ils ont pris l’entière responsabilité de ce qui s’est passé. Un porte-parole de la société a déclaré : « Nous n’allons pas esquiver ce problème, car nous sommes déterminés à le résoudre. » C’est une leçon de gestion de crise dont chaque entreprise alimentaire doit tenir compte.

Il y aura des problèmes sur la route ,Starbucks, Burger King et les marques de Yum ont tous des relations rompues avec OSI en Asie. La société McDonald’s, a cependant  dit qu’elle va rester avec OSI en Chine, en utilisant leurs autres usines.

De toute évidence, OSI a beaucoup de travail à faire pour la résolution du problème et rétablir la confiance de leurs clients et des consommateurs en Chine et dans toute l’Asie. Ils semblent être sur la bonne voie.

À propos du Dr. James L. Marsden. Jim est Regent’s Distinguished Professor en sécurité des aliments à l’Université de l’Etat du Kansas et le conseiller scientifique senior de la North American Meat Processors Association. Il est l’ancien président de l’American Meat Institute Foundation à Washington DC et lauréat de l’Université de l’Etat de l’Oklahoma.