Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Des questions sur la sécurité sanitaire de la viande et de la volaille dans les chaînes de restauration rapide en Chine

21
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Films vidéo, HACCP, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Viande, Volaille.

Le site de French China.org du 21 juillet 2014 rapporte qu’à « Shanghai, les opérations d’un fournisseur de viande pour McDonald et KFC suspendues pour des raisons de sécurité ».

L’agence des produits alimentaires et pharmaceutiques de Shanghai a suspendu les opérations d’une entreprise soupçonnée d’avoir fourni de la viande périmée à des restaurants McDonald et KFC.

langueL’agence a ordonné dimanche à ce que l’ensemble des produits à base de viande fournis par la Shanghai Husi Food Co., Ltd soient retirés de la circulation pour des raisons de sécurité.

Selon des médias locaux, l’entreprise aurait retraité des produits à base de viande ayant dépassé leur date de péremption avant de les vendre à des chaînes transnationales de fast-food comme McDonald, KFC ou Pizza Hut.

Les journalistes qui ont réussi à s’introduire dans les locaux de Husi déclarent avoir vu des preuves montrant clairement que du bœuf et du poulet périmés étaient reconditionnés après avoir été transformés afin de repousser d’un an leur date de péremption.

Les enquêteurs envoyés par l’agence des produits alimentaires et pharmaceutiques sont arrivés vers 19h30 devant les locaux de l’entreprise, dans un bourg industriel de l’arrondissement de Jiading, mais ont été bloqués à l’entrée par les gardes de sécurité.

Les deux parties se sont querellées pendant plus d’une heure, jusqu’à ce que les enquêteurs appellent la police.

La Shanghai Husi Food Co., Ltd, membre d’OSI Group (Etats-Unis), est une entreprise à capitaux exclusivement étrangers possédant un capital social de 50,47 millions de yuans.

Dans un « engagement à la clientèle » affiché dans son usine de Shanghai, Husi assure employer un système d’« analyse des dangers et points critiques pour leur maîtrise » (HACCP, hazard analysis and critical control points), une approche préventive systématique concernant la sécurité des aliments, et déclare procéder à des tests de routine sur des échantillons portant sur la présence de micro-organismes.

Yang Liqun, directeur général des processus de traitement à OSI China, a déclaré que la compagnie possédait un système rigoureux de contrôle de la qualité et coopérerait avec les enquêteurs.

NB : Plus d’informations ainsi qu’une vidéo sur le lien du South China Morning Post du 21 juillet 2014.

Une solution possible pour lutter contre la puanteur des toilettes en Chine

7
juil
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie.

« Une solution possible pour lutter contre la puanteur des toilettes en Chine », source sinosphere.blogs.nytimes.com.

07sino-restroom-tmagArticleL’utilisation de toilettes publiques en Chine peut être une entreprise difficile Souvent, en particulier pour ceux qui ne pratique pas le squat artistique. Mais des chercheurs en Chine ont mis au point une nouvelle technologie dont ils disent que cela peut aider à éliminer l’un des problèmes le plus nocif de la peste des toilettes publiques de la Chine : la puanteur insupportable.

Contrairement aux solutions chimiques, qui sont coûteuses et peuvent être nocives pour l’environnement, le nouveau traitement biologique est présenté comme étant respectueux de l’environnement, le coût-efficacité va résoudre jusqu’à 75% des odeurs dans les toilettes, selon des chercheurs de l’Académie des Sciences de Chine.

La science derrière ce traitement consiste en un mélange spécial de deux types de bactéries – Lactobacillius sp. et Streptococcus thermophilus – ainsi que de l’essence de mandarines. La préparation, qui présente sous forme liquide ou en poudre, nourrit les déchets humains lorsqu’il est appliqué, excluant ainsi la croissance de bactéries produisant une mauvaise saveur.

Pas encore disponible dans les supermarchés, la technologie ‘odor-killing’ est en phase d’essai, a déclaré Yan Zhiying, bactériologiste à l’institut de biologie de Chengdu et chercheur responsable du projet.

ooOOoo

Aux lecteurs de ce blog. Un incident technique a touché le blog hébergé par la revue PROCESS depuis dimanche après-midi. Toutes mes excuses pour cette panne inopinée.

Une sécurité des aliments avec ceinture et bretelles est train d’émerger en Chine

30
juin
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Viande, Volaille.

« Une sécurité des aliments avec ceinture et bretelles est train d’émerger en Chine », source Food Safety News du 30 juin 2014.

Le gouvernement envisage de renforcer les lois, en relation avec une augmentation spectaculaire des dépenses privées, en particulier de la part de sociétés occidentales, et cela peut signaler l’émergence d’une approche de type « ceinture et bretelles » pour enfin faire de la sécurité des aliments une réalité pour 1 million de producteurs d’aliments en Chine.

beltandsuspenders_406x250Walmart, qui est n°9 des distributeurs en Chine, va tripler ses dépenses en matière de sécurité des aliments après avoir été pris dans une fraude en janvier par un fournisseur chinois, qui, apparemment, a remplacé la viande de renard par de la viande d’âne « cinq épices » que les consommateurs voulaient acheter.

En raison du problème lié à la viande de renard, Walmart a doublé ses tests ADN qu’il réalise sur la viande provenant de la Chine. La Chine a arrêté 900 personnes l’an dernier pour fraude alimentaire impliquant la substitution de renard, de vison et de rat par des viandes plus souhaitables.

Walmart, cependant, n’a pas été la seule entreprise parmi les sociétés occidentales ç avoir considérablement augmenté ses dépenses de sécurité des aliments après que des consommateurs aient été malades à la suite de problèmes dans le pays.

La marque Yum! a présenté des excuses publiques pour ses « lacunes » après une alerte aux consommateurs liée à des fournisseurs de poulets pour ses restaurants KFC. A la fois KFC et McDonald’s en Chine ont dû faire face à des reportages télé montrant leurs fournisseurs de poulets vendant des volailles avec des taux excessifs de médicaments antiviraux et d’hormone stimulant la croissance.

Avec 5100 restaurants, Yum! génère plus de la moitié de son chiffre d’affaires en Chine. La société a changé de fournisseur de poulets et a intensifié ses propres tests aléatoires dans sa chaîne d’approvisionnement.

Un autre exemple est celui de Nestlé, qui a récemment déclaré lors d’une conférence sur la sécurité des aliments à Pékin, qu’il mène actuellement 200 000 essais par jour dans 25 centres d’assurance de la qualité dans toute la Chine.

L’augmentation des dépenses par ces sociétés pour protéger leurs propres sources fait que la Chine est encore en attente pour renforcer ses lois sur la sécurité des aliments. Zhang Yong, directeur de la Food and Drug Administration de Chine, dit que la sécurité des aliments s’améliore dans le pays, mais que « la situation reste grave. »

Zhang veut que le Congrès national du peuple approuve les lois pour donner à la Chine un système de réglementation de la sécurité des aliments qui dissuade et sanctionne les mauvais comportements.

En attendant, ceux qui suivent la sécurité des aliments en Chine s’attendent à voir de nombreux exemples d’investissements privés utilisés comme une police d’assurance contre la mauvaise publicité qui vient chaque fois que des aliments sont déclarés contrefaits ou contaminés.

Wal-Mart va tripler ses dépenses en sécurité des aliments en Chine

18
juin
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

walmart_groceries-300x225« Wal-Mart va tripler ses dépenses en sécurité des aliments en Chine », source Doug Powell du barfblog du 17 juin 2014.

Wal-Mart Stores Inc. a annoncé mardi qu’il va tripler ses dépenses en matière de sécurité des aliments en Chine d’ici à la fin 2015, après des critiques sur ses procédures de fonctionnement et une erreur d’étiquetage rapportée sur de la viande d’âne.

Le plus grand distributeur au monde a dit qu’il va dépenser 35,5 millions en sécurité des aliments entre 2013 et 2015. C’est près de trois fois plus que les 11,8 millions d’euros qu’il avait déjà affecté.

Les dépenses supplémentaires seront consacrées aux analyses des aliments, aux tests ADN sur la viande vendue en Chine et aux audits des fournisseurs, a déclaré Paul Gallemore, responsable de la conformité de Wal-Mart en Chine.

Les tests d’ADN intensifiés viennent après que de la viande de renard ait été retrouvée dans divers magasins chinois dans des emballages étiquetés comme étant de la viande d’âne « aux cinq épices » en janvier 2014. La société a également été condamnée à une amende pour la vente de la viande de canard dont la date limite avait expirée en 2011.

Wal-Mart a environ 7 000 fournisseurs de produits alimentaires en Chine, mais les a récemment réduit de 4%, car ils n’avaient pas réussi aux différentes analyses ou audits de sécurité des aliments.

Commentaires : Il y a bien une morale de la sécurité des aliments à propos de l’adage, pas vu, pas pris, puisque Wal-Mart investit (enfin) pourrait-on dire …

Chine : Une usine de vermicelles aux pieds puants a été fermée

15
juin
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Stinky-feet-vermicelli--300x207« Chine : L’usine de vermicelles aux pieds puants a été fermée », source Doug Powell du barfblog.

Une usine de production de vermicelles de riz à Dongguan en Chine s’est trouvée prise dans un scandale de sécurité des aliments lorsque des images sont apparues en ligne montrant ses travailleurs manipulant le produit avec leurs pieds nus au sol.

Les principaux quotidiens chinois ont rapporté qu’un internaute a mis en ligne des photos sur Internet, montrant des travailleurs aux pieds nus marchant sur des tas de nouilles au sol.

Ils ont piétiné le vermicelle comme s’ils se promenaient dans l’usine.

Un travailleur est présenté couché sur un tas de vermicelles comme s’il faisait la sieste de l’après-midi.

Les internautes ont été stupéfaits par la révélation. Ils ont condamné l’usine, appelant le produit «  vermicelles de riz aux pieds puants. »

L’autorité locale de la sécurité des aliments a ordonné la fermeture temporaire de l’usine afin de réévaluer ses méthodes de production.