Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Les mésaventures de Walmart en Chine

15
avr
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

walmart.china_-300x224« Les difficultés de Walmart avec les autorités chinoises », source Doug Powell du barfblog du 15 avril 2014.

Wal-Mart Stores, Inc. est, selon cet article, en train de riposter contre les autorités réglementaires chinoises après avoir fait face en permanence à des enquêtes 

Le plus grand distributeur au monde a été forcé de payer environ 10 millions de dollars sur les trois dernières années pour des non-conformités aux normes chinoises de sécurité des aliments. Ces amendes ont non seulement eu un impact sur la rentabilité de l'entreprise, mais ils ont aussi mis à mal les perspectives de croissance sur le long terme des magasins Walmart.

En janvier, Walmart a été accusé d'avoir vendu de la viande d'âne, et il a été constaté plus tard que c'était de la viande de renard dans le produit en question. Depuis lors, le détaillant a travaillé à améliorer les normes de qualité grâce à un renforcement des tests et de nouvelles techniques d'inspection. Plus de 600 produits sont maintenant testés quotidiennement dans les centres de distribution de Walmart en Chine à la recherche de problèmes. La société prévoit également de commencer des tests d'ADN pour ses produits de viande.

Bien que Walmart ait pris l'initiative de remédier à ces problèmes, ils disent que les fabricants doivent être aussi vérifiés par les autorités réglementaires.

La sécurité des aliments est l'un des plus grands problèmes en Chine, alors que des milliers de Chinois sont tombés malades après avoir consommé des produits dangereux. Cependant, l'histoire dit aussi, que les services réglementaires chinois n'enquêtent pas ou ne punissent pas les producteurs locaux ou aux chaînes locales de supermarchés avec la même fréquence qu’ils réglementent et punissent les distributeurs internationaux.

Une spécialité chinoise, le jeter de porcs dans la rivière

27
mar
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

jariver263eSelon l’agence chinoise Xinhua du 19 mars 2014, « Au moins 131 cadavres de porcs ont été déversés dans un fleuve majeur dans la province orientale du Jiangxi qui est une source d'eau potable pour Nanchang, la capitale provinciale, ont annoncé mercredi les autorités locales. »

On se souvient d’un épisode précédent en Chaine, voir Les porcs morts de Shanghai, un échec de la réglementation sur la sécurité des aliments en Chine et Des porcs par milliers jetés à la rivière à Shanghai.

Les autorités chargées de la gestion de l'eau de Nanchang, ont d'abord découvert des cadavres de porcs samedi dans une section du fleuve Gangjiang de 758 km de long, un affluent majeur du fleuve Yangtsé.

Mercredi à 18h00, 131 cadavres de porcs avaient été repêchés. Les porcs proviendraient de l'amont du fleuve, selon les autorités de l'eau.

Les analyses de toutes les prises d'eau municipales réalisées par les autorités de l'environnement et de la santé indiquent que l'eau du robinet est potable, selon un communiqué du bureau de l'information du gouvernement municipal.

Les carcasses des porcs ont été traitées en toute sécurité, précise le communiqué.

En mars 2013, des milliers de porcs avaient été repêchés dans le fleuve Huangpu à Shanghai, semant un vent de panique dans ce centre d'affaires et suscitant de vives critiques sur la sécurité de l'eau du robinet.

Les porcs auraient été déversés en amont du fleuve Huangpu par des éleveurs de la ville de Jiaxing, dans la province du Zhejiang.

Les Pays-Bas vont réaliser un partenariat avec la Chine sur la sécurité des aliments

27
mar
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Lait, Santé, Sécurité des aliments.

Avant d'aller faire son marché en France, le président chinois a signé des accords avec les Pays-Bas « Les Pays-Bas vont réaliser un partenariat avec la Chine sur la sécurité des aliments », source PR Newswire.

En présence du président chinois Xi Jinping et du roi des Pays-Bas Willem-Alexander servant de témoins, la Chine et les Pays-Bas ont signé plusieurs accords de coopération dans les secteurs clés de l'agriculture des deux pays, le 23 mars. Parmi les accords, il y a une collaboration stratégique dans laquelle un système de sécurité des aliments sera réalisé conjointement par le groupe Yili, l'un des producteurs de lait de Chine, et l'université de Wageningen.

201403241200_91be0a66_2Le projet d’un système de sécurité des aliments entre la Chine et les Pays-Bas est le premier projet systématisé et coopératif de sécurité des aliments entre la Chine et les Pays-Bas depuis que les deux pays ont établi des relations diplomatiques. Il est aussi le plus profond dans la coopération transnationale entre une université néerlandaise et une société chinoise.

La signature de l'accord ouvre la voie à la mise en place d'un système qui combinera les pratiques des deux pays, basé sur la collaboration des dernières technologies ciblant la culture biologique de cellules, l'évaluation de la sécurité de la cellule biologique et d'autres facteurs fonctionnels. Le projet prendra les devants en introduisant l’application de nombreuses données pour l'analyse de la qualité des produits laitiers dans les deux pays.

Le président du groupe Yili, Pan Gang, a révélé que le système sera réalisé au-delà des développements antérieurs de la gestion des pâturages basés sur des technologies en amont de la production du lait, la formulation d'un système d'évaluation des aliments et de la terre, y compris un mécanisme de traçabilité. Une fois achevé, le projet aura un système de surveillance en place des produits laitiers dans l'Union européenne et en Chine travaillant de concert l’un avec l'autre. La majeure partie du travail sur le projet aura eu lieu dans le Centre européen de R&D de Yili, qui s’est ouvert sur le campus de l'université de Wageningen en février. L'université et Yili vont approfondir leur coopération sur la base de la mise en place conjointe du centre de R&D. Les deux parties, en plus de l'effort de coréalisation, mèneront des recherches conjointes sur le lait maternel et la gestion des pâturages.

NB : Après la France, le président chinois se rend en Allemagne …

Ainsi va la sécurité des aliments en Chine

27
jan
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

« Nous sommes là pour servir, dit le management intermédiaire pléthorique ; en Chine, les agences locales de sécurité des aliments habilitées à des changements en matière de sécurité des aliments. » Source Doug Powell du barfblog du le 26 janvier 2014.

Les gouvernements provinciaux chinois ont rapidement rendu autonomes les agences locales de sécurité sanitaire des aliments en conformité avec les exigences du gouvernement central pour éviter les scandales alimentaires.

olive.managment-300x206Depuis que la China Food and Drug Administration a été lancée lors de la restructuration ministérielle de mars dernier pour superviser le processus complet du management de la production alimentaire, la circulation et la consommation, la mission principale des gouvernements provinciaux a été de restructurer en conséquence leur mécanisme de suivi de la sécurité des aliments.

Lors du remaniement, les fonctions des services d'inspection de qualité ont été intensifiées à mesure qu'ils avaient acquis la compétence en matière de sécurité des aliments précédemment occupées par les ministères de la santé, de l'industrie et du commerce.

Lors d'une inspection du travail dans la province du Hunan en Chine centrale mi-janvier, Liu Peizhi, vice-ministre de l'administration, a exhorté les gouvernements provinciaux à compléter le remaniement le plus rapidement possible et que les outils locaux restructurés pourraient disposer de ressources suffisantes pour s'acquitter de la mission de l'administration.

Yan Zuqiang, chef de la Shanghai Municipal Food and Drug Administration, a déclaré qu'un des objectifs de la restructuration était d'augmenter le nombre d'inspecteurs sur le terrain.

Il a décrit la structure des ressources humaines du vieux mécanisme de surveillance comme étant en « forme d'olive », avec le management le plus élevé au sommet et à la base des inspecteurs sur le terrain, dont le nombre est largement dépassé par celui du management intermédiaire, Yan a dit que l'application de la loi au niveau local a été très faible. Xu Liping, législateur municipal de Shanghai a convenu de la faiblesse de la supervision de la sécurité aliments sur le terrain.

« Le nombre d'inspecteurs ne peut être augmenté à l'infini. La clé est d'améliorer leur compétence et leur façon de travailler », a dit Xu.

Walmart en Chine : La fable du renard qui voulait être un âne !

2
jan
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Viande.

2014_2Walmart Stores Inc. a rappelé de la viande mal étiquetée vendue dans ses magasins de Chine après que des tests aient révélé que la viande vendue comme la viande d'âne aux « Cinq épices » était en fait de la viande de renard.

Le numéro un mondial de la distribution basé à Bentonville en Arkansas, coopère avec les autorités chinoises qui enquêtent sur un fournisseur chinois, selon Reuters et NBC News.

La viande d'âne est une viande populaire dans certaines parties de la Chine.

« Nous sommes profondément désolés de toute cette affaire », a déclaré le président de Walmart Chine, Greg Foran. « C'est une importante leçon (pour nous) que nous devons continuer à accroître les investissements dans le management des fournisseurs. ». Source blog.Al.com du 2 janvier 2014.

Pas d’information sur le sites de Walmart en Chine et aux Etats-Unis. Walmart avait gagné en Chine en 2012 le Top Food Safety Award

NB : N'hésitez pas à lire la fable de l'âne et du renard, ici.