Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


La Chine s’engage dans des « sanctions les plus sévères » à l’encontre des violations de la sécurité des aliments

28
sept
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

« La Chine s’engage dans des « sanctions les plus sévères  » à l’encontre des violations de la sécurité des aliments ». Doug Powell du Barfblog.

china.justice.nov_.13Selon cette information de Reuters, « La Chine a promis d’adresser les « peines les plus sévères » à l’encontre de ceux qui violent la sécurité des aliments et va réformer l’administration de la sécurité des aliments et médicaments, a dit samedi l’agence de nouvelles, Xinhua. »

Le Vice-Premier Ministre, Wang Yang, a fait ce commentaire lors d’une tournée d’inspection du centre de surveillance de la sécurité des aliments de Pékin vendredi, a dit l’agence de nouvelles.

« Le contrôle le plus strict doit être effectué pour créer un environnement de marché équitable, les peines les plus sévères devraient être utilisées pour prévenir les non-conformités, et un système de responsabilisation devrait être établi pour punir ceux qui ne remplissent pas leurs devoirs », selon Xinhua citant Wang.

Sur le sujet, semble-t-il, sans fin, on lira, Sécurité des aliments en Chine : une main de fer dans un gant de velours ?

Licenciements chez OSI en Chine après le scandale de la sécurité des aliments

22
sept
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, HACCP, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Viande, Volaille.

webst19525Un problème de sécurité des aliments dans les entreprises se traduit toujours par un problème de sécurité tout court pour les salariés !

En voici, hélas, un nouvel exemple, « Le groupe OSI coupe dans le personnel de son unité de Chine car les retombées continuent au sujet du scandale de sécurité des aliments ». Source Meatingplace du 22 septembre 2014.

Le groupe OSI a annoncé que dimanche soir qu’OSI China allait licencier 340 employés de son unité de Shanghai Husi Food Co. à compter d’aujourd’hui.

Le mouvement intervient deux mois après qu’un journaliste de la télévision chinoise qui avait infiltré l’usine avait rapporté que de la viande périmée était utilisée pour fabriquer des produits généralement vendus dans les restaurants McDonald’s et KFC, une marque de Yum, en Chine. Voir aussi ce lien ici.

Les licenciements touchent directement 226 employés par Shanghai Husi et 114 sous-traitants de Shanghai Husi.

OSI China l’a notifié aux employés touchés et leur a proposé les options disponibles. Depuis le 21 juillet 2014, la plupart d’entre eux étaient des salariés en congé payés.

« Nous nous attendions à ce que leur travail puisse reprendre dès que possible. Malheureusement, en raison des circonstances indépendantes de notre volonté, ce ne sera pas le cas », a expliqué OSI dans un communiqué.

Au cours des deux derniers mois, Shanghai Husi a subi des pertes financières et des clients importants et les enquêtes des autorités sont toujours en cours.

« Il est très peu probable que la production puisse reprendre bientôt », prévoit le communiqué d’OSI.

Un petit nombre de personnes, cependant, doit être conservé afin d’aider aux enquêtes des autorités en cours. Etant donné cela, l’usine de Shanghai Husi ne peut être entièrement fermée à ce stade.

OSI travaille en étroite collaboration avec les organismes gouvernementaux afin de s’assurer que les employés reçoivent leurs indemnités de départ en conformité avec toutes les lois applicables, ainsi que conformément à la politique de l’entreprise. En outre, l’entreprise travaille en étroite collaboration avec les agences locales gouvernementales afin d’apporter un soutien aux employés touchés, y compris le coaching de développement de carrière, la recherche d’emploi et la formation à des compétences.

Chine : Règlements de comptes des clients d’OSI, McDonald’s, KFC et Pizza Hut …

5
sept
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Hygiène, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Viande, Volaille.

webst19254« Yum dit qu’il entend poursuivre en justice OSI sur après le scandale d’approvisionnement en Chine », source Meatingplace du 4 septembre 2014.

Yum Brands a dit qu’il s’attend à des ventes en magasins comparables dans sa division de Chine après une chute de 13% au troisième trimestre et a dit qu’il va intenter une action en justice contre le fournisseur OSI, suite à une alerte à la sécurité des aliments.

Yum a dit avoir déposé une plainte mercredi car deux de ses entreprises KFC et Pizza Hut en Chine ont connu un « important, impact négatif sur les ventes » en raison de la publicité faite sur les mauvaises pratiques de manipulation des aliments par l’ancien fournisseur, Shanghai Husi, une société d’OSI basée à Aurora dans l’Illinois.

« La société prévoit de poursuivre vigoureusement en justice OSI et Husi afin de recouvrer des dommages liés à l’incident », a dit Yum dans le dépôt de la plainte.MW-CO437_china__20140727232405_MG-300x209

Par ailleurs, l’entité McDonald’s China a déclaré à Bloomberg qu’il a nommé un chef de la sécurité des aliments en Chine et va augmenter les audits inopinés de ses fournisseurs.

Les fournisseurs de McDonald’s, McKey Food Services Ltd., Cargill Inc, Hormel Foods Corp., Trident Seafoods Corp. et Fujian Sunner Development Co. augmentent leur production de viande pour remplacer les produits précédents provenant de chez OSI Chine, selon Bloomberg.

Un autre article a suggéré qu’OSI pourrait se retirer totalement du marché chinois.

Cependant, OSI a déclaré dans un communiqué plus tôt cette semaine qu’il était déterminé à rester en Chine et a nommé Golden State Foods, une filiale de KanPak China, afin de gérer son unité de Guangzhou qui produit des produits de légumes et de fruits.

On pourra aussi lire l’article de Doug Powell du barfblog, OSI, le fournisseur de viande de McDonald’s pourrait quitter la Chine après le scandale sur les pratiques d’hygiène.

Le Top 9 des scandales alimentaires dus à des marques étrangères en Chine !

28
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

La Chine apprend vite en termes de communication mais aussi en termes de communication à propos des risques. Déjà, des entreprises informatiques, Apple et Microsoft sont train d’en faire les frais, mais que dire de ce pseudo classement du top 9 des scandales alimentaires dus à des marques étrangères en Chine. On pourrait dire que la meilleure défense est l’attaque de ces groupes étrangers, pour mieux masquer les lacunes considérables, pour ne pas dire plus, des entreprises alimentaires chinoises en matière de sécurité des aliments, à vous de voir …

Voici donc ce triste « Top 9 des scandales alimentaires dus à des marques étrangères en Chine », source Le Quotidien du Peuple220px-Chinese_Food_Safety_Poster

Ecœurés par les scandales de sécurité alimentaire qui se sont multipliés au cours des dernières années, de nombreux consommateurs chinois se sont tournés vers les fournisseurs de produits alimentaires occidentaux, pour y rechercher des solutions à la fois fiables et délicieuses, en particulier en ce qui concerne les aliments pour bébés.
Mais hélas, là aussi, ils ont rencontré les mêmes problèmes, encore et encore.
A peine la fureur causée par le scandale de la viande périmée de Shanghai Husi Food Co commençait-elle à se calmer que ce fut au tour d’HJ Heinz d’être épinglé pour la vente de produits contenant des niveaux excessifs de plomb.
La Chine pourra-t-elle jamais résoudre le problème de la sécurité alimentaire et les consommateurs chinois ne sont-ils pas en train de perdre confiance en la qualité des aliments importés ?
Jetons un œil à quelques-uns des plus grands scandales alimentaires dans lesquels des marques mondiales se sont trouvées impliquées ces des dernières années en Chine.

1. H.J. Heinz

HJ Heinz Co, entreprise alimentaire américaine, est l’un des producteurs de produits alimentaires infantile les plus populaires en Chine.
L’Administration des produits alimentaires et médicamenteux de la province du Zhejiang a annoncé le 18 août avoir mis sous scellés 614 boîtes de produits pour bébés à base de céréales fabriquées par HJ Heinz après qu’il ait été découvert des niveaux excessifs de plomb, dans des boîtes de 400 grammes d’« AD calcium Salut-Protein cereals » portant le numéro de lot 20140413 lors d’une inspection alimentaire régulière qui a eu lieu au deuxième trimestre.

2. OSI Group

OSI n’est pas un nom très populaire, mais cette société qui s’est trouvée au centre d’un retentissant scandale alimentaire en Chine participe à la fabrication de certains des spécialités alimentaires les plus populaires au monde.
OSI Group, une société privée basée à Aurora, dans l’Illinois, s’est retrouvée sous le feu des projecteurs quand une chaîne de télévision chinoise a annoncé que l’une de ses usines de Shanghai reconditionnait de la viande de bœuf et de poulet périmée et y collait de nouvelles dates d’expiration.
La peur a alors submergé des chaînes d’alimentation célèbres qui s’approvisionnaient d’une unité de l’OSI de la région de Shanghai, Husi Food Co.
La controverse s’est aggravée lorsque cinq employés de Husi ont été arrêtés par la police. Un responsable de la réglementation de la sécurité alimentaire de la Chine a déclaré aux médias que certains des comportements illégaux qu’il a découverts étaient un arrangement « organisé » par Husi elle-même.

3. KFC

Le dernier scandale lié à l’utilisation de viande périmée par des chaines de restauration rapide n’est pas la seule peur que cette chaîne de fast-foods américaine a causée aux consommateurs chinois.
Déjà en juillet 2013, la Télévision Centrale de Chine avait révélé que des échantillons de glace prélevés chez KFC à Beijing contenaient 12 fois plus de bactéries que l’eau des toilettes et 19 fois les niveaux de bactéries autorisées pour l’eau potable en Chine. Une série de scandales alimentaires qui a eu lieu ces dernières années, comme des poulets rapide croissance utilisés par KFC et aussi un rapport selon lequel la viande de KFC contenait du naphtalène rouge, a ébranlé la confiance des consommateurs chinois dans cette célèbre marque.

4. McDonald’s

Après que Shanghai Husi Food Co, fournisseur de longue date de viande de McDonald’s ait été fermé, la célèbre marque de fast-food s’est de nouveau retrouvée sous le feu des projecteurs pour un autre scandale de sécurité alimentaire.
L’impact sur les menus de McDonald’s a cette fois été encore plus fort. Une porte-parole, Heidi Barker Sa Sichem, a ainsi déclaré que l’usine de Shanghai fournissait aussi des produits comme des galettes de saucisses, de jambon, de bœuf et des nuggets de poulet. A la date du 23 juillet, les restaurants McDonald’s de Shanghai n’étaient toujours pas en mesure de servir certains articles.
Un scandale datant de 2013 a également montré que McDonald’s avait aussi utilisé de la viande de poulet à croissance rapide.
Selon un expert, en raison de la grande taille du marché de la restauration rapide en Chine, qui constitue un obstacle à une régulation cohérente, les entreprises étrangères vont avoir besoin d’investir beaucoup plus de ressources dans leurs lignes d’approvisionnement.

5. Starbucks

Le dernier scandale lié au secteur de la restauration rapide en Chine a cette fois mis des produits chaîne américaine de cafés Starbucks sous les feux de l’actualité. Starbucks a en effet indiqué que certains de ses cafés ont commercialisé des produits contenant du poulet venant de Shanghai Husi Food Co, soupçonnée d’utiliser de la viande périmée.
La société basée à Seattle a déjà fourni 725 000 heures de formation à 14 000 employés en Chine et muté plus de 110 jeunes employés dans leur ville natale pour devenir des responsables de nouveaux magasins.
En 2013, Starbucks a été inquiété pour avoir utilisé de l’« eau de toilettes » pour infuser son café après que des photos d’un robinet « Starbucks Only » dans une salle de bains soient apparus sur la toile à Hong Kong.
Le tabloïd hongkongais Apple Daily avait publié les premières images de cette pratique douteuse dans un article indiquant que le personnel de Starbucks s’approvisionnait en eau dans des toilettes publiques du garage de l’immeuble plusieurs fois par jour et l’utilisait pour préparer le café.

6. Pizza Hut

Lorsque Shanghai Husi Food Co a vu ses activités arrêtées, ce fut au tour de Pizza Hut de se retrouver également sur la liste des chaînes ayant utilisé de la viande périmée.
Yum! Brands, qui possède Pizza Hut, a annoncé avoir arrêté d’acheter des produits à base de viande provenant du fournisseur de Shanghai, et a réaffirmé leur tolérance zéro envers les comportements illégaux en matière de sécurité alimentaire.
L’an dernier, un restaurant de Chongqing de la chaîne de fast-food aurait également servi des produits périmés. Une cliente avait ainsi acheté une portion de riz frit, et s’était rendu compte que non seulement ce n’était pas ce qu’elle avait commandé, mais que c’était aussi une assiette de nourriture froide cuisinée quatre heures auparavant. En colère, elle a accusé la célèbre chaîne d’être « indifférente à la santé du client ».

7. Wal-Mart

En juin 2014, l’Administration des produits alimentaires et médicamenteux de Beijing a publié des informations sur la sécurité alimentaire demandant le retrait de la vente de 11 aliments, dont trois types de champignons qui contenaient des niveaux excessifs de cadmium, vendus dans les magasins Wal-Mart. La société a répondu, disant que les champignons avaient été retirés des rayons.
Le cadmium n’a pas été ajouté aux produits manufacturés, mais provenait de la pollution des sols, de l’eau et de l’air. Sur le long terme, une petite quantité de cadmium risque d’endommager les reins et les os du corps humain.
En décembre 2013, de la viande d’âne vendue par le détaillant américain Wal-Mart à Jinan, dans la Province du Shandong s’était déjà révélée contenir de l’ADN de renard. La police avait enquêté sur le fournisseur de la viande, Shandong Dezhou Fujude Food Ltd Co. Tous les produits de Dezhou avaient été retirés des rayons des magasins Wal-Mart.
Wal-Mart a présenté ses excuses au public et annoncé une indemnisation des consommateurs. La réglementation relative à la sécurité alimentaire et aux achats de nourriture de la société devait également être renforcée.

8. Fonterra

La passion des consommateurs chinois pour les produits laitiers néo-zélandais a subi un coup majeur en Août l’année dernière, avec la perte de confiance qui a suivi le rappel de tonnes de produits de poudre de lait vendus par le producteur laitier local Fonterra.
Des tests avaient montré que quelques-uns des produits contenaient des bactéries pouvant causer le botulisme. Les produits à base de lactosérum contaminés avaient été vendus à des tiers qui les utilisaient pour produire des boissons sportives et des formules pour bébé.
Environ 1 000 tonnes de produits ont été concernées par le rappel dans sept pays. Quatre fabricants chinois; Dumex Baby Food Company, deux filiales du fabricant de boissons Wahaha Group et Shanghai Sugar, Tobacco and Alcohol avaient utilisé les produits potentiellement contaminés. La filiale chinoise de Coca-Cola a également été touchée. Les autorités chinoises de la sécurité alimentaire de la Chine ont ordonné aux importateurs de rappeler tous les produits potentiellement infectés et bloqué les importations de tous les produits de lait en poudre en provenance de Nouvelle-Zélande.

9. Hero Nutradefense

En mars 2013, la Télévision Centrale de Chine a diffusé un reportage hebdomadaire sur la qualité qui a révélé que les préparations pour nourrissons en poudre de Hero Nutradefensen importées des Pays-Bas auraient été produites illégalement par Xile Li’er Import et Export Co à Suzhou, en Chine même.
Le produit Nutradefense en cause aurait été fait à base de poudre de lait maternisé de provenance inconnue et de lait en poudre expiré. Xile Li’er avait également modifié la production et les dates d’expiration et avait procédé à un reconditionnement.
Tous les produits avec l’étiquette « Nutradefense » avaient dû être retirés des rayonnages des grands magasins ainsi que des magasins en ligne.
Des préparations pour nourrissons et autres aliments nutritifs du Hero Group présentés sur le stand de Xile Lier Import et Export Co lors de l’Exposition internationale des produits laitiers à Beijing, le 10 octobre 2012.

Heinz touché par des craintes de contamination au plomb en Chine

19
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Chinese customers select food on a shelf where Heinz products are displayed in a market in ShanghaiSelon Reuters du 19 août 2014, « Heinz touché par des craintes de contamination au plomb en Chine ».

Le groupe alimentaire américain H.J. Heinz a retiré du marché chinois certains aliments pour nourrissons à la suite du rapport d’un régulateur local faisant état d’une teneur excessive en plomb, ce qui pourrait porter atteinte à la réputation de la société dans un pays ultra-sensible à la sécurité alimentaire.

Heinz a déclaré mardi avoir retiré quatre lots de produits à base de céréales pour nourrissons après que des autorités de régulation dans une province de Chine orientale ont annoncé avoir détecté une teneur en plomb supérieure aux niveaux autorisés dans son aliment appelé AD Calcium Hi-Protein Cereal.

La question de la sécurité alimentaire est un sujet très épineux depuis le scandale de la mélanine dans le lait en poudre qui a provoqué la mort d’au moins six nourrissons en 2008.

« Je dirais que Heinz est en grande difficulté actuellement parce que les parents sont impitoyables sur tous les problèmes de contrôle de la qualité dans les produits alimentaires pour bébés et pour nourrissons », estime Shaun Rein, directeur du China Market Research Group basé à Shanghai.

Un responsable de l’autorité de régulation médicale et alimentaire de la province de Zhejiang a refusé de donner des détails concernant la teneur en plomb dans le produit Heinz, tout en ajoutant qu’il fournirait de nouveaux éléments concernant cette affaire dans les prochains jours.

La quantité de plomb contenue dans les aliments pour nourrissons doit être inférieure à 0,2 milligramme par kilo, selon un rapport gouvernemental publié en 2010.