Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


La FSA enquête actuellement sur des abattoirs de volailles du Royaume-Uni

25
juil
Aucun commentaire
Classé dans Audit, Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Volaille.

chicken.campy_.vaccine« Une investigation de la FSA dans des abattoirs de volailles », source Food Standards Agency (FSA) du 25 juillet 2014. C’est la confirmation de ce qui était annoncé dans l’article, Les abattoirs britanniques sous le feu des projecteurs suite aux révélations du Guardian.

La FSA a suivi les éléments de preuve mis en évidence par l’enquête du Guardian dans les sites de 2 Sisters à Anglesey et Scunthorpe.

Cela comprend l’examen des vidéos et des photographies de trois incidents spécifiques dans les usines et la vérification de cela avec nos propres dossiers. Nous sommes convaincus que les problèmes spécifiques aux sites ont été traités de manière appropriée par l’entreprise à l’époque et ne présentaient pas un risque pour la sécurité des aliments.

Toutefois, l’enquête du Guardian a mis en évidence des préoccupations plus larges sur les pratiques dans les usines, avec des poulets qui sont tombés au sol puis remis sur les lignes de production. Compte tenu de ces allégations, nous menons des audits et des enquêtes sur les sites. C’est en cours actuellement (vendredi) et les résultats seront publiés en temps voulu.

Nous réitérons nos conseils pour les consommateurs que Campylobacter peut être présent sur les poulets, même lorsque les normes les plus élevées d’élevage et de transformation sont suivies. Les consommateurs devraient suivre les bonnes pratiques d’hygiène à la maison, en ne lavant pas le poulet cru, pour minimiser les risques. Nous continuons à travailler avec l’industrie pour s’assurer que des mesures sont prises pour réduire les taux de Campylobacter sur les poulets vendus ou servis au Royaume-Uni.

A suivre …

Etats-Unis : Des audits tierce partie favorables dans des exploitation agricole liées plus tard à des foyers de cas d’infections d’origine alimentaire

25
juil
Aucun commentaire
Classé dans Audit, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Listeria, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

« Des audits tierce partie ont réalisé des revues de la sécurité des aliments favorables dans des exploitations agricoles liées plus tard à des foyers de cas d’infections d’origine alimentaire », source Food Safety News du 25 juillet 2014.

L’audit tierce partie, qui a passé en revue Jensen Farms, quelques semaines avant que ses melons cantaloups ne provoquent une éclosion mortelle de listériose en 2011, a également donné un audit positif à une exploitation qui a livré de la laitue romaine impliquée dans une plus récente éclosion à E. coli dans les salades de marque Trader Joe’s, selon des documents obtenus par Food Safety News.

?????????????????????????????????????????????????????????????????????????????PrimusLabs basé en Californie a donné un score de plus de 95% à Ratto Bros. à Modesto, en Californie, le 8 août 2013. Deux mois plus tard, en octobre 2013, au moins 33 personnes sont tombées malades à cause de E. coli O157:H7 dans un foyer de cas d’infection qui impliquait comme source la plus probable de la contamination, de laitues romaine distribuées par Ratto Bros., cultivées par Lake Bottom Farms et vendues par Trader Joe’s et Walgreen.

Après l’éclosion à E. coli,des agents du California Department of Health ont visité Ratto Bros. et ont prélevé des échantillons environnementaux. Cinq prélèvements sur 44 ont été testés positifs pour E. coli, bien que les prélèvements ne soient en conformité génétique avec la souche de l’éclosion et n’ont pas été prises à la ferme.

PrimusLabs a au départ donné à Ratto Bros. un score de 95,91 sur 100 pour le management de la sécurité des aliments et les bonnes pratiques agricoles. La ferme a perdu des points pour avoir une présence d’animaux sur un ranch en l’occurrence des oiseaux, ainsi que des chiens sur un terrain adjacent et une source d’eau, un canal, qui était accessible aux animaux.

A la suite de cela, Ratto Bros. a eu la possibilité d’une action corrective et PrimusLabs a amélioré leur score à 99,32, le seul problème restant étant que les animaux avaient encore techniquement l’accès au canal, malgré le fait que la ferme ait pris un certain nombre d’autres mesures pour prévenir la contamination de l’eau du canal .

PrimusLabs avait donné un score aussi élevé à Jensen Farms à l’été 2011, quelques semaines avant que des consommateurs ne commencent à tomber malade en août 2011 avec des infections à Listeria liées aux melons cantaloups cultivés dans l’exploitation agricole. Au moins 146 personnes avaient été malades et 33 sont décédés de leur infection.

On lira aussi l’article très instructif de Bill Marler, Primus Linked Again to a Great Audit and a Foodborne Illness Outbreak (Primus lié de nouveau à un super audit et à une éclosion de maladies d’origine alimentaire).

Les abattoirs britanniques sous le feu des projecteurs suite aux révélations du Guardian

25
juil
Aucun commentaire
Classé dans Audit, Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Volaille.

The Guardian du 24 juillet 2014 rapporte que « La Food Standards Agency va enquêter dans les abattoirs de volailles ».

La Food Standards Agency va enquêter sur les règles d’hygiène dans des usines de transformation de poulets, après qu’une enquête du Guardian ait découvert une série de défauts hygiène dans l’industrie.

campy_freeL’agence a confirmé qu’elle enquêtait sur les allégations formulées par des dénonciateurs au Guardian concernant les règles d’hygiène dans des usines relatives à la propagation de Campylobacter, la bactérie la plus fréquente responsable d’intoxication alimentaire au Royaume-Uni.

Les Travaillistes ont accusé le gouvernement de présider un autre scandale alimentaire. Monsieur Huw Irranca-Davies, ministre de l’agriculture dans le shadow cabinet, a déclaré : « Ce sont des accusations graves de malversations dans le secteur de l’abattage et de la transformation des volailles … S’il est constaté que les consommateurs ont été mis en danger, nous nous attendons à ce qu’une action rapide et forte soit prise pour rétablir la confiance du public, y compris par des mesures contre les individus et les entreprises le cas échéant. »

L’enquête du Guardian a découvert une série de manquements présumés en matière d’hygiène dans l’industrie de la volaille, incitant les trois principaux supermarchés Tesco, Sainsbury et Marks & Spencer, à lancer leurs propres enquêtes mercredi. Des vidéos cachées, des preuves photographiques et informatiques des dénonciateurs ont révélé comment les règles strictes d’hygiène de l’industrie pour prévenir la contamination du poulet par Campylobacter, bactérie potentiellement mortelle, ont pu être bafouées dans des sites et des élevages. (…)

Les cinq mois d’investigation du Guardian ont révélé une série de défaillances en matière d’hygiène dans l’industrie du poulet. Les allégations ont été faites contre deux des plus importants transformateurs de volailles au Royaume-Uni, 2 Sisters Food Group et Faccenda. Cela concerne deux usines appartenant à 2 Sisters qui fournissent du poulet réfrigéré et du poulet prêt à être consommé à Tesco, Asda, Sainsbury, Aldi, M&S, KFC et aux élevages et un abattoir appartenant à Faccenda, qui fournit Asda et Nando’s.

Une vidéo est aussi présente dans l’article du Guardian ici.

Un communiqué du 24 juillet 2014 de 2 Sisters explique « Notre rôle dans la volaille au Royaume-Uni ». Nous avons indiqué dans notre communiqué d’hier que notre héritage est ancré dans le secteur de la volaille et nous sommes extrêmement fiers de cet héritage et de notre excellente réputation en tant que transformateur de volailles. À la lumière de l’enquête du Guardian d’hier, nous comprenons la préoccupation que des consommateurs peuvent avoir lorsqu’ils sont confrontés à des images et à des informations sans être conscients d’une image plus complète, ou même sans connaissance de l’excellent travail que nos collègues font chaque jour. Nous exposons aujourd’hui les mesures que nous prenons pour nous assurer que nous restons un partenaire de confiance de nos clients et le consommateur final.

  • Combattre Campylobacter
  • Travailler avec nos clients
  • Engagement de formation
  • Renforcer l’excellence en matière d’hygiène
  • Soutien des parties prenantes comme la Food Standards Agency (FSA) et le British Poultry Council (BPC)

Communiqué du 23 juillet de 2 Sisters en réponse aux allégations graves concernant les opérations 2 Sisters Food Group au Royaume-Uni à la suite de l’article du Guardian, « Révélations, le sale secret sale de l’industrie de la volaille en Grande-Bretagne », publié le 23 Juillet 2014 par Felicity Lawrence.

Les allégations au sujet de nos sites de transformation de Scunthorpe et de Llangefni faites dans l’article ci-dessus au sujet de notre entreprise et de notre management de Campylobacter sont fausses, trompeuses et inexactes. Il n’y a pas de contamination par Campylobacter ou de problèmes dans nos sites, comme l’ont confirmé des audits externes indépendants multiples et nos propres tests rigoureux.
Nous rejetons fermement et nous nous défendons contre ces allégations. (…)
À ce jour, nous avons seulement fourni peu de détails sur les prétendues preuves que le Guardian prétend posséder. Cependant, notre réponse détaillée répond aussi pleinement que possible à ce stade, les allégations spécifiques qui sont faites.

Commentaires : Les audits tierce partie vont-ils être remis en cause ?

Un hamburger et un os, c’est pour le goût ?

25
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Viande.

On nous dit que « Le steak haché est généralement une préparation hachée à base de morceaux de viande de bœuf. » Plus précis, La Viande.fr rapporte que « Le steak haché est composé à 100% de muscle de bœuf. Il est très apprécié des Français, 83 % en ont une image positive en raison de sa praticité, son prix, son goût et ses qualités nutritionnelles (riche en protéines, source de fer et de vitamines du groupe B). »

imgresOui mais voilà, Le Dauphiné.com du 25 juillet 2014 nous informe que « La maman de l’adolescente de 15 ans qui a avalé et recraché un os de 2,5 centimètres en mangeant un hamburger dans le restaurant Quick de Montélimar le 9 juillet, a rencontré le propriétaire de l’établissement hier après-midi. »

Ce dernier, Christian Hermann, nous a indiqué que l’os lui a été remis et sera transmis aujourd’hui au laboratoire de la société qui fournit le groupe Quick en viande de bœuf.

Une enquête devra être conduite afin de tenter d’expliquer comment un élément de cette taille a pu se retrouver dans le steak haché. Dans un courrier daté du 15 juillet, le service consommateurs de Quick France affirmait qu’« aucune anomalie » n’avait été constatée. Mais le fait d’avoir pu récupérer l’os et de pouvoir l’examiner permettra sans doute d’éclaircir les choses.

Par ailleurs, M. Hermann dit réfléchir à un geste d’excuse à faire auprès de la jeune Charlotte. La famille avait en effet reçu deux coupons pour bénéficier de hamburgers gratuits, mais elle ne souhaite pas les utiliser après cette mésaventure.

Eh oui, remettre des coupons est nécessairement classique, mais pas suffisant ! Par ailleurs, ce n’est pas parce qu’« aucune anomalie »  n’a été constaté qu’il n’y a pas eu de dysfonctionnement …

L’enquête devrait plutôt s’orienter vers le fabricant d’hamburgers de la société Quick, mais le site de Quick ne fournit pas d’information sur le ou les fabricants concernés …

Développement des pathogènes et expression des gènes dans un aliment : le cas de Staphylococcus aureus isolé dans un fromage

25
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

Résumé.

Une intoxication humaine ou une infection due à une contamination bactérienne d’un aliment constitue un enjeu économique et un problème de santé publique. Les informations sur la distribution in situ et l’expression des pathogènes responsables de ce risque manquent à ce jour, en grande partie en raison de difficultés techniques dans la détection de signaux de populations bactériennes minoritaires dans un écosystème microbien et physico-chimique complexe. Nous avons simulé la contamination d’un fromage à haut risque avec un isolat alimentaire naturel de Staphylococcus aureus, un pathogène responsable d’intoxication alimentaire producteur d’entérotoxine. Pour surmonter le problème de la limite de détection dans une matrice solide, nous avons choisi de travailler avec un reporteur fluorescent (protéine fluorescente verte superfolder) qui permettrait le suivi spatio-temporel des populations de S. aureus et l’expression du gène ciblé. La combinaison de techniques complémentaires ont révélé que S. aureus se localise préférentiellement à la surface du fromage en cours d’affinage. L’immunochimie et la microscopie confocale à balayage laser nous a permis de visualiser, en une seule image, des bactéries laitières et des populations de pathogènes, l’expression des gènes de virulence et à la toxine produite. Ce procédé est facilement applicable à d’autres gènes d’intérêt, d’autres bactéries, et différents types de matrices alimentaires.

Isabelle Fleurot, Marina Aigle, Renaud Fleurot, Claire Darrigo, Jacques-Antoine Hennekinne, Alexandra Gruss, Elise Borezée-Durant and Agnès Delacroix-Buchet. Following Pathogen Development and Gene Expression in a Food Ecosystem: the Case of a Staphylococcus aureus Isolate in Cheese. Appl. Environ. Microbiol. August 2014 vol. 80 no. 16 5106-5115.