Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Opération interministérielle vacances en Normandie : 47% d’anomalies

23
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Selon le communiqué du 22 juillet 2016 de la préfecture de la région Normandie,

Extraits.

health_inspectorEn Normandie, avec plus de 19 millions de visiteurs par an, les agents de la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) et des services vétérinaires des directions départementales en charge de la protection des populations (DDPP- DDCSPP) des cinq départements normands renforcent également leur contrôle dans le cadre de l’opération Interministérielle Vacances.

Dans le cadre de cette opération 2016, les enquêteurs CCRF des cinq départements ont déjà réalisé en Normandie, entre le 1er juin et le 27 juillet, 672 visites auprès de 632 établissements dont l’activité économique est liée au tourisme. Des anomalies ont été constatées auprès de 47% des professionnels.

Si les agents favorisent l’utilisation de méthodes pédagogiques auprès des commerçants plutôt que l’usage de sanctions pécuniaires, ils ont cependant rédigé cinquante procès-verbaux ainsi que deux fermetures administratives.

L’information est très globale car elle ne dit pas s’il s’agit de contrôles sanitaires ou d’autres contrôles …, la préfecture de la région Normandie ne semble pas très communicante sur le détail des résultats …

L’argument selon lequel « les agents favorisent l’utilisation de méthodes pédagogiques » cela rappelle ce qui s’est dit en Haute-Garonne (consigne pour les médias ?) : les avertissements ont surtout une vocation pédagogique …

Plus de contrôles sanitaires, plus de taux de non-conformités, un spécial Haute-Garonne

23
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

J’ai longtemps hésité sur le tire de ce bref article, au choix :

  • Haute-Garonne, contrôles sanitaires en restauration, « les avertissements ont surtout une vocation pédagogique »
  • Contrôles sanitaires : un établissement sur deux n’est pas aux normes en Haute-Garonne
  • Contrôles sanitaires : Plus de contrôles, plus de taux de non-conformités, un spécial Haute-Garonne

larry_the_cable_guy_health_inspector2La Dépêche.fr du 23 juillet 2016 rapporte qu’en Haute-Garonne, à propos des « Contrôles sanitaires : un établissement sur deux n’est pas aux normes ».

Le préfet de la Haute-Garonne a présenté hier l’édition 2016 de l’opération de contrôles interministérielle vacances : dans 50 % des cas les normes administratives ne sont pas totalement respectées. (…)

Dans un premier bilan arrêté au 13 juillet, la direction départementale de la protection des populations (DDDP) fait état de 285 établissements visités. Ces visites qui intègrent les 84 contrôles réalisés dans le cadre de l’Euro se sont soldées par 108 avertissements, 23 mises en demeure et 15 procès-verbaux. Un peu plus de la moitié des établissements contrôlés depuis le début de l’été (51 %) n’était donc pas tout à fait en phase avec la réglementation. Pour Philippe Riou, directeur de la DDPP ce chiffre mérite toutefois d’être nuancé car explique-t-il, « les avertissements ont surtout une vocation pédagogique ». Même si seules les mises en demeure et les PV sanctionnent des manquements importants, ces libertés prises avec les règles de la concurrence, de la sécurité et de l’hygiène sont plus nombreuses en ce début d’été 2016 qu’en 2015. L’année dernière les 652 contrôles réalisés dans le cadre de l’opération interministérielle vacances s’étaient soldés par un taux de non-conformité global de 40 %, soit dix points de moins que cette année où l’Euro de football s’est traduit par une hausse du nombre des contrôles et… des infractions constatées.

On pourra mettre cela en perspective avec le ‘bilan’ réalisé par la DGCCRF à propos de l’EURO 2016, voir ce lien.

D’où la célèbre maxime, plus on contrôle, plus on trouve … voir aussi Inspections de la sécurité sanitaire des aliments : France versus Belgique, Y’a pas photo ?

Dire que les avertissements ont surtout une vocation pédagogique est un peu se moquer du monde car il faudrait savoir si les restaurateurs pensent pareil …

Il était une fois un témoignage d’un restaurateur : la publication des scores en hygiène des aliments, c’est très frustrant …

21
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Hygiène, Lavage des mains, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

scoresondoorsUne histoire américaine parmi d’autres à propos du vécu après une inspection, à condition bien entendu que celle-ci soit rendue publique … mais ça c’est une histoire bien française …

« Les scores au sujet de l’hygiène des aliments dans les restaurants : c’est très frustrant », source KVEW-TV.

Ambre Woods, la propriétaire du restaurant, Diner Downtown, récemment ouvert à Kennewick (État de Washington), a été surprise quand elle a vu le rapport d’inspection de la santé dans le journal ce mercredi.

Le rapport a montré que le dîner a reçu 25 points rouges pour « risque élevé ».

« C’est très frustrant pour moi en tant que propriétaire d’une entreprise », a déclaré Woods. « Je ne crois pas que les services de la santé soient essentielles pour s’assurer que les propriétaires d’entreprises suivent les lignes directrices et les règlements afin que personne ne tombe malade, puis charge à eux d’en informer la ville. »

Toutefois, selon Woods, cette inspection récente est venue juste après une journée bien remplie alors que le nettoyage était en cours.

notes_portes« Nos 25 points ont été obtenus pour des macaronis au fromage que nous avions mis de côté en raison de la fin du rush. Parce qu’il n’était pas à la bonne température, nous avons eu ces 25 points », a déclaré Woods.

Woods a ajouté le district sanitaire n’a pas quantifié ce que ces points signifiaient.

« La catégorie rouge est ce que nous considérons comme risque élevé, ceux qui ont le plus de potentiel ou le plus de probabilité d’une maladie d’origine alimentaire », a dit Jessica Davis du Benton-Franklin Health District. « Et les bleus indiquent un plus faible risque, mais ils ont le potentiel de se transformer en rouge, ce qui pourrait créer que les intoxications alimentaires. »

Le restaurant, Diner Downtown, a reçu le plus grand nombre de points possibles pour des non-conformités, pour des infractions que les clients n’auraient probablement jamais remarquées.

« Par exemple, ces chiffres signifient qu’il y a eu un lavage les mains incorrect. Cinq points correspondent à un contact direct avec des mains nues, 16 points représentent un mauvais refroidissement, 17 points pour la présence inappropriée d’un aliment  en attente et 19 points pour soit le stockage à température ambiante ou soit des pratiques inappropriées du temps comme mesure de maîtrise. Tout cela fait un score de 25 », a déclaré Davis.

Toutefois, selon Davis, le présent rapport n’est pas nécessairement mauvais pour une nouvelle entreprise, mais cela va plutôt l’inciter à améliorer les pratiques de santé pour la prochaine inspection.

NB : C’est quoi la morale de cette histoire … la publication des résultats peut devenir une bonne pub pour ceux qui respectent et maîtrisent l’hygiène des aliments … au quotidien.

EURO 2016 : Bilan simplifié des actions de contrôle de la DGCCRF

20
juil
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Après les points épidémiologiques sur l’Euro 2016 de l’InVS, voir ce lien, voici que la DGCCRF communique le 20 juillet 2016 sur l’« EURO 2016 de football, bilan des actions de contrôle de la DGCCRF ».

Euro_2016_carte_postale_V1On attendra donc pour plus tard à un bilan des actions de contrôle du ministère de l’agriculture, sait-on jamais ?

A l’occasion de l’Euro 2016 de football, la DGCCRF a mis en place un dispositif spécifique d’enquête pour assurer une protection optimale des consommateurs-supporteurs. Une enquête nationale a donc été lancée dès janvier 2016 afin de garantir un développement loyal de l’activité économique autour de cet événement, en préservant la concurrence entre les opérateurs et en sécurisant les actes de consommation.

Durant cette opération, plus de 3 650 établissements commerciaux ont été contrôlés. Les 13 000 vérifications opérées ont donné lieu à plus de 2 220 avertissements, 530 injonctions, 280 procès-verbaux, soit un taux d’anomalie de 23 %.

Cela étant tous ces établissements commerciaux ne sont pas des établissements de restauration … et donc en l’absence de détails, impossible de se faire une idée de ces contrôles …

Euro_2016_carte_postale_V2Dans les actions de contrôle de la DGCCRF, il y a eu tout d’abord :

une phase préparatoire (janvier-juin) sur l’ensemble du territoire pour sécuriser l’environnement commercial et les installations, avec une attention particulière aux 10 villes de matches et aux 24 camps de base des équipes nationales. Plusieurs points de vigilance ont été prioritairement ciblés tels que la restauration avec près de 31 % d’anomalies.

Puis une phase de contrôles intensifs (juin-juillet) au cœur de la manifestation dans les stades et leurs alentours, les camps de base, les autres sites festifs et de rassemblements.

Plus de 160 agents ont été mobilisés pour les contrôles notamment les soirs de matches.

Dans les stades, les non-conformités portaient essentiellement sur des risques sanitaires liés à l’alimentation, notamment le non-respect des températures des denrées entreposées ou commercialisées (rupture de la chaîne du froid), des problèmes d’hygiène des denrées et locaux, des dates limites de consommation (DLC) dépassées, de traçabilité et d’affichage. Les contrôles du respect des injonctions adressées ont permis de constater que les écarts avaient été rectifiés et que la situation s’était améliorée.

Oui mais on ne saura pas de combien la situation s’est améliorée … c’est secret …

Cela étant, on apprend :

A proximité des stades, les manquements concernaient principalement l’utilisation du domaine public sans autorisation pour la vente de produits alimentaires (de surcroît sans respect des règles basiques d’hygiène), d’articles de supporteurs, ainsi que la revente de billets par des vendeurs à la sauvette. La DGCCRF a fait cesser les activités commerciales frauduleuses ou dangereuses et a procédé à une vingtaine de consignations (pour plus de 2 000 articles notamment textiles) et à la saisie de centaines de canettes et bouteilles d’eau commercialisés de façon illicite.

Inspections de la sécurité sanitaire des aliments : France versus Belgique, Y’a pas photo ?

20
juil
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

annonce_inspectionLe ministère de l’agriculture met en avant sur sa page d’accueil, l’information ci-contre à droite,

Mais qu’est-ce que cela recouvre ?

Cela fait-il beaucoup d’inspections ?

Peut-on avoir une comparaison par rapport à ce qui se fait ailleurs ?

Le sujet avait déjà été évoqué dans L’inexorable baisse des contrôles de sécurité des aliments en France vue par le ministère de l’agriculture et dans Bilan 2015 des contrôles de l’AFSCA en Belgique. Des différences sensibles avec la France !

Voyons cela de près …

En France, il y a donc eu :

76 000 inspections des établissements au titre de la sécurité sanitaire des aliments (établissements d’abattage, de transformation et d’entreposage, restauration collective , restauration commerciale, commerces, inspections documentaires), source Rapport d’activité DGAL 2015.

En Belgique, pays six fois moins peuplé qu’en France, selon Faits et chiffres 2015 du rapport d’activité de l’AFSCA, il y a eu 41 840 missions dont le détail est proposé ci-dessous, mais si l’on prend les résultats globaux des contrôles, on a droit à 122 720 inspections.

De quoi relativiser les données du ministère de l’agriculture, et comme l’on dit, y’a pas photo !