Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Audit des contrôles officiels sur les processus mis en place par les exploitants d’abattoirs de bovins pour prévenir le risque STEC

28
nov
Aucun commentaire
Classé dans Audit, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Viande.

E.Coli_STECVoici un document publié le 21 novembre 2014 dans le cadre des rapports du CGAAER. Il s’agit de l’audit des contrôles officiels sur les processus mis en place par les exploitants d’abattoirs de bovins pour prévenir le risque STEC ou Escherichia coli producteurs de shigatoxines.

Audit des contrôles officiels menés par les agents des DDPP ou des DDCSPP sur les processus mis en place par les exploitants d’abattoirs de bovins pour prévenir le risque Escherichia coli STEC (shigatoxin producing E. coli).
Certaines souches particulières de la famille des colibacilles (Escherichia coli STEC [Shiga toxin-producing Escherichia coli]), hébergées dans l’intestin des bovins peuvent être responsables de troubles pathologiques graves chez de jeunes enfants ayant consommé de la viande de bœuf hachée, insuffisamment cuite et le plus souvent contaminée au moment de l’abattage de l’animal.
A la demande du ministre chargé de l’agriculture et de l’agroalimentaire, une équipe spécialisée d’auditeurs de la Mission d’inspection générale et d’audit (MIGA) du CGAAER a conduit, en 2013, une mission d’audit visant à examiner les contrôles officiels sur les processus mis en place par les professionnels de l’abattage pour prévenir le risque Escherichia coli STEC.

Extraits de la conclusion.

… les auditeurs ont mis en évidence des faiblesses du contrôle interne (tant au niveau départemental qu’au niveau central), illustrées par les écarts et les points d’amélioration formulés dans les rapports d’audit de sites et le présent rapport de synthèse. Ces faiblesses fragilisent sérieusement les contrôles officiels menés par les agents des DD(CS)PP et nuisent à leur impact.

En conséquence, les auditeurs considèrent que les contrôles officiels en abattoir, tels qu’ils ont été observés dans la plupart des sites audités, ne permettent pas d’avoir une appréciation suffisamment précise de la qualité des processus mis en place par les professionnels pour prévenir le risque E. coli STEC, et donc ne permettent pas de conclure avec une assurance raisonnable que la maîtrise du risque est optimale.

La réalisation des plans d’action proposés par les structures auditées ainsi que les suites données aux six recommandations émises dans le présent rapport sont indispensables pour accroître de façon significative la pertinence et l’efficacité des contrôles officiels. L’amélioration attendue qui en résultera devrait permettre d’optimiser la gestion du risque par les professionnels, et, par conséquent, de progresser de façon significative dans la prévention du risque E. coli STEC.

NB : La photo est issue du Helmholtz Centre for Infection Research que l’on peut retrouver sur ce lien. © HZI/Manfred Rohde.

Les contrôles officiels relatifs à la sécurité des denrées alimentaires d’origine animale, en particulier la viande, le lait et les produits dérivés au Luxembourg vus par l’OAV

17
nov
Aucun commentaire
Classé dans Audit, Curiosité, HACCP, Hygiène, Lait, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne, Viande, Volaille.

La commission européenne annonce la publication le 14 novembre 2014 du « Rapport d’un audit effectué au Luxembourg du 17 au 28 mars 2014 afin d’évaluer les mesures de suivi prises par les autorités compétentes en ce qui concerne les contrôles officiels relatifs à la sécurité des denrées alimentaires d’origine animale, en particulier la viande, le lait et les produits dérivés ».

rasffRésumé.

L’audit s’est déroulé au Luxembourg du 17 au 28 mars 2014. Il avait pour objectif d’évaluer les mesures de suivi prises par les autorités compétentes en ce qui concerne les contrôles officiels relatifs à la sécurité des denrées alimentaires d’origine animale, en particulier la viande, le lait et les produits dérivés.

Aucune modification n’a eu lieu pour ce qui concerne l’organisation des autorités compétentes (ACs). De même, aucun progrès significatif n’a eu lieu pour l’approbation de la loi en matière de sanctions administratives et pénales qui est toujours pendante au parlement luxembourgeois. Par contre, en matière de bien-être animal, des actions ont été entreprises depuis le dernier audit de l’Office alimentaire et vétérinaire (l’OAV) en 2010 et les dispositions ont été prises pour mettre en application le règlement (CE) n°1099/2009. A cet égard, il faut noter que le Luxembourg n’a pas accordé de dérogation en matière d’étourdissement dans le cas d’abattage rituel.

Un système de contrôle basé sur l’évaluation du risque et prenant en charge les principaux critères du règlement (CE) n°882/2004 est en place. Dans les établissements visités, le rythme de contrôle était adéquat. Toutefois le système de suivi des non conformités n’est toujours pas adéquat.

Les rapports évalués étaient rédigés de façon claire et concise tout en donnant une image pertinente de l’établissement concerné. Hormis pour un établissement, le contenu de ces rapports correspondait avec l’évaluation de l’équipe d’audit.

La majorité des établissements visités correspondaient en général aux exigences du « paquet hygiène ». Toutefois, certaines déficiences ont été relevées dans différents établissements. Elles étaient particulièrement significatives dans un abattoir de petite taille visité, mettant en cause la pertinence de l’agrément donné. L’AC a pris des mesures immédiates.

Les autocontrôles mis en place par les opérateurs étaient en général satisfaisants, hormis les contrôles et le suivi des contrôles de l’eau potable qui présentaient toute une série de déficiences dans plusieurs établissements visités.

Les plans d’analyse des risques et maîtrise des points critiques (HACCP) évalués par l’équipe d’audit étaient en général satisfaisants. Toutefois, dans un abattoir, le vétérinaire officiel avait été intégré comme acteur de la mise en œuvre du plan HACCP, l’examen post-mortem constituant le seul point critique de contrôle (CCP) identifié.

Le système de contrôle mis en place pour le contrôle du lait cru et des produits laitiers est conforme aux exigences du paquet hygiène couvrant les inhibiteurs, les germes bactériens et les cellules somatiques. A ce jour, plus de 99% des livraisons de lait cru sont conformes pour ce qui concerne les germes bactériens et les cellules somatiques.

Un système de traçabilité satisfaisant était en place dans tous les établissements visités. Seules des déficiences marginales ont été constatées.

Le rapport adresse plusieurs recommandations aux AC luxembourgeoises, les invitant à remédier aux déficiences constatées par l’équipe d’audit.

NB : La réponse des autorités compétentes face aux recommandations est ici. Le problème de l’absence de sanctions perdure dans l’UE …

Tableau de chasse de l’opération alimentation vacances dans le Rhône

17
nov
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Vacances d'eteLu dans les informations de la liste Hygiène de Bruno Peiffer, cette brève sur l’opération alimentation vacances dans le département du Rhône.

Lyon Mag du 17 novembre 2014 rapporte « Alors que la direction départementale de la protection des populations annonce un renforcement de ses contrôles à l’occasion des fêtes de fin d’année, la préfecture communique ce vendredi le bilan de son opération estivale. »

C’est ce qu’on appel l’opération fêtes de fin d’année. La communication de la préfecture n’est pas sur son site Internet, pas de vérification possible …

Dans le département, 695 contrôles ont été effectués, dont 136 concernaient des établissements de restauration commerciale. 

Ont été passés au cribles, les dates limites de consommation, l’hygiène des locaux ou encore la traçabilité des aliments. 126 contrôles ont été effectués également lors du transport de denrées périssables en sortie de magasin en libre-service de gros ainsi que 112 contrôles de commerçants non sédentaires en produits alimentaires et non alimentaires. Une cinquantaine d’hôtels et des professionnels des métiers de bouche ont également été visités. 

Et sur ces 695 contrôles, la préfecture indique qu’une soixantaine de procès-verbaux a été dressé. Ces infractions repérées, selon leur gravité, ont été transmises aux procureurs de la république de Lyon et de Villefranche. A priori, aucune fermeture administrative n’a été déclarée.

NB : On n’en saura pas plus, hélas …

Liban : 90 % des établissements alimentaires inspectés n’ont pas de certificat sanitaire

15
nov
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Bou_Faour_810967_large_423505_largeLa situation de l’hygiène sanitaire des établissements alimentaires au Liban est un bon client pour le blog. En témoigne ce troisième article dans lequel on apprend que « 90 % des établissements alimentaires inspectés n’ont pas de certificat sanitaire », selon L’Orient Le Jour du 15 novembre 2014.

Dans le cadre de sa campagne contre les établissements contrevenant aux normes de la sécurité alimentaire, le ministre de la Santé, Waël Bou Faour, a affirmé hier que « 90% des établissements inspectés n’ont pas le certificat sanitaire requis », et a recommandé la fermeture d’une boucherie, d’un débit de poulets et d’une sandwicherie.

Lancée dans un esprit d’indignation salutaire, la campagne menée tambour battant laisse à redire, c’est évident, mais elle a quand même le mérite de crever un gros abcès négligé dans l’état de laisser-aller général.

Le ministre a effectué hier une visite au laboratoire de recherche de Fanar, afin d’afficher son soutien à l’établissement dont les expertises ont été contestées, et en réponse aux critiques adressées au ministère de la Santé, dont il relève.

Parallèlement à cette activité centrée sur le Mont-Liban, le ministère de la Santé a ordonné une campagne d’inspection dans les grandes surfaces de Saïda, tandis qu’une centaine d’échantillons collectés dans la banlieue sud prenaient le chemin du laboratoire. La campagne parviendra-t-elle au Chouf ?

(…)

Le ministre a récusé les arguments invoqués pour mettre en doute les résultats des expertises, et a dénoncé les « protections » dont jouissent certains établissements. Parmi eux, l’enseigne « Roadster Dinner » qui, selon M. Bou Faour, a effectué ses propres examens sur les plats de poulet qu’elle sert, et a abouti à la même conclusion que l’enquête, à savoir que le produit laissait à désirer.

Cela contredit, semble-t-il, les dires de ce restaurant cités dans l’article, Liban : Restauration commerciale et sécurité des aliments

NB : Photo du ministre de la santé Waël Bou Faour.

Difficultés grandissantes des contrôleurs dans le secteur agricole

14
nov
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Réglementation.

La cour des comptes dans un rapport en mai 2014, rapportait « Des contrôles en baisse, des sanctions insuffisamment nombreuses et trop rarement contraignantes et dissuasives. »

Ce n’est sans doute plus trop le cas si l’on en croit le communiqué du syndicat FO Agriculture Alimentation Forêt du 13 novembre 2014 à propos des « Contrôles en agriculture et dans le secteur agroalimentaire » et portant sur les conditions d’exercice des contrôles.

imagesExtraits.

Les agents du Ministère de l’Agriculture et de ses établissements publics en charge des contrôles dans le secteur agricole, dénoncent les difficultés grandissantes qu’ils rencontrent pour exercer leurs missions. Ils attendent des garanties pour leur sécurité, un réel soutien public de leur ministre de tutelle, Stéphane Le Foll, et appellent les syndicats professionnels agricoles à prendre leurs responsabilités.

Les agressions de tous ordres envers les agents du ministère de l’agriculture en charge des missions de contrôle se multiplient dangereusement.

A titre d’exemple, dans les quatre départements bretons, plus de 70 agressions ont été enregistrées depuis le 1er janvier 2014. Cette situation est anormale, elle ne peut plus durer!

De plus il y a aussi une lettre de FO Agriculture au DDPP 56 d’un appel au boycott des contrôles et d’une demande d’un soutien public de Stéphane Le Foll aux contrôleurs. Le lien est réservé aux adhérents FO.

Rappelons que le ministre de l’agriculture avait, comme toujours, pris la pleine mesure du problème, avec ce communiqué du 5 novembre 2014, « Stéphane Le Foll salue la mise en place d’une mission sur les contrôles dans les exploitations agricoles ». Le Premier ministre a rappelé devant l’Assemblée nationale le souhait du Gouvernement que l’organisation des différents contrôles en exploitations agricoles soit mieux acceptée par les agriculteurs. Il a également indiqué qu’il diligenterait, à ce titre, une mission composée d’un parlementaire, d’un agriculteur et d’un haut fonctionnaire.

Une caricature parue dans Paysan Breton a fait réagir l’Etat en Région selon Terre-net. France 3 Bretagne rapporte que L’Etat demande des comptes à « Paysan Breton » après un dessin « incitant à la violence ».