Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


E. coli O104:H4 dans des graines germées en 2011 : cause naturelle, accidentelle ou délibérée

24
mar
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Union Européenne.

« E. coli O104:H4 dans des graines germées en 2011 : cause naturelle, accidentelle ou délibérée », source Doug Powell du barfblog.

Résumé.

kevin_allen_sprout4En 2011, l’Allemagne a été frappée par l’un de ses plus importantes épidémies de gastro-entérite aiguë et de syndrome hémolytique et urémique causées par une nouvelle souche émergente et entérohémorragique, Escherichia coli O104:H4.

L’épidémie allemande de syndrome hémolytique urémique et de E. coli entérohémorragique (ou GHUSEC pour German Haemolytic Uraemic Syndrome/Enterohaemorrhagic E. coli) avait des caractéristiques microbiologiques, infectieuses et épidémiologiques inhabituelles, et son origine n’est encore que partiellement résolue. Le but de cet article est de contribuer à la clarification de l’origine de l’épidémie.

Méthodes. Pour évaluer rétrospectivement si l’épidémie de GHUSEC était naturelle, accidentelle ou un acte délibéré, nous l’avons analysé selon trois modèles publiés de notation et de différenciation. Les données pour l’application de ces modèles ont été obtenues par une revue de la littérature dans la base de données Medline pour la période 2011-13.

Résultats. L’analyse de l’épidémie inhabituelle de GHUSEC montre que l’hypothèse officielle actuelle de son origine naturelle est discutable et met en évidence une probabilité que l’agent pathogène aurait également été introduit accidentellement ou intentionnellement dans la chaîne alimentaire.

Conclusion. La possibilité d’une épidémie accidentelle ou délibérée ne doit pas être rejetée. D’autres analyses épidémiologiques, microbiologiques et médico-légales sont nécessaires pour clarifier le déclenchement de GHUSEC.

En conclusion de l’article, les auteurs indiquent :

En conclusion, après avoir utilisé trois modèles publiés pour l’analyse de cet événement épidémiologique inhabituel, une hypothèse généralement acceptée que GHUSEC en 2011 est naturel ne peut pas être acceptée sans réserve. Ceci est la première fois qu’un E. coli O104:H4, pathotype d’une virulence élevée, a soudainement émergé, ce qui peut indiquer un phénomène anormal. Dans l’intérêt de la sécurité sanitaire et de la biosécurité de la chaîne alimentaire, d’autres analyses épidémiologiques, microbiologiques et médico-légales seront nécessaires pour une réponse définitive sur la question concernant le GHUSEC : « Qu’est-ce que c’était, en fait ? ».

Référence. Vladan Radosavljevic, Ernst-Jürgen Finke, Goran Belojevic. Escherichia coli O104:H4 outbreak in Germany—clarification of the origin of the epidemic. European Journal of Public Health, vol 25, issue 1, p. 125-129. L’article est disponible intégralement et gratuitement.

Retour sur une curieuse indemnisation par une cour de justice allemande d’une coopérative espagnole pour des concombres accusés à tort en 2011

28
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Union Européenne.

Dans un article du 27 octobre 2015, Food Safety News revient sur ce que je qualifie de curieuse décision d’une cour de justice allemande d’indemniser une coopérative agricole espagnole après avoir été accusé à tort ses concombres dans l’épidémie à E. coli O104:H4 en Europe en 2011.

Rappelons qu’il y a eu 4075 personnes malades et 50 décès dans 16 pays !

Je ne m’appesantirais pas sur le cas de cette coopérative car j’en ai déjà parlé dans Concombres espagnols : Plus de quatre ans après les faits, une coopérative espagnole accusée à tort reçoit une indemnisation de l’Allemagne. La coopérative a obtenu une indemnisation de 2,4 millions d’euros.

money-down-the-drainMais il faut aussi savoir que la Commission européenne avait indiqué le 28 juillet 2011, « Les États membres ont accueilli favorablement la proposition de la Commission de porter de 210 à 227 millions d’euros le montant de l’aide accordée par l’UE dans le cadre du plan d’urgence mis en place à l’intention des producteurs de légumes frappés par la crise de l’E. coli. La Commission pourra ainsi honorer 100 % des demandes de compensation provenant des différents États membres. » L’Espagne avait alors touché la somme de 70 971 314 euros !

Selon Food Safety News, « L’Organisation mondiale de la Santé a estimé plus tôt cette année la perte totale à l’agriculture et l’industrie de l’épidémie était de 1,3 milliards de dollars (1,18 milliards d’euros) dans 22 Etats européens, et le coût des soins médicaux d’urgence un autre 236 millions de dollars (213,3 millions d’euros). »

Aux Etats-Unis, la Court of Claims a rejeté l’année dernière une demande de remboursement des producteurs de tomates après que les tomates aient été citées en 2008 comme source probable d’une éclosion à Salmonella Saintpaul qui rendu malades 1 442 personnes dans 43 États.

La vraie cause de l’éclosion s’est avérée être des piments jalapeño et serrano cultivés au Mexique. Pour les producteurs de tomates, cela signifiait que ce qui coutait de 18 à 19 dollars la boîte avant d’être mis en cause dans l’éclosion a été laissé pourrir dans les champs.

Ils ont déposé des réclamations pour 40 millions de dollars de pertes, mais un juge fédéral a statué que des avertissements de sécurité des aliments comme ceux-ci ne sont pas une « mesure réglementaire » et que le gouvernement n’a aucune obligation d’indemniser toute personne au sujet de la meilleure information de santé publique à l’époque.

Concombres espagnols : Plus de quatre ans après les faits, une coopérative espagnole accusée à tort reçoit une indemnisation de l’Allemagne

25
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Hygiène, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Union Européenne.

Plus de « L’Allemagne, qui avait accusé à tort les concombres d’Espagne, est condamnée à payer », source article du 25 octobre 2015 de Ben Chapman du barfblog

concombresDe nombreux régulateurs voient des informations rendues publiques liées à une éclosion comme un situation sans gagnant. Comme l’a dit une fois Paul Mead Si vous avez raison, c’est toujours trop tard. Si vous avez tort, c’est toujours trop tôt. » Voir ce lien.

En 2011, une épidémie à E. coli O104 qui a rendu 4 075 personnes malades (dont 908 cas de SHU) et 50 décès dans 16 pays, l’information épidémiologique a été en constante évolution. Pendant l’enquête, les autorités allemandes, se basant sur un prélèvement dans une poubelle, avait pointé du doigt les concombres espagnols comme origine de l’épidémie. Il est avéré que c’étaient des graines germées de fenugrec.

Selon ThinkSpain, une firme de concombres espagnols a été dédommagée pour avoir été impliquée à tort.

Un tribunal allemand a accepté la demande d’indemnisation d’une coopérative de légumes de Málaga après la peur à E. coli liée à tort à des concombres espagnols.

Le directeur des ventes de Frunet, Richard Söpenberg, a dit que bien que la coopérative ait poursuivi pour 2,3 millions d’euros, le cas était plus lié à la publicité faite sur le nom de la coopérative que de gagner de l’argent qu’elle avait perdu quand ses produits ont été injustement montrés du doigt.

« Le juge de Hambourg a reconnu que nous n’avions fait rien de mal, et nous sommes très fiers et heureux de cela – au-delà de l’indemnité accordée, ce qui est le plus important, est la restitution de la bonne réputation de l’entreprise », a révélé Söpenberg.

Le directeur des ventes de la coopérative a dit qu’il a confiance que le cas servira de courbe d’apprentissage, car il souligne l’ampleur du dommage qu’une accusation sans fondement peut causer à toute entreprise.

Le député européen Francisco Sosa Wagner défendant l’honneur perdu du concombre espagnol devant le parlement européen.

« Pointer du doigt une entreprise peut la détruire complètement en quelques secondes, ce qui est quelque chose qui pourrait arriver à toute entreprise dans le monde », a averti Söpenberg.

Dommage d’aller dans des procédures judiciaires plus de quatre ans après, dit Ben Chapman.

Commentaires. Il y a quelque chose que je ne comprends pas bien cette indemnisation non justifiée à mon sens,  car il faut tout de même noter que le 28 juillet 2011, selon un communiqué de la Commission européenne, « Augmentation de l’aide accordée au secteur des légumes après la crise de l’E. Coli » : Les États membres ont accueilli favorablement la proposition de la Commission de porter de 210 à 227 millions € le montant de l’aide accordée par l’UE dans le cadre du plan d’urgence mis en place à l’intention des producteurs de légumes frappés par la crise de l’E. coli. La Commission pourra ainsi honorer 100 % des demandes de compensation provenant des différents États membres. 

On lira aussi cet article du 23 décembre 2011, Les concombres espagnols, la justice, la Ville de Hambourg et E. coli O104:H4.

Graines germées contaminées par E. coli O104:H4 en France, retour sur une épidémie

31
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Hygiène, Microbiologie, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Union Européenne.

L’Anses et la DGAL du ministère de l’agriculture nous propose un Bulletin épidémiologique n°68, mai 2015, « spécial vigilance sur la chaîne alimentaire ».

Un article « Questions et leçons clefs tirées de l’épidémie française de 2011 liée aux graines germées contaminées par E. coli O104:H4 » a retenu mon attention.

En effet pour cet article, les résumés en français et en anglais sont très sensiblement distincts. Pourquoi, comment, à vous de voir … sans doute pour encourager la lecture de l’article en français dans son intégralité …

sproutRésumé en français.

En Allemagne, une épidémie de grande ampleur a été rapportée suite à la consommation de graines germées contaminées par E. coli O104:H4. Il s’agissait d’une souche pathogène émergente. Peu de temps après (en juin 2011), quinze cas de SHU ou de diarrhée sanglante ont été signalés en France. Les enquêtes épidémiologiques, microbiologiques et de traçabilité menées ont montré que des graines germées contaminées par la même souche de E. coli O104:H4 que celle isolée en Allemagne et de même provenance étaient à l’origine de la contamination. L’une des principales leçons à tirer de cette épidémie est que la souche épidémique E. coli O104:H4 impliquée était une souche entero-aggrégative. Il existe à ce jour très peu de données sur les souches de STEC dans les graines et les graines à germer, et les méthodes de détection disponibles doivent être optimisées. Enfin, cette épidémie a montré une mobilisation très rapide et coordonnée des institutions et des laboratoires, limitant ainsi la propagation de l’épidémie en France.

Résumé en anglais. (traduction par mes soins)

En mai et juin 2011, une épidémie de grande ampleur impliquant Escherichia coli producteurs de shigatoxines (STEC) O104:H4 a eu lieu en Allemagne. Plus de 3 000 personnes ont été malades, dont 845 cas de syndrome hémolytique et urémique (SHU) et 54 décès. L’épidémie a été attribuée à la consommation de graines germées de fenugrec contaminées par des STEC. Peu de temps après, en juin 2011, 15 cas de SHU et de diarrhée sanglante ont été rapportés en France, causée par la contamination de graines germées par la même souche de E. coli servies lors d’un buffet dans un centre de loisirs. La souche identifiée de l’épidémie était les mêmes graines germées impliquées dans l’épidémie allemande. Les souches qui ont entraîné les deux épidémies étaient génétiquement liées. Elles appartenaient au sérotype O104:H4 et possédaient le gène stx2 (variant stx2a) qui code la toxine Stx2. Elles ne possédaient pas les gènes eae (codant l’intimine), elles hébergeaient le gène aggR codant un facteur de régulation de l’expression de fimbriae responsables d’une très forte adhérence à la muqueuse intestinale et qui lui confèrent la capacité à former des biofilms (comme E. coli entéro-aggrégatif (EAggEC)). Ces deux épidémies mettent en évidence un manque d’études sur les STEC associés aux végétaux en général et sur E. coli O104:H4 en particulier, comme ainsi que la nécessité d’améliorer les stratégies de maîtrise.

NB : L’article souligne dans le volet mesures préventives que « l’application de ces règles (BPH et plan HACCP) ne suffit pas toujours à prévenir la contamination de certaines graines par des bactéries pathogènes. »

En conclusion, l’article pointe que « différentes questions ont été soulevées. Les scientifiques notamment cherchent à présent à y répondre. »

  • Quelles données sont disponibles sur les STEC et les graines germées ?
  • E. coli O104:H4, une souche émergente ?
  • Des méthodes de détection des STEC dans les graines à optimiser ?
  • Quelles mesures de prophylaxie sont à disposition des professionnels ?
  • Quelles mesures de surveillance ont été mises en oeuvre ?
  • Utilité des travaux de recherche ?

Malheureusement, on ne saura pas où trouver des réponses à ces questions, en tout cas, pas dans les priorités de l’Anses pour 2015

Fatigue après une infection par E. coli producteurs de shigatoxines

29
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, E. coli, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

« Fatigue après une infection par E. coli producteurs de shigatoxines », source GastroHep.com du 29 octobre 2014.

Une équipe a évalué dans la revue Clinical Gastroenterology & Hepatology les aspects psychologiques, la fatigue et la qualité de vie après une infection par Escherichia coli producteurs de shigatoxines.

De mai à juillet 2011 dans le nord de l’Allemagne, il y a eu une grande épidémie de syndrome hémolytique et urémique et de diarrhée sanglante qui a été liée à des infections à Escherichia coli O104 producteurs de shigatoxines.

Le Dr Bernd Löwe et ses collègues d’Allemagne ont étudié la dépression, les symptômes post-traumatiques, la fatigue et la qualité de vie liés à la santé chez des patients dans les 6 premiers mois après l’infection à Escherichia coli O104 producteurs de shigatoxines et les facteurs associés à un mauvais résultat.

Dans une étude de cohorte, les chercheurs ont effectué des évaluations de base auprès de 389 patients 3 mois après l’infection à Escherichia coli O104 producteurs de shigatoxines et des évaluations de suivi de 308 des patients, 6 mois après.

Les données ont été recueillies dans 13 hôpitaux du nord de l’Allemagne.

Les patients ont rempli des échelles d’auto-évaluation validées et une entrevue diagnostique.

Au départ, le syndrome hémolytique et urémique a été diagnostiqué chez 31% des patients.

L’équipe de recherche a constaté que 6 mois après l’infection, la gravité moyenne auto-déclarée de dépression et de symptômes post-traumatiques et la fatigue était significativement plus élevée que dans la population générale.

L’équipe a constaté que le score moyen de la composante mentale de la qualité de la vie liée à la santé était beaucoup plus faible que la moyenne.

Le syndrome de stress post-traumatique a récemment été développé chez 3% des patients, et 43% des patients avaient une fatigue cliniquement significative.

Les chercheurs ont constaté que les facteurs de base les plus importants associés à une mauvaise santé psychologique 6 mois après l’infection à Escherichia coli O104 producteurs de shigatoxines étaient des événements traumatiques antérieurs, la névrose et un faible soutien social.

L’équipe du Dr Lowe fait le commentaire suivant : « Six mois après la grande épidémie d’infections à Escherichia coli O104 producteurs de shigatoxines dans le nord de l’Allemagne, un nombre important de patients ont une mauvaise santé psychologique, une fatigue persistante et une altération de la qualité de vie. »

« Pour de futures foyers de cas d’infection, les facteurs de risques prémorbides chez les patients doivent être pris en compte, ce qui pourrait réduire les effets à long terme des infections sur la santé mentale. »