Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


« Il suffit de le faire cuire » est important, une version tragique italienne

21
sept
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Règlementation, Sécurité des aliments, Viande.

schema_contamination_E-coli« Il suffit de le faire cuire » est important, une version  tragique italienne, source Doug Powell du barfblog du 19 septembre 2014.

Après qu’un enfant de 18 mois est décédé d’un syndrome hémolytique et urémique (SHU) en Italie, suite à une intoxication alimentaire, un médecin italien a critiqué les habitudes alimentaires de sa famille.

« Vous ne comprenez pas », a  écrit la famille en réponse au médecin, comme si une telle constatation pouvait avoir une pertinence dans la recherche des responsabilité par ceux qui, par profession et par vocation, devraient donner les soins nécessaires au petit David. Évidemment, le Dr Colasanto n’est pas bien clair sur ce que sont les fonctions institutionnelles.

Cette responsabilité sera examinée et vérifiée par les procureurs de Bari qui ont reçu une plainte des parents et ont déjà entendu quatre personnes comme suspects, dont deux médecins de l’hôpital de Jean XXIII de Bari, où le bébé est décédé, un médecin et une infirmière de l’hôpital de Murgia’

Se désinfecter ou se laver les mains, ou bien les deux ?

13
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Lavage des mains, Santé.

genitals.hand_.sanitizer-224x300« Se désinfecter ou se laver les mains, ou bien les deux ? », source Doug Powell du barfblog du 12 août 2014.

Installer des distributeurs de désinfectant à base d’alcool dans les salles de classe ne signifie pas nécessairement qu’il y ait moins de jours de maladie pour les enfants, selon une étude de Nouvelle-Zélande.

L’étude, publiée dans la revue PLOS Medicine, a révélé que le taux d’absence dans les écoles qui avaient installé des distributeurs dans les salles de classe dans le cadre de l’enquête étaient semblables aux écoles « témoins » qui n’en avaient pas.

La recherche, dirigée par le professeur agrégé Patricia Priest et des collègues de l’université de Otago, a impliqué 68 écoles de Christchurch, Dunedin et Invercargill et près de 2500 élèves.

Dans les écoles affectées de façon aveugle au groupe « intervention », des distributeurs de désinfectant à base d’alcool ont été installés dans les salles de classe pendant les deux semestres d’hiver et il a été demandé aux enfants d’utiliser les distributeurs après avoir toussé ou éternué et avant de sortir de la salle de classe pour les récréations.

Le Dr Priest souligne que les résultats de l’étude n’étaient pas pertinents sur l’importance de l’hygiène des mains en général, ni qu’ils ne changent pas le message de se laver les mains avant de manger ou après avoir utilisé les toilettes, après avoir toussé ou après avoir touché des animaux.

Dans un article connexe, USA Today du 12 août 2014 rapporte que les désinfectants à base d’alcool pour les mains sont meilleurs pour tuer les microbes et que l’eau et  le savon sont généralement la meilleure option, mais que les désinfectants pour les mains sont utiles lorsque vous n’êtes pas à proximité d’un évier.

NB : Un lavage des mains a ma préférence, voir les très nombreux articles sur ce blog, et de loin …

29 enfants victimes d’une intoxication alimentaire

16
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

barf_toiletSuite de l’article, A propos d’intoxications alimentaires récentes en France, selon le Courrier de l’Ouest du 15 juillet 2014, « 29 enfants victimes d’une intoxication alimentaire ».

« 29 enfants et 5 animatrices ou directrices des centres de loisirs d’Angrie et Challain-la-Potherie ont été victimes en fin de semaine dernière d’une intoxication alimentaire, et plus précisément d’une « suspicion de toxi-infection alimentaire collective (TIAC) », indique l’Agence régionale de santé.

Les symptômes (vomissements et maux de tête) de cette TIAC sont apparus le jeudi 10 et surtout le  vendredi 11 juillet. Ce jour-là, sur les 28 enfants d’Angrie qui sont allés faire une excursion à Pornic, 21 ont été malades, tout comme 8 enfants du centre de Challain-la-Potherie, et 5 animatrices ou directrices de ces deux centres de la fédération Familles rurales.

Pas d’information disponible sur le site de l’ARS Pays de la Loire à ma connaissance …

Va pour « la suspicion de toxi-infection alimentaire collective », mais comme d’hab, on va nous dire après coup que ce n’était pas une TIAC mais une gastro …

Mise à jour du 19 juillet 2014. D’après cette information de ce jour, le restaurateur hors de cause.

A propos d’intoxications alimentaires récentes en France

11
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

Ce qui frappe beaucoup dans ces trois affaires distinctes d’intoxications alimentaires, c’est le peu de communication de la part de nos autorités de santé.

1. Prenons le cas dramatique de ce décès d’un enfant dans une colonie en Ariège, on cherche en vain sur le site de l’ARS Midi Pyrénées une quelconque information, pas plus sur le site de la préfecture de l’Ariège. La presse est sensée être là pour nous informer !

L’article du journal Le Monde du 10 juillet 2014 résume assez bien la situation. Cela étant, j’ai des doutes, compte tenu d’un certain historique sur le délai des analyses, sur ce que souhaite le maire d’Ascou :

« J’attends impatiemment les résultats des analyses d’aliments et d’eau qui prendront au moins soixante-douze heures [et qui] ne devraient pas être connus avant lundi ou mardi », a-t-il ajouté. »

2. Selon La Provence du 10 juillet 2014, « Intoxication alimentaire dans la vallée de l’Ubaye ».

Sept jeunes âgés de 15 à 17 ans, probablement victimes d’une intoxication alimentaire, ont été évacués cet après-midi, par les sapeurs-pompiers de Barcelonnette.
« Une intoxication alimentaire ne nécessite pas forcément une hospitalisation mais en camping et compte tenu du froid, nous avons opté pour cette solution même si leur état n’inspirait pas d’inquiétude particulière » a commenté le docteur Frédéric Petitjean du SDIS (service départemental d’incendie et de secours -aa). Trois adolescents ont été hospitalisés à l’hôpital de Barcelonnette, quatre autres à Embrun.

3. Ouest-France du 11 juillet 2014 rapporte que dans une colonie de vacances, « sept enfants hospitalisés victimes d’un virus »

Dans la nuit de jeudi à vendredi, cinq enfants originaires de Clamecy dans la Nièvre séjournant dans une colonie de vacances au camping du Kerou, à Clohars-Carnoët (Finistère), ont été victimes de vomissements. L’alerte a été donnée par le directeur de la colonie de vacances vers 1 h 30 du matin.
Vendredi matin, seize autres enfants de la colonie de vacances, ont présenté les mêmes symptômes. Deux d’entre eux ont rejoint l’hôpital de Lorient. Quatre adultes accompagnateurs de la colonie ont consulté soit l’hôpital de Quimperlé ou un médecin généraliste, ce qui porte le total de personnes malades à 25. Vendredi midi, quatre enfants étaient sortis de l’hôpital a indiqué la préfecture du Finistère.

Comme souvent en pareil cas, c’est désormais un classique de la com, on ne doit pas parler d’intoxication alimentaire, car « Il s’agit d’un syndrome aigu de gastro-entérite », a indiqué sur place le directeur de cabinet de la préfecture du Finistère, Jean-Daniel Montet-Jourdran. « Selon les conclusions concordantes de la direction départementale de la protection des populations (DDPP) et de la direction de la cohésion sociale, ni la gestion de la colonie, ni le camping ne sont en cause », a-t-il ajouté. 

Rappelons que selon l’InVS, les gasto-entérites aiguës virales sont un risque alimentaire. Et pourquoi cet incident ne serait-il pas dû une intoxication alimentaire liée à un virus ? Norovirus par exemple ? A-t-on fait des prélèvements de selles ? A suivre …

Les désinfectants ne sont pas suffisants, il faut se laver les mains avec de l’eau et du savon après avoir visité une ferme

10
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Lavage des mains, Santé, Sécurité des aliments.

Johnny Conway (39) with his son Adam Conway from Newtownabbey at the farm« Les désinfectants ne sont pas suffisants, dit le Royaume-Uni. Se laver les mains après avoir visité une ferme. » Source Doug Powell du barfblog du 9 juillet 2014.

La Public Health Agency(PHA) du Royaume-Unirappelle aux familles l’importance de se laver les mains après avoir visité une ferme.

Tous les animaux hébergent naturellement toute une série d’organismes, dont certains peuvent être transmis à des personnes. Certains organismes qui peuvent être contractés dans les fermes présentent un danger grave et peuvent causer des infections potentiellement graves, en particulier chez les jeunes enfants.

Pour réduire le risque de maladie, les adultes et les enfants devraient se laver soigneusement les mains avec de l’eau et du savon après avoir manipulé des animaux ou touché des surfaces à la ferme et systématiquement avant de manger ou de boire.

Les gels et lingettes antibactériens pour les mains ne sont pas un substitut au lavage des mains avec de l’eau et du savon, car les gels et lingettes « peuvent être incapables d’enlever la contamination comme peut le faire l’eau courante. Cependant, utiliser de tels gels après le lavage des mains avec de l’eau et du savon peut réduire davantage le risque d’avoir des infections.

Le Dr Philip Veal, consultant à la PHA, a déclaré : « Les animaux de ferme sont souvent porteurs d’une série d’organismes qui peuvent être transmis aux enfants et aux adultes. Ces organismes peuvent comprendre des infections graves comme E. coli O157, qui est extrêmement contagieux et se transmet facilement de l’animal aux enfants, puis au sein de la maison.

« Le lavage des mains avec de l’eau et du savon permettra de réduire le risque de d’avoir une infection, qui peut être particulièrement dangereuse pour les jeunes enfants. En faisant attention et en faisant ces choses simples, nous pouvons aider à éviter la maladie et profiter d’une journée de détente. »

Sur ce sujet, on lira cet article, G. Erdozain , K. KuKanich , B. Chapman  and D. Powell. Best practices for planning events encouraging human-animal interactions. Zoonoses and Public Health, 3 April 2014.