Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


La saga ou le mystère des rappels de produits alimentaires en France

22
avr
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

images-1Chacun connaît sans doute le Mystère de Pâques avec son cortège de cloches et d’œufs en chocolat, jolie fête au demeurant, mais qui connaît en France, le mystère des rappels des produits alimentaires.

Par exemple, pourquoi certains rappels sont plus médiatisés que d’autres ? Pourquoi certains rappels ne sont pas signalés par nos autorités ? C’est un mystère pour tout un chacun.

Ainsi, sur le site santé du ministère des affaires sociales et de la santé, rubrique alertes sanitaires, publie un communiqué du 16 avril 2014, « Rappel de saumon fumé contaminé par Listeria monocytogenes. La société KING SEA FOOD rappelle plusieurs lots de saumon fumé, suite à la mise en évidence de Listeria monocytogenes. »

Normal, me direz-vous, le communiqué est aussi présent sur le site du ministère de l’agriculture.

Mais le plus curieux est que le communiqué de cette alerte sanitaire est la seule à être présente depuis le début de l’année 2014 sur le site des alertes sanitaires de santé.gouv. Pourquoi ? Comment est-ce possible ? C’est bien là que réside une partie du mystère des rappels en France …

Prenons un autre exemple, celui des sites Internet des agences régionales de santé. Il existe un site Internet par région, soit 22 sites Internet. Tous ces sites Internet ont une page ‘alertes sanitaires’, mais une seule agence régionale de santé (ars), l’ars Provences-Alpes Côte d’Azur, semble indiquer plus ou moins correctement les rappels des produits alimentaires. Ainsi pour l’année 2014, nous avons :

images17.04.2014 – Retrait rappel de saumons fumés
17.04.2014 – Retrait rappel de « Moules d'Espagne »
31.03.2014 – Retrait rappel fromage Munster
18.02.2014 – Retrait rappel de « Tomme au marc de raisin »
14.02.2014 – Retrait rappel de pavés de saumon
24.01.2014 – Mise en garde contre la consommation de compléments alimentaires OxyElite Pro

Soit, trois rappels de plus que le site du ministère de l’agriculture, mais un rappel présent sur le site du ministère de l’agriculture, conserves de rillettes de sardine, n’est pas cité, étonnant, non !

Aucune autre ars ne signale de rappel en 2014, pourquoi, comment ? Là encore, le mystère est entier …

Bien entendu, tous ces sites plus ou moins officiels ne nous informent pas correctement sur les alertes et/ou sur les rappels de produits alimentaires, malgré ce que prétend le ministère de l’agriculture, « Lorsqu’un affichage en supermarché ou une annonce à la radio demande de rapporter des produits alimentaires ou de ne pas les consommer, cela signifie qu’une alerte sanitaire a été déclarée. Consommateurs, cette rubrique vous informe sur les dernières actualités et sur ce qu’il faut savoir pour manger l’esprit tranquille. »

Bien entendu, le mystère s’épaissit quant on sait que les associations de consommateurs ne font pas, à ma connaissance, d’actions auprès des pouvoirs publics pour une véritable information du consommateur, comprenne qui pourra …

Le mystère des rappels semble rappeler le Mystère de Pâques, mais je me demande dans le mystère des rappels des produits alimentaires en France, si les consommateurs ne sont pas pris pour des cloches ? 

Ronde des rappels 2014 : semaine 16

19
avr
2 commentaires
Classé dans Contamination, Curiosité, Hygiène, Listeria, Rappel, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

Commencées avec « La ronde des rappels : semaine 49 » de 2009, les notifications des rappels cités ne prétendent pas à l’exhaustivité dans la mesure il n’est pas possible d’avoir accès à toutes les sources permettant d’identifier le rappel d’un produit. Les pays frontaliers de la France constituent une aide précieuse. Les informations recueillies sont issues du portail RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed ou Réseau d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux).

  • Référence RASFF 2014.0529, méthomyl (0,31; 0,52 mg/kg) dans du raisin de table du Pérou via les Pays-Bas ; alerte notifiée par la Belgique. Distribution France et Belgique.
  • Référence RASFF 2014.0527, di-2-propylheptylphtalate (DPHP) (31 g/100g) dans des pailles en forme de lunettes de Chine ; alerte notifiée par l’Allemagne. Distribution France, Belgique, Autriche, république Tchèque, Danemark, Estonie, Iles Féroé, Finlande, Allemagne, Hongrie, Irlande, Italie, Lituanie, Luxembourg, Pays-Bas, Norvège, Pologne, Portugal, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Espagne, Suède, Suisse, Royaume-Uni. Pour l'instant, seul l'Irlande a fait part du rappel dans un communiqué…, c'est peu !
  • Référence RASFF 2014.0525, fénitrothion (0,14 mg/kg) dans des oranges d’Egypte ; alerte notifiée par les Pays-Bas. Distribution Autriche, France, Pays-Bas.
  • Référence RASFF 2014.0520, morceaux de verre dans du poivre dans des moulins à poivre en verre d’Allemagne ; alerte notifiée par l’Allemagne. Distribution Autriche, France et Allemagne. Voir ce lien.
  • Référence RASFF 2014.0516, moules non purifiées de la zone B de France ; alerte notifiée par la France. Distribution Italie, Monaco, Suisse.
  • Référence RASFF 2014.0510, Listeria monocytogenes (< 1000 ufc/g) dans du saumon fumé de France ; alerte notifiée par la France. Distribution Belgique et France. Voir ce lien.
  • Référence RASFF 2014.0509, Listeria monocytogenes (< 100 ufc/g) dans du fromage de France ; alerte notifiée par la France. Distribution France, Allemagne, Suisse. 

Sur le tableau ci-dessous, liste des pathogènes identifiés dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux durant la semaine 16 de 2014 par les Etats membres. 

sem16_path

Choses lues sur des signaux très positifs dans l’agro-alimentaire en France

18
avr
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Nutrition, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

« L'ANIA se félicite des signaux très positifs envoyés par le Président de la République à l'ensemble de la filière alimentaire française », selon un communiqué du 15 avril 2014.

J’ai cherché des signaux très positifs et j’en ai trouvé quelques uns, sans doute différents de ceux de l'ANIA :

Selon PROCESS du 7 Avril 2014, « L'Ania opposée à une note nutritionnelle sur les emballages »

Un communiqué du 15 avril 2014 du ministère de l’agriculture annonce « la nomination d’une déléguée aux industries agroalimentaires, avec comme mission l’animation et la coordination des politiques publiques et des actions en faveur du développement économique de ce secteur. » Voir à ce sujet l’article Les industriels de l’alimentaire veulent « un secrétaire d'Etat dédié à l'agroalimentaire », qu’ils n’ont pas obtenu …

Selon l’AFP du 17 avril 2014, cité par L’Express, le ministre de l’agriculture a déclaré, « J'ai peut-être une position doctrinale, mais c'est une position constante et de conviction. On m'a toujours dit que les OGM, en particulier le MON810 et le Pioneer (le TC1507 de Pioneer-Dupont, ndlr), présentaient un avantage économique énorme. Je dis non, il y a peut être un avantage sur les premières années mais pas à moyen terme. S'il y avait un tel avantage, l'Espagne (qui cultive du MON810, ndlr) se mettrait à produire dix fois plus de maïs que nous. Là dessus, je ne changerai pas ».

France 3 Aquitaine du 17 avril 2014 rapporte que « Les maïsculteurs pro OGM avaient obtenu du Conseil d'Etat  l'annulation d'une précédente interdiction l'été dernier. Mardi, l'Assemblée nationale a renouvelé son refus de la culture du Monsanto 810. En Lot-et-Garonne, certains agriculteurs le regrettent. Les semenciers fermiers ne sont pas plus rassurés. » Voir L’AFBV dénonce les multiples contradictions de la nouvelle loi interdisant les mais « OGM ».

Décidément, l’ANIA n’émet que des signaux très positifs, mais à qui et pour qui ?

Publication des résultats des contrôles : Des signaux très positifs envers les consommateurs, mais c’est en Belgique que cela se passe !

17
avr
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Des signaux très positifs envers les consommateurs mais c’est en Belgique que cela se passe ! En effet, « L'AFSCA veut mieux informer les consommateurs des infractions graves dans l'horeca ». Voir aussi Fini les promesses, bientôt les enquêtes relatives à l’hygiène de l’AFSCA en ligne dès 2015 !

smileybigAinsi, selon DHNet.be du 17 avril 2014, L'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) a transmis aux fédérations professionnelles de l'horeca une proposition sur la façon dont elle veut à l'avenir informer les consommateurs sur les résultats individuels des contrôles. L'AFSCA veut se concentrer sur les manquements graves, ressort-il d'une réponse de la ministre des Classes moyennes, Sabine Laruelle, à une question écrite de la sénatrice PS Fabienne Winckel. « Le projet veut donner l'occasion au consommateur de s'informer via le module « Foodweb » du site internet de l'AFSCA des manquements graves, sans que les établissements ayant commis de petites erreurs soient stigmatisés. Sur base des PV et avertissements que l'établissement concerné a reçus, on regardera comment le résultat peut être communiqué via la check-list « hygiène ». On peut imaginer que le consommateur veuille aussi accéder à la check-list, de manière à pouvoir avoir une image détaillée des constatations positives et négatives », explique la ministre.

Au Danemark, le résultat est communiqué avec un smiley souriant, neutre ou négatif, au Royaume-Uni avec un score de 1 à 5 et aux Pays-Bas avec un code couleur.

Selon la ministre, ce projet de communication des résultats individuels est la conséquence d'une décision de la commission fédérale de recours pour l'accès à l'information environnementale. La communication est une obligation légale, et pas un choix de l'AFSCA ou de la ministre.

Dans une première phase, l'instrument sera utilisé dans l'horeca. S'il connaît le succès, il pourra être étendu à tous les commerces qui sont en contact avec les consommateurs.

Commentaires. Bien entendu, je ne sais pas si je verrais cela un jour en France, mais sait-on jamais, même avec un ministre de l’agriculture qui a , semble-t-il, sur certains sujets une position doctrinale

Prédire la présence de Escherichia coli producteurs de vérotoxines dans les viandes fermentées

16
avr
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Viande.

e coli-thumb-200x153-943Voici un résumé d’un article digne d’intérêt sélectionné à partir dans le numéro de mai de la revue Applied and Environmental Microbiology par les éditeurs de la revue : « Prédire la présence de Escherichia coli producteurs de vérotoxines dans les viandes fermentées ».

Les Escherichia coli producteurs de vérotoxines (VTEC) sont des bactéries pathogènes d'origine alimentaire causant des maladies graves chez l'homme, comprenant le syndrome hémolytique et urémique, qui a un taux de mortalité élevé et qui entraîne des complications à vie. Plusieurs foyers de VTEC d’origine alimentaire ont été causés par la consommation de viandes fermentées. Quinto et ses collègues ont développé un modèle mathématique afin de quantifier l'impact sur la survie des VTEC deq conditions de fabrication et de stockage, ainsi que des modifications ou des événements imprévus, au cours de la production de viandes fermentées. Les prédictions ont été validées dans des viandes fermentées contaminées par des VTEC fabriqués dans une usine pilote. Le modèle est mis en œuvre dans un outil informatique, E. coli SafeFerment (ECSF), disponible gratuitement sur http://www.ifr.ac.uk/safety/EcoliSafeFerment.