Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Etats-Unis : L’impact d’une éclosion à Listeria liée à des pommes au caramel

22
déc
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Listeria, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

fin_blog_1

« L’impact d’une éclosion à Listeria, une édition pommes au caramel », source Ben Chapman du barfblog du 22 décembre 2014.

Comme les services de santé des Etats et locaux ainsi que la FDA essaient d’obtenir ce qui est à l’origine d’une éclosion Listeria monocytogenes à liée à des pomme au caramel, de grandes et de petites entreprises sont aux prises avec les retombées.

L’histoire, selon KOTA TV, reste la même, ce ne est pas mon produit (je ne pense pas), mais les incertitudes sur les ventes augmentent. Oh et nous n’avons jamais.eu de cas de maladie

De récents rapports du CDC sur l’éclosion à Listeria ont rendu une propriétaire, Lori Carson, déçue car elle va marquer soit l’esprit ou l’estomac des clients.

« C’était un vendredi après-midi et j’ai reçu un appel téléphonique me demandant si c’était sûr de manger mes pommes. J’étais extrêmement confuse, et j’ai demandé, pourquoi cette question », a déclaré Carson. Des clients récents ont expliqué à Carson que les titres des journaux qu’ils lisent concernaient le rapport du CDC.

Unknown-21« Cela m’a fait un peu peur et vendredi après-midi nos ventes ont chuté. Je n’étais pas sûre si c’était l’après-midi ou si ce était en raison de cette émission sur les pommes au caramel », dit Carson.

L’article a lié l’éclosion à Listeria avec des pommes au caramel préconditionnées, produites en masse et non pas celles faites tous les jours par des entreprises locales.

Après avoir vendu plus de 5000 pommes au cours de cette période de vacances, Carson est heureuse de dire qu’elle n’a jamais eu aucune plainte. « Nous n’avons jamais eu une plainte concernant une pomme qui n’a jamais rendu quelqu’un malade », dit Carson.

Carson dit aussi que des clients inquiets peuvent avoir eu un bien pour un mal. « Je suis contente d’avoir reçu l’appel téléphonique. Cela m’a alerté et m’a fait prendre conscience que j’avais besoin traiter le problème, les gens sont ici en sécurité », a dit Carson.

Et contrairement aux pommes au caramel préconditionnées que vous trouverez dans les magasins, les pommes de Caramel Creations sont réfrigérées au cours d’un processus afin d’assurer leur sécurité sanitaire du public.

Mais dit Ben Chapman, Listeria monocytogenes se développe aux températures de réfrigération.

Etats-Unis : Walmart annonce le renforcement des mesures de sécurité sanitaire pour les fournisseurs de volailles

22
déc
1 commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Salmonella, Sécurité, Sécurité des aliments, TIAC, Volaille.

fin_blog_1

C’est curieux comment sont les choses. Les Britanniques par l’intermédiaire de la Food Standards Agency, secouent le cocotier en rendant public la présence de Campylobacter dans les poulets, et voici que voilà, Walmart, le plus grand distributeur au monde, annonce très rapidement de nouvelles mesures de sécurité sanitaire pour les fournisseurs de volailles. Etonnant, non !

Evidemment tout le monde applaudit, que faire d’autre, mais que c’est beau à ce niveau le marketing de la sécurité des aliments … quand il ajoute sans cesse des mesures aux mesures déjà prises et ainsi de suite, sans pour autant garantir que cela va pour autant réduire la présence de pathogènes comme Salmonella ou Campylobacter

Les fournisseurs qui doivent déjà avoir une certification via un référentiel privé, vont avoir de nouvelles exigences, mais pas un mot sur la recherche et quels programmes seront mis en œuvre …

Walmart a annoncé des mesures pour mettre en œuvre le renforcement des mesures de sécurité sanitaire pour les fournisseurs de volaille destinées à protéger davantage les consommateurs contre les maladies d’origine alimentaire comme Salmonella. Les nouvelles lignes directrices s’ajoutent au programme de sécurité des aliments de Walmart qui exige des fournisseurs de volaille d’obtenir une certification basée sur la prévention avec le recours aux normes internationalement reconnues de la Global Food Safety Initiative (GFSI).

campy.grocer.dec_.14« Chez Walmart et Sam’s Club, nous nous engageons à fournir à nos clients des aliments salubres et de qualité », a déclaré le vice-président pour la sécurité des aliments, Frank Yiannas. « Dans le cadre de notre processus d’amélioration continue, nous avons déterminé qu’il était important d’exiger de nouvelles couches de protection pour nos clients. »

Le nouveau programme exige des fournisseurs américains de volaille pour Walmart et Sam’s Club de mettre en œuvre des contrôles holistiques l’élevage à la fourchette conçus pour réduire de façon significative les taux de contamination potentielle, y compris sur les morceaux de poulet. Il exige également des fournisseurs de subir des analyses spécialisées pour valider que les mesures qu’ils ont mises en œuvre sont efficaces. Tous les fournisseurs de volaille devront être en conformité avec les nouvelles exigences d’ici juin 2016.

Le protocole amélioré a été examiné avec de nombreux intervenants, comprenant des groupes de consommateurs, des services réglementaires, des universitaires, des fournisseurs de volaille et des associations de l’industrie.

Le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) a établi un partenariat avec Walmart sur cette initiative afin de promouvoir la sécurité des aliments et de réduire les maladies d’origine alimentaire chez les consommateurs.

Le Dr Chris Braden, directeur de la division maladies d’origine alimentaire, hydrique et environnementales au CDC a dit, « Le CDC, avec Walmart, reconnaît que la réduction de Salmonella et d’autre contamination par des pathogènes dans les produits de volaille est une étape cruciale vers la diminution du fardeau des maladies d’origine alimentaire. Walmart et le CDC travaillent ensemble pour protéger la santé publique et l’avancée en sécurité des aliments est un excellent exemple d’un partenariat public-privé qui profite à tous. »

Le Dr. Gary R. Acuff, directeur du Texas A&M Center for Food Safety, a applaudi le travail de l’entreprise, « la mise en œuvre par Walmart de renforcement de mesures de sécurité pour les produits de volaille assure un leadership pour l’industrie alimentaire et continue une approche progressive pour fournir les aliments les plus sûrs possible. C’est un changement qui va grandement profiter aux consommateurs. »

On lira aussi un article enthousiaste de James Marsden sur cette ‘initiative’ de Walmart intitulé, Walmart leading again on food safety.

M’ouais … , je pense que tout cela va arriver plus rapidement que prévu en France, certainement début 2015 …

Listeria serait en cause dans la contamination de pommes au caramel aux Etats-Unis

19
déc
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Listeria, Microbiologie, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

blog_fin_4« Etats-Unis : Des pommes au caramel, responsable d’une éclosion à Listeria ? », source article de Bill Marler du 19 décembre 2014 dans le Marlerblog.

Au 19 décembre 2014, un total de 28 personnes infectées par des souches épidémiques de Listeria monocytogenes ont été signalées dans 10 Etats. Arizona (4), la Californie (1), Minnesota (4), Missouri (5), Nouveau-Mexique (5), Caroline du Nord (1), Texas (4), Utah (1), Washington (1) et Wisconsin (2). 26 malades ont été hospitalisés. Parmi les 26 personnes hospitalisées, cinq décès ont été signalés. La listériose est responsable d’au moins quatre de ces cinq décès. Neuf cas de maladies étaient liés à une grossesse (survenue chez une femme enceinte ou chez son enfant nouveau-né). Trois cas de maladie invasive (méningite) ont touchés des enfants en bonne santé âgés de 5-15 ans.

0b1d2d18d5851e7b175ba98f98488433Les informations du CDC indiquent que la production commerciale de pommes au caramel préemballées pourrait être contaminée par la Listeria. Listeria peut causer une maladie grave, potentiellement mortelle. Dans les entretiens, des personnes malades ont répondu aux questions sur les aliments consommés et les autres expositions durant le mois avant de tomber malade. Actuellement, aucun cas de maladie relié à cette éclosion n’a été lié aux pommes non caramélisées et non préconditionnées ou aux bonbons au caramel. Bien que peu d’informations soient actuellement disponibles sur la ou les marque(s) spécifique(s) de pommes au caramel préconditionnées consommées, la conclusion est que la plupart des malades ont déclaré avoir consommé ces pommes, ce qui suggère que ces infections à Listeria sont probablement liées à ces produit commerciaux comme des pommes au caramel préconditionnées. Les enquêteurs travaillent rapidement pour déterminer les marques ou les types de produits dans le commerce, des pommes au caramel préconditionnées qui peuvent être liées à des cas de maladies et identifier la source spécifique de la contamination.

Par excès de prudence, le CDC recommande que les consommateurs américains ne mangent pas n’importe quel produit commercial de pommes au caramel préconditionnées, y compris des pommes au caramel ordinaire ainsi que ceux contenant des noix, du chocolat ou d’autres garnitures, jusqu’à ce que des orientations plus spécifiques peuvent être fournies. Ces produits pourraient avoir une durée de vie de plus d’un mois.

Etats-Unis : 30 dirigeants d’entreprises de viande et de volaille partagent leur enthousiasme dans une nouvelle vidéo

15
déc
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Santé, Sécurité des aliments, Viande, Volaille.

102323Meatingplace rapporte que « 30 dirigeants d’entreprises de viande et de volaille partagent leur enthousiasme dans une nouvelle vidéo ».

Trente dirigeants d’entreprises de viande et de volaille ont partagé leur enthousiasme pour leur industrie et ont même pris un peu de plaisir à faire une nouvelle vidéo intitulée « Amazing Meat » (Etonnante ou incroyable viande) produit par l’American Meat Institute (AMI) afin de mettre en évidence l’accessibilité, la nutrition, la sécurité des aliments et de bien-être animal.

« Nous voulons que les gens sachent qu’ils peuvent avoir confiance, que nos produits sont sûrs, sains, nutritifs et délicieux et nous sommes engagés à partager des faits avec quiconque qui soit intéressé », a déclaré le vice-président d’AMI, Janet Riley. « Nous voulons aussi leur faire comprendre que les gens derrière les produits sont de vraies personnes, avec les familles qui consomment les mêmes produits carnés et avicoles qu’ils produisent. »

La vidéo présente également un expert en bien-être animal, Temple Grandin, professeur de science animale à l’université d’État du Colorado soulignant les progrès qu’elle a observé dans la manipulation des animaux dans les usines de viande et de volaille.

Une brochure, The Amazing Meat and Poultry Supply, l’incroyable chaîne de la viande et de la volaille, accompagne cette vidéo.

La vidéo commence façon groupe activiste ou autres avec cet avertissement, « Cette vidéo présente la vérité choquante de l’industrie de la viande avec des faits dont vous n’entendrez parler nul part ailleurs. »

Ça m’a bien plus !

Etats-Unis : Le bio ne signifie pas grand-chose, sauf des profits pour les distributeurs

14
déc
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Nutrition, Règlementation.

« Etats-Unis : Le bio ne signifie pas grand-chose, sauf des profits pour les distributeurs », source Doug Powell du barfblog du 14 décembre 2014.

L’industrie des aliments bio aux États-Unis a un chiffre d’affaires de 35 milliards de dollars et a presque triplé durant la dernière décennie, mettant ainsi au défi la capacité du ministère de l’agriculture (USDA) à surveiller plus de 25 000 exploitations agricoles et d’autres organisations qui vendent des cultures bio et des animaux d’élevage.

organic-manure1-300x241Il y a actuellement 81 ‘certifying agents’ ou groupes accrédités qui mettent le logo bio aux Etats-Unis. Mais, parmi les 37 qui ont eu un examen complet cette année, 23 ont été cités pour avoir échoué à faire respecter correctement les exigences de la certification dans les audits des fermes, selon un rapport interne du ministère de l’agriculture. 23 n’ont pas effectué correctement les inspections sur place ou n’ont pas bien examiné les demandes de la certification bio, entre autres choses, selon le rapport.

Une investigation du Wall Street Journal des dossiers d’inspection de l’USDA depuis 2005 a révélé que 38 des 81 agents de certification ont échoué dans au moins une occasion de faire respecter les normes de base du ministère américain de l’agriculture.

En ce moment, 40% de ces 81 certificateurs ont été signalés par l’USDA pour avoir effectué des inspections incomplètes, 16% des certificateurs ont omis de citer l’utilisation potentielle de pesticides et d’antibiotiques interdits dans des fermes bio et 5% ont échoué à prévenir un amalgame potentiel de produits bio et de produits non bio, selon l’enquête du Journal.