Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


A propos du rappel de tasses à bec Tommee Tippee en France et ailleurs …

30
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Hygiène, Nettoyage-Désinfection, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

530x500_4En France, on apprend par une information parue sur le site rappels produits du 20 mai 2016, du « rappel du produit Tommee Tippee Tasses à Bec» L’information est ainsi écrite et difficile à comprendre :

  • Produit rappelé par : Tommee Tippee
  • Secteur : Jouets – Puériculture
  • Marque : Tommee Tippee
  • Produit : Tasses à Bec
  • Motif du rappel : Quelques personnes n’ont pas été satisfaites des valves anti-fuite suite à leur utilisation
  • Modalités du rappel : Prendre l’attache de Tommee Tippee si le remplacement du produit est souhaité

Sur le site de Tommee Tippee France, pas de communiqué de rappel, mais une information marketing par l’entreprise est ainsi formulée :

Nous avons vendu des millions de tasses dans le monde mais nous savons au travers des posts récents sur les réseaux sociaux que des personnes ont eu des problèmes avec le nettoyage de leur valve. Nous nous excusons sincèrement et nous suivons de près toutes les demandes formulées. Nous sommes désolés de n’avoir déjà pu répondre à tout le monde mais le volume de demande a été extrêmement élevé et il nous faudra un peu de temps pour répondre à chacun d’entre vous.

Nous voulons que tout le monde soit satisfait de nos produits et nous voulons continuellement dépasser vos attentes. Nous avons donc écoutés nos clients et nous allons lancer une nouvelle tasse dans quelques mois. La nouvelle tasse sera composée de deux pièces, pourra être utilisée avec différentes sortes de liquides et sera plus simple à nettoyer.

Dans le même temps, nous mettons immédiatement à disposition des parents concernés des valves transparentes. Ces valves transparentes permettront aux parents de voir l’intérieur de leur valve et vous donneront la certitude que votre valve est bien propre.

Ça ressemble à un rappel, mais cela n’en a pas la forme.

Hasard du calendrier ou non (?), sur ce type de produit ou un produit proche, on en sait un plus ailleurs, c’est-à-dire aux Etats-Unis, où Tommee Tippee annonce un rappel volontaire de Tommee Tippee Sippy Cups, c’est-à-dire de Tommee Tippee tasses à bec.

Là-bas, on apprend que :

Des moisissures peuvent se développer sur une seule pièce, une valve blanche amovible à l’intérieur de la tasse quand elle reste mouillée/humide et qu’elle est rarement nettoyée.

Bien que le risque résultant de symptômes et d’infections gastro-intestinales chez les consommateurs avec un système immunitaire affaibli soit faible, le produit est rappelé volontairement aux États-Unis et au Canada.

Cela étant selon Doug Powell du barfblog, « 68 personnes malades: 3,1 millions de ‘Sippee’ (tasses à bec) rappelées pour cause de présence de moisissures ».

Mayborn USA rappelle plus de 3 millions de tasses à bec Tommee Tippee anti-éclaboussures. Le rappel affecte cinq types de tasses. Tous les modèles ont une valve amovible, dont la Consumer Product Safety Commission a dit que cela peut développer des moisissures si elle n’est pas bien nettoyé. L’agence a dit que 68 enfants ont été malades.

Leurs symptômes comprennent des vomissements et la diarrhée, si l’on boit dans une tasse contenant des moisissures.

Ah, les rappels en France, c’est de plus en plus du grand n’importe quoi …

TIPP et la crainte des poulets chlorés américains, un nouvel épisode

24
mai
5 commentaires
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne, Volaille.

Cesare Varallo nous informe d’une question intéressante sur l’importation éventuelle de poulets chlorés américains dans l’UE.

Sur cette question, le blog vous a informé à plusieurs reprises :

En 2014 avec Le poulet, le chlore, les Etats-Unis, la France, l’UE et le consommateur et en 2015 avec Quand France Info tente de nous faire peur avec les poulets lavés au chlore ?

chicken_3372386bVoici donc pour la énième fois la réponse de la Commission européenne qui n’a pas varié d’un iota depuis le début, mais il y a quelques groupes de consommateurs mais aussi des politiques qui agitent le chiffon rouge de la venue poulets américains chlorés … chacun son truc !

Sujet : Importation de poulets chlorés dans le cadre de l’accord TTIP.

Ces derniers mois, des préoccupations ont été soulevées par les organisations de consommateurs à travers l’UE car l’importation de poulets chlorés des États-Unis vers l’UE peuvent être autorisés en vertu d’un accord TTIP et peuvent, dans le processus, porter atteinte à la viabilité économique de la production des volailles dans le UE.

La Commission peut-elle garantir par conséquent que les importations de poulets chlorés des États-Unis dans l’UE ne seront pas autorisées en vertu de tout accord TTIP ?

Concernant les traitements antimicrobiens de viande ou de carcasses, l’UE permet à l’approbation de ces traitements, à condition qu’ils soient considérés comme sûrs par l’EFSA. En particulier, ils doivent être utilisés seulement dans des conditions strictes, en respectant pleinement les exigences d’hygiène strictes que la législation de l’UE exige pour être appliquées tout au long de la chaîne alimentaire.

Aucun des traitements antimicrobiens ne sera approuvé dans l’UE à moins d’une évaluation scientifique claire confirmant qu’ils sont bénéfiques pour les consommateurs (par exemple, réduction de la contamination microbienne et réduction des risques liés à la sécurité des aliments). La Commission ne sera pas autoriser l’utilisation de traitements antimicrobiens en remplacement des pratiques d’hygiène, mais seulement comme un outil supplémentaire pour améliorer la sécurité du produit fini.

Il n’y a actuellement aucune demande d’approbation du chlore comme substance pour traiter les carcasses de volaille et aucune discussion sur l’acceptation de poulets chlorés dans l’UE à la suite des négociations du Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement ou TIPP.

Traduction par mes soins. -aa

Les nouvelles aventures de Chipotle sur les réseaux sociaux aux Etats-Unis

23
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Volaille.

Selon ce site, Chipotle Mexican Grill n’a pas le temps pas de faire un break. Après avoir enduré à la fois une éclosion à E. coli et des troubles liés à norovirus en 2015, la chaîne de restauration rapide n’a peut-être jamais eu autant besoin d’une victoire en relations publiques.

Mais voilà qu’un tweet d’un client insatisfait samedi fait que ce n’est pas spécialement la nouvelle que l’entreprise souhaitait voir répandre sur les réseaux sociaux …

tweet_poulet

giphy

Deux dirigeants américains font appel d’une peine de prison de trois mois suite à leur condamnation en raison de la présence de Salmonella dans des œufs : Plus de 1900 personnes avaient été malades

23
mai
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

« 1900 personnes malades : Les DeCoster font appel des peines d’emprisonnement en raison de la présence de Salmonella dans des œufs », source Doug Powell du barfblog.

Austin ‘Jack’ DeCoster et Peter Coster ont été condamnés le 13 avril 2015 à trois mois de prison pour avoir introduit des aliments frelatés dans le commerce entre les États des États-Unis après que les œufs de leurs fermes de l’Iowa ont été liés à une éclosion nationale en 2010 à Salmonella qui rendu malade au moins 1 900 personnes.

Le juge du district des Etats-Unis, Mark Bennett, a requis pour le père et le fils de faire une année de probation suivi d’une peine de prison et de payer 100 000 dollars chacun. L’ancienne société des Decoster, Quality Egg LLC, a été condamnée à une amende de près de 6,8 millions de dollars.

539w-300x227-300x227Plus de 1 900 personnes à travers le pays ont rapporté avoir été malade à cause d’œufs contaminés par Salmonella enteritidis fournis par Quality Egg. Les entreprises ont rappelé 550 millions d’œufs à l’échelle nationale.

Quality Egg a plaidé coupable en juin 2014 pour corruption d’agents publics et de falsifications des œufs pour les faire apparaître plus frais.

Les peines des Decoster – en particulier le temps de prison – ont été considérées comme un avertissement pour les autres producteurs de denrées alimentaires.

Jack DeCoster, 82 ans, de Turner dans le Maine, et Peter DeCoster, 52 ans, de Clarion, tentent maintenant de ne pas faire leur temps de prison. Ils ont déposé un recours en appel le 27 avril, 2015, en demandant à la cour d’appel des États-Unis pour le huitième circuit pour retirer leur peine de prison.

« Ils font valoir que, sur la base du type d’infraction, toute peine d’emprisonnement ne convient pas », a déclaré le procureur adjoint des Etats-Unis Peter Deegan la semaine dernière.

Les groupes pro-business, dont le Cato Institute et la National Association of Manufacturers, mais aussi la Pharmaceutical Research and Manufacturers of America et Chamber of Commerce, ainsi que la Washington Legal Foundation ont déposé des mémoires à l’appui des DeCoster, en faisant valoir que les dirigeants ne devraient pas aller en prison pour ce type de crime.

« Si les dirigeants peuvent être emprisonnés pour non-conformités criminelles des lois de responsabilité stricte en vertu de la position qu’ils occupent au sein d’une société, l’économie américaine en souffrirait », ont fait valoir les avocats de Cato et de l’association des fabricants. « Les décisions des dirigeants seraient moins motivées par les principes de faire de bonnes affaires et plus par la crainte de possibles futures peines de prison. »

Le 8ème circuit a entendu les plaidoiries de l’appel le 17 mars à St. Paul, Minnesota et les parties sont maintenant dans l’attente d’une décision.

NB : On lira l’article très documenté de Bill Marler, DeCosters and Jail: three months seem just about right ou DeCosters et la prison : trois mois semblent assez corrects.

Après les Etats-Unis, Santé Canada et l’Agence canadienne d’inspection des aliments approuvent le saumon AquAdvantage, un saumon génétiquement modifié

19
mai
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Santé, Sécurité des aliments.

Santé Canada et l’Agence canadienne d’inspection des aliments approuvent le saumon AquAdvantage, selon un communiqué du 19 mai 2016.

 Santé Canada (SC) et l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) ont terminé des examens scientifiques approfondis et rigoureux du saumon AquAdvantage (un saumon génétiquement modifié [GM]) approuvé pour utilisation dans l’alimentation humaine et animale et ils ont déterminé qu’il est aussi sain et nutritif pour les humains et le bétail que le saumon classique. Ces examens constituaient les dernières évaluations scientifiques par le gouvernement du Canada nécessaires pour permettre la vente du saumon AquAdvantage au Canada.

Le saumon AquAdvantage est un saumon GM mis au point par AquaBounty Technologies Inc. en vue de promouvoir la croissance rapide lors des premiers stades de la vie. Cela a été réalisé en présentant un gène de l’hormone de croissance du saumon quinnat dans un saumon atlantique.

Les aliments GM deviennent de plus en plus communs tous les jours et font partie de la diète régulière de la population canadienne. Les aliments GM qui ont été approuvés par Santé Canada sont consommés au Canada depuis de nombreuses années et ils sont sains et nutritifs. Les changements aux gênes des plantes et des animaux peuvent améliorer la qualité et la production d’aliments – par exemple, en minimisant le besoin d’utiliser des pesticides, en rendant les récoltes résistantes à la sécheresse, en empêchant la meurtrissure ou en permettant de cultiver les aliments plus rapidement.

Le saumon AquAdvantage a fait l’objet d’évaluations distinctes de la salubrité et de la nutrition effectuées par Santé Canada pour l’utilisation dans l’alimentation humaine et par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) pour l’utilisation dans l’alimentation animale. Ces examens ont tous les deux révélé que le saumon est aussi sain et nutritif que le saumon classique. Les évaluations complètent une évaluation réglementaire des risques pour l’environnement et des risques indirects pour la santé humaine qu’Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) avait demandé à Pêches et Océans Canada (MPO) d’effectuer en 2013. Plus tard, la même année, à l’aide de l’évaluation des risques du MPO, ECCC a indiqué que la société pouvait mettre en œuvre ses plans de produire, dans des installations terrestres commerciales à éclosions au Canada, des œufs de saumons stériles GM destinés à la vente. Le Canada n’est pas le premier pays à approuver l’utilisation de ce produit pour l’alimentation humaine et animale. En novembre 2015, le saumon AquAdvantage Salmon a été approuvé par la Food and Drug Administration des États‑Unis, après l’examen scientifique de sa salubrité effectué par l’Agence.

Santé Canada exige l’étiquetage des produits alimentaires, y compris des aliments génétiquement modifiés, lorsque des risques pour la santé scientifiquement établis ou des changements importants de la qualité nutritionnelle des aliments ont été relevés et peuvent être atténués à l’aide de l’étiquetage. Par exemple, un allergène présent dans un aliment doit être inscrit sur l’étiquetage en vue d’alerter les consommateurs. Puisque l’évaluation du saumon AquAdvantage n’a révélé aucune source de préoccupation en matière de santé et de sécurité, le produit ne fait l’objet d’aucune exigence spéciale en matière d’étiquetage.