Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Rappel de box serpentini tomate mozza 300g de chez Lustucru et gaspillage alimentaire

31
août
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Rappel, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments.

Trois importants distributeurs, Auchan, Carrefour et Intermarché, annoncent, avec de 1 jour ou trois jours d’intervalle, le rappel du produit alimentaire suivant :

Marquage DLC et LOT au dessous du pot

Marquage DLC et LOT au dessous du pot

La société LUSTUCRU FRAIS procède aujourd’hui au Rappel consommateurs du produit ci-dessous :

  • Code Article G03D
  • Code Barre unité de vente consommateur 3 240931 534633
  • Libellé BOX SERPENTINI TOMATE MOZZA 300G LUSTUCRU
  • Date Limite de Consommation 24/09/2015
  • N° LOT unité vente consommateur
  • LOT : S2380/ hh : mm/C40

Malgré nos précautions, un risque possible de perforation de l’angle du fond du pot, a été identifié sur le produit Box Serpentini Tomate Mozzarella dont le marquage de la DLC et du N° de lot sont décrits ci-dessus. Il est demandé aux personnes qui détiendraient ces produits, de ne pas les consommer et de les ramener au point de vente où ils ont été achetés, où ils vous seront échangés ou remboursés.

NB : Hélas, on ne trouvera pas trace de ce rappel sur le site internet de Lustucru. par ailleurs, on ne sait pas le nombre d’unités rappelés mais il est plausible de panser que le nombre risque d’être élevé étant donné que ce rappel concerne trois distributeurs nationaux. Cela étant, la question qui peut se poser ici est quid du devenir du produit, va-t-il être reconditionné ou carrément jeté ?

S’il est jeté, cela s’apparente à du gaspillage alimentaire, car il suffirait de renverser le contenu de la « box » de serpentini tomate mozza 300g dans une casserole pour le faire cuire quelques instants et le tour est joué ! Je connais plein d’associations caritatives qui seraient ravies de servir en repas le contenu de ces « box », mais cela va sans doute soulever dans notre pays des montagnes d’inertie …

Une fois les contrôles de l’opération interministérielle vacances passés, le beau temps peut revenir …

30
août
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Hygiène, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments.

Leveil.fr, journal quotidien de la Haute Loire, du 29 août 2015, rend compte d’une façon très intéressante de l’opération interministérielle vacances (OIV) avec ce titre, « Le non respect des règles d’hygiène dans le collimateur des services vétérinaires ».

Jusque là tout semble normal, mais plantons le décor … (Extraits)

Vacances d'eteEn plein cœur de l’été, dans la torpeur estivale, ils sévissent partout en force. Le service de l’Etat est désigné officiellement « alimentation et santé publique vétérinaire » et est rattaché à la direction départementale de la protection des populations. La responsable du service est elle-même docteur vétérinaire, il s’agit de Charlotte Mérel.

Quand ces fonctionnaires débarquent dans un établissement tout à fait inopinément, il ne faut pas s’attendre à des lauriers. Tout au plus à un satisfecit.

On ne badine pas en effet avec la sécurité des consommateurs quand il s’agit notamment de contribuer à la confiance de ces derniers envers les professionnels. « L’agent présente sa carte, procède à une visite des locaux professionnels, des équipements, inspecte le personnel et sa tenue, les matières traités. Il va vérifier les produits à température ambiante, la formation du personnel avant un débriefing avec le responsable de l’établissement si besoin est », explique Madame Mérel. En soulignant que les contrôles visent à vérifier le respect des règles de sécurité applicables aux produits et aux services, et la bonne information du consommateur sur la nature des prestations offertes. Selon la nature des anomalies détectées, on estime au niveau national à 22 % le nombre des contrôles qui sont suivis de mesures pédagogiques, correctives ou répressives.

On apprend ainsi que « Leur mission s’inscrit dans le cadre de l’opération interministérielle vacances (OIV) 2015 qui mobilise, de mi-juin à mi-septembre, l’ensemble des services de l’État. Il est clair que le services vétérinaires voient leur activité s’accroitre considérablement. Charlotte Mérel indique que deux tiers des contrôles de l’année sont ainsi opérés durant cette période estivale. »

On apprend donc, incidemment, au détour d’une phrase que 66% de contrôles sont réalisés de mi-juin à mi-septembre, soit pendant 3 mois, et par conséquent, 34% des contrôles sur 9 mois, est-ce logique et cohérent ?

Une fois l’OIV passée, on a droit à un remake d’une célèbre fable qui commençait ainsi, « La cigale, ayant chanté tout l’été, se trouva fort dépourvue quand la bise fut venue. »

NB : Cet article, très intéressant et révélateur, est à lire en intégralité.

Gironde : Rappel d’un lot de grenier médocain pour cause de présence de Listeria monocytogenes

29
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, HACCP, Hygiène, Listeria, Microbiologie, Rappel, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, Viande.

Dans un récent article sur les rappels d’aliments, j’évoquais malgré le nombre significatif de site informant sur les rappels, l’ensemble ne faisait pas 100%. Et pour cause il y a tous les « petits » rappels locaux et en voici un exemple …

Selon cette information rapportée par Sud-Ouest du 29 août 2015, « Gironde : de la listeria détecté dans un lot de grenier médocain »

imgresLa bactérie a été détectée dans un lot de grenier médocain vendu à la supérette. Des analyses sont en cours, mais pourtant on sait qu’« Un taux anormal de listeria a été détecté dans un lot de 2 kilos de grenier médocain. »

Mardi dernier, le magasin Super U de Sauveterre-de-Guyenne a donné l’alerte. Un lot de deux kilos de grenier médocain, charcuterie à base de panse de porc et d’épices, présentait un taux de Listeria monocytogenes très supérieur à la moyenne. Le test pratiqué dans le magasin a fait apparaître un taux de 1 500 listeria par gramme (ou ufc par g –aa), quand le seuil maximum est de 100 pour la commercialisation.

Le seuil est de 100 Listeria par g à la fin de la DLC et non pas au début ou en cours de commercialisation. Rappelons que selon une note de service de la DGAL de 2012, « Le nombre important d’enregistrements de non-conformités vis-à-vis de Listeria monocytogenes s’explique notamment par le fait qu’en France, tout produit destiné à être consommé en l’état, trouvé positif en Listeria monocytogenes < 100 ufc/g en cours de vie, et pour lequel il n’y a pas d’éléments permettant de garantir que le taux de 100 ufc/g ne sera pas dépassé à la DLC, donne lieu à une alerte. Cette spécificité nationale mentionnée en introduction rappelle, s’il le fallait encore, les limites d’une comparaison des alertes produits entre différents Etats Membres ou Pays ».

La suite de l’article s’apparente à présence de Listeria et la multiplication des petits pains

Le produit incriminé a été repéré au moment des contrôles internes habituels de la grande surface. Aussitôt, la Direction départementale de la protection des personnes (DDPP) est contactée. Les agents de l’État ont effectué des contrôles au Super U, puis auprès du fabricant fournisseur du supermarché.

Aucun élément ne permet pour l’instant de mettre en cause la charcuterie, la DDPP ayant considéré que les conditions d’hygiène étaient irréprochables. Les surfaces de pose des charcuteries, ainsi que cinq autres produits, ont aussi fait l’objet d’analyses. Les propriétaires de l’entreprise, très inquiets, ont demandé aux clients possédant le lot concerné de le retirer de la commercialisation. « On les a prévenus par précaution, explique la gérante. Même si on ne sait pas si ça vient de notre entreprise ». Les résultats des prélèvements de la DDPP sont attendus pour mercredi. Ils devraient permettre d’identifier la source de la contamination. Le grenier médocain étant un produit fragile, et la listeria une bactérie volatile et résistante aux très faibles températures, la contamination peut être due au transport, au couteau utilisé au sein du Super U, au moment de la découpe, à un autre produit… « La grande surface a lancé une procédure de rappel du produit par affichettes, détaille Valérie Commin, sous-préfète de Lesparre. Il n’y a aucune raison d’incriminer la charcuterie à l’heure actuelle. »

Heureuse issue ? on apprend à la fin qu’« Après le passage de la DDPP, l’ensemble de la salaison et de la partie charcuterie de la supérette ont été désinfectés. »

A suivre …

Si l’information est un élément essentiel pour établir la confiance des consommateurs, comment être informé sur les rappels d’aliments en France ?

27
août
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Rappel, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

De nombreuse personnes m’interrogent sur comment être informé sur les rappels d’aliments en France ? Existe-t-il des sites officiels et/ou des sites privés ?

Pour répondre à ces questions, un petit préambule, si vous le voulez bien sous forme de gags …

Lu le 25 août 2015 sur le site Internet des services vétérinaires information, une interview du directeur général de l’alimentation, « L’information du citoyen est un élément essentiel pour établir la confiance ».

recalltag_406x250Ah bon ! Donc les sites officiels de rappels devraient nous informer ? Eh bien non, comme nous allons le voir plus loin …

Autre gag ou plutôt un bug, lorsque que l’on cherche à savoir « Comment fonctionne le système d’alerte sanitaire en France ? » sur le site du ministère de l’agriculture, on tombe depuis plusieurs jours sur une page qui dite « page momentanément indisponible ». C’est très pratique …

Le 24 août, j’ai un point des sites traitant de rappels d’aliments et voici ce que cela donne :

Comme chacun peut en juger c’est un résultat consternant pour les sites officiels. Mais alors que dire du ministère de la santé pratiquement absent sur la sécurité sanitaire des aliments ?

Autres sites très utiles :

Quand on songe que le gouvernement souhaite mettre fin au journal 60 millions de consommateurs et à l’INC, on comprend mieux … Et, si je vous disais qu’avec tous ces sites réunis, les rappels de produits alimentaires ne font pas 100% !

Pour savoir, souvent à l’avance, ce qui se passe en France au niveau rappel de produits, j’invite les lecteurs de ce blog à aller aussi sur les sites francophones des pays voisins. Ainsi, il faut aller sur le site de l’AFSCA sur les rappels de produits alimentaires, le site des autorités du Luxembourg et le site de l’OSAV (Office fédéral de la sécurité alimentaires et des affaires vétérinaires) pour la Suisse.

Enfin, le site du RASFF de l’Union Européenne est un précieux outil d’information brute.

Grand jeu : Combien de denrées alimentaires seront-elles détruites à la braderie de Lille des 5 & 6 septembre 2015 ?

27
août
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Hygiène, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments.

index-braderie-de-lille-2015-660x330La braderie de Lille des 5 et 6 septembre me donne l’occasion d’écrire un article sur les conditions sanitaires de certains stands de restauration.

Ainsi, j’avais écris, « Braderie de Lille 2014 : Près de 1,7 tonnes de denrées détruites ! » et en 2013, « Les trophées de la braderie de Lille : Près de 2 tonnes de denrées détruites avant et pendant la braderie ».

Cette année selon zoom sur Lille (source services vétérinaires informations)quelques conseils sont fournis pour les bradeux dans « une charte de l’éco-bradeux ». Je ne vois pas ce l’hygiène et la sécurité des aliments aient avoir avec l’écologie, mais passons …

Pour éviter tous incidents : les services de la consommation, de la répression des fraudes et de l’hygiène et la Direction des Services Vétérinaires procéderont à de nombreux contrôlent pouvant aller jusqu’à la destruction du stock. (températures et dates de fraicheurs à respectées : filet américain = maxi 2°C, sandwich = maxi 3°C, viandes et hachés = maxi 2°C, plats chauds = mini 63°C) 

A bon entendeur salut ! Je pense que mettre ces règles simples d’hygiène au milieu d’un fatras de conseils divers est la meilleure qu’elles ne soient pas suivies …

Reste à savoir cette année combien y aura-t-il de denrées détruites ? Ce n’est hélas pas le grand jeu de l’été mais vous avez vos chances ! J’ai aussi comme l’impression que cette destruction de denrées chaque année ressemble à s’y méprendre à du gaspillage alimentaire …