Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Retour sur le classement de 17 pays en matière de sécurité des aliments

22
nov
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Curiosité, E. coli, Environnement, Listeria, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments.

« Un organisme canadien classe 17 pays sur leur performance en sécurité des aliments », selon CIDRAP News.

Le Canada et l’Irlande ont reçu les notes les plus élevées lors de l’évaluation de 10mesures de performance en sécurité des aliments, selon un rapport du Conference Board of Canada’s Centre for Food. Voir à ce sujet Sécurité des aliments : Le Canada, premier au classement mondial, la France 3e !

??????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????En collaboration avec le Food Institute de l’université de Guelph, le Conference Board a classé 17 pays sur la base de l’évaluation des risques en matière de sécurité des aliments, la gestion des risques et la communication à propos des risques. Tous les pays sont membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), et l’évaluation des mesures de progrès en matière de sécurité alimentaire de chaque pays depuis 2010.

D’autres pays ont rejoint le Canada et l’Irlande dans le peloton de tête des performances dont la France, le Royaume-Uni, la Norvège et les Etats-Unis, indique le rapport.

L’Autriche, le Canada, la France, l’Irlande, le Japon, le Royaume-Uni, et les Etats-Unis ont tous montré une amélioration significative dans le signalement de l’incidence de Campylobacter, Salmonella, Yersinia, Escherichia coli et Listeria. La Suède, la Norvège, l’Allemagne sont au dernier rang dans ce domaine, suggérant une baisse dans le signalement des pathogènes dans les 5 dernières années, selon le rapport.

Le rapport a également examiné la confiance du public dans la capacité d’un pays à prévenir et à répondre aux questions de sécurité des aliments et sur les allergènes. Le Canada et l’Irlande ont enregistré une augmentation de la confiance du public, tandis que l’évaluation a révélé que la confiance du public a diminué en Australie, en France, en Italie et aux États-Unis.

Les évaluateurs ont utilisé des éléments communs des systèmes de sécurité des aliments dans l’ensemble de ces 17 pays pour procéder à leur évaluation, tout en notant la nécessité « de trouver un consensus sur des mesures solides communes de la performance en matière de sécurité des aliments, pour en tirer des paramètres de cette étude, parmi d’autres. »

Voir aussi l’article de Food Safety News, Canada, Ireland Top Food Safety World Ranking.

Commentaires : Ce qu’il y a d’intéressant, c’est la difficulté, pour ne pas dire l’impossibilité, constatée en France d’avoir des informations publiques en matière de sécurité des aliments, mais cela a dû échappé à nos amis Canadiens …

L’UE veut-elle aider les ex-salariés des abattoirs Gad, victimes de la mondialisation ou les cabinets de consultants ?

21
nov
2 commentaires
Classé dans Curiosité, Environnement, Réglementation, Union Européenne, Viande.

euractivSelon EurActivL’UE veut aider les ex-salariés des abattoirs Gad, victimes de la mondialisation.

ExtraitsLe Parlement européen a adopté une aide d’un million d’euros destinée aux ex-salariés des abattoirs bretons. La crise de la filière porcine ainsi qu’un usage abusif des travailleurs détachés dans le secteur sont jugés responsables des difficultés de l’entreprise.   

Les ex-salariés des abattoirs Gad, victimes de la mauvaise santé de la filière porcine en France, devraient recevoir prochainement une aide conséquente de la part du Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM). Il s’agit de 918 000 euros par le FEM …

Suite à une demande de la France, la Commission européenne avait proposé en octobre une enveloppe d’un million d’euros destinée à financer la « fourniture de conseil et d’orientation » aux  760 travailleurs licenciés par les abattoirs Bretons GAD.

La proposition de la Commission européenne a reçu l’aval de la commission des budgets du Parlement européen le 20 novembre, et doit encore être approuvée en plénière la semaine prochaine avant d’être définitivement adoptée, le 25 novembre.

pig_farm_smaller« La filière porcine française, notamment bretonne, a été frappée de plein fouet par la crise économique, laquelle a entraîné une augmentation du prix des aliments pour animaux et une diminution de la demande » a détaillé l’ancien Commissaire européen à l’emploi, aux affaires sociales et à l’inclusion, László Andor.

Selon la France, la crise financière et économique mondiale a entraîné une diminution de la consommation annuelle de porc et de produits à base de porc, tombée de 43 kg par habitant en 2007 à 39 kg en 2013.

Au-delà de cette crise structurelle, la filière porcine doit également faire face depuis janvier 2014 à un embargo sur les produits porcins décrété par Moscou après une épidémie de peste porcine africaine dans l’est de l’UE. Cette mesure concerne environ 10 % de la production porcine française qui se voit contrainte de trouver de nouveaux débouchés.

Commentaires : Je trouve cela très bien pour les ex-salariés des abattoirs Gad. Cela étant qui est responsable des travailleurs détachés si ce n’est la Commission européenne ? Par ailleurs, et malheureusement, contrairement à ce que vous pourriez penser, cette aide ne va pas aller aux ex-salariés des abattoirs Gad, mais va servir à payer l’équipe de consultants pour conseiller les travailleurs licenciés !

Rappel de fromages de chèvre au lait cru AOP pour cause de présence de Escherichia coli O26

21
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Non classé, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

Auchan rapporte sur son site rappel qualité, un communiqué du 20 novembre 2014 de la société Eurial, 24, rue de la Rainière, CS 42738, 44327 NANTES Cedex 3

La Société EURIAL procède au retrait de la vente du produit suivant :
  • Nom : Fromage de chèvre au lait cru AOP
  • Marque commerciale : Pouligny Saint Pierre fabriqué et affiné par Eurial Tournon Saint Martin (36220)
  • Type de conditionnement : 150g et 250g
  • N° de lot : Y14286
  • DLC/DLUO : 12/12/14
  • Numéro d’identification vétérinaire :
  • Période de commercialisation : à partir du 06/11/14.
En effet, un contrôle a mis en évidence, dans ces produits, la présence de Escherichia coli O26.
Il est donc demandé aux personnes qui détiendraient ces produits de ne pas les consommer et de les rapporter au point de vente où ils ont été achetés.
Les Escherichia coli O26 peuvent entraîner dans la semaine qui suit la consommation, des gastro-entérites éventuellement hémorragiques, accompagnées ou non de fièvre, et pouvant être suivies de complications rénales sévères chez les jeunes enfants Les personnes qui auraient consommé les produits mentionnés ci-dessus et qui présenteraient ce type de symptômes sont invitées à consulter sans délai leur médecin traitant en lui signalant cette consommation et la nature du germe contaminant.

NB : C’est, je crois, le quatrième rappel de fromages causé par la présence de E. coli O26 en France depuis le début de l’année … mais peut-être qu’un lecteur a des informations plus complètes. On lira aussi Emergence d’un clone virulent de E. coli O26 en Europe.

Pas encore de nouvelles de nos autorités tant des ministères de l’agriculture que de la santé, comme d’hab ?

Sécurité des aliments : Le Canada, premier au classement mondial, la France 3e !

21
nov
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Santé, Sécurité des aliments.

imgresLe Canada occupe le premier rang, devant l’Irlande et la France, au Classement mondial 2014 – Salubrité des aliments, un nouveau rapport produit par le Centre pour l’alimentation au Canada du Conference Board du Canada, en collaboration avec l’Institut alimentaire de l’Université de Guelph.

« Les excellentes notes obtenues par le Canada à la plupart des indicateurs de salubrité alimentaire tiennent au nombre systématiquement faible de cas de maladies d’origine alimentaire et de rappels signalés, à la nouvelle politique du Canada en matière d’étiquetage des allergènes et à un effort accru de transparence », explique Jean-Charles Le Vallée, chercheur principal au Conference Board et premier auteur du rapport. « Ce sont de bonnes nouvelles, car le public a aussi davantage confiance en notre système d’assurance de la salubrité des aliments. »

Faits Saillants

  • Le Canada et l’Irlande obtiennent les meilleures notes, suivis par la France, au classement de 17 pays de l’OCDE en matière de salubrité des aliments.
  • En tout, 67 % des Canadiens croient que la salubrité des aliments s’est améliorée au cours des cinq dernières années.
  • Le rapport évalue la salubrité des aliments par rapport à dix indicateurs couvrant trois domaines de gouvernance des risques en la matière.

Selon le gouvernement canadien, Ce classement en tête de liste met en lumière nos réussites dans plusieurs domaines, comme notre capacité d’intervention en cas d’urgences relatives à la salubrité des aliments ainsi que les communications avec les intervenants et la population en la matière. Le rapport souligne également que c’est au Canada que la confiance du public dans la salubrité des aliments est la plus élevée.

Dix indicateurs regroupés sous trois domaines (évaluation, gestion et communication) déterminent le classement mondial global.

NB :L’accès au rapport nécessite de créer un compte utilisateur ici.

Un organisme canadien met en avant le Canada, quoi de plus normal, et la France serait troisième, mais je ne crois pas pas que cela soit dû à la communication de nos autorités. 

Le Royaume-Uni est quatrième et les Etats-Unis sont sixième. Les Pays Scandinaves souvent cités en exemple dont parmi les derniers ainsi que l’Allemagne et la Belgique … dans ce classement des 17 pays industrialisés qui va devenir, hélas, un outil de propagande politique …

Cela étant, notons aussi qu’il existe un classement du top 10 des pays en matière de non-conformités liées à la sécurité des aliments, et la France est quatrième …

Précisons l’inutilité de ce type de classement … tant les systèmes de sécurité sanitaire des aliments sont différents …

La congélation d’un poulet réduit le risque de Campylobacter

19
nov
Aucun commentaire
Classé dans Campylobacter, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Hygiène, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Union Européenne, Volaille.

Les experts en sécurité des aliments ont suggéré que la congélation des poulets pendant le transformation pour la consommation humaine pourrait considérablement réduire les chances des personnes d’attraper un microbe responsable d’intoxications alimentaires.

Environ 60 000 cas d’infections à Campylobacter – une maladie qui peut être atrappée par volaille – sont signalés aux autorités de santé chaque année. (au Royaume-Uni –aa).

campy_freeOn pense que le chiffre réel pourrait être plus près de un demi-million car les gens choisissent souvent de ne pas consulter leur médecin quand ils sont malades.

Une étude réalisée par l’InVS a permis d’estimer, à partir des données de surveillance, l’incidence des infections à Campylobacter entre 1 667 et 2 733 pour 100 000 habitants, soit 800 000 à 2 millions d’infections à Campylobacter par an en France. (Source InVS, Surveillance des infections à Campylobacter en France : bilan de la surveillance du réseau de laboratoires de ville et hospitaliers, 2004-2005).

Congeler des poulets avec Campylobacter pourrait réduire le taux de transmission de l’infection à l’homme de près de 90%, selon le Dr Frieda Jorgensen de Public Health England.

En Islande, des poulets retrouvés infectés par Campylobacter, quand ils sont à l’abattoir, ne pas sont pas autorisés d’être vendus comme poulets réfrigérés, mais congelés.

Ce procédé ne se fait pas au Royaume-Uni, a dit Dr Jorgensen, en partie parce que les clients préfèrent les poulets réfrigérés plutôt que des produits surgelés.

Elle a dit : « Congeler va entraîner une réduction du nombre de Campylobacter. Nous croyons que la réduction peut être de 90% si vous entreprenez ce procédé de congélation. »

« Et que réduire du nombre de Campylobacter sur le poulet est d’importance en termes de risque pour la santé publique. »

Une enquête menée par la Food Standards Agency (FSA) précédemment a constaté que près de trois cinquièmes des poulets achetés en magasin sont positifs pour Campylobacter.

Le microbe était présent dans 59% des poulets analysés et dans 4% des prélèvements, il a été identifié à l’extérieur de l’emballage.