Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Eaubonne : 50 enfants et 5 adultes victimes d’une intoxication alimentaire après un déjeuner à cantine

28
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

courstiachelppasteurSelon Le Parisie.fr du 28 novembre 2014, « Eaubonne* : 50 enfants et 5 adultes victimes d’une intoxication alimentaire »

« Pris en charge par les pompiers, la police et le Samu, les enfants âgés de 7 à 9 ans ont tous été auscultés par un médecin avant d’être rendus à leurs parents. Seuls deux enfants ont été transportés au centre hospitalier d’Eaubonne pour être réhydratés. 

Les deux établissements sont desservis par la cuisine centrale Sodexho basée à Buchelay (Yvelines). Une inspection vétérinaire a été diligentée par les directions départementales de protection des populations du Val-d’Oise et des Yvelines pour déterminer les causes de cette intoxication. »

Cinquante enfants et cinq adultes se sont plaints de maux de ventre et de vomissements après leur repas (salade en entrée, cheeseburger frites en plat et yaourt en dessert).

Autre version de Val d’Oise News.fr, Les pompiers ont été appelés cet après midi à Eaubonne pour des cas d’intoxication alimentaire dans deux écoles de la ville. En tout, 42 enfants et 1 adultes ont été victimes de maux de ventre à l’école Paul Bert et 8 enfants et 4 adultes à l’école Jean-Jacques Rousseau. Deux élèves de cet établissement ont du être emmenés au centre hospitalier d’Eaubonne pour des examens complémentaires.

Selon les premiers éléments, tous auraient consommé des hamburgers livrés par une société basée dans les Yvelines, ce vendredi midi à la cantine. D’importants moyens ont été déployés : quatre ambulances, un véhicule de transport ainsi que des médecins et infirmiers. Une enquête a été ouverte mais selon le maire de la commune, « tous les enfants vont bien ». Deux enfants ont été hospitalisés pour des cas « bénins ».

NB : Tiens, cette fois-ci, on ne dit pas que c’est une gastro, étonnant non ! Voir Ce n’est pas une intoxication alimentaire mais une épidémie de gastro … (bis).

* Eaubonne est dans le Val d’Oise.

Rappel de pruneaux d’Agen très gros entiers 1kg de marque Carrefour

28
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Hygiène, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

imgresCarrefour annonce le rappel de « Pruneaux d’Agen très gros entiers 1kg marque : Carrefour »

Suite à la présence de corps étrangers, et par mesure de précaution, la société Maître Prunille procède au rappel du produit suivant :

PRUNEAUX D’AGEN TRES GROS ENTIERS 1kg Marque : CARREFOUR
DLUO : 09/04/16
Code emballeur : 47049
pruneaux
Si vous détenez ce produit avec le lot correspondant ci-dessus, merci de ne pas consommer les produits et de les rapporter à l’accueil de votre magasin, nous vous les rembourserons.
Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter le service consommateurs en composant le N° Cristal 09 69 39 7000 (appel non surtaxé).
A afficher jusqu’au 27 décembre 2014.

NB : Pas d’information sur la nature du corps étranger … mais ce n’est pas le noyau !

Pourquoi faut-il en venir aux mains pour combattre les virus de l’hiver

28
nov
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Lavage des mains, Santé, Sécurité des aliments.

Un communiqué de l’INPES du 26 novembre 2014 rapporte que « Pour combattre les virus de l’hiver, il faut en venir aux mains ».

Les trois nouvelles affiches paraîtront dans la presse (quotidienne nationale et régionale, magazine, télé) du 24 novembre au 8 décembre et dans la ville (réseaux gares, métro, arrière de bus, centres commerciaux, toilettes publiques) du 24 novembre au 2 décembre.

Chaque hiver, environ 2,5 millions de Français sont concernés par des épidémies de grippe, rhumes bronchites et bronchiolites. Ces dernières se transmettent directement lors d’éternuements, toux, salive ou par les mains et objets contaminés par une personne infectée.

Le dispositif de communication de l’Inpes et du ministère chargé de la santé rappelle aux Français que le lavage des mains est un geste d’hygiène simple et efficace pour limiter la propagation des virus et prévenir les infections de l’hiver.

D’après les données du Baromètre 2010, les situations dans lesquelles le lavage des mains est le moins fréquent sont après avoir pris les transports (62 %) et après s’être mouché (57 %). L’Inpes a donc conçu trois nouvelles affiches qui consignent les différents moments auxquels il est important de se laver les mains pour éviter la transmission de virus (avant de cuisiner, avant de s’occuper d’un bébé, après avoir pris les transports en commun, en rentrant chez soi, après être allé aux toilettes, après s’être mouché). L’une d’entre elles est destinée aux enfants et elle sera distribuée dans les écoles, accompagnée d’un nouvel autocollant incitant au lavage des mains.

NB : Je constate que le savon est bien mis en avant, exit donc le désinfectant pour les mains …

affiches_inpes

Audit des contrôles officiels sur les processus mis en place par les exploitants d’abattoirs de bovins pour prévenir le risque STEC

28
nov
Aucun commentaire
Classé dans Audit, Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Viande.

E.Coli_STECVoici un document publié le 21 novembre 2014 dans le cadre des rapports du CGAAER. Il s’agit de l’audit des contrôles officiels sur les processus mis en place par les exploitants d’abattoirs de bovins pour prévenir le risque STEC ou Escherichia coli producteurs de shigatoxines.

Audit des contrôles officiels menés par les agents des DDPP ou des DDCSPP sur les processus mis en place par les exploitants d’abattoirs de bovins pour prévenir le risque Escherichia coli STEC (shigatoxin producing E. coli).
Certaines souches particulières de la famille des colibacilles (Escherichia coli STEC [Shiga toxin-producing Escherichia coli]), hébergées dans l’intestin des bovins peuvent être responsables de troubles pathologiques graves chez de jeunes enfants ayant consommé de la viande de bœuf hachée, insuffisamment cuite et le plus souvent contaminée au moment de l’abattage de l’animal.
A la demande du ministre chargé de l’agriculture et de l’agroalimentaire, une équipe spécialisée d’auditeurs de la Mission d’inspection générale et d’audit (MIGA) du CGAAER a conduit, en 2013, une mission d’audit visant à examiner les contrôles officiels sur les processus mis en place par les professionnels de l’abattage pour prévenir le risque Escherichia coli STEC.

Extraits de la conclusion.

… les auditeurs ont mis en évidence des faiblesses du contrôle interne (tant au niveau départemental qu’au niveau central), illustrées par les écarts et les points d’amélioration formulés dans les rapports d’audit de sites et le présent rapport de synthèse. Ces faiblesses fragilisent sérieusement les contrôles officiels menés par les agents des DD(CS)PP et nuisent à leur impact.

En conséquence, les auditeurs considèrent que les contrôles officiels en abattoir, tels qu’ils ont été observés dans la plupart des sites audités, ne permettent pas d’avoir une appréciation suffisamment précise de la qualité des processus mis en place par les professionnels pour prévenir le risque E. coli STEC, et donc ne permettent pas de conclure avec une assurance raisonnable que la maîtrise du risque est optimale.

La réalisation des plans d’action proposés par les structures auditées ainsi que les suites données aux six recommandations émises dans le présent rapport sont indispensables pour accroître de façon significative la pertinence et l’efficacité des contrôles officiels. L’amélioration attendue qui en résultera devrait permettre d’optimiser la gestion du risque par les professionnels, et, par conséquent, de progresser de façon significative dans la prévention du risque E. coli STEC.

NB : La photo est issue du Helmholtz Centre for Infection Research que l’on peut retrouver sur ce lien. © HZI/Manfred Rohde.

Belgique : Publication en 2015 des résultats des inspections dans le secteur Business to Consumer

27
nov
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

smileybigAprès quelques suggestions à nos autorités sur les rappels d’aliments, en voici une autre qui concernent la publication des résultats d’inspections.

On sait que chez nous le débat divise le ministre de l’agriculture et le directeur général de l’alimentation, voir France : Des smileys hygiène sur les portes des restaurants, c’est pour la Saint-Glinglin ? mais les professionnels de la restauration sont opposés à ce type de transparence …

Petit rappel, selon L’Express du 8 septembre 2014, « Des smileys pour renseigner les clients des restaurants. La Direction générale de l’Alimentation (DGAL) envisage d’apposer un « smiley », vert qui rit ou rouge qui pleure, à l’entrée des restaurants pour renseigner les clients sur l’établissement. « Cette pratique existe déjà dans certains pays » a justifié ce lundi le patron de la DGAL Patrick Dehaumont, citant le Danemark, la ville de New York ou Shanghai. »

Mais, un communiqué du ministère de l’agriculture du 8 septembre 2014 promet de la transparence aux résultats des contrôles sanitaires, mais on ne sait pas quelle forme prendra cette transparence …

Bref, ce n’est donc pas pour tout de suite, on s’en doutait un peu …

Pendant ce temps, l’AFSCA de Belgique annonce sur son site, la « Publication des résultats des inspections dans le secteur B2C », c’est-dire Business to Consumer (B2C), les opérateurs qui vendent des denrées alimentaires directement au consommateur final, sont concernés. Les activités suivantes sont donc concernées : horeca, friteries, cuisines de collectivité, commerces de détail, boucheries, boulangeries, poissonneries, vente directe à la ferme, cuisines d’écoles, crèches, cuisines d’hôpitaux,…

Pour répondre à la demande récurrente de davantage de transparence, l’AFSCA va, à partir de 2015, publier les résultats des inspections menées chez les opérateurs qui vendent des denrées alimentaires au consommateur final.

Tous les opérateurs sont-ils concernés ?
Non. Seuls les opérateurs du secteur « Business to Consumer (B2C) »
À partir de quand les résultats seront-ils publiés? 
La publication des résultats débutera dans le courant du premier semestre 2015. La date précise sera communiquée en temps utile à tous les opérateurs concernés.
Quels résultats seront publiés?
Seul le résultat de la dernière inspection effectuée sur base de la check-list « Infrastructure, installation et hygiène » sera publié. Plus d’infos
Où les résultats seront-ils publiés et où pourront-ils être consultés?
Les résultats seront publiés dans la partie publique de Foodweb et pourront donc y être consultés par tous.
Sous quelle forme les résultats seront-ils publiés?
Les résultats seront publiés sous forme de symboles, accompagnés d’une brève description de leur signification. Plus d’infos.

NB : La restauration commerciale dont la restauration rapide ne fait pas partie du dispositif et une explication aurait été souhaitable. La photo ci-dessous représente les symboles en question.

afsca_résulats_B2C