Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Un hamburger et un os, c’est pour le goût ?

25
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Curiosité, Environnement, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Viande.

On nous dit que « Le steak haché est généralement une préparation hachée à base de morceaux de viande de bœuf. » Plus précis, La Viande.fr rapporte que « Le steak haché est composé à 100% de muscle de bœuf. Il est très apprécié des Français, 83 % en ont une image positive en raison de sa praticité, son prix, son goût et ses qualités nutritionnelles (riche en protéines, source de fer et de vitamines du groupe B). »

imgresOui mais voilà, Le Dauphiné.com du 25 juillet 2014 nous informe que « La maman de l’adolescente de 15 ans qui a avalé et recraché un os de 2,5 centimètres en mangeant un hamburger dans le restaurant Quick de Montélimar le 9 juillet, a rencontré le propriétaire de l’établissement hier après-midi. »

Ce dernier, Christian Hermann, nous a indiqué que l’os lui a été remis et sera transmis aujourd’hui au laboratoire de la société qui fournit le groupe Quick en viande de bœuf.

Une enquête devra être conduite afin de tenter d’expliquer comment un élément de cette taille a pu se retrouver dans le steak haché. Dans un courrier daté du 15 juillet, le service consommateurs de Quick France affirmait qu’« aucune anomalie » n’avait été constatée. Mais le fait d’avoir pu récupérer l’os et de pouvoir l’examiner permettra sans doute d’éclaircir les choses.

Par ailleurs, M. Hermann dit réfléchir à un geste d’excuse à faire auprès de la jeune Charlotte. La famille avait en effet reçu deux coupons pour bénéficier de hamburgers gratuits, mais elle ne souhaite pas les utiliser après cette mésaventure.

Eh oui, remettre des coupons est nécessairement classique, mais pas suffisant ! Par ailleurs, ce n’est pas parce qu’« aucune anomalie »  n’a été constaté qu’il n’y a pas eu de dysfonctionnement …

L’enquête devrait plutôt s’orienter vers le fabricant d’hamburgers de la société Quick, mais le site de Quick ne fournit pas d’information sur le ou les fabricants concernés …

Maîtrise des épidémies de gastro-entérite chez les personnes âgées dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes en France, on doit pouvoir mieux faire !

25
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Virus.

ehpadRésumé.

Cet article décrit les épidémies de cas de gastro-entérite chez des personnes âgées dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) en France de novembre 2010 à mai 2012 rapporté par le système de surveillance des cas de gastro-entérite en EHPAD. Un total de 1072 foyers ont été signalés, causant 26 551 épisodes de maladie et 60 décès. Le taux d’attaque médian chez les résidents était de 32%. Norovirus et la transmission de personne à personne étaient l’étiologie et le mode de transmission le plus fréquemment rapporté. Des mesures de maîtrise ont été mises en œuvre dans 1054 (98%) foyers et pour 928 foyers, un calendrier de telles mesures pourrait être établi. Parmi ceux-ci, 799 (86%) avait pris des mesures de maîtrise en vigueur dans les trois jours de l’apparition du premier cas. Les épidémies de gastro-entérite dans les EHPAD entraînent une morbidité et une mortalité substantielle chez les personnes âgées en France. Les EHPAD sont encouragés à élaborer des plans de prévention et de maîtrise des infections et à notifier toute épidémie de gastro-entérite aux autorités de santé pour assurer un contrôle rapide.

Dans la discussion, les auteurs notent :

Il convient de noter, dans notre étude, que certaines mesures de maîtrise ont été moins fréquemment mises en œuvre que d’autres (par exemple, l’exclusion de membres du personnel symptomatique, la limitation des activités de groupe), car ils peuvent contribuer à prévenir la transmission dans les foyers avec une transmission de personne à personne. Étant donné la forte proportion de foyers avec au moins un membre du personnel malade (88%) et leur rôle éventuel dans la transmission de l’infection aux résidents, exiger que, les membres du personnel s’arrêtent temporairement de travailler lorsqu’ils sont symptomatiques est une mesure pertinente dans la gestion des épidémies. L’observation selon laquelle cette mesure a été mise en œuvre dans seulement 64% des foyers avec au moins un membre du personnel malade soulève des inquiétudes. Cela peut être dû à des difficultés rencontrées du fait de la désorganisation résultant du personnel et du service. Cela montre la nécessité de plans d’urgence portant sur ces problèmes et identifiant des solutions de remplacement du personnel.

Barret AS, Jourdan-da Silva N, Ambert-Balay K, Delmas G, Bone A, Thiolet JM, Vaillant V. Surveillance for outbreaks of gastroenteritis in elderly long-term care facilities in France, November 2010 to May 2012 . Euro Surveill. 2014;19(29):pii=20859.

A propos de l’opération interministérielle vacances en Aquitaine

24
juil
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

oivSud-Ouest du 24 juillet 2014 rapporte « Ce matin, à Lacanau-océan, dans le cadre de l’Opération interministérielle vacances (OIV), quatre établissements, trois restaurants et un hôtel restaurant, ont été contrôlés par les services de l’Etat. »

L’objectif des agents était de s’assurer du bon respect des règles d’hygiène et de sécurité, et de la bonne information des consommateurs. Depuis le début de la saison estivale, la Direction départementale de protection des populations (DDPP) a effectué 587 visites d’établissements en Gironde. Selon la préfecture, ces contrôles ont donné lieu à trois fermetures, 22 procès verbaux et 199 avertissements. Sur le littoral, les contrôles se poursuivront tout au long de l’été.

Cela est confirmé par un communiqué de la préfecture de la Gironde du 24 juillet qui traite d’un bilan intermédiaire de l’opération interministérielle vacances.

«  En Aquitaine, depuis le début de la saison estivale, les agents de la Consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes ont réalisé 1183 contrôles auprès de 1090 établissements ou points de vente. Des anomalies concernant la réglementation protectrice des consommateurs ont été relevées dans 411 de ces établissements, soit 37,7% des établissements contrôlés. Toutefois, seuls 5,7% de ces établissements ont présenté des anomalies sérieuses donnant lieu à des suites judiciaires ou administratives. »

La préfecture publie aussi un fascicule très bien fait sur Le respect des règles protectrices du consommateur en restauration commerciale, dont est extrait la photo illustrant cet article.

Ce qui est difficile à comprendre (et pour comparer d’une année sur l’autre), c’est le jargon employé. Autant, les termes « procès-verbal d’infraction », « fermeture » et « mise en demeure » sont connus, autant, je ne vois pas à quoi correspond les termes, « avertissement » ou « anomalie » ou « anomalie sérieuse ». En effet, dans les bilans de ces dernières années, ces termes n’apparaissent pas …

Questions après le rappel de saucissons secs suite à la détection de morceaux de verre dans le produit

23
juil
Aucun commentaire
Classé dans Audit, Contamination, Curiosité, Environnement, Hygiène, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Viande.

Habituellement, c’est la DGCCRF qui se charge de diffuser les communiqués des rappels concernant les allergènes non mentionnés sur l’étiquetage et les bris divers ou les corps étrangers retrouvés dans des aliments. Cette fois-ci, c’est le ministère de l‘agriculture qui s’y colle, peut-être que cela va/doit augurer une nouvelle politique plus systématique et plus rapide d’information des consommateurs sur les rappels, l’avenir nous le dira …

saint-azay-saucisson-224x300Quoi qu’il en soit, le ministère de l’agriculture communique le 23 juillet 2014 sur le « rappel de produits « Spécialité de saucisson sec » par la société Salaisons du Maconnais ».

Le 23 juillet 2014, suite à la détection de morceaux de verre dans le produit « Spécialité de saucisson sec », la société Salaisons du Maconnais (marque sanitaire FR 71.350.001 CE) procède au rappel des produits suivants :
Spécialité de saucisson sec 200 g de marque PLAISIR DES DUCS
- numéros de lots : 4139006001, 4139006002, 4139006003, 4139006004,
4139006007, 4139006009 ;
- Date limite d’utilisation (DLUO) : 09/09/2014, 14/09/2014, 22/09/2014 ;
commercialisés dans les 7 magasins suivants : Carrefour Antibes (06), Novo viande Saint Maximin (60), Carrefour Crêche sur Saône (71), Valmont Primeur La Ville du Bois (91), Intermarché Vert Le Petit (91), AD Prim’s Neuilly (93), Géant Casino Cayenne (97).
Spécialité de Saucisson sec 200 g de marque SAINT AZAY MARQUE REPERE
- numéros de lots : 4139006005, 4139006006, 4139006008 ;
- Date limite d’utilisation (DLUO) : 10/09/2014, 11/09/2014, 14/09/2014 ;
commercialisés dans les magasins de l’enseigne E. Leclerc.
Ces produits ont tous été commercialisés entre le 12/06/2014 et le 22/07/2014.
Les magasins concernés signalent ce rappel via une affichette.
L’ensemble des lots a été retiré de la commercialisation. Certains de ces produits ont cependant été commercialisés avant la mesure de retrait.
En raison du risque d’ingestion de morceaux de verre, par précaution il est donc recommandé aux personnes qui détiendraient des produits appartenant aux lots décrits ci-dessus de ne pas les consommer et de les détruire, ou de se les faire rembourser.

L’entreprise, selon son site Internet, a eu une certification renouvelée en niveau supérieur en décembre 2013, selon IFS version 6. Les lecteurs de ce blog savent que je ne suis pas fan du tout des certifications privées, mais puisque l’entreprise est certifiée selon le référentiel IFS version 6, elle pourra donc méditer sur les points suivants :

  • 4.9.5.4 Dans les zones où des produits nus sont manipulés, les fenêtres doivent être protégées contre le bris de verre
  • 4.9.7.2 Tous les équipements d’éclairage doivent être protégés par une protection anti-éclatement et doivent être conçus de façon à minimiser le risque de bris de verre.
  • 4.12.1 KO n° 6 : Sur la base d’une analyse des dangers et d’une évaluation des risques associés, des procédures doivent être en place pour éviter la contamination par des corps étrangers. Les produits contaminés doivent être traités comme des produits non conformes.
  • 4.12.7 Dans toutes les zones, par exemple dans les zones de manipulation des matières premières, de fabrication, d’emballage et de stockage, lorsque l’analyse des dangers et l’évaluation des risques associés ont identifié une contamination potentielle du produit, la présence de verre et d’objets potentiellement blessants doit être exclue. Lorsque cette présence ne peut être évitée, des mesures appropriées doivent être mises en œuvre pour les protéger contre le bris.
  • 4.12.8 Tous les objets fixes en verre ou contenant du verre ou potentiellement blessants, présents dans des zones de manipulation des matières premières, de fabrication, d’emballage et de stockage doivent être enregistrés dans un registre spécifique, avec des détails concernant leur emplacement exact. Une vérification de l’état et de l’intégrité de ces objets doit être régulièrement effectuée et enregistrée. La fréquence de cette vérification doit être justifiée par des documents.
  • 4.12.9 Tous les bris de verre et d’objets potentiellement blessants doivent être enregistrés. Les exceptions doivent être justifiées et documentées.
  • 4.12.10 Des procédures décrivant les mesures à prendre en cas de bris de verre et/ou d’objets potentiellement blessants doivent être en place. Ces mesures doivent comprendre l’identification des produits à isoler, la désignation du personnel autorisé, le nettoyage de l’environnement de production et la validation du redémarrage de la ligne de production.

En conclusion, vu le nombre d’items concernant le verre dans ce réferentiel, je me demande si le ou les auditeurs qui ont délivré la note supérieure ont fait sérieusement leur travail dans cette entreprise …

A noter un communiqué de E. Leclerc, mais pas encore de Carrefour, Intermarché et tutti quanti

Questions sur un rappel de Gorgonzola en France dans un centre E. Leclerc

22
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Listeria, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

langueOn pourrait croire que le ministère de l’agriculture a pris la pleine mesure de l’importance de la communication et de l’information au sujet des rappels de denrées alimentaires avec ce communiqué publié le 22 juillet 2014 sur son site Internet.

Rappel de fromage « Gorgonzola Bassi » dans un centre E.LECLERC.
Le Centre E.LECLERC Margon (département 28) procède aujourd’hui au retrait de la vente de fromage « Gorgonzola Bassi » suite à la mise en évidence de la présence de Listeria monocytogenes.
Ce fromage « Gorgonzola Bassi » a été vendu en barquette pré-emballée au rayon traditionnel entre le 04/07/2014 et le 21/07/2014 dans le magasin E.LECLERC Margon dans le département 28.
Tous les fromages de ce lot ayant été découpés dans ce magasin sont retirés de la commercialisation.
Certains de ces produits ont cependant été commercialisés avant la mesure de retrait.
Il est donc recommandé aux personnes qui détiendraient des produits appartenant au lot décrit ci-dessus de ne pas les consommer et de les détruire, ou de se les faire rembourser.

Mais les faits sont un peu différents …

Selon le RASFF, référence 2014.0984, la France a notifié le 17 juillet 2014 une alerte concernant la présence de Listeria monocytogenes (> 10 ufc/g) dans du gorgonzola d’Italie. La notification indique qu’il y a un retrait du marché, mais l’information sur la distribution n’est pas (encore) disponible.

Ce qui semble utile à signaler est la date du prélèvement, le 26 juin 2014, et la date du résultat des analyses est le 17 juillet 2014 ! Plus de 20 jours pour avoir le résultat d’une analyse de recherche et de dénombrement de Listeria monocytogenes alors que cela ne demande en général que 48 heures pour la recherche et 72 heures pour le dénombrement …