Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Etats-Unis : Un outil sur Internet supplante l’étiquetage nutritionnel réglementaire ou non par feux tricolores

28
oct
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Nutrition, Réglementation, Santé, Union Européenne.

« Notation des aliments : un nouveau service Internet, les scores des aliments en supermarché sur les ingrédients et la nutrition », source article de Stephanie Strom paru le 27 octobre 2014 dans le New York Times.

Que n’a-t-on dit sur l’étiquetage sur l’étiquetage proposé par un distributeur, voir Etiquetage nutritionnel : Le lobby des nutritionnistes s’organise face à l’initiative de Carrefour.

On pourra toujours faire ce que fait ce distributeur ou ce que fera, peut-être, le ministère de la santé, cela n’empêchera pas l’initiative ci-dessous de se développer y compris en France … ou bien partir dans le pétitionnisme aiguë ?

Mais c’est surtout l’ANIA qui va être satisfaite de ce nouvel outil Internet, merci qui ?

Bien entendu la Grocery Manufacturers Association, sorte de Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD) aux Etats-Unis, est résolument contre, c’est donc un bon signe !

hot_dogsExtraits.

Une organisation de recherche environnementale introduit lundi l’une des bases de données les plus complètes de produits alimentaires en ligne, contenant des informations sur plus de 80 000 articles vendus en supermarché dans le pays (Etats-Unis). Elle offre des détails sur les ingrédients et l’information nutritionnelle ainsi qu’une tentative pour évaluer la façon dont les aliments sont transformés.

« Nous savons que les consommateurs se soucient beaucoup de ce qui est dans les aliments qu’ils achètent, et nous savons aussi que si les aliments sont hautement transformés, cela peut avoir un impact sur la nutrition d’une manière qui n’est pas toujours montrée sur l’étiquetagee, a déclaré Renée Sharp, directrice de recherche à l’Environmental Working Group, une association à but non lucratif qui a bâti ce nouveau service.

La base de données sur la notation des aliments, compilée en grande partie à partir des informations fournies par les entreprises alimentaires via un étiquetage volontaire et obligatoire, combinés avec les propres recherches du groupe sur les pesticides et les additifs, permet aux consommateurs de trouver des informations comme le nombre de produits qui contiennent huile végétale bromée comme ingrédient ou si un produit particulier contient des colorants et des conservateurs ajoutés.

N’hésitez pas à lire la suite de l’article ici. L’image de droite montre le résultat pour des hot dogs, une charcuterie à base de porc, va de 4,5 à 10, selon les ingrédiants et le procédé de transformation.

Comme on peut le voir sur l’image ci-dessous cela oscille du vert (note 1) au … rouge (note 10) comme dans l’étiquetage nutritionnel avec des feux tricolores

less_is_more-a06f9486a4377a359876c195ff78ddcd

Dans ce contexte et pour sourire, on lira dans la revue PROCESS, Etiquetage nutritionnel : Le Foll contredit Touraine, Garot nuance. Un peu beaucoup à côté de la plaque ces politiques …

L’anti-gaspi, c’est bien mais purée, y a trop de patates !  

28
oct
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Nutrition, Union Européenne.

arton3489-7ea05Alors qu’est-ce qu’on fait quand on a trop de patates ?

Des dizaines, voire des centaines d’hectares pourraient ne pas être récoltés cette année: il y a beaucoup de pommes de terre et le prix s’effondre.

L’Europe a la patate, cette année. Daniel Ryckmans, technicien agricole à la Fiwap (filière wallonne de la pomme de terre): « Dame nature a été généreuse : la production de pommes de terre a augmenté de 10 à 15% en Europe occidentale, voire 20% dans certaines régions. »

Ajoutez à cela le fait que le Benelux, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont planté entre 5 et 15% de pommes de terre en plus, et vous obtenez des surplus qui ne seront sans doute même pas arrachés. Pourquoi les patates restent-elles dans les champs ?

siteon363Parmi les raisons évoquées, c’est Trop cher !

Comme la récolte était abondante, les hangars sont déjà pleins de pommes de terre. Les surplus sont parfois gardés dans des stockages précaires, à côté du champ, ou laissés en terre. Mais le cours de la patate est particulièrement bas en ce moment : 1,50 euros par 100 kg. «C’est tellement bas que cela coûte plus cher d’arracher les pommes de terre que ce qu’on retire de la vente», analyse Daniel Ryckmans. Les agriculteurs vendent parfois toute leur récolte sur le marché libre, et en récoltent 1 euro, 1,50 euros ou 2 euros. Mais ils fonctionnent parfois partiellement sur des contrats, par champ: « Alors, ils doivent stocker, pour livrer en mai, juin. Ils en tirent un prix égal ou légèrement plus élevé. » Ceux qui travaillent exclusivement au prix du marché libre perdent beaucoup cette année.

Tout c’est bien beau, mais en France, on a sûrement la solution avec la campagne anti-gaspi (gaspillage) et … Monsieur anti-gaspi, alias Monsieur Guillaume Garot, qui va trouver rapidement une solution, d’autant que sur les étalages et les marchés de France, le kg de pommes de terre est souvent à plus d’un euro !

Transmission d’origine alimentaire du virus de l’hépatite E de saucisse de foie de porc cru en France

27
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC, Virus.

figatelli Il avait déjà été question d’un article sur ce blog à propos de la « Contamination fréquente par le virus de l’hépatite E d’aliments contenant des foies crus de porc en France ».

Dans une lettre aux éditeurs d’Emerging Infectious Diseases, il est aussi question de la « Transmission d’origine alimentaire du virus de l’hépatite E de saucisse de foie de porc cru en France ».

Le nombre de cas sporadiques autochtones des hépatites aiguës E augmente dans de nombreux pays industrialisés. Ces cas concernent le virus de l’hépatite E (VHE) des génotypes 3 et 4, qui sont zoonotiques. Bien que le risque de transmission d’origine alimentaire de la viande de porc est maintenant reconnu, nous rapportons ici la transmission directe du VHE par l’ingestion de saucisses de foie de porc cru (figatellu [pluriel: figatelli]) dans le sud de France.

(…)

Dans la présente étude, l’homologie entre les séquences récupérées à partir de l’index cas-patient et celles récupérées à partir de restes de figatellu fournit une preuve supplémentaire de la transmission d’origine alimentaire du VHE dans un pays occidental. En France, des informations sur le risque de transmission du VHE par l’ingestion de cette charcuterie ont été publiées par les autorités françaises en 2010, mais le présent cas démontre que l’éducation du public et les recommandations, ou un étiquetage plus grand et plus explicite sur l’emballage, doivent être améliorées afin de réduire le risque d’exposition au VHE.

Renou C, Roque Afonso AM, Pavio N. Foodborne transmission of hepatitis E virus from raw pork liver sausage, France [letter]. Emerg Infect Dis [Internet]. 2014 Nov]. http://dx.doi.org/10.3201/eid2011.140791.

Rappel de conserve de moules à l’escabèche CARREFOUR pour cause de toxines lipophiles près de 23 jours après la notification d’une alerte au RASFF par la France

26
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

Voici une information destinée aux consommateurs concernant un rappel d’aliments, comme il peut y en avoir parfois ou souvent, comme on l’entendra, mais qu’a-t-elle de si particulier ?

Une alerte au RASFF a été notifiée par la France le 3 octobre 2014, (référence 2014.1356), concernant la présence d’acide okadaïque (210,8 ; 298 mg/kg), qui est une toxine lipophile ou toxine Diarrhoeic Shellfish Poisoning (ou DSP), dans des moules en conserve d’Espagne.

Le RASFF note d’abord que l’information sur la distribution en France n’est pas encore disponible, mais un rappel va être fait en direction des consommateurs. Puis, dans un second temps, cette information disparaît et une autre est publiée indiquant qu’il n’y a pas de distribution dans le pays qui a fait la notification.

Voilà et pourtant près de 23 jours après on nous annonce un rappel de moules en conserve d’Espagne. On se moque de qui ?

Tout ceci aurait été plus simple si nos autorités avaient très rapidement fait le job, après la notification d’alerte, en informant les consommateurs …

mejillonesescabecheedit-zUn communiqué de Carrefour du 26 octobre 2014, rapporté par le site Rappels Produits, annonce le « rappel Conserve de Moules à l’Escabèche CARREFOUR ».

Produit rappelé par : Société FRINSA
Secteur : Produits alimentaires – Boissons
Marque : CARREFOUR
Produit : Conserve de Moules à l’Escabèche
Modèle : 111g poids net
Référence :
Code barres: 3 245 412 732 461
Estampille Sanitaire: ES 12.06648/C CE
N° lot / N° série :
Lots: L14/5006 – L14/5066
Motif du rappel : Présence d’une toxine lipophile ou DSP
Conseil : Rapporter son produit au point de vente
Contact consommateur : Service consommateurs CARREFOUR: 09 69 39 7000

Pas d’informations de nos autorités, ni de la part des sites des distributeurs.

L’entreprise espagnole, FRINSA,rapporte dans sa démarche qualité et environnement, « Nous n’avons d’autre raison d’être que de répondre aux expectatives de nos clients, et cela nous a permis d’atteindre les niveaux de qualité les plus élevés, une satisfaction et des réponses à vos besoins. Nous sommes cependant conscients que le cycle de l’amélioration continue doit se poursuivre et nous continuerons à travailler à cet effet pour satisfaire les expectatives de tous les consommateurs qui ont déposé toute leur confiance en nos produits. »

Personnellement, je serais plus en faveur en premier lieu d’une démarche sécurité des aliments, puis une démarche qualité et environnement …

Retrait de camembert de Normandie pour cause de présence de Escherichia coli O26:H11

25
oct
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Lait, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments.

imgresOn ne sait pourquoi, mais on prend l’information comme elle vient, enfin, le ministère de l’agriculture rapporte le 24 octobre 2014 le rappel d’un produit alimentaire (ouf !), mais en page 3 :

Retrait de camembert de Normandie AOP de la fromagerie du Domaine de Saint Loup
La Fromagerie du Domaine de Saint Loup procède au retrait de la vente du produit suivant :
Nom : Camembert de Normandie AOP
Marque commerciale : Petite Normande Verte, Graindorge et Saveurs U (rayon coupe)
Type de conditionnement : Boite
N° de lot : 050914DS2
DLC/DLUO : du 09/11/2014 et 13/11/2014
Numéro d’identification vétérinaire : FR 14.608.001 CE
Période de commercialisation : à partir du 6 octobre 2014
En effet, un contrôle a mis en évidence, dans ces produits, la présence de Escherichia coli O26:H11.
Les magasins concernés par la distribution du lot contaminé ont procédé à son retrait et informé les consommateurs grâce à des affichettes mises sur les lieux de vente concernés. Certains de ces produits ont cependant été commercialisés avant la mesure de retrait.
Il est donc demandé aux personnes qui détiendraient ces produits de ne pas les consommer et de les rapporter au point de vente où ils ont été achetés.
Les Escherichia coli O26:H11 peuvent entraîner dans la semaine qui suit la consommation, des gastro-entérites éventuellement hémorragiques, accompagnées ou non de fièvre, et pouvant être suivies de complications rénales sévères, chez les jeunes enfants.
Les personnes qui auraient consommé les produits mentionnés ci-dessus et qui présenteraient ce type de symptômes sont invitées à consulter sans délai leur médecin traitant en lui signalant cette consommation et la nature du germe contaminant.
La Fromagerie du Domaine de Saint Loup se tient à la disposition des consommateurs pour répondre à leurs questions au numéro de téléphone suivant : 02.31.48.20.38 « ouvert de 9h à 18h ».

NB : Même le ministère de la santé signale ce rappel de fromages après trois mois de disette … tout est donc possible, sauf que les ARS sont aux abonnés absents, comme d’hab ! Et dire que Système U ose dire  » le commerce qui profite à tous  » !

Pour suivre les rappels précédents relatifs à Escherichia coli O26:H11 sur le blog, voir ici.

Mise à jour du 27 octobre 2014. La France a notifiée au RASFF le 27 octobre une alerte (référence 2014.1447) concernant la présence de Escherichia coli O26:H11 comportant les gènes eae et stx1 dans des camemberts au lait cru de France. Distribution en France, d’où le rappel ci-dessus, Autriche, Allemagne, Espagne. A noter que la date du prélèvement est le 23 octobre 2014 et que le communiqué date du 24 octobre 2014, comme quoi quand veut être rapide, on le peut !