Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Graines germées, aliment à risque ?

6
août
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

Les responsables de la santé publique aux Etats-Unis ont longtemps considéré les graines germées  comme un aliment à haut risque, causant de nombreuses éclosions. Mais peuvent-ils en être sûrs ?

La réponse à cette question a divisé deux responsables fédéraux importants mardi lors d’un débat à la conférence 2014 de l’International Association for Food Protection à Indianapolis.

sproutMichelle Smith, analyste réglementaire principale et spécialiste des produits à la Food and Drug Administration, a dit que les efforts de l’industrie et une focalisation de l’agence sur la sécurité sanitaire des graines germées ont contribué à endiguer la contamination.

« Chaque aliment comporte un certain niveau de risque », a déclaré Smith, s’adressant à un groupe de professionnels des universités, du gouvernement et de l’industrie. « Les graines germées ne sont pas une exception ».

Mais elle a dit qu’une approche à plusieurs niveaux par les producteurs, comprenant le trempage des graines dans une solution d’eau de Javel avant la germination et l’analyse de l’eau d’irrigation pour la recherche de pathogènes, a produit des résultats.

« Nous croyons qu’analyser chaque étape de production donne une chance de plus pour détecter un produit contaminé avant qu’il n’aille sur le marché », a déclaré Smith.

Mais les méthodes de l’industrie ne sont pas suffisamment efficaces pour empêcher des dizaines de cas de maladies, a fait valoir le Dr Rob Tauxe, directeur adjoint de la division des maladies infectieuses d’origine alimentaire au CDC.

C’est un cas d’espèce, dit-il, il y a eu 33 foyers de cas d’infection liés aux graines germées entre 1998 et 2010.

« C’est une moyenne de trois éclosions par an », a déclaré Tauxe. « Le problème ne va pas disparaître, cela s’intensifie ».

Déjà cette année, il y a eu deux foyers de cas d’infection, l’un qui avait pour origine des sandwichs Gourmet de chez Jimmy John et l’autre lié à de la poudre de graines de chia bio. Dans ce dernier cas, les graines ont été cultivées dans un pays et elles ont germé dans un autre, avec des cas de maladies aux États-Unis et au Canada.

Tauxe a dit qu’avoir plusieurs pays impliqués dans le processus de production peut brouiller les responsabilités en matière de sécurité des aliments. Il a également souligné que les méthodes de nettoyage ne sont pas assez efficaces.

« La décontamination des graines est difficile », a déclaré Tauxe, ajoutant que les bactéries qui survivent souvent prospèrent et se multiplient dans un environnement chaud et humide dans lequel les graines sont germées.

Reconnaissant que les graines germées sont un problème, la FDA a publié des lignes directrices pour l’industrie en 1999, couvrant tous les aspects du processus, du transport aux conditions de culture et aux analyses. Mais ces recommandations ne sont souvent pas suivies, a dit Tauxe.

Lorsque le débat a commencé, le public a voté. Le public était divisé 50-50 sur la sécurité sanitaire des graines germées. Quand le débat a été fini, plus de 60% ont voté en faveur des arguments de Tauxe.

Graines germées, du nouveau dans la réglementation

17
juil
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Réglementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

sproutL’AFSCA de Belgique informe d’un « Avis relatif à la modification des exigences pour l’importation des graines destinées à la germination ».

Le nouveau règlement de l’UE (Règlement 704/2014/UE) modifie le règlement n°211/2013/UE relatif aux exigences en matière de certification pour l’importation dans l’Union de germes et de graines destinées à la production de germes.

Ce règlement entre en vigueur à partir du 16 juillet 2014. Il prévoit une dérogation à l’obligation de fournir un certificat pour les lots de graines importés de pays tiers attestant que les graines ont été produites dans le respect des normes d’hygiène prévues au règlement 852/2004/CE. En alternative, le certificat pourra attester que les graines ont été soumises à des analyses pour la recherche d’Entérobactéries réalisées avant exportation; les résultats de ces analyses devront être fournis avec le certificat. Cette disposition dérogatoire vaut également pour l’importation de germes mais, en pratique, de telles importations n’ont pas été observées.

Cette dérogation est temporaire et sera d’application jusqu’au 15 juillet 2015. Elle est due au fait que, jusqu’à présent, la plupart des pays tiers n’ont pas été en mesure de délivrer un certificat conforme aux exigences du règlement n° 211/2013/UE en matière d’application des bonnes pratiques d’hygiène pour la production des graines destinées à la germination.

En conséquence, pendant cette période et pour chaque lot de graines destinées à la germination, tout producteur de germes devra, à la demande des contrôleurs de l’Agence, présenter un certificat conforme au modèle en annexe du règlement n°211/2013/UE et, le cas échéant, les résultats d’analyses correspondants.

En France, l’Association Française des Producteurs de Graines Germées propose sur son site une charte qualité Au travers de cette charte, les producteurs s’engagent, au-delà de leurs obligations réglementaires, à respecter deux directives :

Le contrôle en 4 points de sa production :

  • Le contrôle libératoire de chaque lot de graines avant sa première mise en production permet de détecter une graine contaminée sur 100 000 graines.
  • Le contrôle renforcé de la qualité des eaux utilisées pour la germination
  • Le contrôle systématique des eaux de drainage issues des enceintes de germination
  • Le contrôle des graines germées produits finis par échantillonnage

L’inspection de sa production

  • Les inspections aléatoires sont réalisées par un organisme indépendant basées sur un référentiel d’inspection qui porte sur les points clefs suivants :
    • bonnes pratiques de fabrication (HACCP…)
    • respect de l’ensemble des points de la Charte.

Commentaires : Je remplacerais Charte qualité par Charte sécurité des aliments et je modulerais la mention ‘marketing’ qui indique que les producteurs s’engagent au-delà de leurs obligations réglementaires.

J’ajouterais notamment que conformément à la réglementation actuelle, « les graines ont fait l’objet d’un échantillonnage et ont été soumises à un essai de détection des Enterobacteriaceae dont le résultat n’est pas supérieur à 1000 UFC/g, le laboratoire chargé des analyses ayant été accrédité selon la norme ISO 17025 pour les analyses. »

« Pour l’échantillonnage et la réalisation de l’essai, un échantillon représentatif d’au moins 0,5% du poids du lot de graines a été prélevé par sous-échantillon de 50 g. Cinq sous-échantillons de 25 g prélevés dans cet échantillon ont été préparés conformément la norme ISO 6887-4:2003 et soumis à des analyses de détection des Enterobacteriaceae conformément à la norme ISO 21528-2. »

Bien entendu, si l’on souhaite prélever plus de 0,5% du pois du lot de graines, c’est-à-dire être au-delà des obligations réglementaires, c’est possible …

Le Canada rapporte 10 autres cas d’infections à Salmonella associées à de la poudre de graines de chia , deux nouvelles souches de Salmonella mises en évidence

17
juin
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

20140530da_1401519350223_fra« Le Canada rapporte 10 autres cas d’infections à Salmonella associées à la poudre de graines de chia, deux nouvelles souches mises en évidence », source CIDRAP News.

Le Canada a confirmé 10 autres cas d’infections à Salmonella associées à la poudre de graines de chia germé, élevant l’éclosion à un total de 44 personnes dans le pays, et qui ont impliqué nouvelles souches, selon l’Agence de santé publique du Canada (ASPC) dans une mise à jour du 13 juin.

Les cas ont été rapportés dans quatre provinces, Colombie-Britannique (10), Alberta (5), Ontario (26) et Québec (3). L’âge des patients varie de moins de 1 an à 89 ans, 33 sont des femmes. Tous les 26 patients contactés ont déclaré avoir consommé des produits de graines de chia, dont 23 d’entre eux ont consommé de la poudre de graines de chia germé.

Six cas ont été hospitalisés; cinq ont reçu leur congé d’hôpital et se sont rétablis ou sont en voie de rétablissement, a dit l’ASPC. L’état de l’autre du patient n’est pas connu.

Les nouvelles souches de Salmonella sont Oranienburg et Saintpaul, a rapporté l’ASPC. Il y avait auparavant été confirmé que Salmonella Newport et Salmonella Hartford ont été liés à l’éclosion.

L’Agence canadienne d’inspection des aliments a émis des avertissements de rappel pour ces produits de graines de chia : Organic Traditions, Back 2 the Garden, Intuitive Path SuperFoods, Harmonic Arts Botanical Dispensary, Naturallyorganic, Pete’s Gluten Free, Noorish Superfoods et Madegood.

Au 11 juin les Centers for Disease Control and Prevention ont signalé 21 cas dans 12 états liés à l’éclosion.

Foyers de cas d’infection à E. coli O121 aux Etats-Unis liés à des graines germées crues

12
juin
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, E. coli, Environnement, Hygiène, Rappel, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

« Éclosion à E. coli liée à des germes de luzerne, une mise à jour », source Food Safety Watch du 11 juin 2014.

Le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) rapporte qu’au moins 17 personnes ont été infectées lors de foyers de cas d’infection à  E. coli O121 producteurs de shigatoxines liés à la consommation de germes de luzerne crus produits par Evergreen Fresh Sprouts,LLC dans l’Idaho.

Screen-Shot-2014-06-11-at-8.27.01-AM-300x193Les cas liés à l’éclosion ont été identifiés dans l’Idaho, le Michigan, le Montana, l’Utah et le Washington. Près de la moitié des personnes touchées ont dû être hospitalisées, mais aucun n’a développé un syndrome hémolytique et urémique potentiellement grave (SHU).

Les investigations  épidémiologiques et de traçabilité par les responsables de la santé ont indiqué que des germes de luzerne crus produits par Evergreen Fresh Sprouts sont la source probable de l’éclosion, mais il n’y pas eu de rappel. Le CDC a donc recommandé de ne pas consommer des germes de luzerne crus de ce producteur.

Une inspection de l’établissement Evergreen Fresh Sprouts par la FDA a identifié certaines conditions insalubres, comprenant des gouttelettes de condensation et de l’eau d’irrigation, un système d’arrosage corrodé et des outils et des ustensiles utilisés sur le site comme étant usées ou inappropriées.

Plus d’informations peuvent être retrouvées ici mais une première information avait été diffusé sur le blog le 22 mai 2014.

Cela étant cette information sur cette entreprise nous est assez familière … comme le rapporte Bill Marler dans un récent article, « Selon le CDC, du 12 avril au 5 juillet 2011, un total de 25 personnes ont été infectées par la souche de l’éclosion à Salmonella Enteritidis qui a été signalée dans cinq États. Les résultats de l’investigation indiquent un lien vers la consommation de germes de luzerne et les germes épicés fabriqués par Evergreen Fresh Sprouts. Le 1er juillet 2011, Evergreen Fresh Sprouts LLC de Moyie Springs dans l’Idaho, a annoncé le rappel de lots spécifiques de germes de luzerne et de germes épicés parce que ces produits sont potentiellement contaminés par Salmonella. »

Comme l’indique Bill Marler dans Food Safety News, « Le temps d’un étiquetage d’avertissement concernant les graines germées crues n’est-il pas venu ? »

Mise à jour concernant de la poudre de graine de chia germé contaminée par Salmonella aux Etats-Unis et au Canada

5
juin
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Microbiologie, Rappel, Réglementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

20140530da_1401519350223_fra« Mise à jour concernant de la poudre de graine de chia germé qui a rendu malade 41 personnes aux Etats-Unis et au Canada ». Source Marler Blog du 4 juin 2014.

Au 2 juin, 17 personnes dans 10 États des Etats-Unis ont été malade par une infection à Salmonella liée à de la poudre de graine de chia germé, selon le Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Le CDC note que 12 personnes sur 17 ont été infectées par une souche de Salmonella Newport et cinq personnes avec une souche de Salmonella Hartford, deux personnes sur 17 ont été hospitalisées et aucun décès n’a été signalé. La souche de l’éclosion à S. Hartford pour cinq cas aux États-Unis correspond à la souche de l’éclosion au Canada, a ajouté le CDC.

L’Agence canadienne d’inspection des aliments a dans une mise à jour au 4 juin 2014 dit que le rappel de la poudre de graine de chia germé « découle d’informations obtenues par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) au cours d’une enquête sur une éclosion de maladie d’origine alimentaire. L’ACIA procède actuellement à une enquête sur la salubrité des aliments qui pourrait entraîner le rappel d’autres produits. Tout autre rappel de produit à haut risque sera signalé au public au moyen d’une mise à jour de l’avis de rappel. »

Cela étant selon l’ACIA, « aucun cas de maladie associé à la consommation de ces produits en particulier n’a été signalé. » contrairement à ce qu’avait annoncé le 30 mai, l’Agence canadienne d’inspection des aliments. Voir Poudre de graine de chia germé bio et Salmonella au Etats-Unis et au Canada.

Le 30 mai, un avertissement est venu après Advantage Health Matters et Back 2 the Garden aient annoncé qu’ils rappelaient divers produits contenant de la poudre de graine de chia germédu marché en raison de la possible contamination par Salmonella.

Au Canada, deux souches de Salmonella ont été identifiées associées à cette éclosion : Salmonella Newport et Salmonella Hartford. Au total, 24 cas ont été signalés en Ontario (15), Colombie-Britannique (6), Alberta (1) et au Québec (2).

Les aliments contaminés par Salmonella ne présentent pas nécessairement d’altération visible ni d’odeur suspecte, mais peuvent quand même vous rendre malade. Les jeunes enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées et les personnes dont le système immunitaire est affaibli peuvent contracter des infections graves et parfois mortelles. Chez les personnes en bonne santé, la salmonellose peut se manifester par des symptômes de courte durée comme la fièvre, des maux de tête, des vomissements, des nausées, des douleurs abdominales et de la diarrhée. La salmonellose peut entraîner des complications à long terme, notamment une forme grave d’arthrite.