Visiter Processalimentaire.com
Contacter le magazine
S'abonner en ligne | S'inscrire à l'e-news


Ronde des rappels 2014 : semaine 51

20
déc
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Microbiologie, Rappel, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

fin_blog_3

Commencées avec « La ronde des rappels : semaine 49 » de 2009, les notifications des produits cités ne prétendent pas à l’exhaustivité dans la mesure il n’est pas possible d’avoir accès à toutes les sources permettant d’identifier le retrait/rappel d’un produit. Les informations recueillies ci-après concernent les denrées alimentaires ou les aliments pour animaux de France ou distribués en France. Elle sont issues du portail RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed ou Réseau d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux). Pour des raisons inconnues, la plupart des informations diffusées ne sont pas relayées par les autorités françaises auprès des consommateurs …

  • Référence RASFF 2014.1710, Salmonella (présence dans 25g) dans de la raclette au lait cru de France ; alerte notifiée par la France ; distribution France et Luxembourg. Date du prélèvement, 4 décembre, date de la notification de l’alerte, le 16 décembre 2014, délai trop long ! Aucune information de la part des autorités, étonnant non ?
  • Référence RASFF 2014.1707, Bacillus cereus (2,5 105 UFC/g) et Salmonella spp. (présence dans 25g) dans de la poudre de ceps de Chine ; alerte notifiée par la France. Distribution France, Belgique, Malaisie, Pays-Bas, Norvège. Date du prélèvement, 25 novembre, date de la notification de l’alerte, le 16 décembre 2014, délai beaucoup trop long !

Des problèmes techniques ou autres ont fait disparaître sur le site du RASFF les deux notification ci-dessus. Comme je les ai notées auparavant, je les indique malgré tout !

Tableau ci-dessous (à la date du 20 décembre 2014) de la liste des pathogènes identifiés dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux pour la semaine 51 de 2014 par les Etats membres.

sem51_path

Récolte du blé de cet l’été, après la pluie, vient le beau temps ?

18
déc
Aucun commentaire
Classé dans Curiosité, Environnement, Santé, Sécurité des aliments.

fin_blog_5P8070007-2-4f538Il n’y a pas eu d’évaluation des risques à son sujet de la part de l’Anses, mais plutôt … de la part de ma concierge, qui m’a signalé la présence d’une petite affichette, à gauche près de la caisse; chez un boulanger près de chez moi, et bien connu, voir très connu, de l’avenue Gambetta, bio garanti, La Gambette à Pain, 86 Avenue Gambetta 75020 Paris, excellente boulangerie, même si, comme moi, vous n’êtes pas porté sur le bio.

Il s’agit donc le la récolte du blé de cet été …

De quoi s’agit-il ?

Ce boulanger nous informe simplement, mais concrètement sur la récolte du blé de cet été, avec cet affichage reproduit ci-dessous, avec son autorisation, mais au fait, combien sont-ils à le faire ?

Gambette_affichage

Agriculture & Environnement en avait parlé dans « Les blés bio en recul pour la deuxième année consécutive »

Cette année, la récolte de blé tendre bio est décevante. Tant en ce qui concerne la qualité que la quantité. C’est en tout cas ce que constate FranceAgriMer dans sa note de conjoncture d’octobre 2014, « La collecte de blé tendre biologique est estimée en retrait à 75 000 tonnes », précise en effet le Groupe Marché bio de l’établissement public, suite à sa réunion du 30 septembre 2014. Une situation d’autant plus préoccupante que ce recul – moins 17% par rapport à la campagne précédente – succède à la baisse de 10% enregistrée lors de la campagne 2012-2013.

N’hésitez pas à lire l’intégralité de l’article, ici. Mais peut-être qu’un jour, l’Anses et/ou nos autorités nous expliqueront quels sont les dangers présents dans un blé récolté humide …

NB : CRC signifie Culture Raisonnée Contrôlée. Vous trouverez aussi sur ce lien les différentes type de farines dont la T80.

Betteraves crues ou betteraves pasteurisées, le nouvel enjeu sanitaire ?  

16
déc
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Microbiologie, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

Le blog en avait parlé dans Intoxication alimentaire dans des cantines de Colomiers : La betterave est-elle l’agent causal ? et dans Intoxication alimentaire dans la cantine de Colomiers et un unsual suspect détecté.

Mais voilà que l’Anses publie un « avis relatif à une demande d’appui technique et scientifique relatif à des épisodes de toxi-infections alimentaires collectives liés à la consommation de betteraves crues râpées », 32 pages, rien de moins, rien de plus !

C’est que « L’Anses a été saisie le 5 août 2014 par la DGCCRF pour la réalisation de l’expertise suivante : Demande d’appui technique et scientifique relatif à des épisodes de toxi-infections alimentaires collectives liés à la consommation de betteraves crues râpées. »

betteraveLes faits, « Depuis le mois de janvier 2014, l’Unité d’alerte (UA) de la DGCCRF a été informée de quatre épisodes de toxi-infections alimentaires collectives (TIAC) impliquant la consommation de betteraves crûes râpées survenus en milieu scolaire, affectant près de 450 enfants. » Le blog avait essayé de vous en informé mais comme dit le titre de l’article que j’avais rédigé, France : Tiac par ici, Tiac par là, mais très peu d’infos !

L’Anses, se substitue ici à l’InVS et nous informe sur ces TIAC. Il s’agissait d’épisodes survenus en janvier 2014, avril 2014, fin mai 2014 et août 2014 en France :

  • Alsace, plus de 100 enfants malades dans une dizaine d’écoles et Nord-Pas-de-Calais (> 250 enfants malades dans 20 écoles au total),
  • Deux centres de loisirs du 19ème arrondissement de Paris, 22 enfants et trois adultes malades,
  • Midi-Pyrénées, impliquant 12 écoles approvisionnées par une même cuisine centrale, lors du même déjeuner, environ 150 enfants ont été malades,
  • Région Provence-Alpes Côte d’Azur au sein d’une maison de retraite, 11 adultes parmi environ 130 pensionnaires de cette maison de retraite.

Bref, dans cet avis, l’Anses se pose beaucoup de questions et balaie de nombreuses hypothèses, et c’est normal, car, en pareil cas, il n’y a pas qu’un seul agent causal …

Les conclusions sont donc un peu floues et vont vers une mesure de précaution :

Les symptômes (troubles digestifs) décrits lors des épisodes de TIAC faisant l’objet de ce rapport, se sont révélés peu spécifiques et peu discriminants. Néanmoins, la rapidité de leurs apparitions devrait permettre d’orienter plutôt les investigations vers une origine toxinique ou chimique de la contamination.

Certaines de ces pistes ont d’ores et déjà pu être infirmées par les résultats des analyses effectuées sur les lots de betteraves incriminés dans les TIAC. Toutefois, compte-tenu de l’hétérogénéité des contaminations par les toxines, il est possible que les échantillons analysés ne soient pas représentatifs des aliments consommés. (…)

Le comité d’experts spécialisé souligne le fait que la betterave potagère est un légume consommé traditionnellement cuit depuis des générations. Cet usage pourrait être fondé sur une connaissance profane de certains risques potentiellement associés à la consommation de betteraves crues. Par prudence, il pourrait être recommandé, en attendant une meilleure compréhension des phénomènes observés, de ne pas servir de betteraves crues râpées dans les restaurants collectifs des établissements d’enseignement et des maisons de retraite, solution adoptée en Finlande avec succès.

Commentaires : Je ne sais ce que le gestionnaire du risque, la DGCCRF, va pouvoir en conclure, « pas ou plus de betterave crues » dans les restaurants collectifs des établissements d’enseignement et des maisons de retraitesans doute, mais quand ?

Ronde des rappels 2014 : semaine 50

13
déc
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Microbiologie, Rappel, Règlementation, Salmonella, Santé, Sécurité des aliments, Union Européenne.

RASFF-LogoCommencées avec « La ronde des rappels : semaine 49 » de 2009, les notifications des produits cités ne prétendent pas à l’exhaustivité dans la mesure il n’est pas possible d’avoir accès à toutes les sources permettant d’identifier le retrait/rappel d’un produit. Les informations recueillies ci-après concernent les denrées alimentaires ou les aliments pour animaux de France ou distribués en France. Elle sont issues du portail RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed ou Réseau d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux). Pour des raisons inconnues, la plupart des informations diffusées ne sont pas relayées par les autorités françaises auprès des consommateurs …

  • Référence RASFF 2014.1704, aflatoxines (B1 = 14 µg/kg) dans des pistaches des Etats-Unis, via la France ; alerte notifiée par la Belgique. Pas de distribution dans le pays qui a fait la notification.
  • Référence RASFF 2014.1702, Salmonella spp. (présence dans 25g) de filets de canard de France ; alerte notifiée par la Suède. Pas de distribution dans le pays qui a fait la notification.
  • Référence RASFF 2014.1700, Salmonella Typhimurium (présence dans 25g) dans des cuisses de poulets surgelées du Royaume-Uni ; alerte notifiée par la France. Pas de distribution dans le pays qui a fait la notification. A noter que la date du prélèvement est le 19 novembre et que la date de la notification est le 12 décembre …
  • Référence RASFF 2014.1690, migration d’amines aromatiques primaires (aniline 0,013, 4,4-méthylènedianiline 0,24 mg/kg) dans des cuillères à spaghettis en nylon de Chine ; notification par la France. Distribution restreinte dans le pays qui a fait la notification. A noter que la date du prélèvement est le 16 septembre et que la date de la notification est le 10 décembre …

Tableau ci-dessous (à la date du 13 décembre 2014) de la liste des pathogènes identifiés dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux pour la semaine 50 de 2014 par les Etats membres.

sem50_path

Près de la moitié des TIAC en Île de France sont imputables à la restauration commerciale, mais que fait la polisse ?

6
déc
Aucun commentaire
Classé dans Contamination, Contamination croisée, Curiosité, Environnement, Hygiène, Règlementation, Santé, Sécurité des aliments, TIAC.

larry_the_cable_guy_health_inspector2Le numéro du 24 novembre 2014 du Bulletin de Veille Sanitaire est consacré aux maladies à déclaration obligatoire dans la région Ile-de-France en 2012. Parmi les maladies à déclaration obligatoire, j’ai extrait les toxi-infections alimentaires collectives, qui sont ce que j’appellerais la partie émergée de l’iceberg des toxi-infections alimentaires.

Bien entendu les chiffres rapportées le sont, comme le dit pudiquement le ministère de l’agriculture, « avec toutefois une marge d’erreur liée à la sous-déclaration et la nécessité de réévaluer l’exposition » et que « les cas individuels ne sont pas déclarés, d’une part, et que la déclaration n’est pas exhaustive, d’autre part. »

Voici donc ce que nous propose l’InVS, mais fort à propos, il est mentionné dans l’éditorial que les données sont présentées sous une forme synthétique :

En 2012, 1288 foyers de TIAC ont été déclarés en France, dont 221 (17%) en Île-de-France. Le département de Paris a été de loin le département le plus concerné de la région avec 103 foyers de TIAC déclarés (47%).

Pour les 221 foyers franciliens, 1294 personnes ont été malades, et une personne résidente d’une maison de retraite est décédée. Pour 44 TIAC (19%), au moins une personne a été hospitalisée, et au total 74 personnes ont été hospitalisées. Pour 28 TIAC (13%), au moins 10 personnes étaient malades et pour 45 TIAC (20%), au moins 50 personnes étaient exposées.

L’agent causal de la TIAC le plus fréquemment suspecté était Bacillus cereus (21%), l’entérotoxine staphylococcique (17%), puis Clostridium perfringens (6%), les salmonelles (5%), l’histamine (3%), les virus entériques (1%), un autre agent causal (3%), l’agent causal étant inconnu dans 43% des cas.

La répartition selon le lieu de consommation du repas incriminé était la suivante : 47% dans un lieu de restauration commerciale, 19% en milieu familial, 10% lors d’un banquet, 10% dans une collectivité d’enfants, 7% dans restaurant d’entreprise, 5% dans un institut médico-social, 3% dans un autre type de collectivité.

Commentaires : A quand des contrôles et inspections transparents, c’est la période des voeux …